Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nos traditions

  • Bleurville (88) : à la recherche de clichés anciens sur le village, des plus anciens jusqu'aux années 1960

    A la recherche de photos anciennes sur Bleurville...

    Dans la perspective d'illustrer un ouvrage sur l'histoire de Bleurville, Alain Beaugrand lance un appel à tous les Bleurvillois – résidents ou expatriés – et en particulier aux descendants des familles installées anciennement dans le village, afin de recueillir des photographies et tout document iconographique, des plus anciennes jusqu'aux années 1960, concernant notamment les thèmes suivants :

    - la vie quotidienne des habitants,

    - intérieurs anciens de maison,

    - la vie rurale, les travaux des champs, les travaux à la ferme, le travail en forêt, le travail dans les carrières,

    - la vie religieuse (cérémonies, Fête-Dieu, processions, baptêmes, communions, mariages...),

    - les fêtes (fête patronale, repas de fête, bals, conscrits, Saint Nicolas, séances de théâtre...),

    - les écoles,

    - les manifestations sportives,

    - le service militaire et la guerre (portraits de soldats...),

    - évènements exceptionnels (accidents, incendies, inondations, travaux...)

    ou tout autre sujet ayant trait à l'histoire de Bleurville.

     

    Dans la mesure du possible les photos devront être datées et localisées.

    Les clichés seront numérisés et restitués aux propriétaires.

     

    Lors de la publication, les noms des prêteurs seront mentionnés sauf opposition formelle de leur part (l'anonymat sera respecté).

     

    Les documents confiés alimenteront par ailleurs un fonds documentaire qui sera confié à la mairie afin de conserver la mémoire iconographique du village.

     

    >> Nous contacter par courriel : abbayesaintmaur.bleurville@gmail.com

  • Saint-Nicolas-de-Port (54) : hommage à l'abbé Jean-Louis Jacquot, ancien recteur de Saint-Nicolas

  • Saint-Nicolas-de-Port a dignement fêté le saint patron de la Lorraine

  • Saint-Nicolas-de-Port (54) : une plaque pour le recteur Jean-Louis Jacquot, promoteur du culte de saint Nicolas

    A l'occasion de la fête liturgique de saint Nicolas, le 6 décembre, une messe a été célébrée par l'abbé Thomassin à la mémoire de l'abbé Jean-Louis Jacquot, ancien recteur de la basilique portoise. Elle a été suivie du dévoilement d'une plaque apposée en l'honneur de celui qui redonna tout son lustre au culte du saint patron de la Lorraine, en présence de Mgr Papin, évêque de Nancy & de Toul, du maire de Saint-Nicolas-de-Port et de nombreux paroissiens.

  • L'Echo des Trois Provinces décembre 2018-janvier 2019 est paru !

  • Bonne fête de Saint Nicolas !

    Saint Nicolas et Père Fouettard en visite dans nos Vosges, par Jean-Paul Marchal.

  • Le Messager boîteux de Strasbourg 2019

  • Un nouvel Echo des 3 Provinces en 2019

  • Nancy collecte vos souvenirs de la Saint Nicolas

  • Nancy : le programme du Centenaire de l'Armistice 1918

  • La Nouvelle revue lorraine, n° 51 : la fin de la cavalerie

    Riche sommaire pour le 51ème opus de La Nouvelle revue lorraine avec un dossier consacré à la cavalerie en Lorraine...

    A lire notamment :
    - une statue pour Bigeard
    - la fin de la cavalerie
    - Lunéville dite cité cavalière
    - nous avons perdu un grand homme : Jean Lanher (spécialiste du patois lorrain) - article en patois du pays de Neufchâteau
    - la chapelle des Bures de Buxières-sous-les-Côtes
    - le funiculaire de la Cure d'Air
    - la région d'Hayange de "dans le temps"
    - la tuberculose et ses ravages en Lorraine
    - 1917 : des chinois à Lunéville
    - Nouvelles et anecdotes lorraines : le Lucien et moi, étranges panneaux, suivre l'étoile
    - le sire de Réchicourt en représentation
    - Théophile
    - Charles Boigegrain, fusillé pour l'exemple
    - le monument aux morts de Val-et-Châtillon
    - Robert et Saint Nicolas
    - au son des cloches
    - le coup de l'étrier
    - le nu et l'autoportrait
    - Art nouveau et industrie d'art

     

    ‡ Plus d'info et commande du numéro sur www.nouvelle-revue-lorraine.fr

  • Greux (88) : saint Maurice à l'ermitage de Bermont

    Saint Maurice, chapelle Notre-Dame de Bermont, pierre polychrome, XXIe s. [cliché : courtoisie de A. O.].

