Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vosges

  • Bleurville, d'hier... pour demain : votre avenir est à Bleurville !

    lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

    Bleurville, vue aérienne, juillet 2014 [cl. G. Salvini].

     

     

    Bleurville d'hier... pour demain, car nos villages et bourgs ruraux doivent continuer à vivre et se développer pour conserver à notre France son identité.

     

    Alors, vous aimez votre pays, vous aimez notre Lorraine, vous aimez les Vosges... vous aimerez Bleurville !

     

    Jeunes artisans, jeunes entrepreneurs, venez investir et vous installer à Bleurville : son cadre de vie et son environnement humain, naturel et bâti vous séduiront !

     

    Lire la suite

  • On recherche l'ouvrage de l'abbé Géhin sur "Les professions et les familles des nobles verriers d’Attigny"

    On nous demande d'insérer l'annonce suivante :

    Dans l'ouvrage "Notes d’histoire sur Attigny-en-Vôsge” (1er fascicule – Histoire générale),  publié en 1906 à Epinal par l'abbé Géhin, l'auteur indique que le prochain fascicule traitera "des professions à Attigny, des familles et spécialement des nobles verriers d’Attigny”.

    Ce fascicule a dû être publié peu de temps après mais en très peu d’exemplaires.

     
    ⇒ Si un particulier ou un collectionneur ou une librairie d'anciens possède un exemplaire dont il souhaite se dessaisir, merci de contacter M. Jean-Michel Guirten :  jeanmichelguirten@orange.fr
  • Pour l'amour d'une Vosgienne

    Voici une belle déclaration d'amour pour celle qui symbolise le massif des Vosges : la vache de race Vosgienne.

    Si nos Vosgiennes sont rentrées à l'étable pour l'hiver, vous la reconnaîtrez facilement lorsque le printemps sera de retour : c'est cette vache qui porte une bande blanche sur le dos si caractéristique, cette petite vache intelligente et rustique. Une montagnarde avant tout. Et des plus coquettes !

    Son histoire est étroitement liée à son territoire et aux éleveurs qui s'en occupent. C'est dans cet esprit, et pour l'amour de la Vosgienne que l'auteur - vieux montagnard vosgien - présente ce superbe album qui met en lumière bien sûr cette sympathiques Vosgienne, mais aussi les fermiers et leur massif.

    De vallées en sommets, des Vosges lorraines aux Vosges alsaciennes et comtoises, notre auteur est allé à la rencontre de tous les passionnés qui oeuvrent au quotidien pour développer la race Vosgienne dans son milieu de vie. Sa présence et celle des éleveurs avec leurs troupeaux sur les chaumes permettent de garantir la pérennité de ces espaces naturels et vivants.

    Un bel ouvrage servi par de nombreuses photographies couleurs... et des textes plein d'amour pour notre belle Vosgienne !

     

    ‡ Pour l'amour d'une Vosgienne, Richard Brionne, éditions Olizel, 2017, 217 p., ill. (29 €).

  • Jean-Baptiste Picard : "Le patois du pays de Neufchâteau est une langue comme les autres"

  • Châtillon-sur-Saône (88) : succès pour le premier "café-histoire"

  • Bleurville (88) : les marcheurs du Club vosgien d'Epinal font halte à l'abbaye Saint-Maur

    Dernière visite de l'année à l'abbaye bénédictine Saint-Maur de Bleurville avec un groupe de marcheurs du Club vosgien d'Epinal conduit par Monique Drouin, d'Attigny.

    Nos marcheurs sont arrivés mouillés mais ont quitté les lieux heureux d'avoir pu découvrir les merveilles du sud-ouest des Vosges !

    Un grand merci à Evelyne pour avoir guider ces marcheurs dans les dédales de l'histoire du monastère.

  • Le thermalisme en Lorraine

    Cet ouvrage met en lumière, pour la première fois, les thermes et les eaux minérales de la Lorraine, tant de l’époque présente que d’un passé révolu.

    Un regard rare pour comprendre l’engouement, puis la désertification et le renouveau de la « fièvre thermale » dans une région, où l’’eau de tout temps, a exercé un attrait indéniable sur ses habitants. Si la France occupe au XXIe siècle le troisième rang européen au niveau du thermalisme, la Lorraine peut se targuer d’abriter des établissements thermaux de renommées internationales avec une identité propre et singulière. Chacune des villes d’eaux (Amnéville-les-Thermes, Bains-les-Bains, Contrexéville, Plombières-les-Bains, Vittel) a su épouser son époque, s’adapter et se transformer, pour offrir à ses curistes, un panel de soins riches et variés dans un cadre architectural à la fois historique et moderne au sein duquel se mêle au fil des décennies, le reflet des changements sociaux.

