Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire & Patrimoine Bleurvillois

  • Sur les pas de saint Florent et de saint Léon IX

    Les pèlerins devant le portail de la collégiale Saint-Florent de Niederhaslach [cl. ©H&PB].

    Les fidèles de la chapellenie Bhx Charles de Lorraine-Habsbourg de Nancy ont effectué un pèlerinage aux confins de la Lorraine et de l'Alsace, dans les pas de saint Florent, évêque de Strasbourg (678 à 693), et de saint Léon IX, évêque de Toul puis souverain pontife (1002-1054).

    Sous la conduite de leur pasteur, les pèlerins ont tout d'abord découvert la collégiale Saint-Florent de Niederhaslach (Bas-Rhin) où sont conservées les reliques du saint évêque de Strasbourg. La messe votive de saint Florent y a été célébrée avant que tous ne se retrouvent autour d'un apéritif et le partage du repas tiré du sac.

    A l'issue, direction Dabo (Moselle), sur les terre de Bruno de Dagsbourg-Eguisheim, bien connu en Lorraine comme évêque de Toul puis, dans l'Eglise universelle, comme pape sous le nom de Léon IX.

  • Charles de Foucauld, prophète de l'amour

    Les éditions Vent d'Est ont créé une nouvelle collection dans laquelle paraissent régulièrement de belles biographies de Lorrains - et d'Alsaciens - qui ont marqué l'Histoire nationale ou régionale.

    Dans cette intéressante biographie du Père Charles de Foucauld, alsacien de naissance certes, mais qui fut élevé dans sa prime jeunesse à Nancy et qui connut une vie militaire en Lorraine, l'auteur retrace précisément le parcours de cet homme surprenant.

    Connu pour avoir vécu une jeunesse dissipée, mais aussi et surtout pour être devenu l'ermite du Sahara, proche des Arabes puis des Touaregs de Tamanrasset, Charles de Foucauld continue d'influencer le monde d'aujourd'hui.

    Il a pratiqué bien avant la lettre "le dialogue interreligieux" tout en étant ferme sur sa foi chrétienne et sur la nécessité d'évangéliser les musulmans. Il nous adresse un message de fraternité, d'amour des plus petits, du don de soi. Serviteur, il a aussi été maître spirituel, conseiller des grands, linguiste qui a fait connaître la langue des Touaregs. Il s'est donné à l'humanité jusqu'à en mourir, assassiné dans son ermitage...

     

    ‡ Charles de Foucauld. Prophète de l'amour, Alain Charlot, éditions Vent d'Est, 2016, 65 p., ill. (10 €).

  • Capitaine Danrit : le Jules Verne militaire

  • Fête-Dieu

    Reposoir de la Fête-Dieu célébrée à la chapellenie Bhx Charles de Lorraine-Habsbourg de Nancy [cl. archives 2015 ©H&PB].

    Deus, qui nobis sub Sacraménto mirábili passiónis tuæ memóriam reliquísti : tríbue, quǽsumus, ita nos Córporis et Sánguinis tui sacra mystéria venerári ; ut redemptiónis tuæ fructum in nobis iúgiter sentiámus : Qui vivis et regnas.

    [collecte de la messe de la fête du Très Saint Corps du Christ]

    Dieu, vous nous avez laissé sous un Sacrement admirable le mémorial de votre passion : accordez-nous, nous vous en prions, de vénérer les mystères sacrés de votre Corps et de votre Sang ; de manière à ressentir toujours en nous le fruit de votre rédemption.

  • Autour de l'arboretum de La Hutte (Vosges)

    Samedi 4 juin 2016, autour de l'arboretum de La Hutte (Vosges, commune de Claudon) avec la Communauté de communes du Pays de la Saône vosgienne et les acteurs du tourisme de l'Ouest vosgien.

    Dimanche 5 juin 2016 à 10h00, animations autour de l'arboretum de La Hutte rénové conjointement par l'ONF et l'association Droiteval-Ourche-Patrimoine avec présence de sculpteurs sur pierre qui réaliseront des sièges pour le parcours.

