16 septembre 2014

Les Journées du Patrimoine 2014 à Lignéville et Contrexéville

lignéville.jpg

contrex.jpg

Jules Crevaux, l'explorateur de l'Amazonie

crevaux.jpg"Tiens bon !", telle était la devise que Jules Crevaux s'était forgée au fil de ses explorations.

Il fallait en effet une force de caractère exceptionnelle pour arpenter durant six ans le bassin septentrional de l'Amazonie. Jules Crevaux, Lorrain né à Lorquin en 1847, devenu chirurgien de la Marine, décida d'explorer ces régions où personne n'avait encore oser s'aventurer.

Soutenu par le vosgien Jules Ferry, alors ministre de l'Instruction publique, il sillonna, dans un esprit humanitaire et scientifique, la Guyane française, puis alla jusqu'aux confins des Andes. Il parcourut ainsi 12 000 kilomètres, le plus souvent en pirogue, mais aussi à pied voire à dos de mule. Sa curiosité et son savoir protéiforme firent progresser la connaissance de ces régions lointaines tant sur le plan du naturalisme, de la géographie que de l'ethnologie. Il partagea ses découvertes en publiant dans la revue Le Tour du Monde les récits de ses explorations illustrés par Riou ou Valette.

 

lorraine,jules crevaux,amazonie,guyane,andes,explorateur

Buste de Jules Crevaux, monument du jardin Godron à Nancy [cliché H&PB].

 

Il mourut tragiquement, assassiné puis mangé par les indiens Tobas, sur les bords du Pilcomayo. A Paris, le Musée du Quai Branly conserve et expose une partie de ses collections.

Il s'agit là de première biographie de Jules Crevaux.

 

lorraine,jules crevaux,amazonie,guyane,andes,explorateur

Monument à la gloire de Jules Crevaux au jardin Godron à Nancy [cliché H&PB].

 

 

‡ Jules Crevaux. L'explorateur de l'Amazonie, de la Guyane aux Andes, Corinne Fenchelle-Charlot, éditions Gérard Louis, 2014, 267 p., ill. (30 €).

15 septembre 2014

70ème anniversaire de la Libération de Nancy

lorraine,nancy,libération,guerre 1939-1945,de gaulle,leclercAprès plusieurs jours de manœuvres d’encerclement de la ville, le 15 septembre 1944, les soldats de la 35e Division d’Infanterie américaine entrent dans Nancy, aidés par l’action préalable des Forces Françaises de l’Intérieur (FFI), des Francs Tireurs et des Partisans Français (FTP).

Ils mettent fin à une occupation douloureuse, marquée par la barbarie allemande et le sacrifice de dizaines de Nancéiens héroïques.

70 ans plus tard, du 12 au 15 septembre 2014, la Ville de Nancy célèbre sa liberté retrouvée et rend hommage à ses libérateurs.

Quelques images de la libération de Nancy...

013.JPG

016.JPG

018.JPG

026.JPG

028.JPG

032.JPG

036.JPG

041.JPG

[clichés Centre Images Lorraine]

 

... Et quelques images de la reconstitution de l'entrée des Alliés dans Nancy le 15 septembre 1944 avec les associations de matériels militaires anciens...

 

lorraine,nancy,libération,guerre 1939-1945,de gaulle,leclerc

lorraine,nancy,libération,guerre 1939-1945,de gaulle,leclerc

lorraine,nancy,libération,guerre 1939-1945,de gaulle,leclerc

lorraine,nancy,libération,guerre 1939-1945,de gaulle,leclerc

lorraine,nancy,libération,guerre 1939-1945,de gaulle,leclerc

lorraine,nancy,libération,guerre 1939-1945,de gaulle,leclerc

lorraine,nancy,libération,guerre 1939-1945,de gaulle,leclerc

lorraine,nancy,libération,guerre 1939-1945,de gaulle,leclerc

lorraine,nancy,libération,guerre 1939-1945,de gaulle,leclerc

lorraine,nancy,libération,guerre 1939-1945,de gaulle,leclerc*

Jean-Marie Cuny embarqué par la MP...

[clichés H&PB]

 

Les Journées du Patrimoine 2014 aux Archives départementales des Vosges

adv.jpg

14 septembre 2014

Grand, archéologie et territoire

grand.jpg

Le Conseil général des Vosges lance une série de publications consacrée à "Grand, archéologie et territoire".

