Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vôge

  • Monthureux-sur-Saône (88) : succès pour les 18èmes Journées d'études vosgiennes

  • La Nouvelle revue lorraine a son site Internet

    Tout le monde connaît La Nouvelle revue lorraine...


    Mais s'il existe encore quelques Lorrains qui ne connaissent toujours pas cette sympathique revue régionaliste (fondée en 1974), il faut vous rendre immédiatement sur le site Internet que son fondateur-directeur-animateur, Jean-Marie Cuny, vient de créer et que l'on découvre à l'adresse suivante :

    http://www.nouvelle-revue-lorraine.fr/ 

    Bonne découverte... et n'oubliez pas de vous abonnez !


    ... La Nouvelle revue lorraine n'est pas réservée aux seuls Lorrains : tous les amateurs d'histoire, de traditions et de terroirs sont bien sûrs invités à découvrir "le" bimestriel qui a la Lorraine au cœur !

  • Odyssée agricole... ou d'imprévisibles rencontres

    De tous temps, les poètes ont loué les  bienfaits de la vie à la campagne et les mérites des agriculteurs... Au-delà des envolées poétiques, Odyssée agricole nous emmène en voyage dans le temps, dans l'espace, et dans des activités diverses liées au monde agricole.

    Le Vosgien Michel Moine nous décrit avec précision la formidable transformation de l'agriculture à partir des années 1950, lorsque la mécanisation facilite le travail et permet de démultiplier la production.

    Installé dans un village de la Vôge, avec l'aide de sa famille, Michel Moine pratique la culture des céréales, la production laitière, l'élevage de porcs, de veaux, la culture de la pomme de terre, de la rhubarbe, la production fruitière de pommes... Jusqu'à son aboutissement qui fait  aujourd'hui la réputation de la ferme Moine : le fameux vin de rhubarbe !

    Ce parcours atypique d'un paysan vosgien, jalonné de succès et de difficultés, a amené l'auteur à se rendre en Afrique du Sud, en Russie, aux Etats-Unis, à côtoyer des grands chefs de cuisine et des artistes. Il n'en reste pas moins un paysan dans l'âme, fidèle à ses racines et à ses convictions transmises par ses ancêtres.

    Au final, le lecteur trouvera dans cette biographie d'un paysan vosgien de quoi espérer : l'agriculture peut être à la fois saine et productive.

     

    ‡ Odyssée agricole... ou d'imprévisibles rencontres, Michel Moine, éditions L'Atelier de la Mémoire, 2015, 286 p., ill. (24 €).

  • Le Pays Lorrain n° 1 - 2015 : cartes et plans anciens de la Lorraine

    Ce numéro du Pays Lorrain, la revue du Musée Lorrain de Nancy, est essentiellement consacré à la représentation cartographique de la Lorraine, de la restauration des duchés par le duc Léopold Ier au début du XVIIIe siècle, à l'établissement des premières cartes géologiques au siècle suivant. Photographiés, numérisés et mis en ligne, cartes et plans anciens, souvent méconnus ou ignorés, sortent enfin de l'oubli ou de la confidentialité où ils étaient relégués. Pour notre plus grand plaisir et pour toujours mieux connaître notre province.

    A découvrir :

    - Didier Bugnon, un ingénieur géographe français au service du duc Léopold

    - la vue cavalière de Remiremont de 1733

    - le plan terrier de l'abbaye de Gorze : un regard sur la Lorraine rurale du XVIIIe siècle

    - cartes et plans forestiers lorrains du XVIIIe siècle : lectures et apports

    - jardins et chènevières du village lorrain d'après les cartes et plans anciens

    - "encrer" les terroirs par la carte "topographique" : l'exemple de Moncel-sur-Seille (1726)

    - les premières cartes géologiques en Lorraine : l'évolution des concepts en sciences de la terre du XVIIIe au XIXe siècle

    - François de Lorraine (1689-1715) : le "petit frère" du duc Léopold

    - Bourbaki, un collectif au travail

    Et les rubriques habituelles: la chronique régionale, les livres et périodiques, la vie du musée et de la société.

