Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire & Patrimoine Bleurvillois - Page 3

  • Liberté des consciences et religion : enjeux et conflits (XIIIe-XXe siècle)

    Si le fait religieux est  quelquefois présenté comme un moyen de contrainte sur les consciences, paradoxalement, il est pourtant source de liberté des consciences morales. Telle a été la question complexe étudiée lors du colloque tenu à Nancy en 2015, à l'initiative d'enseignants de l'Université de Lorraine, dont le présent volume recueille une sélection de communications.

    Délibérément attachés à l'étude des sources religieuses de la liberté de conscience, les textes réunis constituent autant de contributions à l'étude de la part du fait religieux dans l'émergence de la liberté de et des consciences ; c'est-à-dire aussi bien dans l'acception subjective que dans l'acception objective de cette liberté.

    Dans une perspective de temps long, l'ouvrage met au jour les questions récurrentes et leur évolution ; les courants religieux favorisant l'individualisme et le contact personnel avec le monde divin ; les médiateurs (prédication, images pieuses, imprimé...) ; les points d'application dans la société sur les plans religieux et politique ; les discours et modalités énonciatives selon lesquels se développe le for intérieur, de manière à moduler l'affirmation d'une subjectivité spirituelle autonome. Sont ainsi mis au jour des étapes significatives aussi bien de la réflexion sur cette liberté que des manifestations qui contribuent à l'éclairer.

     

    ‡ Liberté des consciences et religion. Enjeux et conflits (XIIIe-XXe siècle), Catherine Guyon, Bruno Maes, Marta Peguera Poch et Anne-Elisabeth Spica (dir.), PUR, 2018, 321 p., 25 €.

  • Temps des Rogations en Lorraine

    L'abbé Chauvet bénit la nature à Maizières [cl. courtoisie de JBP].

    Les processions des Rogations semblent bien oubliées...

    Fort heureusement, il existe encore ici ou là des paroisses - et des prêtres - qui célèbrent ces trois jours de fête de "demande" avant l'Ascension, et qui processionnent à travers vergers et champs.

    En Lorraine, à Maizières, à côté de Neuves-Maisons, quelques paroissiens de la chapelle du Sacré-Coeur de Nancy ont processionné avec l'abbé Chauvet, leur desservant, afin de prier Dieu qu'il répande ses bienfaits sur la terre pour qu'elle produise de bons et beaux fruits.

    Nos agricultueurs (!) devraient y participer en grand nombre : les prières apportent plus de bénédictions que les pesticides...

    Bravo à ces fidèles et à leur pasteur qui entretiennent cette pieuse tradition liturgique catholique !

  • 12-13 mai 2018 : 40ème pèlerinage Domremy-Vaucouleurs

    Tous les ans, aux environs du 13 mai ,a lieu le pèlerinage de Domremy à Vaucouleurs, dans les pas de la Sainte de la Patrie. Cette marche de 22 km rappelle le tout premier départ de Jeanne d’Arc lorsqu’elle a été trouver le Sire de Baudricourt pour lui faire part de sa mission. Cela eut lieu en 1428, "vers le moment de l’Ascension" ("circa Ascencionem", dit le texte), qui tombait cette année-là le 13 mai. Cette commémoration est importante dans sa signification, car sans Robert de Baudricourt et sans Vaucouleurs, la mission de Jeanne était impossible.

    Donc, depuis 1978, année du 555ème anniversaire du départ de Jeanne de Domremy vers Vaucouleurs, marquant le début de la mission voulue par la Providence, nos pèlerins de Lorraine vont marchant et méditant dans les pas de cette jeune fille de chez nous…

    ***

    Pèlerinage annuel Domremy-Vaucouleurs - Quarantième année
    Le programme

    Samedi 12 mai 2018 :
    Bivouac et veillée sur le plateau de Notre-Dame de Beauregard dominant le val de Domremy.