    L'association Notre-Dame de Bermont - Sainte Jehanne d'Arc, responsable de la restauration et de l'animation spirituelle de cet ermitage johannique (sur la commune de Greux), a installé la dernière statue dans la chapelle le 30 septembre dernier lors des 5èmes Journée johanniques. Cette statue de saint Maurice a été réalisée et bénie par le RP Don Jean Bosco, bénédictin de l'abbaye Saint-Joseph de Clairval à Flavigny-sur-Ozerain (21). Saint Maurice est le patron de l'église de Greux dont dépendait la paroisse de Domremy à l'époque de Jehanne. La vie de notre saint militaire romain a sûrement eu une influence sur celle de notre Jeannette...

    Avec cette statue, l'association clôt le cycle des représentations de saints et saintes en lien avec la spiritualité de Jeanne (sainte Marguerite, saint Remi, saint Louis, sainte Thérèse, saint Michel, saint Gabriel...) qui ornent désormais la nef et le choeur de la chapelle.

  • Commémoraison de tous les fidèles défunts

    Commémoraison de tous les fidèles défunts vendredi 2 novembre 2018 en l'église Marie-Immaculée à Nancy (33 avenue Général Leclerc).

    La messe sera chantée selon le rite extraordinaire de l'Eglise catholique à 18h30 et sera suivie de l’absoute.

  • Le blanc des fermiers : l'histoire du lait et son impact dans les Vosges

    Il est une gourmandise que l’on ne goûte plus comme autrefois. elle se mangeait en fromage et yaourt, et se buvait crue, au pis de la vache, légèrement tiède. Aujourd’hui, Elle se mange en fromage, en dessert lacté dans lequel on trempe son doigt avec délectation. Elle se boit en boisson lactée, aromatisée. “Elle”, c’est le lait.

    “Trempe ton doigt, dans le lait”, tel aurait pu être le titre de ce livre sur l’histoire du lait, l’histoire de l’élevage et des paysans vosgiens, l'histoire des fruitières de village, l’histoire de son évolution et des technologies qui l’entourent. De fait, l’histoire des hommes qui s’en sont nourris. La société de consommation glorieuse a su jeter aux oubliettes le temps où on allait chercher son lait cru à la ferme. Devenu une industrie, le produit “lait” et ses dérivés déclinés à l’infini et emballé sous plastique font qu’aujourd’hui les jeunes citadins ignorent tout du lait et de ses qualités originelles.

    Les Vosges, terre d’élevages offrent encore des paysages où la vie pastorale semble perdurer. Quatre fromageries et de nombreuses fermes transforment un lait en fromage dont la renommée dépasse largement les limites du département. Le lait fait partie des gènes naturels des Vosges.

     

    ‡ Le blanc des fermiers : l'histoire du lait et son impact dans les Vosges, Dominique Gouyon, éditions Gérard Louis, 2018, 112 p., ill., 22 €.

  • Mes guerres en culotte courte place Stanislas

    Né au numéro 1 de la place Stanislas à Nancy, alors que la Deuxième Guerre mondiale en avait fait une place prisée des officiers allemands, il en fit très rapidement son aire de jeu, son terrain de découvertes et son jardin secret. Depuis la fenêtre en demi-lune de sa chambre au-dessus du "Muratti", il passa des heures à regarder les mouvements quotidiens des Nancéiens et à s’étonner des évènements qui ponctuaient les années 50 et 60. Avec ses copains Riri le fils des boulangers de la rue Gambetta et Phiphi, fils d’un inspecteur de police de la rue des Carmes, et quelques autres, l’auteur, alors en culotte courte, n’hésitait pas à défendre manu militari le territoire de la place contre les incursions des gamins des autres quartiers...