     

    Le Pays Lorrain est disponible à l'accueil du Musée Lorrain ou sur abonnement (39 €, 4 numéros) en adressant vos coordonnées postales et votre règlement à : LE PAYS LORRAIN, 64 GRANDE RUE, 54000 NANCY.

  • 70ème anniversaire du maquis de Grandrupt (Vosges)

    grandrupt.jpg

    [Vosges Matin]

  • Des chalots à découvrir à vélo et à cheval

    lorraine,vosges,chalots,vôge,le val d'ajol,plombières les bains,fougerollesDes vélos en 2013. Et des chevaux en 2014 ? L’idée fait son chemin au sein de l’association de la route touristique des chalots, ces annexes des fermes utilisées comme greniers pour la conservation du grain, de la nourriture et des trésors de la famille. Cet été, six vélos électriques ont été proposés à la location sur les communes de Plombières et du Val-d’Ajol. Une idée novatrice et séduisante qui pourrait s’étendre au-delà des frontières du département.

    « Nous avons été sollicités par des maires de la partie franc-comtoise de la route, entre Fougerolles et le plateau des Mille Etangs. C’est une activité accessible à tous qui offre la possibilité de découvrir la nature autrement », atteste Ludovic Daval, le président de l’association.

    Lequel annonce également qu’en 2014, chaque locataire de vélo se verra remettre un carnet de bord proposant une série de différents circuits.

    Bientôt, les vélos pourraient d’ailleurs côtoyer les chevaux. « On réfléchit à établir un circuit de promenades équestres sur tout le territoire. On a la chance d’avoir beaucoup de fermes équestres sur la route des chalots et cela permettrait de proposer des circuits plus longs », poursuit Ludovic Daval. Ce projet pourrait voir le jour entre 2014 et 2015.

    Pour mémoire, quelque 300 chalots sont actuellement recensés sur le territoire dont une grande majorité à Fougerolles et au Val-d’Ajol.

    Dans le parc de l’hôtel-restaurant La Résidence au Val-d’Ajol, un étang a été creusé et, autour, trois chalots ont été construits. « Les chellos de Marie » (« chalots » en patois vosgien) seront proposés à la location à partir du 1er mai. Un projet que la propriétaire des lieux, Marie Bongeot, avait en tête depuis un bon moment. L’hôtel ajolais entend également planter, dans le parc, des arbres fruitiers avec, comme objectif, de mettre en valeur le patrimoine régional.

    [d’après Vosges Matin]

  • Les origines de Darney

    darney.jpg

    [Vosges Matin]

  • L’origine de Darney et le peuplement de la Vôge

    barcan.jpg

    Ermitage de Barcan, dans les environs de Darney (Vosges).

     

    L’association des Amis du Patrimoine de Darney organise

    samedi 4 mai à 20h30 à la salle des fêtes de Darney

    une conférence-débat animée par Jean Hugues Blondel, historien généalogique onomastique du sud-ouest lorrain et vosgien, membre de la Société de Mythologie Française et de la Société Française d’Onomastique,

    sur le thème « L’origine du nom de Darney et le peuplement de la Vôge »


    Entrée gratuite

     

  • L'Echo des Trois Provinces - Février/mars 2013

    echo 3 provinces 162.jpgTous les deux mois, l'association pour le Développement du Pays aux Trois Provinces (qui sont, rappelons-le, la Lorraine, la Champagne et la Franche-Comté), nous donne rendez-vous avec son magazine L'Echo des Trois Provinces.

