Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Sur les trace d'Alfred Renaudin à Varennes-en-Argonne avec "Les Amis d'Alfred Renaudin"

  • "Naissance et patrimoine de Pont-à-Mousson" : une expo' à voir jusqu'au 27 avril

  • Darney (88) : projet de stèle en hommage au général Stefanik, héros de l'indépendance tchécoslovaque

  • Darney (88) : le centenaire de la création de la Tchécoslovaquie se prépare activement

  • Pont-à-Mousson (54) : inauguration de l'expo' "Naissance et patrimoine de Pont-à-Mousson XIIIe-XVIIIe siècle" par François Richard

    Inauguration de l'exposition par Henri Lemoine, maire de Pont-à-Mousson, en présence de François Richard, concepteur de la rétrospective [cl. ©H&PB].

    L'exposition temporaire consacrée à la naissance et au patrimoine de la cité de Pont-à-Mousson a été inaugurée ce samedi 21 avril par Henri Lemoine, maire de la ville, en présence de François Richard, illustrateur, peintre et historien amateur, et Jean-Marie Cuny, animateur de La Nouvelle revue lorraine, qui soutient cette initiative.

    François Richard présente plusieurs restitutions des châteaux et bourgs castraux des environs de Pont-à-Mousson ainsi que de la cité mussipontaine. Le patrimoine civil et religieux de la ville est également mis en valeur. Ces tableaux sont agrémentés de figurines de chevaliers et soldats lorrains réalisées par F. Richard lui-même.

    >> Une exposition à voir jusqu'au 29 avril tous les après-midi à la chapelle de l'Institut à Pont-à-Mousson. Entrée libre.

  • Joinville (52) : procession et vénération de la ceinture de saint Joseph le 1er mai

  • Etude des maisons anciennes au Pays des Trois Provinces

  • Val-et-Châtillon (54) : conférence "Arc-en-ciel lorrain : des ciels dans la peinture et les arts lorrains"

  • Joinville (52) : procession et vénération de la ceinture de Saint-Joseph le 1er mai 2018

  • Le Pays lorrain : dossier sur "Le palais des ducs de Lorraine : un musée pour l'avenir"

    Au sommaire du numéro printanier du Pays lorrain, la revue du Musée lorrain, numéro consacré essentiellement à l'esprit de la rénovation du Musée lorrain :

    - Régénérer l'esprit lorrain
    - Cap sur le chantier
    - Brève histoire illustrée du Musée lorrain
    - Une nouvelle cohérence
    - Un regard sur le projet architectural
    - La rénovation : une chance pour les collections
    - Le musée en partage
    - Une recherche en mouvement
    - Faire vivre les collections dans la région toute entière
    - Les apports de l'archéologie à la connaissance de l'histoire du palais ducal au XVIIe siècle
    - La "galerie au Jardin" du palais ducal de Nancy (1603) et les Métamorphoses de Bellange (1610-1612)
    - La collection de statuettes en biscuit du Musée lorrain mise à l'honneur à Commercy
    - Chroniques régionales, vie de la Société, publications récentes...

     

    ‡ Le Pays lorrain est disponible à l'accueil du Musée lorrain ou sur abonnement (43 € à l'ordre du "Pays lorrain") : Le Pays lorrain, Palais des ducs de Lorraine-Musée lorrain, 64 Grande-Rue, 54000 Nancy.

  • Un pape dans la tourmente : Pie VI, de Rome à Valence

    Pie VI, le dernier pape du XVIIIe siècle, est mort en 1799 en déportation à Valence, dans la Drôme. Son long pontificat a été marqué par la montée grandissante de la philosophie des Lumières dans son offensive antichrétienne et antiromaine, et par la Révolution française qui bouleversa les rapports anciennement établis entre monarchie et Église.

    2017 fut marquée par le tricentenaire de la naissance de ce pontife italien ; cet anniversaire a fourni l’occasion à la présente biographie d’évoquer la personnalité d’un homme confronté à la tourmente où risqua d’être emportée la papauté.

