30 juillet 2014

Le Journal de marche 1914-1919 du docteur Jean Thiéry de Contrexéville

poilus-14 18.jpgLe Cercle d'études locales de Contrexéville édite, dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre, une série de six ouvrages qui reprennent textuellement les pages écrites dans son Journal de marche par Jean Thiéry, un médecin militaire contrexévillois.

Chaque année paraîtront les pages écrites il y a cent ans : cette année, le Cercle d'études édite les récits de l'année 1914, et ainsi de suite de 2015 au 28 juin 1919, date du Traité de Versailles.

L'ouvrage (vendu 10 € + 3 € frais de port) sera disponible lors des Journées du Patrimoine les 20 et 21 septembre 2014 à la Salle chaude sous la galerie thermale de Contrexéville.

 

‡ Pour commander, complétez le bulletin ici commande Journal 14-19 Jean Thiéry.pdf

Les prochaines activités à l'ermitage Notre-Dame de Bermont

L'association Notre-Dame de Bermont – Sainte Jehanne d'Arc propose les activités suivantes en août et septembre à l'ermitage de Bermont (commune de Greux, ouest vosgien) :

ND Bermont_15.08.13 010.jpg

Procession du 15 août 2013 à N.-D. de Bermont (archives ©H&PB].

 

> 15 août : Assomption de la Très Sainte Vierge

Vendredi 15 août : à 6h00, Salut au Très Saint Sacrement ; à 11h00, messe de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie, pour les chrétiens persécutés (rite extraordinaire de l'Eglise catholique) ; à 13h00, repas tire du sac ; à 15h00, procession en l’honneur de Notre Dame et consécration des familles au Coeur Immaculé de Marie.

 

ND Bermont_bénédiction statue jeanne d'arc_29.09.13 052.jpg

Statue de Jehanne d'Arc à Bermont (archives ©H&PB].

> Samedi 27 et dimanche 28 septembre : 1ères Journées johanniques de Bermont

Ces journées souhaitent être un temps de réflexion et d’échanges autour de Jehanne d’Arc, de son époque, de ses épreuves, de sa spiritualité. Il ne s’agit pas de réécrire une histoire de Jehanne ; de nombreux historiens sérieux l’ont déjà fait depuis longtemps. Il s’agit plutôt de mettre à la disposition d’un public « amoureux » de Jehanne, mais dérouté par de nombreuses thèses fantaisistes, une documentation simple et solide, fondée sur des sources authentiques.

Samedi 27 septembre

13h30 : accueil des participants salle Sainte Jehanne d’Arc à Bermont

14h00 : « Sainte Jeanne d’Arc et saint Louis » par Marie-Paule Renaud, historienne, auteur de la Lettre d’information Présence de Jeanne d’Arc

16h00 : « Le symbolisme du sacre de Charles VII » par Isabelle Brancourt, chercheur au CNRS

18h00 : présentation de l’exposition temporaire Le village de Domremy en 1412

19h00 : buffet (participation libre)

Dimanche 28 septembre

9h00 : « Jeanne trahie, l’Art trahi » par Boris Lejeune, écrivain et sculpteur

11h00 : solennité de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, patronne secondaire de la France, messe pour la vocation chrétienne des nations (rite extraordinaire). Au cours de la messe seront bénies les statues de saint Martin et de saint Louis, sculptées par un bénédictin de l’abbaye Saint-Joseph de Clairval (Côte-d'Or)

13h00 : buffet (participation libre)

14h00 – 16h00 : visite guidée du village de Domremy, sur les pas de Jehanne, hors des sentiers touristiques classiques

 

‡ Afin de faciliter l’organisation de ces Journées ouvertes à tous, merci de s'inscrire avant le 31 août, en spécifiant, s’il y a lieu,votre présence au buffet (participation de 10 € par personne et par buffet).

‡ Pour tout renseignement sur ces Journées johanniques, contactez par courriel alain.olivier88@yahoo.fr

 

29 juillet 2014

La chapelle Saint-Louis de Vittel

vosges,vittel,chapelle saint louis,louis bouloumié,colette thivet,rené thivet

L'histoire de la chapelle Saint-Louis, située dans le parc thermal de Vittel, se confond avec celle de la famille Bouloumié qui contribua à la création et au développement de la station thermale vosgienne de Vittel.

Architecture, vitraux dédiés aux différentes étapes de la vie du roi saint Louis (Louis IX) et à la famille du fondateur de la station, Louis Bouloumié, la dévotion à Notre-Dame de Bon Remède, dévotion mariale locale, sont amplement détaillés dans cet ouvrage publié à l'occasion du 100ème anniversaire de la chapelle fêté en 2013, et en cette année du 800ème anniversaire de la naissance de Saint Louis.

 

‡ La chapelle Saint-Louis de Vittel, René et Colette Thivet, éditions Association Saint-Privat, 2014, 120 p., ill., plans (25 € + 5,35 € de port).

