Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire & Patrimoine Bleurvillois

  • Jeanne d'Arc, chef de guerre

    L'association universelle des Amis de Jeanne d'Arc publie dans un numéro spécial dans sa revue Jeanne d'Arc consacré à Jeanne d'Arc chef de guerre. Ce texte était resté dans les archives de l'association depuis la mort, en 2010, de son auteur, René Olivier.

    Le caractère inédit de ce texte en fait un document au plein sens historique du terme. Il s'agit d'une expression de la conviction de son auteur, né l'année même de la canonisation de Jeanne et de l'institution par la République de la fête nationale de Jeanne d'Arc. Ce document, reflet des positions de l'auteur, est à mettre en lien avec ceux de la génération des années 1920-1930 qui a connu le traumatisme de la "défaite" de 1940.

    René Olivier nous livre un récit passionné, fruit de son engagement au service de la France, lorsqu'à moins de 20 ans il est engagé volontaire dans l'armée française. Homme de la France traditionnelle, catholique, loyale, l'auteur nous livre un récit d'une Jeanne chef de guerre qui transmet l'enthousiasme, le sens du sacrifice et le souci de la vérité.

    Cependant, si ce récit fait la part belle à l'action militaire de Jeanne, les fondements politiques et religieux justifiant cette action ne sont pas occultés.

    L'ouvrage a le grand mérite de mettre en relief cet aspect militaire essentiel de la mission de Jeanne d'Arc, trop souvent négligé ou effacé, étant considéré comme secondaire par rapport aux enjeux politiques et religieux de l'époque.

     

    ‡ Jeanne d'Arc, chef de guerre in Revue Jeanne d'Arc, n° 5, mai 2015, association universelle des Amis de Jeanne d'Arc, 264 p. (sur abonnement : 10 €). Disponible auprès de l'Association universelle des Amis de Jeanne d'Arc, 85 rue Petit, 75019 Paris.

  • Faïences, verreries et gourmandises à Saint-Clément (54)

  • Les collections du musée d'Hennezel s'enrichissent

  • Bleurville (88) : l'ancien presbytère est à vendre

     

    L'ancien presbytère de Bleurville, 18e-19e s. 

     

    Noble bâtisse située en face de l’église paroissiale, elle surplombe le village de Bleurville avec une jolie vue sur la vaste forêt de Darney.

    Maison de cure depuis le 18ème siècle, elle a connu un remaniement important en 1829-1830.

    Le presbytère fut occupé par le desservant de la paroisse jusqu’en 2010.

    Vaste demeure dont la toiture est refaite à neuf (2012), elle est close de murs et dispose d’un vaste jardin et d’un verger à l’arrière.

    Cette maison de caractère conviendrait tout-à-fait pour la réalisation d'un projet de création de chambres d'hôtes.

    Bleurville est situé dans le canton de Monthureux-sur-Saône, à 21 km au sud de Vittel et proche de la sortie A31 de Bulgnéville.

     

    > Renseignements : Étude notariale REBOURG-BALANCY à Vittel

    > Tél. : 03 29 08 01 80

    > Courriel : etude-rebourg.balancy@notaires.fr

  • Bleurville, d'hier... pour demain : votre avenir est à Bleurville !

    lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

    Bleurville, vue aérienne, juillet 2014 [cl. G. Salvini].

     

     

    Bleurville d'hier... pour demain, car nos villages et bourgs ruraux doivent continuer à vivre et se développer pour conserver à notre France son identité.

     

    Alors, vous aimez votre pays, vous aimez notre Lorraine, vous aimez les Vosges... vous aimerez Bleurville !

     

    Jeunes artisans, jeunes entrepreneurs, venez investir et vous installer à Bleurville : son cadre de vie et son environnement humain, naturel et bâti vous séduiront !

     

    Lire la suite

  • Serécourt (88) : à la découverte du bâti traditionnel avec Maisons paysannes des Vosges

  • Fête de Sainte Anne

    Sainte Anne et la Vierge, pierre polychrome, XVIIe s., musée d'Epinal.

     

    Nous fêtons ce 26 juillet Sainte Anne, mère de la Vierge Marie.

    Bonne fête à toutes les Anne !