    Histoire locale, traditions, anecdotes, vie des associations et programme des animations rythment encore en cette fin d'hiver le sommaire du n° 162. A découvrir :

    - Histoire de la guerre 1938-1945 à Regnévelle (88)

    - Bourbonne-les-Bains (52) : un héros de la France libre dans le Pacifique

    - Bains-les-Bains - Le Clerjus (88) : la gare a 150 ans

    - De belles avancées pour le futur parc naturel régional

    - Preigney (70) : un bel hommage à Michel-Ange à la Cure des Arts

    - Villars-Saint-Marcellin (52) sous le règne de Louis XV

    - Histoire de la cuisine

    - Le chasseur de La Mothe

    - la vie des associations : Coiffy-le-Haut (70), Martigny-les-Bains (88), Bleurville (88), Bourbonne-les-Bains (52), Serécourt (88), Hennezel-Clairey (88), Les Thons (88), Tignécourt (88)

    - les animations autour de Bourbonne-les-Bains, Voisey, Fayl-Billot, Lamarche, Monthureux-sur-Saône, Darney

     

    ‡ L'Echo des Trois Provinces, n° 162, février-mars 2013. Abonnement possible (24 € pour 1 an)  en envoyant ses coordonnées postales et le règlement à : L'ECHO DES TROIS PROVINCES, Luce Mouton, 3bis route du Void-d'Escles, 88260 ESCLES.

  • Quand les Romains débarquaient en Lorraine méridionale... Un nouveau livre de Roger Poinsot

    livre Roger  Poisot.JPG

     

    ‡ Contact : roger.poinsot@wanadoo.fr   

  • L'Echo des 3 Provinces d'octobre-novembre 2012

    echo 3 provinces.jpgCette revue est étonnante. Elle a connu une remarquable évolution, tant dans son contenu éditorial que dans sa présentation. Avec ce numéro automnal, L'Echo des 3 Provinces propose une maquette rénovée et réellement sympathique à l'oeil par sa mise en page et son graphisme modernisés et colorés.

    Le magazine des habitants du Pays des Trois Provinces (Lorraine, Champagne, Franche-Comté) est un lien entre des secteurs essentiellement ruraux situés entre Vôge lorraine et Bassigny et Vôge saônoise. Le sommaire de ce numéro est le reflet de la diversité des activités et de l'histoire des bourgs et villages de ce pays du "bout de la Lorraine". On y découvre ainsi une histoire d'impôts à Villars-Saint-Marcellin (52), le Cahier de mademoiselle Marchal de Lamarche (88), la biographie de Paul Evariste Parmentier, botaniste haut-saônois, l'artiste Jule Van de Linden, la vie culturelle à Châtillon-sur-Saône (88), la chapelle de Presles (52), verre et verriers à l'honneur au musée de Hennezel (88), les nouveaux vitraux de la chapelle de la Manufacture de Bains-les-Bains, les échos des visites estivales dans les villages du Pays aux Trois Provinces, histoire de la cuisine, les activités associatives...

     

    L'Echo des 3 Provinces est distribué gratuitement dans les communes du Pays aux Trois Provinces. Pour les expatriés, possibilité de s'abonner en contactant la directrice de la publication, Evelyne Relion : evelyne.relion@orange.fr 

  • Saône Lorraine : programme découvertes autour d'un spectacle vivant

    vosges.jpg

    odyssée.jpg

  • Bains-les-Bains (88) : la Manufacture royale forge son caractère

    Ouvert au public, la Manufacture de Bains-les-Bains et ses passionnés ont déployé leurs trésors en fer-blanc au fil d’un parcours riche en expositions.

     

    manufacture bains.jpgClaire Chouard, artiste, et son mari, Sébastien, ébéniste-marquetteur, ont été les premiers Balnéens à venir rencontrer Martine et François Cornevaux lorsqu’ils sont entamés la colossale restauration de la Manufacture royale de Bains-les-Bains il y a maintenant six ans. Plusieurs années après, ils sont toujours présents à la fête du patrimoine industriel qui a battu son plein hier. Une manifestation organisée dans tout le Nord-Est à l’initiative du Parc de Wesserling, en Alsace. Quatorze sites y participent dont la Manufacture, l’unique en Lorraine et le seul appartenant à des propriétaires privés. Sa spécificité : le fer-blanc.

