Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

moyenmoutier

  • Moyenmoutier (88) : inauguration des jardins de l'abbaye

    Après des travaux de longue haleine, les traces des bâtiments industriels ont disparu, les jardins de l’abbaye bénédictine de Moyenmoutier peuvent enfin ouvrir leurs parterres.

    L’abbaye de Moyenmoutier s’étend sur près de 6 hectares, le jardin est limité par le Rabodeau et le coteau du Bois des moines, plus un brin d’herbe ne dépasse ou presque… Samedi 9 juillet, l’heure était à l’ouverture pour ces jardins qui ont retrouvé leur faste d’antan, bien antérieur à l’arrivée des industries.

    Dans le hall de l’abbaye, les visiteurs pouvaient observer des photos d’archives retraçant les travaux et pour les plus curieux des visites guidées des jardins organisées par l’Office de tourisme du Pays des abbayes ont eu lieu jusqu’à 16 h. Fondée en 671, l’abbaye fut reconstruite plusieurs fois. « En 1767, dom Barrois fait déplacer et reconstruire le bâtiment sur le site actuel » , précise Stéphanie Masset, directrice de l’Office de tourisme. À la Révolution, les bâtiments sont vendus comme biens nationaux. « Vers 1806, l’ancienne abbaye devient une annexe de la filature de Senones. En 1985, Peaudouce investit les lieux. L’occupation industrielle prend fin en 2003, mais il a fallu attendre 2010 pour que la façade se révèle de nouveau au regard. »

    En 1989, la commune de Moyenmoutier acquiert les bâtiment de l’abbaye. La ville sollicite l’Établissement public foncier de Lorraine (EPFL) dès 1994 au titre de la politique régionale de traitement des friches industrielles pour imaginer la reconversion du site. Un vaste chantier de démolition et de désamiantage est entrepris entre 2008 et 2010. En 2012, l’abbaye est dégagée des constructions industrielles et l'aménagement des jardins peut commencer.

    Jeu de symétrie et simplicité caractérisent le jardin divisé en différents espaces avec la cour d’honneur, l’ancien potager où un jeu entre gazon et prairie donne du relief à l’ensemble, l’allée des tilleuls, le Bois des moines sans oublier les plantes médicinales et le verger, ou encore un théâtre de verdure et le Rabodeau.

    Habitat senior, actifs jeunes ou professionnels de santé, un espace de l’autre côté des tilleuls sera dédié a des constructions d’habitation.

    Les promeneurs apprécient. « Je peux vous dire qu’ils ont beaucoup travaillé ! » , glisse Gérard Bechtold, 83 ans, originaire de la commune.

    À 16 h, place aux discours sous un soleil de plomb. « C’est un privilège pour nous tous de pouvoir à nouveau fouler ce sol, un sol verdoyant comme il le fut il y a 240 ans » , précise Pascal Guy, maire de la ville. Une fois le ruban coupé, les cloches carillonnent, place aux conférences.

    À 23 h, la journée s’achève par un embrasement durant lequel les moines bénédictins (faux, malheureusement...) rejoignent l’abbaye depuis le fond du jardin symbolisant leur réappropriation des lieux.

    [d'après Vosges Matin]

  • "Des Racines et des Ailes" au Pays des Abbayes

    moyenmoutier.jpg

    Lire la suite

  • Pays d'abbayes en Lorraine : Senones, Moyenmoutier, Etival

    Pays-d-abbayes.jpgAu VII siècle, entre Meurthe et Donon, cinq abbayes bénédictines naissent dans la même période à quelques kilomètres de distance. Leur localisation trace que l'on appellera la "Sainte Croix des Vosges".

    Seules trois d'entre elles, Senones, Moyenmoutier et Etival, se maintiendront pendant plus de onze siècles, défendront farouchement leur indépendance avec des fortunes diverses, mais trouveront une destinée commune avec l'avènement de la Révolution. Leurs territoires voisins vivront successivement l'histoire du Saint-Empire germanique, de la Lorraine puis de la France, et Senones deviendra la capitale de la principauté de Salm.

    Dirigées par des abbés d'exception, elles atteignent leur apogée au XVIIIe siècle. Leur vocation spirituelle ne les empêche pas de devenir des centres reconnus du savoir et des pôles d'activités importants. Eglises, bâtiments abbatiaux, bibliothèques en témoignent et constituent aujourd'hui un patrimoine immense, finalement assez peu connu.

    L'ouvrage retrace les principales et captivantes péripéties de l'épopée de ces grandes abbayes vosgiennes, en élargissant autant que possible le cadre strictement local et temporel de leur déroulement. Les textes sont abondamment illustrés avec des clichés de qualité.

     

    ‡ Senones, Moyenmoutier, Etival. Pays d'abbayes en Lorraine, André Petitdemange (dir.), éditions Dominique Guéniot, 2012, 125 p., ill., cartes (22 €).

