Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

renaissance

  • Nancy : double commémoration au Musée lorrain

  • Châtillon-sur-Saône, de la ruine à la renaissance

    La maison du pèlerin récemment restaurée, Châtillon-sur-Saône.

    Depuis 30 ans, Châtillon-sur-Saône, aux confins des Vosges, de la Haute-Marne et de la Haute-Saône, restaure son carré Renaissance. Question de survie.

    « Les gens vivent dans un désert et on a parfois l’impression qu’ils s’y complaisent et ne veulent pas en sortir. » Maire de Châtillon-sur-Saône depuis 1983, Aimé Bonneret avoue sa perplexité. Sa commune de 145 habitants semble l’ultime rempart à la désertification qui, alentour, a vidé les paysages.

    Entre Vosges, Haute-Saône et Haute-Marne, le bourg surplombe la confluence de l’Apance et de la Saône. Excentré, il présente toujours les stigmates de l’exode qui a bien failli le rayer de la carte au XXe siècle. « On est les derniers des Mohicans », s’amuse Bruno Daval. Premier adjoint au maire, l’intéressé dirige l’usine d’éclairage Sammode et ses 35 salariés. « Avec 16 habitants/km², contre 44 pour Vittel-Contrex, c’est la fin des commerces, des médecins… On se sent livrés à nous-mêmes », déplore Aimé Bonneret.

    D’une calamité à l’autre, celle qui s’est abattue sur la petite commune au tournant des années 80 aurait pu lui coûté cher. « On les a vus arriver, mais pas repartir. En revanche, ils nous ont laissé quelques tas de gravats obstruant les ruelles. » Aimantés par les vieilles pierres, promoteurs et brocanteurs jettent alors leur dévolu sur les belles bâtisses qui composent le carré Renaissance au centre du bourg. « Les maisons étaient à l’abandon ou servaient de remise. Dans les années 60, la population qui en avait les moyens préférait se faire bâtir des pavillons à l’extérieur, seuls les moins fortunés sont restés », rapporte Nathalie Bonneret, présidente de l’association du Musée de Châtillon. Livrées à un pillage en règle, les bâtisses, rachetées à vil prix, sont mises en pièces. Ornements, cheminées, boiseries alimentent le marché de l’antiquité. L’ancien village de vignerons n’est plus que l’ombre de lui-même…

    Mais, heureusement, quelques passionnés de vieilles pierres s’en émeuvent et permettent un sursaut salvateur. Classés dans l’urgence à l’inventaire des monuments historiques, huit bâtiments échappent à la démolition. Professeur d'histoire messin, Jean-François Michel mobilise les politiques, les administrations, lève des fonds et jette les bases de l’association Saône Lorraine, futur rempart contre le pillage. La fondation Gould, liée au site via la trajectoire du peintre Jan Monchablon, enfant du pays, met la main à la poche.

    Peu à peu, la population comprend qu’elle vient d’échapper au pire. Elle saisit la portée d’un patrimoine dont elle va faire un levier pour renouer avec une certaine forme de prospérité. « Le bilan est énorme. Châtillon n’est pas un champ de ruines », se réjouit rétrospectivement l’édile. Mais la renaissance reste un combat de tous les instants. « Lorsqu’il a fallu investir 1,7 MF dans la restauration de la grosse tour dont le parement s’était effondré, beaucoup se sont interrogés. A l’époque, c’était une somme. Les gens tiraient le diable par la queue. Certains habitants jugeaient plus judicieux d’investir dans l’école ou les routes et trouvaient que les amoureux des vieilles pierres, ça commençait à bien faire. »

    Pourtant, à l’instar de Joinville en Haute-Marne ou de Marville en Meuse, le nom de Châtillon commence à rayonner. L’association de Jean-François Michel ouvre un gîte d’étape et un salon de thé dans l’ancien grenier à sel. Une auberge fonctionne à l’année. Quelques couples s’y établissent avec la volonté d’apporter leur pierre à l’édifice. « On n’est pas encore sauvé, mais 30 ans de chantier ont permis de freiner le déclin », soupire Bruno Daval, plutôt enclin à voir le verre à moitié plein.

    [source : Le Républicain lorrain]

  • Châtillon-sur-Saône (88) : cité Renaissance de caractère

  • L'ombre rouge de la Vieille Ville

    Les éditions Salvator rééditent le roman du Père François Weber publié chez Serpenoise en 2013 et qui a connu un beau succès de librairie.

    Huit morts en quinze mois ! Dans la Vieille Ville de Nancy, sur laquelle plane une mystérieuse "ombre rouge", personne n'est à l'abri... Mais qui sème donc l'épouvante entre la basilique Saint-Epvre et la porte de la Craffe au point que police et clergé doivent unir leurs forces pour terrasser ce fou vengeur ? Magie noire, sorcellerie, possession... Comment mettre un terme à ce massacre ?

    Ce roman policier haletant plonge le lecteur dans l'atmosphère mystérieuse de la vieille cité de Nancy, marquée par la période de la Renaissance et la victoire de 1477 du duc René II sur Charles le Téméraire.

    Un récit à suspens où se côtoient fantômes du passé et peurs d'aujourd'hui.

    Le Père François Weber est membre de la congrégation de l'Oratoire Saint-Philippe Néri à Nancy.

     

    ‡ L'ombre rouge de la Vieille Ville, François Weber, éditions Salvator, 2016, 210 p. (12 €).

