Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les livres en Lorraine - Page 2

  • Toul la bourgeoise (1789-1848)

    La période allant du début de la Révolution à la Monarchie de Juillet présente un intérêt majeur. En abolissant l'Ancien Régime, la Révolution bouleverse soudainement les données de la répartition de la propriété et, par voie de conséquence, celles de la société. Les biens d'Église sont complètement dispersés, mais comment et au profit de qui ?

    La disparition de l'administration ecclésiale, comme facteur dirigeant et comme propriétaire, est ainsi primordiale. La non-remise en cause fondamentale de cet état de fait par les pouvoirs monarchiques qui se succèdent jusqu'à la Deuxième République consolide ce nouvel ordre social. La prise du pouvoir par la bourgeoisie demeure désormais pérenne.

    Suite chronologique de Toul, la petite évêchoise, cet ouvrage est lui aussi le fruit d'un long et patient travail dans les archives. L'étude des plus fortunés, ceux qui ont laissé le plus de traces, est le moyen le plus commode d'approcher la réalité touloise. Peu à peu, par cette analyse, c'est la société touloise tout entière qui se révèle : ensemble de la population, hommes et femmes avec une vie quotidienne, une famille, des enfants, des croyances, des mentalités et des comportements.

    Qu'en est-il, à l'échelle d'une petite ville éloignée de Paris, de cette recomposition des patrimoines qui touche tous les groupes sociaux ? Mais, au-delà des mutations, quelle est la part des permanences ? Malgré les éléments de nouveauté n'y a-t-il pas pour finir une certaine continuité dans cette ville de province que tout rattache à la terre ? La Révolution a-t-elle finalement beaucoup changé la société touloise ?

    Une étude qui révèle au passionné d'histoire régionale une approche historique de la cité touloise jusqu'ici jamais abordée.

     

    ‡ Toul la bourgeoise (1789-1848), Jean-Paul Aubé, éditions des Paraiges, 2017, 255 p., ill. (18 €).

  • La grande histoire des guerres de Vendée

    Qui mieux que l'auteur de La Cause du peuple et directeur de la chaîne Histoire pouvait mettre en mots et en images la guerre emblématique de la Contre-Révolution ? Patrick Buisson, avec une belle préface de Philippe de Villiers, a réalisé de bout en bout ce superbe album qui comprend quelque 150 illustrations, dont de nombreuses méconnues ou inédites : tableaux, gravures, drapeaux, vitraux, emblèmes, armes et objets éclairent un texte original et enlevé qui fait une large place à des mémoires et témoignages contemporains.

    Appuyé sur une masse de documents issus de l'historiographie des guerres de Vendée, cette remarquable synthèse illustrée de ces guerres de l'Ouest se double d'une analyse qui met un point final aux deux "écoles" historiques qui s'opposèrent sur les causes et les conséquences de cette guerre civile. Le génocide perpétré par les républicains est définitivement établi.

    Un album de la mémoire qui n'oublie pas le rôle joué par le Lorrain Jean-Nicolas Stofflet, général de l'armée catholique et royale, l'enfant de Bathelémont.

     

    ‡ La grande histoire des guerres de Vendée, Patrick Buisson, éditions Perrin, 2017, 270 p., ill., préface de Philippe de Villiers (29 €).

     

  • Le cimetière américain de Saint-Avold

    Plus grand cimetière militaire américain de la Seconde Guerre mondiale en Europe, le choix du site de Saint-Avold est lié à la géographie des lieux, à proximité de l'Allemagne et à la beauté du site.

    L'américanophilie de la population locale, qui remonte aux grandes vagues d'émigration de nombreux Mosellans, surtout germanophones, vers l'Amérique au XIXe siècle, n'est sans doute pas totalement étrangère à ce choix. Cette amitié s'est bien plus tard concrétisée par un jumelage avec la ville de Fayetteville en Caroline du Nord.

    L'essentiel de ce livre relate la construction des deux cimetières qui se sont succédé à Saint-Avold, le provisoire de 1945 à 1948, puis le cimetière définitif construit à partir de 1948 par des architectes de renom qui y réalisèrent dans les années 1952-1959 un programme architectural et monumental de haute qualité. Le nouveau cimetière fut inauguré le 19 juillet 1960. Un chapitre consacré aux "Destins brisés" vise à redonner une âme à quelques militaires sortis de l'anonymat en retraçant brièvement la vie de ces soldats pris au hasard des documents trouvés.

    Ce livre est un témoignage de reconnaissance de la Société d'histoire du Pays naborien et de la ville de Saint-Avold envers tous ces jeunes hommes qui se sont sacrifiés pour la défense de nos libertés.

     

    ‡ Le cimetière américain de Saint-Avold, Pascal Flaus, éditions des Paraiges, 2017, 153 p., ill. (25 €).
                                                                                                               

  • 1944. Un môme dans la tourmente

    6 juin 1944. Le Débarquement de Normandie coïncide avec l'annonce à un petit Lorrain de six ans du retour imminent de son père prisonnier de guerre en Allemagne depuis quatre ans. Il ne le connaît pas. Seules quelques photographies prises avant la "drôle de guerre" conserve le souvenir d'un visage...

