Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Choiseul, l'obsession du pouvoir

Le duc de Choiseul a été maître de la France pendant douze ans. Principal ministre de Louis XV, son œuvre est considérable : il mit fin au désastre de la guerre de Sept Ans, restaura la marine, réforma l’armée, prépara la revanche contre l’Angleterre et libéralisa l’économie. Lorrain de naissance - la famille est originaire du village éponyme du Bassigny -, il évitait cependant de rappeler ses origines lotharingiennes...

On croit connaître ce brillant ministre qui resta au pouvoir de 1758 à 1770. Homme de guerre, Choiseul fut l’un des artisans du grand basculement mettant fin à deux siècles de lutte acharnée entre la France et l’empire des Habsbourg en favorisant ce rapprochement. Redoutable homme de cour, il sut se ménager l’appui de Madame de Pompadour, mais fut disgracié parce qu’il refusa la fulgurante ascension d'une autre Lorraine, Madame du Barry.

Mais le duc de Choiseul, c’est aussi et avant tout un style, un ton cynique, brillant, parfois méchant, celui d’un grand seigneur, amateur d’art. De sa Lorraine natale à la Touraine où il acheva sa vie, il représente l’art de vivre au XVIIIe siècle. En s’appuyant notamment sur les écrits de Choiseul, Monique Cottret dresse le vivant portrait de celui qui, à l’égal d’un Richelieu ou d’un Mazarin, fut l’un des hommes d’État les plus importants du siècle des Lumières.

 

‡ Choiseul. L'obsession du pouvoir, Monique Cottret, éditions Tallandier, 2018, 506 p., 24,90 €.

Écrire un commentaire

Optionnel