  • Un prélat français de la Renaissance : le cardinal de Lorraine entre Reims et l'Europe

    Prélat d’Etat, ayant joué un rôle central dans la vie politique, diplomatique, religieuse et culturelle du XVIe siècle en France et en Europe, Charles de Guise, cardinal de Lorraine, a été pendant longtemps l’un des personnages les plus maltraités par l’historiographie.

    Hors de toute intention apologétique, une révision s’imposait, permise par quelques travaux fondateurs, principalement d’origine anglo-saxonne, afin de comprendre la complexité d’un personnage à bien des égards énigmatique, ainsi que son évolution voire ses revirements.

    Le présent volume réunit vingt-cinq contributions de chercheurs français et étrangers, attentifs à éclairer la personnalité et l’action du cardinal de Lorraine par de nouveaux documents et une plus juste périodisation. Leur objectif a été de mieux estimer le rôle du cardinal de Lorraine dans les débats religieux et la réforme de l’Eglise et de mettre en évidence les permanences et les évolutions de ses conceptions, ainsi que de comprendre son action politique et diplomatique sur le théâtre européen comme à la cour de France, dans le cadre d’une monarchie en pleine évolution et d’un Etat en faillite, et enfin de révéler les formes et la richesse d’une commande artistique et littéraire originale et novatrice.

    L’ouvrage est attentif à la diversité des terrains d’action : ville et archevêché de Reims, Champagne et Lorraine, pays européens, liens privilégiés avec l’Italie.

    Une belle et intelligente réhabilitation de Charles de Guise.

     

    ‡ Un prélat français de la Renaissance. Le cardinal de Lorraine entre Reims et l'Europe, Jean Balsamo, Thomas Nicklas et Bruno Restif (dir.), Droz éditeur, 2015, 466 p., ill. (49,50 €).

  • Parce que c'était lui

    Roger Poinsot poursuit sa quête historique avec un nouveau roman qui a pour cadre nos Vosges, entre Moyen Âge et Renaissance.

    Dans Parce que c'était lui, l'auteur conte la vie d'une famille de charbonniers venue de la région de Bâle. Génération après génération, de forêt en forêt, cette famille s'installe dans une clairière vosgienne.

    Ce roman nous replonge dans les rituels de l'époque où Eglise et seigneurs imposent leurs codes... et où les maladies sont de véritables fléaux soignées avec des moyens fort rudimentaires.

    Après les années noires, les descendants de nos charbonniers suisses n'accepteront plus cette misère ; décimés, les survivants de cette famille ne se contentent plus de prier le Ciel mais vont croire aux bienfaits des débuts de la science en cette fin du XVIe siècles et aux bienfaits des plantes qui guérissent...

    Un roman original qui fait se côtoyer le mondes des humble de nos campagnes, des sorcières et des humanistes.

     

    ‡ Parce que c'était lui, Roger Poinsot, éditions des Lutins, 2015, 289 p. (20 €).

  • Fête Renaissance à Châtillon-sur-Saône le 2 août

  • Toul (54) : deux remarquables statues de la Renaissance acquises grâce à la Fondation du Patrimoine

    Rarement un projet patrimonial de belle qualité aura connu un aboutissement aussi prompt.

    Une souscription publique lancée le 31 janvier 2015 par la Fondation du patrimoine de Lorraine et la Ville de Toul en faveur de l’acquisition de deux statues polychromes du XVe siècle – sainte Marie-Madeleine et sainte Catherine d’Alexandrie – a produit plus de 10.000 € en trois mois, ce qui a permis à la municipalité de signer aussitôt l’acte d’acquisition et de les faire déposer au Musée de Toul.

    « D’une facture exceptionnelle, ces deux statues, toutes pénétrées d’une antique et primitive sagesse, gagnent à être visitées tant leur esthétisme est d’une fraîcheur surprenante. Leur éloquence souligne leur image, renforce leur présence et magnifie leur vocation spirituelle. Cette acquisition donne raison à ceux qui pensent que la passion de conserver est aussi forte que celle d’obtenir » a déclaré Michel Vicq, Délégué de Meurthe-et-Moselle pour la Fondation du Patrimoine.

    Récemment, devant les donateurs et les Amis du Musée de Toul, le délégué de la Fondation du Patrimoine a remercié le maire, Alde Harmand, qui "avec l’autorité du goût a eu la volonté de réchauffer le destin" de ces deux statues. Ses remerciements sont allés également au Conseil régional de Lorraine et aux nombreuses personnes dont la générosité a été appréciée et déterminante quant à la réalisation du projet.

    « Sauver c’est transmettre, c'est-à-dire enrichir la communauté des vivants » a conclu Michel Vicq.

  • La Nouvelle revue lorraine n° 32 : hommage à l'historien de Vaucouleurs et de Jeanne d'Arc, Henri Bataille

    Les hauts-lieux de la Lorraine. Ils sont nombreux, mais Jean-Marie Cuny, dans son éditorial, en évoque quelques-uns parmi les plus symboliques de notre pays et de son histoire : la butte Sainte-Geneviève proche de Nancy, Notre-Dame de Beauregard proche de Domremy, La Mothe dans le Bassigny lorrain. Autant de lieux qui ne sont pas forcément évoqués avec grand renfort de publicité dans les brochures pour touristes, mais qui constituent la mémoire de notre Lorraine et des Lorrains qui se sont succédés sur cette vieille terre.

