Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jean françois michel

  • Saône lorraine à l'Elysée pour le lancement du loto du patrimoine

  • Châtillon-sur-Saône (88) : dernier conseil d'administration de Saône lorraine avant la saison estivale

    Dernier conseil d’administration au Grenier à sel sous la présidence de Jean-François Michel avant les animations estivales dans les différents sites gérés par l’association Saône lorraine.

    Le président Jean-François Michel était récemment l’invité de la présidence de la République à l’Elysée, au côté d’autres représentants d’associations patrimoniales, pour le lancement du loto du patrimoine dans le cadre de la mission de Stéphane Bern en faveur de la sauvegarde du patrimoine français : si le projet de restauration de l’église des Cordeliers des Petits-Thons ne fait pas partie des sites prioritaires soutenus par le loto, il pourra toutefois bénéficier de cette manne financière en plus des aides de la Drac, de la Région et de la Fondation du patrimoine des Vosges. Le conseil d’administration a remercié Marie-Françoise Michel qui a préparé un dossier de candidature qui a su convaincre la mission Bern.

    Travaux. – Des travaux d’insonorisation de la salle de réunion du Grenier à sel sont à l’étude ainsi que l’installation d’une nouvelle vitrine au musée de Hennezel afin d’accueillir des dons de verreries de Clairey. Par ailleurs, le président Michel a confirmé que les travaux sur le chœur de l’église Notre-Dame des Anges des Thons et sa chapelle Saint-Bonaventure devraient débuter à l’automne. L’architecte en chef des Monuments historiques procède actuellement à la recherche des entreprises. L’église sera fermée durant les travaux mais la visite reste possible pour les groupes. Le conseil d’administration s’inquiète du refus du Conseil départemental des Vosges de subventionner les travaux engagés par les associations patrimoniales.

    Vie de l’association. – Saône lorraine a recruté Mathilde Leclerc, de Relanges, dans le cadre d’un emploi service civique : elle intervient au musée de Hennezel-Clairey et au Grenier à sel de Châtillon. Le voyage d’automne conduira une cinquantaine d’adhérents à la découverte du patrimoine architectural du Cotentin. Enfin, après le succès des premiers « café-histoire », Saône lorraine proposera le 13 octobre une nouvelle rencontre sur le thème du protestantisme en Lorraine animée par Julien Léonard, maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Lorraine.

  • Martinvelle (88) : hommage au Docteur Daniel Durand, historien des confins lorrains et comtois

  • Souvenirs catalans et cisterciens pour Saône lorraine

    Fin avril, adhérents et sympathisants de l'association Saône lorraine étaient en Catalogne pour le traditionnel voyage de printemps, sous la houlette de Thérèse et Hubert Flammarion, de l'association des Amis de Morimond.

    La quarantaine de participants a emboité ses pas dans ceux des cisterciens de Catalogne, en visitant trois abbayes-phares : Poblet, Vallbona et Santa Creus. Deux d’entre-elles sont encore habités par des religieux se réclamant de saint Bernard de Clairvaux. Mais la Catalogne est aussi une terre chère aux Lorrains : sait-on que Jean II de Lorraine – alias Jean de Calabre, le fils du « bon roi René », duc de Bar et de Lorraine – est mort à Barcelone en 1470 ? Que Notre-Dame de Montserrat était également invoquée par nos ducs, presque au même titre que Notre-Dame de Liesse ou saint Nicolas ? Les participants ont pu apprécier les vieilles rues et les remparts de la petite ville de Montblanc, mais aussi les prestigieux monuments et les artères de Barcelone, souvent couronnées par les immeubles Art nouveau de Gaudi : un parcours sur les pas et les plans de cet architecte a été autant apprécié que celui jalonné par les monastères cisterciens.

