Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Souvenirs catalans et cisterciens pour Saône lorraine

    Fin avril, adhérents et sympathisants de l'association Saône lorraine étaient en Catalogne pour le traditionnel voyage de printemps, sous la houlette de Thérèse et Hubert Flammarion, de l'association des Amis de Morimond.

    La quarantaine de participants a emboité ses pas dans ceux des cisterciens de Catalogne, en visitant trois abbayes-phares : Poblet, Vallbona et Santa Creus. Deux d’entre-elles sont encore habités par des religieux se réclamant de saint Bernard de Clairvaux. Mais la Catalogne est aussi une terre chère aux Lorrains : sait-on que Jean II de Lorraine – alias Jean de Calabre, le fils du « bon roi René », duc de Bar et de Lorraine – est mort à Barcelone en 1470 ? Que Notre-Dame de Montserrat était également invoquée par nos ducs, presque au même titre que Notre-Dame de Liesse ou saint Nicolas ? Les participants ont pu apprécier les vieilles rues et les remparts de la petite ville de Montblanc, mais aussi les prestigieux monuments et les artères de Barcelone, souvent couronnées par les immeubles Art nouveau de Gaudi : un parcours sur les pas et les plans de cet architecte a été autant apprécié que celui jalonné par les monastères cisterciens.

    2019 verra peut-être un voyage sur les pas des cisterciens de Pologne. Mais le voyage automnal de Saône lorraine en France est déjà lancé : ce sera le Cotentin, ses châteaux et ses abbayes, et une incursion au château breton de Josselin – le domaine des Rohan – et, pour clore le périple, le parlement de Bretagne reconstruit, à Rennes. Ce voyage aura lieu du 1er au 7 septembre prochain. Pour tout renseignement et demande de participation, s’adresser à Jean-François Michel au 06.74.25.54.37.

  • Saint-Nicolas-de-Port fête la Saint Nicolas d'été

    Une poignée de pèlerins de Lorraine ont effectué le pèlerinage de la Saint Nicolas d'été entre Laneuvelotte et Saint-Nicolas-de-Port en union de prière également avec le chapitre lorrain du pèlerinage de Notre-Dame de Chrétienté Paris-Chartres.

    Chaque année, Saint-Nicolas-de-Port célèbre la translation des reliques de saint Nicolas de Myre à Bari (1087).

    Avant d'assister à la messe puis à la procession à la basilique portoise, nos pèlerins sont allés se recueillir sur la tombe de l'abbé Jean-Louis Jacquot, ancien recteur de la basilique, décédé à l'automne 2017.

    Monsieur l'abbé Munier, vicaire général du diocèse de Nancy et de Toul, a annoncé officiellement la nomination d'un nouveau recteur de la basilique et curé du secteur paroissial de Saint-Nicolas-de-Port : il s'agit de l'abbé Alexandre Thomassin qui sera installé le 9 septembre prochain.

  • Monthureux-sur-Saône (88) : Philippe Cassagne, nouveau président de la 73e section de la Légion vosgienne

  • Nancy : conférence-débat avec Hilaire de Crémiers sur "50 ans après Mai-68" le 7 juin

  • Les Thons (88) : Saône lorraine au chevet de l'église des Cordeliers

  • Lignéville (88) : le lavoir au centre des préoccupations de l'association de sauvegarde de la chapelle Saint-Basle

  • Bleurville (88) : le programme du 44ème été culturel à l'abbaye Saint-Maur

  • Brin-sur-Seille (54) : grande fête autour de la reconstitution du poste de douane 1871-1918 le 3 juin

  • Emilie du Châtelet, philosophe des Lumières

    Ce petit bouquin, somptueusement illustré avec des images provenant du fonds Du Châtelet des archives départementales de Haute-Marne, nous introduit dans l'univers studieux mais aussi glamour d'une femme éblouissante née à l'aube du XVIIIe siècle : Emilie du Châtelet.