    Comme à son habitude, le sommaire de cette dernière livraison est truffé d'excellents articles sur notre histoire, son patrimoine et les lorrains célèbres - ou restés dans l'anonymat... Jugez-en :

    - Henri Bataille (1908-2008), historien et archéologue

    - la bibliothèque Stanislas de Nancy

    - un laboratoire pharmaceutique nancéien : Auguste Fandre et ses catguts

    - la Gloriette de Rezonville

    - il y a 40 ans à Nancy : la destruction programmée de la ville

    - Jamerey-Duval dans le Barrois en 1709

    - une incroyable chasse au loup

    - Louis Bertrand (1866-1941), un grand écrivain lorrain oublié

    - 70e anniversaire du 8 mai 1945 : un beau jour !

    - la maison dont j'étais le prince

    - sous le Second Empire : un discours de fin d'année à Phalsbourg

    - Lorraine, au Canada

    - l'église Saint-Pierre de Mey

    - les "cailloutages" de Gerardmer

    - les tisserands fermiers

    - deux statues touloises de la Renaissance lorraine

    ... et les rubriques habituelles : les infos lorraines, les livres et les infos du Jean-Marie.

     

    La Nouvelle revue lorraine est disponible dans toutes les bonnes librairies... en Lorraine, et sur abonnement en envoyant vos coordonnées postales et votre règlement par chèque (38 € pour 6 numéros, à l'ordre de "SEP Helenus - La Nouvelle revue lorraine") à : LA NOUVELLE REVUE LORRAINE, LE TREMBLOIS, 54280 LANEUVELOTTE.

  • La Renaissance en Europe dans sa diversité : les pouvoirs et lieux de pouvoir

    renaissance.jpgDans le cadre de la manifestation Nancy Renaissance 2013, un congrès international organisé en juin 2013 par l'Université de Lorraine a réuni plusieurs universitaires et historiens sur le thème "La Renaissance en Europe dans sa diversité" où la Lorraine tient une place de premier plan.

    Définie par ses acteurs mêmes comme une résurrection des arts et des lettres en rupture avec la période médiévale et en lien avec l'Antiquité retrouvée, la Renaissance a vu depuis ses contours considérablement élargis et l'historiographie a puissamment contribué à démontrer à quel point les foyers renaissants furent multiples dans toute l'Europe et, plus encore, combien les continuités étaient au moins aussi fortes que les ruptures. Selon l'expression d'Eugenio Garin, s'intéresser aux diverses mutations à la Renaissance, c'est désormais étudier "toutes les contradictions d'un monde qui change". Prenant appui sur des acquis récents, notamment la réalité d'une Renaissance polycentrée dans laquelle les échanges et les contributions mutuelles et réciproques sont essentiels, le souhait des organisateurs du congrès Renaissance de juin 2013 a été de porter une attention prioritaire aux diversités à la fois temporelles et géographiques, et de centrer le regard sur les spécificités émergentes et les audaces sinon plus méconnues et cachées, en tout cas moins souvent privilégiées par les études.

    Si l'on reprend la chronologie ouverte et longue de Peter Burke, entre le XIVe et le début du XVIIe siècle le mouvement général embrasse avec plus ou moins d'importance une multitude d'aspects dont le large domaine du politique. Ce premier tome consacré aux pouvoirs et lieux de pouvoir y est consacré. Si environ la moitié des contributions concernent la Lorraine, ces exemples sont insérés dans le plus vaste ensemble européen, autour de trois grands thèmes : le champ des réflexions concernant le fonctionnement de l'Etat, la Cour et la ville, un triptyque formel qui nourrit des croisements et des échanges constants. Les trente-deux communications du présent tome illustrent que la Renaissance est une période marquée par la pluralité et les contrastes, un moment qui doit s'envisager par la découverte des faces incontestablement lumineuses avec celles qui sont plus sombres.

     

    lorraine,europe,italie,espagne,renaissance,nancy,université de lorraine

     

     

    ‡ La Renaissance en Europe dans sa diversité : les pouvoirs et lieux de pouvoir, Gérard Giuliato, Marta Peguera-Poch et Stefano Simiz (dir.), Groupe XVIe et XVIIe siècles en Europe, Université de Lorraine, 2014, 558 p. (35 €).

  • Souscription pour l'acquisition de deux statues de la Renaissance lorraine

    La Ville de Toul lance une souscription auprès de la Fondation du Patrimoine afin d'acquérir deux statues polychromes du XVIe siècle représentant sainte Marie-Madeleine et sainte Catherine d'Alexandrie.

    statue2.jpgCes deux statues seront destinées à enrichir les collections du Musée d'Art et d'Histoire de Toul.

    La taille des statues (1,39 m et 1,36 m), mais aussi leur polychromie, pieusement conservée depuis l’origine, ainsi que leur excellent état de conservation, nous permettent aujourd’hui d’admirer un art de la Renaissance flamboyant, vibrant de couleurs et d’une vie palpable.

    La qualité d’exécution de ces sculptures en pierre de taille, s’apprécie dans l’élégance des deux saintes, représentées debout, dans une attitude sereine. Les costumes sont gracieux, admirablement ornés de détails délicats. Les visages charmants expriment à travers des traits fins, toute la noblesse des personnages mais aussi leur bienveillance. Ils semblent animés par un souffle de vie.

    statue1.jpgEnfin, les attributs des deux saintes femmes sont clairement représentés, la roue du supplice et le livre en main pour Catherine d'Alexandrie, le pot à onguent pour Marie-Madeleine. A leurs pieds sont figurés des donateurs agenouillés, mains jointes, dans une attitude et une dimension empreintes de modestie. Ces personnages à eux seuls méritent une étude poussée qui pourrait conduire à la connaissance précise de leur commanditaire, sans doute évêque ou chanoine de Toul.