    L'ouvrage rappelle également l'histoire des anciennes "villes d'eau" - comme Martigny-les-Bains ou Bussang - qui firent les beaux jours de notre Lorraine.

     

    ‡ Le thermalisme en Lorraine, Bertrand Munier, Vademecum éditions, 2017, 271 p., ill. (28 €).

  • Bleurville (88) : les poilus bleurvillois "oubliés"...

    Nous venons de commémorer le 99ème anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale autour du monument aux morts qui conserve la mémoire des militaires Morts pour la France durant ce terrible conflit. Un passionné d'histoire locale s’est intéressé aux poilus du village vosgien de Bleurville décédés en 1917. Et à ceux qui ont été oubliés...

    « Si mon grand-père a eu la chance de revenir de cette terrible épreuve, ce ne fut pas le cas de nombre de ses camarades de Bleurville puisque 42 jeunes gens originaires ou installés au village furent tués sur les différents théâtres d’opérations au cours de ces presque quatre années et demie de guerre » note notre historien amateur. Soit plus de 7 % de la population locale qui comptait 571 habitants en 1911.

    La commune perdit quatre de ses enfants en 1917 : Edmond Béclier, Paul Bourgeois, Louis Grandclair et Henri Schuft. Le nombre des victimes est plutôt faible comparée aux autres années de guerre : 4 en 1918, 8 en 1914, 9 en 1916 pour culminer à 12 en 1915. Tous étaient des hommes du rang et appartenaient à des unités stationnés dans l’Est : le 11e génie et le 4e chasseurs à cheval d’Epinal, le 42e d’infanterie de Belfort et le 166e RI de Verdun. Trois de nos Bleurvillois sont tombés face à l’ennemi lors des offensives du printemps 1917 en Champagne et en Meuse. Seul le brigadier Schuft a succombé à un accident en service : affecté à l’origine au 4e RCC, il avait été détaché au 212e régiment d’artillerie. Cependant, tous n’ont pas leurs noms gravés sur le monument aux morts…

    Des soldats oubliés

    Au début des années 1920, lorsque la commune a décidé d'ériger un monument aux morts, les autorités de l'époque ont omis – volontairement ou non – d'inscrire sur la stèle l'exhaustivité des Bleurvillois qui étaient tombés au champ d'honneur : n'ont été retenus que ceux qui résidaient dans la commune au moment de leur décès – qu'ils y soient nés ou qu'ils s'y soient installés ultérieurement. « Nous avons ainsi retrouvé 11 poilus nés à Bleurville dont les noms ne sont pas gravés sur le monument aux morts » précise notre historien vosgien. La plupart avait quitté le village depuis quelques années pour « monter » à Paris afin d'y gagner leur vie, comme Aimé et Camille Béclier, Joseph Fèvre et Joseph Paris. D'autres s'étaient installés dans les Vosges, à Gironcourt-sur-Vraine, Châtenois, Ville-sur-Illon, Monthureux-sur-Saône, ou dans des départements limitrophes, à Bourbonne-les-Bains ou à Saint-Loup-sur-Semouse, ou plus loin, dans l’Aube.

    Si leur village natal ne s'est pas souvenu d'eux à l'heure de leur mort, quelques-uns de ces poilus Bleurvillois ont cependant été honorés par leur commune d’adoption : ainsi, on trouve aujourd'hui des poilus nés à Bleurville sur les monuments aux morts de Noisy-le-Sec, Les Lilas et Pantin (Seine-Saint-Denis), à Saint-Loup-sur-Semouse et à Bourbonne-les-Bains. Deux natifs de Bleurville sont inscrits sur le monument de Monthureux, Charles Kremer et Louis Munier. Mais certains sont restés dans l'anonymat, comme Auguste Doiselet, Joseph Fèvre et Joseph Paris.

    Peut-on espérer, à l'occasion du 100ème anniversaire de la fin de la Grande Guerre, que tous ces enfants de Bleurville Morts pour la France soient définitivement réunis sur le même monument de la mémoire ?