    Cet ouvrage restitue les grands moments de cet affrontement idéologique et politique qui met en jeu une conception nouvelle de la liberté et des rapports entre le pouvoir laïque et l’Église catholique.

     

    ‡ Un pape dans la tourmente. Pie VI, de Rome à Valence, Serge Stolf, éditions Delatour, 2017, préface de Mgr Pierre-Yves Michel, évêque de Valence, 166 p., ill., 12 €.

  • Abbaye de Mureau (88) : une souscription pour la porterie

  • Monthureux-sur-Saône (88) : Saône lorraine en assemblée générale

    Les assises annuelles de l’association Saône lorraine se sont tenues à Monthureux-sur-Saône. Moment privilégié pour dresser le bilan 2017 des activités de la structure de défense et de promotion du patrimoine du sud-ouest vosgien, et de dessiner les perspectives à court et moyen termes.

    Le président Jean-François Michel s’est dit plutôt satisfait de l’année écoulée malgré la somme des énergies qui a été mobilisée afin de « monter » les dossiers auprès des collectivités publiques, en particulier celui de la restauration de l’église conventuelle des Cordeliers des Petits-Thons, et la création du site internet de l’association. Ces efforts devraient être récompensés par de belles satisfactions.

    Adhésions. – le nombre d’adhérents connaît une légère érosion au fil des années. Cependant, Saône lorraine demeure forte de 361 adhérents.

    Fréquentation des sites. – Les animations proposées ont connu un beau succès, que ce soit les concerts donnés en l’église des Cordeliers des Thons ou l’exposition « L’enfance d’autrefois dans l’œil du photographe » présentée au musée de Hennezel. Ce dernier a cependant enregistré un léger recul de la fréquentation liée aux déviations hasardeuses mises en place autour de Darney une grande partie de l’année. Châtillon attire toujours un public fidèle notamment grâce aux animations autour du musée et dans les rues du vieux village.

    Les projets. – Saône lorraine est fortement mobilisée pour le projet de restauration de l’église Notre-Dame des Anges des Cordeliers des Petits-Thons. La souscription populaire a été lancée avec le soutien de la Fondation du Patrimoine : les travaux sur le chœur et la chapelle funéraire débuteront en septembre prochain, avec le soutien financier de la Région Grand-Est, la DRAC, la Fondation du Patrimoine et le Conseil départemental des Vosges. L’association prépare déjà le dossier en vue de la réhabilitation de la nef qui présente un état sanitaire dégradé, projet qui devrait se concrétiser dans les prochaines années. Le musée de Hennezel accueille cette année une passionnante exposition sur les sources, étangs et moulins en Saône vosgienne. Par ailleurs, l’association du Musée de Châtillon animera encore cet été la petite cité Renaissance avec ses musées vivants et des « café-histoire », soutenus par des spécialistes reconnus du monde universitaire, rythmeront la vie culturelle dans les différents sites gérés par Saône lorraine (l’histoire des moulins, le protestantisme dans le sud-ouest de la Lorraine..). Le président Michel conduira les adhérents à la découverte d’autres patrimoines architecturaux dès la fin avril, en Catalogne et, en septembre, dans le Cotentin et en Bretagne.

    En conclusion des travaux, Jean-François Michel a remis un cadeau à Nicole Hottier et Jacques Durupt pour la qualité de la gestion de la trésorerie de l’association. Enfin, Robert Mougin, vice-président de Saône lorraine et maire des Thons, a clôturé l’AG en rappelant la nécessité de défendre la ruralité et le rôle des associations dans le « vivre ensemble » de nos communautés rurales, les grandes oubliées des politiques publiques depuis trop longtemps.

    La matinée s’est achevée par un apéritif convivial et un repas partagé par les quelques 120 participants. L’après-midi a été consacré à un hommage émouvant à Martinvelle au docteur Daniel Durand, décédé en 2015, en présence de sa famille. Historien de son village et des confins de la Lorraine et de la Comté, Daniel Durand fut un membre fidèle de Saône lorraine durant de nombreuses années.