  • Neuviller-lès-Badonviller (54) : les bénitiers Daum sauvés par les étudiants de Sciences-Po

  • Aux sources de la Visitation : François de Sales et Jeanne de Chantal

    Voici l’une des plus grandes amitiés humaines et chrétiennes de l’histoire : François de Sales, évêque de Genève, et Jeanne de Chantal, alors veuve et mère de quatre enfants, se reconnaissent spirituellement à Dijon en 1604. François devient le directeur de conscience de Jeanne et, ensemble, ils fondent l’ordre de la Visitation Sainte-Marie en 1610.

    Pour témoigner de ces existences pleines et entières, les auteurs ont choisi de nous faire partager le quotidien de ces deux personnalités, ainsi que les rencontres, les anecdotes, les événements marquants qui ont jalonné leur parcours.

    La richesse de ce livre réside également dans le nombre d’œuvres inédites qu’il présente : objets de la vie courante, vêtements liturgiques, reliquaires, œuvres d’art exécutées en l’honneur des deux saints. L’ordre de la Visitation, les visitandines et le musée de la Visitation de Moulins, portent l’héritage spirituel et l’esprit salésien du « bienheureux prélat » et de la « sainte Mère ».

    Un bel ouvrage pour découvrir un ordre religieux marial toujours actif en France et dans le monde.

     

    ‡ Aux sources de la Visitation. François de Sales et Jeanne de Chantal, collectif, Somogy éditions d'art, 2016, 208 p., ill. (35 €).

  • Nancy : copie à revoir pour la rénovation du Musée Lorrain

    Nancy : Audrey Azoulay pour la destruction d’un monument du XVIIIe siècle et son remplacement par une aile en verre

    Presque tous les ministres de la Culture, lorsqu’ils arrivent, font illusion pendant quelques semaines. Arrivant à un poste parfois très critiqué, ils ont à cœur de montrer qu’ils vont désormais marquer leur territoire et travailler en faveur du patrimoine. Même Renaud Donnedieu de Vabres avait, en son temps, sauvé un monument historique, c’est dire, et Aurélie Filippetti avait déclaré vouloir sauver l’escalier de la Bibliothèque nationale de France (pour l’abandonner très peu de temps après).

    La ministre contre le patrimoine

    Hélas, cette période de grâce ne dure pas, et le scénario est toujours à peu près le même : après une ou deux décisions positives, les vieux démons reviennent et le ministre abandonne toute velléité de protection des monuments historiques, sous la pression politique et probablement également sous celle des fonctionnaires qui travaillent directement avec lui. Manifestement, Audrey Azoulay ne fait pas exception. Après avoir sauvé (très temporairement et il faut s’inquiéter pour la suite) le Musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon d’une fermeture annoncée, après quelques visites en province où le patrimoine était mis en avant, l’indifférence complète envers le patrimoine vient de reprendre ses droits. Nul doute que l’influence du directeur général des Patrimoines Vincent Berjot, véritable cheville ouvrière du ministère et point commun des dernières administrations (Aurélie Filippetti, Fleur Pellerin et maintenant Audrey Azoulay) ne soit largement en cause.

    Le dossier est pourtant assez simple : il s’agit des travaux sur le Musée Lorrain dont nous avons démontré à quel point ils étaient destructeurs pour le patrimoine sur quatre plans :

    - la destruction de l’ancien mur entourant la place du XVIIIe siècle qui se trouvait au nord du palais du Gouvernement,
    - la destruction de l’ancienne écurie du XVIIIe siècle,
    - la construction d’une aile moderne médiocre en disharmonie totale avec les bâtiments existants,
    - l’injection de béton sous le palais Ducal menaçant la stabilité de l’ensemble.

    Rappelons que cela concerne des bâtiments entièrement classés, en secteur sauvegardé jouxtant un secteur classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il est difficile, et même impossible d’imaginer un degré de protection supérieur à celui-ci.

    Le mur déposé puis reconstruit !