    Talentueuse, intelligente, esprit vif, Madame du Châtelet parle plusieurs langues, lit le latin et le grec, s'intéresse à la mode et chante l'opéra. Particulièrement douée pour les mathématiques, la jeune femme est atteinte de la "Newtonmania" qui s'empare de l'Europe en ce début du XVIIIe siècle et s'attachera à en diffuser les nouvelles théories.

    Cette biographie ramassée d'Emilie du Châtelet replace la philosophe de la cour de Lunéville dans le contexte sociologique et culturel de son époque. De nombreuses anecdotes la concernant (mode, décoration...) illustrent l'art de vivre de cette marquise avant-gardiste... et un peu "bling-bling" !

     

    ‡ Emilie du Châtelet. Philosophe des Lumières, Pascale Debert, Le Pythagore éditeur, 2018, 127 p., ill., 12 €.

  • Lorraine, la patrie qui n'existait pas

    Le titre est volontairement provocateur. Si, en devenant officiellement Français en 1766, les Lorrains perdent la mémoire de leur passé d'Etat souverain et indépendant, il n'en demeure pas moins que tout, sur son territoire, rappelle l'identité de la Lorraine : les monuments, des coutumes, les traditions, ses artistes. L'âme lorraine en somme. Et pourtant, les Lorrains se rallieront sans trop de difficultés au royaume des lys, voire à la Révolution et aux différents régimes qui lui succédèrent jusqu'à nos jours.

    Afin de tenter de répondre à ce paradoxe, l'auteur propose une "randonnée" dans l'histoire de notre "patrie" lorraine, dans ses paysages, ses sites historiques et son patrimoine exceptionnel pour retrouver la mémoire envolée de cette "patrie".

    L'auteur, à travers de courts paragraphes, rappelle les grandes étapes de l'histoire de la Lorraine agrémentées de souvenirs familiaux vécus dans ses Vosges natales. Un ouvrage accessible à tous qui permet de redécouvrir agréablement l'histoire de notre "petite patrie" désormais bien française mais ouverte sur l'Europe.

     

    ‡ Lorraine. La patrie qui n'existe pas, Jean-François Ruth, éditions Gérard Louis, 2018, 380 p., ill., 25 €.

  • "Bébé", un nain à la cour de Lunéville (1741-1764)

    Bébé est probablement le nain le plus célèbre de l'histoire de France. De Lorraine sûrement. Nous sommes au Siècle dit "des Lumières", à la cour de Lunéville où le nain Nicolas Ferry, né dans les Vosges en 1741, côtoie savants, philosophes, écrivains, artistes, politiques... Il y vécut comme courtisan jusqu'à sa mort.

    Nicolas Ferry attire la curiosité par son extrême petite taille à la naissance - 20 cm pour 400 g ! Stanislas le fit venir à Lunéville et notre nain ne quittera plus son royal protecteur, désormais dénommé "Bébé", faisant du même coup entrer ce surnom dans la langue française.

    A sa mort, Stanislas fera transférer son squelette au Jardin du Roy à Paris où Buffon l'érige sur un socle. Toujours conservé dans les collections du Musée de l'Homme, il est protégé au titre du patrimoine historique.

    A la lumière des nouvelles découvertes de restes humains fossiles de très petite taille, les auteurs réétudient dans cet ouvrage le squelette de Nicolas Ferry, nain harmonieux et bien proportionné dans ce nouveau contexte de connaissance de l'évolution humaine. Ils ont pu diagnostiquer la maladie de Bébé et prouvent qu'il possédait des zones cérébrales "non réduites". Un véritable phénomène que ce nain vosgien !

    L'ouvrage propose une promenade historique autour de la vie de Bébé à la cour de Lunéville mais également une étude enrichissante permettant de mieux comprendre le nanisme.

     

    ‡ "Bébé", un nain à la cour de Lunéville (1741-1764), Jean Granat et Evelyne Peyre, éditions L'Harmattan, 2018, 276 p., ill., 28 €.