    2019 verra peut-être un voyage sur les pas des cisterciens de Pologne. Mais le voyage automnal de Saône lorraine en France est déjà lancé : ce sera le Cotentin, ses châteaux et ses abbayes, et une incursion au château breton de Josselin – le domaine des Rohan – et, pour clore le périple, le parlement de Bretagne reconstruit, à Rennes. Ce voyage aura lieu du 1er au 7 septembre prochain. Pour tout renseignement et demande de participation, s’adresser à Jean-François Michel au 06.74.25.54.37.

  • Saône lorraine se mobilise pour la réhabilitation de l'église des Cordeliers des Thons

  • La liaison fluviale Meuse-Saône : un projet coulé...

  • Voyage en Cotentin et Bretagne avec Saône lorraine

  • Monthureux-sur-Saône (88) : Saône lorraine en assemblée générale

    Les assises annuelles de l’association Saône lorraine se sont tenues à Monthureux-sur-Saône. Moment privilégié pour dresser le bilan 2017 des activités de la structure de défense et de promotion du patrimoine du sud-ouest vosgien, et de dessiner les perspectives à court et moyen termes.

    Le président Jean-François Michel s’est dit plutôt satisfait de l’année écoulée malgré la somme des énergies qui a été mobilisée afin de « monter » les dossiers auprès des collectivités publiques, en particulier celui de la restauration de l’église conventuelle des Cordeliers des Petits-Thons, et la création du site internet de l’association. Ces efforts devraient être récompensés par de belles satisfactions.

    Adhésions. – le nombre d’adhérents connaît une légère érosion au fil des années. Cependant, Saône lorraine demeure forte de 361 adhérents.

    Fréquentation des sites. – Les animations proposées ont connu un beau succès, que ce soit les concerts donnés en l’église des Cordeliers des Thons ou l’exposition « L’enfance d’autrefois dans l’œil du photographe » présentée au musée de Hennezel. Ce dernier a cependant enregistré un léger recul de la fréquentation liée aux déviations hasardeuses mises en place autour de Darney une grande partie de l’année. Châtillon attire toujours un public fidèle notamment grâce aux animations autour du musée et dans les rues du vieux village.

    Les projets. – Saône lorraine est fortement mobilisée pour le projet de restauration de l’église Notre-Dame des Anges des Cordeliers des Petits-Thons. La souscription populaire a été lancée avec le soutien de la Fondation du Patrimoine : les travaux sur le chœur et la chapelle funéraire débuteront en septembre prochain, avec le soutien financier de la Région Grand-Est, la DRAC, la Fondation du Patrimoine et le Conseil départemental des Vosges. L’association prépare déjà le dossier en vue de la réhabilitation de la nef qui présente un état sanitaire dégradé, projet qui devrait se concrétiser dans les prochaines années. Le musée de Hennezel accueille cette année une passionnante exposition sur les sources, étangs et moulins en Saône vosgienne. Par ailleurs, l’association du Musée de Châtillon animera encore cet été la petite cité Renaissance avec ses musées vivants et des « café-histoire », soutenus par des spécialistes reconnus du monde universitaire, rythmeront la vie culturelle dans les différents sites gérés par Saône lorraine (l’histoire des moulins, le protestantisme dans le sud-ouest de la Lorraine..). Le président Michel conduira les adhérents à la découverte d’autres patrimoines architecturaux dès la fin avril, en Catalogne et, en septembre, dans le Cotentin et en Bretagne.

    En conclusion des travaux, Jean-François Michel a remis un cadeau à Nicole Hottier et Jacques Durupt pour la qualité de la gestion de la trésorerie de l’association. Enfin, Robert Mougin, vice-président de Saône lorraine et maire des Thons, a clôturé l’AG en rappelant la nécessité de défendre la ruralité et le rôle des associations dans le « vivre ensemble » de nos communautés rurales, les grandes oubliées des politiques publiques depuis trop longtemps.