    Dimanche 13 mai 2018 :
    Rendez-vous à la maison natale de Jeanne à Domremy. Départ de l’église Saint-Remy à 8h30, vers Greux, Notre-Dame de Bermont (bref arrêt), puis vers Goussaincourt, Montbras, Taillancourt
    Messe à midi en l’église Saint-Brice de Champougny. Repas tiré des sacs
    Nouveau départ à 14h30 vers Sepvigny, Vieux-Astre, Châlaines, Vaucouleurs (arrivée vers 17h/17h30). Chapelle castrale, proche de la Porte de France, pour le Salut au Saint Sacrement.

     

    > Pèlerins de Lorraine, Le Tremblois, 54280 Laneuvelotte
    Tél. : 03.83.20.67.22
    Courriel : jmcuny@hotmail.fr

  • Brin-sur-Seille (54) : reconstitution historique du poste de douane 1871-1918

  • Bleurville (88) : 8-Mai 1945, l'impérieux devoir de mémoire

    73 ans après la capitulation de l'armée allemande et la fin de la Seconde Guerre mondiale, le souvenir des combattants et des victimes demeure plus vivant que jamais. Militaires morts durant la campagne de France, prisonniers de guerre, résistants, populations civiles déplacées, terrorisées, internées et déportées, victimes des bombardements et des représailles... Cette journée de commémoration de la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie trouve, année après année, un écho auprès de la population locale, malgré les générations qui disparaissent.

    A l'appel des cloches, habitants, élus, porte-drapeaux et fanfare se sont rassemblés autour du Monument aux Morts, au centre du cimetière paroissial. Montée des couleurs, appel des « Morts pour la France », dépôt de gerbe par Denis Bisval, maire, accompagné de deux enfants, sonneries réglementaires, message du secrétaire d'Etat auprès du ministre des Armées, Marseillaise : autant de moments forts et symboliques qui doivent marquer les esprits des jeunes générations afin qu'ils se souviennent à jamais du sacrifice de ces combattants de la liberté face à la barbarie d'hier, face à la barbarie d'aujourd'hui.

    A l'issue de la cérémonie, une aubade a été donnée par la fanfare sur la place de la mairie et le verre de l'amitié a été partagé. Un service religieux était célébré en l'église de Monthureux à la mémoire de toutes les victimes des guerres.

  • Bleurville (88) : 44ème été festif à l'abbaye bénédictine Saint-Maur

    Le bureau des Amis de Saint-Maur a finalisé le programme de la nouvelle saison à l'ancienne abbaye bénédictine.

    Les animations. - Cette 44ème édition connaîtra encore de belles manifestations qui feront revivre ce monastère bénédictin du XIe siècle le temps d'un été. Du 1er juillet au 26 août, Joëlle Pulcini, artiste peintre de Selongey (Côte d'Or), exposera ses toiles dans la nef de l'abbatiale. Le 16 juin, les Amis de Saint-Maur s'associent avec Jérôme Toussaint pour ouvrir au public son huilerie du XIXe siècle dans le cadre des Journées du patrimoine de pays et des moulins. Le 11 août, l'ADP3P proposera une balade-découverte de Bleurville à travers son patrimoine religieux, traditionnel et vernaculaire. Une collation servie au prieuré clôturera la visite. Le 12 août se tiendra l'assemblée générale de l'association suivie d'une conférence-débat animée par Bernard Pieters, ingénieur belge, sur « Des énergies positives à Saint-Maur au compteur Linky : les ondes en question ». Le 19 août, concert du Duo fleuri (violon et alto) et le 16 septembre, l'abbaye sera ouverte pour les Journées européennes du patrimoine.

    Travaux. - Une intervention sur les toitures du prieuré sera réalisée à la suite de dégâts occasionnés par les tempêtes hivernales. Le devis de l'entreprise Adiyaman, de Corre, a été retenu. Une demande de subvention a été sollicitée auprès de la Communauté de communes des Vosges côté Sud-Ouest.