  • Les prêtres vosgiens ont fêté leur jubilé à Mattaincourt

  • Mattaincourt (88) : le jubilé des 450 ans de Saint Pierre Fourier célébré à la basilique

  • Les Thons (88) : Quatuor Sarastro à l'église des Cordeliers le 16 août

  • La pierre d'Euville, histoire d'un mythe

    Longtemps, la pierre du pays de Commercy a servi aux besoins locaux. L'éloignement des centres urbains et le coût des transports bloquaient le développement des carrières dont l'activité restait saisonnière. On ne parlait pas encore de pierre d'Euville ou de Lérouville... La pierre était désignée selon ses caractéristiques techniques, pierre dure ou pierre tendre. Si Héré fit venir de la pierre d'Euville à Nancy pour ses chantiers de la place royale, c'est uniquement parce que la carrière, propriété du domaine ducal, était la plus proche de Nancy.

    Jusqu'au milieu du XIXe siècle, la possession des carrières ne représentait aucun enjeu économique. Propriétaires ou locataires, les maîtres carriers ne tiraient que des revenus d'appoint de leur exploitation.

    Deux faits vont transformer radicalement le bassin carrier de Commercy : le canal de la Marne au Rhin et la ligne de chemin de fer Paris-Strasbourg. Après avoir fait travailler les carrières pour alimenter les chantiers de construction, ces grands travaux offrirent aux maîtres carriers les moyens de transport qui leur ouvrirent le marché parisien. Au même moment, Napoléon III et son préfet de Paris, le baron Haussmann, lançaient un vaste programme destiné à faire de Paris, la ville la plus moderne d'Europe.

    Un homme va tirer parti de cette conjoncture exceptionnelle : Félix Civet. Il expédie sn premier bloc d'Euville à Paris en 1853. Vingt ans plus tard, il a construit un véritable empire industriel autour de l'exploitation des carrières et de la commercialisation de la pierre. Il est l'inventeur d'une marque : la pierre d'Euville, à l'origine d'une véritable épopée. L'Exposition Universelle de 1889 est son apothéose.

    Le succès de la pierre d'Euville pousse ses concurrents à la surenchère alors que les besoins du marché parisien baissent et que l'emploi du béton commence à se généraliser.

    Cette épopée de la pierre a sombré dans l'oubli au lendemain de la Première Guerre mondiale. Et alors est né un mythe : celui de la pierre d'Euville, magnifiquement raconté dans cet ouvrage richement illustré et parfaitement mis en page, comme il est de tradition dans les publications de La Gazette lorraine !

     

    ‡ La pierre d'Euville. Histoire d'un mythe, Pierre Briot et Laetitia Nori, éditions La Gazette Lorraine, 2015, 111 p., ill. (18 €).

  • Les Amis de Morimond à Droiteval

    Lors du concert d'orgue donné en l'ancienne abbatiale de Droiteval [cl. DOP].

    L'association des Amis de Morimond, dont le but est la sauvegarde et la valorisation de l'ancienne abbaye cistercienne de Morimond, située sur la commune de Fresnoy-en-Bassigny, était reçue récemment à Droiteval. Des liens historiques existent depuis près de 900 ans entre les deux abbayes ; Droiteval, abbaye cistercienne de femmes, était sous la tutelle de Morimond, quatrième fille de Cîteaux, avec plus de 200 abbayes diséminées dans toute l'Europe.

    Chaque année les Amis de Morimond, présidés par le professeur Georges Viard, organisent un déplacement estival et le site de Droiteval a été choisi en 2015. Plus de cinquante adhérents avaient fait le déplacement de Haute-Marne vers les Vosges pour partager le repas pris dans la salle des fêtes de Claudon, puis profiter des conférences prévues et visiter l'ancienne abbaye vosgienne.

    Alain Roussel, maire de la commune et vice-président du Conseil départemental, a souhaité la bienvenue aux participants, et en a profité pour présenter Claudon auquel est rattaché Droiteval ; il exposa notamment les difficultés du monde rural tout en rappelant que le sud-ouest vosgien travaille à la création d'un projet du parc naturel régional à la frontière des départements de Haute-Marne, de Haute-Saône et des Vosges... dans lequel est aussi intégré le site de Morimond !