28 juillet 2014

Grand (88) : les archéologues sur le site de la rue du Ruisseau

fouilles.jpg

[L'Abeille]

Manufacture royale de Bains-les-Bains (88) : un tableau de l'Assomption de la Vierge restauré

manufacture.jpg

[Vosges Matin]

Les démons des forêts et des montagnes vosgiennes

démons.jpgEn spécialiste de la violence sociale dans les communautés rurales vosgiennes aux XVIe-XVIIe siècles, Jean-Claude Diedler nous introduit dans une réalité où la sorcellerie était une composante de la mentalité des Lorrains d'avant la guerre de Trente Ans.

Les archives, reproduites et analysées dans cet ouvrage, nous permettent de revivre les incertitudes de l'existence et des croyances populaires des populations des environs de Saint-Dié en 1602.

 

‡ Les démons des forêts et des montagnes, Jean-Claude Diedler, éditions L'Harmattan, 2014, 246 p. (26 €).

27 juillet 2014

Laneuvelotte (54) : les "mordus" d'histoire au château de Fléville

fleville.jpg

[ER]

Petits pioupious, soldats d'un sou

pioupious.jpgLes enfants de Lorraine ont aussi "fait la guerre".

Oubliés des livres d'histoire, l'auteur nous rappelle que les enfants furent aussi des réfugiés, des évacués, des orphelins, des victimes. Mais aussi des combattants, à l'image de Fernand Colin, de Badonviller, engagé à 14 ans au 92ème Territorial. Une évocation tendre et objective du rôle des enfants pendant la Grande Guerre.

 

‡ Petits pioupious, soldats d'un sou - 1914-1918, Guy Lejaille, éditions L'Atelier de la Mémoire, 2014, 117 p., ill. (20 €).

26 juillet 2014

Conférence sur Charles Ier de Habsbourg-Lorraine... en Bretagne

habsburg.png

... Pour les Lorrains qui seraient en vacances en Bretagne !

Symposium de sculpture de Mirecourt (88) : du grès au menu des sculpteurs... grâce à Bleurville

La 5ème édition du symposium de sculpture de Mirecourt innove avec l’apparition de blocs de grès des Vosges aux côtés des traditionnelles billes en chêne. Deux groupes de cinq artistes feront étalage de leurs talents respectifs. La manifestation est relancée grâce au don de ces blocs de grès par la société Sebeler de Bleurville, spécialisée dans le travail de la pierre.

mirecourt.jpgL’installation des pièces de chêne, d’une hauteur de 4 mètres, fait partie du rituel à l’approche du lancement de la biennale de sculpture organisée à Mirecourt.

L’apparition de cinq blocs en grès des Vosges de 2 mètres de hauteur avec des côtés de 60 centimètres modifie cependant l’environnement par rapport aux quatre précédentes éditions. « Pour ce symposium, nous avons décidé d’innover en mixant les sculpteurs. Cinq d’entre eux vont travailler le bois et les cinq autres mettront en évidence des qualités de sculpteurs sur pierre. Durant deux à trois jours, les uns vont dégrossir le grès des Vosges à la meuleuse tandis que les tronçonneuses seront en action pour affiner les billes en chêne », indique Dominique Renaud, l’incontournable organisateur de l’événement.

sebeler.jpgMalgré une réduction drastique d’un tiers du budget antérieur, la bande de copains a réussi le pari insensé d’offrir un spectacle équivalent au symposium 2012. « L’effort de tous et l’aide de partenaires formidables ont permis de maintenir le niveau artistique. L’offre gratuite de l’entreprise Sebeler, de Bleurville, des cinq blocs de grès des Vosges, sachant que le mètre cube taillé s’élève à 1 700 euros/m³, est salutaire pour notre symposium », renchérit Dominique Renaud.

Le plateau des artistes présents est également synonyme de qualité. « José Antonio Barrios représente le régional de l’étape. C’est la quatrième fois qu’il est sélectionné pour le symposium en précisant que la sélection s’effectue en aveugle, donc pas de favoritisme. Contrairement aux autres participants, il a choisi de sculpter à la fois le chêne et le grès des Vosges pour réaliser au final une pièce unique » , confie Laurent Lanier, vice-président de l’association.

Tandis que les artistes prépareront leurs sculptures jusqu’au samedi 2 août, « dans une ambiance très complice, avec des repas en commun midi et soir, d’autres animations figureront tout au long de la semaine. Le visiteur pourra ainsi venir ici tous les jours, de 8 h à 20 h » , précise Dominique Renaud. Des concerts quotidiens animeront la soirée. Des ateliers d’initiation offriront l’opportunité au petits et grands d’appréhender les règles de la sculpture. « Le manège de Fred entièrement sculpté à la main par l’artiste, et totalement actionné par les mains des parents constitue aussi une attraction à part entière. »

Une suggestion aux organisateurs : la manifestation aurait atteint son objectif si Bleurville pouvait bénéficier, en retour, d'une ou deux œuvres réalisées dans un de ses blocs de grès des Vosges...

 

[d'après Vosges Matin]

 

Bleurville (88) : musique de la Renaissance espagnole et anglaise à l'abbaye Saint-Maur le 10 août

La 40e saison à l’abbaye Saint-Maur se poursuit en août avec un concert de musique de la Renaissance espagnole et anglaise donné par Isabelle Frizac.

concert L Frizac09.jpgNotre musicienne, professeur de musique spécialiste des pièces pour instruments à cordes des XVIe-XVIIe siècles, se produira dans le cadre de l’ancienne abbatiale dimanche 10 août à 16h00.