    Divers. - Evelyne Barjolle assurera les visites cet été, et André Granget poursuit l'entretien du jardin du prieuré. Enfin, un nouveau dépliant touristique sera diffusé auprès des offices du tourisme du secteur. « Le bureau a lancé une réflexion sur les manifestations qui marqueront en 2019 le 45ème anniversaire du début du sauvetage de l'abbaye Saint-Maur », précise Alain Beaugrand, président des Amis de Saint-Maur. « Une journée festive avec messe, repas et animation musicale pourra en être le point d'orgue ». Bref, les Amis de Saint-Maur, structure pionnière dans le sud-ouest vosgien en matière de sauvegarde du patrimoine historique, reste fidèle à ses objectifs depuis bientôt 45 ans ! Qui dit mieux ?

  • Bénédictins en Lorraine

    A la fin du XVIe siècle, le concile de Trente instaure des congrégations destinées à regrouper les abbayes des ordres anciens. La Lorraine, terre de catholicité, se trouve à la pointe du renouvellement des pratiques religieuses. C'est tout naturellement que s'y créent les premières congrégations dont celle des bénédictins. Fondée par Dom Didier de La Cour, condisciple de Pierre Fourier, et Servais de Lairuelz à l'université de Pont-à-Mousson, la congrégation de Saint-Vanne et Saint-Hydulphe naît en 1604. Pour la première fois, l'histoire de cette congrégation - qui donnera naissance en France à celle de Saint-Maur - est publiée.

    Erudits, les bénédictins de Lorraine enrichissent les sciences et les arts sans négliger pour autant leurs devoirs religieux. Si quelques personnalités dominent, à l'instar de Dom Augustin Calmet, le plus grand nombre de ces bénédictins demeurent dans l'ombre des cloîtres. C'est à leur rencontre que Claude Faltrauer, vous emmène, en parcourant les nombreux bâtiments abbatiaux qu'ils ont fait construire.

    Pour la première fois également, dix-neuf fondations monastiques sont replacées dans leur contexte historique comme une invitation à sillonner la Lorraine, de Saint-Avold à Moyenmoutier, de Munster à Saint-Mihiel, et du Saint-Mont et Morizécourt à Bouzonville, sans oublier Toul et Nancy !

     

    > Bénédictins en Lorraine, Claude Faltrauer, éditions Gérard Louis, 2018, 213 p., ill., 20 €.

  • La mémoire retrouvée : les Américains dans le pays de Bourmont 1917-1919

    Entre Meuse et Mouzon, Bourmont, aujourd'hui en Haute-Marne, jadis du duché de Lorraine et de Bar, est le lieu où fut créée la 2ème Division d'infanterie américaine en 1917. Cent ans après, il importe de rendre hommage à ces hommes venus d'outre-Atlantique pour chasser l'ennemi du beau pays de France....

    Grâce à la générosité de collectionneurs privés, l'exposition, présentée à Bourmont jusqu'au 11 novembre 2018, met en valeur des fonds iconographiques et écrits tels que les Cahiers de dessins d'Yvonne de Mahuet et les exceptionnelles photographies sur plaques de verre de l'abbé Haquin. Des collectionneurs, des historiens, des amoureux du pays de Bourmont on relevé le défi de reconstituer la mémoire de la présence américaine à la fin de la Grande Guerre.

    Le catalogue réunit la plupart des objets et documents présentés dans le cadre de cette exposition mémorielle. L'ouvrage retrace également l'histoire de la présence des troupes américaines dans ce Bassigny éloigné de la ligne de front. Les Sammies ont laissé des traces à Bourmont certes, mais également dans les communes haut-marnaises et vosgiennes voisines : Breuvannes, Damblain, Sommerécourt, Vrécourt, Robécourt, Saint-Thiébaut...

