Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

musée

  • Hennezel-Clairey (88) : marché de Pâques le 9 avril 2017

    Un rendez-vous incontournable pour tous les amateurs d’authenticité… 

    Tout au long de cette journée festive, artistes et artisans dévoileront leurs collections liées au thème pascal et au printemps : céramique d’art, dentelle de Mirecourt et de Luxeuil-les-Bains, création couture, artisanat traditionnel russe, ukrainien mosaïque, tournage sur bois, œufs décorés, verrerie

    “Le fil du tisserin” vous proposera ses fantaisies sur vannerie, ‟l’Effeuilly” ses ornements floraux et ‟Le Jardin du cuivre” ses accessoires décoratifs pour plantes.

    Les gourmands ne seront pas oubliés : une grande démonstration de moulages en chocolat est prévue tout au long de la journée. Petits gâteaux de Pâques et gaufres seront aussi de la partie.

    Avec la participation de l’Association Saône Lorraine et de l’association des Lutins d’Hennezel.

     

     NOMBREUSES DÉMONSTRATIONS

    TOMBOLA GRATUITE

  • Les pirogues gallo-romaines de la Moselle

  • Hennezel (88) : par amour du verre et de son histoire

  • Hennezel (88) : expo' "L'enfance de jadis dans l'oeil du photographe"

  • Autoportraits. Chefs d'oeuvre de la collection du musée d'Orsay à Nancy

    Ce catalogue est édité à l'occasion de l'exposition temporaire La représentation de soi. Autoportraits dans les collections du musée d'Orsay présentée jusqu'au 31 août 2015 au musée des Beaux-Arts de Nancy.

    Exercice d'introspection, genre ancestral, l'autoportrait questionne depuis la Renaissance la vision que l'artiste a de lui-même. L'autoportrait a accompagné les grandes mutations sociales de la deuxième moitié du XIXe siècle qui fut aussi une période de bouleversements artistiques et de rejet de l'académisme.

    Moyen de définition et de redéfinitions de la mise en scène de soi, d'affirmation de la place de l'artiste dans la société, il a parfois fait office de manifeste. Il 'est également réinventé, en devenant métaphore de la personnalité du créateur, tel Courbet dans la représentation de son atelier. D'autres, comme Carpeaux, Redon, Gauguin ou Cézanne mélangent recherche picturale et introspection psychologique. Le thème de l'autoportrait s'avère par ailleurs un outil de choix pour mettre en lumière la diversité des styles et des courants présents dans les collections du musée d'Orsay.

     

    ‡ Autoportraits. La représentation de soi, collectif, éditions Flammarion, 2015, 128 p., ill. (25 €).

  • Les monnaies lorraines du musée de Charleville-Mézières (Xe-XVIIIe siècle)

    monnaies.jpgLa numismatique est une science auxiliaire de l'histoire malheureusement souvent méconnue ou ignorée dans les milieux de la science historique et du grand public. Pourtant, celle-ci se révèle très utile dans l'analyse historique : elle permet de suivre les évolutions artistiques, économiques, linguistiques et surtout les évolutions politiques et religieuses. "Battre monnaie, cela peut être à la fois améliorer ses ressources budgétaires, affirmer son autorité et son message politique, transmettre sa foi et sa culture" écrivait Jean Belaubre dans son ouvrage Les monnaies de France. Histoire d'un peuple.

    Malgré l'intérêt évident de l'étude des monnaies, publier une collection numismatique est toujours un événement car rares sont les institutions publiques ou privées qui osent ouvrir leurs portes aux numismates.

    Les musées municipaux de Charleville-Mézières font partie de ces rares institutions qui souhaitent valoriser leurs collections de monnaies. Ils possèdent l'une des plus importantes collections numismatiques des musées de province, riche d'environ 29 000 exemplaires allant du Ve siècle avant notre ère au début du XXe siècle. L'étude des monnaies de Lorraine (duché de Lorraine, comté puis duché de Bar, évêché de Metz et de Toul, cité de Metz, seigneurie de Neufchâteau et de Phalsbourg-Lixheim) est apparue comme une évidence.

    Composée de 186 monnaies et d'un jeton, cet ensemble lorrain présente un état de conservation remarquable, parfois exceptionnel, et comporte quelques pièces non connues des ouvrages de référence. Cette collection "lorraine" comprend des monnaies d'argent, de billon et de bronze qui méritaient bien une publication soulignant leur beauté et leur diversité.

