Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire & Patrimoine Bleurvillois

  • Dans l'enfer de la Somme, dans les airs et sur terre - 1916-1918

    La Somme fut le théâtre sanglant des plus grandes confrontations de la Première Guerre mondiale. La première bataille de la Somme, offensive franco-britannique de juillet à novembre 1916, fut l'une des luttes les plus meurtrières de l'histoire. La seconde se déroula à l'été 1918 en réponse à une attaque allemande destinée à percer les lignes alliées de la Somme à la Manche. La contre-offensive alliée fut couronnée de succès et porta le coup d'arrêt à l'avancée allemande.

    Dès 1916 et la première bataille de la Somme, l'aviation, balbutiante au début des hostilités, devint la cinquième arme, décisive et indispensable. Assurément, la conquête de l'azur permit à nos poilus de s'extirper en vainqueurs de la boue pour reconquérir la terre de France. Jusqu'à l'armistice du 11 novembre, l'âpre lutte entre les aviateurs ennemis et alliés pour la suprématie de l'air transforma les avions aux membres légers et fragiles en des machines souples et puissantes capables des plus périlleuses acrobaties.

    Avec la Somme pour théâtre, l'auteur retrace l'essor de l'aviation militaire dans ses trois principales missions : observation, chasse et bombardement. Il nous délivre, de l'intérieur même de la carlingue, le récit poignant des prouesses des premiers fantassins de l'air français, belges, britanniques, italiens et américains. À partir de témoignages puisés à la source même, il fait revivre de nombreux héros injustement méconnus car dans l'ombre des As - Guynemer, Nungesser, Fonck, Navarre, etc. - auréolés de gloire. Bien peu ont survécu aux combats impitoyables menés contre les redoutés Fokker allemands. Mais tous ont fait preuve d'un courage, d'une audace et d'un esprit de sacrifice admirables.

     

    ‡ Dans l'enfer de la Somme. Dans les airs et sur la terre, 1916-1918, Georges Pagé, éditions Grancher, 2016, 361 p. (20 €).

  • La bataille aérienne de Verdun en 1916

    En février 1916, les Allemands élaborent un plan soigneusement préparé sur le front de Verdun. Sur une ligne de 40 kilomètres, dans les tranchées comme dans les airs, des millions d'hommes sont pris dans un duel géant où 400 000 soldats et pilotes français tomberont.

    Derrière ce chiffre colossal se trouvent des vies, des hommes. Et au milieu des furieuses batailles entre avions à cocardes et avions à croix noires naissent de grands pilotes, dont beaucoup trouvent la mort comme les capitaines de Beauchamp et Lafont ou le sous-lieutenant Boillot… Pilotes et poilus voient leur nombre diminuer jour après jour, mais continuent à combattre avec courage jusqu'à la victoire !

    Dans cet ouvrage, l'auteur nous donne une vision globale de cette bataille décisive de la Grande Guerre qui a impliqué autant les aviateurs et les poilus que les hommes de l'ombre : les mécaniciens, le personnel hospitalier et les femmes qui, à l'arrière, ont joué un rôle important dans la fabrication des munitions et des avions…

    Aucun sensationnalisme dans ce livre, uniquement les faits de ce bouleversant drame.

     

    ‡ La bataille aérienne de Verdun 1916, Georges Pagé, éditions Grancher, 2014, 289 p., ill. (19 €).

  • En Orient et en Occident, le culte de saint Nicolas en Europe du Xe au XXIe siècle

    N'a-t-on pas déjà tout écrit sur saint Nicolas, ce saint qui constitue un trait d'union entre l'Orient et l'Occident, ce saint - fait unique - dont le récit de la vie s'est prêté à de multiples réappropriations au fil des générations, jusqu'à incarner de nos jours le Père Noël ? Les nombreuses contributions du colloque réuni en 2013 à Lunéville et Saint-Nicolas-de-Port prouvent tout le contraire.

    Dues à des chercheurs venus de près d'une dizaine de pays différents, elles précisent les contours divers pris par la figure "nicolaïenne" et les étapes du développement de ce culte resté très vivace. De récentes fouilles archéologiques conduites sur le site de Myre/Demre, au berceau de saint Nicolas,  révèlent le dynamisme de la cité où vécut cet évêque, qui reste par bien des traits mystérieux. Des enquêtes minutieuses menées pour presque tout l'espace européen sur les attestations du culte (toponymes, prénoms, images, objets de dévotion, dédicaces des églises, fêtes aux rites spécifiques) placent Nicolas aux premiers rangs de la "cour céleste", et ce dès avant que ses reliques ne soient transférées de son tombeau d'origine à Bari (1097).

    La fortune du saint évêque, qui toucha des milieux très divers (aristocratie, jeunes clercs, marchands...) ne s'est alors plus démentie : à partir du second millénaire, Nicolas s'imposa comme une référence majeure de la Russie à l'Irlande et de la Pologne aux Balkans ou à la péninsule Ibérique en passant par la Lorraine, bien sûr, tout en se prêtant à des innovations étonnantes, jusqu'à se voir mêlé à la vie publique.

