Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jean paul marchal

  • Epinal (88) : exposition "Jean-Paul Marchal imagier" au Musée départemental

  • Décès de Jean-Paul Marchal, l'imagier d'Epinal

    Jean-Paul Marchal dans son atelier lors de notre rencontre avec Jean-Marie Cuny et Philippe Bajolet le 22 août 2015, un an jour pour jour avant son décès... [cl. ©H&PB].

    Nous avons appris le décès de l’imagier spinalien  de renom Jean-Paul Marchal. L’homme dont les racines vosgiennes sont en Haute-Meurthe, est né en 1928.

    Il a passé une enfance heureuse en Alsace où son père était gendarme. Expulsé en 1940 par l’envahisseur, les aléas de la guerre le mènent dans la région lyonnaise et en Haute-Savoie. De retour dans les Vosges en 1946, il fait toute sa carrière d’instituteur à l’Ecole Saint-Goëry d’Epinal, s’inspirant beaucoup sur le plan pédagogique des méthodes actives. Instructeur, puis chef de stage à l’UFCV de 1946 à 1978, le jeune instituteur fonde la délégation départementale de l’UFCV avant de devenir président de l’union régionale.

    Passionné par les arts plastiques depuis toujours, Jean-Paul Marchal suit en auditeur libre à l’école des Beaux-arts, pendant quatre ans, un cycle de formation à la typographie et aux techniques d’impression. En 1980 il crée l’Atelier du Moulin, voué à la sauvegarde de la tradition typo et à la création artisanale d’images gravées sur bois. Artiste reconnu, passionné, l’ami et partenaire de l’Imagerie d’Epinal anime durant plus de cinquante ans fêtes, stages, expositions, ateliers scolaires, démonstrations, en France et à l’étranger.

    Marié en 1954 avec Claude Grandmaire, infirmière, chef de chœur à la Basilique Saint-Maurice, qu’il a eu la douleur de perdre en 2008, Jean-Paul Marchal a partagé avec sa chère épouse plus de 50 ans de bonheur et des décades de passion et de créativité au service de l’art, du chant et de la cité.

    Ils ont parcouru avec leurs amis, des années durant, GR, routes et chemins de France et d’Allemagne, y compris sur les pas de Saint Jacques de Compostelle.

    Père de cinq enfants, grand-père comblé de treize petits-enfants, arrière-grand-père de deux garçons, entouré d’un nombre incalculable d’amis, d’artistes, d’amateurs de gravures, celui qu’on appelait « l’imagier du Moulin », Chevalier dans l’Ordre national des Arts et des Lettres, médaillé d’honneur de la jeunesse et des sports, s’est éteint ce 22 août 2016 entouré des siens.

    Ses obsèques auront lieu ce jeudi 25 août à 10h30 à la basilique Saint-Maurice à Epinal.

    RIP+

  • A Epinal, la fraternité est une image, et bien plus encore

    Quatre édifices, quatre religions, des femmes et des hommes de bonne volonté qui militent pour la tolérance et le dialogue en réponse à la folie des fondamentalistes musulmans : ce n’est pas une image d’Epinal. Et c’en est une quand même.

    Le dévoilement d’une nouvelle image dans les locaux de la « Vieille Dame du quai de Dogneville » n’aura donné lieu à autant d’émotion. C’est en présence de nombreuses personnalités et de représentants des communautés musulmane, juive, catholique et protestante qu’a été présentée lors des Journées du Patrimoine la dernière création du talentueux imagier spinalien Jean-Paul Marchal qui marque là son grand retour à l’imagerie. Une image dans la tradition des graveurs et illustrateurs qui est un cri contre l’intolérance, soulignée par cette phrase : « Mieux vaut allumer une bougie que de maudire l’obscurité ».

    Sur cette image, on reconnaît la mosquée d’Epinal, la basilique Saint-Maurice, la synagogue et le temple protestant. Quatre lieux de culte que les représentants et membres des quatre religions ont visités avant de rejoindre l’imagerie. Il y a quelques mois, des hommes mouraient pour des dessins, aujourd’hui d’autres se rapprochent par une image qui est bien plus que symbolique.

