Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

peintre

  • Inventaire des oeuvres du peintre Alfred Renaudin : vers un catalogue raisonné

  • Bleurville (88) : Joëlle Pulcini à l'abbaye Saint-Maur

  • Bleurville (88) : voyages en couleurs avec Joëlle Pulcini

    Les cimaises de l'abbatiale bénédictine de Bleurville accueillent cet été une artiste peintre bourguignonne. Dépaysement garanti au milieu d'un foisonnement de couleurs !

    Joëlle Pulcini est installée en Côte d'Or, à Selongey, mais sa passion la conduit un peu partout dans nos régions françaises. Habituée des salons, elle fréquente assidûment celui de Bourbonne-les-Bains mais aussi celui de Vittel où son talent est grandement apprécié. Une rencontre avec Marie-Thérèse Luc-Chanel, notre artiste spinalienne et amie de Saint-Maur, l'a convaincue de venir exposer ses oeuvres picturales dans le cadre exceptionnel de l'ancienne l'abbatiale romane de Bleurville.

    Joëlle est une personnalité qui a déjà un long parcours de qualité et de succès derrière elle : elle pratique avec une remarquable maîtrise la technique de la peinture à l'huile au couteau, l'acrylique également puis l'aquarelle aussi. Bref, une touche-à-tout talentueuse ! "Par l’acte de peindre, il me semble donner vie à un champ d’énergie qui amplifie les perceptions que j’ai du monde qui m’entoure. Ces sensations internes et secrètes font naître au plus profond de moi le langage de mon cheminement personnel" reconnaît Joëlle. "Chaque idée d'une toile est l’aboutissement d’une alchimie intérieure qui fait que cette oeuvre-là arrive à ce moment là."

    Alors, cet été, si vous passez par Bleurville, il faut absolument vous arrêtez à l'abbaye Saint-Maur : les tableaux de Joëlle Pulcini sont une invitation au voyage, de l'Italie aux Vosges, en passant par Venise, Paris, la Franche-Comté ou Le Puy-en-Velay et Montigny-sur-Aube, mais aussi Bourbonne, Contrexéville et Vittel. Des portraits d'enfants également, des chats de la maison aussi. Des jardins et des compositions florales encore. Et des couleurs qui réveillent et réenchantent les vieux murs de l'abbatiale du XIe siècle ! Un véritable régal pour les yeux.

     

    ‡ Abbaye Saint-Maur de Bleurville, exposition des toiles de Joëlle Pulcini, du 1er juillet au 26 août 2018, entrée : 2 €.

  • Des toiles de Renaudin vendus chez Sotheby's

  • Repaix (54) : "Fleurs et paysages" à la Maison du peintre Gilles Fabre

  • Avillers (88) : un tableau d'Alphonse Monchablon acquit par la commune

  • Les Amis d'Alfred Renaudin vous attendent...

  • Bleurville (88) : le monde en couleurs de Marie-Claude Papkoff à l'abbaye Saint-Maur

    Marie-Claude Papkoff, artiste peintre vosgienne, a accroché ses toiles aux cimaises de l'abbatiale bénédictine de Bleurville pour cet été.

    Portraits et paysages vous accueillent dans le choeur de l'abbatiale pour le plus grand plaisir des yeux et des sens. Notre artiste vous invite à un beau voyage en 'aquarellie' !

     

    ‡ Portraits & paysages, aquarelles de Marie-Claude Papkoff, abbaye Saint-Maur de Bleurville, du jeudi au dimanche, de 14h à 18h. A voir jusqu'au 2 septembre 2017.

  • Jame's Prunier expose à Nancy

    Ce que ne dit pas l'article, c'est que notre Jame's Prunier débuta sa carrière en illustrant plusieurs numéros de La Revue lorraine populaire dans les années '80.

    Bravo à Jean-Marie Cuny, le fondateur de la célébrissime revue, qui a su dénicher d'excellents artistes lorrains !

  • Alfred Renaudin (1866-1944), les couleurs de la Lorraine

    En lien avec l'exposition présentée cet été au château de Lunéville, le catalogue consacré au peintre vosgien Alfred Renaudin nous permet de faire mieux connaissance avec cet artiste qui, reconnaissons-le, ne faisait jusqu'à présent pas vraiment partie du panthéon des artistes lorrains de l'époque contemporaine.