    La matinée s’est achevée par un apéritif convivial et un repas partagé par les quelques 120 participants. L’après-midi a été consacré à un hommage émouvant à Martinvelle au docteur Daniel Durand, décédé en 2015, en présence de sa famille. Historien de son village et des confins de la Lorraine et de la Comté, Daniel Durand fut un membre fidèle de Saône lorraine durant de nombreuses années.

  • Darney (88) : conférence sur Edouard Bénès, fondateur de la Tchécoslovaquie, par Jean-François Michel le 14 avril

    Monument franco-tchèque et slovaque érigé à Darney en 1968 [cl. H&PB].

    Dans le cadre des manifestations du centenaire de la création de la Tchécoslovaquie à Darney en 1918, Jean-François Michel, président de Saône lorraine, donnera une conférence sur « Edouard Bénès : de Kozlany à Semizovo Usti, la vie tragique d’un dirigeant entre Hitler et Staline », le 14 avril à 20h30 à la salle des fêtes de Darney.

    Le 30 juin 1918, Edouard Bénès (1884-1948) fit un passage éclair à Darney, de 9h (sa descente du train à la gare) à 14h (sa remontée dans le train vers Paris) : il y représenta le Comité national tchèque et slovaque (CNT) aux côtés du président Raymond Poincaré, de Stephen Pichon, du colonel Milan Stefanik et du général Edouard de Castelnau, rassemblés au camp Kléber avec les combattants volontaires tchèques et slovaques.

    Il fut aussi le créateur acharné de la république tchécoslovaque aux côtés de Karel Kramar et de Thomas Masaryk. Ministre des affaires étrangères de son pays, président de la Première République (soit de 1935 à 1938), il fut le sacrifié des accords de Munich, la bête noire d’Hitler, l’animal blessé puis errant pendant la Seconde Guerre mondiale. Proche de Staline et de l’URSS, il redevint le dirigeant d’un pays étroitement surveillé par Moscou (1945-1948) pour en devenir finalement le satellite. Victime de ses alliances contradictoires et de la trahison de ses faux-amis, l’homme qui foula le sol de Darney pendant 5 heures le 30 juin 1918, est aussi un acteur et un laissé pour compte des tragédies du XXe siècle.

     

    ‡ Conférence de Jean-François Michel sur « Edouard Bénès : de Kozlany à Semizovo Usti, la vie tragique d’un dirigeant entre Hitler et Staline », 14 avril à 20h30, salle des fêtes de Darney.

  • Saône lorraine lance la saison touristique

    Le conseil d'administration de Saône lorraine s'est réuni au musée de Hennezel-Clairey afin de lancer la nouvelle saison touristique dans les différents sites animés par l'association présidée par Jean-François Michel.

    Exposition au musée de Hennezel. - L'exposition sur les sources, étangs et moulins en Saône lorraine ouvrira au public le 1er avril. Le concours photos associé est doté de quatre prix dont un prix « junior ». Les dotations de ces prix ont été rendues possibles grâce au mécénat généreux d'entreprises et commerces locaux et des particuliers.

    Site internet. - Grâce au travail du président Jean-François Michel, le site internet de l'association patrimoniale du sud-ouest vosgien est désormais opérationnel. Il peut être consulté à l'adresse www.saonelorraine.com : il présente de façon dynamique et intuitive toutes les informations sur les sites animés par Saône lorraine, son histoire et les manifestations proposées.

    Emploi service civique. - Saône lorraine est habilitée à recruter un emploi service civique qui sera affecté à la gestion et à l'animation des différents lieux gérés par l'association. Les candidatures doivent être adressées par mail à Jean-François Michel : jean-f.michel@wanadoo.fr

    Travaux aux Cordeliers des Thons. - Une souscription populaire est lancée en lien avec la Fondation du patrimoine afin de restaurer le choeur de l'église des Cordeliers. Ces travaux d'envergure sont réalisées avec le soutien financier de la DRAC et de la région Grand Est, et pourraient débuter dès cet été. Par ailleurs, les travaux de réhabilitation des anciens logements des religieux et de l'ancienne sacristie se poursuivront cette année.

