Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Notre patrimoine

  • Bleurville (88) : vers le 45ème anniversaire du sauvetage de l'ancienne abbaye bénédictine

  • Bleurville (88) : vers le 45ème anniversaire du sauvetage de l'abbaye Saint-Maur

  • L'Echo des Trois Provinces décembre 2018-janvier 2019 est paru !

  • Opéra ! Trois siècles de création à Nancy

    Nancy organise une exposition à la Galerie Poirel Opéra ! Trois siècles de création à Nancy jusqu'au 24 février 2019. En lien avec les célébrations du 100ème anniversaire de l’Opéra de Nancy, inauguré le 14 octobre 1919, cette exposition  propose de retracer 310 ans d’histoire artistique au cœur de la capitale ducale.

    Ce ne sont en effet pas moins de trois salles de spectacles principales qui se sont succédées à Nancy depuis le XVIIIe siècle. En 1709, un premier opéra est inauguré à proximité du palais ducal. Construit pour le duc Léopold de Lorraine, il est réalisé sur des plans de Francesco Bibbiena, célèbre architecte et scénographe italien, et passe pour l’une des plus belles salles d’Europe. Progressivement abandonné à partir de 1722, il laisse la place sous le règne de Stanislas Leszczynski, dernier duc de Lorraine, à une nouvelle salle installée sur la place Royale qui accueille les Nancéiens pendant 151 ans jusqu’à ce qu’un terrible incendie ne la réduise en fumée en 1906. A la suite d'un concours d’architecture plein de rebondissements, l’architecte Joseph Hornecker est chargé de construire une troisième salle qui constitue encore aujourd’hui l’un des pôles majeurs de la vie culturelle nancéienne.

    Pierre-Hippolyte Pénet rappelle l'histoire de ces salles de spectacles nancéiennes et présente nombre de documents d’archives et d'œuvres d’art qui permettent au lecteur de se plonger dans les coulisses de l’opéra et de ses fastes.

     

    ‡ Opéra ! Trois siècles de création à Nancy, Pierre-Hippolyte Pénet, éditions Snoeck, 2018, 160 p., ill., 25 €.

  • Plaques de cocher : ne les laissons pas disparaître

  • Le camée de Nancy : de Néron à saint Nicolas

    Comment le camée est-il entré dans les collections de la Bibliothèque de Nancy à la Révolution ? Quoi de commun entre Nancy et cet exceptionnel bijou romain datant du Ier siècle ?

    On sait que saint Nicolas apparaît dans cette aventure : en 1471, René d'Anjou, duc de Lorraine et de Bar, a fait orner le reliquaire du saint patron de la Lorraine de cette pierre gravée pour le pèlerinage de Saint-Nicolas-de-Port. Mais beaucoup de mystères demeurent : comment ce bijou est-il arrivé entre les mains du duc de Lorraine, que représente-t-il, est-ce l'empereur Néron en apothéose ?

    Des universitaires et conservateurs du patrimoine spécialisés dans l'histoire romaine et médiévale se sont penchés sur ce trésor et leurs travaux ressemblent à une véritable enquête policière... Où l'on comprend que de Rome à Byzance puis Saint-Nicolas-de-Port les chemins mènent naturellement à Nancy.

    L'ouvrage est disponible en librairie ou à la Bibliothèque municipale, rue Stanislas, à Nancy.

     

    ‡ Le camée de Nancy. De Néron à saint Nicolas, Juliette Lenoir (dir.), Bibliothèques de Nancy, 2018, 160 p., ill., 15 €.

  • Paul Testart : les tribulations d'un Vosgien en Vosges

    Né à Épinal le 7 avril 1872, Paul Testart effectue ses études au collège d’Épinal, puis à l’École industrielle. C’est en 1901, à vingt-neuf ans, que Paul Testart, jeune photographe et dessinateur, ouvre sa librairie 32 rue Léopold-Bourg, face à la rue des Minimes. Il associe à sa « Librairie ancienne et moderne », devenue « Librairie scientifique », une « Imprimerie industrielle et commerciale ».