  • Terre d'abbayes en Lorraine, les temps modernes 1790-2011

    temps modernes 3 abbayes.jpgAprès un premier opus consacré au passé prestigieux des monastères (bonmoutier, Saint-Sauveur, Etival, Moyenmoutier, Senones) qui formèrent "la croix monastique des Vosges", le deuxième tome rassemble les communications présentées en 2011 lors du colloque organisé par l'association Entreprises & Culture en Lorraine et la Société philomatique vosgienne.

    Succédant aux temps monastiques, il s'agit d'appréhender celui de l'industrialisation des abbayes entre 1790 et la fin du XXe siècle. Aucun thème de cette époque passionnante, parfois douloureuse, n'a été éludé : des convulsions liées à la Révolution, à la confiscation des biens monastiques suivi du développement du capitalisme industriel triomphant, au travail des femmes et des enfants, du romantisme comme idéologie exprimée par les mouvements sociaux, aux guerres mondiales et au devenir de ce patrimoine religieux monumental exceptionnel.

    L'ouvrage aborde l'histoire de l'industrialisation des sites monastiques vosgiens dans un esprit dynamique de valorisation de ces ensembles architecturaux remarquables, et également dans l'optique d'éveiller la curiosité du grand public et de réfléchir à leur devenir.

     

    ‡ Terre d'abbayes en Lorraine. Les temps moderne 1790-2011, collectif, Entreprises & Culture en Lorraine, 2012, 108 p., ill., cartes (20 €).

  • La Croix monastique des Vosges

    vosges,senones,saint dié,étival,moyenmoutier,saint sauveur,bonmoutierCe que l'on nomme Croix monastique des Vosges peut se définir par cinq territoires proches, nés au VIIe siècle lors de la grande implantation monastique dans le royaume d'Austrasie, coeur du monde franc et de l'ancien monde romain des Gaules. Senones, Moyenmoutier, Etival, Saint-Dié et Bonmoutier, aujourd'hui Saint-Sauveur, sont les cinq points qui dessinent cette croix virtuelle.

    Ces abbayes sont les marques toujours présentes d'une véritable identité territoriale et d'un patrimoine unique. Elles furent pendant onze siècles le coeur d'une vie chrétienne et intellectuelle intense et d'un pouvoir économique et politique de premier ordre dans les vallées du Rabodeau, de la Meurthe, de la Vezouze et bien au-delà. De grands personnages ou de simples religieux y vécurent ; des archives, des chroniques vivantes et des livres uniques au monde sortirent de leurs murs lorsque vint le temps de la funeste Révolution.

    L'utilisation, dès la fin du XVIIIe siècle, des bâtiments par des manufacturiers à la recherche d'espace, perpétue et cristallise la vie autour de ces structures. La vie industrielle en fera perdre de vue l'identité religieuse, mais en assuerera la sauvegarde. Aujourd'hui, la disparition des usines a libéré ces vastes espaces. Pour autant, ce riche passé industriel restera gravé longtemps dans la mémoire collective, et l'immense potentiel de son emprise foncière appelle à un renouveau.

    Comment, alors, pour aborder cet avenir, ne pas raconter un passé aussi prestigieux qui justifie tous les projets au sein de ces anciennes abbayes. C'est ce à quoi répond cet ouvrage enrichi de nombreuses illustrations. Les auteurs - universitaires, historiens et érudits - nous font entrer de plein pied dans la fabuleuse histoire de la présence de multiples ordres religieux dans cette partie de la montagne vosgienne et de son piémont.

     

    ‡ La Croix monastique des Vosges, collectif, Société philomatique vosgienne - Entreprise & Culture en Lorraine, 2010, 110 p., ill. (20 €).

  • Fêtes du Millénaire de l'abbaye de Saint-Sauveur

    saint sauveur.jpgL'ancienne abbaye de Saint-Sauveur (Meurthe-et-Moselle) célèbre en 2010 le millénaire de sa fondation. Elle était une des composantes de la fameuse "croix monastique des Vosges" avec Moyenmoutier, Senones et Etival.

    Du 29 mai au 30 septembre 2010, le village de Saint-Sauveur et les communes voisines accueillent concerts, fête médiévale, expositions et colloque historique.

     

    >> Plus d'informations sur : http://saintsauveur54.free.fr

    millénaire saint sauveur.jpg
    église saint sauveur.jpg
    Ancienne église abbatiale de Bonmoutier à Saint-Sauveur
    localisation saint sauveur.jpg
  • Un nouveau souffle pour l'abbaye de Moyenmoutier (Vosges)

    La destruction des bâtiments industriels qui emprisonnaient l'abbaye de Moyenmoutier ouvrira-t-elle la voie du renouveau dont la cité a tant besoin ?

    abbaye moyenmoutier.jpgDécouvrir l'abbaye au XVIIIe siècle, c'est se voir offrir l'architecture audacieuse de son église baroque, sans pilier ni contrefort, toujours bien debout malgré les fissures de sa voûte et son orgue essoufflé ; c'est admirer aussi ses lignes sobres toutes de grès rose, s'ouvrant sur un jardin à la française progressivement enlaidi dès le début du XIXe siècle par des bâtiments manufacturiers qui tissèrent tant leur toile qu'ils l'étouffèrent mais en la protégeant sans doute d'irréparables outrages.