     

    ‡ Les monnaies lorraines du musée de Charleville-Mézières (Xe-XVIIIe siècle), Etienne Dostert, PUN-Editions universitaires de Lorraine, 2014, 91 p., ill. (15 €).

  • Hennezel (88) : marché de Pâques au Musée

  • Gallé au musée de l'Ecole de Nancy

    gallé.jpgLe musée de l'Ecole de Nancy possède une importante collection d'œuvres d'Emile Gallé. Constitué d'achats et de dons depuis l'origine du musée jusqu'à nos jours, cet ensemble renferme des pièces de mobilier, des faïences et des verreries ainsi que des objets en cuir, des textiles, des dessins préparatoires, des clichés photographiques et de la documentation destinée à l'usine d'art.

    Cet ouvrage a pour objet de présenter la richesse de ce fonds unique et la diversité de ses œuvres et documents. Les œuvres maîtresses de l'artiste sont bien sûr évoquées, mais également des pièces moins connues ou celles qui étaient réservées à un usage personnel ou plus confidentiel (objets en cuir, textiles...). Le cadre familial de l'artiste ainsi que son entourage professionnel (usine d'art, collaborateurs, méthode de travail...) sont abordés à travers les photographies et la riche documentation conservées et souvent inédites.

    Ce catalogue permet de mieux cerner l'œuvre foisonnante et la personnalité complexe du chef de file de l'Ecole de Nancy. Elle aide aussi à témoigner de la générosité des descendants de l'artiste envers les collections du musée depuis les années 1950.

     

    ‡ Gallé au musée de l'Ecole de Nancy, collectif, éditions Snoeck-Musée de l'Ecole de Nancy, 2014, 226 p., ill. (25 €).

  • Cinq musées vosgiens au coeur de la Grande Guerre

    luthiers.jpg

    [Vosges Matin]

  • Thionville (57) : un sarcophage en bois au musée de la Tour aux Puces

    thionville.jpg

  • Mirecourt (88) : novembre au musée de la lutherie et de l'archèterie

    mirecourt.jpg

  • Remiremont (88) : une « star » internationale se cache au musée Charles-de-Bruyères

    Ajoutée peu avant son ouverture au public, la salle de peinture française du musée Charles-de-Bruyères de Remiremont abrite une œuvre d’Alexandre Antiga, exposée jusqu’aux États-Unis.

    vosges,remiremont,musée,charles de bruyères,alexandre antigna,la veuveLa plus grande salle du musée Charles-de-Bruyères, situé rue Charles-de-Gaulle à Remiremont, abrite une œuvre éloquente, « une des plus importante du catalogue », selon Aurélien Vacheret, conservateur du musée.

    Sur un des murs est effectivement accroché le tableau « La Veuve », aussi nommé « La mort du pauvre », peint par Alexandre Antigna, datant de 1849. « Ce tableau est un don qui a été fait au musée en 1934 », explique le conservateur.

    La scène se passe dans une petite pièce humide. Un homme mort est allongé sur un lit de paille. À côté de lui, sa femme en pleurs, ainsi que ses deux enfants. L’un pleure sur l’épaule de sa mère, l’autre regarde le contemplateur de l’œuvre. « Si on regarde bien, on aperçoit que le garçon porte des chaussures à clous, ce qui accentue la pauvreté de la famille. Son regard, même s’il ne pleure pas, interpelle, on sent les larmes prêtes à jaillir », explique le conservateur.

    « Veuve » représente la misère humaine. Les détails y sont importants, les veines de la femme qui ressortent de sa main, les habits troués que porte le corps et d’autres. « Alexandre Antiga est un des premiers peintres, au XIXe siècle, qui a attiré l’attention sur les gens qui souffrent », explique Aurélien Vacheret. Plus tard, d’autres représenteront également la souffrance humaine, à l’image de Jules Adler, dont le musée Charles-de-Bruyères possède une collection importante.

    L’œuvre attire la convoitise d’autres musées, nationaux et internationaux. Ainsi, « Veuve » s’est retrouvée exposée à Orléans en 1979, à Cleveland aux États-Unis en 1980, à Chartres en 1984 et plus récemment à la Nouvelle-Orléans aux États-Unis et à Paris en 2009. « Ces expositions ont permis de faire connaître l’œuvre internationalement », note Aurélien Vacheret.

