Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vosges

  • Disparition de la princesse Blanche de Chabannes-Bauffremont

  • Bussang (88) : la mairie veut démolir le presbytère du XVIIIe siècle

    Jean-François Michel, président de Saône Lorraine, lance un cri d'alarme concernant le projet de démolition du presbytère envisagé par le conseil municipal de Bussang.

    "Démolition programmée du presbytère ancien de Bussang : un vrai crime contre le patrimoine !

    Depuis une quinzaine d’années au moins, le vieux presbytère de Bussang est dans le collimateur du conseil municipal de la ville. En deux mots, la majorité des édiles veut la peau de ce haut bâtiment à fenêtres à arc segmenté, et qui trône sans histoires au centre du village, à deux pas de l’église. Sans histoires ? Pas vraiment, car déjà au lendemain de 1789 cette belle maison de cure du XVIIIe siècle (érigé entre 1725 et 1735) était une malheureuse cible : elle fut à deux doigts de la destruction complète, mais elle tint bon, tout en devenant progressivement le seul élément ancien de la localité, ou presque…Triste privilège, pauvre sursis, car, paraît-il, la majorité des conseillers municipaux a programmé sa disparition pour l’an prochain.

    Pourquoi un tel acharnement, pourquoi cette volonté de faire table rase dans une région qui a perdu une à une les traces architecturales de son passé ? Un presbytère vide de son desservant, et depuis des décennies, dans les mains de municipalités sur lesquelles il est vain de faire des commentaires, tant le spectacle présent et passé semble désolant ! Déjà, voici presque quinze ans, la municipalité de Grandvillers avait assassiné son pittoresque presbytère en faisant fi des cris d’indignation et d’alarme des défenseurs de l’architecture villageoise, Maisons Paysannes des Vosges en tête.

    Devant le crime programmé de Bussang, je me sens obligé de réagir, peut-être de façon plus virulente que dans l’affaire de Grandvillers : délégué VMF (Vieilles Maisons Françaises) pour la Région Grand-Est, j’avais commis avec mon épouse Marie-Françoise un livre sur les presbytères anciens des Vosges, avec des illustrations, des notices, une synthèse. Une somme considérable, qui aurait mérité d’être davantage lue, mais aussi une mise en garde adressée aux municipalités iconoclastes : vendre à des particuliers, oui, mais en prenant un minimum de garanties sur les transformations extérieures futures. Transformer en logements, oui, mais à condition de ne pas commettre horreurs ou erreurs sur les façades ou les toitures. Ne pas entretenir, comme l’ont fait bien des municipalités, fut et est une absurdité désolante. Nous en sommes là pour le cas présent, et la conclusion sera le coup d’estoc final programmé pour 2019.

    Il y a plus de dix ans, j’eus l’heureuse surprise d’apprendre par la bouche d’un opposant farouche à toute démolition (et il n’était pas seul à Bussang), conseiller municipal de surcroît, que la démolition venait d’être repoussée à une courte majorité. Il avait, m’avait-il dit, brandi notre livre en argumentant : « vous n’allez pas démolir un bâtiment répertorié et photographié dans un ouvrage qui se vend en librairie ! » Un nouveau sursis….

    Non, la montagne vosgienne n’a pas besoin d’un tel programme !
    Non Bussang ne doit pas laisser partir le rare témoin de son passé !
    Oui, il faut se mobiliser pour stopper cet acharnement, et balayer les arguments faussement justificatifs. Les menaces sur un presbytère ancien et élégant, qui maillait sans histoires le tissu de la localité, valent-elles une mobilisation, une réaction, des protestations ? Oui, trois fois oui.

    Jean-François Michel"

  • Bleurville, d'hier... pour demain : votre avenir est à Bleurville !

    lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

    Bleurville, vue aérienne, juillet 2014 [cl. G. Salvini].

     

     

    Bleurville d'hier... pour demain, car nos villages et bourgs ruraux doivent continuer à vivre et se développer pour conserver à notre France son identité.