  • "Nationalisme monarchique et nationalisme républicain" : conférence à Nancy le 21 avril

  • Dictionnaire du renseignement

    Les ouvrages relatifs au vaste monde de l’espionnage se sont multipliés. Essais plus ou moins informés, témoignages « vécus » d’une fiabilité variable se succèdent pour répondre à la curiosité insatiable des lecteurs. Car c’est un fait : près de trente ans après la chute du Mur et la fin de la guerre froide, l’univers opaque des espions et agents secrets fascine de plus en plus. Or, la réalité s’avère souvent bien éloignée de la fiction.

    Il était temps que des professionnels du renseignement rassemblent le maximum d’informations sur leur métier et présentent de façon exhaustive au public le monde dans lequel ils évoluent. Telle est l’ambition de ce dictionnaire : donner la parole aux vrais experts – qui signent parfois sous pseudonyme pour des raisons de confidentialité – afin qu’ils racontent et expliquent les techniques qu’ils utilisent, l’histoire et l’organisation des services, les événements marquants, sans oublier les grandes figures d’hier et d’aujourd’hui.

    Qu’est-ce qu’un « agent sous légende » ? Une action « d’entrave » ? Pourquoi Donald Trump s’est-il récemment attiré les foudres de la communauté internationale du renseignement ? Les applications de messagerie cryptée sont-elles réellement fiables ? Quelles ripostes concrètes sont apportées à la menace terroriste ? À toutes ces questions, et à bien d’autres, ce livre répond au moyen de notices limpides, classées par ordre alphabétique, qui permettent d’accéder à une information sérieuse et rapide.

    Unique en son genre, cet ouvrage de référence offre pour la première fois un décryptage vivant et complet de l’univers du renseignement « vu de l’intérieur ».

     

    ‡ Dictionnaire du renseignement, Hugues Moutouh et Jérôme Poirot, éditions Perrin, 2018, 848 p., 29 €.

  • Saône lorraine : inscrivez-vous pour le prochain voyage en Cotentin et Bretagne

  • Figures du catharisme

    Jouant sur la plasticité du mot « figure » (de proue, de danse, de style, etc.), le présent ouvrage offre 17 chapitres qui sont autant de clés pour pénétrer dans le vaste domaine que le biographe de Simon de Montfort ou de saint Dominique explore depuis de nombreuses années.

    Du testament d’un hobereau « hérétique » aux pérégrinations de deux sœurs traquées par l’Inquisition, de l’attaque d’une abbaye pour libérer le parfait cathare qui y est détenu, aux raisons qui ont conduit le très catholique roi d’Aragon à combattre aux côtés des protecteurs de l’hérésie, des mythes bibliques dont s’est nourri le catharisme à l’exil en Lombardie des Languedociens qui fuyaient la persécution, sans oublier le vaste clan nobiliaire qui régna quarante ans sur Montségur, autant de regards jetés sur le drame occitan du XIIIe siècle.

    Mais aussi, et surtout, autant d’occasions de s’immerger dans le vécu quotidien de ceux qui, de l’humble bouvier au grand seigneur, en furent témoins, acteurs ou victimes.

     

    ‡ Figures du catharisme, Michel Roquebert, éditions Perrin, 2018, 480 p., 25 €.

  • Les Thons (88) : l'église du couvent des Cordeliers retenue par Stéphane Bern

    Chevet de l'église conventuelle des Petits-Thons, XVe siècle [cl. © P. Hannelle].

    L'ancienne église conventuelle Notre-Dame des Anges des Cordeliers des Petits-Thons (Vosges, canton de Darney) fait partie de la liste des sites retenus par Stéphane Bern afin de bénéficier du Loto du patrimoine.

    Ce loto permettra de collecter des fonds afin de sauver des sites historiques remarquables dans nos différentes régions françaises.

    L'ancienne église des Cordeliers est la propriété de l'association Saône lorraine qui y engage d'importants travaux afin de lui donner une vocation muséale et culturelle.

