Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

monthureux sur saône

  • Monthureux-sur-Saône (88) : au temps où l'église des Tiercelins avait un clocher...

  • Monthureux-sur-Saône (88) : un nouveau président pour la section locale de la Légion vosgienne

  • Monthureux-sur-Saône (88) : Philippe Cassagne, nouveau président de la 73e section de la Légion vosgienne

  • Monthureux-sur-Saône (88) : AG de la 73ème section de la Légion vosgienne

    L'assemblée générale annuelle de la 73ème section de la Légion vosgienne s'est tenue à Monthureux-sur-Saône sous la présidence de Raymond Arnaud, en présence du maire de la commune.

    La Légion vosgienne est une association patriotique originale puisqu'elle fut fondée dans le département des Vosges à l'issue de la Grande Guerre par les anciens combattants qui voulaient prolonger la fraternité vécue dans les tranchées et, surtout, entretenir le souvenir de leurs frères d'armes tombés au champ d'honneur. Elle est organisée en sections cantonales, celle de Monthureux étant la 73ème section.

    Le président Arnaud a rappelé les activités de l'année écoulée : la Légion vosgienne participe à toutes les commémorations de la mémoire des anciens combattants et autres victimes des guerres. Il a regretté l'absence de la jeunesse dans les rangs des associations patriotiques et le peu d'enthousiasme des enseignants pour participer aux cérémonies du souvenir. Après avoir fait part de sa décision de « passer le flambeau » après 9 années de présidence, c'est Philippe Cassagne, adhérent de la Légion vosgienne et ancien militaire du 1er Tirailleurs d'Epinal, qui a été élu à l'unanimité pour succéder à Raymond Arnaud. Le nouveau président souhaite poursuivre l'action en faveur de la mémoire des anciens combattants avec le soutien de tous les membres de la Légion vosgienne, de Monthureux et des villages voisins (Bleurville, Regnévelle, Saint-Julien...).  Il a lancé un appel aux anciens militaires OPEX et à tous ceux qui ont effectué leur service militaire afin qu'ils rejoignent les rangs de la Légion vosgienne.

    Le trésorier Jacques Durupt a présenté le bilan financier et a insisté sur la contribution de la section locale dans la campagne du Bleuet de France, œuvre de soutien en faveur des soldats blessés et des veuves et veufs de militaires tués en opérations commandées. Il a confirmé que Roland Thomas, ancien déporté, se verra remettre la médaille d'or de la Légion vosgienne lors d'une cérémonie présidée par le président départemental de la Légion vosgienne.

    Enfin, Christian Jatteau, de Lironcourt, a rappelé le sacrifice oublié des anciens d'Indochine entre 1946 et 1954, et a regretté que leur mémoire soit complètement passée sous silence lors des cérémonies officielles.

    L'assemblée générale s'est clôturée dans la convivialité par le partage du verre de l'amitié.

  • La liaison fluviale Meuse-Saône : un projet coulé...

  • Monthureux-sur-Saône (88) : Saône lorraine en assemblée générale

    Les assises annuelles de l’association Saône lorraine se sont tenues à Monthureux-sur-Saône. Moment privilégié pour dresser le bilan 2017 des activités de la structure de défense et de promotion du patrimoine du sud-ouest vosgien, et de dessiner les perspectives à court et moyen termes.

    Le président Jean-François Michel s’est dit plutôt satisfait de l’année écoulée malgré la somme des énergies qui a été mobilisée afin de « monter » les dossiers auprès des collectivités publiques, en particulier celui de la restauration de l’église conventuelle des Cordeliers des Petits-Thons, et la création du site internet de l’association. Ces efforts devraient être récompensés par de belles satisfactions.

    Adhésions. – le nombre d’adhérents connaît une légère érosion au fil des années. Cependant, Saône lorraine demeure forte de 361 adhérents.

    Fréquentation des sites. – Les animations proposées ont connu un beau succès, que ce soit les concerts donnés en l’église des Cordeliers des Thons ou l’exposition « L’enfance d’autrefois dans l’œil du photographe » présentée au musée de Hennezel. Ce dernier a cependant enregistré un léger recul de la fréquentation liée aux déviations hasardeuses mises en place autour de Darney une grande partie de l’année. Châtillon attire toujours un public fidèle notamment grâce aux animations autour du musée et dans les rues du vieux village.