    Dans ce récit authentique, l'auteur nous fait partager son impatience croissante durant douze longs mois, ponctués d'événements extraordinaires : la déroute allemande, les bombardements, la Libération, les Américains qui, arrivées en Lorraine, mettrons trois mois pour libérer Metz, la ville-forteresse... Et, en filigrane, l'attente insoutenable du retour du père. Qui franchira la porte de la maison... en juin 1945.

    Histoire émouvante commune à tous ces enfants nés à la veille de la Seconde Guerre mondiale et qui ne connurent leur père qu'au retour des PG... ou qui, pour certains, ne les connurent jamais...

     

    ‡ 1944. Un môme dans la tourmente, Jean-Marie Pesch, éditions des Paraiges, 2017, 245 p. (18 €).

  • Longwy, la forteresse dévastée (21-26 août 1914)

    Voulue par Louis XIV et réalisée contre son gré par Vauban, la forteresse de Longwy possède le triste privilège d'avoir été quatre fois assiégée… et quatre fois prise. Un cinquième assaut des vieilles murailles eut encore lieu en 1940 et, là encore, le sort fut contraire aux défenseurs.

    Si les trois premiers sièges qu'elle a connus (1792, 1815 et 1870) ne l'ont pas trop meurtri, celui de 1914 détruisit entièrement la ville haute, enserrée dans des fortifications totalement dépassées face à l'artillerie moderne déployée par l'armée du Kronprinz en personne. Longwy-Haut est la première ville à avoir été entièrement rasée au cours de la Première Guerre mondiale.

    Sa reconstruction lui a redonné en partie son aspect d'antan - même si seuls quelques bâtiments emblématiques (église, hôtel de ville, puits de sièges, manutention) sont encore d'origine - et a permis de l'ouvrir, moyennant l'arasement d'une partie des remparts, à une expansion rendue nécessaire par le développement de l'activité industrielle dans la ville basse. Nonobstant les ravages qu'elle a subis, la forteresse de Longwy - avec son remarquable ensemble de la porte de France avec son pont dormant et sa demi-lune - a été classée au Patrimoine mondial de l'Unesco en 2008, dans le cadre du Réseau des sites majeurs de Vauban.

    C'est l'histoire de cette forteresse et plus particulièrement celle du siège qui l'a fait entrer dans l'Histoire que ce livre richement illustré (plus de trois cents photos, plans et cartes) se propose de relater. Une promenade dans un passé pas si lointain…

     

    ‡ Longwy. La forteresse dévastée - 21-26 août 1914, Jean-Yves Mary, éditions des Paraiges, 2017, 204 p., ill. (35 €).

  • On recherche l'ouvrage de l'abbé Géhin sur "Les professions et les familles des nobles verriers d’Attigny"

    On nous demande d'insérer l'annonce suivante :

    Dans l'ouvrage "Notes d’histoire sur Attigny-en-Vôsge” (1er fascicule – Histoire générale),  publié en 1906 à Epinal par l'abbé Géhin, l'auteur indique que le prochain fascicule traitera "des professions à Attigny, des familles et spécialement des nobles verriers d’Attigny”.

    Ce fascicule a dû être publié peu de temps après mais en très peu d’exemplaires.

     
    ⇒ Si un particulier ou un collectionneur ou une librairie d'anciens possède un exemplaire dont il souhaite se dessaisir, merci de contacter M. Jean-Michel Guirten :  jeanmichelguirten@orange.fr
  • Pour l'amour d'une Vosgienne

    Voici une belle déclaration d'amour pour celle qui symbolise le massif des Vosges : la vache de race Vosgienne.

    Si nos Vosgiennes sont rentrées à l'étable pour l'hiver, vous la reconnaîtrez facilement lorsque le printemps sera de retour : c'est cette vache qui porte une bande blanche sur le dos si caractéristique, cette petite vache intelligente et rustique. Une montagnarde avant tout. Et des plus coquettes !

    Son histoire est étroitement liée à son territoire et aux éleveurs qui s'en occupent. C'est dans cet esprit, et pour l'amour de la Vosgienne que l'auteur - vieux montagnard vosgien - présente ce superbe album qui met en lumière bien sûr cette sympathiques Vosgienne, mais aussi les fermiers et leur massif.

    De vallées en sommets, des Vosges lorraines aux Vosges alsaciennes et comtoises, notre auteur est allé à la rencontre de tous les passionnés qui oeuvrent au quotidien pour développer la race Vosgienne dans son milieu de vie. Sa présence et celle des éleveurs avec leurs troupeaux sur les chaumes permettent de garantir la pérennité de ces espaces naturels et vivants.

    Un bel ouvrage servi par de nombreuses photographies couleurs... et des textes plein d'amour pour notre belle Vosgienne !