     

    ‡ En Orient et en Occident, le culte de saint Nicolas en Europe Xe-XXIe siècle, Véronique Gazeau, Catherine Guyon et Catherine Vincent (dir.), éditions du Cerf, 2015, 502 p., ill. (45 €).

  • Fête de la Chandeleur ou fête de la Présentation de Jésus au temple

    Heures à l'usage du diocèse de Troyes, enluminure du XVe s.

    + Evangile selon Saint Luc.

    En ce temps-là, quand furent accomplis les jours de la purification de Marie, selon la loi de Moïse, ils le portèrent à Jérusalem, pour le présenter au Seigneur, selon qu’il est prescrit dans la loi du Seigneur : Tout enfant mâle premier-né sera consacré au Seigneur ; et pour offrir en sacrifice, selon qu’il est prescrit dans la loi du Seigneur, deux tourterelles, ou deux petits de colombes. Et voici qu’il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon, et cet homme était juste et craignant Dieu, et il attendait la consolation d’Israël, et l’Esprit-Saint était en lui. Et il lui avait été révélé par l’Esprit-Saint qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ du Seigneur. Il vint au temple, poussé par l’Esprit de Dieu. Et comme les parents de l’enfant Jésus l’apportaient, afin d’accomplir pour lui ce que la loi ordonnait, il le prit entre ses bras, et bénit Dieu, et dit : Maintenant, Seigneur, vous laisserez votre serviteur s’en aller en paix, selon votre parole, puisque mes yeux ont vu le salut qui vient de vous, que vous avez préparé à la face de tous les peuples : Lumière pour éclairer les nations, et gloire d’Israël votre peuple.

  • Verdun 1916

    Cet affrontement extraordinaire est raconté, à l'occasion de son 100e anniversaire, par deux historiens de la Grande Guerre reconnus l'un en France, l'autre en Allemagne.

    Plus longue et plus dévastatrice que les autres batailles de la Première Guerre mondiale (300 000 morts), Verdun apparaît comme le lieu d'une des batailles les plus inhumaines auxquelles l'homme se soit livré : l'artillerie cause 80 % des pertes, le rôle des hommes consiste surtout à survivre et mourir dans les pires conditions sur un  terrain transformé en enfer, tout cela pour un résultat militaire nul.

    Les batailles suivantes s'organisent autour d'une question centrale, celle du "mythe" de Verdun. Comment expliquer que cette bataille ait dans la mémoire française un statut si exceptionnel qu'elle résume toute la guerre ? Est-ce en raison de la violence extrême des combats, des souffrances inouïes des soldats, qu'elle est devenue le symbole même de la guerre ?

    Avec finesse et perspicacité, les auteurs s'unissent pour suivre les soldats et leurs chefs des deux côtés de la ligne de front. En décrivant avec minutie leur quotidien et en suivant l'évolution de l'opinion publique, de 1916 à nos jours, ils racontent comment s'est construit le "mythe" Verdun, jusqu'à devenir le symbole même de la Grande Guerre.

     

    ‡ Verdun 1926, Antoine Prost et Gerd Krumeich, éditions Tallandier, 2015, 320 p. (20,90 €).

  • Nancy : de nouvelles plaques pour l'obélisque de la place Carnot

  • Revue VMF : dossier "Metz, carrefour de l'histoiree

    La revue des Vielles Maisons Françaises propose dans son numéro de janvier 2016 un dossier sur la ville de Metz.

    Plusieurs articles nous font découvrir - ou redécouvrir - la richesse et la diversité du patrimoine messin :

    - Moyen Âge et Renaissance, les atours d'unes république patricienne, par Pierre-Edouard Wagner
    - La Porte des Allemands, sentinelle sur la Seille, par François Roth
    - Une maison canoniale devenue hôtel particulier, par Florence Amiaux-Lallement
    - Une forte empreinte : catholiques, juifs et réformés, par Philippe Hoch
    - "Metz défend l'Etat" : quinze siècles de fortifications, par François Roth
    - Monuments de 1870 : un patrimoine fragile, par François Hoff
    - La gare centrale, un manifeste impérial, par Christiane Pignon-Feller
    - La nouvelle ville au bonheur des styles, par Christiane Pignon-Feller
    - Vitraux modernes en pleine lumière, par Marie-Antoinette Kuhn-Mutter
    - Epargnée, sinistrée, réveillée : la force d'une ville, par Jean-François Michel

     

    ‡ La revue VMF est disponible sur le site de l'association www.vmfpatrimoine.org

  • Mousseline la Sérieuse

    En 1850, la duchesse d'Angoulême, fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette de Lorraine-Habsbourg, entreprend, au couchant de sa vie, de raconter la singulière histoire qui est la sienne.

    Née en 1778, la jeune princesse mène une enfance heureuse au château de Versailles. Mais le 14 juillet 1789, son univers bascule dans les ténèbres de la nuit révolutionnaire. Commence alors pour la famille de France et pour Marie-Thérèse Charlotte un parcours tragique. Son père, sa mère, sa tante sont décapités, son dernier frère, Louis XVII, meurt peu après de mauvais traitements. Unique survivante de la prison du Temple, son avenir sera ponctué de deuils, d'exils et de trop éphémères bonheurs.

