Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marey

  • Parce que c'était lui...

    En 1580, une famille vosgienne se nourrit d'une croyance venue d'Italie. Elle est condamnée à vivre cachée pour éviter la sanction mortelle.

    Élevé par sa grand-mère, Jean apprend la chirurgie. Ses études l'envoie au pays de Jeanne d'Arc. Il rencontre le philosophe Michel Eyquem. Grâce à Giordano Bruno, visionnaire italien, il retrouve son passé...

     

    L'ouvrage "Parce que c'était lui" de Roger Poinsot est disponible au prix de 24 € franco. Commande et règlement à adresser à : M. Roger Poinsot, 14 rue de la Joie, 88320 Marey.

  • Marey (88) : Le Juminel fête les pierres le 27 juillet

    2014Juminel.jpg

  • Marey (88) : Le Juminel fête les plantes le 28 juillet

    marey.JPG

    Le village de Marey (Vosges, canton de Lamarche) et l'association Le Juminel fête les plantes avec... une bourse aux plantes

    Dimanche 28 juillet

    Le Cercle d'études locales de Contrexéville présentera les résultats des prospections et fouilles archéologiques réalisées dans les Vosges.

  • Les racines du bien (tome 2)

    poinsot.jpgRoger Poinsot est un auteur du terroir doublé d'un historien qui aime son territoire, celui situé entre Mouzon et Saône, dans le sud-ouest vosgien.

    La saga des Hyacinthe nous fait revivre le passé du village de Marey, dans l'actuel canton de Lamarche. Dans le premier tome de Les racines du bien, l'auteur campait ses personnages du roman historique pendant la guerre de Trente Ans, vers 1645 dans la cité lorraine fortifiée de La Mothe, où manger était le seul souci qui accaparait les esprits des hommes de ce temps de malheurs.

    Dans le second tome, le lecteur suit à nouveau les péripéties des Hyacinthe au XVIIIe siècle opposés aux seigneurs du lieu, les Gauthier, entre Marey et Lichecourt. Un monde nouveau se dessine dans ce milieu rural des confins de la Lorraine et de la Comté...

     

    ‡ Pour commander Les racines du bien (tomes 1 et 2), imprimer ou recopier le bon de commande ici Bon de commande Les racines du bien.pdf

  • "Le bâtisseur de rêves", un roman historique de Roger Poinsot

    marius.JPGSe glissant dans la peau de Marius, notre auteur, Roger Poinsot, part de Pompéï pour suivre César dans la guerre des Gaules et arrive à la côte du Hautmont, proche de Marey, petit village de l'ouest du département des Vosges actuel.

    C'est la rencontre entre deux cultures qui deviendront la nôtre, la gallo-romaine. C'est aussi la passion pour deux femmes...

    Le premier roman de Roger Poinsot « Les Racines du Bien » est toujours en vente.

    Hyacinthe part de La Mothe, belle cité lorraine fortifiée disparue pour vivre dans le village de Marey. On est en 1645, l'obscurantisme et la faim font des ravages... Ce grand père qui survit est peut-être le vôtre...

    Roger Poinsot édite à compte d'auteur.

     

    romaine.JPG

    Illustrations réalisées par Roger Poinsot pour son ouvrage "Le bâtisseur de rêves".

     

    Commande à adresser à : Roger POINSOT, 14 rue de la Joie, 88320 MAREY

    Couriel : roger.poinsot@wanadoo.fr - Tél. : 03 29 09 75 79

    M., Mme, Mlle .................................................................................................

    Adresse : .........................................................................................................

    code postal : ......................

    Commune : ......................................................................................................

    commande ....... ouvrage(s) "Les racines du bien" à 18

    commande ....... ouvrage(s) "Le bâtisseur de rêves" à 20

    Je désire recevoir ma commande à l'adresse ci-dessus (+ 4 € de port)

    Ci-joint mon règlement de la somme de ............ €

    signature :

     

     



  • Quand les Romains débarquaient en Lorraine méridionale... Un nouveau livre de Roger Poinsot

    livre Roger  Poisot.JPG

     

    ‡ Contact : roger.poinsot@wanadoo.fr   

  • Marey (88) : entre poésie et patrimoine

    marey.jpg

    [Vosges Matin]

  • Dimanche 31 juillet à Marey (Vosges) : les Gaulois sont dans la plaine

    mediomatrici.jpg

    Groupe des Mediomatrici.

    Dimanche 31 juillet à Marey (sud-ouest des Vosges, entre Martigny-les-Bains et Contrexéville) à partir de 12h00, sur l'ancienne voie romaine au lieu-dit "Haut-de-Salin", grande fête gauloise organisée par l'association du Juminel.

    Nombreuses animations : reconstitutions historiques avec le groupe des Mediomatrici, démonstration d'une moisonneuse gauloise, groupe celte, tissage gaulois par le Centre de la préhistoire de Darney, présentation des résultats de fouilles archéologiques par le Cercle d'études locales de Contrexéville, activités ludiques pour enfants, restauration sur place...

    ‡ Plus d'images ici : Fête gauloise_Marey.pdf

  • "Les racines du bien", premier roman historique du Vosgien Roger Poinsot

    lorraine,vosges,marey,roger poinsot,guerre de trente ans,la motheQuelle famille pourrait supporter, aujourd'hui, la misère et la famine qui ruinaient la Lorraine de nos aïeuls ? Cette époque, celle du XVIIe siècle, n'est pas si lointaine. Remontez votre propre passé de quelques « grand-pères » et vous retrouverez cet homme tenaillé par la faim, la peur du loup, celle du diable.