Isabelle Frizac est diplômée du Conservatoire national d’Ile-de-France. Elle enseigne la guitare classique dans une école de musique du Val d’Oise et est membre de la Société française du luth ; elle donne régulièrement des concerts de musique ancienne en région parisienne. Mais, surtout, elle est très attachée au patrimoine historique de notre région au point de posséder une demeure chargée d'histoire dans la charmante cité de caractère de Bourmont, dans ce Bassigny qui fut si longtemps lié à notre duché de Lorraine et de Bar. Déjà l'hôte des Amis de Saint-Maur en 2013, elle est séduite par le cadre millénaire de l’ancienne abbatiale bénédictine de Bleurville.

Pour le plus grand bonheur des mélomanes, elle interprétera un programme roboratif de pièces musicales de la Renaissance hispanique et anglaise sur une vihuela, un instrument à cordes pincées popularisé en Espagne au XVIe siècle, et sur un luth Renaissance ; elle jouera notamment des œuvres des compositeurs ibériques Enrique de Valderrabano (vers 1500-1557), Alfonso Mudarra (vers 1510-1580), Luys de Narvàez (vers 1500-1555), et anglais John Dowland (1563-1626), Robert Johnson (1583-1633) et Francis Cutting (1550-1596). Un agréable moment musical à ne pas manquer !

 

‡ Concert de musique de la Renaissance espagnole et anglaise par Isabelle Frizac à l'abbatiale Saint-Maur de Bleurville, dimanche 10 août à 16h00. Libre participation aux frais.

 

La Meuse et les Meusiens en 14-18

meuse.jpgL'association Connaissance de la Meuse poursuit sa découverte du département et nous livre ici un opus dédié aux conséquences de la Grande Guerre pour les communes meusiennes et ses habitants.

101 localités furent détruites et 400 000 combattants reposent dans la terre meusienne. Les difficultés de la vie des Meusiens dans la zone occupée par l'ennemi sont mises en perspective avec plus de 150 clichés inédits et une cartographie qui rend la lecture des faits parfaitement accessible.

 

‡ La Meuse et les Meusiens en 14-18, Albert Bertrand, éditions Connaissance de la Meuse, 2014, 134 p. ill., cartes (24 €).

25 juillet 2014

Journée de prière et de jeûne pour nos frères chrétiens orientaux

nazaréen.jpg

Les animations en août à Châtillon-sur-Saône, cité Renaissance vosgienne

chatillon.jpg

 

Dimanche 3 août, 12h-19h : "Les riches heures de Châtillon", reconstitutions de scènes de la vie quotidienne de la Renaissance et animations musicales dans les rues du village

> Samedi 23 août en journée : les peintres amateurs sont dans la rue sur les traces de Jan Monchablon, peintre paysagiste vosgien, et à 20h30, airs d'opéra célèbres en l'église paroissiale

 

"De l'insouciance à l'inimaginable"

 

Exposition CIC Est.jpg

 

L'exposition qui se tient jusqu'au 31 août 2014 dans le hall de la Banque CIC Est à Nancy (4 place André Maginot) intitulée "De l'insouciance à l'inimaginable " relate, en 17 panneaux, le courage et l'abnégation des soldats qui sont venus sur le front se battre contre l'ennemi, qu'ils soient de l'Est, du Sud ou encore réserviste.

Photos, cartes postales, décorations et uniformes, lettres et carnets à l'appui, l'exposition retrace le quotidien de ces héros, bien souvent méconnu, nourri d’anecdotes et de dessins personnels souvent émouvants.

Cette exposition de qualité a été montée avec l'appui de Patrick-Charles Renaud et ses apports provenant des recherches effectuées pour son livre La guerre à coups d'hommes (éditions Grancher, 2014).

24 juillet 2014

Pour soutenir nos frères chrétiens d'Irak

nazaréen.png

Pour manifester notre attachement à nos frères chrétiens irakiens que l'association « Aide à l'Eglise en Détresse » (AED) soutient depuis longtemps, celle-ci propose d'acheter un T-shirt avec la lettre arabe « noun » - initiale de « Nazara » (chrétiens) – en communion avec les chrétiens dont les maisons, marquées de cette lettre, sont confisquées et détruites à Mossoul.

Le produit de la vente de ces T-shirts sera entièrement destiné aux chrétiens d'Irak.