    D'une plume délicate et poignante, Sylvie Yvert se glisse dans le personnage de Madame Royale et donne voix à cette femme au destin hors du commun qui traversa les événements avec fierté et détermination. Une belle plongée dans cette histoire de France méconnue et déformée par les tenants de "l'historiquement correct".

    Un roman historique à lire absolument !

     

    ‡ Mousseline la Sérieuse, Sylvie Yvert, éditions Héloïse d'Ormesson, 2015, 333 p. (18 €).

  • Toul la petite évêchoise : une ville de Lorraine à la fin de l'Ancien Régime

    Fruit d'un long et patient travail dans les archives, cet ouvrage permet au lecteur d'approcher la vie quotidienne des toulois et du pays toulois avant les grands bouleversements apportés par la Révolution dont le plus important fut la disparition de l'évêché, des congrégations religieuses, des abbayes et les transferts massifs des propriétés de l'Eglise vers la bourgeoisie et la paysannerie aisée.

    Entré sous la protection du royaume de France depuis 1552, Toul est l'un des Trois Evêchés avec Verdun et Metz. Si sa fonction administrative est limitée, sa fonction militaire est bien réelle. Une garnison royale apporte un peu d'animation et ses officiers qui viennent d'ailleurs, à défaut de combattre car aucun ennemi ne menace la ville, s'ennuient un peu et se laissent parfois aller à ces Liaisons dangereuses que raconte l'un d'eux, Choderlos de Laclos.

    Ville d'Eglise, Toul est alors depuis un millénaire une cité épiscopale dans laquelle l'évêque doit compter avec les chanoines d'un chapitre richement pourvu et laisser une totale liberté aux grandes abbayes propriétaires d'une parties des vignes, des terres et des forêts des environs. La fondation récente du diocèse de Nancy ampute celui de Toul d'une partie de son territoire, ce que beaucoup d'habitants perçoivent comme un signe de déclassement de l'antique cité des Leuques.

     

    ‡ Toul la petite évêchoise. Une ville de Lorraine à la fin de l'Ancien Régime, Jean-Paul Aubé, éditions des Paraiges, 2015, 177 p., ill. (15 €).

  • Tignécourt (88) : 10èmes Rencontres Natur'images les 9-10 avril 2016

  • "Un scout de France dans la Grande Guerre" : spectacle des Europa Scouts au château de Ville-au-Val le 23 avril 2016

  • Nancy : l'obélisque de la place Carnot à nouveau paré de ses plaques

    A son origine, en 1896, l'obélisque de la place Carnot comptait un groupe sculpté en bronze représentant "La Force et la Paix", ainsi que quatre plaques en bronze. Celles-ci indiquaient, entre autres, le nom du président Sadi Carnot, ainsi que celui du grand-duc Constantin de Russie, qui s'étaient rencontrés à Nancy en 1892, ce qui avait abouti à la signature de l'Alliance franco-russe l'année suivante. A la mort de Sadi Carnot, en 1894, Nancy a donc décidé d'ériger, au nom de la Lorraine, un monument pour la paix des peuples, rendant hommage à ces deux hommes et à leur rencontre historique à Nancy.

    Malheureusement, tous les éléments décoratifs de l'obélisque ont disparu sous l'Occupation sans jamais être retrouvés. Mais depuis le 16 janvier, c'est chose réparée puisque quatre belles plaques en pierre de lave émaillée ornent à nouveau le monument. Fidèles aux plaques d'origine, elles citent, en plus des deux hommes, les trois départements lorrains de l'époque (dont la Moselle ne faisait pas partie) et le nom des chefs-lieux et des sous-préfectures de l'époque.

    Elles ont été inaugurées par le maire et plusieurs élus dans le cadre de l'exposition "L'Ecole de Nancy face aux questions politiques et sociales de son temps" présentée au musée des Beaux-Arts de Nancy.

  • Le nom de Dieu est Miséricorde

    Dans le premier livre signé de sa main, Sa Sainteté le Pape François dialogue de façon simple, intime et personnelle avec chaque femme et chaque homme de la planète.

    A travers son expérience personnelle de prêtre, il aborde la question de la miséricorde, thème central de son enseignement et de son témoignage.

    Il explique pourquoi l'Année Sainte extraordinaire qui lui tient tant à cœur devrait parler à toutes les âmes - à l'intérieur de l'Eglise universelle mais aussi au-dehors - qui recherchent un sens à la vie, un chemin de paix et de la réconciliation, une guérison des blessures physiques et spirituelles.

    Ce texte est la synthèse de son enseignement et de son pontificat. Chaque page de l'ouvrage vibre du désir du Saint-Père de toucher les âmes en quête de Dieu. Pour lui, priorité doit être donnée à cette humanité, inquiète et souffrante, qui demande à être écoutée et non repoussée : les pauvres, les exclus, les prisonniers, les prostituées, les divorcés, les homosexuels... Il insiste notamment à travers des souvenirs de jeunesse et des épisodes émouvants de son expérience de pasteur d'âmes, sur le fait que l'Eglise ne doit fermer la porte à personne.

     

    ‡ Le nom de Dieu est Miséricorde, Pape François, entretien avec Andrea Tornielli, Robert Laffont éditeur-Presses de la Renaissance, 2016, 168 p. (15 €).

