Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

godoncourt

  • Hannetons : la grande invasion dans les Vosges méridionales

    Des nuées de ces coléoptères épouvantent les habitants du sud des Vosges. Leurs larves, de plus en plus nombreuses, dévasteront les prairies l’an prochain. Pire : presque plus aucun moyen de lutte n’est autorisé aujourd’hui.

     

    hanneton.jpgThorax recouvert de poils gris, antennes aux lamelles orangées, ils mesurent jusqu’à 3 cm… « Ils sortent vers sept-huit heures le soir. Ça vous tape dans la figure. La façade du voisin en était toute noire il y a trois jours », dit Bernard Floriot. Sur les hauteurs de Godoncourt, près de Monthureux-sur-Saône, l’éleveur de moutons ramasse des seaux de hannetons lorsqu’il secoue les arbres fruitiers de ses pâturages. « Je les fais griller dans la chaudière. » Les bestioles raffolent particulièrement des feuilles de mirabelliers, d’érables, de chênes pédonculés et de cerisiers.

     

    Le directeur du Groupement de défense des ennemis de la culture, Vincent Potaufeux, soupire : « Ça fait vingt-cinq ans qu’on travaille sur le hanneton et plus on y travaille, moins on a de solutions. »

     

    rb.jpgCar, les nuages de hannetons qui tournoient dans les phares des voitures, le soir dans le sud et le sud-est des Vosges, leur bourdonnement inquiétant, leur vol lourd et maladroit qui finit contre les pare-brise, leurs trois paires de pattes brunes s’accrochant dans les cheveux, ce n’est rien… Rien, à côté des dégâts que vont occasionner les milliards de larves qui sont pondues en ce moment dans le sol vosgien. Les prairies et les cultures légumières de l’an prochain sont déjà condamnées sur les secteurs concernés. « Entre mai et septembre l’an prochain, ces larves multiplieront leur taille par dix et consommeront les radicelles », explique Vincent Potaufeux. Les racines dévorées, les prairies se transformeront en paillasses sèches.

     

    L’inquiétude des éleveurs ne cesse de croître à l’image des hannetons : « Ils sont encore plus nombreux cette année : les vols sont deux fois plus importants qu’il y a trois ans », s’inquiète Vincent Potaufeux.

     

    carte.jpgDéjà bien implantés dans le sud-ouest des Vosges, ces coléoptères envahissent peu à peu d’autres zones de prairies herbagères, que ce soit de prairie de fauche ou de pâture. Ils progressent ainsi vers l’est (Remiremont) et le nord (Epinal). Il y en a même en Déodatie. La Haute-Saône et la Haute-Marne sont désormais également concernées.

     

    Sur une production moyenne de 5 tonnes d’herbe à l’hectare, le hanneton en ingurgite une tonne en moyenne. « En août 2010 il y a eu 5 M€ de dégâts en production d’herbe », indique-t-il.

     

    Plus encore que la prolifération de ces redoutables coléoptères, Vincent Potaufeux s’alarme de l’impuissance des éleveurs, auxquels très peu de moyens de lutte sont autorisés. « Ils n’ont plus le droit de traiter. L’Etat et l’Union européenne ont supprimé tout traitement ! Tous les trois ans, les dégâts s’amplifient et plus ça vient, plus on répond aux éleveurs que la seule chose à faire, c’est de préparer une lutte mécanique pour l’année suivante. »

     

    Entre 400 et 600 agriculteurs sont touchés dans le département, pour environ 40 000 hectares d’herbe grignotés par la racine. « On demande juste à avoir le droit de mettre en place des moyens de lutte adaptés. » Un seul objectif : arrêter le cycle des calamités du hanneton et de ses larves.

     

    [d’après Vosges Matin]

  • Saône Lorraine : un parc éolien à l'étude

    eoliennes.jpg

    [Vosges Matin]

  • Journées du Patrimoine 2011 en Saône Lorraine

    jdp bleurville.jpg

    godoncourt.jpg

    vosges,bleurville,godoncourt,journées du patrimoine 2011

    vosges,bleurville,godoncourt,journées du patrimoine 2011

    vosges,bleurville,godoncourt,journées du patrimoine 2011,bignovre,centre equestre

  • A la découverte du monastère de Godoncourt (Vosges)

    godoncourt.jpg

    [Vosges Matin]