    Sans excès de nostalgie et avec l’humour qui le caractérise, Philippe Bruant nous propose un récit teinté d’émotions à la manière des impressionnistes. Pour regarder cette place à la hauteur de nos yeux d’enfant.

    A Nancy, la Place Stanislas est comme un monde à part. Lieu de tous les rassemblements et manifestations jusqu’aux années 1970, elle est devenue le site premier du tourisme nancéien. Quasiment désertée de ses habitants - une seule personne y réside actuellement - elle reste dans le souvenir de Philippe Bruant comme un lieu de tous les possibles et d’un temps décidément révolu.

     

    ‡ Mes guerres en culotte courte place Stanislas, Philippe Bruant, éditions Gérard Louis, 2018, 144 p., ill., 20 €. 

  • Les allées d'arbres : de la guerre à la paix

  • N'oubliez pas le Denier de l'Eglise !

  • L'Echo des 3 Provinces octobre-novembre 2018 est paru

    >> Plus d'info et abonnement sur www.adp3p.com

  • Le Pays lorrain : Autour de Philippe de Gueldre et de Ligier Richier

    Le Pays lorrain, numéro de septembre 2018, est paru : à la une, un dossier "Autour de Philippe de Gueldre et de Ligier Richier".

    Au sommaire :
    - Philippe de Gueldre (1467-1547), duchesse de Lorraine : les pratiques d'un pouvoir au féminin dans la Lorraine de la Renaissance
    - Ligier Richier à la cour de Lorraine
    - Sœur Philippe de Gueldre, "seconde Mère sainte Colette"
    - Spiritualité, dévotions et pratiques religieuses d'une duchesse de Lorraine devenue clarisse : Philippe de Gueldre
    - Le gisant de Philippe de Gueldre par Ligier Richier : une sculpture pour l'éternité
    - Sainte Elisabeth, de Ligier Richier
    - Chronique du patrimoine en Lorraine : "Le patrimoine rural : une cause perdue ?" :
    - Que faire des maisons rurales lorraines ? Deux exemples à Lemainville
    - La rénovation, un péril pour la maison traditionnelle lorraine ?
    - La ferme de la montagne vosgienne : évolution d'un patrimoine architectural et paysager
    - Faire d'une ferme lorraine une maison de famille
    - L'association Maisons paysannes de France et son action en faveur du patrimoine rural
    - Les fermes de la Seconde Reconstruction, un nouveau patrimoine rural : un exemple à Ménil-Flin
    - Monuments historiques à la campagne
    - La disparition d'un élément structurant des paysages du Pays des étangs (Moselle) : les jardins clos de murets en pierre sèche
    - Fontenoy-le-Château, la question d'une petite ville industrielle devenue village
    ... Et les habituelles chroniques régionales, les livres et les infos de la Société d'histoire de la Lorraine & du Musée lorrain.

    ‡ Le Pays lorrain est disponible sur abonnement (43 €, 4 numéros) : règlement et coordonnées postales à adresser au Pays lorrain, 64 Grande Rue, 54000 Nancy.

  • Nancy : messe à la mémoire des ducs et duchesses de Lorraine et de Bar le 13 octobre 2018

    La messe pour le repos de l'âme des ducs et duchesses de la Maison de Lorraine et de Bar sera dite en la chapelle des Cordeliers à Nancy samedi 13 octobre 2018 à 11h00 par le RP Arnaud Mansuy, de l'Oratoire Saint-Philippe Néri, desservant la basilique Saint-Epvre. La chorale Choralliance assurera la partie chantée de l'office.

  • Saint-Nicolas-de-Port (54) : les Nocturnes de René II et "Le Bon Roi René dans tous ses états"

  • Histoire(s) de vin(s)

    Le Vosgien Roger Maudhuy, grand connaisseur des us et coutumes de nos régions, nous propose ici une centaine de contes et légendes autour du vin... et de nombreuses annecdotes tirées de la tradition viticole lorraine !