    Animations. - Le musée de Hennezel accueille le 25 mars le marché de Pâques avec 18 exposants. Le prochain « café-histoire » aura lieu le 7 avril au Grenier à sel à Châtillon-sur-Saône avec Patrick Corbet sur la statuaire médiévale en Champagne et en Lorraine méridionale. L'assemblée générale de Saône lorraine se tiendra le 15 avril à Monthureux. Jean-Luc Volatier prépare une exposition temporaire sur les maisons à tourelle à Châtillon et dans les environs qui sera présentée cet été au Grenier à sel. Enfin, le voyage d'automne conduira les adhérents dans le Cotentin et en Bretagne.

  • L'association Saône lorraine se dote d'un nouveau site internet

    Visitez le nouveau site internet de l'association Saône lorraine - association fondée en 1980 afin de sauver l'ancien couvent des Cordeliers des Thons (Vosges), et découvrez les différents lieux historiques et culturelles qu'elle anime dans le sud-ouest des Vosges ainsi que les animations proposées tout au long de l'année...


    ‡ A voir ici https://www.saonelorraine.com/ 

  • Monthureux-sur-Saône (88) : 37ème AG de Saône lorraine le 15 avril 2018

  • Le prochain ouvrage de Jean-François Michel : l'histoire de Jean-Baptiste Tournay (1720-1768)

  • Lamarche (88) : succès pour les 19ème Journées d'études vosgiennes

  • Les Thons (88) : "Résonances" en concert en l'église des Cordeliers

    Dimanche 17 septembre à 16h, le groupe d'instruments à cordes Résonances se produira en l’église Notre-Dame des Anges de l'ancien couvent des Cordeliers des Petits-Thons.

    Ce groupe instrumental franc-comtois, dirigé par Michèle Wintherlig, interprétera un riche programme d'œuvres de musique de chambre de Corelli, Fauré, Rachmaninoff, Anton Dvorak et Telemann.

    Par ailleurs, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, les amateurs pourront profiter de ce concert pour visiter les pièces récemment rénovées du couvent franciscain et découvrir les éléments architecturaux de l'église qui vont être l’objet de travaux de restauration à compter du printemps 2018.

     

    > Concert de l'ensemble Résonances, église des Cordeliers des Petits-Thons, dimanche 17 septembre à 16h.

  • Monthureux-sur-Saône (88) : présentation des actes des JEV 2016

    Les actes des 18ème Journées d'études vosgiennes tenues à Monthureux-sur-Saône en octobre 2016 ont été officiellement présentés en mairie de Monthureux en présence des contributeurs, universitaires, historiens et érudits locaux.

    Ces Journées d'études étaient co-organisées par la Fédération des Sociétés savantes des Vosges, l'association Droiteval-Ourche-Patrimoine et Saône lorraine.

     

    ‡ L'ouvrage peut être commandé sur le site de la Fédération des Société savantes des Vosges : www.fssv.org 

  • Les rendez-vous d'automne de Saône lorraine

  • Monthureux-sur-Saône (88) : présentation des actes des JEV 2016 ce jeudi 24 août

  • Monthureux-sur-Saône (88) : présentation des actes des Journées d'études vosgiennes 2016

    Monthureux-sur-Saône, la rue du couvent et le couvent des tiercelins, XVIIe s. [cl. ©Gilbert Salvini].

    Jeudi 24 août prochain, Monthureux et sa région seront à l’honneur. Les actes du colloque qui s’est tenu fin octobre 2016 dans la cité des bords de Saône, et qui a attiré un nombre considérable d’auditeurs, seront officiellement présentés lors d'une cérémonie qui aura lieu en mairie à 17h00. L'ouvrage pourra être acquis sur place.

