Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bleurville

  • Etude des maisons anciennes au Pays des Trois Provinces

  • Bleurville (88) : l'huilerie ouvrira pour les Journées du patrimoine de pays et des moulins le 16 juin

    A l'occasion des prochaines Journées nationales du patrimoine de pays et des moulins, l'ancienne huilerie de Bleurville au 17 rue de Monthureux, propriété de M. Jérôme Toussaint, ouvrira ses portes au public le samedi 16 juin 2018 de 9h00 à 18h00.

    A noter d'ores et déjà sur vos agendas et rendez-vous le 16 juin prochain à Bleurville afin de découvrir un bel exemple d'installation agricole de la première moitié du XIXe siècle demeurée en parfait état.

  • Bleurville, d'hier... pour demain : votre avenir est à Bleurville !

    lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

    Bleurville, vue aérienne, juillet 2014 [cl. G. Salvini].

     

     

    Bleurville d'hier... pour demain, car nos villages et bourgs ruraux doivent continuer à vivre et se développer pour conserver à notre France son identité.

     

    Alors, vous aimez votre pays, vous aimez notre Lorraine, vous aimez les Vosges... vous aimerez Bleurville !

     

    Jeunes artisans, jeunes entrepreneurs, venez investir et vous installer à Bleurville : son cadre de vie et son environnement humain, naturel et bâti vous séduiront !

     

    Lire la suite

  • "Don Camillo, la mystérieuse prophétie", nouveau spectacle vivant estival en Saône vosgienne

  • Bleurville (88) : balade avec le Club vosgien

  • Les Amis de Saint-Maur de Bleurville recrutent un guide pour cet été

    L'association des Amis de Saint-Maur de Bleurville

    recrute

    un guide (homme/femme)

    afin d'assurer les visites sur le site de l'ancienne abbaye bénédictine Saint-Maur de Bleurville (Vosges, entre Darney et Monthureux-sur-Saône, 21 km sud de Vittel)

    du 1er juillet au 31 août 2018

    du jeudi au dimanche, de 14h à 18h.

    Nous recherchons une personne qui réside dans le secteur de Bleurville, sérieuse et qui aime le relationnel.

     

    > Contactez par mail : abbayesaintmaur.bleurville@gmail.com

  • Attigny (88) : avis de recherche pour Denis Granget

    Après plusieurs jours d'intenses recherches et sondages de la Saône pour retrouver Denis Granget, un septuagénaire domicilié à Attigny, disparu lundi 22 janvier, la famille a décidé de lancer des avis de recherche sur le secteur.

    Les gendarmes et bénévoles qui ont patrouillé le secteur de Darney-Attigny durant plusieurs jours afin de retrouver les traces de Denis Granget n'ont pas donné lieu à des résultats probants.

    Les membres de la famille ont décidé de distribuer des avis de recherche dans les sociétés de chasse et de pêche dans un rayon de 20 km autour d'Attigny. Les commerces afficheront également un signalement du disparu.

    Toute personne en mesure d'apporter des renseignements sur cette disparition peut le signaler à la gendarmerie la plus proche.

  • Bleurville (88) : le bulletin municipal 2017 est paru

    Le bulletin municipal de Bleurville pour 2017 est sorti.

    Au sommaire :

    - l'éditorial du maire

    - l'état civil de la commune

    - le départ à la retrait de Françoise Roussel, la secrétaire de mairie

    - les travaux communaux

    - la gestion de l'eau

    - Bleurville en 1901

    - le repas des anciens

    - les 20 ans du marché bio'

    - la vie des associations

    - l'été à Saint-Maur

    - les activités des écoles

    - les "oubliés" de la Grande Guerre

    - la vie du village

    - focus sur la pyrale du buis

    - les oiseaux de nos campagnes vosgiennes

    - les relevés météorologiques 2017 à Bleurville

     

    ‡ Le bulletin municipal 2017 est disponible en mairie de Bleurville.

  • Soutenez l'action des Amis de Saint-Maur de Bleurville en 2018 !

    Suivre les activités de  l'association des Amis de Saint-Maur de Bleurville sur notre blog et lire nos informations c'est très bien... mais y adhérer ce serait encore mieux !