    Rapidement, il s’installe comme éditeur de cartes postales illustrées, spécialité qu’il dit avoir lancée à Épinal, grâce à une jumelle 13 x 18 et à un magasin de vingt-quatre plaques de verre. Parcourant Épinal, mais aussi les villes et villages des Vosges, il connaît une grande activité de reportage photographique de 1890 à 1950. Il fixe sur sa plaque le premier avion ayant atterri à Épinal ou le dirigeable posé à la Louvroie avant 1914. Il témoigne de l’arrivée du vélo et des trams. Il capture des images de la rupture de la digue de Bouzey ou des munitions lourdes chargées sur les péniches du port d’Épinal.

    En 1958, il obtient le prix Erckmann-Chatrian, le « Goncourt lorrain », pour Épinal à travers les siècles, des origines à 1950. Le lauréat reçoit son prix des mains de Gaston Chatelain, directeur général de La Liberté de l’Est. C’est en 1961 qu’il décède à Épinal, le 4 mars, dans sa maison du 27 rue Thiers. Ce livre, abondamment illustré avec des cartes postales dues à Paul Testart, lui rend un bel hommage et nous fait découvrir un homme à l’immense charisme.

     

    ‡ Paul Testart. Les tribulations d'un Vosgien en Vosges, Bruno Théveny, éditions Le Pythagore, 2018, 208 p., ill., 38 €.

  • Saône lorraine : toujours de projets d'envergure pour 2019

  • Lironcourt (88) : le Charmont, cadeau irréel du passé

  • Le Messager boîteux de Strasbourg 2019

  • Bilan 2018 des activités de Saône lorraine

  • Un nouvel Echo des 3 Provinces en 2019

  • Epinal (88) : souscription pour une copie de la Vierge à l'Enfant de la Basilique Saint-Maurice

    L’histoire du « Passage dit des Morts », est très connue des Spinaliens. C’est par une porte située en dessous d’une Vierge à l’Enfant du XVe siècle que sortaient les convois funéraires à la fin des célébrations. Ce site en plein coeur historique est très fréquenté de nos jours.

    Pour des raisons de préservation, la statue primitive, classée monument historique, a été retirée de son emplacement d’origine. Elle est aujourd’hui placée dans une chapelle de la Basilique Saint-Maurice et mise à l’honneur, eu égard à sa belle facture et au respect témoigné par les Spinaliens.

    Cette statue, haute de 1m30, est d’une grande beauté. Son regard tendre, dirigé vers son enfant et son visage au sourire discret, exprime naturellement une grande douceur. Malheureusement, la fragilité de sa pierre calcaire exclut sa remise en place, le vandalisme et les intempéries risquant d’entraîner sa détérioration.

    Pour répondre à la demande et aux souhaits des Spinaliens, la Ville d’Épinal s’engage, en collaboration avec l’association Iconographique et Cartophile d’Épinal, à faire réaliser une réplique de la Vierge dans une pierre calcaire et à restituer sa polychromie le plus fidèlement possible.

    La souscription lancée en partenariat avec la Fondation du patrimoine de Lorraine, permettra de garder l’esprit du Vieil Épinal présent dans ce lieu, en réintégrant dans la niche du passage la réplique de la Vierge, si chère aux paroissiens et aux habitants. Cette initiative mûrie va motiver tous ceux qui chérissent la Basilique Saint-Maurice, ses abords et qui sont sensibles à la mise en valeur de son patrimoine et de son histoire.

     

    ‡ Infos et souscription : https://www.fondation-patrimoine.org/les-projets/copie-d-une-vierge-a-l-enfant-du-xve-siecle-a-epinal

  • Nancy collecte vos souvenirs de la Saint Nicolas

  • Splendeurs du christianisme

    Présentée au musée de La Cour d’Or - Metz Métropole, l’exposition Splendeurs du Christianisme. Art et dévotions de Liège à Turin (Xe-XVIIIe siècles) questionne l’originalité des formes de la création artistique dans un vaste espace géographique compris entre la principauté épiscopale de Liège et la capitale turinoise de l’ancien duché de Savoie, du Xe au XVIIIe siècle. Elle est l’aboutissement d’un vaste programme universitaire porté par l’Université de Lorraine.

