Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

senones

  • "Des Racines et des Ailes" au Pays des Abbayes

    moyenmoutier.jpg

    Lire la suite

  • Vosges et Vosgiens dans la tourmente

    vosges,grande guerre,senones,saint dié,raon l'étape,allemagneA la veille de la Première Guerre mondiale, la "ligne bleue" des Vosges, depuis le traité de Francfort du 10 mai 1871, devient une frontière d'Etat protectrice contre une éventuelle agression allemande. La population de ces cantons frontaliers demeure encore rurale, attachée depuis des générations à une terre qui la nourrit. En ce début de siècle, la révolution industrielle a déjà marqué ces vallées de son empreinte, les villes abritent des industries textiles, les cours d'eau des scieries et des féculeries.

    La percée allemande d'août 1914 puis le recul lié à la défaite allemande de la première bataille de la Marne, démembrent ces vallées. Un véritable "rideau de fer, de feu et de sang" sépare les communes envahies brièvement, puis libérées, des vingt-six communes vosgiennes conquises puis occupées durant plus de quatre années longues et difficiles.

    Le front n'est pas éloigné, comme les poilus de cette Grande Guerre, les civils, éternels ignorés, vivent au contact du conflit, de ses dangers, de ses privations, des fausses espérances... Ce sont eux aussi des victimes de la guerre totale.

    L'auteur dédie cet ouvrage au souvenir de ses grands-parents, enfants de la Grande Guerre, et à tous ces anonymes sans uniformes, victimes en tous lieux et à toutes les époques, de ces boucheries héroïques.

     

    ‡ Vosges et Vosgiens dans la tourmente. Confrontation avec l'ennemi, rationnements, survie, déportations, vie quotidienne, Dominique Michel, éditions Gérard Louis, 2014, 315 p., ill. (25 €).

  • D'une montagne à l'autre, les Alpins dans les Vosges (1914-1918)

    alpins.jpg

  • La Chronique de Richer, moine de l'abbaye de Senones (XIIIe siècle)

    richer.jpgCet ouvrage, le troisième dans la série Terre d'abbayes en Lorraine, expose la Chronique de Richer, religieux bénédictin érudit de l'abbaye de Senones au XIIIe siècle. Cette fondation bénédictine, située parmi les nombreuses abbayes du massif des Vosges, est sans aucun doute une de celles qui, par sa valeur doctrinale, spirituelle et religieuse, aura donné au territoire un rayonnement incomparable. Au point de retenir l'attention des intellectuels, à commencer par Voltaire, venu spécialement à l'abbaye de Senones rencontrer dom Calmet, son illustre abbé.

    De Richer de Senones, moine érudit, l'histoire n'aura conservé que le seul nom. Celui-ci fait partie des très nombreux ecclésiastiques, disséminés dans les différents monastères européens de l'ordre, à avoir rédigé au fil des jours des chroniques sur la vie monastique.

    Celle de Richer est passionnante à bien des égards. S'ajoutant à la quinzaine d'éditions de cette même Chronique déjà parues au cours des siècles, elle contient, grâce à la réécriture accessible de l'historien lorrain Dominique Dantand, des récits très riches tantôt naïfs, tantôt fantastiques, accompagnés de multiples descriptions et anecdotes.

    C'est donc une source inépuisable pour la recherche historique, ainsi qu'un véritable plaisir offert au lecteur intéressé par la culture d'une population monastique qui a tant marqué de son empreinte la foi de nos ancêtres et les racines intellectuelles de notre histoire régionale.

     

    ‡ La Chronique de Richer, moine de l'abbaye de Senones - XIIIe siècle, Dominique Dantand,  éditions Entreprises & Culture en Lorraine, coll. Terre d'abbayes en Lorraine, 2013, 153 p., ill. (22 €).

  • Senones fête les 50 ans de la Garde de la principauté de Salm

    senones.jpg

  • Epinal (88) : "A la découverte de Dom Calmet" à la BMI

    dom calmet.jpg

  • Malzéville (54) : concert Renaissance le 24 mars à l'église Saint-Martin

    Malzéville_eglise st-martin 02.jpgL'Association pour la Sauvegarde de l'église Saint-Martin de Malzéville organise un concert "Renaissance" :

    dimanche 24 mars 2013 à 16h00 en l'église Saint-Martin de Malzéville.


    L'Ensemble Vocal de Salm, qui comme le nom l'indique est issu géographiquement des communes vosgiennes qui formaient jadis la Principauté de Salm autour de Senones, a une longue expérience du chant choral notamment grâce à son chef de choeur Mme Dominique Eumont, diplômé du conservatoire.