  • Lorsque Bleurville fêtait saint Maur

    [L'Abeille]

  • 223ème anniversaire de l'exécution du roi Louis XVI

    In memoriam,

    Sa Majesté Louis XVI, roi de France,

    exécuté le 21 janvier 1793 à Paris

    par des terroristes révolutionnaires

    en haine de la royauté et de Dieu

    RIP+

  • Vivre à l'arrière du front dans les Vosges en 1914-1918

    L’éditeur Yann Prouillet aux côtés d’Anne Peroz qui signe un ouvrage de référence sur la vie des civils en 1914-1918.


    Au lendemain de la défaite de 1870, les Vosges se trouvent en première ligne face à l’Allemagne. Avec le déclenchement des hostilités, le département va devenir un théâtre de guerre. Les conséquences seront multiples au plan humain, social, économique et militaire. Férue d’histoire, Anne Peroz a choisi, dans le cadre de son cursus à la faculté de droit, de préparer sa thèse sur la vie et les problèmes juridiques des populations civiles à l’arrière du front dans le département des Vosges pendant la Première Guerre mondiale.

    « L’expérience combattante de la guerre 14-18 a souvent été abordée, mais il n’en est pas de même de la vie des civils et de leur contribution à l’effort de guerre. Pourtant, en 14-18, cet effort est sans précédent : 14-18 est en effet le premier conflit total, mené aussi contre et avec les civils. » Le tribut payé par la population est très lourd. Avec le conflit et la mise en place d’un régime d’exception, la vie des civils n’est plus la même. Anne Peroz illustre ces bouleversements survenus au quotidien.

    « A la mobilisation, on fait la chasse aux embusqués et aux déserteurs, on évacue les « bouches inutiles » du camp retranché d’Epinal. La mobilisation de masse entraîne la désorganisation des administrations et des services, et, l’homme absent, la femme acquiert temporairement certaines responsabilités dans la gestion des affaires ; elle devient chef de famille, et une conduite irréprochable est exigée d’elle. »

    L’intérêt de la Défense nationale prend le pas sur l’intérêt particulier à l’arrière-front dans la zone des armées. « La cohabitation entre civils et militaires n’est pas toujours aisée. L’industrie vosgienne travaille à plein régime pour l’effort de guerre ; on compte bien sûr des grèves, mais le climat social reste calme dans les Vosges pendant les quatre années de guerre. Le territoire est quadrillé par l’autorité militaire ; le contrôle de la circulation et de la correspondance permet de faire la chasse aux suspects. Au niveau de la presse, censure et propagande s’activent. »

    Dans ce contexte hors norme, Anne Peroz s’est rendu compte que la population avait adhéré sans faillir au cours de ces années. « Chaque civil avait son rôle pendant la guerre : le maire, symbole de l’autorité de l’Etat à quelques kilomètres du front, l’instituteur, auxiliaire de la propagande patriotique, la mère de famille, support du foyer, la femme, aux champs et à l’usine, l’enfant, la relève, qui doit savoir se montrer reconnaissant car c’est pour son avenir que l’on se bat. »

    De nombreux fonds et documents jusque-là non exploités ont été consultés à l’appui de ses recherches. « Ma thèse est destinée à tous les publics… Je m’appuie beaucoup sur des exemples concrets tirés des archives, le langage est clair, l’ouvrage est bien illustré et touche donc le plus grand nombre ; il raconte une « histoire », celle de l’épopée des civils vosgiens pendant la Première Guerre mondiale. » Actuellement maître-assistante en histoire du droit à l’Université de Lausanne, Anne Peroz devrait présenter son travail lors de plusieurs conférences proposées aux Archives départementales d’Epinal, à la Société d’émulation et à la Société philomatique vosgienne de Saint-Dié.

    [d'après Vosges Matin]

     

    ‡ Vivre à l’arrière du front, Vosges 1914-1918, 440 pages, ill. (25 €) est disponible chez Edhisto, 146 rue de la Creuse, 88420 Moyenmoutier, et sur Internet : www.edhisto.eu

  • Prédication et prédicateurs en ville aux XVIe-XVIIIe siècles dans l'Est de la France

    Figure familière et populaire, le prédicateur est déjà omniprésent en ville à la fin du Moyen Âge. Pourtant son importance ne cesse de croître au temps de la Réforme catholique : jamais le monde urbain n'en a dénombré autant ; aux rendez-vous habituels s’ajoutent d’autres cycles saturant l’espace et le calendrier ; tous les sanctuaires s’équipent d’une chaire à prêcher ; les commanditaires les gratifient et les honorent. Les réguliers, mendiants et récents, continuent à régner sur la prédication, mais les évêques assument aussi cette charge, parfois personnellement, assistés du chanoine théologal partout institué et d’un clergé paroissial compétent.

    Au-delà du passage de ténors de la chaire, chaque ville possède désormais ses orateurs reconnus, soutenus par les institutions locales. Pour tous, la question de la formation et de l’efficacité est cruciale, comme en attestent les nombreuses notes d’auditeurs. Destinés à un public dévoué, les meilleurs discours connaissent une seconde vie grâce à l’impression. Enfin, si la principale mission du prédicateur consiste à instruire, il est encore un acteur de son temps. Sa voix est mobilisée au service des combats et débats (affrontements confessionnels, jansénismes, politique de concorde et de pacification) qui animent les cités.