  • Sud-Ouest vosgien : profusion d'animations en 2011

    animations 2011.jpg

    [Vosges Matin]

  • Le clocher de l'église Saint-Rémi de Godoncourt restauré

    clocher godoncourt.jpg
    [Vosges Matin | 04.09.09]

  • Toute la vérité sur l’affaire Buzenet révélée à l'abbaye Saint-Maur de Bleurville

    L’abbaye Saint-Maur de Bleurville s’est muée en tribunal l’espace d’une conférence. Et Marie-Françoise Michel s’est transformée en chroniqueuse judiciaire pour faire toute la lumière sur l’affaire « Martin-Buzenet ». Devant un parterre d'amateurs d'histoire locale avide de connaître enfin la vérité.

     

    conférence buzenet 23.08.09 026.jpgLa légende s’était emparée de cette affaire criminelle au point qu’on avait attribué à François Buzenet une vingtaine de crimes les plus sordides. Grâce à la perspicacité de notre historienne, les bleurvillois n’ont plus rien à craindre du sobriquet de « Buzenet » qui les désignait depuis la fin du XVIIIe siècle. Les minutes des procès de François Buzenet et de François Martin, retrouvés à la Bibliothèque nationale et aux Archives nationales à Paris, ont permis de reconstituer dans le détail tout le déroulement de ces affaires judicaires.

     

    François Martin, tonnelier de 27 ans natif de Nonville et installé à Bleurville, fut accusé à tort d’avoir tué le 20 janvier 1766 Mathieu Moignot, de Choiseul, et de l’avoir dépouillé de quelques écus venant de la vente d’un cheval. Martin fut condamné sur un indice bien mince : l’empreinte de ses souliers dans la neige… Et, pour son malheur, sa victime avait cru le reconnaître et avait pu parler durant sa longue agonie de 27 jours. Mais Moignot, affaibli par ses blessures, avait fait une grave confusion : Martin et Buzenet présentaient en effet des traits physiques assez proches (grande taille, cheveux noirs). Martin fut donc exécuté sur la place publique.

     

    conférence buzenet 23.08.09 025.jpgMais deux ans plus tard, un autre meurtre répandait l’effroi dans le village : le 19 mai 1768, Joseph Mougin, de Godoncourt, était retrouvé mort à demi enterré sur le chemin entre Bleurville et Monthureux-sur-Saône. Grâce aux renseignements fournis par la famille de Buzenet et l’intervention de l’abbé Ricard, curé de Bleurville, les soupçons se portèrent sur François Buzenet, garçon chapelier âgé de 22 ans, qui s’était enfuit. Intercepté à Roanne, il fut ramené à Lamarche pour y être jugé. Outre l’assassinat de Mougin, il avoua plusieurs méfaits : la tentative de meurtre sur Pierre Tisserand, de Darney, sur le chemin du Haut-de-Salin, le vol d’une montre à Bains-les-Bains et le vol d’un pistolet à Monthureux. Avant son exécution, Buzenet révéla dans son « testament de mort » avoir tué Joseph Mougin, innocentant du même coup le pauvre Martin. La veuve Martin, née Anne Viard, demanda la révision du procès auprès du chancelier Maupeou, ministre de Louis XV. Celle-ci ne vint jamais. De son côté, Voltaire informé de ces affaires par un avocat de Neufchâteau, ne semble pas avoir mis tout son poids de philosophe en vue afin d’obtenir la réhabilitation de François Martin ; d’autres affaires impliquant des personnalités d’importance l’accaparaient alors.

     

    buzenet st maur 23.08.09.jpgAprès la complainte du XIXe siècle qui comparait Buzenet à Cartouche et Mandrin, après le scénario romancé de « La lune écarlate », les travaux de Marie-Françoise Michel ont le grand mérite de faire toute la vérité sur ce mauvais garçon « libertin, joueur, buveur et carillonneur » qui a marqué l’histoire de Bleurville. Elle aura permis aussi de contribuer un peu à réhabiliter la mémoire du malheureux François Martin.

     

     

    [clichés Association des Amis de Saint-Maur et Vosges Matin]

  • Godoncourt (Vosges) : restauration du clocher de l'église Saint-Remi

    godoncourt.jpg
    Nota : il s'agit de l'église Saint-Remi et non Saint-Brice comme indiqué dans l'article.
    [Vosges Matin | 21.05.09]