    Ce magnifique catalogue réunit plus de 500 clichés inédits ainsi que des témoignages écrits ; autant de détails de cette histoire partagée qui nous réunit cent ans après.

     

    ‡ La mémoire retrouvée. Les Américains dans le pays de Bourmont 1917-1919, collectif, SHAB, 2017, 277 p., ill., 15 €.

  • Bains-les-Bains (88) : la maison de la première bachelière Julie-Victoire Daubié labellisée "Maison des Illustres"

  • Protestantismes. Vocabulaire, typologie

    Publié à l'occasion du 500ème anniversaire de la commémoration de la Réforme (1517-2017), cet ouvrage aborde la diversité des Eglises luthériennes et réformées sous l'angle de l'objet lié au culte : objets mobiliers, décors, patrimoine musical et choral, architecture...

    Cet inventaire couvre cinq siècles et propose une sélection de 170 termes représentatifs de la diversité cultuelle protestante dans le temps et dans l'espace, dans les usages et les pratiques. La région Grand Est y tient une large place (présentation d'églises et de temples réformés, objets et mobiliers cultuels provenant de lieux de culte protestants lorrains et alsaciens...) puisqu'elle accueillit sur son territoire plusieurs communautés réformées issues de la culture francophone et germanophone.

    L'ouvrage a bénéficié du concours de l'Inventaire général du patrimoine culturel et tout particulièrement du service régional de l'Inventaire de Lorraine.

     

    ‡ Protestantismes. Vocabulaire, typologie, Mireille-Bénédicte Bouvet, éditions du Patrimoine-Centre des Monuments nationaux, 2017, 343 p., ill., 49 €.

  • Monthureux-sur-Saône (88) : AG de la 73ème section de la Légion vosgienne

    L'assemblée générale annuelle de la 73ème section de la Légion vosgienne s'est tenue à Monthureux-sur-Saône sous la présidence de Raymond Arnaud, en présence du maire de la commune.

    La Légion vosgienne est une association patriotique originale puisqu'elle fut fondée dans le département des Vosges à l'issue de la Grande Guerre par les anciens combattants qui voulaient prolonger la fraternité vécue dans les tranchées et, surtout, entretenir le souvenir de leurs frères d'armes tombés au champ d'honneur. Elle est organisée en sections cantonales, celle de Monthureux étant la 73ème section.

    Le président Arnaud a rappelé les activités de l'année écoulée : la Légion vosgienne participe à toutes les commémorations de la mémoire des anciens combattants et autres victimes des guerres. Il a regretté l'absence de la jeunesse dans les rangs des associations patriotiques et le peu d'enthousiasme des enseignants pour participer aux cérémonies du souvenir. Après avoir fait part de sa décision de « passer le flambeau » après 9 années de présidence, c'est Philippe Cassagne, adhérent de la Légion vosgienne et ancien militaire du 1er Tirailleurs d'Epinal, qui a été élu à l'unanimité pour succéder à Raymond Arnaud. Le nouveau président souhaite poursuivre l'action en faveur de la mémoire des anciens combattants avec le soutien de tous les membres de la Légion vosgienne, de Monthureux et des villages voisins (Bleurville, Regnévelle, Saint-Julien...).  Il a lancé un appel aux anciens militaires OPEX et à tous ceux qui ont effectué leur service militaire afin qu'ils rejoignent les rangs de la Légion vosgienne.

    Le trésorier Jacques Durupt a présenté le bilan financier et a insisté sur la contribution de la section locale dans la campagne du Bleuet de France, œuvre de soutien en faveur des soldats blessés et des veuves et veufs de militaires tués en opérations commandées. Il a confirmé que Roland Thomas, ancien déporté, se verra remettre la médaille d'or de la Légion vosgienne lors d'une cérémonie présidée par le président départemental de la Légion vosgienne.

    Enfin, Christian Jatteau, de Lironcourt, a rappelé le sacrifice oublié des anciens d'Indochine entre 1946 et 1954, et a regretté que leur mémoire soit complètement passée sous silence lors des cérémonies officielles.