    Prenant appui sur un vaste corpus archivistique conservé dans dix grandes villes de la France de l’Est - et de la Lorraine en particulier - entre 1550 et 1790, cette étude contribue à la connaissance renouvelée des oralités religieuses.

    Stefano Simiz est professeur d'histoire moderne à l'Université de Lorraine, spécialiste du fait religieux.

     

    ‡ Prédication et prédicateurs en ville XVIe-XVIIIe siècles, Stefano Simiz, Presses universitaires du Septentrion, 2015, 352 p., ill. (29 €).

  • Bleurville (88) : l'ancien presbytère est à vendre

     

    L'ancien presbytère de Bleurville, 18e-19e s. 

     

    Noble bâtisse située en face de l’église paroissiale, elle surplombe le village de Bleurville avec une jolie vue sur la vaste forêt de Darney.

    Maison de cure depuis le 18ème siècle, elle a connu un remaniement important en 1829-1830.

    Le presbytère fut occupé par le desservant de la paroisse jusqu’en 2010.

    Vaste demeure dont la toiture est refaite à neuf (2012), elle est close de murs et dispose d’un vaste jardin et d’un verger à l’arrière.

    Cette maison de caractère conviendrait tout-à-fait pour la réalisation d'un projet de création de chambres d'hôtes.

    Bleurville est situé dans le canton de Monthureux-sur-Saône, à 21 km au sud de Vittel et proche de la sortie A31 de Bulgnéville.

     

    > Renseignements : Étude notariale REBOURG-BALANCY à Vittel

    > Tél. : 03 29 08 01 80

    > Courriel : etude-rebourg.balancy@notaires.fr

  • Bleurville, d'hier... pour demain : votre avenir est à Bleurville !

    lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

    Bleurville, vue aérienne, juillet 2014 [cl. G. Salvini].

     

     

    Bleurville d'hier... pour demain, car nos villages et bourgs ruraux doivent continuer à vivre et se développer pour conserver à notre France son identité.

     

    Alors, vous aimez votre pays, vous aimez notre Lorraine, vous aimez les Vosges... vous aimerez Bleurville !

     

    Jeunes artisans, jeunes entrepreneurs, venez investir et vous installer à Bleurville : son cadre de vie et son environnement humain, naturel et bâti vous séduiront !

     

    Lire la suite

  • 'Le Pays Lorrain' de décembre 2015 est paru

    Le numéro 4/2015 du Pays Lorrain, la revue du Musée Lorrain et de la Société d'histoire de la Lorraine, est paru.

    Au sommaire :
    - le trésor de Monneren et le "triangle d'or" mosellan du VIe siècle, par Alain Simmer
    - le négoce entre la Lorraine et l'Espagne : l'exemple de Simon Sallet au XVIIe siècle, par Marie-Françoise Michel
    - la noblesse de Bar-le-Duc au XVIIIe siècle (1698-1791), par Jean-Paul Streiff
    - le lorrain tel qu'on le parle, par Dominique Flon
    - Dossier "800ème anniversaire de la fondation de l'Ordre des Dominicains" :
        * l'Ordre des Prêcheurs en Lorraine, par Martine Tronquart
        * pastorale et dévotions dominicaines en Lorraine aux XVIe-XVIIIe siècles, par Stefano Simiz
        * échanges épistolaires du Père Lacordaire avec les notables nancéiens, par Raymonde Riff
        * Madonna della Quercia, des vignes du Latium à la Province de France, par Mireille-Bénédicte Bouvet
    - Chronique du patrimoine : "Quand les Lorrains vendaient leur patrimoine..." : articles sur le petit patrimoine vernaculaire lorrain jeté ou vendu, sur le masque de Conflans disparu, sur le dépeçage du château de Lannoy, sur la vente du cloître de Froville, sur la vente de patrimoine mobilier meusien entre 1960 et 1980, sur le marché de Vierges lorraines du XIVe siècle

    ... Et les rubriques habituelles : la chronique régionale, la vie du Musée, la recension des livres et des revues régionales.

     

    ‡ La revue Le Pays Lorrain est en vente à l'accueil du Musée Lorrain à Nancy ou sur abonnement (39 €, 4 numéros) en adressant son règlement et ses coordonnées postales à : LE PAYS LORRAIN, PALAIS DES DUCS DE LORRAINE, 64 GRANDE RUE, 54000 NANCY

  • Pour Dieu et le Roi avec Stofflet

    Ce petit ouvrage est avant tout l'histoire d'un brave parmi les braves, d'un Lorrain parti sur les terres vendéennes afin de combattre pour son Dieu et son souverain, histoire racontée avec simplicité aux enfants. Il s'agit de l'histoire du général Nicolas Stofflet.

    Dans ce livre s'exprime la voix du peuple de Vendée derrière un général venu de Lorraine qui, lui-même, était issu du peuple. Peuple et hommes de guerre savaient, comme leurs généraux, défendre avec légitimité une famille, une ferme, un village, un prêtre. Ils n'étaient pas particulièrement aguerris au métier des armes, mais ils étaient animés d'une grande foi et d'une grande sincérité.