    Hubert Flammarion, vice-président des Amis de Morimond, fit le point sur ses recherches concernant l'histoire cistercienne de Droiteval. Jean-Pierre Huguet, président de Droiteval-Ourche-Patrimoine, compléta ses propos par la présentation de l'épopée industrielle de Droiteval, et Jean-François Michel, président de Saône Lorraine, rappela les nombreuses actions de son association dans la vallée de l'Ourche. Les participants se rendirent à l'ancienne abbatiale de Droiteval afin d'entendre quelques pièces d'orgue interprétées par le propriétaire, Patrice Pisterman, puis visitèrent les lieux et en particulier le Centre d'art contemporain.

    Nos amis Champenois furent enchantés par l'endroit et ont déjà prévu de revenir en complétant leur visite par un parcours plus complet dans la vallée de l'Ourche.

     

    ‡ Prochaine fête de l'Ourche organisée par Droiteval-Ourche-Patrimoine le 9 août au départ de Gruey-lès-Surance. Contactez le 06.45.04.87.19.

  • Fête Renaissance à Châtillon-sur-Saône le 2 août

  • Le vin bleu de La Neuveville-sous-Montfort (88)

  • Les "murs réclames" en Lorraine : appel à photographies

    Réclame pour la bière de Saint-Nicolas-de-Port à Châlaines (Meuse), cl. ©H&PB.

    Dans la perspective d'un prochain article à paraître dans La Nouvelle revue lorraine, nous recherchons des clichés de murs réclames peints pris en Lorraine (et uniquement !).

    Vous pouvez envoyer vos photos (de très bonne qualité cela va sans dire) avec indication du lieu de la prise de vue, à : histoireetpatrimoinebleurvillois@laposte.net   

    Les auteurs des clichés seront mentionnés dans le crédit photo.


    ... Alors à vos appareils photo et merci d'avance de votre collaboration !

  • Quand l’US Army « occupait » la Lorraine

    Les caravanes américaines dans lesquelles logeaient les militaires, à Toul-Rosières dans les années 50.

    Trois passionnés se sont lancés dans la rédaction de cahiers historiques retraçant l’histoire de la Communication Zone, flux logistique de l’US Army en France, entre 1950 et 1967, dans le cadre de l’OTAN.

    « J’avais depuis longtemps le désir d’évoquer ce sujet dans un livre. Peu de gens se souviennent qu’entre 1950 et 1967, pas moins de 100.000 Américains vivaient en France (dont 12.000 dans la région Nancy-Toul) du fait deux événements politiques internationaux importants : la signature le 4 avril 1949 du Traité, d’une part, et la reconnaissance de l’Allemagne de l’Ouest, d’autre part, en tant qu’état souverain faisant partie du dispositif allié en Europe. »

    Le colonel Pierre-Alain Antoine, totalisant 30 années de carrière comme pilote de chasse dans l’armée de l’air, 6.200 heures de vol, déjà auteur de sept ouvrages consacrés à l’aviation, s’est lancé dans un nouveau projet : retracer l’histoire de la COM-Z (Communication Zone) de l’US Army entre 1950 et 1967 en France. L’ancien commandant de la base aérienne 136 de Toul-Rosières et ancien directeur de la Patrouille de France, a sollicité le professeur nancéien Pierre Labrude, docteur en pharmacie, ancien président des pharmaciens de réserve des armées, et auteur d’études sur les hôpitaux construits en France pour l’US Army, ainsi que le Messin Fabrice Loubette, auteur de l’ouvrage « Les forces aériennes de l’OTAN en Lorraine », afin de rédiger ensemble une dizaine de cahiers, d’une centaine de pages chacun, consacrés à la COM-Z. « La zone de communication, dite COM-Z ou LOC (Line of communication) était commandée depuis Orléans », explique Pierre-Alain Antoine, colonel honoraire de l’armée de l’air. « Née d’un accord passé entre les États-Unis et la France dans le cadre de l’OTAN, elle était chargée d’assurer le soutien logistique de la 7ème armée américaine, forte de 400.000 hommes, postée en Allemagne de l’Ouest. Au départ ce soutien logistique devait arriver par la mer Baltique et le port de Brême, mais les Américains se sont rendu compte que ce port n’était qu’à 100 km du Rideau de fer. Il a donc été conclu que le flux logistique arriverait par les ports de l’Ouest de la France dont Saint-Nazaire et Bordeaux et qu’il se déploierait dans l’axe diagonal jusqu’à Metz. Le commandement de la COM-Z disposait d’une section avancée (Advanced Section) établie à Verdun et qui couvrait la région Est ».