    Et pourtant, comme l'écrit Francine Roze dans son introduction au catalogue, notre artiste ne s'est pas seulement limité à être un peintre de paysages. Pour qui s'attache à lire ses tableaux, ils constituent bien plus que de belles compositions pittoresques et colorées : ils sont les témoignages vivants, fidèles et véridiques d'une époque aujourd'hui révolue dans laquelle prennent nos racines.

    L'ouvrage s'attache à nous faire prendre conscience que Renaudin fut un observateur de talent, attentif à la vie quotidienne et l'environnement bâti et paysager de ses contemporains autant qu'à l'actualité du moment.

    Ce catalogue n'est pas un inventaire raisonné  de l'œuvre d'Alfred Renaudin. Il se propose de suivre l'artiste à travers une centaine de ses toiles, dans une Lorraine rurale et urbaine profondément modifiée depuis sa disparition en 1944.

     

    ‡ Alfred Renaudin (1866-1944). Les couleurs de la Lorraine, Francine Roze, Serge Domini éditeur - Musée du Château de Lunéville, 2015, 112 p., ill. (25 €).

  • Baccarat (54) : exposition "Paysages d'ici et d'ailleurs par Gilles Fabre"

    lorraine-paysage-lorrain-hiver-gilles-fabre.jpg

     

    Rétrospective hommage de peintures de Gilles Fabre « Paysages d’ici et d’ailleurs »

    Du 2 février au 21 mars 2015

    « Paysages d’ici et d’ailleurs » :

    un panel d’huiles, dessins et lithographies représentant des paysages de Lorraine, de Paris et de  l’étranger, bouquets...

     

    A découvrir à la galerie de l’Hôtel de Ville de Baccarat.

  • Exposition "Louis Français (1814-2014), empreinte pré-impressionniste"

    français.jpg

  • Remiremont (88) : "Le peintre et l'infirmière" au musée Charles de Friry

    remiremont.jpg

  • Padoux (88) : le peintre des commémorations patriotiques

    peintre.jpg

    [Vosges Matin]

  • "Sur la Saône au matin" par Jan Monchablon

    J.Monchablon_Sur la Saône au matin.jpg

    Jan Monchablon, Sur la Saône au matin, fin XIXe s.
     
     
    Cette toile signée par Jan Monchablon, le peintre vosgien de Châtillon-sur-Saône, de belles dimensions (38,5 x 55 cm), sera vendue aux enchères le 29 novembre 2014 par la galerie Galartis à Lausanne (Suisse).
  • Scierie La Hallière : expo' "Emile Gerlach, peintre de la vallée de Celles"

    HALLIERE1.jpg

    HALLIERE2.jpg

  • Bleurville (88) : Lina Blanc exposera à l'abbaye Saint-Maur en juillet-août

    lina blanc_st-maur 2014.jpg

  • A la recherche des œuvres du peintre Alfred Bertrand


    renaudin chamagne.jpg

    Alfred Renaudin, Chamagne (Vosges), 1933, huile sur toile.

     

    Le président de l’association des Amis d’Alfred Renaudin de Val-et-Châtillon (54), Olivier Bena, est à la recherche d’informations sur l’artiste peintre vosgien Alfred Bertrand ainsi que sur ses œuvres picturales. Cette documentation servira à la préparation du centenaire de la naissance du peintre, célébré en 2015.

    *

    *       *

    Alfred Bertrand est né pendant la Grande Guerre, le 28 juin 1915, à Rambervillers (Vosges). Il ne connut jamais son père, Jules Alfred Bertrand, décédé le 18 juin 1915, quelques jours seulement avant la naissance de son fils. Il fut donc pupille de la Nation. Sa mère, née Alice Gérard, veuve de guerre, épousa en secondes noces Monsieur Desbrosses. Il passa toute sa jeunesse à Val-et-Châtillon (Meurthe-et-Moselle). Attiré très tôt par la peinture, Alfred Bertrand fit son apprentissage à l’imprimerie Victor Idoux de Nancy avant de conduire une brillante carrière de dessinateur publicitaire à Paris.

    Au cours de ses nombreux séjours en Lorraine, il aimait à « croquer » quelques beaux paysages du secteur de Val-et-Châtillon. C’est ainsi que l’on peut probablement retrouver certaines de ses œuvres chez des parents ou amis de l’artiste. Il exposa plusieurs fois son travail à Paris. Il obtint de nombreuses récompenses, notamment deux prix en 1983 au prestigieux Salon des Artistes Français, dont il était sociétaire depuis 1968. Il y avait déjà obtenu une médaille d’argent en 1969 et une médaille d’or en 1976. Il avait même reçu la médaille d’argent de la ville de Paris.