Propriétaire du site gallo-romain de Grand, dans l'Ouest vosgien, l'instance départementale souhaite rassembler les résultats des travaux de recherche engagés à Grand en remettant en perspective l'abondante documentation accumulée depuis la reprise des fouilles archéologiques au début des années 1960.

Par le biais de ces publications, le Conseil général propose de nouvelles approches pour mieux appréhender la complexité du site antique. C'est ainsi que dans ce premier opus, Thierry Dechezleprêtre, conservateur en chef du site de Grand, met à disposition des chercheurs et des amateurs d'histoire et de patrimoine un corpus d'études thématiques consacrées aux grandes phases de la recherche sur l'agglomération antique de Grand, sur l'histoire du nom de la "basilique", sur les inscriptions découvertes à Grand ainsi que sur divers aspects d'artefacts et nécropoles mis au jour sur le territoire de la commune.

 

‡ Grand, archéologie et territoire, Thierry Dechezleprêtre (dir.), Conseil général des Vosges, n° 1, 2014, 254 p., ill. cartes.

70ème anniversaire du maquis de Grandrupt (Vosges)

grandrupt.jpg

[Vosges Matin]

Nancy : consécration de l'autel de Notre-Dame-de-Lourdes le 5 octobre

autel.jpg

Le trésor de Marthille

marthille.jpg

[Vosges Matin]

Bleurville (88) : l'ancien presbytère est à vendre

 

vosges,bleurville,presbytère,notaire,vente immobilière

La maison de cure de Bleurville, 18e-19e s. 

 

Noble bâtisse située en face de l’église paroissiale, elle surplombe le village de Bleurville avec une jolie vue sur la vaste forêt de Darney.

Maison de cure depuis le 18ème siècle, elle a connu un remaniement important en 1829-1830.

Le presbytère fut occupé par le desservant de la paroisse jusqu’en 2010.

Vaste demeure dont la toiture est refaite à neuf (2012), elle est close de murs et dispose d’un vaste jardin et d’un verger à l’arrière.

Cette maison de caractère conviendrait tout-à-fait pour la réalisation d'un projet de création de chambres d'hôtes.

Bleurville est situé dans le canton de Monthureux-sur-Saône, à 21 km au sud de Vittel et proche de la sortie A31 de Bulgnéville.

 

> Renseignements : Étude notariale REBOURG-BALANCY à Vittel

> Tél. : 03 29 08 01 80

> Courriel : etude-rebourg.balancy@notaires.fr

Bleurville, d'hier... pour demain

Nous vous proposons un petit voyage dans le Bleurville d'hier à travers quelques cartes postales glanées sur le Net. Parce qu'une communauté villageoise, c'est avant tout une histoire faite par des hommes et des femmes qui ont bâti les demeures qui bordent les vieilles rues et qui ont façonné aussi le paysage dans lequel s'insère notre village.

Bleurville est situé dans le canton de Monthureux-sur-Saône, à 21 km au sud de Vittel, à 48 km au sud-ouest d'Epinal et à 20 km à l'est de Bourbonne-les-Bains.

 

lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

Bleurville d'hier... pour demain, car nos villages et bourgs ruraux doivent continuer à vivre et se développer pour conserver à notre France son identité.

Alors, vous aimez votre pays, vous aimez notre Lorraine, vous aimez les Vosges... vous aimerez Bleurville !

Jeunes artisans, jeunes entrepreneurs, venez investir et vous installer à Bleurville : son cadre de vie et son environnement humain, naturel et bâti vous séduiront !

 

> Renseignement en mairie : mairie.bleurville@orange.fr 

13 septembre 2014

La Meuse défend la France

meuse 14 18.jpgSaluons la belle initiative du Conseil général de la Meuse qui lance la publication d'une revue à l'occasion du Centenaire de la Grande Guerre.

Le département de la Meuse, par sa place dans le premier conflit mondial, mérite de la Nation. Il a été très fortement marqué par le conflit, au point de voir sa population meurtrie par les souffrances endurées durant quatre longues années, ses terres bouleversées par l'acharnement des combats et de connaître la plus grande bataille du XXe siècle : Verdun. Verdun qui sonne encore aujourd'hui comme le symbole de la guerre à outrance et surtout comme le symbole de la paix construite dans la souffrance des hommes.

La première édition de cette revue à destination pédagogique, doit permettre aux lecteurs de découvrir que le conflit n'est pas arrivé par hasard. Au contraire, il a été préparé en Allemagne comme en France par les politiques et les militaires. La revanche de la guerre de 1870 se préparait.