 

chrétien,irak,mossoul,islamisme,terroristes,aed

 

 

‡ Pour commander le T-shirt, c'est ici : http://www.aed-france.org/nous-aider/boutique/?id=1010&item=1204

 

Bleurville (88) : au revoir maîtresse !

ecole.jpg

[Vosges Matin]

Bleurville (88) : Saint-Maur vaut bien une messe... pour ses 40 ans de restauration

Les Amis de Saint-Maur ont tenu récemment une assemblée générale extraordinaire à l'abbatiale. Bilan de quarante années au chevet du site historique de la Saône vosgienne.

lorraine,vosges,bleurville,abbaye saint maur« 2013 a été marquée par la démission pour raison de santé de Lucienne Thomas, secrétaire et trésorière de l'association depuis près de 40 ans, et le décès du vice-président Roger Persin. Il fallait donc réunir l'assemblée générale des adhérents afin de pourvoir aux fonctions vacantes » a précisé Alain Beaugrand, président de l'association bleurvilloise, en accueillant les participants.

lorraine,vosges,bleurville,abbaye saint maurDans son rapport moral, le président a rappelé les grandes étapes qui ont ponctué la vie de l'abbaye depuis quatre décennies : le sauvetage de l'église dès 1974 par l'abbé Pierrat et ses scouts, l'aménagement de l'abbatiale et du logis prieural voisin, l'organisation de quelque 130 manifestations en 40 ans (concerts, conférences, expositions), l'accueil de près de 14 000 visiteurs par de nombreux guides bénévoles qui se sont succédés chaque été jusqu'à aujourd'hui.

lorraine,vosges,bleurville,abbaye saint maurLe président Beaugrand a insisté sur le fait que la pérennité du site était étroitement liée au renforcement de l'équipe d'animation. « La formule associative est une structure qui garantit la liberté d'action » a expliqué le président, afin d'écarter toute évolution vers la privatisation du site en le vendant à un particulier, ou en cédant le monument à une collectivité locale. Par ailleurs, des projets ont été évoqués : la restauration de la nef de l'abbatiale, l'extension du musée de la Piété populaire, la valorisation du site en poursuivant les animations culturelles. Il a salué également le fidèle soutien des différentes municipalités de Bleurville depuis 40 ans, du Conseil général des Vosges et de la Région Lorraine dans le financement des travaux d'entretien et de restauration.

lorraine,vosges,bleurville,abbaye saint maurL'assemblée générale extraordinaire a entériné la nomination de Marie-Alix Baudry à la fonction de secrétaire trésorière, et d'André Granget, comme vice-président ; ils rejoignent les autres membres du bureau : Bernadette Petitjean, Marie-Françoise Michel, Evelyne Barjolle, Denis Bisval, Jean-François Michel et Alain Beaugrand.

lorraine,vosges,bleurville,abbaye saint maurA l'issue de cette réunion, une messe selon le rite extraordinaire de l'Eglise catholique a été célébrée par l'abbé Husson, prêtre du diocèse de Nancy et de Toul, à la mémoire de l'abbé Pierrat, président fondateur des Amis de Saint-Maur, et des adhérents défunts ; ce fut un moment de ferveur dans cette abbatiale bénédictine où furent dites des milliers de messes en latin, la langue universelle de l'Eglise.

Afin de  clore cette matinée, un buffet convivial a rassemblé dans une excellente ambiance les adhérents présents afin de célébrer dignement les quarante années passées au chevet de la vénérable abbaye bénédictine locale.

 

‡ Prochaine animation : dimanche 10 août à 16h00, concert de musique de la Renaissance espagnole et anglaise par Isabelle Frizac.

 

Le Pays Lorrain - juin 2014 : entre orfèvrerie Renaissance et Grande Guerre

pl.jpgLe numéro de juin de la revue du Musée Lorrain et de la Société d'histoire de la Lorraine, Le Pays Lorrain, est paru.

Au sommaire de ce riche numéro estival :

- Au service de Dieu, au service des hommes : panorama de l'orfèvrerie de la Renaissance

- Le peintre Louis Duperron (v. 1690-1736)

- Entre la France et l'Autriche : le cas des Lorrains sous la Révolution et l'Empire

- Une affaire d'antisémitisme au collège de Lunéville en 1881

- Raymond Poincaré dans la vie parisienne et nationale

- Marcel Noblot (1880-1935) : avant le dessinateur de presse, l'artiste peintre

- Sur les deux rives de l'Atlantique, les avatars contemporains du château des Thons

- De la Double Monarchie à l'Europe : Jean de Pange, un Lorrain au service des Habsbourg

- Une lettre du mathématicien et ingénieur lorrain Jean L'Hoste (1628)

- Alain Larcan, acteur éclairé et passionné du renouveau du Musée Lorrain

- L'orgue de l'église Saint-Martin de la citadelle de Montmédy

Et les rubriques habituelles : les publications, les chroniques régionales, la vie du Musée...

 

‡ Le Pays Lorrain est en vente sur abonnement (39 €, 4 numéros) ou à l'accueil du Musée Lorrain, 64 Grande-Rue, 54000 Nancy.

23 juillet 2014

Persécution des chrétiens en Irak : l'archevêque de Bordeaux appelle à la mobilisation

Depuis de nombreuses années déjà, les chrétiens sont victimes de persécutions dans de nombreux pays musulmans, et particulièrement au Moyen-Orient. Alors que ces pays étaient chrétiens bien avant de nombreux pays européens, la présence de ces derniers s’est réduite, ces derniers mois, à peau de chagrin.

Cardinal_Ricard.jpgParmi les pays les plus touchés, on peut citer la Syrie et l’Irak, où la déstabilisation des régimes en place par l’Occident - en installant des islamistes au pouvoir - a grandement contribué à l’aggravation de la situation.