    Le répertoire est très large. Il englobe le chant sacré baroque et il fait honneur à la chanson française adaptée à un ensemble choral. Dans le cadre de l'année Renaissance Nancy 2013, l'EVS a travaillé plus spécialement des chants du XVIe siècle. Le programme du 24 mars intitulé "Au fil de l'eau" est un clin d'oeil à la Meurthe qui traverse l'agglomération nancéienne et qui est témoin des 500 années  écoulées depuis le Siècle d'or de la Lorraine.

    Concert gratuit avec libre participation aux frais.


    [cliché : Saint Martin, église de Malzéville, © H&PB]


     

    lorraine,malzéville,église,saint martin,concert,ensemble vocal de salm,senones,nancy,renaissance nancy 2013


  • Pays d'abbayes en Lorraine : Senones, Moyenmoutier, Etival

    Pays-d-abbayes.jpgAu VII siècle, entre Meurthe et Donon, cinq abbayes bénédictines naissent dans la même période à quelques kilomètres de distance. Leur localisation trace que l'on appellera la "Sainte Croix des Vosges".

    Seules trois d'entre elles, Senones, Moyenmoutier et Etival, se maintiendront pendant plus de onze siècles, défendront farouchement leur indépendance avec des fortunes diverses, mais trouveront une destinée commune avec l'avènement de la Révolution. Leurs territoires voisins vivront successivement l'histoire du Saint-Empire germanique, de la Lorraine puis de la France, et Senones deviendra la capitale de la principauté de Salm.

    Dirigées par des abbés d'exception, elles atteignent leur apogée au XVIIIe siècle. Leur vocation spirituelle ne les empêche pas de devenir des centres reconnus du savoir et des pôles d'activités importants. Eglises, bâtiments abbatiaux, bibliothèques en témoignent et constituent aujourd'hui un patrimoine immense, finalement assez peu connu.

    L'ouvrage retrace les principales et captivantes péripéties de l'épopée de ces grandes abbayes vosgiennes, en élargissant autant que possible le cadre strictement local et temporel de leur déroulement. Les textes sont abondamment illustrés avec des clichés de qualité.

     

    ‡ Senones, Moyenmoutier, Etival. Pays d'abbayes en Lorraine, André Petitdemange (dir.), éditions Dominique Guéniot, 2012, 125 p., ill., cartes (22 €).

  • L'abbaye de Senones : une histoire abracadabrante

    senones.jpg

    [Vosges Matin]

  • Senones (88) : traditionnelle relève de la garde du prince de Salm

    garde salm.jpg

    [L'Echo des Vosges]

  • Eglise des Cordeliers des Petits-Thons (88) : le Choeur des Trois Abbayes en concert le 7 juillet

    Le Chœur des Trois Abbayes se produira en concert le samedi 7 juillet 2012 à 17 heures en l’église de l’ancien couvent des Cordeliers des Petits-Thons.

    choeur 3 abbayes.jpgInvité par l’association Saône Lorraine, le chœur d’hommes basé à Senones, ancienne capitale de la principauté de Salm, sera pour la première fois dans  ce secteur du sud-ouest du département.

    Outre son programme habituel de chants tirés des répertoires a cappella pour 4 voix d’hommes, basque, russes, italiens, et des pays de l’Est, le groupe  interprétera deux chants nouveaux  provenant de l’Ile de Beauté,  en plus de Dio Vi Sale Régina, l’hymne corse. Il s’agit de In monte Oliveti de Pietro-Battista Farinelli (1844-1915), père franciscain du couvent de San Bernardino Orte à Rome. Ce chant est extrait des polyphonies franciscaines  et évoque la scène du Christ au Mont des  Oliviers. Le second chant est le Tantum Ergo dans une version particulière puisque tirée d’un livre de la bibliothèque provinciale franciscaine de Bastia intitulé Manuale Choranicum, petit livre publié à Gênes en 1649.

    Une belle et riche soirée en perspective.

    >> l'ancienne église franciscaine des Petits-Thons se situe entre Monthureux-sur-Saône et Bourbonne-les-Bains.

     

    ‡ Plus d'info's ici Choeur des 3 abbayes_Petits-Thons_7 juillet.pdf

  • Terre d'abbayes en Lorraine, les temps modernes 1790-2011

    temps modernes 3 abbayes.jpgAprès un premier opus consacré au passé prestigieux des monastères (bonmoutier, Saint-Sauveur, Etival, Moyenmoutier, Senones) qui formèrent "la croix monastique des Vosges", le deuxième tome rassemble les communications présentées en 2011 lors du colloque organisé par l'association Entreprises & Culture en Lorraine et la Société philomatique vosgienne.