    Pour Dieu et le Roi avec Stofflet transmet aux jeunes générations un esprit, une foi, une conviction qui furent ceux partagés par Nicolas Stofflet, mort sous les balles de la république pour avoir trop aimé son pays, son Dieu et son roi.

    La Lorraine et la Vendée commémorent cette année le 220ème anniversaire de la mort de Nicolas Stofflet. Ce modeste ouvrage veut en rappeler le souvenir.

     

    ‡ Pour Dieu et le Roi avec Stofflet, Brigitte Lundi, éditions Les Petits Chouans, 2015, 77 p., ill. (12 €). Disponible sur www.petits-chouans.fr

  • Quand Bleurville fêtait saint Maur...

    Nous étions au mitan de l'hiver. Et en ces années 1720, la saison était particulièrement rude ! La paroisse s'apprêtait à fêter son saint patron secondaire, saint Maur, le protecteur de l'église prieurale bénédictine. Celle-ci trônait encore au centre du bourg, reste de splendeur de l'antique abbaye fondée vers 1030 par les comtes de Toul.

    Le prieur de Varangéville était arrivé au village voici quelques jours par la grande route de Nancy quittée au Haut-de-Salin, et par des chemins forestiers encombrés de neige – un dicton populaire à Bleurville ne disait-il pas qu'"à la Saint Maur l'hiver s'arrête ou reprend vigueur" ! – ; il était arrivé en calèche tirée par deux chevaux et accompagné d'un frère bénédictin. Ils étaient attendus par Jean Guéniot, le fermier du prieuré Saint-Maur qui s'empressa de les conduire dans le logis prieural bien chauffé et apprêté par son épouse pour accueillir les hôtes de marque venus pour la fête de saint Maur. Le prieuré de Bleurville n'était plus occupé par des religieux voici déjà bien longtemps, mais les bénédictins de Varangéville, près de Saint-Nicolas-de-Port, envoyaient un prêtre, à l'occasion des grandes fêtes liturgiques, afin d'y célébrer le Saint Sacrifice... et de percevoir les aumônes et redevances diverses pour les biens loués aux habitants !

    Le RP dom Jacques Belhomme, prieur de Varangéville et de Bleurville, fut accueilli par Charles Jullien, le mayeur (maire) élu cette année-là par la communauté villageoise, dans la cour du prieuré bordée par des remises agricoles, l'étable, l'écurie et le colombier qui encadraient eux-même la vénérable église et le prieuré, mêlant allègrement temporel et spirituel. Le village se relevait doucement des terribles années de guerre du siècle précédent : Bleurville avait accueilli plusieurs familles venues de Savoie, de Bourgogne et de Franche-Comté afin de repeupler une Lorraine exsangue. Du travail, il y avait plus qu'un homme pouvait en faire : il fallait défricher des champs, couper les haies, rebâtir les maisons ! L'espoir habitait à nouveau le coeur des Bleurvillois qui avaient vu leur village dépeuplé, leurs maison ruinées, leur prieuré pillé par la soldatesque française et impériale. Des bandes de défricheurs venus du Limousin séjournaient quelque temps au village, y travaillaient dur avant de repartir au pays. Certains célibataires y prenaient femme et s'y sont installés et sont devenus de vrais Lorrains, fiers de leur duc Léopold !

    Le 15 janvier, jour de la fête liturgique de saint Maur, c'est la foule des paroissiens, grossie d'habitants de Nonville, de Monthureux, de Tignécourt, d'Attigny, qui se pressait dans la petite nef de la prieurale afin d'assister à la grand'messe où le clergé présentait à la vénération du peuple les reliques des martyrs Bathaire et Attalein. Cierges et flambeaux éclairaient la nef et tous les regards convergeaient vers le maître-autel où officiait pontificalement dom Belhomme, revêtu de ses plus beaux ornements, assisté comme diacre par l'abbé Duparge, le curé de Bleurville, et comme sous-diacres, du RP Gillot, bénédictin, et de l'abbé Perrey, curé de Provenchères, originaire de Bleurville et fondateur de la confrérie des morts en 1721 en l'église paroissiale. Claude Ragageot, marguillier et chantre de la paroisse, entonnait de sa plus belle voix les antiennes de l'office divin. Le mystère de la messe s'accomplissait dans le recueillement et la vision des dizaines de cannes pendues dans le choeur, ex-voto dérisoires abandonnés là par des infirmes en guise de remerciements pour les guérisons obtenues ; saint Maur étant invoqué localement par les boîteux et autres "accidentés de la vie" depuis des siècles !

    Après la vénération des saintes reliques, on ne s'attardait pas dans la cour du monastère : soupes, potée, volailles, cochonailles, tartes et gaufres, le tout arrosé du vin de pays des coteaux du Cras, attendaient famille et parenté. Malgré quelques petites bisbilles à propos de la répartition des offrandes de messes, le prieur recevait le curé de Bleurville à sa table, avant de reprendre la route de Nancy dans deux jours après avoir dit la messe de Requiem pour les fondateurs du monastère et les défunts de la paroisse. Le village résonnait des réjouissances profanes : le repas rassemblait la famille élargie autour du cochon qui avait été sacrifié quelques jours auparavant. Les réjouissances allaient se prolonger jusque fort tard dans la soirée, interrompues par les incontournables travaux de la ferme. Dans certaines granges, on pouvait même entendre un violoneux qui jouait quelques airs entraînants, invitant la jeunesse à quelques danses endiablées... Mais attention au courroux du curé Duparge qui tonnera en chaire dimanche prochain contre les adeptes de ces danses sataniques.