     

    ‡ Pour l'amour d'une Vosgienne, Richard Brionne, éditions Olizel, 2017, 217 p., ill. (29 €).

  • L'irrévérentieux et fastueux duc de Choiseul

    Jean-Louis von Hauck vient d'éditer un intéressant ouvrage sur un Lorrain de naissance qui connaîtra une étonnante carrière auprès du roi Louis XV : Etienne François de Choiseul.

    Homme politique de haut vol, ambassadeur, secrétaire d'Etat de Louis XV, protégé de Madame de Pompadour, le royaume de France doit beaucoup à cet enfant de Nancy descendant d'une illustre lignée qui plonge ses racines dans notre Bassigny lorrain, au village éponyme de Choiseul.

    Réparateur des malheurs de la guerre de Sept Ans, il conclut le pacte de Famille en 1761, il contribue à agrandir le royaume en rattachant la Corse à la France. Notre homme a cependant quelques côtés sombres : amis des Encyclopédistes, il s'oppose à la Compagnie de Jésus et ancre la Lorraine au royaume...

    Victime des intrigues de la Cour, il est exilé sur ses terres de Chanteloup, près d'Amboise, cité où il est inhumé.

    Notre Lorrain incarne cependant l'élégance et l'efficacité de l'esprit français en cette fin d'Ancien Régime.

    Une belle synthèse sur un homme politique d'Ancien Régime qui a peu attiré les biographes jusqu'à nos jours.

     

    ‡ L'irrévérencieux et fastueux duc de Choiseul, Jean-Louis von Hauck, éditions Hugues de Chivré, 2017, 170 p., 15 €.

  • La Nouvelle revue lorraine n° 47 : restauration du grand orgue de l'abbatiale de Saint-Mihiel

    Notre revue régionaliste bimestrielle propose dans son numéro 47 un dossier sur le projet de restauration du grand orgue de Saint-Mihiel.

    Par ailleurs, on lira avec plaisir plusieurs évocations et articles sur des anecdotes historiques lorraines, comme les tentatives de paix de 1917 lancées par SAIR Charles Ier de Habsbourg-Lorraine, la naissance de la lignée des Habsbourg-Lorraine, la navigation sur la Seille, un médecin meusien inventeur d'appareils orthopédiques, les cantonnements à Ludres durant la Première Guerre mondiale, l'aide américaine en 1917-1918, des pilotes de rallye lorrains ou Jean de Joinville, un pèlerin champenois à Saint-Nicolas-de-Port...

    Et encore bien d'autres nouvelles et anecdotes qui occuperont vos longues soirées d'hiver !

     

    ‡ On peut acquérir des numéros de La Nouvelle revue lorraine ou s'y abonner, en consultant le site de la revue : www.nouvelle-revue-lorraine.fr/

     
  • La légende de saint Nicolas

    La bonne figure rassurante de saint Nicolas demeure dans tous les esprits et évoque irrésistiblement l'enfance et ses enchantements.

    L'ouvrage revisite les origines historiques puis légendaires de notre bon saint, internationalement célébré. L'auteur rappelle l'importance qu'il a pour la Lorraine qui en a fait son saint patron.

    Célébré surtout dans le Nord-Est de la France et dans le monde germanique, il est aussi le protecteur de la Sainte Russie, il a inspiré des œuvres littéraires et musicales et participe aux vivantes traditions de chaque fin d'année. Le très laïc Père Noël s'est même inspiré de lui afin de lui ravir la vedette...

    Le livre, richement illustré, nous fait redécouvrir le saint Nicolas de notre enfance et l'inspirateur de belles traditions chrétiennes et familiales.

     

    ‡ La légende de saint Nicolas, Marie-Joséphine Strich, éditions Ouest-France, 2017, 123 p., ill. (19,90 €).

  • Au fil des perles, la prière comptée

    Voici l'histoire d'un objet de piété populaire un peu oublié par les chrétiens eux-mêmes et, surtout, méconnu - voire inconnu - des non chrétiens : le chapelet.

    Pour le chapelet a-t-il cette forme ? Ce nom ? Ce nombre précis de perles ? Pourquoi répéter, en les comptant, les mêmes prières ? Quels bénéfices obtient-on par-là ? Telles étaient les premières questions que se posait l'auteur, historien de l'art et conservateur du patrimoine au Musée du Louvre. Il nous en révèle les réponses qui n'ont pas été faciles à trouver !...

    Médité depuis plus de 20 ans, cet ouvrage propose de découvrir ou redécouvrir l'histoire de cette dévotion fondamentale, autant pour son immense signification dans le développement de l'Occident chrétien que par ses multiples résonnances anthropologiques.

    Le livre est destiné à tout lecteur curieux d'histoire, de religion, de culture, d'ethnologie et des sciences sociales. Et pour les croyants aussi bien sûr !

     

    ‡ Au fil des perles, la prière comptée. Chapelets et couronnes de prières dans l'Occident chrétien, Philippe Malgouyres, éditions Somogy, 2017, 168 p., ill. (22 €).