    * * *

    Les 11 "oubliés" du monument aux morts de Bleurville :

    - BECLIER Jules
    - BECLIER Camille
    - BECLIER Edmond
    - BOULANGER André
    - DESBOEUF Jules
    - DOISELET Auguste
    - DOISELET Léon
    - FEVRE Joseph
    - KREMER Paul
    - MUNIER Jules
    - PARIS Joseph

  • Neufchâteau (88) : conférences autour des statues des époux Sallet, bourgeois lorrains du XVIIe siècle

  • La vie exemplaire de la femme à barbe - Clémentine Delait (1865-1939)

    C’est en 1900, à Thaon-les-Vosges, que Clémentine Delait - née à Chaumousey en 1865 -, suite à un pari avec un client du café qu’elle tient d’une main de fer, se laisse pousser l’admirable barbe qu’elle rase chaque jour depuis ses 18 ans.

    Ce fut un succès, un triomphe, on vint de tous les environs pour l’admirer. Clémentine Delait la conservera jusqu’à son dernier souffle, la cajolant et la brossant tous les jours. Appréciée de tous pour sa gentillesse et sa douceur, courtisée mais toujours fidèle à son mari qu’elle aima toute sa vie, pêcheuse de brochets gigantesques dans la Moselle, redoutée des lions qu’elle osa défier à Epinal, forte comme un Hercule, redresseuse de torts dans le petit monde des ivrognes, Clémentine Delait fut un personnage, et quel personnage ! Elle sut faire fructifier son image en multipliant les rencontres avec la presse écrite et en diffusant une multitude de cartes postales à son effigie barbue.

    Voici rééditée l’histoire véritable, unique et exemplaire de la plus célèbre femme à barbe de France, écrite d’après les souvenirs et confidences recueillis en 1969 auprès des plus avisés de ses compatriotes vosgiens par François Caradec (1924-2008), écrivain et biographe de Lautréamont, Jarry et Allais, et Jean Nohain (1900-1981), touche-à-tout de talent, célèbre parolier et homme de radio et de télévision.

     

    ‡ La vie exemplaire de la femme à barbe, Clémentine Delait (1865-1939), François Caradec et Jean Nohain, éditions L'Echappée, 2017, 95 p., ill. (9,50 €).

  • Le jardin potager | Un petit monde

    Le Musée de l'Image d'Epinal a proposé récemment une belle rétrospective déclinée autour du jardin potager.

    Le catalogue édité à cette occasion ne donne certes aucune recette ou astuce ou bonne idée pour tenir son jardin potager ! Il propose, tout comme l'exposition, des regards, des points de vue, des interprétations autour de l'idée du jardin, des fleurs, des légumes, des fruits, et fait voyager dans l'histoire du potager, du Jardin d'Eden jusqu'à saint Fiacre, le patron des jardiniers. Il nous parle des amis et des ennemis des jardins, de la répartition des activités entre hommes et femmes, des enfants curieux qui y jouent...

    Avec les nombreuses images tirées du fonds de l'imagerie d'Epinal, le lecteur vit l'harmonie qui habite le jardin potager.

    Un ouvrage sympathique qui vous invite à jardiner et à retrouver le sens de la nature !

     

    ‡ Le jardin potager | Un petit monde, Martine Sadion (dir.), éditions Musée de l'Image - Ville d'Epinal, 2017, 327 p., ill. (25 €).

  • Paroisse Notre-Dame de la Saône : partage avec les grandes paroisses voisines

    Cinquante ans "d'ouverture au monde" et aux "opprimés" ou aux "oubliés" n'ont pas suffit à évangéliser ou ré-évangéliser... mais ont plutôt contribuer à faire fuir les fidèles des églises. Il faudra bien un jour se poser la vraie question : l'Eglise catholique doit-elle être une "ONG humanitaire", dénoncé par Sa Sainteté le pape François, ou un lieu de prière où l'on rend gloire à Dieu à travers la liturgie de la messe et où l'on travaille au salut des hommes ?... Il y va de l'avenir de notre Eglise, notamment en milieu rural.

  • 50 ans d'histoire de l'agriculture et du monde rural dans les Vosges - 1945-1995

    L'agriculture dans les Vosges a vécu des évolutions et des révolutions importantes au cours de la deuxième partie du XXe siècle, à l'image du monde agricole français et européen.

    L'auteur nous invite au travers cet ouvrage à un voyage dans cette agriculture que des milliers d'entre nous ont connu, comme acteurs ou témoins.

    Avec ce livre, l'on revit, thème après thème, cette période d'après-guerre si dynamique, qui a conduit vers une agriculture diverse et modernisée, qui a largement contribué à nourrir les français et géré une grande partie de nos espaces naturels.