    Rappelons que cette publication est une nouvelle preuve du riche passé politique, industriel, agricole et architectural de ce bassin des sources de la Saône. Si le présent n’est plus à la hauteur, l’avenir est un peu tracé par les dernières communications de ces actes qui projettent quelques rayons d’espoir… Les voies romaines, les fouilles de Martinvelle, le rayonnement de Droiteval, le verre pionnier, la métallurgie omniprésente, le sillon ferroviaire, tous ces articles rédigés par les conférenciers habituels et érudits locaux, rendent vivante et attrayante une véritable somme rehaussée d’illustrations souvent inédites. Monthureux constitue une référence et un pôle : ses hommes politiques, son agronome méconnu (Jean-Joseph Grangé), son château médiéval, son industrie plurielle du XIXe siècle, tout est passé au peigne fin. Mais la vallée de l’Ourche, si chère au regretté Jean-Pierre Huguet, est aussi sur le devant de la scène : les Jacquinot, les Irroy, l’arboretum, le COSOR, et bien d’autres points forts dont peut s’enorgueillir cet étonnant affluent de la Saône. Sans oublier aussi la verrerie de Clairey et l’aventure verrière qui a tant marqué l’identité de la région 

    Rappelons aussi que la Fédération des sociétés savantes des Vosges (FSSV) regroupe, sous l’autorité bienveillante de Jean-Paul Rothiot, les associations engagées dans la sauvegarde, la connaissance et la promotion des richesses patrimoniales de notre département. Le terme « savantes » peut faire fuir ou sourire, mais ce n’est ni prétention ni repli sur des concepts archaïques. C’est un carrefour de bonnes volontés, une aide à toutes les associations qui se sentent seules et démunies face à l’ampleur de leurs engagements et aux difficultés des temps présents.

    Indiquons enfin que le livre est disponible au prix de souscription jusqu’au 30 août prochain : il suffit de le commander sur le site internet de la FSSV et d'adresser un chèque à l'ordre de « FSSV » de 29,50 € franco à ADV, 4 avenue Pierre Blanck, 88000 Epinal. Mais la meilleure des solutions est encore de se rendre à la présentation en mairie de Monthureux le 24 août à 17h. L’entrée est libre.

  • Les Actes des Journées d'études vosgiennes 2016 de Monthureux-sur-Saône en souscription

    Ces Journées d’études vosgiennes tenues en 2016 proposent un bilan patrimonial de l’histoire de la vallée de l’Ourche et de Monthureux-sur-Saône. Ce n’est pas un constat passéiste, c’est un regard actif qui s’attache à créer du lien entre les entrelacs des temps révolus et la volonté d’inventer l’avenir. Les JEV, et ce livre qui en est l’aboutissement, se veulent une contribution à la fierté de vivre dans un pays dont chacun doit partager la connaissance des jours heureux, celle des temps d’incertitude ou de déclin, et celle des projets porteurs d’avenir et d’épanouissement.

    Ce livre s’organise autour de six thématiques.

    La découverte du territoire et de son histoire, l’étude des populations aux XVIIIe et XIXe siècles à travers une affaire judiciaire d'importance à Bleurville, le prisme original des bulletins paroissiaux ou celui de l’animation de la vie politique locale par les familles Bresson et Kiener. Droiteval, de l’abbaye cistercienne au COSOR. Le thème du verre, les dynasties de gentilshommes verriers et leurs migrations, la charte qui régissait leur travail, les systèmes proto-industriels comme l’usine de Clairey qui arrêta son activité en 1952.

    La vallée forestière de l’Ourche déclinée dans son originalité métallurgique et industrielle incarnée par Louis Alexis Irroy et les Jacquinot.

    Enfin, un diagnostic et des interrogations sur l’avenir du territoire, ses projets, ses attentes, dont tout particulièrement le label Parc naturel régional (PNR) défendu par l’association « Les sources du parc » depuis plusieurs années...