     

    Alors, vous aimez votre pays, vous aimez notre Lorraine, vous aimez les Vosges... vous aimerez Bleurville !

     

    Jeunes artisans, jeunes entrepreneurs, venez investir et vous installer à Bleurville : son cadre de vie et son environnement humain, naturel et bâti vous séduiront !

     

    Lire la suite

  • Les Thons (88) : Stéphane Bern en visite à l'église conventuelle des Cordeliers le 15 mars 2019

    Stéphane Bern, président de la Fondation éponyme pour le patrimoine et célèbre animateur TV, est annoncé le 15 mars prochain aux Thons pour la visite de l'ancien couvent des Cordeliers. Il sera accompagné de Jean-François Michel, président de l'association Saône lorraine, initiateur de la restauration de cette fondation franciscaine du XVe siècle, et des membres du conseil d'administration de l'association.

    La Fondation Stéphane Bern doit financer une partie de la réfection du choeur de l'église conventuelle Notre-Dame des Anges par le biais du loto du patrimoine.

  • Bleurville (88) : retour sur 2018 chez les Amis de Saint-Maur

  • Soulosse-sous-Saint-Elophe (88) : la chapelle Sainte Epéothe restaurée

  • Couvent des Cordeliers des Thons (88) : l'évêque de Langres en visite

  • Message de Noël de Mgr Berthet, évêque de Saint-Dié

    "En ces derniers jours de l’année, à l’approche des célébrations de Noël, il nous est permis d’aspirer particulièrement à la paix.

    Notre démocratie, qui est normalement fondée sur la parole, la médiation institutionnelle et le droit , a de nouveau cédé la place aux cris de colère, au gouvernement de la rue et à l’incivilité. Nous finissons l’année sur un tableau lamentable, où nous n’avons pas à chercher les coupables, mais dont toute notre société porte la responsabilité à chaque fois qu’un conflit sans dialogue dégénère en affrontement. Et la paix que nous cherchons ne peut pas se réduire à une simple accalmie ou à la trêve « des fêtes », ni même aux nouvelles concessions gouvernementales en attendant la prochaine éruption de colère sociale.

    Qu’on le veuille ou non, la dynamique de notre Cité démocratique ne peut pas se construire au rythme des passages en force ou des épreuves de force. Le dernier mot ne doit jamais revenir à ce qui est imposé par la violence sociale, quelle que soit sa forme, mais à ce que l’on trouve ensemble dans un dialogue respectueux et construit.  Cela nécessite une conversion morale à la responsabilité pour le bien commun et aux moyens qui doivent en réguler pacifiquement la mise en œuvre. Cela suppose aussi, dans les nécessaires réformes et adaptations de la société, une attention toujours prioritaire pour les personnes les plus affectées par la précarité sous toutes ses formes.

    En naissant parmi les hommes, pauvre parmi les pauvres, le Christ Jésus a ramené à Dieu l’humanité dispersée et divisée. Dans le Mystère de son incarnation, il nous a reliés définitivement les uns aux autres. Il est le Verbe fait chair, parole de paix que Dieu a prononcée sur toute l’humanité, il est le « Prince de la Paix » annoncé par les prophètes.

    Qu’il nous transforme en ces artisans de paix humbles, persévérants et responsables dont le monde et notre société ont tant besoin."

    + Mgr Didier Berthet, évêque de Saint-Dié

  • Bleurville (88) : à la recherche de clichés anciens sur le village, des plus anciens jusqu'aux années 1960

    A la recherche de photos anciennes sur Bleurville...