    L'auteur aborde les thématiques de cette révolution agricole sous l'angle de l'action des institutions représentatives agricoles : syndicats, organismes professionnels, chambre d'agriculture... Il donne largement la parole à de nombreux témoins qui ont construit et accompagné la modernisation du monde rural durant les Trente Glorieuses.

    Cinquante années qui ont changé la face de l'agriculture dans les Vosges. Pour le meilleur... mais aussi peut-être un peu pour le pire...

     

    ‡ Roger Charles, Vosges. Histoire de l'agriculture et du monde rural 1945-1995, éditions Point de vue de campagne, 2017, 191 p., ill. couleurs, 25 €.


    ‡ Contact pour commander l'ouvrage : roger.charles@me.com

  • "Remoncourt et ses environs : images du passé" en souscription

  • 99ème anniversaire de l'Armistice de 1918

    Hommage à tous les soldats morts au champs d'honneur durant la Première Guerre mondiale en ce 99ème anniversaire de l'Armistice du 11 Novembre 1918.

  • Serqueux (52) : il y a cent ans, le Zeppelin L49 était abattu

  • Lamarche (88) : succès pour les 19ème Journées d'études vosgiennes

  • Bleurville (88) : bilan de la saison mitigé à l'abbaye Saint-Maur

  • Lamarche (88) : la disparition de la chapelle funéraire du couvent des Trinitaires

    Quelle tristesse de voir le patrimoine religieux en pleine déliquescence : il s'agit de l'ancien couvent des Trinitaires transformé en collège au XIXe siècle, désormais propriété privée transformée en une ferme agricole... En fait, nous avons là un grand "capharnaüm" indigne d'être appelé ferme !

    On assiste impuissant à l'effondrement d'une grande partie de la chapelle funéraire construite par la famille de Bourgogne et de Maussabré au XIXe siècle...

    Le sud-ouest vosgien est vraiment laissé à l'abandon.

    [cl. G. Salvini]

  • Clemenceau au front

    Des Vosges à la mer du Nord, de la Somme à Verdun, au mépris du danger et malgré son âge – il a 72 ans au début de la guerre – Clemenceau n’a cessé d’aller sur le front. Au cours de plusieurs dizaines de voyages, comme journaliste, comme parlementaire et, à partir de novembre 1917, comme président du Conseil, il prend le « pouls » des combattants, cherche à obtenir des informations de première main, et, grâce à son inflexible détermination, galvanise poilus et civils.

    Accompagné du général Mordacq, son chef de cabinet militaire, il sillonne les champs de bataille avec une idée fixe : se rendre en première ligne. Ainsi, le front de Lorraine fut une de ses destinations privilégiées. Téméraire, il n’hésitera pas un jour à ramper sur plusieurs centaines de mètres afin de rejoindre les soldats d’un poste avancé, stupéfaits de voir arriver le président du Conseil ! Il échappera aussi à plusieurs reprises au pire, sous le « marmitage » ennemi…

    Clemenceau au front décrit, pour la première fois, les principaux déplacements du Tigre grâce aux témoignages de Mordacq, Poincaré, Foch, ou même du jeune Churchill, qui, un jour, suivit le Tigre jusqu’à en être épuisé… Ces récits dessinent le portrait attachant d’un vieillard qui jette toutes ses forces dans la bataille et fait plier le destin.

    L'ouvrage est servi par des clichés d'époque pour la plupart inédits.

     

    ‡ Clemenceau au front, Samuël Tomei, éditions Pierre de Taillac, 2017, 176 p., ill. (14,90 €).

  • Lamarche (88) : succès pour les 19èmes Journées d'études vosgiennes

  • Le Journal de route du docteur Jean Thiéry de Contrexéville - Année 1917

    Le Cercle d'études locales de Contrexéville poursuit la publication du Journal de route du docteur Jean Thiéry, originaire de la ville thermale de la plaine des Vosges.

    Cent ans après, nous revivons les moments de l'année 1917 que ce médecin aide-major de réserve vécut auprès de tous les "éclopés" civils et militaires de cette guerre qui s'éternisait...

    Depuis octobre 1916, le docteur Thiéry est consultant auprès des populations civiles de la région de Wassy, en Haute-Marne. L'hiver 1916-1917 sera long et froid. Il partage la vie de la population de l'arrière qu'il soigne gratuitement. Il en profite pour analyser dans son Journal le comportement des civils dans ce bourg de l'arrière-front. En ne faisant pas toujours preuve d'un grand humanisme, lui le médecin qui épouse les opinions radicales-socialistes et franc-maçonnes...

