Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

clovis

  • Austrasie, le royaume mérovingien oublié

    Ce n'était pas encore la Lotharingie, mais l'Austrasie est actuellement au cœur d'une intéressante exposition présentée au musée de Saint-Dizier (52) : "Austrasie, le royaume mérovingien oublié".

    En 511, le roi Clovis meurt. Grâce à ses succès militaires et à son alliance avec l'Empire romain d'Orient, il était parvenu à construire un royaume gigantesque. Ses quatre fils décident de partager ce territoire et l'aîné, Thierry Ier, obtient la partie orientale, avec Reims pour capitale.

    A la place d'anciennes provinces romaines apparaît ainsi le royaume des Francs de l'Est, qui reçoit bientôt le nom d'Austrasie. Une série de souverains conquérants en étand les frontières vers l'est et vers le sud tout en y intégrant des espaces périphériques comme la Provence, l'Auvergne ou la basse vallée de la Loire.

    Pendant deux siècles, l'Austrasie demeure un territoire en constante évolution ; quant aux populations qu'elle abrite, elles possèdent des origines, des langues et des modes de vie différents. Pourtant les auteurs anciens évoquent "les Austrasiens" comme un groupe solidaire ; plusieurs indices permettent même de deviner un réseau de grandes familles unies par des projets communs...

    Simple construction administrative et dynastique à l'origine, le royaume des Francs de l'Est a su devenir un cadre de vie et le lieu d'expression d'une culture dynamique.

    ...Et le nom d'"Austrasie" aurait même pu renaître si nos élus du "Grand Est" l'avaient choisi pour désigner notre nouvelle grande région...

    En tout cas, une belle exposition à voir jusqu'au 26 mars 2017 à Saint-Dizier.

     

    ‡ Austrasie, le royaume mérovingien oublié, Bruno Dumézil (dir.), Silvana Editoriale, 2016, 128 p., ill. (25 €).

  • La Grande Lorraine, de Clovis à Otto de Habsbourg-Lorraine

    lorraine.jpgDe l'époque gallo-romaine jusqu'à la réunion des duchés de Lorraine et de Bar au royaume de France, la "Grande Lorraine" nous plonge dans un vaste épopée : celle des Maisons qui sont à l'origine de ce territoire, creuset de l'Europe d'aujourd'hui.

    A l'issue des règnes de Clovis et de Charlemagne, cette bande de terre est l'enjeu de toutes le convoitises. Otton le Grand, Hugues Capet et beaucoup d'autres veulent se l'approprier. La Lorraine passe d'un pouvoir à l'autre dans une succession de péripéties et d'incroyables rebondissements qui dure plusieurs siècles et durant lesquels une partie de son patrimoine est détruit.

    La Lorraine trouve son visage lorsque Gérard d'Alsace impose et fonde la Maison souveraine des ducs de Lorraine. Dans sa descendance, figure le grand européen SAIR Otto de Habsbourg-Lorraine, fils héritier du dernier empereur d'Autriche Charles Ier. Bien documenté et bénéficiant d'illustrations choisies, l'ouvrage s'adresse aux Lorrains curieux de leur région mais aussi à tous les amateurs d'histoire ou simplement pétris d'idéal.

    Dans ce petit ouvrage, l'auteur, Jean-Louis von Hauck, a choisi de raconter cette "Grande Lorraine" à travers le prisme de l'ascendance de l'archiduc Otto : par son éducation, son ouverture d'esprit, son combat pour la construction européenne, Otto de Habsbourg-Lorraine, aurait pu être un empereur pour l'Europe, digne successeur de Charlemagne.

    Jean-Louis von Hauck, propose une étude originale et inattendue de l'histoire de la Lorraine et, à travers elle, rend un hommage appuyé à Otto de Habsbourg-Lorraine, un grand et fidèle ami de la Lorraine, rappelé à Dieu le 4 juillet 2011.

     

    ‡ La Grande Lorraine. De Clovis à Otto de Habsbourg-Lorraine, Jean-Louis von Hauck, éditions Hugues de Chivré, 2012, 110 p., ill. (22 €).