    Les projets. – Saône lorraine est fortement mobilisée pour le projet de restauration de l’église Notre-Dame des Anges des Cordeliers des Petits-Thons. La souscription populaire a été lancée avec le soutien de la Fondation du Patrimoine : les travaux sur le chœur et la chapelle funéraire débuteront en septembre prochain, avec le soutien financier de la Région Grand-Est, la DRAC, la Fondation du Patrimoine et le Conseil départemental des Vosges. L’association prépare déjà le dossier en vue de la réhabilitation de la nef qui présente un état sanitaire dégradé, projet qui devrait se concrétiser dans les prochaines années. Le musée de Hennezel accueille cette année une passionnante exposition sur les sources, étangs et moulins en Saône vosgienne. Par ailleurs, l’association du Musée de Châtillon animera encore cet été la petite cité Renaissance avec ses musées vivants et des « café-histoire », soutenus par des spécialistes reconnus du monde universitaire, rythmeront la vie culturelle dans les différents sites gérés par Saône lorraine (l’histoire des moulins, le protestantisme dans le sud-ouest de la Lorraine..). Le président Michel conduira les adhérents à la découverte d’autres patrimoines architecturaux dès la fin avril, en Catalogne et, en septembre, dans le Cotentin et en Bretagne.

    En conclusion des travaux, Jean-François Michel a remis un cadeau à Nicole Hottier et Jacques Durupt pour la qualité de la gestion de la trésorerie de l’association. Enfin, Robert Mougin, vice-président de Saône lorraine et maire des Thons, a clôturé l’AG en rappelant la nécessité de défendre la ruralité et le rôle des associations dans le « vivre ensemble » de nos communautés rurales, les grandes oubliées des politiques publiques depuis trop longtemps.

    La matinée s’est achevée par un apéritif convivial et un repas partagé par les quelques 120 participants. L’après-midi a été consacré à un hommage émouvant à Martinvelle au docteur Daniel Durand, décédé en 2015, en présence de sa famille. Historien de son village et des confins de la Lorraine et de la Comté, Daniel Durand fut un membre fidèle de Saône lorraine durant de nombreuses années.

  • "Don Camillo, la mystérieuse prophétie", nouveau spectacle vivant estival en Saône vosgienne

  • Monthureux-sur-Saône (88) : 37ème AG de Saône lorraine le 15 avril 2018

  • Monthureux-sur-Saône (88) : les actes des JEV 2016 présentés officiellement

  • De l'Ourche à la Saône, entre Clairey et Monthureux

    Fruit des 18èmes Journées d'études vosgiennes tenues à Monthureux-sur-Saône en octobre 2016, ce recueil des contributions d'universitaires, historiens, archéologues et acteurs du développement local, enrichit considérablement l'historiographie de ce territoire hyper rural situé à la frontière de la Lorraine et de l'ancienne Comté de Bourgogne.

    Loin d'être un constat passéiste, ces communications portent un regard actif qui s'attache à créer le lien entre les temps anciens et la volonté d'inventer l'avenir. C'est aussi une belle contribution à la fierté de vivre dans un pays où chacun partage la connaissance des temps heureux et celle des temps d'incertitude et de déclin, et celle des projets porteurs de développement.

    L'ouvrage balaie l'histoire de ce pays entre Ourche et Saône à travers six thématiques : le territoire et son histoire, les populations à l'époque moderne, la vie politique et religieuse et les industries locales (verre, bois, fer).

    Des actes indispensables pour redécouvrir ce secteur trop souvent oublié des historiens eux-mêmes, des décideurs... et des touristes.

     

    ‡ De l'Ourche à la Saône entre Clairey et Monthureux, Jean-Paul Rothiot, Jean-Pierre Husson et Pierre Labrude (dir.), FSSV - DOP - Saône lorraine, 2017, 510 p., ill., cartes (29 €).

  • Monthureux-sur-Saône (88) : présentation des actes des JEV 2016

    Les actes des 18ème Journées d'études vosgiennes tenues à Monthureux-sur-Saône en octobre 2016 ont été officiellement présentés en mairie de Monthureux en présence des contributeurs, universitaires, historiens et érudits locaux.

