Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fonderie

  • Robécourt (88) : fonte d'une cloche pour la réouverture de la saison à l'ancienne fonderie

  • Les visages des sculpteurs Charles et Martin Pierson

  • "Lorraine" née... à la fonderie de cloches de Robécourt

    cloche lorraine.JPGDimanche 27 avril, les touristes se pressaient à l'ancienne fonderie de cloches de Robécourt autour du fondeur Jacques Laurent.

    Après les travaux de préparation du moule et la chauffe du four, ce fut l'instant magique de la coulée puis de la naissance de la cloche avec le démoulage. Tous purent alors admirer la jolie petite cloche de 8 kg baptisée "Lorraine".

    L'ancienne fonderie de cloches de Robécourt fut la dernière en Lorraine à produire des instruments d'airain jusqu'en 1939. Fille de la tradition des saintiers du Bassigny, la fonderie de Robécourt est créée en 1847 par la famille Perrin-Martin, l'entreprise est développée en 1889 par Ferdinand Farnier puis par son fils, Georges.

    La fonderie a été sauvée par une poignée de bénévoles passionnés qui y ont aménagé un musée doté d'une collection de matériel rappelant le processus de fabrication des cloches.

    [cliché : courtoisie de G. Salvini]

    ‡ Elle est ouverte au public les 1ers et 3èmes dimanches de mai à octobre, de 14h à 18h. Contact au 03.29.07.36.65.

    ‡ Découvrez le déroulé de la fabrication de la cloche "Lorraine" ici Coulée du 27.04.2014 Robécourt.pdf

  • Robécourt (88) : 2013 à l'ancienne fonderie de cloches

    robecourt.jpg

    [L'Abeille]

  • Robécourt (88) : nouvelle saison à l'ancienne fonderie de cloches

    robecourt.JPG

    [Vosges Matin]

  • A la découverte de la fonderie de cloches de Robécourt (Vosges)

    vosges,robécourt,fonderie,cloches,farnier,robert

    [Vosges Matin]

  • Robécourt (Vosges) : animations autour de la fonderie de cloches

    robecourt.jpg

    (Vosges Matin]

  • Robécourt (Vosges) : l'ancienne fonderie de cloches ouverte au public

    robecourt_fonderie.jpg

    [Vosges Matin]

  • Bilan positif à l'ancienne fonderie de cloches de Robécourt

    cloches robécourt.jpg

    [L'Abeille | 29.10.2010]

  • La fonderie de cloches de Robécourt (Vosges)

    robécourt.jpg

    [L'Abeille de Neufchâteau, sept. 2010]

  • Robécourt (Vosges) : réouverture de l’ancienne fonderie de cloches

    L'association « Fonderie et Clochers du Pays de Robécourt » s'est remise au travail avec une équipe renouvelée. Elle a réouvert les portes de la fonderie pour les Journées du Patrimoine.

    cloche robécourt.jpgSuite à l'assemblée générale de l'association « Fonderie et Clochers du Pays de Robécourt » qui s'est tenue le 16 mai, un nouveau bureau s'est mis en place le 8 août 2009. " On se remet doucement en route" explique Régine Thomas qui a pris la succession de Maurice Thouvenin. Pour l'épauler, elle pourra compter sur deux vice-présidents, aguerris par une longue expérience, Michel Barret et Brigitte Goulet.

    Le secrétariat sera assuré par Jean-Paul Koeler et Michelle Remy. Jacques Kempf et Élisabeth Dargent gardent les cordons de la bourse. Pierrette Claude et Michel Steglers complètent le bureau.

    Un maçon et un charpentier-couvreur ont été consultés pour effectuer très rapidement des travaux de préservation des bâtiments. Mais le véritable challenge, pour cette rentrée, c'était de rouvrir les portes de l'ancienne fonderie Farnier à l'occasion des Journées du patrimoine. Un challenge, c'est peu dire…

    À l'intérieur des bâtiments, le bureau, les ateliers et les fours sont organisés autour d'une vaste cour laissée à l'abandon depuis 2005. Régine Thomas, qui est maire du village, a lancé un appel dans les boîtes aux lettres de ses administrés. Armé de débroussailleuses et de tronçonneuses, un groupe s'est occupé du défrichage de la cour. Denise Leblanc et ses amis Martiniquais actuellement en cure dans la région, ont dépoussiéré le musée.