    Selon le colonel Antoine, cette zone de communication, opérationnelle dès 1951, représente une part importante de la contribution américaine à l’OTAN et s’accompagne de la création sur le territoire français d’une trentaine de dépôts logistiques, de 14 hôpitaux comme celui de Dommartin-lès-Toul, et de bases aériennes sur le territoire français, ceci pour contrer l’influence soviétique.

    « La France mettait à disposition les terrains et avait l’entière responsabilité des constructions, en tenant compte des plans et des spécificités de l’OTAN et des Américains », précise l’ancien directeur du Polygone de guerre électronique. « La construction des bases aériennes de l’OTAN s’est échelonnée de 1950 à 1955 mais le premier avion américain s’est posé en France en 1952, sur la base de Toul-Rosières, avec, à son bord, le général Eisenhower. Les Américains, dans l’éventualité d’un conflit avec le bloc communiste, avaient prévu des hôpitaux dits de 1.000 lits, comme l’hôpital Jeanne D’Arc à Dommartin-lès-Toul, pouvant accueillir des blessés avant évacuation par bateaux hôpitaux depuis le port de La Rochelle. Ces établissements pouvaient être transformés en lieux de casernement. Les bases aériennes disposaient également d’un petit hôpital avec maternité et d’une clinique dentaire. Il faut savoir que sur la base de Toul Rosières, durant cette période, environ 5.000 enfants américains sont nés ! A Croix-Chapeau, dans le Sud-Ouest de la France, les Américains disposaient également d’un dépôt de 15.000 m² où ils stockaient le matériel médical pour toute l’US Army et l’US Air Force, c’est dire l’ampleur de leur logistique. Ce qui est frappant, aussi, c’est qu’ils ont pensé à installer un réseau de pipelines pour approvisionner en carburant leurs moyens militaires. Celui passant en France acheminait le carburant raffiné à Donges, dans l’Ouest de la France, jusqu’à Zweibrucken. Il traverse toujours la France d’Ouest en Est, du port de Saint-Nazaire à Saint-Baussant ».

    Le colonel Pierre-Alain Antoine espère que le premier fascicule retraçant l’histoire de la COM-Z pourra être édité pour la fin de l’année. En attendant, il lance un appel à toute personne souhaitant apporter un témoignage ou des anecdotes sur la présence des Américains en France entre 1950 et 1967. Ces apports feront l’objet d’un numéro spécial.

    [source : Est Républicain]

     

    ‡ Les personnes souhaitant apporter un témoignage ou des anecdotes sur la présence américaine en Lorraine, dans le cadre de l’OTAN, peuvent contacter le colonel Pierre-Alain Antoine au 06.85.41.27.27 ou 03.83.62.48.75 ou par courriel : pierrealainantoine@yahoo.fr

     

  • La chapelle Saint-Basle de Lignéville distinguée par la Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France

    [VM]

  • Châtillon-sur-Saône (88) : le gué sur l'Apance rénové

    Des bénévoles ont récemment rénové le vieux gué en pierre qui permet de traverser le ruisseau de l'Apance à Châtillon-sur-Saône.

    Félicitations à ces bénévoles et à la municipalité qui favorise la sauvegarde du patrimoine rural bâti ancien du village !

  • Robécourt (88) : fonte d'une cloche le 8 août à l'ancienne fonderie

  • François Guillaume : "Pas d'églises transformées en mosquées !"

    Le Lorrain François Guillaume, paysan retraité, ancien ministre de l'Agriculture de 1986 à 1988 et député de Meurthe-et-Moselle de 1993 à 2007, a écrit une lettre ouverte à Mgr Dubost, évêque d’Evry, qui a déclaré récemment qu'il préférait que "les églises deviennent des mosquées plutôt que des restaurants" :

    " Monseigneur,

    J’ai lu dans le Figaro de ce jour que vous déclarez « préférer que les églises deviennent des mosquées plutôt que des restaurants ». A tout prendre, je préfèrerais l’inverse parce que c’est moins dangereux. Mais comment peut-on envisager une telle reconversion de nos édifices religieux construits par des chrétiens pour témoigner de leur foi en un Christ d’Amour quand les dignitaires musulmans se refusent à condamner clairement le massacre des chrétiens d’Orient ? Veut-on faire de la France la fille aînée de l’Islam ? Entre la tolérance et la naïveté, il n’y a qu’un pas que d’aucuns ont déjà franchi. Je pense à ce que disait Einstein : « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui les laissent faire sans rien dire ». La légitime défense n’interdit pas la charité, elle la permet.