    Cette exposition, qui a bénéficié de prêts exceptionnels, invite à découvrir une centaine d’oeuvres, inédites ou spécialement restaurées, choisies en fonction de leur intérêt historique et patrimonial. Elles se répartissent en six sections afin d’évoquer les principales dévotions des habitants de ces territoires dits de frontières : la figure tutélaire de la Vierge accueille le visiteur avant de l’inciter à « partir en pèlerinage » sous sa protection et celle des autres saints vénérés dans ces diverses régions.

    Saint Martin et saint Nicolas nous guident ensuite vers une section dédiée aux prélats et à leurs trésors : un éclairage particulier est réservé aux grands évêques lotharingiens, sans oublier les principaux défenseurs de la Réforme catholique comme saint Pierre Fourier en Lorraine et en Valais, saint François de Sales dans les Alpes ou saint Charles Borromée en Italie du nord, également protecteur de la famille ducale de Lorraine. Deux autres parties de l’exposition, à l’atmosphère plus intimiste, introduisent à la spiritualité féminine et à une histoire de la Passion du Christ, tandis qu’un important focus consacré au Saint-Sacrement vient clore ce parcours semé de récits et de splendeurs.

     

    ‡ Splendeurs du christianisme. Art et dévotions, de Liège à Turin, Xe-XVIIIe siècles, Anne Adrian, Catherine Guyon et Frédéric Tixier (dir.), éditions Mare & Martin, 2018, 175 p., ill., 25 €.

  • Saint-Dié-des-Vosges, l'âme des Vosges

    La ville de Saint-Dié, porte d'entrée du massif vosgien, a été façonnée par un passé riche mais souvent douloureux, dont les traces composent un patrimoine d'un grand intérêt et d'une richesse insoupçonnée.

    Du Saint-Dié médiéval, celui de Déodat, au Saint-Dié, siège du diocèse vosgien en passant par le Saint-Dié contemporain né de la reconstruction et résolument tourné vers l'avenir, chaque page de cet ouvrage mène le lecteur à la découverte d'une ville aux mille et un atouts.

    Aux superbes clichés de Bernard Pierre sont associés les écrits de témoins, historiens, écrivains et voyageurs qui ont connu la ville et l'ont aimée. Ainsi, textes et photos se répondent et  font écho aux impressions du lecteur pour l'inciter à poser sur Saint-Dié-des-Vosges un regard neuf et enthousiaste.

     

    ‡ Saint-Dié-des-Vosges, l'âme des Vosges, éditions Sutton, 2018, 175 p., photographie de Bernard Pierre, 25 €.

  • Amos la bière de Metz

    Benoît Taveneaux et Daniel Cardot nous font redécouvrir avec bonheur la vie d'un grand établissement brassicole messin : la brasserie Amos.

    Initialement fondée rue Hollandre-Piquemal à Metz, la brasserie Amos s'installe au Sablon en 1874. En dépit des périodes d'annexion, elle connaît un développement régulier. L'établissement, resté plus de 120 ans une entreprise familiale, est la dernière brasserie indépendante en Lorraine avant d'être reprise par le groupe allemand Karlsbräu puis fermée en 1992. Sa production annuelle dépasse alors 200 000 hectolitres de bière principalement vendue dans l'agglomération messine. En 1997, ses bâtiments sont détruits, mais les façades les plus représentatives de l'activité brassicole sont conservées et demeurent visibles rue Mangin.

    La bière Amos, toujours servie à Metz et dans toute la Moselle, est désormais brassée à Saverne par la brasserie Licorne, également propriété de Karlsbräu.

    Un ouvrage à déguster sans modération !