    La forge a aussi fait l'objet d'une intervention musclée côté nettoyage. L'association a reçu l'aval de la commission de sécurité pour cette ouverture publique moyennant l'instauration de cordons de sécurité. Les visiteurs ont trouvé de quoi satisfaire leur curiosité ; le musée abrite du petit matériel campanaire et c'est au travers des copies des dessins laissés par un descendant des fondeurs que chacun a pu suivre les différentes étapes de fabrication.

    Une cloche a été coulée à Robécourt en l'an 2000. Elle porte le nom de Marie et elle trône en bonne place dans la fonderie. Cette manifestation d'envergure avait donné la note d'animations hautes en couleurs. Plus modestement, pour la fête du patrimoine 2009, l'association a proposé aux visiteurs de plonger dans une histoire qui a fait la renommée de toute une contrée, le Bassigny lorrain.

    Dans l'histoire campanaire, la fonderie de Robécourt a écrit une page atypique signée, pour sa seconde partie, par un fondeur à la personnalité bien trempée : Ferdinand Farnier. Son fils, Georges, maintint la barque à flot jusqu'au 30 août 1939 date à laquelle la fonderie ferma définitivement ses portes. Mais 7.826 cloches continuent à porter la voix de Robécourt à travers le monde.

    [d’après Vosges Matin]

  • Un petit tour du côté de Robécourt (Vosges)

    Le village vosgien de Robécourt, dans le canton de Lamarche, est connu pour son ancienne fonderie de cloches qui a fermé ses portes en 1939. Mais, c’était aussi ici que les hospitaliers de Saint-Jean installèrent une commanderie… à ne pas confondre avec les templiers ! Et c’est aussi dans ce village qu’il est question d’installer une immense décharge publique…

    Les Templiers n'eurent en effet jamais aucune possession à Robécourt, bien qu'il existe dans le village une "rue des Templiers" qui portait déjà ce nom au XVIIIe siècle. On ne sait que peu de choses sur cette commanderie pour les XIIe et XIIIe siècle. On pense qu'elle fut fondée avant 1180. En 1206, un prêtre appelé Pierre, vendit aux hospitaliers de Saint-Jean une maison située entre l'hôpital et la maison des religieuses de Sainte-Marie de Vaux pour 10 £. Grâce à cette acquisition, la commanderie put se développer. Il y avait deux établissements des chevaliers : la commanderie, en bordure du village, et l'hôpital près de l'église. En 1220, René d'Aigremont donna aux hospitaliers le bois des Fourches. En 1283, le duc de Lorraine Ferri III leur donna des revenus sur les salines de Rosières. La commanderie de Robécourt possédait une maison avec une chapelle à Epinal dans le quartier Saint-Michel. La Commanderie de Robécourt avait été constituée de trois immeubles à Robécourt même : une maison-forte, proche du petit étang, qui fut détruite à la fin du XVe siècle par ordonnance du duc René II ; un hôpital situé près de l'église qui fut échangé contre un bois probablement au XVIIe siècle ; au-dessus de la "rue Poirot", un vaste immeuble construit autour d'une cour et entouré de murailles avec plusieurs tours.

    commanderie st jean robécourt1.jpg
    Ancien hôpital des chevaliers de Saint-Jean
     
    commanderie st jean robécourt3.jpg
    Linteau armorié de l'ancien hôpital des chevaliers de Saint-Jean de Robécourt
    Un village qui ne manque pas de charme... mais qui pourrait être défiguré par l'aménagement d'une décharge publique après la fermeture de l'ancienne fonderie de cloches que tous les amateurs d'histoire et de patrimoine déplorent.