    Ces Journées d'études étaient co-organisées par la Fédération des Sociétés savantes des Vosges, l'association Droiteval-Ourche-Patrimoine et Saône lorraine.

     

    ‡ L'ouvrage peut être commandé sur le site de la Fédération des Société savantes des Vosges : www.fssv.org 

  • Monthureux-sur-Saône (88) : présentation des actes des JEV 2016 ce jeudi 24 août

  • Des paysans du nord de la Franche-Comté vers 1580-1635

    Entre le plateau de Langres et le pied des Vosges lorraines, à l'écart des grands centres urbains, les paysans de ce nord franc-comtois situé au confins du royaume de France, du Barrois mouvant et du duché de Lorraine vivaient au rythme des saisons, des calendriers agraire et liturgique, et des usages communautaires. Un monde de routines et d'inertie, nous dit-on, où les villages semblaient immobiles de toute éternité, bornés comme les gens rustiques qui vivaient dans une économie de subsistance...

    Or, les archives révèlent des réalités bien différentes : les habitants de cette contrée participaient à des foires éloignées nécessitant plusieurs journées de voyage. Leur horizon n'était pas bloqué, les familles rurales, jeunes et dynamiques, se renouvelaient continuellement. Les paysans manipulaient des monnaies étrangères, ne mangeaient pas que du pain et des produits locaux, consommaient parfois des denrées exotiques - huile d'olive, poissons de la Mer du Nord et de la Méditerranée. Ces paysans franc-comtois étaient en contact avec les grands circuits d'échanges commerciaux et fermiers et métayers réglaient leurs redevances en épices venues d'Afrique ou d'Asie...

    Cet ouvrage examine la part de l'autarcie et celle de l'ouverture sur le monde à partir de l'observation d'un groupe d'une centaine de villages relevant de trois souverainetés différentes - française, habsbourgeoise et lorraine-barroise - entre la fin des guerres de religion et la guerre de Trente Ans. Instructif.

     

    ‡ Des paysans au temps de la poule au pot sur les plateaux de la Haute-Saône vers 1580-1635, Paul Delsalle, éditions Franche-Bourgogne, 2017, 366 p., ill. (22 €).

     

    A noter : l'auteur présentera son ouvrage au Grenier à sel de Châtillon-sur-Saône (88) le 28 octobre 2017 à 15h30.

  • Monthureux-sur-Saône (88) : présentation des actes des Journées d'études vosgiennes 2016

    Monthureux-sur-Saône, la rue du couvent et le couvent des tiercelins, XVIIe s. [cl. ©Gilbert Salvini].

    Jeudi 24 août prochain, Monthureux et sa région seront à l’honneur. Les actes du colloque qui s’est tenu fin octobre 2016 dans la cité des bords de Saône, et qui a attiré un nombre considérable d’auditeurs, seront officiellement présentés lors d'une cérémonie qui aura lieu en mairie à 17h00. L'ouvrage pourra être acquis sur place.

    Rappelons que cette publication est une nouvelle preuve du riche passé politique, industriel, agricole et architectural de ce bassin des sources de la Saône. Si le présent n’est plus à la hauteur, l’avenir est un peu tracé par les dernières communications de ces actes qui projettent quelques rayons d’espoir… Les voies romaines, les fouilles de Martinvelle, le rayonnement de Droiteval, le verre pionnier, la métallurgie omniprésente, le sillon ferroviaire, tous ces articles rédigés par les conférenciers habituels et érudits locaux, rendent vivante et attrayante une véritable somme rehaussée d’illustrations souvent inédites. Monthureux constitue une référence et un pôle : ses hommes politiques, son agronome méconnu (Jean-Joseph Grangé), son château médiéval, son industrie plurielle du XIXe siècle, tout est passé au peigne fin. Mais la vallée de l’Ourche, si chère au regretté Jean-Pierre Huguet, est aussi sur le devant de la scène : les Jacquinot, les Irroy, l’arboretum, le COSOR, et bien d’autres points forts dont peut s’enorgueillir cet étonnant affluent de la Saône. Sans oublier aussi la verrerie de Clairey et l’aventure verrière qui a tant marqué l’identité de la région 

    Rappelons aussi que la Fédération des sociétés savantes des Vosges (FSSV) regroupe, sous l’autorité bienveillante de Jean-Paul Rothiot, les associations engagées dans la sauvegarde, la connaissance et la promotion des richesses patrimoniales de notre département. Le terme « savantes » peut faire fuir ou sourire, mais ce n’est ni prétention ni repli sur des concepts archaïques. C’est un carrefour de bonnes volontés, une aide à toutes les associations qui se sentent seules et démunies face à l’ampleur de leurs engagements et aux difficultés des temps présents.