  • L'industrie du fer dans le bassin de Longwy des origines à nos jours

    L'auteur nous livre ici une monumentale histoire de la métallurgie du fer dans les vallée de la Chiers et de la Moulaine, de l'Antiquité à la fin du XXe siècle. Monumentale à double titre, puisqu'il s'agit d'un livre de poids de près de 600 pages avec 730 illustrations pour la plupart inédites. Monumentale également par le travail de recherche menée par l'auteur qui a exploité les fonds d'archives d'ArcelorMittal France, de l'ex-bibliothèque Yves Duteil de Mont-Saint-Martin, des archives départementales de Meurthe-et-Moselle et de Moselle ainsi que des collections privées.

    Technicien  retraité de la sidérurgie, l'auteur analyse de l'intérieur les différentes mutations de l'industrie sidérurgique de la région de Longwy en replaçant cette évolution dans le contexte économique et social de l'époque.

    Une vaste fresque industrielle, économique et humaine qui a marqué la Lorraine, la France et l'Europe et qui fera date.

     

    ‡ L'industrie du fer dans le bassin de Longwy des origines à nos jours, Jean Thomas Casarotto, éditions Fensch Vallée, 2017, 588 p., ill. (60 €).

  • Le thermalisme en Lorraine

    Cet ouvrage met en lumière, pour la première fois, les thermes et les eaux minérales de la Lorraine, tant de l’époque présente que d’un passé révolu.

    Un regard rare pour comprendre l’engouement, puis la désertification et le renouveau de la « fièvre thermale » dans une région, où l’’eau de tout temps, a exercé un attrait indéniable sur ses habitants. Si la France occupe au XXIe siècle le troisième rang européen au niveau du thermalisme, la Lorraine peut se targuer d’abriter des établissements thermaux de renommées internationales avec une identité propre et singulière. Chacune des villes d’eaux (Amnéville-les-Thermes, Bains-les-Bains, Contrexéville, Plombières-les-Bains, Vittel) a su épouser son époque, s’adapter et se transformer, pour offrir à ses curistes, un panel de soins riches et variés dans un cadre architectural à la fois historique et moderne au sein duquel se mêle au fil des décennies, le reflet des changements sociaux.

    L'ouvrage rappelle également l'histoire des anciennes "villes d'eau" - comme Martigny-les-Bains ou Bussang - qui firent les beaux jours de notre Lorraine.

     

    ‡ Le thermalisme en Lorraine, Bertrand Munier, Vademecum éditions, 2017, 271 p., ill. (28 €).

  • François-Joseph et Sissi : le devoir et la rébellion

    La première biographie illustrée d'un couple légendaire parmi les plus célèbres de l'histoire par un fin connaisseur de l'histoire des grandes sagas de l'Histoire.

    Pour l'éternité, ils constituent un couple légendaire parmi les plus célèbres de l'histoire. Pour le meilleur et pour le pire, entre quelques joies et d'innombrables tragédies, toutes ancrées dans la mémoire européenne, préludes à la fin d'un monde, celui d'avant 1914, « le monde d'hier » de Stefan Zweig. Etayé sur une nouvelle approche documentaire, cet ouvrage relate l'histoire de ce couple imprévu, donc romanesque. Quelle fut leur vie, publique et privée ? Comment fonctionnait cette monarchie conjugale, double elle aussi ? Dans quels domaines furent-ils d'accord ? Savaient-ils la vérité sur la mort de leur seul fils et héritier à Mayerling ? Et cette question simple mais essentielle : se sont-ils réellement aimés à défaut d'être heureux ?

    De l'union à la cohabitation, des crises à l'entente cordiale, de l'amusement à l'agacement, de l'exaspération à la colère, cette biographie croisée présente le destin exceptionnel de deux têtes couronnées devenues des mythes de leur vivant. Celui du « dernier monarque de la vieille école », amoureux définitif de son épouse fuyante, assassinée par un anarchiste ignorant que sa victime était bien plus révolutionnaire que lui et qu'elle espérait cette délivrance. Une mort qui bouleversa les peuples et laissa son mari inconsolable.

    Jean des Cars, avec le talent et la finesse qu'on lui connaît, dévoile l'intimité d'un homme de devoir et d'une femme en rébellion.

     

    ‡ François-Joseph et Sissi. Le devoir et la rébellion, Jean des Cars, éditions Perrin, 2017, 537 p., ill. (25 €).

  • La France catholique

    Jean Sévillia nous brosse le panorama du catholicisme français actuel dans la diversité de ses engagements.

    « La République est laïque, mais la France est chrétienne », disait le général de Gaulle. Or, depuis la fin des années 1960, la société française a connu des mutations sans précédent qui ont bouleversé « la fille aînée de l'Église », certains prédisant même sa disparition en mettant en avant le recul de la pratique ou le déclin du mariage.