    Ces deux statues, chefs d’oeuvres inédits de l’époque Renaissance, sont de surcroît des exemples rares de la statuaire Lorraine du XVIe siècle, à rapprocher par leur qualité d’exécution, des statues connues de Champagne ou de Flandres, telles qu’on peut en voir au Musée du Louvre. Les conserver en Lorraine, dans la ville pour laquelle elles ont été commandées, est une opportunité unique, fruit d’une histoire déjà riche de mécénat, de sauvegarde et de découverte.

     

    ‡ Plus d'info et don défiscalisé sur le site de la Fondation du Patrimoine Lorraine ici https://www.fondation-patrimoine.org/fr/lorraine-15/tous-les-projets-722/detail-acquisition-de-deux-statues-renaissance-a-toul-31611

  • Généalogie des familles nobles de Saint-Nicolas-de-Port

    genéalogie st nicolas.jpgSolange Louis poursuit la quête des origines des grandes familles lorraines. Après la famille Callot, dans son nouvel ouvrage, elle se penche sur la généalogie de quelques familles renommées - à l'époque - de Saint-Nicolas-de-Port : les Alba, Berman, Feriet, Moycet et Vitou.

    L'auteur a réalisé un formidable travail de bénédictin en fouillant et en décryptant méthodiquement les fonds documentaires - notamment les actes notariés - conservés aux archives départementales de Meurthe-et-Moselle afin de faire revivre cinq familles nobles portoises, entre le XVIe et le XVIIIe siècle.

    Au XVIe siècle, les Berman et les Feriet étaient les plus importantes familles de riches négociants de Saint-Nicolas-de-Port. Les Moycet furent à l'origine de la construction de la splendide basilique portoise dédiée au saint patron de la Lorraine. On suivra l'évolution sociale des Alba à travers trois membres qui furent anoblis par le duc de Lorraine et occupèrent des postes prestigieux, dont plusieurs notaires et un marchand drapier portois. Enfin, avec la famille Vitou, nous nous replongeons dans la société portoise de la Renaissance en suivant la carrière d'un de ses membres - Charles Vitou - qui fut docteur en médecine.

    L'ouvrage constitue un outil au service des généalogistes mais aussi des historiens car, au-delà du fait de redonner vie à une foule de personnages, notre auteur débusque maintes anecdotes (juridiques, religieuses, familiales, patrimoniales, commerciales...) qui constituent le terreau de l'histoire de notre Lorraine, et donc des Lorrains de jadis.

    Et comme tout bon outil, il ne s'use que si l'on s'en sert... Donc, amis historiens et généalogistes - ou tout simplement amoureux de la Lorraine et de son passé - courrez vite acquérir cet ouvrage !

     

    ‡ Généalogie des familles nobles de Saint-Nicolas-de-Port, Solange Louis, éditions CopyMédia, 2014, 222 p., ill. (35 €). Disponible chez l'auteur, 9 rue du duc Raoul, 54000 Nancy.

     

  • La Neuveville sous Montfort (88) : une représentation de la légende de Saint Hubert

    Gilou Salvini, membre éminent du Cercle d'études locales de Contrexéville, nous fait partager ses découvertes archéologiques et historiques, glanées au fil de ses pérégrinations vosgiennes...

    lorraine,vosges,meuse,la neuveville sous monfort,les marats,les hauts de chée,saint hubert,gilou salvini,cercle d'études locales de contrexéville,renaissanceAujourd'hui, il nous fait découvrir une sculpture découverte par hasard, à La Neuveville-sous-Montfort, village de la plaine des Vosges, situé entre Vittel et Mirecourt.

    Cette sculpture utilisée en remploi dans le mur d'une maison, bien que mutilée, reste parfaitement lisible. Elle représente la chasse de Saint Hubert. Elle peut être datée de la fin du XVe siècle et met en scène la légende dans un tableau de pierre (55 cm x 55 cm) où deux piliers soutiennent un arc ornée de feuillage. Le saint est vêtu à la mode Renaissance et le cerf forcé est assailli par la meute. La croix lumineuse qui surmontait la tête du cervidé est détruite ainsi qu'une partie de l'ange annonciateur qui domine la scène. Contrairement à la sculpture conservée dans l'église des Marats (Meuse, commune regroupée des Hauts-de-Chée ) il n'y a pas d'arrière-plan arboré.

    lorraine,vosges,meuse,la neuveville sous monfort,les marats,les hauts de chée,saint hubert,gilou salvini,cercle d'études locales de contrexéville,renaissanceSi la similitude de ces deux représentations sculptées est frappante, c'est parce qu'il s'agit d’œuvres réalisées à partir d'un "carton", ou dessin modèle, circulant d'atelier en atelier afin d'inspirer les artistes, tout en imposant un thème qui soit conforme au style liturgique de l'époque, comme en témoigne, dans un autre genre, les nombreux et splendides retables de la chasse de Saint Hubert, appelée aussi "miracle de Saint Hubert".

    Cette sculpture pourrait provenir de l'ancienne église du village ou d'une chapelle.