    Alors que les responsables de la structure réfléchissent à des projets de restauration d'envergure - sur les intérieurs de l'abbatiale notamment -, l'association patrimoniale doit rassembler un maximum d'adhérents afin de présenter un projet crédible auprès de la DRAC. Et plus les adhérents seront nombreux, plus l'association sera forte pour défendre et promouvoir le patrimoine historique et architectural du sud-ouest vosgien dans lequel l'abbaye Saint-Maur de Bleurville a toute sa place.

    Il y va aussi de la survie de l'association qui oeuvre depuis bientôt 45 ans au sauvetage de ce monastère bénédictin lorrain du XIe siècle...

    > Alors, rejoignez Les Amis de Saint-Maur de Bleurville en envoyant votre adhésion (15 € par chèque à l'ordre de "Amis de Saint-Maur") à :
    MONSIEUR LE PRESIDENT
    ASSOCIATION DES AMIS DE SAINT-MAUR
    2 RUE BEZOUT
    88410 BLEURVILLE

    Merci pour votre soutien et bonne nouvelle année à tous !

  • Bleurville (88) : bilan de la saison 2017 à l'abbaye Saint-Maur

  • L'Echo des 3 Provinces d'hiver est paru !

    Pour vos soirées d'hiver au coin de la cheminée, vous lirez avec intérêt la dernière livraison de L'Echo des 3 Provinces, le magazine du pays des confins de la Lorraine, de la Champagne et de la Franche-Comté...

    Au sommaire :

    - retour sur les Journées d'études vosgiennes de Lamarche et Martigny-les-Bains

    - les Cahiers de Melle Marchal : décembre 1917 à Lamarche

    - hommage au maquis de Magny-lès-Jussey

    - histoires de cuisine

    - depuis 2000 ans, la crèche de la Nativité

    - un nouvel office du tourisme à Jussey

    - l'église Saint-Martin de Purgerot

    - l'église de la Nativité de Gruey-lès-Surances

    - un été à l'ombre de l'abbaye Saint-Maur de Bleurville

    - la passion des camions de pompiers

    - la vie des associations

    - les animations et manifestations

     

    ‡ Pour recevoir L'Echo des 3 Provinces, revue bimestrielle, contactez evelyne.relion@orange.fr

  • Bleurville (88) : les marcheurs du Club vosgien d'Epinal font halte à l'abbaye Saint-Maur

    Dernière visite de l'année à l'abbaye bénédictine Saint-Maur de Bleurville avec un groupe de marcheurs du Club vosgien d'Epinal conduit par Monique Drouin, d'Attigny.

    Nos marcheurs sont arrivés mouillés mais ont quitté les lieux heureux d'avoir pu découvrir les merveilles du sud-ouest des Vosges !

    Un grand merci à Evelyne pour avoir guider ces marcheurs dans les dédales de l'histoire du monastère.

  • Bleurville (88) : les poilus bleurvillois "oubliés"...

    Nous venons de commémorer le 99ème anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale autour du monument aux morts qui conserve la mémoire des militaires Morts pour la France durant ce terrible conflit. Un passionné d'histoire locale s’est intéressé aux poilus du village vosgien de Bleurville décédés en 1917. Et à ceux qui ont été oubliés...

    « Si mon grand-père a eu la chance de revenir de cette terrible épreuve, ce ne fut pas le cas de nombre de ses camarades de Bleurville puisque 42 jeunes gens originaires ou installés au village furent tués sur les différents théâtres d’opérations au cours de ces presque quatre années et demie de guerre » note notre historien amateur. Soit plus de 7 % de la population locale qui comptait 571 habitants en 1911.