    Né en 1821, Charles de Bruyères était avocat à Remiremont. Collectionneur d’œuvres d’arts, il était également artiste à ses heures perdues. Il a notamment peint son autoportrait et produit beaucoup de dessins. Le conservateur du musée informe par ailleurs qu’ « une dizaine de carnets de dessins sont aujourd’hui conservés ».

    Il s’installe dans la propriété familiale, un hôtel particulier aujourd’hui au 70 rue Charles-de-Gaulle, autour de l’année 1881. « Peut-être s’est-il installé à la mort de sa mère », explique Aurélien Vacheret. Durant plusieurs années, il rassemble un certain nombre d’œuvres historiques liées à la Lorraine. Charles de Bruyères, très attaché à l’histoire de ses ancêtres, a conservé diverses pièces importantes à ses yeux. Ainsi, dans « l’embryon du musée », comme le nomme Aurélien Vacheret, il est possible d’apercevoir un portrait de Jean-François-Luc de Bruyère, ainsi qu’une coupe en onyx offerte par la dernière abbesse de Remiremont. « Le père de Charles de Bruyères a été maire de Remiremont, ce qui pourrait expliquer son attachement à la ville », remarque Aurélien Vacheret.

    À sa mort en 1905, Charles de Bruyères lègue sa collection d’environ 277 pièces à la Ville de Remiremont, à condition qu’elle fasse de sa maison un musée. Aujourd’hui, la collection de Charles de Bruyères, tout comme les œuvres conservées par la mairie de Remiremont et données au moment de l’ouverture du musée en public, ont été enrichies par d’autres œuvres acquises par les différents conservateurs qui se sont succédé au musée. Ce dernier a récemment fêté ses cent ans, ses œuvres quant à elles n’ont pas pris une ride…

    L’hôtel particulier légué par Charles de Bruyères à la Ville de Remiremont abrite de nombreuses œuvres. Au fil des années, la collection des 277 œuvres appartenant à Charles de Bruyères s’est étoffée, toujours dans le but de rendre le musée de la rue Charles-de-Gaulle plus attractif.

    ‡ Pendant la période estivale, le musée Charles-de-Bruyères est ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h.

    Tarifs : entrée : 2,30 € ; groupe de 20 personnes et plus, étudiants, titulaires du PassLorraine : 1,05 € ; gratuit pour les moins de 18 ans et les titulaires du PassMusées ; billet jumelé valable 48 h pour les deux musées romarimontains, Charles-Friry et Charles-de-Bruyères : 3,65 € ; tarif réduit : 1,60 €. Gratuit le dimanche.

    Renseignements : Musée Charles-de-Bruyères, 70 rue Charles-de-Gaulle à Remiremont, tél. : 03 29 62 59 14. Internet : www.remiremont.fr (rubrique culture).

    [Vosges Matin]

  • Une histoire de fer, de verre et de bois à Hennezel (88)

    Le village de Hennezel, entre Darney et Bains-les-Bains, abrite un musée qui retrace l’histoire de la région à partir des objets produits par les verreries, fleurons de son passé.

    verre2.jpgAu cœur de la forêt de Darney, à Hennezel, l’ancienne maison de maître du dernier patron de la verrerie de Clairey a retrouvé une deuxième jeunesse. Depuis 1986, une poignée de passionnés, membres de l’association Saône-Lorraine, s’efforcent de redonner vie au lieu transformé en musée du fer, du bois et du verre. Bernard et Arlette Delémontey sont de ceux-là. Chaque année, ils organisent des expositions temporaires qui viennent compléter les collections de leur petit musée de quatre salles.

    Jusqu’au 31 octobre, « Opalines et verres moulés » propose de se plonger dans le passé de la région et de découvrir les richesses artistiques créées par les verriers et autres créateurs. « La plupart des objets présentés ici proviennent de dons », relève Bernard Delémontey, qui sert de guide aux 3000 touristes qui franchissent la porte du musée chaque année. Verres, carafes, bouteilles, palets et chiques pour les enfants, vase de nuit, entonnoir, tous les objets du quotidien sortis des verreries proches sont exposés dans des vitrines. Verres soufflés (à la bouche), ou moulés à la main, transparents ou colorés. Les époux Delémontey savent tout sur ces pièces qui ont parfois nécessité de longues recherches pour en certifier l’origine.