  • Châtillon-sur-Saône (88) : café-histoire sur le thème de la statuaire médiévale en Lorraine méridionale

  • Saône lorraine se mobilise pour la réhabilitation de l'église des Cordeliers des Thons

  • Lundi de Pentecôte dans les pas de Saint Nicolas

    Après le pélé' dans les pas de Jehanne d'Arc voici que se profile le pélé' dans les pas de Saint Nicolas !

    Lundi de Pentecôte 21 mai 2018, rendez-vous à 9h00 au Tremblois (commune de Laneuvelotte, à l'est de Nancy) chez Jean-Marie Cuny pour le départ de notre marche d'une petite vingtaine de kilomètres jusqu'à Saint-Nicolas-de-Port, à l'occasion de la fête de la saint Nicolas d'été et en union avec le chapitre lorrain qui pèlerine entre Paris et Chartres. Nous aurons soin également de prier pour le repos de l'âme de l'abbé Jean-Louis Jacquot, ancien recteur de Saint-Nicolas, rappelé à Dieu en 2017.

    Après la cérémonie religieuse et la procession dans les rues de la cité portoise, retour au Tremblois... en covoiturage (appel est lancé aux bonnes volontés !).

  • Robécourt (88) : nouvelle saison à la Fonderie de cloches

  • Pèlerinage pluvieux... Pèlerinage joyeux !

    Le 40ème pèlé' Domremy-Vaucouleurs s'est déroulé sous la pluie mais n'a pas empêché les pèlerins de Lorrains de mettre leurs pas dans ceux de Jehanne d'Arc.

    Après une halte à l'ermitage Notre-Dame de Bermont puis au château Renaissance de Montbras, nos pèlerins ont assisté à la messe célébrée en l'église de Champougny par le chanoine Pierre Dumain où une jeune fille faisait également sa première communion.

    Une fois le pique-nique avalé, nouveau départ vers Vaucouleurs où le Salut au Saint-Sacrement s'est déroulé en la chapelle castrale proche la porte de France.

    Après les cérémonies scoutes, les pèlerins se sont donnés rendez-vous en 2019 pour le 41ème pèlerinage... avec l'espoir que les cieux seront plus cléments !

  • Petite vie de Jeanne d'Arc

    Jeanne d'Arc. Une carrière qui occupe deux années. Deux ans dans une période caractérisée par ce qu'on appelle la guerre de Cent Ans. Il n'y a sans doute pas de personnage sur lequel nous soyons mieux et plus abondamment documentés.
     
    Cette « petite vie » de Jeanne d'Arc, rédigée par 'la' spécialiste de notre sainte de la patrie - Régine Pernoud -, est composée presque uniquement de témoignages du temps. Elle permet de préciser les cadres personnel, politique, militaire, juridique, religieux et littéraire dans lesquels évolue Jeanne.
     
    Un petit bouquin épatant que tout Lorrain se doit de posséder dans sa bibliothèque !... Et de l'avoir lu !
     
    ‡ Jeanne d'Arc, Régine Pernoud, éditions Artège, coll. Petite vie, 2018, 140 p., ill., 9,90 €.

  • Bleurville (88) : les Amis de Saint-Maur en quête d'un guide pour cet été

  • Les Islettes (55) : Mémoires de verre en Argonne

  • Claude Faltrauer, la passion de l'histoire de la Lorraine

  • Epinal (88) : archéologie et industrie au XIXe siècle autour de la basilique Saint-Maurice

  • Martigny-les-Bains (88) : le crime non élucidé du "chercheur d'or" en 1894

  • Liberté des consciences et religion : enjeux et conflits (XIIIe-XXe siècle)

    Si le fait religieux est  quelquefois présenté comme un moyen de contrainte sur les consciences, paradoxalement, il est pourtant source de liberté des consciences morales. Telle a été la question complexe étudiée lors du colloque tenu à Nancy en 2015, à l'initiative d'enseignants de l'Université de Lorraine, dont le présent volume recueille une sélection de communications.