    De ses origines mystérieuses aux fables qui en ont fait son histoire, l'univers envoûtant du vin est une source inépuisable de mythes, contes et légendes. Roger maudhuy aime ces histoires véhiculées par la littérature orale, il aime les collecter sur le terrain, puis les raconter avec la rigueur de l'historien et l'inspiration du conteur.

    Histoires inédites, toujours véridiques, toujours savoureuses, elles nous entraînent dans une folle vendange culturelle et spirituelle autour du vin. C'est une belle invitation au grand banquet de nos régions !

    Tantôt magiques ou ésotériques, comiques ou tragiques, angéliques ou diaboliques, ce sont avant tout de belles histoires à consommer sans modération.

    Roger Maudhuy est folkloriste et historien. Il est l'auteur d'une cinquantaine de livres et de centaines d'articles. Il a mené plus de 3000 enquêtes de terrain partout en France, ainsi qu'en Wallonie et en Suisse romande.

     

    ‡ Histoire(s) de vin(s), Roger Maudhuy, éditions Bonneton, 2018, 192 p., ill., 12,90 €.

  • Laneuvelotte (88) : réunion du bureau de "Pèlerins de Lorraine"

    Le bureau de l'association "Pèlerins de Lorraine" s'est réuni récemment au Tremblois, à Laneuvelotte (54).

    Ce fut l'occasion de faire le bilan des activités de l'année écoulée - qui fut celle du 40ème anniversaire du pélé' johannique - et d'envisager les prochaines manifestations : outre le traditionnel pèlerinage Domremy-Vaucouleurs des 11-12 mai 2019, un pèlerinage à Saint-Nicolas-de-Port est envisagé.

    La réunion s'est clôturée par un sympathique goûter.

  • Ermitage de Bermont (88) : 5èmes Journées johanniques les 29 et 30 septembre 2018

    Programme

    >> Samedi 29 septembre
    Fête de saint Michel archange
    - Messe célébrée à 11h00, en réparation des infidélités de la France
    - 13h30 : accueil des participants, à Bermont, salle Sainte Jehanne
    d’Arc.
    - 14h00 : conférence de Monsieur l’abbé Jacques Olivier, FSSP : L’étendard de Jeanne – Synthèse sur les relations entre l’Église et l’État
    - 15h30 : conférence de Madame Marie-Paule Renaud, historienne : Jeanne d’Arc en Seine-et-Marne – La prédiction de Melun
    - 17h00 : Guy Barrey, historien, présentera son ouvrage Pèlerinages de France , paru en 2017 et préfacé par le cardinal Sarah. Puis Monsieur Barrey abordera la question du pèlerinage d’Isabelle Romée au Puy-en-Velay, en mars 1429, et celle du Puy-Notre-Dame, voisin de Chinon.

    >> Dimanche 30 septembre
    Solennité de la fête de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus
    Patronne secondaire de la France
    - 10h00 : la messe de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus sera célébrée à l’intention des chrétiens persécutés (rite extraordinaire de l’Église).
    Au début de la messe la statue de saint Maurice sera bénie par son sculpteur, le RP Jean Bosco, de l’abbaye Saint-Joseph de Clairval.
    12h00 : buffet sur place (pour les personnes inscrites)
    14h00 : clôture des journées johanniques par la visite guidée de l’église de Domremy

     

    Informations pratiques : les personnes qui souhaitent participer au buffet du dimanche midi, doivent s’inscrire avant le 15 septembre (participation de 15 € par personne) : Tél. 03 29 34 31 73 et 06 28 61 34 36 ou ermitage@ndbermont.fr

     

  • Zincourt (88) : la croix de la route d'Hadigny remise en valeur

  • Bleurville (88) : un plant de potimarron voyageur...

    Pour la seconde année, un pied de potimarron s'est développé en bordure de clôture du poulailler entourant la vieille ferme située à l'angle de la rue de l'église et de la rue Saint-Pierre.

    Malgré la canicule de cet été et le manque crucial d'eau, les graines de potimarron oubliées par les poules se sont magnifiquement développées et ont donné naissance à un beau plant qui n'a pas hésité à « faire le mur » et à courir sur le trottoir.