A Mossoul, les djihadistes ont ordonné aux chrétiens de se convertir à l’islam ou de payer l’impôt spécial de la « djizya », faute de quoi ils seront tués s’ils restent dans le « califat » (la population chrétienne de cette ville s’élevait à 100 000 personnes il y a dix ans).

Pour le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux, il faut « dénoncer cette situation et se mobiliser ». Dans un entretien, celui-ci regrette « l’indifférence générale » des pouvoirs publics français : « on a l’impression que les uns et les autres laissent faire ». Nos gouvernants préfèrent plutôt se mobiliser pour le conflit israélo-palestinien...

Si le prélat bordelais ne donne pas lui-même de marche à suivre, « nous réfléchissons au niveau de la conférence des évêques », il laisse la responsabilité au pouvoir socialiste : « c’est au niveau de nos gouvernements que la préoccupation doit être portée ». Sera-t-il entendu par les faux laïcards  du gouvernement qui pratiquent la sélection dans le choix des religions à défendre. Laïcs, mais "religieusement corrects" nos socialistes !

 

eglise,catholique,chrétgiens,moyen orient,islam,islamisme,persécutions,cardinal ricard

 

* * *

eglise,catholique,chrétgiens,moyen orient,islam,islamisme,persécutions,cardinal ricardLa Maison généralice de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre (FSSP) communique :

"La FSSP demande à tous ses apostolats à travers le monde de consacrer le vendredi 1er août prochain comme un jour de prière et de pénitence pour les chrétiens qui souffrent une terrible persécution en Irak, en Syrie et au Moyen-Orient. Le 1er août est cette année à la fois le premier vendredi du mois et la fête de Saint-Pierre-aux-Liens, qui est célébrée comme une fête de troisième classe dans les maisons et apostolats de la FSSP. À l’occasion de cette fête, nous nous souvenons du grand pouvoir de la prière persévérante des membres de l’Eglise : « Tandis que Pierre était gardé en prison, la prière incessante de la communauté montait vers Dieu pour lui » (Ac. 12,5, épître de la messe). Que cette fête de notre patron soit une invitation pour les fidèles à se joindre aux divers Heures Saintes ou prières pénitentielles organisées pour implorer de la Sainte Trinité que ces membres du Corps mystique persévèrent dans la foi et que, comme saint Pierre, ils soient délivrés de cette terrible persécution. Que ce jour soit pour nous le rappel du fort contraste qui existe entre nos jours de vacances d’une part et leur combat quotidien pour survivre ou partir en exil d’autre part."

 

Juifs de France contre Français musulmans ou l’arroseur arrosé ?

JUIFS MUSULMANS.jpg

À Gaza, les hostilités reprennent et dans les rues de Paris on se bat. Attisé par des [ir]responsables – Cukierman parle de Kristallnacht ("Nuit de cristal") – le feu s’étend, les juifs de France ont peur et sur Internet les lecteurs, juifs et chrétiens, se déchaînent contre les musulmans. Auraient-ils tous la mémoire courte à ce point ? Jean-Marie Le Pen, seul homme politique à combattre l’immigration de manière constante depuis plus de trente ans, a longtemps été qualifié d’antisémite. Il serait peut-être bon de rappeler ici le rôle joué par certaines personnalités juives influentes dans la diabolisation dont il fut l’objet et partant, dans la promotion des idées favorables à l’immigration.

1984 : Bernard Stasi publie L’immigration, une chance pour la France. À sa mort en 2003, le CRIF lui rendit hommage en ces termes : « Il prônait l’intégration des immigrés et la richesse de la diversité française, à ce titre il combattait fermement les idées nauséeuses de l’extrême droite et du Front national. »

1984 : Julien Dray, parrainé par François Mitterrand mais secondé par l’UEJF 1, fonde SOS racisme. Sa mission ? Contrer le Front national.

1986 : Le journal Le Monde dans son édition du 26 mars révèle que le B’naï B’rith France a organisé des réunions avec des politiciens français de droite [Jacques Chirac ?] où ceux-ci s’engagèrent à ne passer aucune alliance avec le Front national.

1989 : Emission « Duel » sur la 5 sur le thème « L’immigration est-elle dangereuse pour la France ? » Qui oppose-t-on à Jean-Marie Le Pen? Lionel Stoleru, ancien ministre et ancien président de la chambre de commerce France-Israël.

L’antisémitisme [présumé] de Jean-Marie Le Pen justifiait-il une alliance avec une gauche et une extrême gauche soucieuses avant tout d’instaurer une société française multiculturelle dans laquelle l’héritage catholique et bourgeois finirait par se dissoudre ? Je gage que beaucoup aujourd’hui s’en mordent les doigts. D’autant plus qu’à bon droit on pourrait se poser la question de savoir si l’Islam n’a pas aussi été instrumentalisé dans un esprit de revanche séculaire des juifs contre les chrétiens, si bien illustré par la controverse ignominieuse autour du rôle du pape Pie XII pendant la Seconde Guerre mondiale et plus récemment, par la charge de Jacques Attali contre les racines chrétiennes de la France et l’existence des fêtes qui lui sont attachées.