    Il épousa à Nancy le 18 février 1939 Szypra Wortmann. Deux fils naquirent de cette union, Jean Pierre et Alain. C’est dans sa 81ème année qu’est décédé Alfred Bertrand à Paris le 21 décembre 1995. Il repose au cimetière de Val-et-Châtillon. Son épouse est décédée le 1er mai 2008 à Paris. Elle est également inhumée à Val-et-Châtillon aux côtés de son époux.

    [d’après Olivier Bena)

     

     

    ‡ On peut communiquer toute information relative à Alfred Bertrand à bena_olivier@yahoo.fr

  • Un nouveau "Louis Français" au musée de Remiremont

    louis français.jpg

    [Vosges Matin]

  • Une année avec les Amis du peintre Alfred Renaudin

    RENAUDIN.jpg

    Toile d'Alfred Renaudin.

     

    L'association des Amis d'Alfred Renaudin vous propose son bulletin d'information annuel dans lequel vous découvrirez les différentes manifestations organisées en 2013 autour du peintre Alfred Renaudin :

    Bulletin n° 2 Amis Alfred Renaudin.pdf

  • Conférence sur le peintre Xavier-Alphonse Monchablon le 8 décembre 2013

     

    lorraine,nancy,peintre,xavier alphonse monchablon,jean françois michel,société d'histoire de nancy

    Détail de la toile dédiée à l'Armée de terre de 1870 de la crypte de la basilique Sainte-Jeanne d'Arc, par X.-A. Monchablon [cliché H&PB].


    La SOCIETE D’HISTOIRE de NANCY

    propose à la

    MJC LILLEBONNE - NANCY

    samedi 8 décembre 2013 - 14h30

    Conférence illustrée de Jean-François Michel, Président de l’association Saône lorraine, délégué régional VMF Lorraine

     

    Xavier-Alphonse MONCHABLON (1835-1907)

    Peintre d’Histoire et portraitiste lorrain

     

    Cette conférence accompagne la réalisation d’un grand projet : la restauration et la remise en place à la basilique de Domremy d’une vaste toile de Monchablon représentant le sacrifice des Armées de terre et de l’air pendant la guerre de 1870-1871, et pour lequel une souscription, soutenue par la Fondation du Patrimoine, a été lancée.

  • Saint Jérôme & Georges de La Tour

    st jerome.jpgPeu de maîtres anciens jouissent en France d'une popularité comparable à celle de Georges de La Tour. Redécouvert en 1915 après avoir sombré dans le plus profond oubli, le peintre est devenu en quelques décennies l'égal d'un Claude Lorrain, d'un Nicolas Poussin, voire d'un Vermeer ou d'un Rembrandt. Emouvant et étrange mélange de réalisme et de spiritualité, son oeuvre nous est parvenu de façon fragmentaire, on le sait, mais un sujet semble avoir retenu son attention toute sa carrière durant, un sujet de prédilection dont il a multiplié les versions de ses débuts jusqu'à la fin de sa vie : saint Jérôme.

    Présentée en 2013, au Musée départemental Georges de La Tour de Vic-sur-Seille à l'occasion du dixième anniversaire de son ouverture au public, l'exposition réunit autour du Saint Jérôme du Prado, le dernier chef-d'oeuvre redécouvert du maître lorrain, toutes les compositions de La Tour aujourd'hui connues sur ce thème. La confrontation inédite de ces toiles provenant de collections publiques et privées - un ensemble constitué d'originaux, d'oeuvres d'atelier, de copies anciennes et même de quelques tableaux ayant autrefois été considérés comme de La Tour - entend témoigner de la puissance plastique et de l'originalité iconographique caractérisant des interprétations picturales profondément marquantes, conçues par un artiste qui non seulement garde avec le temps sa part de mystère mais encore, depuis bientôt un siècle, sans cesse se donne et se reprend.

    Un somptueux ouvrage enrichi des reproductions des oeuvres de La Tour présentées pour la première fois à Vic-sur-Seille, venant de plus grands musées de France bien sûr, mais aussi du Canada, du Royaume-Uni, d'Espagne et de Suède.

     

    ‡ Saint Jérôme & Georges de La Tour, collectif, IAC éditions d'Art, 2013, 269 p., ill. (32 €).

  • A la recherche des oeuvres du peintre Adolphe Demange

    lorraine,peintre,adophe demange,olivier bena

    Portrait d'Adolphe Demange par Charles Percy Davis (1858-1935).