    Indiquons enfin que le livre est disponible au prix de souscription jusqu’au 30 août prochain : il suffit de le commander sur le site internet de la FSSV et d'adresser un chèque à l'ordre de « FSSV » de 29,50 € franco à ADV, 4 avenue Pierre Blanck, 88000 Epinal. Mais la meilleure des solutions est encore de se rendre à la présentation en mairie de Monthureux le 24 août à 17h. L’entrée est libre.

  • Monthureux-sur-Saône (88) : des bénévoles rénovent le dernier lavoir public

  • Monthureux-sur-Saône (88) : "Les mousquetaires au couvent", spectacle vivant pour tous !

  • Les Actes des Journées d'études vosgiennes 2016 de Monthureux-sur-Saône en souscription

    Ces Journées d’études vosgiennes tenues en 2016 proposent un bilan patrimonial de l’histoire de la vallée de l’Ourche et de Monthureux-sur-Saône. Ce n’est pas un constat passéiste, c’est un regard actif qui s’attache à créer du lien entre les entrelacs des temps révolus et la volonté d’inventer l’avenir. Les JEV, et ce livre qui en est l’aboutissement, se veulent une contribution à la fierté de vivre dans un pays dont chacun doit partager la connaissance des jours heureux, celle des temps d’incertitude ou de déclin, et celle des projets porteurs d’avenir et d’épanouissement.

    Ce livre s’organise autour de six thématiques.

    La découverte du territoire et de son histoire, l’étude des populations aux XVIIIe et XIXe siècles à travers une affaire judiciaire d'importance à Bleurville, le prisme original des bulletins paroissiaux ou celui de l’animation de la vie politique locale par les familles Bresson et Kiener. Droiteval, de l’abbaye cistercienne au COSOR. Le thème du verre, les dynasties de gentilshommes verriers et leurs migrations, la charte qui régissait leur travail, les systèmes proto-industriels comme l’usine de Clairey qui arrêta son activité en 1952.

    La vallée forestière de l’Ourche déclinée dans son originalité métallurgique et industrielle incarnée par Louis Alexis Irroy et les Jacquinot.

    Enfin, un diagnostic et des interrogations sur l’avenir du territoire, ses projets, ses attentes, dont tout particulièrement le label Parc naturel régional (PNR) défendu par l’association « Les sources du parc » depuis plusieurs années...

    ‡ A commander sur : www.fssv.fr

  • Les actes des JEV 2016 de Monthureux-sur-Saône disponibles en souscription

    La Fédération des sociétés savantes des Vosges vous propose d'acquérir au tarif réduit (23 € au lieu de 29 € + 9 € de port éventuellement) les actes des Journées d'études vosgiennes tenues en octobre 2016 à Monthureux-sur-Saône qui reprend une trentaine de communication touchant à l'histoire, la géographie, la vie des populations de l'ancien canton de Monthureux (articles sur Droiteval, Bleurville, Monthureux, Clairey, Hennezel...).

    Pour cela, il vous suffit d'imprimer ou de recopier le bulletin de souscription joint et de l'envoyer avec votre règlement (à l'ordre de FSSV) à : FSSV, 33 rue de la Préfecture, 88000 EPINAL.

  • Un passeport-musées pour découvrir le sud-ouest vosgien

  • Mgr Berthet en visite à la paroisse Notre-Dame de la Saône

    Monseigneur Didier Berthet, nouvel évêque de Saint-Dié, poursuit ses visites pastorales dans les paroisses de son diocèse.