    Dans la perspective d'illustrer un ouvrage sur l'histoire de Bleurville, Alain Beaugrand lance un appel à tous les Bleurvillois – résidents ou expatriés – et en particulier aux descendants des familles installées anciennement dans le village, afin de recueillir des photographies et tout document iconographique, des plus anciennes jusqu'aux années 1960, concernant notamment les thèmes suivants :

    - la vie quotidienne des habitants,

    - intérieurs anciens de maison,

    - la vie rurale, les travaux des champs, les travaux à la ferme, le travail en forêt, le travail dans les carrières,

    - la vie religieuse (cérémonies, Fête-Dieu, processions, baptêmes, communions, mariages...),

    - les fêtes (fête patronale, repas de fête, bals, conscrits, Saint Nicolas, séances de théâtre...),

    - les écoles,

    - les manifestations sportives,

    - le service militaire et la guerre (portraits de soldats...),

    - évènements exceptionnels (accidents, incendies, inondations, travaux...)

    ou tout autre sujet ayant trait à l'histoire de Bleurville.

     

    Dans la mesure du possible les photos devront être datées et localisées.

    Les clichés seront numérisés et restitués aux propriétaires.

     

    Lors de la publication, les noms des prêteurs seront mentionnés sauf opposition formelle de leur part (l'anonymat sera respecté).

     

    Les documents confiés alimenteront par ailleurs un fonds documentaire qui sera confié à la mairie afin de conserver la mémoire iconographique du village.

     

    >> Nous contacter par courriel : abbayesaintmaur.bleurville@gmail.com

  • Le dernier roman du Vosgien Pierre Pelot : "Braves gens du Purgatoire"

    Que s'est-il passé cette nuit-là à Purgatoire ? Dans ce minuscule village niché à la croisée des sommets vosgiens, les habitants s'interrogent et la rumeur enfle. Maxime aurait assassiné sa femme avant de suicider. Mais Lorena, leur petite-fille, n'y croit pas un instant et entend bien le prouver. Auprès de Simon, dépositaire de la mémoire des lieux, elle espère lever le voile sur l'histoire de la famille Bansher et les sombres secrets qui hantent leur vallée depuis près de cent ans...

    Braves gens du Purgatoire nous embarque le lecteur sur les sentiers sinueux d'une enquête vosgienne envoûtante, où l'on découvre le portrait brut de ceux dont ne nous parviennent que de lointains échos.

    Ultime roman de Pierre Pelot, qui a décidé de poser définitivement sa plume, on se laisse traverser, égarer et bousculer par son écriture charnelle, vibrante et profondément humaine. Avec un point final dans ses Vosges natales.

     

    ‡ Braves gens du Purgatoire, Pierre Pelot, éditions Héloïse d'Ormesson, 2018, 508 p., 22 €.

  • Bleurville (88) : vers le 45ème anniversaire du sauvetage de l'ancienne abbaye bénédictine

  • Bleurville (88) : vers le 45ème anniversaire du sauvetage de l'abbaye Saint-Maur

  • L'Echo des Trois Provinces décembre 2018-janvier 2019 est paru !

  • Plaques de cocher : ne les laissons pas disparaître

  • Bonne fête de Saint Nicolas !

    Saint Nicolas et Père Fouettard en visite dans nos Vosges, par Jean-Paul Marchal.

  • Paul Testart : les tribulations d'un Vosgien en Vosges

    Né à Épinal le 7 avril 1872, Paul Testart effectue ses études au collège d’Épinal, puis à l’École industrielle. C’est en 1901, à vingt-neuf ans, que Paul Testart, jeune photographe et dessinateur, ouvre sa librairie 32 rue Léopold-Bourg, face à la rue des Minimes. Il associe à sa « Librairie ancienne et moderne », devenue « Librairie scientifique », une « Imprimerie industrielle et commerciale ».

    Rapidement, il s’installe comme éditeur de cartes postales illustrées, spécialité qu’il dit avoir lancée à Épinal, grâce à une jumelle 13 x 18 et à un magasin de vingt-quatre plaques de verre. Parcourant Épinal, mais aussi les villes et villages des Vosges, il connaît une grande activité de reportage photographique de 1890 à 1950. Il fixe sur sa plaque le premier avion ayant atterri à Épinal ou le dirigeable posé à la Louvroie avant 1914. Il témoigne de l’arrivée du vélo et des trams. Il capture des images de la rupture de la digue de Bouzey ou des munitions lourdes chargées sur les péniches du port d’Épinal.