    L'association des Amis du peintre Alfred Renaudin recherche toute information et toute oeuvre attribuée à l'artiste-peintre Adolphe Demange (1857 à Mignéville - après 1927).

    On peut contacter bena_olivier@yahoo.fr

  • Xavier Alphonse Monchablon s'expose à Bleurville

    affiche monchablon.jpg

  • Lunéville (54) : exposition « Marguerite Delorme (1876-1946), vers les lumières du Sud »

    Marguerithe.jpgNée à Lunéville en 1876, Marguerite Delorme est la fille d’Edmond Delorme, fondateur du musée lors de son installation au château en 1921-1922. Marguerite reçoit une formation artistique à Paris, où elle subit comme ses consœurs l’interdiction faite aux femmes d’intégrer l’Ecole des Beaux-Arts. Inscrite dans une académie privée, elle suit également les cours de Luc-Olivier Merson, grande figure de l’art parisien dont l’œuvre sort aujourd’hui de l’oubli.

    Marguerite Delorme s’intéresse à l’enfance au début de sa carrière, avant de peindre la Bretagne, avec ses scènes quotidiennes et ses métiers. La découverte de l’Italie l’imprègne d’une nouvelle lumière, celle du Sud, qu’elle s’attachera à sublimer jusqu’à la fin de sa carrière. Si l’Italie est une découverte, le Maroc est une révélation. Une révélation qui va bien au-delà des clichés d’un tourisme de cartes postales. Primée au Salon de la Société coloniale des Artistes Français, Marguerite Delorme traverse la Méditerranée en 1921.

    Le Maroc s’offre à elle ; elle lui rend l’hommage de son talent. Sa touche vive et colorée saisit les paysages, mais plus encore la chaleur d’un peuple et d’une culture dont elle sait percer les secrets. Admise dans la société des femmes, elle en livre des images pleines de noble gravité, même dans les gestes simples du travail domestique. C’est le même sentiment de dignité qui émane des portraits des soldats africains engagés dans le premier conflit mondial. Devant le regard de ces hommes fiers, tout soupçon de condescendance s’efface. En illustrant le roman de Paul Odinot Géranium, ou la vie d’une femme marocaine (1930), elle capte les soubresauts et les contrastes d’une société coloniale confrontée à la modernité.

    Femme en conquête de sa liberté, Marguerite Delorme jette sur le Maroc un regard différent de celui des artistes masculins. Elle refuse la facilité d’un exotisme de convention pour ne retenir que l’essentiel : la part d’humanité.


    > Château de Lunéville

    > Du 21 juin au 28 octobre 2013

    > Ouverture de 10h à 12h et de 14h à 18h, tous les jours sauf le mardi

  • Badonviller (54) : conférence sur Marcel Corrette, peintre de l'Ecole de Nancy

    corrette.jpg

    Marcel Corrette, Parc de Monsieur Corbin.
     
    Pour les passionnés d'art ou celles et ceux qui veulent découvrir l'oeuvre de l'enfant du pays badonvillois, ne manquez pas :
     
    samedi 27 avril à 15h00 à l'Hôtel de Ville de Badonviller (54)
    conférence de Robert Florentin
    sur Marcel Corrette, artiste peintre né à Fenneviller en 1896.
     
    Entrée gratuite.
     
    Peintre de paysage, paysages animés, dessinateur, décorateur, Marcel Corrette fut élève du peintre de portraits et natures mortes Jules Larcher à l'Ecole des Beaux-Arts de Nancy. Il exposait à Paris au salon des artistes français, dont il devint sociétaire en 1936. Il fut en outre dessinateur de mobilier et décoration chez les Majorelle, encore à la grande époque de l'Ecole de Nancy. Plus tard, il fut nommé professeur de dessin à l'école des Beaux-Arts et des Arts appliqués de la ville.
  • Georges de La Tour

    de la tour.jpgRedécouvert à la fin du XIXe siècle, Georges de La Tour (Vic-sur-Seille 1593 - Lunéville 1652) est le peintre lorrain le plus mystérieux de l'histoire de l'art. Peintre à succès sous Louis XIII, il tomba dans l'oubli pour renaître en 1863 à la faveur d'une étude réalisée par un érudit local.

    Séduit par la révolution picturale introduite par Le Caravage, il en a tiré une forme de réalisme très personnelle et d'une rare poésie.