La revue aborde l'histoire militaire et civile du département qui se militarisait et se fortifiait. Terre de garnisons : le premier numéro de cette publication rappelle que la Meuse fut une réserve de régiments, de casernes, de terrains de manœuvre... Toute une économie pour forger les hommes de la revanche.

Bref, un état des lieux avant l'entrée dans la Grande Guerre et le terrible mois d'août 14.

 

‡ La Meuse défend la France. Terre de garnisons, Laurent Jalabert, éditions du Quotidien, n° 1, août 2014, 63 p., ill. (10 €).

Patrimoine religieux vosgien

vierge.jpg

ste menne.jpg

[Vosges Matin]

12 septembre 2014

Les taxis des Vosges pendant la bataille des frontières

taxis vosges.jpg

[Vosges Matin]

Journées johanniques de Bermont les 27-28 septembre 2014

032.JPG

Jehanne d'Arc devant la chapelle Notre-Dame de Bermont [cliché ©H&PB].

jjb.jpg

11 septembre 2014

Rentrée des Europa-Scouts nancéiens

 

europa scouts.jpg

Les Europa-Scouts nancéiens font leur rentrée samedi 20 septembre 2014 à 14h30 au Tremblois (commune de Laneuvelotte, est de Nancy).

Les troupes des guides et des scouts accueillent avec plaisir tous les jeunes désirant partager les activités des Europa-Scouts, dans le cadre d'un scoutisme catholique traditionnel.

Les Europa-Scouts accueillent filles et garçons de 8 à 18 ans et plus.

Dans les greniers de la Chartreuse de Bosserville

malgrange.jpg

[ER]

10 septembre 2014

Fontenay (88) : la mémoire du village

fontenay.jpg

[Vosges Matin]

Infos lorraines

er.jpg

[Vosges Matin]

Plaine d'églises. La suite...

ambacourt.jpg

fouchécourt.jpg

soulosse.jpg

[Vosges Matin]

09 septembre 2014

"Crise de régime, crise des institutions. Et demain ?" : conférence d'Hilaire de Crémiers à Nancy le 25 septembre

conférence.jpg

Nancy : hommage à un aviateur et au 26ème RI

gasser.jpg

26ri.jpg

[ER]

08 septembre 2014

Il y a 100 ans, le 8 septembre 1914 : le « miracle » de la Marne

Certains historiens parlent de l’événement militaire du 8 septembre 1914 comme d’un « miracle », toujours entre guillemets, ou du « petit miracle ». Lequel « miracle » entre guillemets ils attribuent à diverses causes, mais jamais à Celle qui seule pouvait accomplir un (vrai) miracle, et qui l’a fait : la Sainte Vierge.

barcy.jpgLe Courrier de la Manche, le 9 janvier 1917, avait compilé plusieurs témoignages.

« Un prêtre allemand, blessé et fait prisonnier à la bataille de la Marne, est mort dans une ambulance française où se trouvaient des religieuses. Il leur a dit : “Comme soldat, je devrais garder le silence ; comme prêtre, je crois devoir dire ce que j’ai vu. Pendant la bataille, nous étions surpris d’être refoulés car nous étions légion, comparés aux Français, et nous comptions bien arriver à Paris. Mais nous vîmes la Sainte Vierge toute habillée de blanc, avec une ceinture bleue, inclinée vers Paris… Elle nous tournait le dos et, de la main droite, semblait nous repousser.” »

Un officier allemand : « Si j'étais sur le front, je serais fusillé, car défense a été faite de raconter, sous peine de mort ce que je vais vous dire : vous avez été étonnés de notre recul si subit quand nous sommes arrivés aux portes de Paris. Nous n'avons pas pu aller plus loin, une Vierge se tenait devant nous, les bras étendus, nous poussant chaque fois que nous avions l'ordre d'avancer. Pendant plusieurs jours nous ne savions pas si c'était une de vos saintes nationales, Geneviève ou Jeanne d'Arc. Après, nous avons compris que c'était la Sainte Vierge qui nous clouait sur place. Le 8 septembre, Elle nous repoussa avec tant de force, que tous, comme un seul homme, nous nous sommes enfuis. Ce que je vous dis, vous l'entendrez sans doute redire plus tard, car nous sommes peut-être 100.000 hommes qui l'avons vue. »

Deux officiers allemands blessés sont accompagnés par une infirmière. Entrés à l’hôpital, ils aperçoivent une statue de la Vierge de Lourdes et l’un d’eux s’écrie : « Die Frau von der Marne ! » (Oh ! La Vierge de la Marne !).Son compagnon lui désigna l’infirmière afin qu’il se taise car elle les écoutait. Elle tenta vainement de les faire parler.