    L'assemblée générale s'est clôturée dans la convivialité par le partage du verre de l'amitié.

  • Journal des campagnes du duc Charles V de Lorraine

    Comme beaucoup d’autres personnages d’importance internationale, Charles V de Lorraine reste un des grands oubliés des histoires nationales. Bien qu’il portât le titre prestigieux de duc de Lorraine et de Bar, il ne régna jamais sur ses duchés et fut surnommé le "duc sans duchés". Cela explique le manque de travaux historiques sur sa vie dont même les sources restent encore ensevelies dans différents dépôts d’archives en Europe. La personne du duc Charles V de Lorraine est étroitement liée à l’histoire de l’Europe centrale moderne, en particulier à celle de la Hongrie à cause de son rôle joué dans la reprise de la ville de Bude (1686) et dans la reconquête du pays sur les Ottomans.

    Son Journal des campagnes est un recueil de descriptions d’opérations militaires de 1683 jusqu’en 1689 reliées en un volume déposé aux Archives nationales autrichiennes. Cet ouvrage fut visiblement destiné à être publié, mais il ne fut édité et exploité que partiellement, notamment par Dom Calmet.

    Un bel instrument de travail mis désormais à la disposition des chercheurs mais également des amateurs d'histoire de la Lorraine qui vont y découvrir la personnalité d'un chrétien et d'un militaire d'exception qui sauva l'Europe de l'invasion ottomane.

    Ferenc Tóth, historien hongrois, a fait des études d’histoire et de français en Hongrie à l’Université de Szeged, puis à la Sorbonne où il a soutenu une thèse de doctorat portant sur l’intégration sociale de l’immigration hongroise en France au XVIIIe siècle.

     

    ‡ Journal des campagnes du duc Charles V de Lorraine, Ferenc Tóth (prés.), éditions Honoré Champion, 2017, 620 p., ill., cartes, 85 €.

  • La déesse du Nonnenfels

    À Klang, près de Thionville, dans le nord de la Lorraine se trouve, perdu au fond d'une forêt profonde, un étrange rocher. Connu sous le nom de Nonnenfels, il est orné d'une sculpture représentant une déesse de la fertilité et de l'abondance et qui pourrait dater de l'époque celtique…

    Une déesse qui, depuis deux mille ans, contemple le spectacle que lui offre l'humanité. Qu'il s'agisse des cérémonies druidiques ou des fabuleuses chasses du roi Lothaire, de la cruelle famine de 1316 ou de quelques sordides bûchers, des amours du comte d'Hunolstein ou des études archéologiques menées par Charles Abel, la déesse du Nonnenfels a mille anecdotes à raconter. Mille secrets à livrer… Et presque autant de rêves à tisser.

    Convaincu que les vieilles pierres peuvent parler pourvu qu'on sache leur prêter l'oreille, Kévin Gœuriot signe ici un roman pétri de simple philosophie. Une sorte de flânerie poétique dans les méandres de l'histoire lorraine, ainsi qu'un un plaidoyer en faveur du patrimoine local.

    Originaire du Jarnisy, Kévin Gœuriot enseigne l'histoire-géographie en collège. Spécialiste de l'histoire de la Lorraine, il a déjà publié une série d'articles et d'ouvrages sur le sujet, dont L'année lorraine, une petite histoire des fêtes, coutumes et traditions populaires en Lorraine et Quand la Lorraine sera française. Il est également un acteur engagé dans la promotion du patrimoine et de l'identité régionale.

     

    ‡ La déesse du Nonnenfels, Kévin Goeuriot, éditions des Paraiges, 2018, 268 p., 18 €.

  • La Nouvelle revue lorraine n° 49 : restauration de l'église des Cordeliers des Thons (Vosges)

    La Nouvelle revue lorraine n° 49 est parue ! Avec, à la 'une', des images de l'ancien couvent des Cordeliers des Thons (Vosges) qui s'apprête à connaître une campagne de réhabilitation.