    La commune perdit quatre de ses enfants en 1917 : Edmond Béclier, Paul Bourgeois, Louis Grandclair et Henri Schuft. Le nombre des victimes est plutôt faible comparée aux autres années de guerre : 4 en 1918, 8 en 1914, 9 en 1916 pour culminer à 12 en 1915. Tous étaient des hommes du rang et appartenaient à des unités stationnés dans l’Est : le 11e génie et le 4e chasseurs à cheval d’Epinal, le 42e d’infanterie de Belfort et le 166e RI de Verdun. Trois de nos Bleurvillois sont tombés face à l’ennemi lors des offensives du printemps 1917 en Champagne et en Meuse. Seul le brigadier Schuft a succombé à un accident en service : affecté à l’origine au 4e RCC, il avait été détaché au 212e régiment d’artillerie. Cependant, tous n’ont pas leurs noms gravés sur le monument aux morts…

    Des soldats oubliés

    Au début des années 1920, lorsque la commune a décidé d'ériger un monument aux morts, les autorités de l'époque ont omis – volontairement ou non – d'inscrire sur la stèle l'exhaustivité des Bleurvillois qui étaient tombés au champ d'honneur : n'ont été retenus que ceux qui résidaient dans la commune au moment de leur décès – qu'ils y soient nés ou qu'ils s'y soient installés ultérieurement. « Nous avons ainsi retrouvé 11 poilus nés à Bleurville dont les noms ne sont pas gravés sur le monument aux morts » précise notre historien vosgien. La plupart avait quitté le village depuis quelques années pour « monter » à Paris afin d'y gagner leur vie, comme Aimé et Camille Béclier, Joseph Fèvre et Joseph Paris. D'autres s'étaient installés dans les Vosges, à Gironcourt-sur-Vraine, Châtenois, Ville-sur-Illon, Monthureux-sur-Saône, ou dans des départements limitrophes, à Bourbonne-les-Bains ou à Saint-Loup-sur-Semouse, ou plus loin, dans l’Aube.

    Si leur village natal ne s'est pas souvenu d'eux à l'heure de leur mort, quelques-uns de ces poilus Bleurvillois ont cependant été honorés par leur commune d’adoption : ainsi, on trouve aujourd'hui des poilus nés à Bleurville sur les monuments aux morts de Noisy-le-Sec, Les Lilas et Pantin (Seine-Saint-Denis), à Saint-Loup-sur-Semouse et à Bourbonne-les-Bains. Deux natifs de Bleurville sont inscrits sur le monument de Monthureux, Charles Kremer et Louis Munier. Mais certains sont restés dans l'anonymat, comme Auguste Doiselet, Joseph Fèvre et Joseph Paris.

    Peut-on espérer, à l'occasion du 100ème anniversaire de la fin de la Grande Guerre, que tous ces enfants de Bleurville Morts pour la France soient définitivement réunis sur le même monument de la mémoire ?

    * * *

    Les 11 "oubliés" du monument aux morts de Bleurville :

    - BECLIER Jules
    - BECLIER Camille
    - BECLIER Edmond
    - BOULANGER André
    - DESBOEUF Jules
    - DOISELET Auguste
    - DOISELET Léon
    - FEVRE Joseph
    - KREMER Paul
    - MUNIER Jules
    - PARIS Joseph

  • 99ème anniversaire de l'Armistice de 1918

    Hommage à tous les soldats morts au champs d'honneur durant la Première Guerre mondiale en ce 99ème anniversaire de l'Armistice du 11 Novembre 1918.

  • Bleurville (88) : bilan de la saison mitigé à l'abbaye Saint-Maur

  • Bleurville (88) : les potimarrons font le mur

  • Bleurville (88) : l'abbaye bénédictine a fermé ses portes

  • Bleurville (88) : clôture de la 43ème saison à l'abbaye Saint-Maur

  • Bleurville (88) : des américains en quête de leurs origines

  • Bleurville (88) : mandolines et guitares en guise de clôture de la saison à l'abbaye Saint-Maur

    Douces mélodies et rythmes hispaniques ont habité l'abbatiale bénédictine le temps d'un concert donné par l'Ensemble de mandolines & guitares Claude Gellée.

    L'ancienne abbatiale romane clôturait sa 43ème saison avec un concert donné par l'Ensemble de mandolines & guitares Claude Gellée de Jarville-la-Malgrange.