     

    ‡ Amos, la bière de Metz, Daniel Cardot et Benoît Taveneaux, Musée français de la bière, 2018, 156 p., ill., 21 €.

  • Histoire(s) de vin(s)

    De ses origines mystérieuses aux fables qui en ont fait son histoire, l'univers envoûtant du vin est une source inépuisable de mythes, contes et légendes.

    Roger maudhuy aime ces histoires véhiculées par la littérature orale, il aime les collecter sur le terrain, puis les raconter avec la rigueur de l'historien et l'inspiration du conteur. Histoires inédites, toujours véridiques, toujours savoureuses, elles nous entraînent dans une folle vendange culturelle et spirituelle autour du vin. C'est une invitation au grand banquet de nos régions. Et la Lorraine n'est pas la dernière pour célébrer le divin nectar !

    Tantôt magiques ou ésotériques, comiques ou tragiques, angéliques ou diaboliques, ce sont avant tout de belles histoires à consommer sans modération.

     

    ‡ Histoire(s) de vin(s), Roger Maudhuy, éditions Bonneton, 2018, 191 p., ill., 12,90 €.

  • La Nouvelle revue lorraine, n° 51 : la fin de la cavalerie

    Riche sommaire pour le 51ème opus de La Nouvelle revue lorraine avec un dossier consacré à la cavalerie en Lorraine...

    A lire notamment :
    - une statue pour Bigeard
    - la fin de la cavalerie
    - Lunéville dite cité cavalière
    - nous avons perdu un grand homme : Jean Lanher (spécialiste du patois lorrain) - article en patois du pays de Neufchâteau
    - la chapelle des Bures de Buxières-sous-les-Côtes
    - le funiculaire de la Cure d'Air
    - la région d'Hayange de "dans le temps"
    - la tuberculose et ses ravages en Lorraine
    - 1917 : des chinois à Lunéville
    - Nouvelles et anecdotes lorraines : le Lucien et moi, étranges panneaux, suivre l'étoile
    - le sire de Réchicourt en représentation
    - Théophile
    - Charles Boigegrain, fusillé pour l'exemple
    - le monument aux morts de Val-et-Châtillon
    - Robert et Saint Nicolas
    - au son des cloches
    - le coup de l'étrier
    - le nu et l'autoportrait
    - Art nouveau et industrie d'art

     

    ‡ Plus d'info et commande du numéro sur www.nouvelle-revue-lorraine.fr

  • Greux (88) : saint Maurice à l'ermitage de Bermont

    Saint Maurice, chapelle Notre-Dame de Bermont, pierre polychrome, XXIe s. [cliché : courtoisie de A. O.].

    L'association Notre-Dame de Bermont - Sainte Jehanne d'Arc, responsable de la restauration et de l'animation spirituelle de cet ermitage johannique (sur la commune de Greux), a installé la dernière statue dans la chapelle le 30 septembre dernier lors des 5èmes Journée johanniques. Cette statue de saint Maurice a été réalisée et bénie par le RP Don Jean Bosco, bénédictin de l'abbaye Saint-Joseph de Clairval à Flavigny-sur-Ozerain (21). Saint Maurice est le patron de l'église de Greux dont dépendait la paroisse de Domremy à l'époque de Jehanne. La vie de notre saint militaire romain a sûrement eu une influence sur celle de notre Jeannette...

    Avec cette statue, l'association clôt le cycle des représentations de saints et saintes en lien avec la spiritualité de Jeanne (sainte Marguerite, saint Remi, saint Louis, sainte Thérèse, saint Michel, saint Gabriel...) qui ornent désormais la nef et le choeur de la chapelle.

  • L'excellence dans les Vosges

    Un ouvrage de poids - 3,6 kg ! -, près de 500 pages dédiées au talent de 79 entreprises vosgiennes aussi bien dans l'industrie, l'artisanat, la gastronomie, que le tourisme et les loisirs qui ont en commun le goût de la performance, le sens de l'innovation, la tradition du savoir-faire et l'audace de la conquête des marchés nationaux et étrangers.