    Or, la ministre de la Culture vient de trancher - avant même que la Commission nationale des monuments historiques n’ait à nouveau été convoquée - par l’envoi d’un courrier au maire de Nancy. On y lit, je cite : le mur du XVIIIe siècle « apparait comme un élément patrimonial important dont la conservation est prioritaire ». Ce mur devra donc « être intégré et valorisé » dans le projet. Fort bien, sauf qu’on découvre juste après que « cette opération obligera très certainement, compte tenu de l’état du mur, à sa dépose soigneuse avant un remontage à son emplacement exact ». Oui, vous avez bien lu : la ministre de la Culture propose de démonter le mur puis de le reconstituer. On aimerait savoir comment une « dépose soigneuse » du mur est possible lorsqu’on voit les moellons avec lesquels il est construit. On sait d’ailleurs ce qu’il en est, en général, de ces démolitions-reconstructions - quand la reconstruction est effectuée, ce qui souvent n’est pas le cas malgré les promesses de départ : le mur sera entièrement refait et n’aura plus aucune authenticité. Il est simplement impossible de démonter ce mur sans le détruire purement et simplement.

    La destruction des anciennes écuries

    Plus grave encore. Si le mur est « conservé » et « valorisé » après « dépose » et « remontage », il n’en va pas de même pour le bâtiment des écuries. En effet, la ministre juge que « son maintien serait incompatible avec la mise en valeur du mur restauré sur toute sa hauteur et sur l’essentiel de son linéaire ». Sur quels critères juge-t-elle cela ? À partir de quelles études ? On n’en saura rien, évidemment. Et il va donc de soi, pour la ministre de la Culture, que ce mur serait bien mieux mis en valeur par une adaptation du projet de l’architecte qui consiste, rappelons-le, en une aile en verre qui non seulement ne valorise pas le lieu, mais le dénature… On se demande en outre pourquoi ces écuries du XVIIIe siècle, classées monument historique, ne devraient pas, elles-aussi, être « valorisées ». Mais la ministre apporte sa réponse : certes, « ce bâtiment ne porte aucune trace de l’incendie de 1871 » ; certes « les bois des poutres des charpentes datent effectivement de la première moitié du XVIIIe siècle » ; certes, « ce bâtiment, bien que très remanié, peut être daté des années 1760 contrairement aux hypothèses avancées précédemment ». Mais, ajoute la ministre : « l’intérêt de ce bâtiment est bien moindre au vu de son abâtardissement et de l’absence de conservation de l’ensemble de ses dispositions d’origine », et « son maintien serait incompatible avec la mise en valeur du mur restauré sur toute sa hauteur et sur l’essentiel de son linéaire ». La conclusion va donc de soi, et la Ville de Nancy s’est empressé de la faire sienne. Si l’on en croit L’Est Républicain, qui apparemment reprend une explication donnée par la mairie lors de sa conférence de presse : « seuls les bois et les poutres de la charpente datent du XVIIIe siècle ». On aimerait comprendre comment seule la charpente, et non les murs d’un bâtiment, pourraient être du XVIIIe siècle. C’est évidemment impossible et les éléments de l’étude de l’INRAP dont nous avons pu avoir connaissance (malgré le black-out de la mairie et du ministère de la Culture) démontrent que l’ensemble de la construction date du XVIIIe siècle. Il est exact que des modifications ont eu lieu, mais les plus récentes ont rendu à la façade « sa configuration initiale ».

    La Commission nationale des Monuments Historiques, chambre d’enregistrement

    Le passage prévu en septembre prochain devant la Commission nationale des monuments historiques relève donc de la farce. On ne s’y interrogera pas sur les résultats de l’étude de l’INRAP qui démontre non seulement que le mur est celui du XVIIIe mais aussi que les écuries sont aussi celles du XVIIIe siècle, épargnées par l’incendie qui a frappé le Palais ducal en 1871. Elle aura à se prononcer sur le nouveau projet proposé par l’architecte à qui, dès maintenant, on donne quitus pour la destruction des écuries.
    Plus grave encore peut-être : à notre question sur l’utilisation du jet grouting, le ministère de la Culture nous répond : « les injections de béton sous-pression sous le palais ducal évoqués dans le projet n’ont, à ce jour, pas reçu spécifiquement l’accord du ministère de la Culture ». Or, tout le projet est bâti sur le percement du sous-sol, et donc sur l’utilisation de cette technique dévastatrice pour les couches archéologiques et potentiellement dangereuse pour la stabilité des édifices (ce qui risque d’entraîner des dérapages de budget très coûteux alors que les travaux tels qu’ils sont prévus ne sont pas entièrement financés). Comment peux-t-on donner l’aval à un tel projet sans s’interroger a priori sur l’utilisation d’une telle technique ? Il est évident que tout cela n’a qu’un objectif : rendre tout retour en arrière plus difficile, voire impossible.