     

    Fondée en 1733, cette ferblanterie remarquablement préservée avec son château, sa chapelle, ses maisons d’ouvriers, sa halle au charbon et son étamerie, a rayonné durant plus de cent ans. Jusqu’à l’invention de la machine à vapeur qui sonne le glas des forges des vallées. Nous sommes au milieu du XIXe siècle. Ce qui sauve le site balnéen ? La machine à clous inventée par Charles Lévy en 1851. Elle va lui permettre de vivre cent ans de plus avec la fabrication de clous (à cheval, à glace, pour les constructions, etc.).

     

    Des siècles d’histoire qui défilent sous les yeux des visiteurs. Ici, les trésors se dévoilent au fil d’un parcours riche en expositions historique, technique et artistique. Au milieu d’elles : rien que des passionnés. A l’image de Jean-Paul Mousseaux, collectionneur barisien d’art populaire. Parmi ses pièces accumulées depuis plus de trente ans, de nombreux objets en fer-blanc, justement. Aux ustensiles de cuisines du quotidien s’ajoutent les burettes à huile, les lampes, les boîtes publicitaires. Autant de produits nés de cette dynamique industrielle. A force d’écumer brocantes et salles de ventes, il déniche des pièces insolites et ingénieuses : présentoir à cartes postales, balance pour peser les œufs, moule à bougie, séchoir à fruits, muselière pour veaux que Jean-Paul Mousseaux se fait un plaisir de décrire.

     

    A Bains-les-Bains, chacun apporte sa pierre à l’édifice en fonction de ses coups de cœur et de ses compétences. « Des gens nous tendent régulièrement la main », se réjouit Martine Cornevaux. Que ce soit Guy Chassard pour la restauration de la machine à clous (datant de 1851, elle lui a demandé une centaine d’heures de travail) ou encore Nathalie Noirjean pour les vitraux de la chapelle. Un supplément d’âme qui contribue à forger le caractère de la Manufacture royale.

     

    Martine et François Cornevaux mettent un point d’honneur à ce que leurs portes ouvertes (au nombre de trois dans l’année : les Journées du patrimoine, les Rendez-vous aux jardins et la fête du patrimoine industriel) restent entièrement gratuites. « Pour attirer un maximum de visiteurs et faire en sorte qu’ils s’emparent de l’histoire de la Manufacture », note la maîtresse des lieux. « Un patrimoine humain et technique qu’on se réapproprie facilement à travers sa propre histoire ou celle de ses parents et grands-parents », ajoute François Cornevaux. Il est aisé en effet de trouver quelqu’un dans son entourage qui ait un jour travaillé au sein d’une industrie.

     

    Grâce à des manifestations comme celles-ci, qui permettent aux propriétaires de ne plus se bagarrer seuls dans leur coin, les sites industriels deviennent des lieux de tourisme vivants. Ne reste qu’à amplifier cet engouement naissant en continuant de battre le fer pendant qu’il est encore chaud.

     

    [d’après Vosges Matin]

  • Verre et verriers à l'honneur au musée de Hennezel (88)

    hennezel.jpg

    [Vosges Matin]

  • La verrerie archéologique : Dieulouard et l'Est de la France aux XVIe et XVIIe siècles

    lorraine,france,est,dieulouard,verrerie,archéologie,vôge,verre,verrierL'ouvrage fait le point sur l'état de la recherche dans la connaissance des méthodes de fabrication et de consommation du verre dans l'Est de la France. Il en présente les développements les plus récents faits en Champagne-Ardenne et en Lorraine.

    Cet ouvrage présente avec minutie les collections provenant de trois sites franciliens, quatre sites champenois et quatorze sites lorrains, parmi lesquels se détache l'exceptionnelle collection du musée de Dieulouard riche de près de trois cents pièces.