    À côté des vitrines d’exposition, les bénévoles ont aussi reconstitué des maquettes des forges ou de l’atelier de menuiserie. Les travaux de broderie des femmes viennent compléter le musée, dont la visite se termine par une histoire plus récente celle-là, et beaucoup plus douloureuse : la salle de la résistance est consacrée au maquis de Grandrupt et à l’abbé Mathis. Tous les résistants qui avaient trouvé refuge dans ce coin de forêt entre 1943 et 1944 ont été déportés.

    Les premières traces d’une verrerie à Clairey remontent avant le milieu du XVIe siècle. On sait qu’en 1555, une verrerie, officielle celle-là, a vu le jour sur les fondations d’une autre, plus ancienne. Dans un temps assez imprécis, on sait qu’un duc de Lorraine a fait venir de Bohème des verriers qui trouvaient dans les forêts vosgiennes tout ce dont ils avaient besoin : du bois pour se chauffer et construire, du sable pour le verre et des espaces pour s’installer.

    verre1.jpgL’époque était alors au temps des cathédrales et la fabrication de verres à vitres et à vitraux était alors en pleine expansion. Le secteur comptait alors 23 verreries de type familial (Lichecourt, Bleurville, Planchotte, La Rochère, etc.). Mais même l’édification de structures religieuses ne ralentit pas les velléités de combat des hommes. Les guerres de religion, la guerre de Trente Ans et plus tard la Révolution ont eu raison de l’économie de la région et des implantations des verriers, également touchés par l’abolition des privilèges.

    Plus tard, les verriers ont tenté de s’implanter à nouveau mais les temps avaient changé. Fini les vitraux et les arts sacrés, il a fallu trouver des reconversions. Certains se sont alors lancés dans la fabrication de bouteilles pour l’eau-de-vie, notamment la cerise de Fougerolles. Au début du XVIIIe siècle, des artisans venus de Suisse et du nord de la Lorraine se sont lancés dans la gobeleterie et la production à grande échelle. La verrerie de Clairey a fermé définitivement ses portes le 28 juin 1952. Elle comptait, outre une scierie attenante, des logements pour les ouvriers, une école pour leurs enfants et une crèche, sur le modèle des entreprises paternalistes.

    Léon Logerot (1844-1924) était un des meilleurs graveurs, tailleurs et peintres de la verrerie de Clairey. Un artiste multifacette dont l’œuvre tient particulièrement à cœur à Bernard Delémontey. Pour lui, le clou du musée est ce petit serviteur de nuit à poser sur une table de chevet. Composé d’une carafe et d’un gobelet en verre vert, il a été fabriqué par Léon Logerot à la fin du XIXe siècle à Clairey. Une identification formelle rendue possible grâce aux catalogues édités par les verreries. En effet, peu d’œuvres étaient poinçonnées, la majorité d’entre elles ne comportaient qu’une petite étiquette en papier, perdue ou détériorée au fil du temps.

    [texte et clichés : Vosges Matin]

  • Bleurville (88) : visitez le conservatoire de la piété populaire

    musée st maur.jpg

    [L'Echo des Trois Provinces | juillet-août 2013]

  • Châtillon-sur-Saône (88) : bilan des Musées vivants estivaux

    chatillon.jpg

    [Vosges Matin]

  • Le musée départemental d'Art Ancien et Contemporain d'Epinal

    musée epinal.jpg

    [Vosges Matin]

  • Verre et verriers à l'honneur au musée de Hennezel (88)

    hennezel.jpg

    [Vosges Matin]

  • Autour de l'expo' "Opalines et verreries moulées" à Hennezel-Clairey (88)

    Week-end riche en animations au musée des activités anciennes de Hennezel-Clairey, dans les Vosges, entre Darney et Bains-les-Bains. Présentation d'un monument de l'édition avec l'ouvrage sur François-Théodore Legras, ainsi qu'une vidéo sur la vie des verriers dans la Vôge, et vernissage de la grande exposition consacrée aux opalines de foire et aux verres moulés.

    lorraine,vosges,hennezel,musée,verre,saone lorraine,philippe d'hennezel,jean françois michel,marie françoise miche,françois théodore legrasMarie-Françoise et Jean-François Michel, les infatigables animateurs de l'association Saône Lorraine avaient donné rendez-vous aux adhérents de l'association patrimoniale du Sud-Ouest vosgien, aux collectionneurs prêteurs et officiels pour marquer le "top" départ de la saison culturelle au musée du verre, du fer, du bois et de la résistance de Hennezel-Clairey.