    Au sommaire :
    - Joinville, la plus lorraine des villes champenoises
    - Le portail de l'église de Pompierre
    - La mort du passeur au début de la Grande Guerre
    - "La dernière division" : diffamée comme les soldats du Midi à l'été 1914 ?
    - Centenaire de la mort des trois premiers soldats américains en 1917
    - L'hôpital du Saint-Esprit de Vaucouleurs
    - Saône lorraine a du choeur : renaissance des Cordeliers des Thons
    - Une curieuses maison du XVIIIe siècle à Lunéville : la maison du Marchand
    - Histoire vécue : les volets volés
    - Sport automobile en Lorraine : Schlesser, Greder, Weber, Poirot
    - L'oeuf de Pâques
    - Le 3e régiment de hussards à Metz
    - In memoriam du canard
    - Jeanne d'Arc à Saint-Nicolas-de-Port

     

    La Nouvelle revue lorraine est disponible sur abonnement (revue trimestrielle, 38 €) ou commande possible sur www.nouvelle-revue-lorraine.org

  • Saône lorraine : l'année de la réhabilitation du choeur de l'église des Cordeliers des Thons

  • Vercingétorix

    De Vercingétorix, on connaît surtout le nom, sa lutte héroïque contre Rome, sa défaite à Alésia et le récit biaisé qu’en donnera Jules César. Mais d’autres écrits et les trésors exhumés par l’archéologie invitent à le redécouvrir et, au miroir de ce destin hors du commun, à explorer des pans enfouis de l’histoire de l’ancienne Gaule. Cet adolescent arverne, fils de roi, tôt formé à la chose militaire, s’est hissé tout jeune au commandement suprême de la résistance gauloise au conquérant romain. Revers militaire qui recouvre une victoire politique – l’unification des peuples gaulois – dont il deviendra le symbole.

    Cette biographie, la première qui lui est consacrée, n’entend céder ni aux hagiographies complaisantes, ni aux légendes controuvées, ni aux appropriations idéologiques. Elle retrace à nouveaux frais, à partir de sources souvent oubliées, l’itinéraire singulier de cette figure d’exception : son enfance au sein d’une lignée aristocratique ; l'éducation reçue par ses maîtres druides ; sa formation, surtout, auprès de César dont il est devenu l’otage ; la rébellion enfin où il se découvre grand leader politique et redoutable chef militaire. Une vie si brève qui aura nourri une si longue postérité.

    En suivant ses pas, au fil des chapitres, c’est une nouvelle lecture de l’histoire de la civilisation et du peuple gaulois que ce livre fait découvrir ; une société en plein essor, déjà bien structurée, agitée par des assemblées remuantes et ouverte au monde, à l’ombre menaçante de l'impérialisme romain.

     

    ‡ Vercingétorix, Jean-Louis Brunaux, éditions Gallimard, 2018, 321 p., ill., 22 €.

  • Saint-Dié-des-Vosges (88) : Journées d'histoire régionale "Voyage au coeur de l'Histoire"

  • Bleurville, d'hier... pour demain : votre avenir est à Bleurville !

    lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

    Bleurville, vue aérienne, juillet 2014 [cl. G. Salvini].

     

     

    Bleurville d'hier... pour demain, car nos villages et bourgs ruraux doivent continuer à vivre et se développer pour conserver à notre France son identité.

     

    Alors, vous aimez votre pays, vous aimez notre Lorraine, vous aimez les Vosges... vous aimerez Bleurville !

     

    Jeunes artisans, jeunes entrepreneurs, venez investir et vous installer à Bleurville : son cadre de vie et son environnement humain, naturel et bâti vous séduiront !

     

    Lire la suite

  • L'or du ciel

    En Lorraine, jadis. Un homme, le Pierrot. Une femme, la Marie-Ange. Lui, vit à la sauvage au fond d’une forêt. Elle, soumise, partage le quotidien d’une famille paysanne. 