    [texte et clichés : courtoisie de Gilou Salvini]

  • Bleurville (88) : Isabelle Frizac clôt en beauté la saison à l'abbaye Saint-Maur

    frizac.jpg

    [Vosges Matin]

  • Musée vivant à Châtillon-sur-Saône (88) : le marié n'était pas à la noce...

    Avec un peu de retard, retour en images sur le grand musée vivant du 3 août qui s'est déroulé à Châtillon-sur-Saône.

    Le vieux village Renaissance a servi de cadre aux péripéties qui ont suivi l'étonnant mariage « façon XVIe siècle » – « célébré » durant l'été 2013 –    entre un vieux barbon et une jouvencelle châtillonnaise. Au détour des ruelles bordées d’hôtels aux façades richement décorées et des maisons d’artisans aux enseignes sculptées, Châtillon s'est une nouvelle fois tourné vers son passé avec panache et s'est mis en harmonie avec l'histoire de cette petite cité fortifiée, aux portes de la Lorraine méridionale. Les bénévoles de Saône Lorraine, en costumes d’époque, évoluèrent dans une vingtaine d'espaces, de l’atelier du cordonnier à la cuisine du berger, en passant par l’écolage, la cave vigneronne, le cabinet du chirurgien... pour le plus grand plaisir des touristes.

    [clichés © P. Hannelle]

    Chatillon combat  Photo Patrick Hannelle  PH085.jpg

    Combats de rue façon Renaissance...

    Chatillon Lames d'en temps  Photo Patrick Hannelle PH0068.JPG

    Encore des combats...

    Châtillon sur Saône scène mariage Photo Patrick Hannelle PH187.JPG

    Les affres du vieux barbons et de la jeune mariée...

    Châtillon troupe MV Photo Patrick Hannelle PH201.JPG

    Les bénévoles costumés de Saône Lorraine.

  • Bleurville (88) : clôture de la 40ème saison à Saint-Maur avec Isabelle Frizac

    Isabelle Frizac était l'hôte des Amis de Saint-Maur pour la seconde année consécutive. Pour un concert Renaissance enchanteur !

    lorraine,vosges,bleurville,isabelle frizac,renaissancePour la clôture de la 40ème saison culturelle à l'ancienne abbaye bénédictine, les Amis de Saint-Maur avait convié Isabelle Frizac à se produire devant le public fidèle de Saint-Maur. Notre musicienne, professeur de musique spécialiste des pièces pour instruments à cordes des XVIe-XVIIe siècles, et diplômée du Conservatoire national d’Ile-de-France, a replongé la vénérable abbatiale dans le « beau XVIe siècle », celui de la renaissance des arts et de la musique.

    lorraine,vosges,bleurville,isabelle frizac,renaissanceIsabelle enseigne la guitare classique dans une école de musique du Val d’Oise et elle est membre de la Société française du luth ; elle donne régulièrement des concerts de musique ancienne en région parisienne. Très attachée au patrimoine historique de notre région, au point de posséder une demeure chargée d'histoire dans la charmante cité de caractère de Bourmont, elle a su captiver les mélomanes en interprétant un large programme de pièces musicales de la Renaissance hispanique et anglaise sur une vihuela, un instrument à cordes pincées popularisé en Espagne au XVIe siècle, et sur un luth Renaissance, instrument créé par les arabes mais modernisé par les espagnols après la Reconquête. Elle joua notamment des œuvres des compositeurs ibériques Enrique de Valderrabano (vers 1500-1557), Alfonso Mudarra (vers 1510-1580), Luys de Narvàez (vers 1500-1555), et anglais John Dowland (1563-1626), Robert Johnson (1583-1633) et Francis Cutting (1550-1596) ; des compositions éclectiques où l'amour, la mort et les chants en l'honneur de la Vierge Marie sont mis en musique pour le plus grand bonheur de nos contemporains, mais qui ravissaient déjà les grands des cours européennes de la Renaissance et, notamment, celle de l'empereur Charles Quint de Habsbourg qui appréciait particulièrement les œuvres de l'espagnol Luys de Narvàez.

    lorraine,vosges,bleurville,isabelle frizac,renaissanceIsabelle Frizac, en bonne pédagogue, a pris soin de décrire, avec un brin d'humour et par le détail, les instruments sur lesquels elle interpréta les pièces, créant ainsi une sympathique connivence avec le public qui a salué sa prestation par des applaudissements nourris.

     

    ‡ L'abbaye Saint-Maur est ouverte au public jusqu'au 31 août, du jeudi au dimanche, de 14h à 18h.

  • Bleurville (88) : musique de la Renaissance à l'abbaye Saint-Maur le 10 août

    frizac.jpg

  • Bar-le-Duc (55) : "Entre Moyen Âge et Renaissance : le duché de Bar sous René II [1473-1508]"

    rené2.jpg

    barrois.jpg

    cruxifiction.jpg

    Crucifixion, enluminure extraite du manuscrit des statuts de la collégiale Saint-Pierre de Bar-le-Duc, début XVIe s., AD55, 6G6.