Une religieuse qui soignait des blessés à Issy-les-Moulineaux :

marne,bataille,vierge marie,miracle« C’était après la bataille de la Marne. Parmi les blessés soignés à l’ambulance d’Issy, se trouvait un Allemand très grièvement atteint et jugé perdu. Grâce aux soins qui lui furent prodigués, il vécut encore plus d’un mois. Il était catholique et témoignait de grands sentiments de foi. Les infirmiers étaient tous prêtres. Il reçut les secours de la religion et ne savait comment témoigner sa gratitude. Il disait souvent : “Je voudrais faire quelque chose pour vous remercier.” Enfin, le jour où il reçut l’extrême-onction, il dit aux infirmiers : “Vous m’avez soigné avec beaucoup de charité, je veux faire quelque chose pour vous en vous racontant ce qui n’est pas à notre avantage mais qui vous fera plaisir. Je payerai ainsi un peu ma dette. Si j’étais sur le front, je serais fusillé car défense a été faite d’en parler. » Et il parla de cette visite de la Vierge qui épouvanta les soldats allemands et provoqua leur fuite.

Dans une ambulance, un soldat allemand dit à la religieuse française qui le soignait :

— Ma sœur, c’est fini, bientôt je serai mort. Je voudrais vous remercier de m’avoir si bien soigné, moi un ennemi. Alors je vais vous dire une chose qui vous fera grand plaisir. En ce moment, nous avançons beaucoup en France mais, malgré tout, à la fin c’est votre pays qui gagnera.

— Comment le savez-vous ?

À la bataille de la Marne, nous avons vu la Sainte Vierge nous repousser. Elle vous protège contre nous. Les officiers nous ont défendu, sous peine de mort, de parler de cette vision. Mais maintenant je suis fini. Quand je serai mort vous pourrez raconter la chose, pourvu que vous ne me nommiez pas.

Témoignage d’un Allemand sur la bataille de l’Ourcq :

« Pendant plusieurs jours, toute notre division a vu devant elle, dans le ciel, une Dame blanche avec une ceinture bleue flottant et un voile blanc. Elle nous tournait le dos et nous effrayait beaucoup. Le 5 septembre 1914, nous avons reçu l’ordre d’avancer et nous avons essayé de le faire : mais la Dame a paru tellement éblouissante et nous repoussait de ses deux mains de façon si terrifiante que nous nous sommes tous enfuis. »

Témoignage d’un soldat, à Liège, après l’armistice :

« Oh ! Dès le commencement de la guerre je savais bien qu’à la fin nous serions battus. Je peux bien vous dire ça car je sais bien que vous ne le répéterez pas à nos officiers. À la première bataille de la Marne, nous avions devant nous, dans le ciel, une Dame blanche qui nous tournait le dos et nous repoussait de ses deux mains. Malgré nous, nous étions pris de panique, nous ne pouvions plus avancer. Trois de nos divisions au moins ont vu cette apparition. C’était sûrement la Sainte Vierge !  À un moment, Elle nous a tellement épouvantés que nous nous sommes tous enfuis, les officiers comme les autres. Seulement, le lendemain ils ont défendu d’en parler sous peine de mort : si toute l’armée l’avait su, elle aurait été démoralisée. Pour nous, nous n’avions plus le cœur à nous battre puisque Dieu était contre nous. C’était sûr qu’on allait à la mort pour rien mais il fallait bien marcher quand même. Nous ne pouvions pas faire autrement. C’est dur la guerre ! »

Nancy : rendez-vous Place Stanislas... avec les Sentinelles !

 

veilleurs nancy.jpg

Les Sentinelles sur la place Stanislas à Nancy.

 

> Jeudi 11 Septembre à 20h30 Place Stanislas à Nancy : les Sentinelles reprennent du service !


>> Pour montrer notre opposition aux attaques incessantes du gouvernement envers la Famille (après le "mariage" homo", voici la GPA et la PMA),

>>> Pour montrer notre détermination à protéger les enfants face aux délires portés par Vallaud-Belkacem et Taubira  sur l'identité de genre et l'indifférenciation des sexes,

>>>> Venez nombreux chaque premier jeudi de chaque mois à partir d'octobre !