    Campagne, cheval de trait, foins odorants, abeilles en récolte, nuages en voyage. Histoire d'une rencontre comme sait nous la raconter le Vosgien Gilles Laporte dans ses romans pétris d'humanité. Nos "héros" vont s’aimer dans la lumière. Dans l’Or du ciel.

    Une histoire hors du temps... mais bien plantée dans la terre de Lorraine !

     

    ‡ L'Or du ciel, Gilles Laporte, éditions A&H, 2018, 155 p., 17 €.

  • Jeanne d'Arc

    Tout a été dit sur Jeanne d'Arc. C'est probablement le personnage historique sur lequel on a le plus écrit. Et pourtant, Olivier Hanne nous étonne encore avec sa Jeanne d'Arc !

    Dans cette biographie ramassée enrichie de nombreuses références d'époque, il nous révèle toute la personnalité de notre Jeannette que l'on perçoit, mais également les mystères de sa vie intime et ses exploits militaires. L'auteur nous invite à redécouvrir Jeanne d'Arc à travers ce qui semblait relever de l'impossible. Il balaie définitivement toutes les "élucubrations" des pseudo-historiens ou enquêteurs en mal de sensationnel pour se concentrer, en se fondant sur les textes originaux nombreux, sur cette figure majeure de l'histoire de France.

     

    ‡ Jeanne d'Arc, Olivier Hanne, Nouveau Monde éditions, coll. Chronos, 2018, 316 p., 9 €.

  • Repaix (54) : "Fleurs et paysages" à la Maison du peintre Gilles Fabre

  • Choiseul, l'obsession du pouvoir

    Le duc de Choiseul a été maître de la France pendant douze ans. Principal ministre de Louis XV, son œuvre est considérable : il mit fin au désastre de la guerre de Sept Ans, restaura la marine, réforma l’armée, prépara la revanche contre l’Angleterre et libéralisa l’économie. Lorrain de naissance - la famille est originaire du village éponyme du Bassigny -, il évitait cependant de rappeler ses origines lotharingiennes...

    On croit connaître ce brillant ministre qui resta au pouvoir de 1758 à 1770. Homme de guerre, Choiseul fut l’un des artisans du grand basculement mettant fin à deux siècles de lutte acharnée entre la France et l’empire des Habsbourg en favorisant ce rapprochement. Redoutable homme de cour, il sut se ménager l’appui de Madame de Pompadour, mais fut disgracié parce qu’il refusa la fulgurante ascension d'une autre Lorraine, Madame du Barry.

    Mais le duc de Choiseul, c’est aussi et avant tout un style, un ton cynique, brillant, parfois méchant, celui d’un grand seigneur, amateur d’art. De sa Lorraine natale à la Touraine où il acheva sa vie, il représente l’art de vivre au XVIIIe siècle. En s’appuyant notamment sur les écrits de Choiseul, Monique Cottret dresse le vivant portrait de celui qui, à l’égal d’un Richelieu ou d’un Mazarin, fut l’un des hommes d’État les plus importants du siècle des Lumières.

     

    ‡ Choiseul. L'obsession du pouvoir, Monique Cottret, éditions Tallandier, 2018, 506 p., 24,90 €.

  • La liaison fluviale Meuse-Saône : un projet coulé...

  • Voyage en Cotentin et Bretagne avec Saône lorraine

  • Sur les trace d'Alfred Renaudin à Varennes-en-Argonne avec "Les Amis d'Alfred Renaudin"

  • "Naissance et patrimoine de Pont-à-Mousson" : une expo' à voir jusqu'au 27 avril

  • Darney (88) : projet de stèle en hommage au général Stefanik, héros de l'indépendance tchécoslovaque

  • Darney (88) : le centenaire de la création de la Tchécoslovaquie se prépare activement