  • Renaissance en Moselle

    renaissance moselle.jpgLa Gazette Lorraine publie le quatrième volume consacré au patrimoine bâti de la Renaissance en Lorraine et tout particulièrement, dernier département à être visité, en Moselle. Ce dernier opus montre combien la Renaissance italienne, flamande et germanique a infusé les édifices civils et religieux de la Moselle. Cette terre, en partie évêchoise, en partie ducale, coincée entre le royaume de France, les provinces du Luxembourg espagnol et l'Alsace du Saint-Empire germanique, tiraillée entre sa foi catholique et son intérêt pour la Réforme, fut certes convoitée et pillée. Pourtant, au carrefour des grands axes commerciaux, et irriguée par la bourgeoisie messine au pouvoir jusqu'en 1552, la Moselle fut aussi terre d'accueil pour les intellectuels : les humanistes Rabelais, Agrippa, Guillaume Farel en butte avec la Sorbonne ou le pouvoir en place, y trouvèrent refuge. Nul doute que ce terreau culturel profita aussi aux arts et à l'architecture.

    Si bien des châteaux et des villages furent détruits au XVIIe siècle, ceux de Saint-Sixte à Freistroff, de Hombourg à Hombourg-Budange, de Réchicourt-le-Château ou de Romécourt à Azoudange témoignent de la magnificence de l'architecture de la Renaissance qui sut jouer aussi bien de la pierre jaune de Jaumont que du grès rose des Vosges.

    Les villes ne sont pas en reste ; si à Metz et à Thionville l'architecture du XVIe siècle est discrète, à Fénétrange comme à Lixheim, cité protestante sortie de terre à l'aube du XVIIe siècle, elle a laissé de magnifiques oriels aux décors recherchés, tandis qu'à Vic-sur-Seille, résidence des évêques messins, meneaux et portes ponctuent des façades aux élévations en travées régulières et symétriques.

    Mais c'est dans l'art du décor et de la couleur que la Renaissance excelle en Moselle : les églises de Metz, Ennery, Fénétrange s'illuminent des vitraux de Théobald de Lixheim et de Valentin Bousch, tandis que la petite église de Sillegny recèle d'inestimables peintures murales couvrant la quasi-totalité de son intérieur.

    Anonymes ou signés des grands maîtres de la Renaissance, vitraux et peintures murales viennent enrichir une statuaire marquée par les thèmes de la Passion et de l'art funéraire, à l'exemple des oeuvres du sculpteur Hans Bildhauer.

    Un bel ouvrage - toujours aussi remarquablement illustré et mis en page que ses petits frères ! - qui invite l'amateur d'art à partir à la découverte de cette Moselle Renaissance.

     

    ‡ Renaissance en Moselle, collectif, hors-série de La Gazette Lorraine, 2013, 87 p., ill. (15 €).

  • Châtillon-sur-Saône (88) : 30 ans de restauration du patrimoine bâti

    chatillon.jpg

  • Expo' "Le duché de Bar sous René II" à Bar-le-Duc

    expo rené 2.jpg

  • 30 ans de protection à Châtillon-sur-Saône (88)

    L’association Saône Lorraine a souhaité s’associer aux récentes Journées du Patrimoine en proposant une rétrospective sur trente années qui ont changé le visage du patrimoine bâti du village.

    Expo Châtillon 30 ans protection_2013 019.jpgC’est au Grenier à sel, « quartier général » de l’association, que Jean-François Michel, le président de Saône Lorraine, a accueilli Aimé Bonneret, maire de la localité, Alain Roussel, conseil général de Monthureux-sur-Saône, André Granget, maire de Bleurville, et les adhérents et amis fidèles afin d’inaugurer l’exposition temporaire consacrée aux 30 ans de protection du patrimoine de Châtillon. Ce n’était pas tout à fait un hasard, puisque cette année les Journées du Patrimoine avaient pour thème le centenaire de la loi de 1913 sur la protection des monuments historiques.

    Grâce à plusieurs panneaux conçus et réalisés par les époux Michel et Hubert Flammarion, et agréablement illustrés avec photos, textes et coupures de presse tirés des archives de l’association, les animateurs de Saône Lorraine valorisent l’immense travail réalisé afin de sauver de la ruine plusieurs immeubles Renaissance du vieux Châtillon. Dès 1983, Saône Lorraine a déclaré une véritable guerre contre l’indifférence, les tracasseries administratives, les inerties et les dégradations qui menaçaient les riches bâtisses des XVIe-XVIIe siècles. Il s’agissait surtout de lutter contre des démolisseurs sans scrupules qui abusèrent de la crédulité de propriétaires qui se laissèrent tenter par la vente de leurs vieilles demeures… Pour être mieux dépecer de leurs cheminées monumentales et de leurs poutres ancestrales…

    Expo Châtillon 30 ans protection_2013 021.jpgComme le rappelait le président Michel « Ces trente années ont certes été marquées par des échecs mais l’état général du vieux village reste une véritable satisfaction que Saône Lorraine partage avec la municipalité et toutes les collectivités partenaires ainsi que des mécènes privés. » Belle satisfaction en effet lorsque l’on flâne dans les ruelles du vieux Châtillon : on peut y admirer de splendides immeubles Renaissance restaurées grâce à l’impulsion donnée par Saône Lorraine : ainsi les maisons du cordonnier et du berger, l’hôtel de Sandrecourt, le Grenier à sel, la Grosse Tour… Sans compter les particuliers qui ont suivi la voie ouverte par l’association de sauvegarde !

    Tout cet ensemble architectural rénové vit désormais durant la belle saison grâce aux musées vivants, au public toujours nombreux et à l’action de bénévoles qui ne comptent ni leur temps, ni leur sueur pour que ce patrimoine soit transmis aux générations futures.