    Pour en avoir le cœur net, Jean Sévillia est parti à la rencontre de cette France catholique, beaucoup plus jeune, ouverte et diverse qu'on ne le pense communément. Il a enquêté sur ses structures et interrogé ses acteurs, analysé son engagement croissant dans la cité tout en soulignant son enracinement dans notre histoire. Une enquête indispensable portée par la plume exemplaire d'un spectateur engagé.

    Un souffle d'espérance nécessaire pour cette France en quête de repères.

     

    ‡ La France catholique, Jean Sévillia, éditions Perrin, coll. Tempus, 2017, 192 p., 7 €.

  • Laneuvelotte (54) : "café littéraire" le 10 décembre 2017

  • La vie exemplaire de la femme à barbe - Clémentine Delait (1865-1939)

    C’est en 1900, à Thaon-les-Vosges, que Clémentine Delait - née à Chaumousey en 1865 -, suite à un pari avec un client du café qu’elle tient d’une main de fer, se laisse pousser l’admirable barbe qu’elle rase chaque jour depuis ses 18 ans.

    Ce fut un succès, un triomphe, on vint de tous les environs pour l’admirer. Clémentine Delait la conservera jusqu’à son dernier souffle, la cajolant et la brossant tous les jours. Appréciée de tous pour sa gentillesse et sa douceur, courtisée mais toujours fidèle à son mari qu’elle aima toute sa vie, pêcheuse de brochets gigantesques dans la Moselle, redoutée des lions qu’elle osa défier à Epinal, forte comme un Hercule, redresseuse de torts dans le petit monde des ivrognes, Clémentine Delait fut un personnage, et quel personnage ! Elle sut faire fructifier son image en multipliant les rencontres avec la presse écrite et en diffusant une multitude de cartes postales à son effigie barbue.

    Voici rééditée l’histoire véritable, unique et exemplaire de la plus célèbre femme à barbe de France, écrite d’après les souvenirs et confidences recueillis en 1969 auprès des plus avisés de ses compatriotes vosgiens par François Caradec (1924-2008), écrivain et biographe de Lautréamont, Jarry et Allais, et Jean Nohain (1900-1981), touche-à-tout de talent, célèbre parolier et homme de radio et de télévision.

     

    ‡ La vie exemplaire de la femme à barbe, Clémentine Delait (1865-1939), François Caradec et Jean Nohain, éditions L'Echappée, 2017, 95 p., ill. (9,50 €).

  • Demeures urbaines de l'élite nancéienne (XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles)

    Ce dictionnaire biographique, généalogique, héraldique et historique, proposé par Daniel Da Ponte, ne se lance dans l'histoire extrêmement riche et détaillée de l'architecture civile de l'époque de la Renaissance à la fin du XVIIIe siècle, sujet sur lequel de brillants spécialistes ont écrit, mais retrace plutôt l'histoire des familles nobles issues aussi bien de la noblesse d'extraction que de la robe ou de l'aristocratie qui ont construit, habité et certainement contribué au fil des siècles à améliorer l'habitat urbain avec des hôtels particuliers de la Ville-Vieille de Nancy.

    Ces hôtels particuliers sont classés par ordre alphabétique à partir de la dénomination des voies urbaines suivi d'une biographie de la famille à l'origine de la construction ou qui y a habité. On y découvre également quelques célébrités du XVIe au XVIIIe siècle, nées ou ayant été domiciliées dans la rue de la demeure particulière.

    Le lecteur découvre ou redécouvre avec plaisir l'hôtel de Chatenoy, de Craon, de Fontenoy, d'Haussonville ou encore celui des Loups, en passant par l'ancienne bourse des marchands bâtie sur l'emplacement même de la maison du célèbre graveur lorrain Jacques Callot. Pas moins d'une quarantaine d'arbres généalogiques ainsi que de nombreuses armoiries et de photographies illustrent ce dictionnaire.

    Alors, piétons de Nancy ou touristes de passage, arrêtez votre marche et prenez le temps d'admirer ses belles demeures aux façades luxueuses. Ayez l'âme déambulatoire, plongez dans la vie de chacun de ses hôtels particuliers, ils vous raconteront, à leur manière, l'histoire nancéienne des siècles passés, et pourquoi pas, avec un peu de chance, vous pourrez peut-être pénétrer dans quelques cours pavées pour admirer de magnifiques fontaines dont certaines datent de l'époque Renaissance...

     

    ‡ Hôtels particuliers. Demeures urbaines de l'élite nancéienne, Daniel Da Ponte, édité à compte d'auteur, 2017, 180 p., ill., 27 € (+ 9 € de port).

    Commande à envoyer avec le règlement à : Daniel Da Ponte, 5 allée de la Faneuse, 54425 PULNOY.

  • Le jardin potager | Un petit monde

    Le Musée de l'Image d'Epinal a proposé récemment une belle rétrospective déclinée autour du jardin potager.