 LES VEILLEURS-SENTINELLES COMPTE SUR VOUS !

NOS FAMILLES COMPTENT SUR VOUS !

LES ENFANTS COMPTENT SUR VOUS !

Corpus Christi

corpus christi.jpgL'Incarnation de Dieu atteint son véritable sommet d'auto-humiliation et d'auto-dépouillement dans le mystère de l'Eucharistie. Le Christ est le Dieu qui, dans la petite hostie consacrée, se donne de façon inconditionnelle aux hommes. Jésus-Eucharistie est véritablement l'Etre le plus pauvre et le plus démuni de toute l'Eglise et Il l'est tout particulièrement au moment de la distribution de la communion.

Pendant la communion, on assiste de nos jours à un surprenant manque d'attention et de respect envers la Présence Réelle de Dieu incarné dans l'hostie consacrée. Les actes extérieurs d'adoration envers l'hostie sont souvent réduits au  strict minimum... Avec le temps, cette façon négligée de traiter l'hostie consacrée conduit à une croyance dans l'Incarnation et la transubstantiation qui n'est plus que théorique.

L'Eucharistie est au centre de la vie de l'Eglise. Elle est donc au cœur de la crise que vit encore l'Eglise aujourd'hui. Pour soulager ce mal, il faut restaurer un culte digne de Jésus-Eucharistie dans l'hostie consacrée.

L'auteur, Mgr Athanasius Schneider, est né en 1961 au Kirghizistan. Il est évêque auxiliaire de l'archidiocèse d'Astana, capitale du Kazakhstan. Il est président de la commission liturgique et secrétaire général de la Conférence des évêques catholiques du Kazakhstan.

 

‡ Corpus Christi. La communion dans la main au cœur de la crise de l'Eglise, Mgr Athanasius Schneider, éditions Contretemps - Renaissance catholique publications, 2014, 108 p. (13 €).

07 septembre 2014

Les mystères du Vallon Saint-Martin d'Escles

escles.jpg

[Vosges Matin]

L'Amour. Une affaire sacrée, une sacrée affaire

amour.jpgL'Amour avec un grand A. Dans un très beau texte, parsemé d'exemples ancrés dans la réalité, le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine entre avec délicatesse dans ce qu'est l'Amour, le grand, le vrai.

Sans jamais désespérer, il montre combien l'Amour a besoin d'un cadre et d'un temps, de patience et d'écoute pour atteindre son plein épanouissement. De l'enfance à l'âge d'homme en passant par l'adolescence, de la rencontre de l'être aimé à la vie commune, comment s'aimer et s'aimer bien ?

Michel-Marie Zanotti-Sorkine répond : "[...] l'Amour, le vrai, l'enivrant, le fort, l'éclatant, l'absolu, l'irrésistible et l'immuable, vous désire depuis la nuit des temps, vous espionne à tous âges et sur tous les fronts, vous guette sur chaque seconde, et surtout, vous espère, vous attend et vous veut, pour qu'un brin d'éternité descende en votre temps."

L'auteur, après une carrière artistique à Paris, est ordonné prêtre en 1999 à l'âge de 40 ans. Poète, compositeur, chanteur, écrivain, ce prêtre catholique aux innombrables talents met sa plume au service de sa mission : l'évangélisation.

 

‡ L'Amour. Une affaire sacrée, une sacrée affaire, Michel-Marie Zanotti-Sorkine, éditions du Rocher, 2014, 120 p. (12 €).

06 septembre 2014

La Grande Guerre du docteur Jean Thiéry de Contrexéville

contrex.jpg

[Vosges Matin]

Lironcourt (88) : la vigne au pays de la Saône vosgienne

Auxerrois.jpg

La Communauté de communes du pays de la Saône vosgienne

et

Denis Schneider

 

présentent une conférence sur le thème

« Le Charmont, un patrimoine tremplin pour l'avenir »

ou la viticulture au pays de la Saône vosgienne

 

Vendredi 19 septembre 2014 à 20h30

Salle des fêtes de Lironcourt

 

Entrée gratuite

05 septembre 2014

Il y a 70 ans, le maquis de Grandrupt

maquis.jpg

[Vosges Matin]

Nancy : Le Livre sur la Place - 12 au 14 septembre 2014

lslp14.gif