Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lunéville : exposition « Charles-Alexandre de Lorraine, prince de l’Europe des Lumières »

charles alexandre de lorraine.jpgDernier fils du duc Léopold et de son épouse Elisabeth-Charlotte d’Orléans, Charles-Alexandre de Lorraine connut une jeunesse heureuse à Lunéville, avant de voir son destin échapper aux frontières de sa Lorraine natale, pour atteindre une dimension internationale. C’est bien le rôle de prince de l’Europe des Lumières que l’exposition entend retracer.

 

L’année 2012 sera marquée au château de Lunéville par la célébration du tricentenaire de la naissance, en ses murs, de Charles-Alexandre de Lorraine, prince à la destinée hors du commun. Cette exposition est réalisée en partenariat avec l’association des Amis du château de Lunéville et de son musée et bénéficie du soutien des musées de Tervuren et de Bruxelles (Belgique).

 

Douzième enfant du duc Léopold de Lorraine et de son épouse Elisabeth-Charlotte d’Orléans, il passa des années heureuses au château de Lunéville, loin de l’exercice du pouvoir dont la perspective revenait à ses frères aînés. Ce temps d’insouciance fut marqué toutefois par une éducation soignée, qui devait faire du jeune prince une figure marquante de l’Europe des Lumières.

 

En 1736, sa vie bascule, lorsque son aîné, le duc François III, renonce à la Lorraine pour accéder au trône impérial en épousant Marie-Thérèse de Habsbourg. Charles-Alexandre quitte alors Lunéville et rejoint la cour de Vienne. Il se met au service d’un pouvoir nouveau, qu’il sert tout d’abord par les armes, avant d’endosser un rôle qui lui convient mieux, celui d’administrateur efficace et généreux. En tant que gouverneur des Pays-Bas autrichiens, l’actuelle Belgique, Charles-Alexandre de Lorraine révèle en effet son tempérament de véritable prince éclairé, à la fois ami des arts, propagateur des évolutions techniques et, avant tout, garant du bien-être de ses peuples.

 

Peut-on imaginer plus bel hommage que celui rendu par son ancien adversaire sur les champs de bataille, le roi Frédéric II de Prusse, qui déclara à la mort de Charles-Alexandre de Lorraine : « (…) il honorait l’humanité (…) peu de princes le remplaceront par la beauté de son âme ».

 

‡ Exposition internationale organisée par Alain Philippot (château de Lunéville), Thierry Franz (château de Lunéville, doctorant à l’Université de Lorraine, CRULH) et Catherine Guyon (présidente des Amis du Château de Lunéville et de son musée, MCF en histoire à l’Université de Lorraine, CRULH).

 

‡ Un catalogue illustré en couleur accompagne l’exposition.

 

‡ Du 9 juin au 16 septembre 2012 – Musée du Château de Lunéville.

Commentaires

  • Madame, Monsieur,

    Un ami vient de me signaler la mise en ligne sur votre site de l'annonce de l'exposition Charles-Alexandre à Lunéville. Le visuel que vous employez est repris du site Maison de Lorraine que j'anime dans la rubrique "actualité".
    Ce portrait est inconnu ; je le publie pour la première fois et dans l'exposition annoncée j'en publierai un second inconnu également de qualité comparable. Ces deux peintures tranchent sur la sempiternelle iconographie inlassablement utilisée jusqu'ici.
    Si vous avez tout à fait le droit de reprendre cette image (je n'ai pas la tentation de me l'approprier), je crains que vous faites cependant une confusion. Car l'exposition que vous mentionnez est celle organisée par le musée du château de Lunéville. Celle, sur laquelle je travaille depuis plus d'un an, bien avant la mise en oeuvre du projet conduit par le musée de Lunéville et annoncée sur notre site, vient d'être censurée par le pouvoir politique. Je vous invite à prendre connaissance de l'avis que nous venons de porter à ce sujet dans cette rubrique. C'est la seconde fois que le pouvoir politique censure un de mes projets d'exposition. la première fois, il s'agissait de Bertrand Delanoë en 2003 juste avant l'incendie du château. A présent la pression s'est exercée à l'initiative des organisateurs de l'exposition présentée par le musée du château de Lunéville.
    Peu importe finalement, je suis à présent aguerri ; l'hostilité rencontrée depuis 10 ans à Lunéville est monnaie courante !
    Le catalogue scientifique verra le jour dans quelques mois. Il est très regrettable pour tous les Lorrains que notre projet ait été torpillé par ces manoeuvres souterraines. Comme vous pourrez le constatez en consultant l'ouvrage à sa sortie, nous avions réuni 250 oeuvres dont plus du tiers sont inédites et n'ont jamais été présentées au public. Pour certaines d'entre elles elles revenaient à Lunéville pour la première fois depuis 1737 ! (c'est du reste ce qui explique sans doute la censure dont nous avons été victimes).
    Je reste à votre disposition pour toute information complémentaire.
    Si vous aviez la gentillesse d'annoncer sur votre site la suppression de notre projet (sans entrer dans la polémique car ce serait bien inutile) et la publication du catalogue (un ouvrage d'art de 250 pages très illustré), je vous en serais très reconnaissant.
    Bien cordialement,
    JCG

Les commentaires sont fermés.