    Délibérément attachés à l'étude des sources religieuses de la liberté de conscience, les textes réunis constituent autant de contributions à l'étude de la part du fait religieux dans l'émergence de la liberté de et des consciences ; c'est-à-dire aussi bien dans l'acception subjective que dans l'acception objective de cette liberté.

    Dans une perspective de temps long, l'ouvrage met au jour les questions récurrentes et leur évolution ; les courants religieux favorisant l'individualisme et le contact personnel avec le monde divin ; les médiateurs (prédication, images pieuses, imprimé...) ; les points d'application dans la société sur les plans religieux et politique ; les discours et modalités énonciatives selon lesquels se développe le for intérieur, de manière à moduler l'affirmation d'une subjectivité spirituelle autonome. Sont ainsi mis au jour des étapes significatives aussi bien de la réflexion sur cette liberté que des manifestations qui contribuent à l'éclairer.

     

    ‡ Liberté des consciences et religion. Enjeux et conflits (XIIIe-XXe siècle), Catherine Guyon, Bruno Maes, Marta Peguera Poch et Anne-Elisabeth Spica (dir.), PUR, 2018, 321 p., 25 €.

  • Temps des Rogations en Lorraine

    L'abbé Chauvet bénit la nature à Maizières [cl. courtoisie de JBP].

    Les processions des Rogations semblent bien oubliées...

    Fort heureusement, il existe encore ici ou là des paroisses - et des prêtres - qui célèbrent ces trois jours de fête de "demande" avant l'Ascension, et qui processionnent à travers vergers et champs.

    En Lorraine, à Maizières, à côté de Neuves-Maisons, quelques paroissiens de la chapelle du Sacré-Coeur de Nancy ont processionné avec l'abbé Chauvet, leur desservant, afin de prier Dieu qu'il répande ses bienfaits sur la terre pour qu'elle produise de bons et beaux fruits.

    Nos agricultueurs (!) devraient y participer en grand nombre : les prières apportent plus de bénédictions que les pesticides...

    Bravo à ces fidèles et à leur pasteur qui entretiennent cette pieuse tradition liturgique catholique !

  • 12-13 mai 2018 : 40ème pèlerinage Domremy-Vaucouleurs

    Tous les ans, aux environs du 13 mai ,a lieu le pèlerinage de Domremy à Vaucouleurs, dans les pas de la Sainte de la Patrie. Cette marche de 22 km rappelle le tout premier départ de Jeanne d’Arc lorsqu’elle a été trouver le Sire de Baudricourt pour lui faire part de sa mission. Cela eut lieu en 1428, "vers le moment de l’Ascension" ("circa Ascencionem", dit le texte), qui tombait cette année-là le 13 mai. Cette commémoration est importante dans sa signification, car sans Robert de Baudricourt et sans Vaucouleurs, la mission de Jeanne était impossible.

    Donc, depuis 1978, année du 555ème anniversaire du départ de Jeanne de Domremy vers Vaucouleurs, marquant le début de la mission voulue par la Providence, nos pèlerins de Lorraine vont marchant et méditant dans les pas de cette jeune fille de chez nous…

    ***

    Pèlerinage annuel Domremy-Vaucouleurs - Quarantième année
    Le programme

    Samedi 12 mai 2018 :
    Bivouac et veillée sur le plateau de Notre-Dame de Beauregard dominant le val de Domremy.

    Dimanche 13 mai 2018 :
    Rendez-vous à la maison natale de Jeanne à Domremy. Départ de l’église Saint-Remy à 8h30, vers Greux, Notre-Dame de Bermont (bref arrêt), puis vers Goussaincourt, Montbras, Taillancourt
    Messe à midi en l’église Saint-Brice de Champougny. Repas tiré des sacs
    Nouveau départ à 14h30 vers Sepvigny, Vieux-Astre, Châlaines, Vaucouleurs (arrivée vers 17h/17h30). Chapelle castrale, proche de la Porte de France, pour le Salut au Saint Sacrement.