    En 1958, il obtient le prix Erckmann-Chatrian, le « Goncourt lorrain », pour Épinal à travers les siècles, des origines à 1950. Le lauréat reçoit son prix des mains de Gaston Chatelain, directeur général de La Liberté de l’Est. C’est en 1961 qu’il décède à Épinal, le 4 mars, dans sa maison du 27 rue Thiers. Ce livre, abondamment illustré avec des cartes postales dues à Paul Testart, lui rend un bel hommage et nous fait découvrir un homme à l’immense charisme.

     

    ‡ Paul Testart. Les tribulations d'un Vosgien en Vosges, Bruno Théveny, éditions Le Pythagore, 2018, 208 p., ill., 38 €.

  • Saône lorraine : toujours de projets d'envergure pour 2019

  • Lironcourt (88) : le Charmont, cadeau irréel du passé

  • Bilan 2018 des activités de Saône lorraine

  • Un nouvel Echo des 3 Provinces en 2019

  • Epinal (88) : souscription pour une copie de la Vierge à l'Enfant de la Basilique Saint-Maurice

    L’histoire du « Passage dit des Morts », est très connue des Spinaliens. C’est par une porte située en dessous d’une Vierge à l’Enfant du XVe siècle que sortaient les convois funéraires à la fin des célébrations. Ce site en plein coeur historique est très fréquenté de nos jours.

    Pour des raisons de préservation, la statue primitive, classée monument historique, a été retirée de son emplacement d’origine. Elle est aujourd’hui placée dans une chapelle de la Basilique Saint-Maurice et mise à l’honneur, eu égard à sa belle facture et au respect témoigné par les Spinaliens.

    Cette statue, haute de 1m30, est d’une grande beauté. Son regard tendre, dirigé vers son enfant et son visage au sourire discret, exprime naturellement une grande douceur. Malheureusement, la fragilité de sa pierre calcaire exclut sa remise en place, le vandalisme et les intempéries risquant d’entraîner sa détérioration.

    Pour répondre à la demande et aux souhaits des Spinaliens, la Ville d’Épinal s’engage, en collaboration avec l’association Iconographique et Cartophile d’Épinal, à faire réaliser une réplique de la Vierge dans une pierre calcaire et à restituer sa polychromie le plus fidèlement possible.

    La souscription lancée en partenariat avec la Fondation du patrimoine de Lorraine, permettra de garder l’esprit du Vieil Épinal présent dans ce lieu, en réintégrant dans la niche du passage la réplique de la Vierge, si chère aux paroissiens et aux habitants. Cette initiative mûrie va motiver tous ceux qui chérissent la Basilique Saint-Maurice, ses abords et qui sont sensibles à la mise en valeur de son patrimoine et de son histoire.

     

    ‡ Infos et souscription : https://www.fondation-patrimoine.org/les-projets/copie-d-une-vierge-a-l-enfant-du-xve-siecle-a-epinal

  • Saint-Dié-des-Vosges, l'âme des Vosges

    La ville de Saint-Dié, porte d'entrée du massif vosgien, a été façonnée par un passé riche mais souvent douloureux, dont les traces composent un patrimoine d'un grand intérêt et d'une richesse insoupçonnée.

    Du Saint-Dié médiéval, celui de Déodat, au Saint-Dié, siège du diocèse vosgien en passant par le Saint-Dié contemporain né de la reconstruction et résolument tourné vers l'avenir, chaque page de cet ouvrage mène le lecteur à la découverte d'une ville aux mille et un atouts.

    Aux superbes clichés de Bernard Pierre sont associés les écrits de témoins, historiens, écrivains et voyageurs qui ont connu la ville et l'ont aimée. Ainsi, textes et photos se répondent et  font écho aux impressions du lecteur pour l'inciter à poser sur Saint-Dié-des-Vosges un regard neuf et enthousiaste.