    ‡ A commander sur : www.fssv.fr

  • Châtillon-sur-Saône (88) : début de saison encourageant pour Saône lorraine

    Le président Jean-François Michel a réuni le conseil d'administration de Saône lorraine au Grenier à sel afin de faire le point sur le début de la saison touristique dans les différents sites gérés par l'association patrimoniale.

    Point financier. - Les activités déployées au Grenier à sel à Châtillon présentent un équilibre financier sur les premiers mois d'ouverture ; le site ayant connu une fréquentation correcte. Bernard Delémontey a confirmé qu'au musée de Hennezel-Clairey, le bilan intermédiaire est également plutôt positif grâce au succès du marché de Pâques qui demeure un « véritable ballon d'oxygène » pour le musée, mais connaît cependant un léger essoufflement de la fréquentation alors que le site présente une remarquable rétrospective sur l'enfance de jadis à travers l'œil du photographe.

    Travaux. - La rénovation du réfectoire d'été au couvent des Cordeliers des Petits-Thons s'achève : l'équipe d'Acti'Sov a mis tout son savoir-faire dans la réhabilitation du plafond du XVIIIe siècle et la pose de tomettes en terre cuite. Par ailleurs, le CA a pris connaissance du devis des travaux programmés par l'architecte en chef de MH sur le chœur de l'église conventuelle et a validé la demande de subvention auprès du Conseil régional Grand Est, le Conseil départemental des Vosges n'intervenant plus sur ce type de projet. À ce propos, le conseil d'administration, appuyé par Jean-François Michel, déplore que « le sud-ouest vosgien soit de plus en plus délaissé par les instances départementales au niveau culturel et touristique. » Le président Michel rappelle que « chargé d'histoire et de patrimoine attractif, ce secteur mérite plus et mieux, notamment en considérant les efforts que font les départements voisins pour leurs atouts, sans exclusive. Le cœur des Vosges devrait battre partout ! »

    Animations. - A l'occasion des 30 ans de l'ouverture du Grenier à sel, un « café-histoire » sera organisé à l'automne par Jean-Luc Volatier où il devrait accueillir un historien de nos confins lorrains et franc-comtois. Le concours photo lancé dans le cadre de l'exposition 2018 à Hennezel sur les sources, ruisseaux, étangs et moulins en Saône lorraine sera doté d'un prix de 500 €. Un appel au mécénat est lancé. Enfin, les actes des Journées d'études vosgiennes qui se sont déroulées à Monthureux-sur-Saône en 2016 seront officiellement présentés le 24 août prochain en présence des différents partenaires (FSSV, DOP, Mairie de Monthureux, Saône lorraine).

    [cliché : courtoisie de M.-M. Boulian]

  • Voyage en Limousin avec Saône lorraine en septembre 2017

  • Robécourt (88) : la maison "gothique" n'est pas la commanderie des templiers...

  • Saône lorraine sur les pas des cisterciens d’Allemagne

    Quarante-six membres de l'association patrimoniale du sud-ouest vosgien Saône lorraine, présidée par Jean-François Michel, se sont retrouvés récemment pour un voyage outre-Rhin.

    Cette excursion les a conduit en Hesse et en Thüringe, au centre de l'Allemagne. Le thème de ce voyage était axé sur les fondations monastiques cisterciennes en Allemagne moyenne. Sous la direction d’Hubert Flammarion, historien du Bassigny et de l'abbaye de Morimond, les monastères d’Eberbach, Haïnau et Arnsburg furent révélés aux visiteurs. Les adhérents Saône lorrains en profitèrent aussi pour visiter les riches villes de Fulda, Mülhausen, Marburg et Cassel, et pour marcher sur les traces de l'empereur Napoléon III lorsqu’il fut emmené en captivité au château de Wilhelmshöhe, en septembre 1870, après la défaite de Sedan.