    Les Vosges sont riches d'une économie plurielle : groupes internationaux, groupes familiaux, des PME, des TPE... Autant de belles histoires d'initiatives et d'hommes racontées avec talent et sublimées par les clichés de Michel Laurent du monde de l'entreprenariat vosgien.

    Ouvrage de prestige pour des entreprises qui ont à cœur de faire vivre un territoire héritier d'une longue tradition industrielle et artisanale, mais aussi bel hommage à des femmes et des hommes audacieux qui oeuvrent pour la transmission des savoir-faire.

     

    ‡ L'excellence dans les Vosges. Le savoir-faire des entreprises, Claude Vautrin et Michel Laurent, éditions du Signe, 2018, 488 p., ill., 75 €.

  • Le blanc des fermiers : l'histoire du lait et son impact dans les Vosges

    Il est une gourmandise que l’on ne goûte plus comme autrefois. elle se mangeait en fromage et yaourt, et se buvait crue, au pis de la vache, légèrement tiède. Aujourd’hui, Elle se mange en fromage, en dessert lacté dans lequel on trempe son doigt avec délectation. Elle se boit en boisson lactée, aromatisée. “Elle”, c’est le lait.

    “Trempe ton doigt, dans le lait”, tel aurait pu être le titre de ce livre sur l’histoire du lait, l’histoire de l’élevage et des paysans vosgiens, l'histoire des fruitières de village, l’histoire de son évolution et des technologies qui l’entourent. De fait, l’histoire des hommes qui s’en sont nourris. La société de consommation glorieuse a su jeter aux oubliettes le temps où on allait chercher son lait cru à la ferme. Devenu une industrie, le produit “lait” et ses dérivés déclinés à l’infini et emballé sous plastique font qu’aujourd’hui les jeunes citadins ignorent tout du lait et de ses qualités originelles.

    Les Vosges, terre d’élevages offrent encore des paysages où la vie pastorale semble perdurer. Quatre fromageries et de nombreuses fermes transforment un lait en fromage dont la renommée dépasse largement les limites du département. Le lait fait partie des gènes naturels des Vosges.

     

    ‡ Le blanc des fermiers : l'histoire du lait et son impact dans les Vosges, Dominique Gouyon, éditions Gérard Louis, 2018, 112 p., ill., 22 €.

  • Meurthe & Moselle, d'un pays à l'autre

    Dans l’esprit des précédents livres publiés sur la Lorraine ou sur ses principales villes, "Meurthe & Moselle, d’un pays à l’autre" n’a d’autre but que de valoriser la richesse du patrimoine et des paysages d’un département phare de la région Grand Est, d’en évoquer l’Histoire, le passé industriel et ses particularités.

    Les auteurs n'ont pu, avec regret, présenter l’ensemble de ce qui constitue un département original par sa forme, son passé et les gens qui en ont forgé l’identité. Mais, magnifiquement illustré de près de 200 photographies couleur, l’ouvrage permet une meilleure connaissance des pays qui le composent. Il en deviendra l’ambassadeur idéal. De ses châteaux de Cons-la-Grandville, Fléville-devant-Nancy, Haroué, Jaulny ou Lunéville, de Nancy avec son palais ducal et sa place Stanislas, le département a su valoriser un patrimoine architectural unique malgré les destructions des guerres successives.

    Terre de créativité, c’est ici que l’Art nouveau a pris son essort avec l’École de Nancy ; c’est ici aussi que les arts de la table, par les cristalleries de Baccarat et Daum, les faïenceries de Lunéville et Saint-Clément, sans oublier les émaux de Longwy, ont développé un savoir-faire unique encore en activité.

     

    ‡ Meurthe & Moselle, d'un pays à l'autre, Michel Brunner et Patrice Greff, éditions Gérard Louis, 2018, 160 p., ill., 25 €.