    Certes en milieu rural, beaucoup de nos églises ne sont plus ou peu fréquentées. Elles sont une lourde charge pour nos petites communes. Pourtant député durant 14 ans d’une circonscription rurale, je n’ai connu et ne connais aucun maire qu’il soit catholique, indifférent ou athée, qui ait renoncé à entretenir la Maison de Dieu ou, pire, qui ait envisagé de l’abattre. Pour tout habitant l’église est un symbole ; elle est identité du terroir ; elle est un appel fut-il inconscient à la solidarité et à l’indulgence envers autrui. Dans mon premier ouvrage « Le pain de la liberté », je le traduisais ainsi : « Le clocher, pour nous, c’est la durée ; c’est la concrétion des siècles ; c’est l’unité des vivants et des morts ; c’est la beauté et c’est la fragilité confiée au goût et à la force des hommes. Il suffit de pousser la porte pour que le silence du lieu saint vous invite à la méditation et vous pénètre de sa paix ».

    Si l’en est ainsi, comment ne pas alors, quand le culte n’est plus pratiqué, rechercher une autre destination de l’édifice qui ne porte pas préjudice à son caractère sacré ? Je crois y être parvenu dans une commune de Lorraine dont l’église romane datant de la fin du XIème siècle menaçait ruine. Sa restauration exigeait des fonds que j’ai obtenus sous l’engagement par la municipalité d’une activité à la fois culturelle et cultuelle qui, à la belle saison, invite les mélomanes de la grande région à un festival de quinze concerts de musique sacrée baroque interprétée par d’éminents artistes (Jordi Savall) et par des contre-ténors réputés (Jarouski, Andreas Scholl, …). « Chanter, c’est prier deux fois » m’a-t-on dit dans mon enfance. A Froville la Romane, on met en application cette recommandation et sa centaine d’habitants est heureuse et fière d’avoir sauvé son église bâtie par des moines défricheurs.

    Monseigneur, je ne me prévaux pas d’une très grande piété et je me garde bien de juger mon prochain mais je ne souffre pas qu’on décrète l’Evangile et le Coran compatibles. Sans pour autant que je mette en cause la sincérité d’une majorité de musulmans, je redoute cependant qu’elle ne se laisse embrigader, volens nolens, par des imams pour qui leur confier nos églises désaffectées serait un moyen inespéré de propager leur prosélytisme.

    Veuillez croire, Monseigneur, à ma très respectueuse considération. "

  • Le fils perdu de la République

    Le 7 janvier 2010 au matin, le décès soudain de Philippe Séguin suscite une émotion nationale. Il représentait aux yeux de nombreux Français un modèle de réussite républicaine. Né en Tunisie en 1943 - ses ancêtres étant originaires du Bordelais -, il avait été élevé par sa mère dans le culte d'un père, combattant de la France libre, mort au combat en 1944. La France était sa passion, De Gaulle son héros.

    Entré à 30 ans au cabinet du président Pompidou, il lie son destin à celui d'un jeune ministre, Jacques Chirac, avec qui il entretient des relations orageuses. Opposant charismatique à la construction européenne version Maastricht, cet homme de convictions apparaît pendant quelques années comme un présidentiable. Cet homme, qui fut Vosgien pendant quelques années en devenant député-maire d'Epinal, s'acharne pourtant à détruire ce qu'il a construit : démission brutale de la présidence du RPR en 1999, déroute aux élections municipales à Paris en 2001.

    Quel est le mystère de cet homme colérique, tourmenté, dépressif, qui pouvait aussi être joyeux, chaleureux et amical ? Pour l'élucider, l'auteur a rencontré plus de 70 témoins et notamment sa fille Catherine qui témoignent d'aspects de sa vie étonnante et inconnus. S'appuyant sur une enquête approfondie, Michel Taubmann révèle le secret qui a taraudé Philippe Séguin tout au long de sa vie : celui de sa naissance.