    Le catalogue édité à cette occasion ne donne certes aucune recette ou astuce ou bonne idée pour tenir son jardin potager ! Il propose, tout comme l'exposition, des regards, des points de vue, des interprétations autour de l'idée du jardin, des fleurs, des légumes, des fruits, et fait voyager dans l'histoire du potager, du Jardin d'Eden jusqu'à saint Fiacre, le patron des jardiniers. Il nous parle des amis et des ennemis des jardins, de la répartition des activités entre hommes et femmes, des enfants curieux qui y jouent...

    Avec les nombreuses images tirées du fonds de l'imagerie d'Epinal, le lecteur vit l'harmonie qui habite le jardin potager.

    Un ouvrage sympathique qui vous invite à jardiner et à retrouver le sens de la nature !

     

    ‡ Le jardin potager | Un petit monde, Martine Sadion (dir.), éditions Musée de l'Image - Ville d'Epinal, 2017, 327 p., ill. (25 €).

  • Aux origines des Alsaciens et des Lorrains

    Tout comme les Gaulois de Bretagne ou d'Auvergne, les peuples celtes installés dans l'Est de la France actuelle ont, depuis le deuxième millénaire avant J.-C., marqué leur territoire et laissé de nombreux témoignages sur une période riche et féconde.

    Leur intégration ultérieure à l'empire romain a bouleversé leur mode de vie et mené à un essor remarquable : tout comme les Gallo-Romains de Lyon ou d'Arles, Médiomatriques, Trévires, Leuques, Triboques et Rauraques ont construit des cités, bâti des aqueducs, aménagé des thermes, organisé des combats de gladiateurs dans leurs amphithéâtres.

    Nous guidant à travers les multiples vestiges architecturaux répartis sur les territoires alsaciens et lorrains, et les nombreux objets conservés dans les musées de la région, Nicolas Mengus restitue l'histoire et la vie quotidienne de ces peuples présents jusqu'à la chute de l'Empire romain d'Occident au Ve siècle.

    L'ouvrage propose de nombreuses notices archéologiques consacrées aux nombreux sites encore visibles aujourd'hui, qui invitent à visiter les traces laissées par ces peuples oubliés. Mais qui n'en constituent pas moins nos ancêtres !

     

    ‡ Aux origines des Alsaciens et des Lorrains, Nicolas Mengus, éditions La Nuée Bleue, 2017, 280 p., ill. (25 €).

  • La conquête de l'Alsace

    La conquête de l'Alsace au XVIIe siècle, qui porta la France sur le Rhin et au carrefour des voies européennes, fut une entreprise méthodique et de longue haleine. La diplomatie et la guerre se conjuguèrent pour rattacher au royaume de France, morceau par morceau, des territoires du Saint-Empire et des Villes libres fort disparates.

    L'ambition de Richelieu, prolongée par les habiles manœuvres de Mazarin, fut couronnée par la hardiesse de deux génies militaires : Turenne et Vauban. La capitulation de Strasbourg en 1681 permit à Louis XIV de donner forme et unité à une nouvelle province, l'Alsace.

    Après une longue période de guerres dévastatrices auxquelles participa le duc de Lorraine Charles IV, éternel opposant à Louis XIV, cette terre de culture germanique avec de fortes communautés protestantes commença sa lente intégration dans un royaume attentif à ne pas heurter les intérêts locaux et les mentalités spécifiques.

    La conquête des esprits prit le relais, alors que s'ouvrait un siècle inédit de paix et de prospérité.

     

    ‡ La conquête de l'Alsace. Le triomphe de Louis XIV, diplomate et guerrier, Jean-Pierre Kintz, éditions La Nuée Bleue, 2017, 608 p., ill. (29 €).

  • Louis XIX

    Le fils de Charles X, le neveu et gendre de Louis XVI et Marie-Antoinette, fille de la Maison de Lorraine-Habsbourg, a régné sur la France quelques secondes le 3 août 1830. Que connaît-on de ce personnage improbable à la destinée exceptionnelle ?

    Il y a quelque chose de vertigineux dans la vie de Louis-Antoine de Bourbon-Artois, duc d'Angoulême (1775-1844), prince si proche et pourtant toujours si loin du trône. L'histoire et les hommes s'ingénièrent à laisser le duc, destiné à régner, en posture de perpétuel héritier, dans l'ombre de ses oncles Louis XVI et Louis XVIII, puis de son père Charles X, et de sa sombre cousine et épouse, l'orpheline du Temple. Fils soumis et un peu niais d'apparence, incapable de prolonger la lignée des Bourbons, aux prises avec des événements trop grands pour lui qui le condamnèrent à l'exil plus de la moitié de sa vie, il montra néanmoins des qualités politiques et militaires en 1814, sous la première Restauration, puis lors de l'expédition d'Espagne de 1823, qui lui valut la réputation de vainqueur du Trocadéro.

    La révolution de 1830 sonna le glas de ses espérances, d'autant que la perspective d'une succession se reporta sur son neveu le duc de Bordeaux. Il ne fut ainsi formellement Louis XIX que quelques secondes le 2 août 1830, forcé par son père de renoncer à la couronne.