    Marie-Laure Privet-Makovic, chef d'orchestre et guitariste, a dirigé ses dix-sept instrumentistes d'une main de maître : ses trois groupes d'instruments – mandolines, mandoles et guitares ainsi que le contre-bassiste – ont donné le meilleur d'eux-mêmes en interprétant plusieurs pièces alliant à la fois des sonorités classiques, orientales, hispaniques et sud-américaines.

    Le répertoire interprété cette année par cette formation instrumentale de qualité est centré sur des pièces composées par des Québécois. Nos musiciens, venus des quatre départements lorrains, partagent leur passion avec une formation allemande de Karlsruhe avec laquelle ils sont jumelés.

    « C'est par l'entremise de Marie-Thérèse Luc-Chanel, artiste peintre spinalienne et membre des Amis de Saint-Maur, que nous avons pu accueillir cette exceptionnelle formation musicale » rappela le président des Amis de Saint-Maur. « Marie-Thérèse, a t-il ajouté, est tombée amoureuse de Saint-Maur en venant exposer ses toiles durant l'été 2016 et elle a souhaité faire partager ce coup de cœur à ses amis de l'ensemble Claude Gellée ». Et c'est tout le public de mélomanes qui a aussi grandement apprécié cette belle prestation qui vient clore la saison à l'abbaye qui fut particulièrement riche.

    L'abbaye Saint-Maur ouvrira encore ses portes le 17 septembre, de 14h à 18h, pour les Journées européennes du patrimoine.

  • Bleurville (88) : les potimarrons font le mur !

    A Bleurville, rue Saint-Pierre, un plant de potimarrons - un pépin oublié par les  gallinacés habitant les lieux probablement - a pris ses quartiers dans l'enclos des poules... Et, malgré la sècheresse de cet été, il s'est majestueusement développé, au point de descendre le long du mur et courir sur le trottoir !

    La nature est vraiment plus forte que tout.

  • De l'Ourche à la Saône, entre Clairey et Monthureux

    Fruit des 18èmes Journées d'études vosgiennes tenues à Monthureux-sur-Saône en octobre 2016, ce recueil des contributions d'universitaires, historiens, archéologues et acteurs du développement local, enrichit considérablement l'historiographie de ce territoire hyper rural situé à la frontière de la Lorraine et de l'ancienne Comté de Bourgogne.

    Loin d'être un constat passéiste, ces communications portent un regard actif qui s'attache à créer le lien entre les temps anciens et la volonté d'inventer l'avenir. C'est aussi une belle contribution à la fierté de vivre dans un pays où chacun partage la connaissance des temps heureux et celle des temps d'incertitude et de déclin, et celle des projets porteurs de développement.

    L'ouvrage balaie l'histoire de ce pays entre Ourche et Saône à travers six thématiques : le territoire et son histoire, les populations à l'époque moderne, la vie politique et religieuse et les industries locales (verre, bois, fer).

    Des actes indispensables pour redécouvrir ce secteur trop souvent oublié des historiens eux-mêmes, des décideurs... et des touristes.

     

    ‡ De l'Ourche à la Saône entre Clairey et Monthureux, Jean-Paul Rothiot, Jean-Pierre Husson et Pierre Labrude (dir.), FSSV - DOP - Saône lorraine, 2017, 510 p., ill., cartes (29 €).

  • Monthureux-sur-Saône (88) : présentation des actes des JEV 2016 ce jeudi 24 août

  • Des paysans du nord de la Franche-Comté vers 1580-1635

    Entre le plateau de Langres et le pied des Vosges lorraines, à l'écart des grands centres urbains, les paysans de ce nord franc-comtois situé au confins du royaume de France, du Barrois mouvant et du duché de Lorraine vivaient au rythme des saisons, des calendriers agraire et liturgique, et des usages communautaires. Un monde de routines et d'inertie, nous dit-on, où les villages semblaient immobiles de toute éternité, bornés comme les gens rustiques qui vivaient dans une économie de subsistance...