    Cette évocation historique d'un moment festif de notre village n'est pas qu'une pure invention : ces moments de la fête patronale de saint Maur au début du XVIIIe siècle ont été reconstitués à partir des témoignages laissés dans les archives. Ils se renouvelleront à peu près dans les mêmes conditions jusqu'à la fin du XXe siècle : en effet, la paroisse de Bleurville honorera avec fidélité, son second saint patron – après saint Pierre aux Liens – chaque 15 janvier. Certes, la ferveur religieuse s'émoussa au fil des ans, mais la tradition se perpétua malgré tout jusqu'au début des années 1990 avec le repas familial et le bal populaire.

    Désormais, la fête de saint Maur fait partie des souvenirs et du substrat commun que les anciens racontent avec nostalgie aux jeunes générations accaparées par les futilités matérielles et consuméristes de ce XXIe siècle. La communauté y a sûrement perdu en cohésion et en "vivre ensemble"...

  • La Nuit des témoins à Nancy le 31 janvier 2016 avec l'AED

  • Bleurville (88) : des voeux et des projets

    La cérémonie des vœux de la municipalité a été l’occasion de rappeler les actions engagées en 2015 et d’envisager celles qui marqueront la nouvelle année.

    Les Bleurvillois avaient répondu nombreux à l’invitation du maire, Denis Bisval, pour la cérémonie des vœux qui s’est déroulée à la salle des associations en présence du conseil municipal, de l’adjoint au maire de Nonville et du commandant du centre de secours de la Saône vosgienne.

    Le maire a salué le travail réalisé tout au long de l’année par les employés communaux et les conseillers municipaux qui s’investissent dans la vie communale. Il a encore rappelé le rôle indispensable des associations dans l’animation et la promotion du village, ainsi que celui des acteurs économiques pourvoyeurs d'emplois et d'une image dynamique de la commune.

    La municipalité a profité de cette cérémonie pour présenter les nouveaux habitants à l’assistance et un cadeau de bienvenue leur a été remis.

    Un rapide tour d’horizon des travaux réalisés en 2015 a été effectué : achèvement de la desserte du massif forestier du Neufmont, création du chemin forestier de la Tervelle avec une place de retournement, reconstruction des deux ponts de fer sur le Gras dans la prairie, travaux de voirie au lotissement, remplacement des chaudières à la maison forestière, travaux d’élagage sur le Chêne des Saints, nettoyage de la croix et du monument aux morts au cimetière, déplacement de l’agence postale communale à la mairie...

    Les travaux 2016. – Le projet d’assainissement collectif suivra son cours mais demandera encore du temps en raison des impacts financiers lourds pour la commune. Des travaux de voirie sont programmés ainsi que la clôture du périmètre de protection du château d’eau. « Un projet de réhabilitation et d’accessibilité de la bibliothèque et de son environnement est à l’étude afin d’attirer un public plus large : nous devrions avoir un centre bourg plus accueillant et plus vivant » précise Denis Bisval.

    L’animation du village. – La discothèque route de Nonville a désormais un repreneur et est en cours de réhabilitation ; elle devrait ouvrir ses portes au printemps prochain et permettra l’organisation de fêtes et de soirées sympathiques. Depuis la fermeture de la boulangerie, la création d’un dépôt de pain de proximité est souhaitée par la population : une solution alternative est également à l’étude.

    L’environnement bâti de la commune fera l’objet d’une réflexion : la commission des bâtiments va travailler sur le cas des immeubles abandonnés afin de garantir la sécurité de tous et donner une image plus valorisante du village.

    « Des projets il y en a, ce sont les moyens financiers qui manquent le plus, problématique rencontrée par un grand nombre de collectivités territoriales actuellement » a conclu le maire. « Les dotations de l’Etat diminuant et les subventions départementales et régionales quasiment inexistantes, nous obligent à une gestion plus serrée. » Et de rappeler que si le CCAS a été dissous pour des motifs comptables, le traditionnel repas des aînés sera désormais offert par la commune !

    La cérémonie s’est clôturée par le partage du verre de l’amitié, autour des petits fours offerts par le maire, et l’échange des vœux entre les habitants.

  • La Lorraine perd ses habitants

    L’Insee vient de publier les chiffres de population légale pour 2013. La Lorraine compte officiellement 2 345 197 habitants, soit 4 619 de moins qu’en 2012. La nouvelle région Grand Est regroupe 5 552 388 habitants.

    A l’aube de chaque nouvelle année, l’Insee publie les données officielles de population légale pour la France et pour l’ensemble des découpages administratifs du pays. Ces chiffres, qui reflètent la situation de 2013, font désormais office de référence pour l’ensemble des dispositions législatives et réglementaires qui régissent la vie locale, notamment en matière de finances locales, de vie municipale et de fonction publique territoriale.