    Un beau voyage riche en découvertes historiques et architecturales qui donnera envie, sans aucun doute aux participants, de s'inscrire au voyage d'automne qui les emmenera en Limousin.

  • Romain-aux-Bois (88) : le château et ses liens avec l'abbaye de Morimond

  • Saône Lorraine sur les pas des cisterciens d'Allemagne

  • Lamarche (88) : 37ème assemblée générale de Saône lorraine

    Les adhérents de l'association de défense et de promotion du patrimoine historique et architectural du sud-ouest vosgien se sont réunis dernièrement à la salle des fêtes de Lamarche sous la présidence de Jean-François Michel.

    Après avoir été accueillis par le maire de la commune, les participants ont entendu le rapport moral présenté par Jean-François Michel.

    Le rapport financier a été présenté par la comptable, Nicole Hottier.

    Un point a été effectué par Jacky Frémont, délégué de la Fondation du patrimoine Vosges sur les souscriptions en faveur des projets de restauration d'édifices dans le département.

    Enfin, Robert Mougin, vice-président de Saône lorraine, a présenté les travaux actuellement en cours dans le réfectoire d'été du couvent des Cordeliers des Thons.

    Le président Michel a remercié Geneviève Martin, d'Epinal, pour sa fidélité de 30 ans à l'association et lui a offert une composition florale au nom de Saône lorraine.

    A l'issue, les participants ont partagé le repas dans une grande convivialité avant de se retrouver pour la visite de l'église paroissiale d'Isches qui a connu, voici quelques années, une restauration intérieure exemplaire.

  • Saône Lorraine prépare la saison 2017

  • Saône Lorraine : une saison 2016 plutôt faste

    Le conseil d'administration de l'association Saône Lorraine s'est réuni récemment sous la présidence de Jean-François Michel afin de dresser le bilan de la saison sur les différents sites gérés par l'association patrimoniale du sud-ouest vosgien. Le président a souligné le succès des Journées d'études vosgiennes organisées fin octobre à Monthureux-sur-Saône conjointement par Droiteval-Ourche-Patrimoine, présidée par Jean-Pierre Huguet, et Saône Lorraine, sous l'égide de la Fédération des sociétés savantes des Vosges.

    Grenier à sel de Châtillon. - Le Grenier à sel a enregistré une belle fréquentation durant l'été. Des travaux de mise aux normes incendie sont programmés et le CA s'est prononcé à l'unanimité pour la poursuite de l'activité d'accueil en 2017.

    AG 2017. - L'assemblée générale de l'association qui compte 400 adhérents, se tiendra le 2 avril prochain à Lamarche, bourg qui accueillera également en octobre les 19èmes Journées d'études vosgiennes auxquelles Saône Lorraine apportera son soutien.

    Musée de Hennezel-Clairey. - Le musée du verre, du fer et du bois a connu une fréquentation irrégulière avec une tendance baissière par rapport à 2015, malgré la venue de plusieurs groupes d'enfants.

    Couvent des Cordeliers des Thons. - Le chantier d'insertion de la communauté de communes, piloté par Robert Mougin, interviendra sur le réaménagement du sol de l'ancien réfectoire des religieux. Par ailleurs, les travaux de restauration de l'intérieur de l'église des Cordeliers ont fait l'objet de devis : des demandes de subventions ont été lancées.

    Animations 2017. - Le marché de Pâques aura lieu le 9 avril au musée d'Hennezel. Saône Lorraine organise un voyage en Allemagne centrale (Hesse) du 15 au 20 avril. L'église des Cordeliers des Thons accueillera deux concerts estivaux : fin juin, un concert de musique des Balkans et en septembre, une chorale accompagnée d'une chanteuse libanaise.

  • Châtillon-sur-Saône, de la ruine à la renaissance

    La maison du pèlerin récemment restaurée, Châtillon-sur-Saône.