« La division [entre juifs et musulmans] est moins profonde qu’il y paraît. Nos deux peuples sont frères, nos langues sont jumelles, nos histoires, depuis la Bible, sont parallèles. Nous avons une même vocation, que notre Dieu, celui d’Abraham, devienne le Dieu des nations. » Ce texte d’André Chouraqui, paru en 1969 dans le Droit de vivre, la revue de la LICA [aujourd’hui LICRA], est particulièrement révélateur. D’aucuns s’attendraient en effet à y voir les chrétiens figurer à la place des musulmans. En 1976, dans la même revue, on pouvait lire aussi : « Espérons que les communautés musulmanes pourront dorénavant donner à [leurs] fêtes tout l’éclat qu’elles méritent, car bien souvent elles étaient éclipsées par les fastes du Noël chrétien et leurs enfants finissaient par ne plus les connaître. » 2 Là aussi, je gage que ceux de nos lecteurs si prompts à fustiger viande halal et ramadan vont tomber de haut.

Notes :

  1. Union des étudiants juifs de France
  2. Cité par Anne Kling dans La France licratisée

[source : http://www.bvoltaire.fr]

Vivre à la romaine dans les Vosges

vosges romaines.jpgL'intégration de la cité des Leuques - dont faisait partie l'actuel département des Vosges - dans l'Empire romain, conserve de nombreux témoignages de cette période.

L'ouvrage revisite les villae mises au jour dans le passé (Grand, Bleurville, Bouzemont, Escles) ou plus récemment (Grand encore, Liffol-le-Grand, Damblain, La Pille) en y intégrant les nouvelles connaissances acquises sur leur environnement viaire, les croyances, l'architecture ou l'alimentation.

 

‡ Vivre à la romaine. Voyage dans les Vosges antiques, Thierry Dechezleprêtre (dir.), éditions La Gazette Lorraine, 2014, 100 p., ill., cartes (15 €).

A propos de la statue "miraculeuse" de Jalhay

belgique,vierge,jalhay,jean pierre snyersOn le sait, l'Université de Liège a déterminé que l'illumination de la statue de la Vierge de Jalhay (Belgique) est le résultat d'une peinture composée de sulfure de zinc. Cela dit, des questions demeurent. En voici quelques unes :

 

  1. La statue et la peinture qui la recouvre date d'il y a plus de 50 ans. Pourquoi cette mystérieuse peinture n'a-t-elle commencé à fonctionner que le 17 janvier 2014 ? Toute expérience scientifique devant être reproductible, pourrait-on enduire une statue en faisant en sorte que celle-ci ne s'éclaire qu'en 2064 ?

  2. Pourquoi les statues réalisées à la même époque composées de cette même peinture ne s'illuminent-elles pas  et pourquoi de multiples objets (nains de jardin, vases, assiettes...) qui sont recouverts de ce même produit ne s'illuminent-ils pas non plus ?

  3. Par quel prodige ne s'éclaire-t-elle que lorsqu'il y a une présence humaine (l'expérience a été faite à de nombreuses reprises) ?

  4. Comment expliquer que cette statue ne commence parfois à s'éclairer qu'après 10 longues minutes (j 'en ai moi-même été témoin à plusieurs reprises et un journaliste du quotidien « Het Laaste Nieuws » aussi) et que l'illumination de celle-ci est en même temps visible par certains et pas par d'autres ? J'en ai également été témoin. Comme chacun le sait, dans le cas d'une statue phosphorescente, dès l'obscurité, le phénomène lumineux est immédiat et visible par tout le monde.

  5. Pourquoi les endroits abîmés (c'est à dire ceux où il n'y a plus de peinture) s'éclairent-ils aussi ? Ayant une statue phosphorescente, j'ai fait l'expérience. Contrairement à la statue de Jalhay, les quelques endroits où j'ai enlevé de la peinture ne s'illuminent pas.

  6. Comment expliquer les multiples guérisons (parfois spectaculaires) produites par les prières adressées auprès de cette statue ?

En conclusion : je ne comprends toujours pas en quoi l'explication de l'ULG peut être considérée comme étant rationnellement satisfaisante et demeure très sceptique quant à la capacité des experts de nous fournir des réponses convaincantes aux six questions posées. A mon sens, il serait judicieux que l'évêché de Liège fasse sa propre enquête, notamment en interrogeant de multiples témoins de ce phénomène pour le moins très mystérieux.

Jean-Pierre Snyers

blog : jpsnyers.blogspot.com

[cliché : J.-P. Snyers et la statuette de la Vierge de Jalhay]

Bleurville (88) : l'ancien presbytère est à vendre

 

vosges,bleurville,presbytère,notaire,vente immobilière

La maison de cure de Bleurville, 18e-19e s. 

 

Noble bâtisse située en face de l’église paroissiale, elle surplombe le village de Bleurville avec une jolie vue sur la vaste forêt de Darney.

Maison de cure depuis le 18ème siècle, elle a connu un remaniement important en 1829-1830.

Le presbytère fut occupé par le desservant de la paroisse jusqu’en 2010.

Vaste demeure dont la toiture est refaite à neuf (2012), elle est close de murs et dispose d’un vaste jardin et d’un verger à l’arrière.