    Les époux Michel ainsi que Dominique et Jean Vitrat, les auteurs du livre sur François-Théodore Legras, se sont prêtés de bonne grâce à une séance de dédicace. La nouvelle édition complètement refondue de l'ouvrage consacré au maître verrier dyonisien originaire de la forêt de Darney connaît un beau succès. Il s'agit surtout d'une somme sur cet artiste devenu industriel qui produisit quantité de pièces de verreries Art nouveau et Art déco dans ses usines de La Plaine-Saint-Denis et de Pantin, entre la fin du XIXe siècle et la Grande Guerre.

    lorraine,vosges,hennezel,musée,verre,saone lorraine,philippe d'hennezel,jean françois michel,marie françoise miche,françois théodore legrasAutre moment fort de ce week-end fut la présentation du film réalisé par Philippe d'Hennezel, descendant de la famille de verriers qui donna son nom au village de... Hennezel. "Passeurs de lumière" porte un regard sur les verriers d'aujourd'hui (notamment ceux de la verrerie haute-saônoise de La Rochère où fut tourné en grande partie la vidéo) ainsi que sur le passé verrier de la Vôge. Hommage aux familles de verriers qui furent à l'origine de la vocation du maître verrier François-Théodore Legras. Hommage aussi aux savoir-faire ancestraux transmis de génération en génération. Hommage enfin à la grande famille des verriers - patrons d'industrie et ouvriers verriers - où règne une grande solidarité et où la transmission des traditions est une réalité. Et comme le rappelait Bernard Délémontey, conservateur du musée de Hennezel, nos verriers sont de véritables "passeurs de lumière" : la vitre ne laisse-t-elle pas entrer la lumière dans la maison et le vitrail n'initie-t-il pas le croyant aux réalités d'En-Haut ?

    lorraine,vosges,hennezel,musée,verre,saone lorraine,philippe d'hennezel,jean françois michel,marie françoise miche,françois théodore legrasLe vernissage de l'exposition a permis à Marie-Françoise Michel d'expliquer l'originalité de la production des opalines et des verres moulés - trop souvent déconsidérés car jugés trop populaires -, dont certaines pièces peuvent être attribuées aux verreries Legras. Ce fut surtout l'occasion de remercier tous les donateurs et prêteurs sans qui cette magnifique rétrospective n'aurait pu avoir lieu.

    L'exposition est visible au musée de Hennezel-Clairey jusqu'au 1er novembre, tous les jours de 14h30 à 18h00.

    [clichés : © H&PB]

  • Lunéville : exposition « Charles-Alexandre de Lorraine, prince de l’Europe des Lumières »

    charles alexandre de lorraine.jpgDernier fils du duc Léopold et de son épouse Elisabeth-Charlotte d’Orléans, Charles-Alexandre de Lorraine connut une jeunesse heureuse à Lunéville, avant de voir son destin échapper aux frontières de sa Lorraine natale, pour atteindre une dimension internationale. C’est bien le rôle de prince de l’Europe des Lumières que l’exposition entend retracer.

     

    L’année 2012 sera marquée au château de Lunéville par la célébration du tricentenaire de la naissance, en ses murs, de Charles-Alexandre de Lorraine, prince à la destinée hors du commun. Cette exposition est réalisée en partenariat avec l’association des Amis du château de Lunéville et de son musée et bénéficie du soutien des musées de Tervuren et de Bruxelles (Belgique).

     

    Douzième enfant du duc Léopold de Lorraine et de son épouse Elisabeth-Charlotte d’Orléans, il passa des années heureuses au château de Lunéville, loin de l’exercice du pouvoir dont la perspective revenait à ses frères aînés. Ce temps d’insouciance fut marqué toutefois par une éducation soignée, qui devait faire du jeune prince une figure marquante de l’Europe des Lumières.