    Depuis 30 ans, Châtillon-sur-Saône, aux confins des Vosges, de la Haute-Marne et de la Haute-Saône, restaure son carré Renaissance. Question de survie.

    « Les gens vivent dans un désert et on a parfois l’impression qu’ils s’y complaisent et ne veulent pas en sortir. » Maire de Châtillon-sur-Saône depuis 1983, Aimé Bonneret avoue sa perplexité. Sa commune de 145 habitants semble l’ultime rempart à la désertification qui, alentour, a vidé les paysages.

    Entre Vosges, Haute-Saône et Haute-Marne, le bourg surplombe la confluence de l’Apance et de la Saône. Excentré, il présente toujours les stigmates de l’exode qui a bien failli le rayer de la carte au XXe siècle. « On est les derniers des Mohicans », s’amuse Bruno Daval. Premier adjoint au maire, l’intéressé dirige l’usine d’éclairage Sammode et ses 35 salariés. « Avec 16 habitants/km², contre 44 pour Vittel-Contrex, c’est la fin des commerces, des médecins… On se sent livrés à nous-mêmes », déplore Aimé Bonneret.

    D’une calamité à l’autre, celle qui s’est abattue sur la petite commune au tournant des années 80 aurait pu lui coûté cher. « On les a vus arriver, mais pas repartir. En revanche, ils nous ont laissé quelques tas de gravats obstruant les ruelles. » Aimantés par les vieilles pierres, promoteurs et brocanteurs jettent alors leur dévolu sur les belles bâtisses qui composent le carré Renaissance au centre du bourg. « Les maisons étaient à l’abandon ou servaient de remise. Dans les années 60, la population qui en avait les moyens préférait se faire bâtir des pavillons à l’extérieur, seuls les moins fortunés sont restés », rapporte Nathalie Bonneret, présidente de l’association du Musée de Châtillon. Livrées à un pillage en règle, les bâtisses, rachetées à vil prix, sont mises en pièces. Ornements, cheminées, boiseries alimentent le marché de l’antiquité. L’ancien village de vignerons n’est plus que l’ombre de lui-même…

    Mais, heureusement, quelques passionnés de vieilles pierres s’en émeuvent et permettent un sursaut salvateur. Classés dans l’urgence à l’inventaire des monuments historiques, huit bâtiments échappent à la démolition. Professeur d'histoire messin, Jean-François Michel mobilise les politiques, les administrations, lève des fonds et jette les bases de l’association Saône Lorraine, futur rempart contre le pillage. La fondation Gould, liée au site via la trajectoire du peintre Jan Monchablon, enfant du pays, met la main à la poche.

    Peu à peu, la population comprend qu’elle vient d’échapper au pire. Elle saisit la portée d’un patrimoine dont elle va faire un levier pour renouer avec une certaine forme de prospérité. « Le bilan est énorme. Châtillon n’est pas un champ de ruines », se réjouit rétrospectivement l’édile. Mais la renaissance reste un combat de tous les instants. « Lorsqu’il a fallu investir 1,7 MF dans la restauration de la grosse tour dont le parement s’était effondré, beaucoup se sont interrogés. A l’époque, c’était une somme. Les gens tiraient le diable par la queue. Certains habitants jugeaient plus judicieux d’investir dans l’école ou les routes et trouvaient que les amoureux des vieilles pierres, ça commençait à bien faire. »

    Pourtant, à l’instar de Joinville en Haute-Marne ou de Marville en Meuse, le nom de Châtillon commence à rayonner. L’association de Jean-François Michel ouvre un gîte d’étape et un salon de thé dans l’ancien grenier à sel. Une auberge fonctionne à l’année. Quelques couples s’y établissent avec la volonté d’apporter leur pierre à l’édifice. « On n’est pas encore sauvé, mais 30 ans de chantier ont permis de freiner le déclin », soupire Bruno Daval, plutôt enclin à voir le verre à moitié plein.

    [source : Le Républicain lorrain]