    Une fois de plus donc, le ministère de la Culture met en danger le patrimoine qu’il est censé protéger. On parle ici - il faut le rappeler sans cesse, quitte à se répéter - de détruire un édifice classé du XVIIIe siècle, dans un secteur sauvegardé jouxtant une zone du patrimoine mondial de l’UNESCO, pour le remplacer par une construction contemporaine médiocre dont on ne peut même plus prétendre qu’elle sera « transparente » (elle ne le serait pas, de toute façon, les édifices en verre ne le sont jamais) alors qu’elle inclura un mur en pierre du XVIIIe siècle. Répétons-le : la seule solution raisonnable serait d’abandonner ce mauvais projet pour le remplacer par une restauration des bâtiments existants et l’utilisation du Palais du Gouvernement pour l’agrandissement du musée. Le surcoût invoqué par le maire ne tient évidemment pas : non seulement l’ensemble des travaux serait évidemment moins coûteux (pas de construction de nouveau bâtiment, pas de creusement ni de jet grouting) mais il éviterait les péripéties juridiques auxquelles le projet actuel va forcément être confronté. Car il est évident que les associations de défense du patrimoine ne pourront pas laisser faire un tel vandalisme sans réagir, ce qui aura pour effet de retarder l’indispensable projet de rénovation du musée.

    Didier Rykner, La Tribune de l'Art, 10 mai 2016.

    Lire la suite

  • La Forcola

    Les Vosges ont vu depuis deux siècles débarquer en nombre des Italiens à la recherche de travail et d'un avenir meilleur... Démunis de tout, ces hommes s'embauchaient chez qui voulaient bien leur donner un emploi : maçons, tailleurs de pierre, ouvriers dans l'industrie textile... Ils travaillaient dur, logeaient dans ce qu'on leur offrait, fermes abandonnées, cités vétustes, afin de supporter le climat rude des régions de l'est. Et ils finissaient par faire venir en France leur famille.

    Survie prodigieuse ? C'était sans compter avec la guerre. Et les guerres.

    Rédigé sous la forme d'un roman, l'auteur retrace l'histoire vraie de ces immigrés italiens dont les descendants ont transmis leurs témoignages. Pas facile en effet pour eux de raviver des souvenirs parfois terribles.

    Cet ouvrage est un bel et émouvant hommage à ceux qui ont beaucoup apporté à nos Vosges, à la Lorraine et à la France. Et qui sont  d'ailleurs éternellement reconnaissant envers leur pays d'adoption, au point de reconnaître que "la France leur a tout donné".

    Au fait, "la Forcola" est de la famille des Forcolin, ces italiens venus de Vénétie s'installer du côté des Hautes-Vosges voici déjà bien longtemps... Et qui se sont complétement intégrés au point de ne faire plus qu'un avec la France.

     

    ‡ La Forcola, Micheline Faliguerho, éditions CopyMédia, 2015, 230 p. (15 €).

  • A Domremy (88) du 1er au 16 juillet 2016 : "L'enquête Jeanne d'Arc", spectacle vivant monumental

  • Bleurville (88) : l'ancien presbytère est à vendre

     

    L'ancien presbytère de Bleurville, 18e-19e s. 

     

    Noble bâtisse située en face de l’église paroissiale, elle surplombe le village de Bleurville avec une jolie vue sur la vaste forêt de Darney.

    Maison de cure depuis le 18ème siècle, elle a connu un remaniement important en 1829-1830.

    Le presbytère fut occupé par le desservant de la paroisse jusqu’en 2010.

    Vaste demeure dont la toiture est refaite à neuf (2012), elle est close de murs et dispose d’un vaste jardin et d’un verger à l’arrière.

    Cette maison de caractère conviendrait tout-à-fait pour la réalisation d'un projet de création de chambres d'hôtes.