  • Bleurville, d'hier... pour demain : votre avenir est à Bleurville !

    lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

    Bleurville, vue aérienne, juillet 2014 [cl. G. Salvini].

     

     

    Bleurville d'hier... pour demain, car nos villages et bourgs ruraux doivent continuer à vivre et se développer pour conserver à notre France son identité.

     

    Alors, vous aimez votre pays, vous aimez notre Lorraine, vous aimez les Vosges... vous aimerez Bleurville !

     

    Jeunes artisans, jeunes entrepreneurs, venez investir et vous installer à Bleurville : son cadre de vie et son environnement humain, naturel et bâti vous séduiront !

     

    Lire la suite

  • Les allées d'arbres : de la guerre à la paix

  • Bleurville (88) : à la recherche de photos de l'inauguration du monument aux morts

    A l'approche du centenaire de l'aménagement des monuments aux morts dans les villes et villages de France (début des années 1920), nous sommes à la recherche de documents iconographiques (photos, documents écrits...) sur l'inauguration du monument aux morts de la commune de Bleurville (Vosges) qui a eu lieu entre 1920 et 1922.

    Appel est lancé auprès des Bleurvillois du village ou expatriés ou ayant des ancêtres originaires de Bleurville : fouillez activement vos archives photographiques et souvenirs !

    Merci d'avance pour votre collaboration.

    Les documents recueillis seront présentés dans le cadre d'une rétrospective sur la fin de la Première Guerre mondiale en Saône vosgienne.

     

    ‡ Contactez-nous à l'adresse mail : abbayesaintmaur.bleurville@gmail.com

  • L'Echo des 3 Provinces octobre-novembre 2018 est paru

    >> Plus d'info et abonnement sur www.adp3p.com

  • Des musées de Metz au musée de la Cour d'Or

    Ce fort volume, doté d'une remarquable iconographie, se propose d'écrire l'histoire des musées messins. C'est seulement en 1839 que Metz se dote d'un musée. Il est alors créé sous l'impulsion des sociétés savantes locales et des artistes de l'Ecole de Metz. Avec l'Annexion et jusqu'en 1918, le musée va connaître de profondes transformations dans un contexte politique inédit. Il profitera des avancées de la science allemande, notamment dans le domaine de l'archéologie. Les musées de Metz entrent alors dans une première période prospère avec la construction de nouveaux bâtiments et un accroissement constant des collections archéologiques. L'établissement n'est plus seulement un musée des Beaux-Arts, mais aussi un important musée archéologique et même un musée de site avec la découverte dans ses sous-sols des anciens thermes gallo-romains.

    Durant la Seconde Guerre mondiale, il devient un outil de propagande au service de l'occupant et sert de centre de collecte aux objets spoliés par les nazis. Il faut attendre 1957 pour que les musées de Metz connaissent un nouvel âge d'or. De 1964 à 1980, le conservateur intégrera dans les collections de multiples témoignages patrimoniaux : en étendant ces collections , il transforme la présentation des œuvres de la Cour d'Or et crée un des premiers musées d'architecture médiévale en Europe.

    Le lancement du programme de rénovation du musée a encouragé la rédaction de cet ouvrage où la période la plus récente est présente grâce à une série d'entretiens réalisés avec les personnalités liées à l'histoire du lieu.

    Issus d'une fondation classique, les musées de Metz, par leur inscription dans un territoire marquée par l'Histoire et deux guerres mondiales, sont un exemple peu ordinaire dans le paysage muséal français. Véritable institution transnationale où les visions française et allemande cohabitent, confrontée à la création d'une annexe du Centre Pompidou, un ouvrage relatant son histoire, mais également les enjeux politiques, culturels et sociaux à l'œuvre, s'avérait plus que nécessaire.

     

    ‡ Des musées de Metz au musée de la Cour d'Or. Histoire des collections, reflets d'un territoire, Arnaud Bertinet, Jean-Christophe Diedrich et Julien Trapp (dir.), éditions Snoeck - Metz Métropole, 2018, 391 p., ill., 35 €.