    Pour le dimanche du Bon Pasteur, il était accueilli par la grande paroisse Notre-Dame de la Saône rassemblée pour la messe dominicale en l'église Saint-Michel de Monthureux-sur-Saône.

    Après quelques paroles de bienvenue adressées par un membre du conseil pastoral de la paroisse où furent brièvement présentées la genèse et la vie de cette grande paroisse rurale portée sur les fonts baptismaux en 2000 par les abbés Maillard et Villaume, Monseigneur l'évêque concélébra la sainte messe avec l'abbé Ayéméné, curé de N.-D. de la Saône, devant une nef comble de fidèles attentifs aux paroles d'encouragement et de foi de Mgr Berthet. "Le rôle de l'évêque et des ministres ordonnés dans l'Eglise, c'est d'être des pasteurs du troupeau des baptisés et de les rassembler au nom du Christ sauveur" a t-il rappelé dans son homélie. Il insista encore sur les nécessaires vocations presbytérales afin d'accompagner les croyants dans leur vie sacramentelle.

    A l'issue de la messe, le verre de l'amitié a réuni les fidèles autour de Mgr Berthet à la maison paroissiale, en présence de plusieurs maires du secteur.

  • Mont-de-Savillon (88) : l’ancienne usine Gantois sera rénovée

    Dans le cadre du plan « Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte » (TEPCV), la communauté de communes du pays de la Saône vosgienne prévoit de réhabiliter l’ancienne usine.

    Les bâtiments à l’abandon, publics ou privés, ne manquent pas ces temps-ci. A Monthureux-sur-Saône, au hameau du Mont-de-Savillon, à côté de la déchetterie, c’est l’ancienne usine Gantois de 7 300m² qui a besoin d’être réhabilitée. Elle le sera partiellement grâce au TEPCV, une aide pour les « projets verts ».

    La communauté de communes prévoit la rénovation de 3 000 m² et n’est pas en reste d’idées sur l’utilité future du bâtiment, qu’elle veut transformer en pôle multi-activités. Un moyen de préserver le patrimoine et les emplois.

    Parmi les activités prévues dans cet espace, la vente de produits locaux. Une étude de marché devra cerner les attentes des consommateurs. Selon les résultats, un simple local ou l’agencement d’un véritable magasin verra le jour. L’embauche mutualisée d’un vendeur par les producteurs est aussi envisagée.

    La communauté de communes entend ainsi donner un coup de pouce aux agriculteurs qui relèvent actuellement des défis de modernisation mais aussi de choix de production. « Ceux qui se lancent dans l’agriculture raison née ou bio commencent à mieux s’en sortir, mais il faut les aider, les encourager », soutient Alain Roussel.

    Un pressoir communal sera également acquis pour 3 000 €.

    Le taux de vacance des bâtiments dans la communauté de commune est important : 13,6 % en 2012. Pour Alain Roussel, cela constitue un non-sens de construire toujours plus de bâtiments neufs et « d’étendre » les villes alors que les centres des bourgs se désertifient. « On paye les réseaux, construire plus loin c’est payer des raccordements, ça a un coût », justifie-t-il. Autant utiliser l’existant.

    Mais racheter une maison pour mettre autant dans les travaux, cela en refroidit plus d’un. C’est pourquoi le projet prévoit de créer un « conseil », constitué probablement d’architectes, financé par la collectivité et le TEPCV. « Ainsi les particuliers sauront exactement comment et pour combien ils devront réhabiliter la maison, démarche contraignante qu’ils n’auraient peut-être pas entreprise sinon », explique Alain Roussel.

    Certaines maisons, trop abîmées ou sans réel apport pour la préservation du paysage, pourront aussi être détruites pour libérer les terrains.

    Ce lieu doit être un laboratoire d’expérimentation, y compris en matière d’énergie. Pour son autonomie électrique (chauffage et luminaires notamment), des panneaux photovoltaïques seront posés.

    Une étude doit également estimer combien cela coûterait de remettre en route le barrage hydro-électrique situé à côté. « Il n’est plus en usage depuis au moins une trentaine d’années, mais on l’a bien conservé, il est en bon état », note Alain Roussel, président de la communauté de communes de la Saône vosgienne. D’autres barrages comme celui-ci sont disséminés le long de l’eau et cela pourrait donc ouvrir la voie à d’autres remises en état.