    Or, les archives révèlent des réalités bien différentes : les habitants de cette contrée participaient à des foires éloignées nécessitant plusieurs journées de voyage. Leur horizon n'était pas bloqué, les familles rurales, jeunes et dynamiques, se renouvelaient continuellement. Les paysans manipulaient des monnaies étrangères, ne mangeaient pas que du pain et des produits locaux, consommaient parfois des denrées exotiques - huile d'olive, poissons de la Mer du Nord et de la Méditerranée. Ces paysans franc-comtois étaient en contact avec les grands circuits d'échanges commerciaux et fermiers et métayers réglaient leurs redevances en épices venues d'Afrique ou d'Asie...

    Cet ouvrage examine la part de l'autarcie et celle de l'ouverture sur le monde à partir de l'observation d'un groupe d'une centaine de villages relevant de trois souverainetés différentes - française, habsbourgeoise et lorraine-barroise - entre la fin des guerres de religion et la guerre de Trente Ans. Instructif.

     

    ‡ Des paysans au temps de la poule au pot sur les plateaux de la Haute-Saône vers 1580-1635, Paul Delsalle, éditions Franche-Bourgogne, 2017, 366 p., ill. (22 €).

     

    A noter : l'auteur présentera son ouvrage au Grenier à sel de Châtillon-sur-Saône (88) le 28 octobre 2017 à 15h30.

  • Bleurville (88) : arrachage des pommes de terre

    C'était la journée d'arrachage des pommes de terre dans nos Vosges.

    l'ancienne chenevière, convertie en champs de tubercules chers à Parmentier, accueillait la famille pour l'arrachage des pommes de terre.

    Et la récolte fut excellente !

  • Bleurville (88) : concert de mandolines & guitares à l'abbaye Saint-Maur le 3 septembre

  • Damia à Darney... Naissance et reconnaissance

    Contrairement à ce qui est écrit dans l'article de Vosges Matin, la mère de Damia n'était pas originaire de Bleurville, mais de Darney (Marie Joséphine Louise CLAUDE née le 28 avril 1858).

    Quant à son père, Nicolas DAMIEN, il n'est pas sûr qu'il soit né à Nonville : l'état-civil de l'année 1854, date déduite de l'acte de naissance de Damia (archives de la Ville de Paris 13e), ne donne rien pour la commune de Nonville. Cependant, il est vrai que plusieurs naissances d'enfants Damien sont enregistrées à Nonville dans les années 1840-1850... et à Darney aussi ! Des recherches généalogiques complémentaires s'avèrent donc nécessaires.

    Rappelons que la vérification des sources est un principe fondamental en matière de journalisme...

  • Monthureux-sur-Saône (88) : présentation des actes des Journées d'études vosgiennes 2016

    Monthureux-sur-Saône, la rue du couvent et le couvent des tiercelins, XVIIe s. [cl. ©Gilbert Salvini].

    Jeudi 24 août prochain, Monthureux et sa région seront à l’honneur. Les actes du colloque qui s’est tenu fin octobre 2016 dans la cité des bords de Saône, et qui a attiré un nombre considérable d’auditeurs, seront officiellement présentés lors d'une cérémonie qui aura lieu en mairie à 17h00. L'ouvrage pourra être acquis sur place.

    Rappelons que cette publication est une nouvelle preuve du riche passé politique, industriel, agricole et architectural de ce bassin des sources de la Saône. Si le présent n’est plus à la hauteur, l’avenir est un peu tracé par les dernières communications de ces actes qui projettent quelques rayons d’espoir… Les voies romaines, les fouilles de Martinvelle, le rayonnement de Droiteval, le verre pionnier, la métallurgie omniprésente, le sillon ferroviaire, tous ces articles rédigés par les conférenciers habituels et érudits locaux, rendent vivante et attrayante une véritable somme rehaussée d’illustrations souvent inédites. Monthureux constitue une référence et un pôle : ses hommes politiques, son agronome méconnu (Jean-Joseph Grangé), son château médiéval, son industrie plurielle du XIXe siècle, tout est passé au peigne fin. Mais la vallée de l’Ourche, si chère au regretté Jean-Pierre Huguet, est aussi sur le devant de la scène : les Jacquinot, les Irroy, l’arboretum, le COSOR, et bien d’autres points forts dont peut s’enorgueillir cet étonnant affluent de la Saône. Sans oublier aussi la verrerie de Clairey et l’aventure verrière qui a tant marqué l’identité de la région 