     

    En 1736, sa vie bascule, lorsque son aîné, le duc François III, renonce à la Lorraine pour accéder au trône impérial en épousant Marie-Thérèse de Habsbourg. Charles-Alexandre quitte alors Lunéville et rejoint la cour de Vienne. Il se met au service d’un pouvoir nouveau, qu’il sert tout d’abord par les armes, avant d’endosser un rôle qui lui convient mieux, celui d’administrateur efficace et généreux. En tant que gouverneur des Pays-Bas autrichiens, l’actuelle Belgique, Charles-Alexandre de Lorraine révèle en effet son tempérament de véritable prince éclairé, à la fois ami des arts, propagateur des évolutions techniques et, avant tout, garant du bien-être de ses peuples.

     

    Peut-on imaginer plus bel hommage que celui rendu par son ancien adversaire sur les champs de bataille, le roi Frédéric II de Prusse, qui déclara à la mort de Charles-Alexandre de Lorraine : « (…) il honorait l’humanité (…) peu de princes le remplaceront par la beauté de son âme ».

     

    ‡ Exposition internationale organisée par Alain Philippot (château de Lunéville), Thierry Franz (château de Lunéville, doctorant à l’Université de Lorraine, CRULH) et Catherine Guyon (présidente des Amis du Château de Lunéville et de son musée, MCF en histoire à l’Université de Lorraine, CRULH).

     

    ‡ Un catalogue illustré en couleur accompagne l’exposition.

     

    ‡ Du 9 juin au 16 septembre 2012 – Musée du Château de Lunéville.

  • Opalines et verres moulés au Musée de Hennezel (Vosges)

    hennezel.jpg

  • Grand (88) : les tablettes passent au numérique

    Extrêmement fragiles, les tablettes astrologiques trouvées à Grand dans les années 60 ont été scannées en 3D. Un double objectif à cela : historique et pédagogique.

     

    aucun-detail-des-inscriptions-et-de-l-etat-de-surface-n-echappe-au-scanner-haute-precision-(photo-c.jpgDes tablettes reliées à un ordinateur. Jusqu’ici, rien d’exceptionnel à l’heure des nouvelles technologies. Sauf que les tablettes du musée départemental d’art ancien et contemporain n’ont rien de commun avec celles des geeks d’aujourd’hui. Elles sont en ivoire et datent du IIe siècle de notre ère.

     

    « Archéo développement », une société suisse les a passés au scanner 3D. L’objectif : faciliter les études des historiens sur des pièces fragiles, à manipuler le moins possible. « Quand elles ont été découvertes en 1967-1968, ces tablettes étaient au fond d’un puits, en plus de 100 fragments », explique Thierry Dechezleprêtre, le conservateur du site de Grand, qui a assisté à la numérisation. « Leur séjour dans l’eau et le recollage des morceaux les ont fragilisées. Trop les toucher pourrait nous faire perdre des petits morceaux de matière». Grâce aux nouvelles technologies, les archéologues et les historiens pourront « nettoyer » l’image et recomposer numériquement les parties manquantes et la vision originale des trois diptyques et de leurs couvercles.

     

    « Nous avons pu analyser qu’il reste des pigments de couleurs dans ces tablettes qui parlent d’astrologie et du zodiaque. Avec le scanner 3D, peut-être pourrons-nous retrouver les coloris et les reconstituer à l’identique », détaille le conservateur, qui avance des tons « rouges, jaunes soutenus voire de la feuille d’or pour orner certains éléments ».

     

    Cette technique de numérisation haute précision, de l’ordre de 50 microns, a notamment été utilisée sur les pièces du Quai Branly, avant l’ouverture du musée des Arts premiers.

     

    Les tablettes désormais numérisées seront présentées au public lors d’une exposition, à partir du 12 mai à Grand. « Nous allons pouvoir mettre en perspective les trois états des pièces ; celui d’origine, celui de la découverte et l’état actuel », se réjouit Thierry Dechezleprêtre. Outre le fait qu’elles soient en ivoire, déjà difficilement trouvable au IIe siècle après Jésus-Christ, ces tablettes ont une valeur symbolique aux yeux des historiens puisqu’elles abordent l’astrologie et les signes du zodiaque avec des inscriptions « en grec, en égyptien et en copte. Cela montre la collusion entre les civilisations grecque, mésopotamienne et égyptienne. Il y a eu une volonté délibérée de les faire disparaître : on les a brisés et jeté dans un puits. Peut-être à cause d’une crise religieuse, on ne sait pas vraiment. En tout cas, c’étaient des objets rares dans la Gaule romaine ».