     

    ‡ Le fils perdu de la République, Michel Taubmann, éditions du Moment, 2015, 299 p., cahier photos (19,95 €).

  • Droiteval (88) : fête de l'Ourche le 9 août à Gruey-les-Surance

  • Jeanne d'Arc "la Pucelle"

    La nouvelle collection des éditions Honoré Champion, Champion l'Histoire, propose de revisiter une date ou un personnage ayant marqué l'Histoire et la mémoire collective. Parmi ses premiers ouvrages publiés, la collection propose un voyage dans le temps à la rencontre de Jeanne d'Arc.

    Les auteurs nous font revivre notre héroïne nationale à travers les dictionnaires, les journaux, les écrits, les témoignages laissés autour de Jeanne au cours des siècles. C'est une véritable enquête dans le passé pour comprendre comment cette jeune fille extraordinaire "venue des marches de Lorraine" a pu traverser le temps, comment elle a influencé l'histoire de France et ses grands hommes et comment elle marque encore notre pays et le monde d'aujourd'hui.

    Dans ce petit ouvrage, Jeanne se raconte et tous ceux qui l'ont connu disent son histoire. Original.

     

    ‡ Jeanne d'Arc "la Pucelle", Anne Delchiaro et François Pernot, éditions Honoré Champion, 2015, 140 p., ill. (9,90 €).

  • Les Thons (88) : bénédiction de l'oratoire du Chêne de la Vierge

    Lors d'une récente messe célébrée en l’église Saint-Pierre-aux-Liens du Grand Thon, l’abbé Clément Ayéméné a béni deux vitraux fabriqués par un artiste hollandais qui réside au village. Le maire Robert Mougin a remercié l'artiste pour cette initiative. Ensuite, le premier magistrat a invité les fidèles à se rendre au Chêne de la Vierge à l’entrée de la forêt communale.

    En bordure du chemin, ce chêne vieux de cinq siècles résiste aux aléas du temps ; il a certes perdu son feuillage depuis plusieurs décennies, mais il dresse encore son tronc enlacé par des lierres qui lui donne un peu de verdure. Encore majestueux et impressionnant, il semble protéger une statuette de la Vierge, posée dans une niche accrochée sur son tronc. Aujourd’hui, l’endroit est toujours un lieu de halte et de méditation. Comme le site est dédié à la Vierge, l’idée est venue à quelques amis d’y construire un petit oratoire. Mart, le sculpteur néerlandais, s’est mis au travail et a réalisé une Vierge à l’Enfant insérée dans un petit oratoire réalisé par des bénévoles et le chantier Acti’Sov.

    L’abbé Ayéméné a béni l’oratoire puis le verre de l’amitié offert par la municipalité a clôturé la manifestation.

    [texte et cliché Patrick Hannelle]

     

  • 'Le Pays Lorrain' été 2015 : les portes monumentales du Lunévillois

    Le numéro 2/2015 du Pays Lorrain est paru ! Comme à son habitude, la prestigieuse revue de la Société d'histoire de la Lorrain et du Musée Lorrain de Nancy nous offre un copieux et riche sommaire avec un article dossier sur les portes monumentales du Lunévillois.


    A lire aussi :
    - une curiosité lapidaire à l'église de Schorbach (57)
    - Robert de Sarrebrück, un seigneur lorrain au service du roi Charles VII
    - le voyage lorrain de dom Etienne Galland, supérieur des Antonins
    - une page inédite d'Emile Erckmann
    - l'école professionnelle de l'Est, de Loritz à l'Ecole de Nancy (1844-1935)
    - Raymond Poincaré, du portrait à la caricature
    - le centenaire de la célèbre canne "anglaise", brevetée à Nancy
    - entre "terre d'accueil" et "mère patrie", les Polonais de Meurthe-et-Moselle confrontés à la Guerre froide (1950)
    - les contributions de la Journée doctorale de la Société d'histoire de la Lorraine et du Musée Lorrain

     

    Le Pays Lorrain est disponible sur abonnement (ou achat au numéro : 10 €) en adressant ses coordonnées postales et le règlement par chèque (39 €, 4 numéros) à : Le Pays Lorrain, Palais ducal, 64 Grande-Rue, 54000 Nancy.