    Jacques Thuillier, en spécialiste reconnu de Georges de La Tour et de la peinture française du XVIIe siècle, s'appuie sur une documentation fort détaillée - correspondances, archives, figures de comparaison - pour livrer au lecteur une remarquable monographie des plus complètes.

    Avec plus de 200 illustrations analysant la vie et l'oeuvre de Georges de La Tour, l'auteur nous offre les clés du plus fascinant et important artiste lorrain et français de son siècle.

    L'ouvrage est accompagné d'un catalogue raisonné et d'une bibliographie mise à jour.

     

    ‡ Georges de La Tour, Jacques Thuillier, éditions Flammarion, 2013, 320 p., ill. (35 €).

  • Val-et-Châtillon (54) : les Amis d'Alfred Renaudin en assemblée générale le 23 mars

    alfred-renaudin.jpg

    A la recherche des oeuvres d'Alfred Renaudin... (cliché RL).

     

    Olivier Bena, président des Amis du peintre Alfred Renaudin dont le siège est à Val-et-Châtillon, invite cordialement les amoureux de ce peintre lorrain à l'assemblée générale de l'association qui milite en faveur de la valorisation de l'oeuvre picturale de ce peintre des XIXe-XXe siècles.

    L'assemblée générale aura lieu samedi 23 mars 2013 à 11h00 à la salle des fêtes de Val-et-Châtillon. Après le repas est programmée une visite du Centre d'interprétation de la Grande Guerre dans les Vosges, à Pierre-Percée.


    Plus d'info's ci-dessous :

    >> invitation AG Amis Alfred Renaudin 23 mars 2013.pdf

    >> Programme journée AG.pdf

  • Geo Condé, un artiste lorrain à redécouvrir

    Geo Condé_Scherbeck.jpgGeo Condé (1891-1980) fait l'objet d'une intéressante exposition au Domaine de l'Asnée, à Villers-lès-Nancy. Elle présente un aspect peu connu de l'artiste lorrain : ses créations d'inspiration religieuse.

    Marionnettiste, peintre, sculpteur, céramiste, musicien…, Georges Condé, dit "Geo Condé", est né à Frouard en 1891. Très tôt, il pratique la marionnette, la peinture et la musique. Après des études d’'architecture à Bruxelles et une solide formation de pianiste, il devient aviateur durant la Grande Guerre. Il continue à peindre en inventant un curieux mouvement pictural : le rondisme.

    Geo Condé_expo 2012 007.jpgDirecteur artistique des faïenceries de Lunéville, Saint-Clément et Badonviller jusque dans les années 1930, il créa des modèles aujourd’hui recherchés par les collectionneurs. Fondateur de la compagnie « Le Théâtre de la Maison de Lorraine », il forme Jacques Félix (futur créateur des "Comédiens de Chiffons" et du Festival Mondial de Charleville-Mézières) aux techniques de la marionnette. Sa compagnie proposera des spectacles de marionnettes à gaines et à fils pour tous les âges jusque dans les années 1960. 

    Geo Condé_expo 2012 026.jpgLa rétrospective, proposée par son petit-fils Gérard Condé, s'attache à valoriser ses oeuvres d'inspiration chrétienne : peintures sous verre représentant des saints ou des scènes de la vie du Christ, des paysages (colline de Sion par exemple), des dessins originaux, des signets ainsi que des crèches d'inspiration ispanique... Sans oublier les sympathiques et originales marionnettes qui ont fait son succès auprès des enfants.

    A voir impérativement jusqu'au 19 décembre 2012 au Domaine de l'Asnée à Villers-lès-Nancy les œoeuvres de cet artiste éclectique qui mérite d'être mieux connu... pour le plaisir des petits et des grands ! 

    [clichés H&PB]

  • Premier bulletin des Amis du peintre Alfred Renaudin

    lorraine,vosges,alfred renaudin,peintre,association des amis d'alfred renaudin,olivier benaL'association des Amis d'Alfred Renaudin propose son premier bulletin annuel.

    La structure, née au printemps dernier, prépare activement le 150ème anniversaire de la naissance du peintre lorrain qui sera célébré en 2016.

    En attendant, l'association poursuit le recensement des oeuvres d'Alfred Renaudin. On peut contacter bena_olivier@yahoo.fr pour tout renseignement.

    [cliché : Ferme à Ceintrey, par Alfred Renaudin]

     

    ‡ Consultez le bulletin des Amis d'Alfred Renaudin : Bulletin n° 1 Amis Alfred Renaudin.pdf