    Bleurville est situé dans le canton de Monthureux-sur-Saône, à 21 km au sud de Vittel et proche de la sortie A31 de Bulgnéville.

     

    > Renseignements : Étude notariale REBOURG-BALANCY à Vittel

    > Tél. : 03 29 08 01 80

    > Courriel : etude-rebourg.balancy@notaires.fr

  • Bleurville, d'hier... pour demain : votre avenir est à Bleurville !

    lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

    Bleurville, vue aérienne, juillet 2014 [cl. G. Salvini].

     

     

    Bleurville d'hier... pour demain, car nos villages et bourgs ruraux doivent continuer à vivre et se développer pour conserver à notre France son identité.

     

    Alors, vous aimez votre pays, vous aimez notre Lorraine, vous aimez les Vosges... vous aimerez Bleurville !

     

    Jeunes artisans, jeunes entrepreneurs, venez investir et vous installer à Bleurville : son cadre de vie et son environnement humain, naturel et bâti vous séduiront !

     

    Lire la suite

  • Repaix (54) : exposition "Paysages d'ici et d'ailleurs & collages à thèmes" d'Elisabeth Fabre

  • La campagne d'Allemagne

    Plus qu'une aventure militaire de grande envergure menée par la 1ère armée française, la campagne d'Allemagne est avant tout une opération politique menée conjointement par le général de Gaulle et le général de Lattre de Tassigny pour redonner à la France son rang de grande puissance et conquérir un secteur d'occupation en Allemagne.

    Le déroulement de cette campagne peut paraître confus mais il répond au souci permanent du général de Lattre de participer à l'invasion malgré les réticences des Américains et, une fois dans le pays, d'occuper un territoire le plus grand possible. Hormis Karlsruhe, Stuttgart et Ulm, qui là encore représentent des victoires au service de la politique de redressement de la France, la destruction de l'ennemi est subordonnée aux gains de terrain des unités au contact de l'ennemi.

    Menée dans le droit fil de l'épopée napoléonienne par le général de Lattre de Tassigny, la campagne d'Allemagne a permis la conquête d'un secteur d'occupation de 80 000 kilomètres carrés représentant le Pays de Bade, le Palatinat et le Wurtemberg et amené la France à la table des vainqueurs le 8 mai 1945 à Berlin.

    Et n'oublions pas les nombreux Lorrains qui se sont engagés dans la 1ère armée de Lattre et qui ont, pour un certain nombre d'entre-eux, donné leur vie pour la libération de la France et de l'Europe.

     

    ‡ La campagne d'Allemagne. Printemps 1945, Pierre Dufour, éditions Grancher, 2016, 333 p., ill. (22 €).

  • Eglise Marie-Immaculée à Nancy : messe avec les Sonneurs bisontins dimanche 5 juin

  • Rosières-aux-Salines (54) : restauration de la fontaine Saint-Pierre

    [ER]

  • Bleurville (88) : une marche pour les 70 ans du Secours catholique

    Le mercredi 25 mai, le Secours catholique du secteur de Monthureux-sur-Saône organise une marche pour les 70 ans de la création du Secours catholique par le Vosgien Mgr Jean Rodhain.

    Le départ matinal aura lieu à la Grande-Croix de Bleurville puis prendra la direction du centre équestre et retour par la Vignotte vers la Grande-Croix.

    A 12h00, les marcheurs des divers secteurs des Vosges se retrouveront à Mattaincourt pour une messe en la basilique Saint-Pierre Fourier.

  • Chamagne (88) : le Conseil départemental des Vosges abandonne la maison natale de Claude Gellée

  • Nancy : l'archevêque de Mossoul témoigne à la basilique Notre-Dame de Lourdes le 20 mai

  • Darney (88) : Henri Côme, figure locale, fait chevalier de l’Ordre national du Mérite

    Le récipiendaire entouré de sa famille [cl. VM].

    Après cinquante-huit années au service des autres, des restaurations et construction à la pelle et encore de nombreux projets, Henri Côme a été récompensé par la Croix de chevalier de l’Ordre national du Mérite.