    Loin de se limiter à ce corpus de monographies savantes, l'auteur nous offre une synthèse éclairante qui précise les typologies et les chronologies sans négliger le profond renouvellement technologique et artistique qui caractérise les débuts de l'époque moderne. Un permanent souci méthodologique et didactique guide l'auteur qui donne de précieux conseils pour la fouille, le prélèvement des objets, la conservation de ce matériau particulièrement fragile puis son étude en laboratoire. Il y a joute un précieux glossaire, une bibliographie actualisée, le tout remarquablement appuyé sur une exceptionnelle variété de dessins et de photographies.

    Au final, un livre qui se révélera particulièrement utile aux archéologues et aux conservateurs du patrimoine mais aussi à tous ceux qu'intéresse la culture matérielle et plus particulièrement les arts de la table des XVIe et XVIIe siècles dans une région marquée par une forte tradition verrière.

    L'auteur, Hubert Cabart, est membre du Pôle archéologique universitaire de Nancy 2 et spécialiste de la verrerie du Nord-Est de la France.

     

    ‡ La verrerie archéologique. Dieulouard et l'Est de la France aux XVIe et XVIIe siècles, Hubert Cabart, PUN, 2011, 308 p., ill. (20 €).

  • Opalines et verres moulés à Hennezel-Clairey (Vosges)

    opaline1.jpgLe musée des activités anciennes (verre, fer et bois) de Hennezel-Clairey, en forêt de Darney, dans les Vosges, présentera en 2012 une grande exposition sur le thème des opalines et verres moulés.

     

    L’association Saône Lorraine recherche des opalines de foire, animaux moulés, etc… afin d'enrichir au maximum cette rétrospective organisée au pays du verrier de l’Art Nouveau, François-Théodore Legras.

     

     

    opaline foire vallerysthal.jpg

     

     

    ‡ Pour tout prêt ou don, contactez Arlette ou Bernard Delémontey au 03.29.09.34.22.

  • Musée de Hennezel (Vosges) : un documentaire sur les verriers en préparation

    hennezel.jpg

    [Vosges Matin]

  • Fontenoy-le-Château (Vosges) : présentation des Actes des Journées d'études vosgiennes 2010

    vosges,journées d'études vosgiennes,fssv,jean paul rothiot,vôge,fontenoy le chateau,bains les bains,côneyDimanche 10 juillet à 10h00 à l'Hôtel de Ville de Fontenoy-le-Château seront présentés les actes des Journées d'études vosgiennes 2010 organisées par la Fédération des Sociétés savantes des Vosges et les Amis du Vieux Fontenoy.

    Elles se sont tenues à Fontenoy-le-Château et à Bains-les-Bains en octobre dernier. Durant trois jours, les communications présentées ont abordé l'histoire des deux communes devant un large public.

    Depuis les travaux de l'abbé Constant Olivier, à la fin du XIXe siècle, aucun ouvrage n'avait été consacré au riche passé de la vallée du Côney et à ses spécificités. Les conférences données par des spécialistes ont dépoussiéré les connaissances sur l'histoire de la vallée. Par exemple, il a été établi scientifiquement l'année de construction du donjon du château de Fontenoy : le carbone 14 la situe en 980, ce qui en fait le plus ancien de Lorraine encore subsistant.

    Enfin, ces Actes brossent un panorama de l'histoire locale et des sites protohistoriques jusqu'à la fin de la période industrielle dans la Vôge.

     

    ‡ Plus d'infos sur www.histoire-patrimoine-vosges.org ou contact courriel : jp.cl.rothiot@orange.fr

  • L'âge d'or du mobilier lorrain

    mobilier lorrain.jpgLe Musée Lorrain de Nancy et le Musée de la Cour d'Or de Metz se sont associés pour procurer aux Lorrains cette importante synthèse sur le mobilier traditionnel lorrain. Ce travail passionnant est l'aboutissement d'années de recherche menées par ces deux sites muséographiques sur l'ensemble du territoire lorrain.