    [d’après Vosges Matin]

  • Monthureux-sur-Saône (88) : succès pour les 18èmes Journées d'études vosgiennes

  • 18èmes Journées d'études vosgiennes à Monthureux-sur-Saône du 20 au 23 octobre 2016

  • Petite histoire de la gendarmerie dans l'ancien canton de Monthureux-sur-Saône

    [Vosges Matin]

  • Vers une nouvelle communauté de communes élargie pour le sud-ouest vosgien

  • Vers la nouvelle Codecom "Les Vosges côté sud-ouest"

  • Monthureux-sur-Saône (88) : les victimes militaires du convoi du 30 octobre 1918

    [VM]

  • Monthureux-sur-Saône (88) : un imbroglio autour de l’âge du monument aux morts

    Il y a deux ans d’écart entre la date de l’inauguration du monument aux morts et celle indiquée sur des cartes postales commémorant l’événement. Jacques Durupt, un enseignant à la retraite, a levé le voile sur la véritable histoire.

    Jacques Durupt met à profit ses loisirs pour assouvir sa passion pour l’histoire locale. Il y a quelque temps, une date sur une carte postale ancienne l’a intrigué, d’autant que les renseignements qu’il tenait des archives municipales ne coïncidaient pas. C’est ainsi qu'il a pu lever le voile sur la « vraie » histoire du monument aux morts du village.

    Le 9 juin 1920, le conseil municipal de Monthureux-sur-Saône, sous la présidence du maire Bliquez-Bernardin, votait un crédit de 15 000 francs pour ériger un monument à la mémoire des enfants de la commune morts pendant la guerre de 1914-1918. Le 21 juillet de la même année, il décida de l’emplacement dudit monument à la place de deux maisons démolies au carrefour des actuelles rues de l’église et de la Croix-de-Mission. Le 15 mars 1921, le projet de monument aux morts est présenté au conseil municipal. Les sculptures en fonte de fer seront coulées à Sommevoire (Haute-Marne) par la fonderie A. Durenne. Elles représentent un « Poilu de la victoire » créé par E. Bénet et un « Poilu mourant couché » par J. Déchin. Des ornements complètent le monument : palme et couronne de laurier, croix de guerre, obus et canons de tranchées, et inscription « Monthureux-sur-Saône à ses enfants, morts pour la France » avec sur les plaques le nom des 58 soldats morts pour la France.

    Le coût total des travaux, réalisés par l’entreprise Lemoine Frères de Darney, s’élève à 24 514,14 francs, approuvé par décret du président de la République Alexandre Millerand le 28 mai 1921. La part de la commune s’élève à 12 586,89 francs, la subvention de l’Etat à 2 464 francs et la souscription publique à 9 463,25 francs (395 souscripteurs).

    L’inauguration aura lieu le 11 juin 1922 en présence des plus hautes autorités départementales : le préfet André Magre, le sénateur Thierry d'Hénin-Liétard, comte d’Alsace, et les députés Maurice Flayelle, René Flonck et Constant Verlot. Le vosgien Jules Méline, président du Sénat, est excusé pour des raisons de santé. La population monthurolaise est largement mobilisée ainsi que des représentants des communes du canton. La presse vosgienne 'couvre' l'évènement : Le Télégramme des VosgesLe Foyer Vosgien d’Epinal (organe catholique auquel collabore l'abbé Paul Idoux, futur curé de Bleurville, et qui en fut le directeur quelques temps) et La Plaine des Vosges de Mirecourt. A l’issue de l’inauguration, la commune a offert le repas à 159 démobilisés.

    En 2014, le monument a été rénové par une entreprise locale et à cette occasion, le nom d’un 59ème soldat, injustement oublié, car décédé des suites de ses blessures, a été ajouté. De nombreuses cartes postales ont été éditées pour commémorer cet événement mais beaucoup ne donnent pas la date et certaines indiquent à tort 1920.

    [d'après Vosges Matin]

  • 18èmes Journées d'études vosgiennes en Saône vosgienne en octobre 2016

  • Quel nom pour la future grande communauté de communes du sud-ouest vosgien : et pourquoi pas "Pays de Saône & Mouzon" ?

    [VM]