    Rappelons aussi que la Fédération des sociétés savantes des Vosges (FSSV) regroupe, sous l’autorité bienveillante de Jean-Paul Rothiot, les associations engagées dans la sauvegarde, la connaissance et la promotion des richesses patrimoniales de notre département. Le terme « savantes » peut faire fuir ou sourire, mais ce n’est ni prétention ni repli sur des concepts archaïques. C’est un carrefour de bonnes volontés, une aide à toutes les associations qui se sentent seules et démunies face à l’ampleur de leurs engagements et aux difficultés des temps présents.

    Indiquons enfin que le livre est disponible au prix de souscription jusqu’au 30 août prochain : il suffit de le commander sur le site internet de la FSSV et d'adresser un chèque à l'ordre de « FSSV » de 29,50 € franco à ADV, 4 avenue Pierre Blanck, 88000 Epinal. Mais la meilleure des solutions est encore de se rendre à la présentation en mairie de Monthureux le 24 août à 17h. L’entrée est libre.

  • Bleurville (88) : l'abbaye Saint-Maur haut lieu d'énergies vibratoires

    Les Amis de Saint-Maur recevaient ce dimanche à l'abbatiale bénédictine Bernard Pieters, ingénieur belge spécialiste des pollutions électromagnétiques, pour une conférence passionnante.

    « L'abbaye de Bleurville à la croisée des chemins d'énergies est à la fois un sujet de conférence en lien avec l'histoire de la région mais aussi avec des problématiques plus générales qui se posent à notre époque post-moderne » précisait d'emblée notre conférencier belge.

    Depuis 15 ans, Bernard Pieters étudie la géobiologie de l'ancienne abbatiale romane et d'autres lieux des environs. Cette influence des éléments terrestres sur le vivant est omniprésente dans ce lieu sacré : il a détecté en particulier des perturbations géologiques qui traversent l'église, des courants d'eau ainsi que des rayonnements cosmo-telluriques et des vortex descendants (spirales d'énergie). Ces manifestations géobiologiques génèrent des énergies positives bénéfiques pour le bien-être et la santé des personnes qui fréquentent ces lieux. Au centre du choeur, à l'emplacement de l'ancien maître-autel où se célébrait la sainte liturgie, se croisent par exemple deux courants, et des cheminées d'énergies au niveau du choeur et des absidioles latérales ont été observées. Sur une même ligne d'énergie, Saint-Maur est également reliée à l'église paroissiale, la croix centrale du cimetière et la Grande-Croix. Leur combinaisons font de Saint-Maur un haut lieu vibratoire, source d'énergies positives.

    Toutes ces manifestations naturelles et spirituelles étaient perçues par les anciennes civilisations mégalithiques et celtiques dont ont profité les maîtres maçons qui oeuvraient à la construction des édifices sacrés jusqu'au XVe siècle. Combinant à la fois les apports de la géobiologie et de la géométrie sacrée, nos bâtisseurs édifiaient les églises sur des lieux d'énergies telluriques, associant la terre et le cosmos. La construction ne réservait rien au hasard : ainsi s'explique l'orientation des églises et la position du maître-autel où étaient consacrés le pain et le vin, éléments du corps christique chargés d'énergies positives.

    Notre société occidentale moderne a complétement perdu la connaissance de ces éléments et a développé de nombreux perturbateurs qui ont des influences néfastes sur notre santé. Notre conférencier intervient par exemple chez les particuliers afin de détecter et de mesurer les vibrations négatives générant souvent des pathologies graves (sommeil perturbé, développement de cancers...). Et de mettre en cause en particulier les ondes électromagnétiques qui saturent notre environnement...

    « Un bon conseil : abandonnez vos smartphones et réseau Wi-Fi et venez vous rechargez en énergies positives à l'abbaye Saint-Maur ! » conclut, non sans humour, Bernard Pieters en scientifique du XXIe siècle largement ouvert aux connaissances et à la sagesse de nos ancêtres.