Cette maison de caractère conviendrait tout-à-fait pour la réalisation d'un projet de création de chambres d'hôtes.

Bleurville est situé dans le canton de Monthureux-sur-Saône, à 21 km au sud de Vittel et proche de la sortie A31 de Bulgnéville.

 

> Renseignements : Étude notariale REBOURG-BALANCY à Vittel

> Tél. : 03 29 08 01 80

> Courriel : etude-rebourg.balancy@notaires.fr

Bleurville, d'hier... pour demain

Nous vous proposons un petit voyage dans le Bleurville d'hier à travers quelques cartes postales glanées sur le Net. Parce qu'une communauté villageoise, c'est avant tout une histoire faite par des hommes et des femmes qui ont bâti les demeures qui bordent les vieilles rues et qui ont façonné aussi le paysage dans lequel s'insère notre village.

Bleurville est situé dans le canton de Monthureux-sur-Saône, à 21 km au sud de Vittel, à 48 km au sud-ouest d'Epinal et à 20 km à l'est de Bourbonne-les-Bains.

 

lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

lorraine,vosges,bleurville

Bleurville d'hier... pour demain, car nos villages et bourgs ruraux doivent continuer à vivre et se développer pour conserver à notre France son identité.

Alors, vous aimez votre pays, vous aimez notre Lorraine, vous aimez les Vosges... vous aimerez Bleurville !

Jeunes artisans, jeunes entrepreneurs, venez investir et vous installer à Bleurville : son cadre de vie et son environnement humain, naturel et bâti vous séduiront !

 

> Renseignement en mairie : mairie.bleurville@orange.fr 

22 juillet 2014

A l’abbaye Saint-Maur de Bleurville : Lina Blanc et son cheminement artistique

Lina Blanc, artiste peintre vosgienne, expose ses toiles à l’abbaye Saint-Maur jusqu’au 15 août. Le vernissage de son « Cheminement d’artiste » a rassemblé admirateurs et amis.

lorraine,vosges,bleurville,abbaye saint maur,lina blanc,paul pierratRépondant à l’invitation du président des Amis de Saint-Maur Alain Beaugrand, Lina Blanc a franchi la vallée du Gras pour accrocher ses toiles aux cimaises de l’ancienne abbaye Saint-Maur qui, rappelons-le, fête cet été le 40ème anniversaire de son sauvetage. « Originaire du village voisin de Viviers-le-Gras, j’ai toujours souhaité exposer mes œuvres à l’abbaye Saint-Maur ; ce lieu dégage un je-ne-sais-quoi de profondeur spirituelle et m’inspire beaucoup » confie-t-elle. Amis et admirateurs des réalisations de Lina avait répondu en nombre pour le vernissage de son exposition temporaire placée sous le thème du « cheminement d’artiste ». Passionnée dès sa plus tendre enfance passée à Viviers-le-Gras, par le crayon et le pinceau, Lina avait toujours en tête le projet de peindre. Partagée entre la région parisienne et les Vosges, à 50 ans, la décision est prise de confronter ses acquis aux conseils et techniques prodigués par des professionnels en s’inscrivant à des cours de peinture.

Elorraine,vosges,bleurville,abbaye saint maur,lina blanc,paul pierratlle s’essaie à l’aquarelle : « Les vieilles demeures de nos villages m’inspirent ; la nature est aussi une autre source d’inspiration ». Bouquets de fleurs des champs et des jardins aiguisent son talent pour une symphonie en vert majeur. Toute sa sensibilité féminine transparaît à travers ces premières œuvres.

Mais la reproduction de choses vues ne la satisfait plus. Il faut que notre artiste passe au stade de la création pure afin de transmettre ses émotions et ses sentiments. « Il fallait que je m’exprime en toute liberté » déclare-t-elle. L’acrylique sera le support de sa peinture contemporaine faite d’abstraction. Et désormais de grands formats. « C’est un art expressif avec une recherche permanente de la lumière pour tendre vers le rêve, la sérénité voire la spiritualité ». Une idée maîtresse transcende ses œuvres picturales : la quête du bonheur. Devant le flot ininterrompu de catastrophes que nous déverse l’actualité, Lina trouve dans la peinture une sorte de refuge à l’optimisme et à l’espoir, en laissant éclater au cœur de ses tableaux une lumière quasi divine.

lorraine,vosges,bleurville,abbaye saint maur,lina blanc,paul pierratSon cheminement entre peinture figurative et art abstrait est, somme toute, assez infime : les jaunes, les bleus et les blancs illuminent l’ensemble de son œuvre, de sa jeunesse à sa maturité d’artiste. Une trentaine d’œuvres s’offre au regard du visiteur pour le plus grand plaisir de ses yeux.

‡ L’exposition « Cheminement d’artiste » est à voir à l’abbaye Saint-Maur jusqu’au 15 août, du jeudi au dimanche, de 14h à 18h. L’artiste est présent certains après-midi pour accueillir le public.

Bleurville (88) : saint Pierre-aux-Liens fêté par les paroissiens

Le deuxième dimanche de juillet est traditionnellement le dimanche de la fête patronale de la paroisse de Bleurville placée sous la protection de saint Pierre en ses liens.