    La Lorraine est en perte de vitesse démographique : avec 2 345 197 habitants en 2013 contre 2 349 816 en 2012, soit près de - 0,2 %, notre région a perdu des habitants. C’est un signal extrêmement négatif en matière de dynamisme et d’attractivité.

    la nouvelle grande région prend le relais. Bien qu’en perte de vitesse, la Lorraine constitue la partie la plus peuplée de la nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Elle s’affiche comme la sixième Grande Région française avec 5 552 388 habitants dont 2 345 197 Lorrains, 1 868 183 Alsaciens et 1 339 008 Champardenois. La région Est arrive derrière l’Île de France (11 959 807 habitants), Auvergne-Rhône-Alpes (7 757 595 habitants), Nord-Pas-de-Calais-Picardie (5 987 883 habitants), Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (5 844 177 habitants), et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées (5 683 878 habitants).

    La démographie est à l’arrêt. La population lorraine a augmenté de 0,4 % par an entre 1968 et 1975 avant de diminuer faiblement mais régulièrement (- 0,1 % par an) jusqu’en 1990. Cette baisse était due à un fort déficit migratoire (- 0,6 % par an) que l’excédent naturel (+ 0,5% par an) ne parvenait pas à compenser. La région enregistrait plus de départs et de décès que de naissances. La croissance démographique de la Lorraine a pourtant repris à partir de 1999 (+ 0,2% par an jusqu’en 2007, puis +0,1 % jusqu’en 2012) grâce à une réduction des pertes migratoires. Le chiffre 2013 qui vient de tomber inverse la tendance. La fuite migratoire a repris. Le déficit final, proche de 0,2 %, n’a rien de neutre.

    Natalité et mortalité. Les chiffres concernant la natalité en Lorraine ne sont pas excellents. L’indice conjoncturel de fécondité (ICF) s’établit à 1,8 enfant par femme en 2013 dans la région, contre 2 enfants pour la moyenne de la France métropolitaine. Si la fécondité des Lorraines de moins de trente ans est comparable à la moyenne française, celle des Lorraines de plus de trente ans est en deçà de la moyenne. La Lorraine est en queue de peloton dans le classement des régions, juste devant l’Aquitaine, le Limousin et la Corse. Le taux de natalité en Lorraine s’établit à 11,3 naissances pour 1 000 habitants, inférieur à la moyenne nationale de 12,7.

    Le taux de mortalité atteint 9,4 décès pour 1 000 habitants, plus fort que la moyenne française, établie à 8,7.

    Les départements. En matière de population, le département de la Moselle caracole toujours loin devant les autres départements lorrains. Il progresse même légèrement, passant de 1 046 468 habitants à 1 046 873. En revanche, la Meurthe-et-Moselle trébuche. Elle voit sa population se réduire de 733 266 habitants en 2012 à 731 004 en 2013. Les Vosges poursuivent leur glissade en passant de 377 282 habitants à 375 226 et la Meuse suit la même tendance, avec une petite perte, de 192 800 à 192 094.

    Nancy rit, Metz pleure. Selon les derniers chiffres de l’INSEE, Nancy a gagné des habitants entre 2012 et 2013, passant de 105 067 à 106 342, tandis que Metz en perdait, passant de 119 551 à 118 634. Nancy se redresse alors que sa population avait tendance à décliner légèrement depuis 2007.

    Quelles solutions pour sauver la Lorraine ?

    - une politique économique régionaliste active et volontariste : développer son économie en incitant les Lorrains a investir chez eux et ainsi éviter de voir la "matière grise" et notre jeunesse quitter la région

    - une politique familiale et nataliste volontariste : favoriser les familles en incitant les mères ou les pères à élever leurs enfants à la maison en versant un véritable salaire familial

    - valoriser la Lorraine en encourageant la sauvegarde de son patrimoine historique, architectural, paysager, intellectuel et traditionnel.

    Bref, allier modernité et traditions.

    Mais les politiques ont-ils la volonté de sauver notre Lorraine, eux qui ne pensent qu'à faire la course aux mandats électifs et dénigrer nos territoires et les racines de la France...

  • Bruyères (88) : l'aménagement de l'oratoire de la ferme des Anges se poursuit

    [Vosges Matin]

  • Vague de christianophobie en Seine-et-Marne

    Vague de christianophobie durant le week-end des 9 et 10 janvier en Seine-et-Marne.

    L'église Saint-Louis de Fontainebleau a été victime d'un incendie criminel : d'importants dégâts sont à déplorer avec notamment la destruction d'objets classés : la statue de la Vierge de Notre-Dame de Franchard du XIVe siècle, un retable du XVe et un autel du XVIe issu du château de Fontainebleau.

    Par ailleurs, l'église de Veneux-les-Sablons, proche de Fontainebleau, a été partiellement détruite par un incendie accidentel.

    Enfin, la croix de Guise (1563), érigée par la famille de Lorraine-Guise en forêt de Fontainebleau, a été volontairement détruite.

    Les actes de christianophobie en France, ça suffit !

    Il est plus que temps que les autorités publiques prennent des mesures de protection et appliquent des sanctions sévères à l'égard des auteurs de ces atteintes contre la foi chrétienne.