Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

femme

  • La Manif' pour Tous Lorraine invite Frigide Barjot le 5 décembre

    La_manif_pour_tous.jpg

    La Manif Pour Tous Lorraine invite Frigide Barjot, Xavier Bongibault et Laurence Tcheng à présenter le programme de L'Avenir pour tous lors d'une conférence-débat

     Jeudi 5 décembre 2013

    à 20H30

    à Nancy

    Salle Raugraff, 13 rue des Ponts

    Venez nombreux pour venir échanger autour de la volonté de porter une demande de référendum constitutionnel pour inscrire le mariage Homme/Femme dans la Constitution tout en conservant les droits d'union des couples homosexuels afin de préserver durablement le mariage et au travers de lui la filiation.

  • Tous à la Manif' Pour Tous à Paris le 24 mars !

    TAUBIRA.jpg

  • Joseph & Bernard Mougin : Ode à la femme

    mougin.jpgDepuis la nuit des temps, la mémoire humaine se prolonge dans l'art et la représentation du corps devient l'empreinte d'une réalisé qui se confronte.

    Joseph Mougin, né à Nancy en 1876, sculpteur céramiste, ami de Prouvé et de Majorelle, s'initie à la céramique à la Manufacture de Sèvres puis s'installe en 1896 à Paris. Jeune artiste et adepte du mouvement Symboliste, il élabore un style exotique et précieux, puisant dans l'Art Nouveau et le naturalisme de l'Ecole de Nancy pour faire naître ses statuettes aux accents parnassiens. La femme est au coeur de son inspiration et il représente telle que la société des Années folles la souhaite, en fine porcelaine blanche, délicatement émaillée ou en biscuit hyalin. Il ouvre la voie à d'extraordinaires recherches sur les vitrifications de grand feu, synthèse exceptionnelle entre la maîtrise technique et l'émotion esthétique.

    Bernard Mougin, fils de Joseph, né à Laxou en 1880, entre à l'Ecole supérieure des Beaux-Arts de Paris où il obtient le Grand prix de Rome. Il obtient dès 1950 des commandes publiques, certaines provoquant des scandales par leur style généreux mais qui offre à la féminité de s'exposer. La profondeur de son langage plastique s'exprime dans l'ombre et la lumière académique des corps, dialogue magnifiant ce qui lui semble être la beauté parfaite, une temporalité allégorique, devenue l'objet de ses interrogations humanistes. Au-delà des mythes de la théologie de l'art, Bernard Mougin a chanté la femme comme Brel et Brassens, avec une ferveur et une simplicité naturaliste.

     

    ‡ Joseph & Bernard Mougin. Ode à la femme, Jacques G. Peiffer, éditions Faton, 2011, 167 p., ill. (48 €).