    « Au départ, nous devions éditer une image à l’occasion de la création de la nouvelle mosquée d’Epinal. Cela pour banaliser ce lieu de culte que l’on veut ouvert à tous. Mais notre initiative a été rattrapée par l’actualité. Alors est né le projet d’une image prouvant la volonté d’une coexistence harmonieuse entre tous les humains, sans distinction de race ou de religion. Car la meilleure façon de se connaître est de construire ensemble » explique Othmane Amri, président de l’association culturelle des musulmans des Vosges.

    Une main tendue qui a donc été saisie par les communautés catholique, protestante et juive. Une évidence pour Léon Siméoni, représentant de la communauté israélite : « Cette idée est originale, peut-être unique en France… Au lieu de se replier en se sentant stigmatisée, la communauté musulmane s’ouvre ici aux autres et ravive l’espoir d’une communauté fraternelle. »

    Rapprochement, connaissance de l’autre, respect sont autant de notions dont l’évocation a éclairé l’image dévoilée. « Un moment de communion », comme l’a désigné le député-maire Michel Heinrich.

    [d'après Vosges Matin]

  • Dans l'atelier du graveur et imagier vosgien Jean-Paul Marchal

    Rencontre récente avec le maître graveur et imagier, Jean-Paul Marchal, dans son atelier sur les hauteurs d'Epinal.

    Notre artiste vosgien a toujours un projet de création d'avance : il travaille actuellement à une gravure sur bois représentant les différents lieux de culte d'Epinal (basilique Saint-Maurice, temple protestant, synagogue et mosquée) qui symbolisera la fraternité entre les religions et les croyants. Cette gravure sera présentée officiellement lors des Journées du Patrimoine de septembre prochain au musée de l'Imagerie.

    Le bonhomme prépare aussi une exposition d'oeuvres gravées anciennes revues et aménagées par le maître à la façon du célèbre graveur japonais Hokusai, pour lequel Jean-Paul Marchal voue une grande admiration.

    Son actualité, c'est aussi le versement de ses bois gravées aux archives départementales des Vosges (1867 au total !) : ceux-ci seront répertoriés, dûment décrits et numérisés afin de pouvoir être consultés par les chercheurs et le grand public.

    Un artiste de grand talent assurément. Et tellement attachant !

  • "La Lorraine de Jean-Paul Marchal" à châtel-sur-Moselle le 13 juillet

    Chatel-marchal.jpg

  • La Nouvelle revue lorraine n° 19 : Patricia Kaas la Lorraine

    NRL19.jpgOn ne pourra plus faire le reproche à La Nouvelle revue lorraine d'être passéïste et de se réfugier dans l'histoire des Lorrains d'hier ! Avec ce numéro, Jean-Marie Cuny est résolument contemporain en donnant la parole à Patricia Kaas, la chanteuse lorraine désormais connu dans le monde entier. Coup de chapeau aussi à des Lorrains, certes moins connus, mais qui oeuvrent cependant depuis 20 ans au sauvetage d'un site johannique : l'ermitage de Bermont, dans les Vosges. Gage d'avenir aussi avec un retour sympathique sur le mariage de SAIR Christoph de Habsbourg-Lorraine et d'Adélaïde célébré à Nancy en décembre dernier.

    A lire aussi dans ce nouveau numéro :

    - Jean-Paul Marchal, maître imagier

    - Gaspard de Pernes, commandeur de Libdeau et de Xugney, et son célèbre baume

    - Le chevalier de Jaulny

    - Guy de Larigaudie, un scout de légende

    - Metz et l'héritage de l'annexion

    - La victoire de Coué

    - François Richard, peintre-décorateur

    Et de nombreuses anecdotes lorraines ainsi que les rubriques habituelles : les info's lorraines, les livres...

     

    ‡ La Nouvelle revue lorraine, n° 19, avril-mai 2013. En librairie ou sur abonnement en adressant ses coordonnées postales et le règlement (38 €, 6 numéros) à : LA NOUVELLE REVUE LORRAINE, Le Tremblois, 54280 LANEUVELOTTE.