    Pourtant, la destinée de ce roi sans royauté, mort à Goritz en Autriche, très loin d'une France qu'il ne connaissait plus, accompagne et éclaire celle de la monarchie française dans une époque singulièrement tourmentée. Les vaincus de l'histoire ont aussi contribué à l'écriture de celle-ci, à leur façon.

     

    ‡ Louis XIX, duc d'Angoulême, François de Coustin, éditions Perrin, 2017, 480 p., ill. (25 €).

  • 50 ans d'histoire de l'agriculture et du monde rural dans les Vosges - 1945-1995

    L'agriculture dans les Vosges a vécu des évolutions et des révolutions importantes au cours de la deuxième partie du XXe siècle, à l'image du monde agricole français et européen.

    L'auteur nous invite au travers cet ouvrage à un voyage dans cette agriculture que des milliers d'entre nous ont connu, comme acteurs ou témoins.

    Avec ce livre, l'on revit, thème après thème, cette période d'après-guerre si dynamique, qui a conduit vers une agriculture diverse et modernisée, qui a largement contribué à nourrir les français et géré une grande partie de nos espaces naturels.

    L'auteur aborde les thématiques de cette révolution agricole sous l'angle de l'action des institutions représentatives agricoles : syndicats, organismes professionnels, chambre d'agriculture... Il donne largement la parole à de nombreux témoins qui ont construit et accompagné la modernisation du monde rural durant les Trente Glorieuses.

    Cinquante années qui ont changé la face de l'agriculture dans les Vosges. Pour le meilleur... mais aussi peut-être un peu pour le pire...

     

    ‡ Roger Charles, Vosges. Histoire de l'agriculture et du monde rural 1945-1995, éditions Point de vue de campagne, 2017, 191 p., ill. couleurs, 25 €.


    ‡ Contact pour commander l'ouvrage : roger.charles@me.com

  • "Remoncourt et ses environs : images du passé" en souscription

  • Toulois, pays, paysages

    Evidemment, pour les Toulois, le paysage des Côtes de Toul est "l’un des plus beaux de France" !

    L'auteur aime le Toulois et cela se sent dans ce bel ouvrage. Et il partage son désir de faire connaître la richesse de ce terroir lorrain. Et si par la magie de ce livre, vos pas vous mènent au sommet de la tour sud de la cathédrale Saint-Etienne de Toul, admirez ce pays : dans la douceur de ses vallons se perpétuent, l’esprit des Leuques, le respect de la terre nourissière, la sagesse des gens qui connaissent et vivent leur Histoire, l’envie de créer et de bien vivre...

    Il suffit, pour s’en convaincre, de musarder dans ses villages, ses vignes, ses vergers, ses forêts ; de parcourir, à pieds ou à bicyclette, la vallée de la Moselle et ses boucles ; de découvrir la cité de Toul, ses remparts de Vauban, son musée d’art et d’histoire et son étonnant patrimoine architectural au pied du mont Saint-Michel... Et de prendre la "route du vin et de la mirabelle" qui, de Blénod-lès-Toul à Lucey, longe les côtes et invite à de belles découvertes naturelles ou gustatives.

    Un livre-promenade riche de l'histoire de ce pays et des belles images de ses paysages qui vous fera aimer le Toulois !

     

    ‡ Toulois. Pays, paysages, Philippe Bruant, éditions Gérard Louis, 2017, 84 p., ill. (15 €).

  • Malzéville, histoire paysage et patrimoine

    Les Ve Journées d'études meurthe-et-mosellanes de 2011 avaient choisi de porter leur regard sur Malzéville. Le choix de cette localité n’était évidemment pas anodin. Certes, il s’explique par la volonté de découvrir l’ensemble du territoire départemental. Mais, surtout, le choix de Malzéville s’est imposé par l’intérêt du site et de la situation de la localité, entre Meurthe et plateau, avec toutes les interdépendances générées par la richesse et la diversité de son patrimoine qui couvre une période chronologique allant du Moyen Âge aux "Trente glorieuses", et par l’appartenance de la commune à ce qui est depuis peu Nancy métropole.

    L’objectif des communications qui sont réunies dans ces actes, était d’aller à la rencontre des habitants mais aussi et surtout des Lorrains, de leur exposer l’histoire de cette ville et de faire découvrir un patrimoine original (La Douëra, l'église Saint-Martin, la militarisation du plateau...) qui fait partie du quotidien des Malzévillois mais paradoxalement méconnu.

     

    ‡ Malzéville. Histoire, paysage & patrimoine, Philippe Masson (dir.), éditions Gérard Louis, 2017, 141 p., ill. (20 €).

  • Lorrains sans frontières

    Cette publication reprend les grands thèmes développés dans le cadre des expositions présentées jusqu'au printemps prochain au Musée lorrain et au Musée des Beaux-Arts de Nancy autour des "Lorrains sans frontières".