    Succédant aux temps monastiques, il s'agit d'appréhender celui de l'industrialisation des abbayes entre 1790 et la fin du XXe siècle. Aucun thème de cette époque passionnante, parfois douloureuse, n'a été éludé : des convulsions liées à la Révolution, à la confiscation des biens monastiques suivi du développement du capitalisme industriel triomphant, au travail des femmes et des enfants, du romantisme comme idéologie exprimée par les mouvements sociaux, aux guerres mondiales et au devenir de ce patrimoine religieux monumental exceptionnel.

    L'ouvrage aborde l'histoire de l'industrialisation des sites monastiques vosgiens dans un esprit dynamique de valorisation de ces ensembles architecturaux remarquables, et également dans l'optique d'éveiller la curiosité du grand public et de réfléchir à leur devenir.

     

    ‡ Terre d'abbayes en Lorraine. Les temps moderne 1790-2011, collectif, Entreprises & Culture en Lorraine, 2012, 108 p., ill., cartes (20 €).

  • La Croix monastique des Vosges

    vosges,senones,saint dié,étival,moyenmoutier,saint sauveur,bonmoutierCe que l'on nomme Croix monastique des Vosges peut se définir par cinq territoires proches, nés au VIIe siècle lors de la grande implantation monastique dans le royaume d'Austrasie, coeur du monde franc et de l'ancien monde romain des Gaules. Senones, Moyenmoutier, Etival, Saint-Dié et Bonmoutier, aujourd'hui Saint-Sauveur, sont les cinq points qui dessinent cette croix virtuelle.

    Ces abbayes sont les marques toujours présentes d'une véritable identité territoriale et d'un patrimoine unique. Elles furent pendant onze siècles le coeur d'une vie chrétienne et intellectuelle intense et d'un pouvoir économique et politique de premier ordre dans les vallées du Rabodeau, de la Meurthe, de la Vezouze et bien au-delà. De grands personnages ou de simples religieux y vécurent ; des archives, des chroniques vivantes et des livres uniques au monde sortirent de leurs murs lorsque vint le temps de la funeste Révolution.

    L'utilisation, dès la fin du XVIIIe siècle, des bâtiments par des manufacturiers à la recherche d'espace, perpétue et cristallise la vie autour de ces structures. La vie industrielle en fera perdre de vue l'identité religieuse, mais en assuerera la sauvegarde. Aujourd'hui, la disparition des usines a libéré ces vastes espaces. Pour autant, ce riche passé industriel restera gravé longtemps dans la mémoire collective, et l'immense potentiel de son emprise foncière appelle à un renouveau.

    Comment, alors, pour aborder cet avenir, ne pas raconter un passé aussi prestigieux qui justifie tous les projets au sein de ces anciennes abbayes. C'est ce à quoi répond cet ouvrage enrichi de nombreuses illustrations. Les auteurs - universitaires, historiens et érudits - nous font entrer de plein pied dans la fabuleuse histoire de la présence de multiples ordres religieux dans cette partie de la montagne vosgienne et de son piémont.

     

    ‡ La Croix monastique des Vosges, collectif, Société philomatique vosgienne - Entreprise & Culture en Lorraine, 2010, 110 p., ill. (20 €).

  • Fêtes du Millénaire de l'abbaye de Saint-Sauveur

    saint sauveur.jpgL'ancienne abbaye de Saint-Sauveur (Meurthe-et-Moselle) célèbre en 2010 le millénaire de sa fondation. Elle était une des composantes de la fameuse "croix monastique des Vosges" avec Moyenmoutier, Senones et Etival.

    Du 29 mai au 30 septembre 2010, le village de Saint-Sauveur et les communes voisines accueillent concerts, fête médiévale, expositions et colloque historique.

     

    >> Plus d'informations sur : http://saintsauveur54.free.fr

    millénaire saint sauveur.jpg
    église saint sauveur.jpg
    Ancienne église abbatiale de Bonmoutier à Saint-Sauveur
    localisation saint sauveur.jpg
  • Quel avenir pour l'ancienne abbaye bénédictine de Senones ?

    senones.jpg

     

    [source : Vosges Matin]

  • Dom Calmet revisité par les universitaires lorrains

    Les actes d'un colloque organisé en 2007 à Senones, à l'occasion du 250ème anniversaire de la mort de l'érudit lorrain, viennent d'être publiés.

     

    fabienne henryot et dom calmet.jpgOn le connaît surtout comme l'auteur de la première Histoire de la Lorraine. C'est d'ailleurs les lotharingistes qui ont contribué, au 19ème siècle, à la postérité de l'ouvrage. Mais le bénédictin dom Augustin Calmet est aussi l'auteur d'un traité sur les vampires qui lui a valu beaucoup de reproches.