     

    ‡ Saint-Dié-des-Vosges, l'âme des Vosges, éditions Sutton, 2018, 175 p., photographie de Bernard Pierre, 25 €.

  • Centenaire de l'Armistice de 1918

    A l'occasion du Centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale et de la signature de l'Armistice, souvenons-nous en ce 11 novembre 2018 des poilus nés à Bleurville déclarés "morts pour la France" dont les noms ne sont pas inscrits sur le monument aux morts du village :

    - BECLIER Jules Aimé Clément (+ 1914)

    - BECLIER Edmond Michel (+1917)

    - BECLIER Camille Arthur (+ 1916)

    - BOULANGER André Alphonse Georges (+ 1915)

    - DESBOEUF Jules Abel (+ 1915)

    - DOIZELET Auguste Charles (+ 1915)

    - FEVRE Joseph Constant (+ 1916)

    - KREMER Paul Charles (+ 1916)

    - MUNIER Jules Auguste Louis (+ 1915)

    - PARIS Joseph (+ 1915)

     

    Souvenons-nous de leur sacrifice. RIP+

  • La Grande Guerre du docteur Thiéry, de Contrexéville - Année 1918

    Depuis le 16 septembre 1917, le médecin Aide-Major de 1ère classe Jean Thiéry est dans un hôpital d'évacuation à Lachapelle-sous-Rougemont (Terr. de Belfort), au contact du front des Hautes-Vosges sous la mitraille des obus et les bombardements aériens. Il soigne ses premiers soldats intoxiqués par les gaz et en fait une description à la limite du soutenable. Le 16 mai 1918, il rejoint le service médical du 81e RI à Polaincourt (Haute-Saône), en retrait du front où il suit les nouvelles de l'offensive alliée en Artois, Picardie et Champagne. Il commence à soigner les premiers cas de grippe espagnole. Le 29 octobre, le docteur Thiéry est muté dans les  Vosges, à Remoncourt, au service médical du 2ème bataillon de tirailleurs marocains, poste qu'il ne peut assurer bien longtemps car c'est le canton où il faisait de la politique avant guerre... Le 2 novembre, i lest médecin-chef au service médical du 71e bataillon à Eclaron (Haute-Marne) : à son habitude, il commente le monde qui l'entoure et critique surtout la hiérarchie militaire des services de santé ! On le retrouve en compagnie de son épouse qui loge parfois avec lui. Entre temps, lors de ses permissions, il découvre la présence des Américains à Contrexéville et, toujours excessifs dans ses propos, il compare les hôtels de la station à des lupanars et stigmatise les commerçants et hôteliers comme des profiteurs de guerre...

     

    ‡ Grande Guerre 1914-1918. Journal de route du docteur Jean Thiéry, de Contrexéville - Année 1918, tome 5, Cercle d'études locales de Contrexéville, 181 p., ill., 12 €.

  • Greux (88) : saint Maurice à l'ermitage de Bermont

    Saint Maurice, chapelle Notre-Dame de Bermont, pierre polychrome, XXIe s. [cliché : courtoisie de A. O.].

    L'association Notre-Dame de Bermont - Sainte Jehanne d'Arc, responsable de la restauration et de l'animation spirituelle de cet ermitage johannique (sur la commune de Greux), a installé la dernière statue dans la chapelle le 30 septembre dernier lors des 5èmes Journée johanniques. Cette statue de saint Maurice a été réalisée et bénie par le RP Don Jean Bosco, bénédictin de l'abbaye Saint-Joseph de Clairval à Flavigny-sur-Ozerain (21). Saint Maurice est le patron de l'église de Greux dont dépendait la paroisse de Domremy à l'époque de Jehanne. La vie de notre saint militaire romain a sûrement eu une influence sur celle de notre Jeannette...