     

    lorraine,vosges,châtillon sur saône,saône lorraine,jean françois michel,renaissance,hubert flammarion

     

    ‡ L’exposition « 30 ans de protection à Châtillon-sur-Saône » est visible tous les après-midi au Grenier à Sel jusqu’au 1er novembre 2013.

  • "L'art et le modèle": conférence de Paulette Choné au Musée barrois

    musee barrois.jpg

  • Châtillon-sur-Saône (88) : dimanche de fête entre Moyen Âge et Renaissance

    la-future-mariee-pas-ravie-d-epouser-un-homme-trois-fois-plus-age-qu-elle-se-soumet-toutefois-a-la-volonte-de-son-pere-et-defile-dans-le-village-pour-aller-devant-monsieur-le-cure.jpgQui dit épousailles dit fête au village. Même si le futur marié a trois fois l’âge de sa promise ! Tant qu’il y a des fabliaux, des « bonnes chairs » et de la piquette à volonté, le peuple festoie volontiers. Car le mariage entre une jeune fille du village et un vieux barbon était le fil rouge de la fête du Moyen Âge et de la Renaissance à Châtillon-sur-Saône.

    vosges,chatillon sur saone,renaissance,moyen age,mariage,saône lorraineDepuis 11 ans, l’association Saône-Lorraine présidée par Jean-François Michel organise une journée pour mettre en valeur le patrimoine historique dans le vieux Châtillon. Cette année, le mariage était le fil rouge. Pourquoi le mariage ? « Parce qu’il permet de reproduire des scènes de la vie quotidienne : rencontre, cérémonie religieuse, repas et même la nuit de noces ! », répond Nathalie Bonneret, qui a écrit le scénario et mis en scène le déroulé du spectacle. Entre elle et le village, c’est « une histoire d’amour », qui dure depuis 20 ans.

    vosges,chatillon sur saone,renaissance,moyen age,mariage,saône lorraineChaque animation permet d’attirer l’attention sur la restauration du village dont bon nombre de maisons sont classées et surtout « de faire venir des gens qui, à la base, ne sont pas intéressés par les vieilles pierres. »

    Entre la maison du cordonnier, celle du berger ou du boucher, des compagnies de théâtre de rue ont présenté des démonstrations de combat à l’épée. Dans les rues, les bénévoles en costume d’époque, robes amples et multiples jupons pour les gentes dames et chaussettes montantes dans des chausses en cuir pour les sieurs, déambulaient au gré de leurs occupations, passant devant l’herboriste et ses plantes guérisseuses, s’arrêtant pour regarder le batteur de blé en plein effort, en attendant le repas de noce. « Nous nous efforçons de coller au plus près de la réalité historique, reprend Nathalie Bonneret. Ce qui compte aussi c’est l’interactivité avec le public », qui entonne, verre de vin en main, un refrain qui trouverait sa place encore aujourd’hui dans pas mal de fêtes : « L’eau ne fait que pourrir le poumon […] Vide-nous ce verre et nous le remplirons ! »

    vosges,chatillon sur saone,renaissance,moyen age,mariage,saône lorraineLe temps d’une journée, la petite cité de Châtillon, perdue aux confins des Vosges du sud-ouest, a participé au festoiement. Et à raviver la mémoire du pays. Les mariés, eux, ont convolé en justes noces. Que cela fut dit, que cela fut fait.

     

    vosges,chatillon sur saone,renaissance,moyen age,mariage,saône lorraine

    [texte d’après Vosges Matin | clichés VM]

  • Nancy : la restauration de la porte Saint-Georges

    Située à l'est de la ville, proche de la cathédrale, la porte Saint-Georges se dévoile progressivement. Dégagée de la gange de ses échafaudages, elle nous offre - au moins du côté campagne - sa façade splendidement restaurée. Encore un peu de temps, et nous découvrirons l'ensemble de ce monument de la Renaissance enfin nettoyé et mis en lumière.

    Quelques images de la façade restaurée de la porte Saint-Georges côté campagne...

    Porte St-Georges_07.2013 001.jpg

    Porte St-Georges_07.2013 002.jpg

    Porte St-Georges_07.2013 005.jpg

    porte saint georges,nancy

    Porte St-Georges_07.2013 008.jpg

    Porte St-Georges_07.2013 009.jpg

    [clichés ©H&PB]

  • Bleurville (88) : musique de la Renaissance à l'abbaye Saint-Maur

    Pour inaugurer la 39ème saison à l’abbaye bénédictine, les Amis de Saint-Maur accueillaient une spécialiste des instruments à cordes des XVIe-XVIIe siècles. Pour le plus grand plaisir des mélomanes.

    concert L Frizac04.jpgTout d’abord, le président des Amis de Saint-Maur Alain Beaugrand a souhaité dédier ce concert à Lucienne Thomas qui, pour des raisons de santé a dû démissionner de ses fonctions de secrétaire-trésorière de l’association. Et de rappeler « qu’elle fut durant près de 40 ans la cheville ouvrière discrète mais ô combien efficace auprès de l’abbé Pierrat puis de l’actuel président dans des tâches pas toujours valorisantes mais toujours utiles pour la valorisation de l’abbaye. » Le président l’a remercié pour son action et sa fidélité à Saint-Maur durant toutes ces années.