    Plus de deux cents meubles, souvent inédits, y sont présentés en détail : historique, fabrication, matériaux, techniques, etc. Provenant de musées ou de collections particulières, ils offrent un large panorama de la production du XVIIIe jusqu'au début du XXe siècle.

    De l'exploitation du bois en forêt jusqu'à la reconnaissance de ce mobilier comme élément du patrimoine et de la mémoire des Lorrains, cet ouvrage de référence, à travers près de quatre cents illustrations, propose une approche globale du thème.

    Une vingtaine de spécialistes s'attache à décrire les essences de bois, la fabrication des meubles, les formes propres à notre région... Tantôt sculptés, marquetés ou peints, les décors montrent l'inventivité et la diversité des meubles de chaque pays lorrain.

    Entre ethnologie et art décoratif, ce livre est aussi une rencontre avec les familles qui ont utilisé et transmis ces meubles de génération en génération, ainsi qu'avec les menuisiers de village qui ont su leur donner la beauté qui nous charme encore en ce XXIe siècle.

     

    >>  L'âge d'or du mobilier lorrain. De l'arbre à l'armoire, Francine Roze (sous la dir.), Somogy éditions d'Art, 2010, 383 p., ill., cartes (38 €).

  • Randonnée entre Saône et Vôge

    vôge.jpg

    [Est Républicain | 21.11.10]

  • Claudon en Vôge, entre guerres et forêts

    claudon en voge.jpgGaby Bontems a réservé aux habitants de Claudon et à tous les amoureux de l'histoire de la Saône Lorraine une bien belle surprise. Le troisième et dernier opus de sa vaste fresque sur l'histoire de Claudon, son village natal, est en effet une oeuvre posthume.

    Ce voyage "entre guerres et forêt" invite le lecteur à partir à la rencontre des habitants qui souffrirent et endurèrent des deuils au cours de la Grande Guerre et durant l'Occupation, sans oublier les actes de résistance de quelques-uns d'entre-eux qui marquèrent les maquis de la forêt de Darney et du nord de la Haute-Saône.

    Gaby Bontems nous fait également revivre toute une foule de villageois dans leur vie quotidienne et, en particulier, les forestiers. Les familles renaissent à travers la multiplicité des petits métiers qui animaient les forêts du sud-ouest vosgien ; il en développe les pratiques et l'évolution au cours des XIXe et XXe siècles.

    Notre auteur a souhaité, afin de parachever son oeuvre de mémoire, donner un prolongement musical à son histoire de Claudon. Un CD, enregistré par un enfant du pays, Olivier Dartevelle, clarinettiste soliste à l'orchestre philharmonique du Luxembourg, rend hommage aux cloches de l'église paroissiale, à l'histoire de la vallée de l'Ourche et à la chorale de La vallée qui chante qui anima la région dans les années 1970-1980.

    Un ouvrage émouvant qui témoignera pour les siècles à venir de l'histoire des hommes et des femmes qui ont fait Claudon et qui ont contribué à façonner ses paysages. A lire et à écouter. En hommage à un bonhomme qui aimait de tout son coeur et de toute son âme son pays.

    Merci Gaby !

     

    >>  Mon pays Claudon en Vôge. Entre guerres et forêt, Gaby Bontems, éditions  L'Atelier de la Mémoire, 2010, 161 p., ill. (30 €).