    Dans cette période, celle de la guerre de Trente Ans, Roger Poinsot a voulu se placer dans la peau de l'un d'entre eux, Hyacinthe, le grand-père à nous tous.

    Suivez ce jeune homme dans son parcours vers le petit village du duché de Lorraine, à la frontière du royaume de France : Marey. Il prend la décision de partir de cette belle cité fortifiée de La Mothe, en pleine destruction. C'est le début des rencontres avec les brigands, les villages rasés et surtout l'obscurantisme.

    Pensez qu'en 1645, manger ce qui pousse sous terre, c'est manger le diable... Hyacinthe, ce grand-père qui pourrait être le vôtre, l'a fait.

    L'auteur, Roger Poinsot, est professeur en génie mécanique à la retraite. Passionné d'histoire, il sillonne la région, prospecte et effectue ses premières fouilles avec le Cercle d'études locales de Contrexéville. Plongé dans les archives des Vosges depuis 2004, il s'imprègne du quotidien des Lorrains des XVIIe et XVIIIe siècles dont il aime dépeindre la vie simple. Son premier roman en est une illustration. En même temps, depuis 2002, il expose sa peinture fondée sur le passé de la paysannerie ; il obtient, en 2010, le 1er prix du public de la commune vosgienne de Circourt-sur-Mouzon.

    Les racines du bien, roman de 190 pages, est illustré de dessins et tableaux peints par l'auteur. L'ouvrage est publié par les Editions des Lutins.

     

    ‡ Souscription pour Les racines du bien ouverte jusqu'au 18 septembre 2011. Pour commander l'ouvrage, imprimez ou recopiez le bon de souscription ici : souscription_les racines du bien.pdf

  • Marey (Vosges) : Fête Gauloise le 31 juillet

    marey.jpg

    moissonneuse gauloise.JPG

    Des Gaulois et leur moissonneuse en pleine action [cliché ©Ass. Le Juminel]

  • Marey (Vosges) : Le cercle d’études locales de Contrexéville à la fête du Juminel

    Les membres du Cercle d'études locales de Contrexéville étaient présents à la fête du Juminel de Marey organisé récemment.

     

     

    CELC2.JPGCELC3.JPGil s'agissait pour le Cercle d’études, qui s’est spécialisé dans la recherche archéologique dans l’Ouest vosgien, de proposer des jeux d'antan pour les enfants, mais beaucoup de grands enfants ont fréquenté ces activités !

     

    CELC1.JPGLe Cercle a tenu boutique et a fait la promotion des expositions et conférences organisées en Saône Lorraine sur la thématique de l’époque gallo-romaine. Les animateurs ont également initié les curieux à la mosaïque ou à la coulée de monnaies gauloises, et organisés des jeux antiques. Enfin, un chantier de fouilles ludiques a été ouvert pour le plus grand plaisir des petits.

     

    Rappelons que le Cercle d’études locales de Contrexéville est partenaire des expositions présentées au musée d’Hennezel-Clairey et à l’abbaye Saint-Maur de Bleurville sur le thème des « Gallo-romains en Saône Lorraine ».

     

    [sources : communiqué et clichés du Cercle d’études locales de Contrexéville]

  • Tradition : moisson d'antan à Marey (Vosges)

    A Marey, dans le canton de Lamarche, une fête entre folklore et tradition pour redonner vie aux gestes oubliés. Et pour témoigner auprès des jeunes générations.

    « C'est bon d'avoir le terroir qui colle à ses souliers » raconte Christiane Peymirat, présidente de l'association du Juminel en embrassant du regard le fantastique paysage qui déroule son damier de parcelles céréalières le long de la voie romaine du Haut-de-Salins.

    marey.jpg

    Le temps d'une journée, la fête d'été a posé ses jalons sur les hauts de Marey, en plein milieu des champs. Quand elle était enfant, Christiane a suivi ses grands-parents dans les champs. Elle voit encore sa grand-mère poussant la javelle avec le râtelot… Dimanche, c'est son ami Edmond, un vieux paysan au visage buriné par le soleil qui officiait sur la moissonneuse-lieuse accrochée derrière un non moins vieux Mac-Cormick.

    En l'espace de deux heures, la foule des spectateurs aura pu suivre l'évolution des moissons à travers les âges. De l'utilisation de la faucille et des liens de seigle, une technique plus que millénaire, à l'arrivée des premières machines au début du 20ème siècle, puis du tracteur dans les années 50. Affolés par l'orage et les insectes piqueurs, les deux chevaux de trait se sont fait prier pour entrer en scène mais ils ont offert un spectacle haut en couleur.

    moissons marey.jpg

    Tout est fête au Juminel. Le programme se lit comme un conte. Les animations réveillent les nostalgies. Perdu entre ciel et terre, le site a quelque chose de magique. Et puis, il y a l'ambiance à nulle autre pareille. Jadis, quand on posait la dernière gerbe sur le chariot, pour marquer la fin des moissons (et de la fenaison aussi), on s'offrait un grand festin. On a « tué le chien » dimanche, comme autrefois, puis on a dansé à en perdre haleine.

    [d’après L'Est Républicain | 29.07.2008]

     [clichés : courtoisie de Anne Soyer-Petitjean]