  • Le pays des Etangs autour de Réchicourt-le-Château

    Situé au centre du Pays des Étangs, en Moselle, le territoire de Réchicourt-le-Château conserve un patrimoine lié autant à son histoire qu’à sa nature environnante. Ici nature et culture se mêlent. Le paysage est transformé avec la création des étangs au Moyen Âge, puis au XIXe siècle avec l’aménagement du canal de la Marne au Rhin.

    Cette Image du Patrimoine est le fruit d’une étude de l’inventaire général combinant l’étude sur le terrain aux ressources des différents fonds d’archives publiques et privées. Elle porte sur le patrimoine architectural et mobilier ainsi que sur le patrimoine naturel de ce territoire au caractère rural affirmé, et au bâti façonné par les multiples conflits qui s’y sont succédé depuis la guerre de Trente Ans.

    Richemment illustré de plus de 300 prises de vue, ce beau livre est une coédition avec le service de l’Inventaire général du patrimoine culturel, dans la collection Images du Patrimoine. Une exposition du même nom est également présentée au Musée du Pays de Sarrebourg du 16 février au 16 avril 2018.

     

    ‡ Le pays des Etangs. Autour de  Réchicourt-le-Château, Catherine Zeller-Belville et Olivier Nourrigeon (dir.), éditions Libel - Inventaire général du patrimoine culturel Grand Est, coll. Images du patrimoine, 2018, 128 p., ill., 24 €.

  • Darney (88) : conférence sur Edouard Bénès, fondateur de la Tchécoslovaquie, par Jean-François Michel le 14 avril

    Monument franco-tchèque et slovaque érigé à Darney en 1968 [cl. H&PB].

    Dans le cadre des manifestations du centenaire de la création de la Tchécoslovaquie à Darney en 1918, Jean-François Michel, président de Saône lorraine, donnera une conférence sur « Edouard Bénès : de Kozlany à Semizovo Usti, la vie tragique d’un dirigeant entre Hitler et Staline », le 14 avril à 20h30 à la salle des fêtes de Darney.

    Le 30 juin 1918, Edouard Bénès (1884-1948) fit un passage éclair à Darney, de 9h (sa descente du train à la gare) à 14h (sa remontée dans le train vers Paris) : il y représenta le Comité national tchèque et slovaque (CNT) aux côtés du président Raymond Poincaré, de Stephen Pichon, du colonel Milan Stefanik et du général Edouard de Castelnau, rassemblés au camp Kléber avec les combattants volontaires tchèques et slovaques.

    Il fut aussi le créateur acharné de la république tchécoslovaque aux côtés de Karel Kramar et de Thomas Masaryk. Ministre des affaires étrangères de son pays, président de la Première République (soit de 1935 à 1938), il fut le sacrifié des accords de Munich, la bête noire d’Hitler, l’animal blessé puis errant pendant la Seconde Guerre mondiale. Proche de Staline et de l’URSS, il redevint le dirigeant d’un pays étroitement surveillé par Moscou (1945-1948) pour en devenir finalement le satellite. Victime de ses alliances contradictoires et de la trahison de ses faux-amis, l’homme qui foula le sol de Darney pendant 5 heures le 30 juin 1918, est aussi un acteur et un laissé pour compte des tragédies du XXe siècle.

     

    ‡ Conférence de Jean-François Michel sur « Edouard Bénès : de Kozlany à Semizovo Usti, la vie tragique d’un dirigeant entre Hitler et Staline », 14 avril à 20h30, salle des fêtes de Darney.

  • Darney (88) : conférence sur Edouard Bénès par Jean-François Michel le 14 avril

  • Bleurville (88) : l'huilerie ouvrira pour les Journées du patrimoine de pays et des moulins le 16 juin

    A l'occasion des prochaines Journées nationales du patrimoine de pays et des moulins, l'ancienne huilerie de Bleurville au 17 rue de Monthureux, propriété de M. Jérôme Toussaint, ouvrira ses portes au public le samedi 16 juin 2018 de 9h00 à 18h00.

    A noter d'ores et déjà sur vos agendas et rendez-vous le 16 juin prochain à Bleurville afin de découvrir un bel exemple d'installation agricole de la première moitié du XIXe siècle demeurée en parfait état.