    Avec cette statue, l'association clôt le cycle des représentations de saints et saintes en lien avec la spiritualité de Jeanne (sainte Marguerite, saint Remi, saint Louis, sainte Thérèse, saint Michel, saint Gabriel...) qui ornent désormais la nef et le choeur de la chapelle.

  • L'excellence dans les Vosges

    Un ouvrage de poids - 3,6 kg ! -, près de 500 pages dédiées au talent de 79 entreprises vosgiennes aussi bien dans l'industrie, l'artisanat, la gastronomie, que le tourisme et les loisirs qui ont en commun le goût de la performance, le sens de l'innovation, la tradition du savoir-faire et l'audace de la conquête des marchés nationaux et étrangers.

    Les Vosges sont riches d'une économie plurielle : groupes internationaux, groupes familiaux, des PME, des TPE... Autant de belles histoires d'initiatives et d'hommes racontées avec talent et sublimées par les clichés de Michel Laurent du monde de l'entreprenariat vosgien.

    Ouvrage de prestige pour des entreprises qui ont à cœur de faire vivre un territoire héritier d'une longue tradition industrielle et artisanale, mais aussi bel hommage à des femmes et des hommes audacieux qui oeuvrent pour la transmission des savoir-faire.

     

    ‡ L'excellence dans les Vosges. Le savoir-faire des entreprises, Claude Vautrin et Michel Laurent, éditions du Signe, 2018, 488 p., ill., 75 €.

  • Le blanc des fermiers : l'histoire du lait et son impact dans les Vosges

    Il est une gourmandise que l’on ne goûte plus comme autrefois. elle se mangeait en fromage et yaourt, et se buvait crue, au pis de la vache, légèrement tiède. Aujourd’hui, Elle se mange en fromage, en dessert lacté dans lequel on trempe son doigt avec délectation. Elle se boit en boisson lactée, aromatisée. “Elle”, c’est le lait.

    “Trempe ton doigt, dans le lait”, tel aurait pu être le titre de ce livre sur l’histoire du lait, l’histoire de l’élevage et des paysans vosgiens, l'histoire des fruitières de village, l’histoire de son évolution et des technologies qui l’entourent. De fait, l’histoire des hommes qui s’en sont nourris. La société de consommation glorieuse a su jeter aux oubliettes le temps où on allait chercher son lait cru à la ferme. Devenu une industrie, le produit “lait” et ses dérivés déclinés à l’infini et emballé sous plastique font qu’aujourd’hui les jeunes citadins ignorent tout du lait et de ses qualités originelles.

    Les Vosges, terre d’élevages offrent encore des paysages où la vie pastorale semble perdurer. Quatre fromageries et de nombreuses fermes transforment un lait en fromage dont la renommée dépasse largement les limites du département. Le lait fait partie des gènes naturels des Vosges.

     

    ‡ Le blanc des fermiers : l'histoire du lait et son impact dans les Vosges, Dominique Gouyon, éditions Gérard Louis, 2018, 112 p., ill., 22 €.

  • Les allées d'arbres : de la guerre à la paix

  • Bleurville (88) : à la recherche de photos de l'inauguration du monument aux morts

    A l'approche du centenaire de l'aménagement des monuments aux morts dans les villes et villages de France (début des années 1920), nous sommes à la recherche de documents iconographiques (photos, documents écrits...) sur l'inauguration du monument aux morts de la commune de Bleurville (Vosges) qui a eu lieu entre 1920 et 1922.

    Appel est lancé auprès des Bleurvillois du village ou expatriés ou ayant des ancêtres originaires de Bleurville : fouillez activement vos archives photographiques et souvenirs !

    Merci d'avance pour votre collaboration.

    Les documents recueillis seront présentés dans le cadre d'une rétrospective sur la fin de la Première Guerre mondiale en Saône vosgienne.

     

    ‡ Contactez-nous à l'adresse mail : abbayesaintmaur.bleurville@gmail.com