  • Epinal (88) : exposition "La Lorraine de Jean-Paul Marchal"

    L’imagier Jean-Paul Marchal expose à la galerie du Bailli d’Épinal jusqu’au 24 décembre sur le thème de la Lorraine.

    jpm.jpgPourquoi une rétrospective des œuvres de Jean-Paul Marchal qui nous parlent de la Lorraine ? « Je suis Lorrain et je me souvient très bien de mon grand-père de Fraize, un menuisier. En fait, on a en quelque sorte fouillé dans mes archives, je ne savais pas que j’avais autant de créations sur la Lorraine. C’est drôle, on pourrait également trouver de quoi faire sur le Tibet ou sur les animaux » précise notre homme.

    Vrai, car Jean-Paul Marchal ne cesse de créer et cette exposition le confirme. Elle couvre une cinquantaine d’années en quatre thèmes : tourisme, patrimoine, environnement ; Nature et paysages lorrains ; gestes et techniques et enfin hommages et commémorations.

    vosges,lorraine,images,epinal,jean paul marchal,imagierLe processus de création est indélébile, l’utilisation du bois gravé comme aux 15ème, 16ème et 17ème siècles et des textes typographiques en plomb. « Quelle idée allez-vous me dire ? » lance l’imagier. « Aujourd’hui il suffit de taper sur un bouton d’ordinateur, moi je ne sais pas faire ! ». On accepte de le croire sur parole. Cependant quelques indices permettent de constater que l’homme est bien de son temps.

    Les réjouissantes expressions lorraines, essentiellement vosgiennes, se mêlent dans cette exposition où transparaît aussi la triste actualité économique (avec la disparition de la sidérurgie)… Jean-Paul Marchal est définitivement un grand imagier et un grand parleur. Et un passionné !

    Notre imagier vosgien sera présent à la galerie du Bailli à Epinal ce samedi 15 et demain dimanche 16 décembre.

  • A Nancy, Saint Nicolas se livre, s'expose... et se déguste !

    souvenirs st nicolas.jpg
    jp marchal.jpg
    pain d'épices.jpg
    [Est Républicain]

  • Saint Nicolas par Jean-Paul Marchal

    St Nicolas par JP Marchal 005.jpgLe hall d'entrée du Conseil général de Meurthe-et-Moselle accueille jusqu'au 30 décembre l'exposition "Saint Nicolas en images pour les enfants sages". L'imagier vosgien Jean-Paul Marchal y présente ses remarquables gravures sur bois sur le thème de Saint Nicolas. C'est une belle occasion de célébrer une tradition ancestrale à laquelle tous les lorrains sont attachés et mettre en lumière un savoir-faire d'un grand artiste.

    Jean-Paul Marchal, après avoir été instituteur, a fondé l'Atelier du Moulin à Epinal en 1980 voué à la sauvegarde de la tradition typographique, la gravure sur bois de fil, la linographie, le tirage de bois anciens et l'édition de belles images. Imagier travaillant avec des graphistes, des poètes, des imprimeurs, des associations, des bibliothèques, des collectivités publiques, il est sociétaire du "Bois gravé" et expose dans les musées et bibliothèques de France et à l'étranger. Il a également illustré de nombreux ouvrages.

    La plupart des oeuvres exposées ont été gravées sur du poirier bois de fil avec la technique du champlevage. L'impression des images nécessite de très nombreux encrages successifs et donc autant de passage sur la presse. Les encres utilisées sont des encres typographiques et l'encrage se fait au rouleau sur la presse à bras. Les textes sont composés en typographie avec des caractères mobiles selon l'art créé par Gütenberg vers 1440.

    Saint Nicolas se laisse découvrir sous ses multiples aspects au gré des différentes gravures réalisées par notre imagier vosgien. Dans la grande tradition de l'image d'Epinal !

     

    >> Exposition "Saint Nicolas en images pour les enfants sages", Conseil général de Meurthe-et-Moselle, 1er au 30 décembre 2009, du lundi au vendredi, de 9h à 18h. Entrée gratuite.