Bleurville Fête patronale 2014 04.JPGLa messe a été célébrée en l'église paroissiale par l'abbé Ayéméné, prêtre de la grande paroisse Notre-Dame de la Saône dont fait partie celle de Bleurville.

Après la messe et la distribution du pain bénit, l'équipe d'animation paroissiale a invité les fidèles à partager le verre de l'amitié.

Bleurville Fête patronale 2014 05.JPGLe week-end de la fête patronale était également ponctué, dès samedi après-midi, par un vide-greniers sur le stade municipal et la dégustation d'escargots de Bourgogne préparés par le comité de jumelage Bleurville-Chichery, et des animations ludiques le dimanche après-midi sur la place des Ponceaux.

[clichés ©H&PB]

21 juillet 2014

Marey (88) : Le Juminel fête les pierres le 27 juillet

2014Juminel.jpg

18 juillet 2014

Votre blog en vacances...

Votre blog préféré prend quelques jours de vacances...

Vous le retrouverez pour de nouvelles info's lorraines très bientôt.

Bonnes et reposantes vacances !

17 juillet 2014

Plombières-les-Bains ou l’espoir d’un enfant pour Napoléon

Les années passent et Joséphine, épouse de Napoléon Bonaparte, ne parvient pas à lui donner un enfant. Et pourtant, elle en a eu deux avec son précédent mari… Et Bonaparte lui-même montrera qu’il n’est pas stérile…

plombières.jpgAu temps du Directoire, Bonaparte va conquérir l’Egypte. Il envoie son épouse Joséphine à Plombières dont les eaux avaient, entre autres vertus, celle de prédisposer les femmes à la maternité.

Elle ne lui avait pas encore donné de postérité en deux ans de mariage, pourtant elle avait eu deux enfants avec son premier mari, le général de Beauharnais guillotiné en 1794 : Eugène, général lui aussi, et Hortense qui sera reine de Hollande de 1806 à 1810, par son mariage avec Louis Bonaparte.

lorraine,vosges,plombières les bains,napoléonPleine d’espoir, elle s’installe donc à Plombières dans une habitation de la Grand’Rue. Mais, hélas, elle est victime d’un accident avec trois autres personnes (Mme de Gambis, le général Colle, et le capitaine Latour) : le balcon de l’appartement où ils se sont installés pour assister à une aubade s’écroule et elle fait une chute de quatre mètres. Elle tombe sur le dos d’un militaire et s’en sort avec la clavicule cassée et de nombreuses contusions. C’est le docteur Martinet, celui qu’elle appelle « mon bon docteur », médecin des villes de Remiremont et de Plombières, qui la soigne. Dans un premier temps, il fait écorcher un mouton et l’on « coud » Joséphine dans la peau de l’animal. On dit qu’elle y serait restée 4 heures, enlacée de couvertures. Déprimée moralement encore peut-être plus que physiquement, prévoyant une longue convalescence, Mme Bonaparte veut avoir auprès d’elle sa fille Hortense. Jamais convalescence ne fut plus charmante que celle-là. Joséphine est l’objet de toutes les attentions, les habitants la chérissent, on s’ingénie à la distraire, des musiciens viennent lui donner des aubades et, chaque jour, on dépose à ses pieds les plus belles fleurs du pays. Le séjour qui dure trois mois ne donnera pas de résultat.

lorraine,vosges,plombières les bains,napoléon,l'aiglon,josephine de beauharnaisUn peu plus tard, toujours désireuse de donner un enfant à celui qui est désormais Premier Consul, elle décide de renouveler sa cure, puis une troisième fois un an après. L’accueil est toujours triomphal, et pour cause, car grâce à elle, la ville d’eaux a retrouvé sa vogue d’autrefois : retour de gens de l’ancien régime, mais aussi affluence de gens issus de la Révolution.

Et pourtant, le miracle de la fécondité n’a pas lieu. Son général de mari finit par se croire stérile jusqu’au jour où deux de ses maîtresses mettent au monde chacune un enfant de lui !

Les choses se compliquent encore un peu plus lorsque Bonaparte devient Napoléon Ier, Empereur des Français. Il est en effet inenvisageable pour cette nouvelle dynastie de ne pas avoir de descendance.

lorraine,vosges,plombières les bains,napoléonCourageuse et consciente du danger de répudiation qui la menace, Joséphine se rend une nouvelle fois à Plombières avec, entre autres, sa fille Hortense, reine de Hollande. Elle joint l’utile à l’agréable en se montrant proche des citadins lorsqu’elle flâne en ville ou en bavardant avec les paysans lors de ses promenades dans la campagne environnante.

De retour au château de la Malmaison, force est de constater non sans tristesse que le miracle n’a pas eu lieu. En 1809, elle doit se résoudre au divorce pour raison d’Etat au profit de Marie-Louise de Habsbourg-Lorraine - descendante du dernier duc de Lorraine François III - qui sera la mère de « l’Aiglon ». Certains disent qu’elle restera néanmoins la maîtresse de l’Empereur…

[d’après Vosges Matin]