    A partir d'avril, il est mis en attente d'une nouvelle affectation : d'abord à Neufchâteau puis à nouveau en Champagne, à Saint-Dizier. Il y constate les carences du service hospitalier militaire qu'il dénonce, critiquant ouvertement la hiérarchie militaire d'active. En même temps, il commente dans son diaire les événements internationaux du moment : l'entrée en guerre des américains, la révolution russe, les combats en Italie...

    Durant l'été 1917, Thiéry est envoyé à quelques kilomètres du front, aux Hôpitaux d'observation et d'évacuation en tant que médecin-chef de l'ambulance 14/5 ; d'abord à Prouilly, près de Reims sur le front de l'Argonne, puis à Lachapelle-sous-Rougement, près de Belfort, sur le front de l'Alsace jusqu'à la veille de l'année 1918.

    Il nous donne l'occasion de revivre l'actualité de cette année charnière de la Grande Guerre. Lors de ses permissions dans les Vosges ou en Haute-Marne, il témoigne de l'état d'esprit de l'arrière. Lui-même renoue très vite avec ses habitudes privilégiées, goûtant les avantages de son grade et de sa situation professionnelle plutôt favorisée... Ce faisant, il laisse transparaître une personnalité très critique à l'égard des ses confrères et est particulièrement dénué de compassion vis-à-vis de ses patients.

     

    ‡ Journal de route du docteur Jean Thiéry de Contrexéville (Vosges) - 1917, tome 4, Cercle d'études locales de Contrexéville, 2017, 185 p., ill. (12 €).

  • Serécourt (88) : une maison de laboureur restaurée à vendre (XVIIe-XVIIIe s.)

    L'ancienne ferme lorraine (XVIIe-XXIIIe-XIXe s.) remarquablement restaurée naguère par Jean-Louis Barthélemy, à Serécourt (Vosges, ancien canton de Lamarche), est mise en vente.

    Il s'agit d'un rare exemple de maison de laboureur encore subsistante dans le sud-ouest vosgien : elle conserve un escalier à vis dans une tour hors œuvre ainsi qu'une avancée de toiture si typique de ce secteur.

    Puissions-nous espérer qu'elle sera rapidement recueillie par des mains qui sauront lui conserver son cachet ancien...

     

    > Plus d'info sur http://pierres-lorraines.fr/1743-ACHETER-Maison-serecourt.html

  • Debout dans le tonnerre

    1778, sur les bords du Mississippi. Au cœur des années troubles de la guerre d’indépendance des États-Unis, la rousse Emmeline retrouve le journal de sa grand-mère, née sur les terres du duc de Lorraine. Elle y découvre la terrible histoire de Magnolias, la plantation de cannes à sucre où elle a grandi.

    Fille farouche, au sang bouillonnant de son ancêtre, la chevrière lorraine, Emmeline se lance alors dans une quête de mémoire sur ses origines, celles de Monsieur Forestier, son tuteur, et de la Grande Maison dans les entours du delta et des bayous.

    C’est aussi le récit de la soif de vivre de cette adolescente flamboyante, de son amour ardent pour Vicente Ruz de la Torre, jusqu’au tonnerre final dans la foudre et les flammes, s’abattant sur ce coin de Louisiane dont Dieu a détourné les yeux.

    Porté par une langue ciselée, foisonnante et métissée, le Vosgien Pierre Pelot nous entraîne dans une épopée envoûtante où la vengeance ne cessera de changer de camp et où les secrets ne restent jamais longtemps ensevelis.

     

    ‡ Debout dans le tonnerre, Pierre Pelot, éditions Héloïse d'Ormesson, 2017, 556 p. (24 €).

  • Notre-Dame de Bermont accueille deux nouvelles statues

    La chapelle Notre-Dame de Bermont a accueilli cet automne deux nouvelles statues : celle de l'archange Gabriel et celle de sainte Marguerite-Marie Alacoque.

    Ces sculptures ont été réalisées par le RP dom Jean-Bosco, bénédictin en l'abbaye bourguignonne Saint-Joseph de Clairval à Flavigny-sur-Ozerain. Elles ont été installées et bénites lors des IVe Journées johanniques organisées par l'association Notre-Dame de Bermont – Sainte Jehanne d'Arc qui anime les lieux depuis 25 ans.

    Une dernière statue sera réalisée en 2018 afin de clore le cycle des saints en lien avec la spiritualité de Jeanne d'Arc : celle de saint Maurice, patron de l'église paroissiale de Greux.

    [cl. ©A. Olivier]

  • Saône lorraine en Limousin

  • Saint-Amé (88) : des fouilles archéologiques au Saint-Mont