     

    Voltaire n'aimait pas beaucoup ce bénédictin sur lequel il décocha ses flèches, le traitant de naïf. Dom Calmet ne mérite ni cet excès d'honneur, ni cette indignité. Et c'est tout l'intérêt du colloque organisé à Senones en 2007, à l'occasion du 250ème anniversaire de la mort de l'érudit lorrain, d'avoir replacé le personnage dans une perspective historique.

     

    Les 22 contributions viennent d'être publiées aux Editions Riveneuve, sous la direction de Philippe Martin et Fabienne Henryot. Cette dernière résume le parcours de ce fils de maréchal-ferrant, né à Ménil-la-Horgne (Meuse) en 1672 et mort à Senones, en 1757, où il fut abbé durant 30 ans. « C'est un personnage emblématique de son époque », fait remarquer l'historienne. Il a été formé au collège des bénédictins de Commercy et a intégré l'ordre de Saint-Benoît à l'âge de 24 ans. Ses supérieurs ont immédiatement jugé le brillant esprit, l'impliquant dans les travaux intellectuels de la congrégation et en le faisant participer aux académies monastiques.

     

    Il a d'abord été un exégète de la Bible. Excellent lecteur de l'hébreu et de l'arabe, il est l'auteur d'un « Commentaire littéral sur tous les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament » qui lui valut une notoriété nationale.

     

    Il séjourne durant dix ans à Paris et revient en Lorraine en 1716. Il est d'abord prieur à Lay-Saint-Christophe, avant d'être nommé abbé de Saint-Léopold à Nancy, puis à Senones, où il prend la tête de l'abbaye en 1729. Dès son retour en Lorraine, Dom Calmet s'attelle à la rédaction de son Histoire des duchés. Il attendra cependant le soutien du duc Léopold avant de se lancer dans ce travail éditorial. Selon Fabienne Henryot, cette histoire a le mérite d'être complète et d'avoir été conçue de manière scientifique et rigoureuse. Toutefois, Dom Calmet a surtout effectué un travail de compilation, mettant bout à bout de nombreux textes puisés ici et là, ce qui rend la lecture de l'ouvrage ardue. En outre, l'auteur, très prudent, a beaucoup pratiqué l'autocensure. Il aura eu le privilège d'avoir été pionnier en la matière.

     

    Auteur fécond, Dom Calmet a rédigé plus d'une soixantaine d'ouvrages historiques et religieux. Il a même écrit un « Traité des eaux de Plombières ». Il fut aussi un excellent gestionnaire de son abbaye. Les actes du colloque permettent de prendre la mesure de cet intellectuel « figure emblématique d'un monachisme qui tenta de s'adapter au monde de la crise de la conscience européenne ».

      

     

    >>  Dom Augustin Calmet. Un itinéraire intellectuel, Fabienne Henryot et Philippe Martin (sous la dir.), éditions Riveneuve, 2008, 430 p., ill. (26 €).

     

    [d’après l’Est Républicain | 11.01.09]

  • Le lorrain Dom Augustin Calmet : un itinéraire intellectuel

    dom calmet.jpg

     

     

    Les universitaires nancéiens Philippe Martin et Fabienne Henryot publient les actes du colloque organisé en octobre 2007 à Senones et Nancy à l’occasion de la commémoration du 250ème anniversaire de la mort du célèbre savant bénédictin lorrain, Dom Augustin Calmet.

     

    Dom Augustin Calmet, religieux bénédictin né et mort en Lorraine, exégète et historien, est un homme de « la crise de la conscience européenne ». Il en a épousé et les polémiques, et les modes de travail qui renouvellent alors le monde savant. Il est à Paris au moment de la querelle née de la bulle Unigenitus ; à Nancy lorsque, s’essayant à l’histoire avec la plus grande rigueur, il s’attire les foudres du pouvoir ducal, qui fonde sur l’histoire officielle sa légitimité. Il est, plus de cinquante années durant, le centre d’un réseau de correspondants qui, des quatre coins de l’Europe et par-delà les frontières, tentent d’animer une version bénédictine de la République des Lettres. Il pose enfin, au cœur de son abbaye vosgienne de Senones, de vraies questions sur les fondements et les manifestations de l’autorité abbatiale, et du gouvernement de sa congrégation.

     

    Il est pour l’historien un observateur de son temps et son « itinéraire intellectuel » invite à considérer les renouvellements des méthodes de la critique biblique, et l’existence d’un monde d’érudits soucieux de positionner, au temps de la sécularisation des savoirs, le monde monastique dans l’élite du temps.

     

    Dom Augustin Calmet (1672-1757). Un itinéraire intellectuel, Philippe Martin et Fabienne Henryot (sous la dir.), Riveneuve éditions, 2008, 428 p., ill. (26 €)