    A travers des histoires d'exils, de voyages, de migrations, le lecteur découvre comment s'est dessiné le visage de la Lorraine actuelle et de ses habitants. Dans une région située au cœur de l'Europe, héritière d'un Etat indépendant, où l'histoire et la géographie ont été profondément marquées par le poids des frontières, les Lorrains sont parvenus à composer un territoire aux différentes facettes, aux identités plurielles. Sans oublier tous ces Lorrains qui ont quitté leur terre pour enrichir de nouvelles contrées comme le Banat, l'Algérie ou les Amériques...

    La publication donne quelques pistes afin de répondre à la question "Lorrains, qui sommes-nous ?"

     

    ‡ Lorrains sans frontières. La Lorraine, terre de migrations et de passages, Sophie Mouton (dir.), L'Est républicain éditions, 2017, 112 p., ill. (7,50 €).

  • Les ex-voto des Eparges et leur message mémoriel 1914-1918

    L'ouvrage s'attache à dresser l'inventaire et l'historique des ex-voto fixés aux murs de la chapelle de l'église Saint-Martin des Eparges à la suite de leur récente réhabilitation.

    Remis en lumière par des bénévoles du site des Eparges, ces ex-voto racontent le destin tragique de ces soldats dont la grande majorité avaient tout juste 20 ans et ont été portés "disparu".

    Leurs noms, gravés sur les plaques de marbre déposées par leurs familles en deuil après le conflit, s'effaçaient inexorablement. Après restauration de ces objets du souvenir, ces jeunes hommes, de Lorraine et de toute la France, sortent ainsi de l'anonymat et reprennent vie au travers de cet hommage qui leur est rendu.

     

    ‡ Les ex-voto des Eparges et leur message mémoriel 1914-1918, Claudine Boigegrain et Etienne Rondu, Les Publications de l'Esparge, 2017, 151 p., ill. (20 €).

    Lire la suite

  • 10 ans d'acquisitions révélées au Musée du château de Lunéville

    Au soir du 2 janvier 2003, un terrible incendie consumait le château de Lunéville, résidence des derniers ducs de Lorraine et de Bar, et son musée.

    Près de six cents œuvres emblématiques présentées au public disparaissaient alors dans les flammes. Plus de dix ans après le sinistre, vient le temps d'un premier bilan.

    Les efforts impressionnants engagés permettent de faire revivre le musée et de reconstituer ses collections, pour un nouveau projet ambitieux au cœur d'un site emblématique de l'histoire du duché de Lorraine.

    De page en page, le musée du château de Léopold propose au lecteur une promenade inédite à la découverte de ses récentes acquisitions : portraits, manuscrits, meubles, céramiques, livres et instruments scientifiques, autant d'objets d'art ou du quotidien qui transportent l'amateur et le curieux au XVIIIe siècle, dans cette si aimable cour de Lunéville. Ils racontent aussi le palais, ses jardins et ses occupants.

    Alors que l'édifice historique retrouve peu à peu son éclat, le musée renaît de ses cendres et révèle l'identité lorraine avec ses nouveaux trésors dans ce splendide catalogue.

     

    ‡ Musée du Château des Lumières - Lunéville. 10 ans d'acquisitions révélées, collectif, Serge Domini éditeur, 2017, 215 p., ill. (35 €).

  • Originaux et cartulaires dans la Lorraine médiévale (XIIe-XVIe s.)

    Entourés des attentions des médiévistes, les cartulaires sont devenus un objet d’histoire. Ces recueils, résultant de la compilation d’actes par une institution ou une personne juridique, entretiennent des relations complexes avec les originaux, sources directes ou indirectes mises en œuvre par les cartularistes. Qu’il s’agisse de la sélection des matériaux ou du transfert d’informations du modèle à la cible, le travail accompli est affaire de choix, divers et multiples, dont il faut retrouver les logiques pour espérer comprendre les objectifs des hommes qui ont commandités et réalisés ces manuscrits. Même soumis à des contingences matérielles, les copistes conservent une certaine marge de manœuvre dans le traitement de leur documentation. Ils trient, classent ou reclassent les documents qu’ils accueillent et enfin transcrivent les actes en adoptant certains principes. Ce recueil d’études a pour but de renouveler la confrontation originaux-cartulaires, à travers l’analyse d’un recueil et de son chartrier ou grâce à l’exploration d’une question liée à la transcription, à travers plusieurs cartulaires.

    La question est ici approchée dans un cadre régional, en l’occurrence la Lorraine médiévale, principalement constituée des diocèses de Metz, Toul et Verdun – et occasionnellement étendue à l’ancienne Lotharingie. La chronologie est délibérément large (XIIe-XVIe siècles), donnant toute leur place aux expériences, parfois négligées, de la fin du Moyen Âge. À défaut d’aborder systématiquement le phénomène de la « mise en cartulaire », les dossiers ici réunis voudraient en enrichir les données et questionnements.

     

    ‡ Originaux et cartulaires dans la Lorraine médiévale (XIIe-XVIe siècles), Jean-Baptiste Renault (dir.), éditions Brepols, 2017, 245 p., ill. (75 €).