    Quelques courges charnues iront enrichir de savoureuses soupes hivernales !

  • Le grand almanach de la Lorraine 2018

    Fin connaisseur de l'histoire et des traditions lorraines, Daniel Bontemps nous propose de cheminer avec lui tout au long de l'année 2018 tout en découvrant, jour après jour, le passé glorieux - et moins glorieux -, les trésors patrimoniaux, les recettes gourmandes et les légendes de notre belle Lorraine.

    Un almanach traditionnel pour découvrir la Lorraine d'antan et d'aujourd'hui au fil des saisons avec de nombreuses rubriques pratiques (musées, jardinage, marchés...) et des jeux. Ça vous changera de votre téléviseur ou de votre ordinateur !

     

    ‡ Le Grand almanach de la Lorraine 2018, Daniel Bontemps, nombreuses illustrations, 9,90 €.

  • Sierck-les-Bains (57) :

    Août 1985 - août 2018 : tout juste 33 ans qu'un visage rappelant celui du Christ est apparu sur le mur d'une maison à Sierck-les-Bains (Moselle). Au départ, une grande tache d'humidité de couleur claire avec en son centre une tache de couleur sombre. C'est en tous cas ce que l'on voit sur une photo prise en 1982 à l'occasion d'une inondation dans le village.
     
    Puis vint la fin août 1985. Habitant du lieu, revenant un soir de Metz, Paul Huther voit un attroupement sur la petite place où se situe la maison en question. Que regarde t-on ? La tache qui, à présent, a pris la forme d'un visage ; un visage qui n'est pas sans rappeler l'iconographie chrétienne. Cet événement va défrayer la chronique. De partout et par centaines, les gens se précipiteront pour "voir", pour faire eux-mêmes le constat. "Miracle !", diront les uns, "simple phénomène naturel", diront les autres. "Vous verrez, dans quelques jours ou dans quelques semaines, ce visage aura pris une tout autre forme ou aura disparu", diront encore certains...
     
    Transformé ? Disparu ? Pas du tout ! 33 ans après, il est toujours là, intact. Peu importe la saison, peu importe le temps qu'il fait. Voilà qui est pour le moins curieux quand on sait que celui-ci n'est composé de rien d'autre que de salpêtre. Pour le moins curieux également quand on constate par exemple que trois traînées (composées de salpêtre elles aussi) se sont formées au fil du temps entre un appui de fenêtre de l'habitation et la nuée qui entoure le visage. Si donc modification il y a, celle-ci se situe uniquement à l'extérieur de ce qu'on pourrait appeler "le symbole religieux". De là à qualifier cela de "miracle", c'est bien sûr une autre histoire.
     
    Revenons au visage en question. Qu'en est-il au niveau artistique ? Œuvre d'art ou ensemble de traits sans valeur ?... Pour en avoir une idée, j'ai demandé à une spécialiste (qui a fait les beaux-arts et qui restaure des tableaux anciens) de m'en dire plus. Voici sa réponse telle que reprise dans ma brochure intitulée : "Le mystérieux visage de Sierck-les-Bains" (Ed Sursum Corda, 2014) :
    "La qualité de la composition graphique ainsi que sa mise en œuvre en perspective nécessitent une maîtrise expérimentale du dessin par contrastes d'ombres et de lumières. La finesse de la facture exige un trait apprivoisé. La naissance de ce portrait légèrement de côté, symétrique, doux et dépourvu de traits inappropriés, témoignent de connaissances technique de réalisation ainsi que d'un œil exercé."

    Dès lors, simple phénomène naturel ou phénomène guidé par une main divine ? Une chose est sûre: le regard tourné (d'après les experts), vers une chapelle située à deux kilomètres de là et qui a la particularité d'être entourée par un chemin de croix dont les personnages sont représentés... sans visage, cette image "acheiropoïète" (non faite de main d'homme) n'a pas fini de faire parler d'elle.

     

    Jean-Pierre Snyers

    Montforêt 19

    4190 Ferrières, Belgique

    jpsnyers.blogspot.com