    Sympathique cérémonie, samedi de la Pentecôte, durant laquelle Henri Côme, entouré de sa famille, a reçu des mains de Jacques Anguilabert la Croix de chevalier de l’Ordre national du Mérite.

    Henri totalise 58 années au service du bénévolat et c’est une récompense bien méritée que la ville de Darney a voulu lui transmettre. Très ému de cette distinction, Henri ne put que remercier toute sa famille qui l’a toujours soutenu et tous ses camarades avec qui il avait envie de partager ce moment. Ne manquant pas de souligner qu’il est important de partager et de laisser des traces derrière soi.

    Né un 19 février, il a grandi au Thillot. Henri est quatrième d’une fratrie de sept enfants. Après sa scolarité, il suivit les cours à l’école d’horlogerie d’Anet à Dreux (Eure-et-Loir) et y obtint son CAP. Il travailla deux ans chez un horloger du Thillot. A 20 ans, Henri partit en Tunisie accomplir ses obligations militaires. De Hammamet à Gafsa et à Bizerte, il mena une vie de soldat pendant deux longues années dans des conditions plus que rustiques et pénibles. De retour en France, il s’installa comme horloger à Darney, rue de la République, et uni sa destinée à Anne-Marie Bertrand le 1er avril 1959.

    Son implication dans la vie locale commença alors pour ne jamais s’arrêter. D’emblée, il entra dans l’équipe de basket-ball. En 1961, il recréa le syndicat d’initiative dont il prit la présidence. Fort de ses années chez les Scouts de France, il entreprit des restaurations à Bonneval, aux tours Seychelles, à Barcan et sur une source à La Houdrie. Henri sera aussi secrétaire des Anciens d’Afrique du Nord.

    En 1966, c’est un camping qui vit le jour puis de nombreuses manifestations suivront, avec les camarades artisans et commerçants, ouvrant même un atelier photo pour répondre aux besoins de la population. En 1971, il est élu conseiller municipal. En 1972, le camping ouvrit ses portes, suivi de la piscine. Brillamment réélu au conseil municipal en 1983 puis en 1989, Henri s’investit dans de nouveaux projets, tous aboutis. Ces dernières années, ne pouvant rester inactif, suite à la maladie de l’abbé André Simonin, Henri, catholique pratiquant, prit le secrétariat de la paroisse, l’accompagnement des familles dans le deuil et préside toujours les assemblées dominicales en l'absence de prêtre. En 2009, avec une dizaine d’amis, il s’attaquait à la restauration de l’horloge de l’église.

    En 2012, il réalisa une plaque à la mémoire du député-maire et président du Conseil général des Vosges André Barbier. La même année, dans la chapelle Notre-Dame de Pitié, il réhabilita le tabernacle, le mobilier et deux reliquaires qui attendaient depuis 1804 pour y être déposés selon les vœux des époux Thouvenel, tanneurs à Darney. Il est également régulièrement sollicité par des communes ou des associations afin de réaliser des moulages en grès reconstitué, méthode de son invention, et pratiquer des restaurations sur des oeuvres d'art (comme dernièrement, sur une statue de Sainte Anne et la Vierge pour le musée d'Hennezel).

    Henri Côme souhaiterait également relancer la procession de l’Assomption vers la grotte de N.-D. de Lourdes du coteau Fabré, abandonnée depuis des années. Preuve supplémentaire de son attachement à l’histoire et à la vie associative darnéenne.

    [d’après Vosges Matin]

  • Bleurville (88) : le Secours catholique fête ses 70 ans

  • Bleurville (88) : ouverture de L'Etoile le 21 mai

    Une nouvelle discothèque ouvre à Bleurville, route de Nonville.

    Ouverture inaugurale samedi 21 mai 2016.

    Mail : etoilebleurville@orange.fr

  • Ouvrage en souscription sur le 21e BCP à Raon-l'Etape et dans la Grande Guerre

  • La Lorraine a fêté la Saint Nicolas d'été

    La Lorraine a célébré la fête de la translation des reliques de saint Nicolas ce lundi de Pentecôte à Saint-Nicolas-de-Port.

    La paroisse fait en effet mémoire de la translation des reliques du saint patron de la Lorraine qui furent ramenées de Myre à Bari en 1087 par des marins italiens.