     

    > Pèlerins de Lorraine, Le Tremblois, 54280 Laneuvelotte
    Tél. : 03.83.20.67.22
    Courriel : jmcuny@hotmail.fr

  • Brin-sur-Seille (54) : reconstitution historique du poste de douane 1871-1918

  • Bleurville (88) : 8-Mai 1945, l'impérieux devoir de mémoire

    73 ans après la capitulation de l'armée allemande et la fin de la Seconde Guerre mondiale, le souvenir des combattants et des victimes demeure plus vivant que jamais. Militaires morts durant la campagne de France, prisonniers de guerre, résistants, populations civiles déplacées, terrorisées, internées et déportées, victimes des bombardements et des représailles... Cette journée de commémoration de la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie trouve, année après année, un écho auprès de la population locale, malgré les générations qui disparaissent.

    A l'appel des cloches, habitants, élus, porte-drapeaux et fanfare se sont rassemblés autour du Monument aux Morts, au centre du cimetière paroissial. Montée des couleurs, appel des « Morts pour la France », dépôt de gerbe par Denis Bisval, maire, accompagné de deux enfants, sonneries réglementaires, message du secrétaire d'Etat auprès du ministre des Armées, Marseillaise : autant de moments forts et symboliques qui doivent marquer les esprits des jeunes générations afin qu'ils se souviennent à jamais du sacrifice de ces combattants de la liberté face à la barbarie d'hier, face à la barbarie d'aujourd'hui.

    A l'issue de la cérémonie, une aubade a été donnée par la fanfare sur la place de la mairie et le verre de l'amitié a été partagé. Un service religieux était célébré en l'église de Monthureux à la mémoire de toutes les victimes des guerres.

  • Bleurville (88) : 44ème été festif à l'abbaye bénédictine Saint-Maur

    Le bureau des Amis de Saint-Maur a finalisé le programme de la nouvelle saison à l'ancienne abbaye bénédictine.

    Les animations. - Cette 44ème édition connaîtra encore de belles manifestations qui feront revivre ce monastère bénédictin du XIe siècle le temps d'un été. Du 1er juillet au 26 août, Joëlle Pulcini, artiste peintre de Selongey (Côte d'Or), exposera ses toiles dans la nef de l'abbatiale. Le 16 juin, les Amis de Saint-Maur s'associent avec Jérôme Toussaint pour ouvrir au public son huilerie du XIXe siècle dans le cadre des Journées du patrimoine de pays et des moulins. Le 11 août, l'ADP3P proposera une balade-découverte de Bleurville à travers son patrimoine religieux, traditionnel et vernaculaire. Une collation servie au prieuré clôturera la visite. Le 12 août se tiendra l'assemblée générale de l'association suivie d'une conférence-débat animée par Bernard Pieters, ingénieur belge, sur « Des énergies positives à Saint-Maur au compteur Linky : les ondes en question ». Le 19 août, concert du Duo fleuri (violon et alto) et le 16 septembre, l'abbaye sera ouverte pour les Journées européennes du patrimoine.

    Travaux. - Une intervention sur les toitures du prieuré sera réalisée à la suite de dégâts occasionnés par les tempêtes hivernales. Le devis de l'entreprise Adiyaman, de Corre, a été retenu. Une demande de subvention a été sollicitée auprès de la Communauté de communes des Vosges côté Sud-Ouest.

    Divers. - Evelyne Barjolle assurera les visites cet été, et André Granget poursuit l'entretien du jardin du prieuré. Enfin, un nouveau dépliant touristique sera diffusé auprès des offices du tourisme du secteur. « Le bureau a lancé une réflexion sur les manifestations qui marqueront en 2019 le 45ème anniversaire du début du sauvetage de l'abbaye Saint-Maur », précise Alain Beaugrand, président des Amis de Saint-Maur. « Une journée festive avec messe, repas et animation musicale pourra en être le point d'orgue ». Bref, les Amis de Saint-Maur, structure pionnière dans le sud-ouest vosgien en matière de sauvegarde du patrimoine historique, reste fidèle à ses objectifs depuis bientôt 45 ans ! Qui dit mieux ?