    Les municipalités puissamment aidées par des services publics appropriés choisirent de libérer les cinq hectares de sa friche industrielle pour dégager l'abbaye aux fins d'une nouvelle vie - presque un rêve au vu de l'immensité de la tâche - en reconstituant le jardin paysager. Une opération de désiamiantage laisse aujourd'hui des engins s'attaquer aux toitures comme au béton armé, intense chantier financé par l'Etat, la Région et l'Etablissement public foncier de Lorraine qui rétrocédera le tout à la commune pour un coût total dépassant les 300.000 €.

    Les travaux extérieurs et sur les 3.000 m² habitables de cet ensemble unique en Lorraine, classé MH, sont et seront accompagnés par le sous-préfet de Saint-Dié. Il s'agira d'élaborer un cahier des charges qui corresponde à l'aura du bâtiment et capable d'apporter à la cité l'enrichissement dont elle a besoin.

    Pour le maire, le renouveau du site pourra être aussi l'affaire d'investisseurs privés. "Moyenmoutier-Abbaye" s'inscrit désormais au chapitre des projets haut de gamme afin de donner une vraie renaissance à la cité malmenée depuis trop longtemps par des restructurations économiques.

    [d'après Vosges Matin | 27.10.09]

  • Les boiseries de l’abbaye de Moyenmoutier installées à la nouvelle bibliothèque d’Epinal

    Les livres des bénédictins ont retrouvé les boiseries de l'abbaye de Moyenmoutier à la bibliothèque multimédia d'Épinal.

     

    boiseries moyenmoutier.jpgTout est neuf ici, mais en parcourant la salle des livres anciens, on se croirait revenu au XVIIIe. Les portes, le mobilier, la disposition même des ouvrages sont les mêmes qu'en 1750. L'architecte a calculé la hauteur des plafonds en fonction de celle des boiseries. La salle épouse la forme d'un trapèze : un effet de trompe-l'œil accentue l'impression de grandeur, sourit Jacques Grasser. L'adjoint à la culture de la Ville d'Épinal est l'un des principaux artisans de la reconstruction de l'ex-bibliothèque municipale, devenue bibliothèque multimédia de la communauté de communes Golbey-Epinal. Une condition posée d'emblée par les élus a été la prise en compte des boiseries dans les études de projet.

     

    Regroupés en U, ces épis de chêne chargés de livres entouraient les religieux comme dans un cabinet de travail. En 1825, la bibliothèque publique d'Épinal a hérité de ces trésors du patrimoine. Pas de problème pour abriter les meubles d'origine dans ce bâtiment quadrangulaire. Mais l'affaire a tourné au casse-tête quand il a fallu déménager et caser les quarante mille volumes du fonds patrimonial dans l'espace exigu et allongé de la Maison Romaine. Ce bâtiment pittoresque, orné de colonnades, recouvrait pêle-mêle fonds ancien, livres contemporains, fichiers et administration. Un capharnaüm non dépourvu de charme, mais peu hospitalier pour le personnel et les visiteurs. La création d'une mezzanine en 1982 a procuré une bouffée d'oxygène. Mais le préfet ayant rejeté un projet d'agrandissement trop bétonné à son goût, la bibliothèque a continué de lutter contre l'asphyxie. La voici enfin à son aise dans un vaste espace de 5000 m².

     

    Les boiseries disposent d'un espace spécifique. On peut venir consulter en groupe les ouvrages anciens, sauvés par miracle des pillages de la Révolution. On y trouve des manuscrits datant du début des abbayes de Senones, Etival et Moyenmoutier. Le plus ancien remonte au VIIIe. Mais ce qui pique le plus la curiosité, ce sont les collections du XVIIIe. Interdit ou à l'Index, comme l'Encyclopédie, plus d'un ouvrage témoigne de l'ouverture des bénédictins sur leur temps - celui de la philosophie dite « des Lumières ». Ces religieux, à l'instar de Dom Calmet qui correspondait avec tous les esprits pensants de l’époque, disposaient de la bibliothèque de « l'honnête homme du XVIIIe siècle.»

     

    Epinal est en pleine résurrection. Alors, ami lecteur et amateur de patrimoine, ne te prive pas d'une promenade au berceau des abbayes savantes du XVIIIe en Lorraine en visitant la nouvelle bibliothèque spinalienne !

     

     

    [Est Républicain | 24.05.09]