  • Des plaques de cocher à mettre en valeur

    Nos communes de la Saône vosgienne conservent encore de nombreuses anciennes plaques de cocher de la fin du XIXe siècle. Elles sont les ancêtres de nos modernes panneaux indicateurs : installées souvent à 3 m de haut - voire plus - sur les façades des maisons aux entrées des villages ou aux carrefours, ces plaques en fonte moulée servaient à indiquer la direction aux conducteurs de diligences et de charrois.

    Nous avons déjà attiré l'attention des mairies afin qu'elles les valorisent en les "rechampissant", c'est-à-dire en leur donnant un bon coup de peinture, leur donnant ainsi une nouvelle jeunesse... et mettant en avant un élément du petit patrimoine vernaculaire de nos villages ruraux.

    On peut découvrir tout le travail de remise en état de ces plaques cocher réalisé par une association nationale sur la page Facebook Les plaques de cochers - Association Henri Bouilliant.

  • Bleurville, d'hier... pour demain : votre avenir est à Bleurville !

    lorraine,vosges,bleurville,entreprises,artisanat

    Bleurville, vue aérienne, juillet 2014 [cl. G. Salvini].

     

     

    Bleurville d'hier... pour demain, car nos villages et bourgs ruraux doivent continuer à vivre et se développer pour conserver à notre France son identité.

     

    Alors, vous aimez votre pays, vous aimez notre Lorraine, vous aimez les Vosges... vous aimerez Bleurville !

     

    Jeunes artisans, jeunes entrepreneurs, venez investir et vous installer à Bleurville : son cadre de vie et son environnement humain, naturel et bâti vous séduiront !

     

    Lire la suite

  • Void-Vacon (55) : 40ème anniversaire de la création de la meute scoute IIIe Nancy

    Les Europa Scouts lorrains fêtaient ce dimanche 8 avril le 40ème anniversaire de la création de la meute de la IIIe Nancy au château meusien de Void-Vacon aimablement mis à disposition par la famille Tonnerieux.

    Pièce de théâtre sur l'origine de la jungle par les louveteaux, repas scout, chants, joyeuse ambiance, cérémonies scoutes et messe de clôture ont ponctué cette belle journée d'amitié et de fraternité scoute.

     

    >> Plus de photos sur la page Facebook "Lotharingisme" : https://www.facebook.com/lotharingisme/

     

  • Hennezel (88) : les sources, étangs et moulins s'exposent au musée

  • Le monachisme médiéval

    Au IVe siècle, le monachisme fait une timide apparition en Occident, à la faveur des récits de pèlerins et d’évêques orientaux réfugiés en Europe. Quelques siècles plus tard, il occupe une place incontournable dans la société médiévale. L’ouvrage de C. H. Lawrence raconte le prodigieux essor de ce mouvement, ainsi que les nombreuses formes de vie religieuse auxquelles il a donné naissance.

    Le moine, selon la célèbre Règle établie par saint Benoît au VIe siècle, partage sa journée entre la prière, le travail et l’étude. Mais la nécessité de gérer des monastères au patrimoine et aux revenus toujours plus importants, de répondre aux sollicitations des pouvoirs temporel et ecclésiastique, d’accorder une place aux femmes dans les maisons religieuses, ou encore de faire face à l’apparition de l’université obligèrent parfois les religieux à déroger aux exigences premières de la vie monastique. Au cours du Moyen Âge, de l’Irlande à l’Italie, les hommes et les femmes vouant leur vie au service de Dieu apportèrent de multiples réponses aux défis posés par ces évolutions. Ces réponses donnèrent naissance à autant de mouvements religieux (Cluny, Cîteaux, Grandmont, Sempringham… ; chanoines, templiers, frères prêcheurs…) dont l'auteur dresse un portrait saisissant de force et de vitalité.

     

    ‡ Le monachisme médiéval, C. H. Lawrence, Les Belles Lettres éditions, 2018, 423 p., ill., 27 €.