    concert L Frizac07.jpgMais les amateurs de musique de la Renaissance avaient surtout bravé la torpeur d’une fin d’après-midi estivale pour venir goûter, à l’ombre des voûtes multiséculaires de l’abbatiale romane, les airs sortis du luth et de la guitare classique d’Isabelle Frizac. Notre artiste est professeur de musique dans le Val d’Oise où elle enseigne la guitare classique dans une école de musique. Elle est également membre de la Société française du luth et donne régulièrement des concerts de musique ancienne en région parisienne mais aussi dans notre région, ainsi à Châtillon-sur-Saône dernièrement et, prochainement, à l’abbaye de Morimond. Avec beaucoup d’humour, elle insiste : « je suis très attachée au patrimoine historique de notre région entre Lorraine et Champagne au point de posséder une maison chargée d'histoire, l’ancien couvent des Annonciades de Bourmont, dans ce Bassigny qui fut si longtemps lié au duché de Lorraine. J’ai tout de suite été séduite par l’abbaye bénédictine de Bleurville qui est un cadre idéal, à la fois intimiste et riche d’une histoire millénaire, pour un concert de cordes. »

    concert L Frizac10.jpgAprès avoir présenté le luth et la guitare baroque qui a été créée tout spécialement par un luthier de Rennes d’après un modèle sur lequel joua le roi Louis XIII et son fils Louis XIV, Isabelle Frizac interpréta plusieurs pièces musicales françaises, anglaises et espagnoles de la Renaissance et du Grand Siècle. Dans une ambiance bon enfant où elle privilégie l’échange avec son public, notre musicienne, toujours très en verve, transporte l’assistance à l’époque de la Renaissance française avec des musiques pour luth composées par Adrian Le Roy. Mais c’est surtout l’Angleterre shakespearienne qui l’inspire avec l’interprétation de pièces pour luth écrites par John Playford, un maître de danse anglais, Robert Johnson et John Dowland. Elle a fait partagé encore aux mélomanes la musique espagnole du XVIIe siècle avec des pièces baroques du prêtre guitariste Gaspar Sanz.

    Saint-Maur a, une fois de plus, vécu un grand moment musical en célébrant joyeusement la Renaissance à travers des pièces musicales originales. Et avec une musicienne sympathique et de grand talent !

    [clichés ©H&PB]

  • Sillegny, la Sixtine de la Seille

    Sillegny.jpgA Sillegny, village du sud de Metz, l'église fortifiée cache bien son fabuleux trésor. Une fois franchi le portail d'entrée, les mille et une merveilles de ce modeste sanctuaire se laissent découvrir. A vous couper le souffle !

    Un immense Jugement Dernier dominé par le Christ Sauveur qui occupe le mur ouest de la nef, un gigantesque saint Christophe, des saints avec leurs instruments de martyre ou rejouant les principaux épisodes de leur vie, des dizaines de fidèles en prière... Presque tout l'édifice est recouvert de fresques des XVe et XVIe siècles, un décor exceptionnel issu de la Renaissance, peut-être réalisé par des artistes italiens restés anonymes.

    Un véritable catéchisme en images s'offrent aux yeux des fidèles et des visiteurs. Un chef-d'oeuvre à découvrir absolument !

     

    ‡ Sillegny, la Sixtine de la Seille, Philippe Martin, éditions Serpenoise, 2013, 135 p., ill. (20 €).

  • Saône Lorraine prépare son été Renaissance à Châtillon-sur-Saône

    saone lorraine.jpg

    [Vosges Matin]

  • Concert « Cordes & Renaissance » à l’abbaye Saint-Maur de Bleurville le 20 juillet

    isabelle frizac.jpgPour inaugurer la 39ème saison à l’abbaye Saint-Maur de Bleurville, les Amis de Saint-Maur ont invité Isabelle Frizac, professeur de musique spécialiste des pièces pour instruments à cordes des XVIe-XVIIe siècles, qui se produira dans le cadre de l’ancienne abbatiale romane samedi 20 juillet à 17h30.

    Notre artiste est diplômé du Conservatoire national d’Ile-de-France. Elle enseigne la guitare classique dans une école de musique du Val d’Oise et est membre de la Société française du luth et donne régulièrement des concerts de musique ancienne en région parisienne. Mais, surtout, elle est très attachée au patrimoine historique de notre région au point de posséder une maison dans la charmante cité de caractère de Bourmont, dans ce Bassigny qui fut si longtemps lié à notre duché de Lorraine. Elle a tout de suite été séduite par l’ancienne abbatiale bénédictine de Bleurville qui l’accueillera donc pour un exceptionnel concert de fin d’après midi estival.

    Après avoir présenté les instruments – luth et guitare baroque notamment – sur lesquels elle jouera des pièces musicales françaises, anglaises et espagnoles de la Renaissance et du Grand Siècle, Isabelle Frizac interprètera plusieurs œuvres musicales d’Adrian Le Roy (XVIe s.), luthiste et compositeur français, de John Playford, maître de danse anglais (XVIIe s.) et de l’espagnol Gaspar Sanz, prêtre, compositeur, guitariste et organiste de la période baroque.

    Après Nancy puis Châtillon-sur-Saône, l’abbaye Saint-Maur célèbrera donc joyeusement la Renaissance à travers des pièces musicales originales. Un grand moment à ne pas manquer ! 

     

    ‡ Abbaye Saint-Maur de Bleurville, samedi 20 juillet 2013 à 17h30. Libre participation aux frais.