    A l'issue de la messe, clergé et fidèles ont processionné dans les rues de la ville autour de la célèbre basilique portoise.

  • Trois bâtiments du Grand Nancy labellisés "Patrimoine du XXe siècle"

    Le Groupe des Etudiants Catholiques (GEC), cours Léopold à Nancy.

    Trois bâtiments appartenant au Grand Nancy viennent d'être labellisés "Patrimoine du XXe siècle" : il s'agit du Musée de l'histoire du fer à Jarville-la-Malgrange, du Muséum-Aquarium et du foyer du Groupe des étudiants catholiques (GEC) de Nancy.

    Le Musée de l'histoire du fer, inauguré en 1966, constitue un exemple remarquable de structure à portiques métalliques, dans la droite ligne des travaux de Jean Prouvé, et témoigne de la vivacité de l'industrie de l'acier en Lorraine dans les constructions du milieu du XXe siècle.

    Le Muséum-Aquarium de Nancy, de style Art Déco, est doté d'une façade aveugle faite d'un empilement de blocs béton préfabriqués et décoratifs innovants. Il fut l'une des toutes premières constructions modernes nancéiennes à voir le jour en 1933. Le bâtiment est inscrit à l'inventaire supplémentaire des MH depuis décembre 2015.

    Enfin, le foyer du Groupe des étudiants catholique (GEC) du cours Léopold à Nancy est construit à partir de 1926. Il connut plusieurs campagnes de travaux au cours du XXe siècle. Le foyer est l'une des réalisations majeures de Jules Criqui, architecte diocésain de 1908 à 1951. Construit autour de l'ancien hôtel particulier de la famille de Metz-Noblat, le foyer du GEC s'inscrit dans un vaste programme d'équipements étudiants engagé pendant l'entre-deux-guerres. Longtemps géré par la Compagnie de Jésus, le GEC a été vendu au Grand Nancy qui s'est empressé de le laïciser (transformation de la chapelle en gymnase et changement de dénomination, la référence catholique disparaissant pour devenir 'Groupe des étudiants du cours Léopold').

  • Metz, hier et aujourd'hui

    Au XIXème siècle, la ville de Metz était la place forte la plus importante de l’Europe. De ce fait, elle ne pouvait s’étendre car prisonnière de ses murailles. En 1871, la ville et annexée par l'Allemagne.

    Grâce à la découverte du procédé permettant de tirer au canon par-dessus les murailles, dès 1892, la ville se transforme. Les allemands détruisent les portes et les murailles permettant ainsi son agrandissement et la construction d’une nouvelle ville de style germanique. L’empereur Guillaume II a voulu faire de Metz la vitrine sur la France. Ainsi le temple de la garnison plus haut que la cathédrale, le Temple neuf dans le jardin d’Amour, l’actuel palais du gouverneur, la gare et la grande poste ont vu le jour…

    Si la ville n’a pas connu de nombreuses destructions durant les deux conflits mondiaux,  ce ne fut pas le cas dans les années 1960-1970 où des quartiers entiers ont disparus au nom du modernisme. Seuls demeurent de nombreuses photos jaunies de ce patrimoine...

    La ville évolue en permanence : la mise en service du Mettis en octobre 2013 a nécessité d’énormes travaux qui ont souvent fait polémique mais cette innovation, qui a grandement modifié le visage de Metz, montre que la ville s’inscrit définitivement dans une politique de développement durable et d’innovation pour les décennies futures.

    L'auteur, grand connaisseur de Metz et de son histoire, juxtapose dans une intéressante composition cartes postales anciennes et clichés récents de nombreux quartier de la ville. Si la ville s'est considérablement transformée, elle conserve tout de même de "beaux restes" à découvrir...

     

    ‡ Metz. Hier | Aujourd'hui, Jean-Claude Berrar, édition Wartberg, 2016, 72 p., ill. (16,90 €).

  • La Passion du Christ jouée à la basilique de Saint-Nicolas-de-Port le 20 mai

  • Retour sur le 38ème pèlerinage Domremy-Vaucouleurs

  • Darney (88) : une salle dédiée à Damia au musée du château ?

    [VM]