     

  • Claudon (Vosges) : hommage à Gaby Bontems, historien du village

    gaby bontems.jpg

    [Vosges Matin]

  • 15, 16 et 17 octobre : les Journées d'études vosgiennes dans la Vôge

    JEV01.jpg

    JEV02.jpg

    JEV03.jpg

  • Tignécourt (Vosges): Fabrice Cahez revisite la "Vôge sauvage"

    vôge sauvage.jpg

  • "Les gallo-romains en Saône Lorraine" inaugurée

    Samedi 28 mai, le musée de Hennezel-Clairey, en forêt de Darney, accueillait, à l'invitation de Jean-François Michel, président de l'association Saône-Lorraine, de nombreux adhérents et amis venus découvrir l'exposition dédiée à la présence gallo-romaine dans le bassin des sources de la Saône.

    inauguration expo 28.05.10 023.jpgIl s'agissait d'inaugurer officiellement l'exposition temporaire présentée au musée des activités anciennes consacrée aux "Gallo-romains en Saône Lorraine". Le président Michel devait remercier tous les contributeurs qui ont permis que cette rétrospective voit le jour : l'association Escles-Archéologie, le Cercle d'études locales de Contrexéville et La Roye Demange d'Ainvelle. Tous ces passionnés d'archéologie ont mis le résultat de leurs fouilles à la disposition de l'équipe de Saône Lorraine afin de constituer une remarquable synthèse de la présence romaine dans le sud-ouest vosgien.

    Et notre secteur est riche de cette présence qui s'est étalée entre le Ier et le IIIème siècle de notre ère. Villa rurales, lieux de culte, sépultures, voies de communication, les indices de l'occupation romaine sont nombreux entre Jonvelle et Bains-les-Bains en passant par Ainvelle, Contrexéville, Bleurville, Monthureux, Dombrot-le-Sec, Damblain, Escles...

    Le musée de Hennezel-Clairey et l'exposition sont ouverts au public tous les jours jusqu'à la Toussaint.

    Par ailleurs, une exposition complémentaire sur ce thème sera également présentée à l'abbaye Saint-Maur de Bleurville du 1er juillet au 19 septembre. Elle s'articulera autour de la présence celtique en Lorraine et celle des gallo-romains à Bleurville même, avec la découverte d'une villa dotée de bains de grandes dimensions au centre de l'actuel village. Le résultat des fouilles récentes de la villa de Damblain sera également présenté au public pour la première fois.

     

    inauguration expo 28.05.10 005.jpg
    inauguration expo 28.05.10 006.jpg
    inauguration expo 28.05.10 016.jpg
    inauguration expo 28.05.10 038.jpg
    [crédit photo : H&PB]
  • Mémoire des Leuques

    mémoire des leuques.jpgLe temps du rêve en Lorraine... Voilà un livre étonnant, surprenant même, aux frontières de l'Histoire et des mythes. L'auteur est bien connu pour sa proximité avec le monde celtique. Il nous invite à partir à la découverte de cette mémoire des Leuques, peuplade qui occupait le sud de la Lorraine actuelle avant la conquête romaine.

    Toul était la capitale de la cité leuquoise. Mais, un grand nombre de sites portent encore les traces de cette civilisation gauloise : Grand, Scarpone (aujourd'hui Dieulouard), Naix, Boviolles, Soulosse, Escles, La Bure (Saint-Dié)... Les traditions ancestrales, contes, légendes, croyances, durablement ancrées dans "l'esprit lorrain" témoignent d'une fidélité aux rêves et confirment la nécessité, en ce début du XXIe siècle, d'une meilleure compréhension de notre histoire commune.

    C'est ce à quoi s'attache Jean-Michel Hans. Il a collecté patiemment ces mythes, ces traditions populaires. Il les a étudié. Et c'est par respect pour les générations qui nous les ont légués qu'il nous les présente dans son dernier ouvrage.

    A travers ces mythes et ces traditions "leuquoises" chacun pourra mieux se connaître... et renouera avec le temps des rêves perdus.

     

    >> Mémoire des Leuques. Le temps du rêve en Lorraine, Jean-Michel Hans, Gérard Louis éditions, 2010, 187 p., ill. (24,90 €).

  • Vous aimez la Lorraine ? Alors abonnez-vous vite à la NRL !

    Numériser.jpg

  • A la découverte de la vallée des forges de la Vôge

    vallée des forges.jpg
    [Vosges Matin]