     

    Même si elles ont été beaucoup étudiées, les tablettes de Grand n’ont pas encore livré tous leurs mystères.

     

    [d'après Vosges Matin]

  • 1er avril 2012 : Marché de Pâques au musée de Hennezel-Clairey (88)

    marche1.jpg

    marche2.jpg

  • Domremy : le musée privé Jeanne d'Arc racheté par le Conseil général des Vosges

    Ils y ont consacré une grande partie de leur vie. Les époux Nex, de Domremy, viennent de vendre leur collection consacrée à Jeanne d'Arc au Conseil général des Vosges. A la place, en projet, une galerie d'art... et un prix "Jeanne d'Arc".

    musée nex.jpg

    [Vosges Matin]

  • Opalines et verres moulés à Hennezel-Clairey (Vosges)

    opaline1.jpgLe musée des activités anciennes (verre, fer et bois) de Hennezel-Clairey, en forêt de Darney, dans les Vosges, présentera en 2012 une grande exposition sur le thème des opalines et verres moulés.

     

    L’association Saône Lorraine recherche des opalines de foire, animaux moulés, etc… afin d'enrichir au maximum cette rétrospective organisée au pays du verrier de l’Art Nouveau, François-Théodore Legras.

     

     

    opaline foire vallerysthal.jpg

     

     

    ‡ Pour tout prêt ou don, contactez Arlette ou Bernard Delémontey au 03.29.09.34.22.

  • Châtillon-sur-Saône : le musée au coeur de la Cité Renaissance

    chatillon.jpg

    [Vosges Matin]

  • A la découverte du musée d'Eloyes (Vosges)

    eloyes.jpg

    [Vosges Matin]

  • Musée de Hennezel (Vosges) : un documentaire sur les verriers en préparation

    hennezel.jpg

    [Vosges Matin]

  • Deneuvre (Meurthe-et-Moselle) : un musée à la gloire d'Hercule

    deneuvre.jpg

    [Vosges Matin]

  • Monthureux-sur-Saône : inauguration du Musée du Patrimoine local

    lorraine,vosges,monthureux sur saone,musée,patrimoine,marie madeleine boulianCe samedi 2 juillet, le petit monde de la culture de la Saône Lorraine inaugurait le nouveau musée du Patrimoine local installé dans l'ancien presbytère.

    Marie-Madeleine Boulian, la cheville ouvrière de cette opération, guidait ses invités dans les salles rénovées de l'ancien presbytère reconstruit par la famille du curé Gantois au début des années 1730. Ce conservatoire du patrimoine local rassemble tous les objets de la vie quotidienne et des métiers de nos ancêtres. Les collections sont sympathiquement mise en valeur dans les vastes pièces de l'ancienne demeure curiale, en particulier la reconstitution d'une chambre à coucher avec le nécessaire de toilette... et son vase de nuit !

    Le musée du Patrimoine local de Monthureux fut fondé dans les années 1970 avec le soutien du docteur Cayotte, alors maire de la localité et conseiller général, de Serge Beltrame, alors maire de Contrexéville et député des Vosges, des époux Michel, actifs animateurs de l'association Saône Lorraine, de M. Poirier, un monthurolais attaché à la sauvegarde du patrimoine de nos aïeux, ainsi que de nombreux donateurs du secteur. Le musée était alors installé dans le lavoir de la rue des Halles. Mais ce local était devenu trop exigu et, surtout, était régulièrement envahi par les caprices de la Saône toute proche...

    "Pour bâtir l'avenir, les générations doivent s'appuyer sur leur passé" rappelait Marie-Madeleine Boulian. Les animateurs du musée local se font fort d'appliquer ce principe de vie en poursuivant l'aménagement des salles d'exposition dont les vitrines proviennent du musée départemental d'Epinal.

    Une nouvelle vie désormais pour le vieux presbytère... Même si l'on peut regretter qu'il ne réponde plus à son usage premier : celui d'accueillir le curé de la paroisse.

    Quelques images de l'inauguration...

    lorraine,vosges,monthureux sur saone,musée, patrimoine,marie madeleine boulian

    lorraine,vosges,monthureux sur saone,musée, patrimoine,marie madeleine boulian

    lorraine,vosges,monthureux sur saone,musée, patrimoine,marie madeleine boulian

    [clichés © H&PB]