Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

émilie du châtelet

  • Emilie du Châtelet, une femme des Lumières à Lunéville

    Le catalogue de l'exposition consacrée à Emilie du Châtelet replonge le lecteur dans le Lunéville du XVIIIe siècle au temps où Emilie du Châtelet fréquentait la cour de Stanislas. Nous découvrons l’univers riche et raffiné de ce siècle dit "des lumières", les jardins de l’époque, la mode, l’art de recevoir…

    Grâce à l’inventaire après décès acquis par la Communauté de communes du territoire de Lunéville à Baccarat en 2012, le curieux entre dans l'intimité d'Emilie : ce document permet au lecteur d'appréhender ses différentes facettes, toutes plus étonnantes et passionnantes. La marquise du Châtelet était à la fois femme de sciences, femme des arts, femme de musique et femme à la pointe de l’élégance.

    Cet élégant catalogue présente plusieurs portraits de Madame du Châtelet et des objets du quotidien lui ayant appartenu, intégrés dans des pièces reconstituées dans le cadre de l'ancien hôtel abbatial de Lunéville.

     

    ‡ Emilie du Châtelet. Une femme des Lumières à Lunéville, Anne-Marie Tissier, Jean-Louis Janin Daviet et Sébastien Mouflier-Verdal (dir.), éditions Scheuer, 2017, 204 p., ill. (20 €).

  • Lunéville (54) : Emilie du Châtelet n'est plus anonyme dans la mort

    Le 5 janvier dernier, le texte inscrit sur la tombe d'Emilie du Châtelet a été dévoilé en l'église Saint-Jacques de Lunéville en présence d'élus et des membres du Cercle de Madame du Châtelet.

    Jusqu'à cette date, la dalle de marbre noir qui recouvre la sépulture d'Emilie du Châtelet était restée anonyme. Née à Paris en 1706, Emilie du Châtelet est morte à Lunéville en 1749. Elle a été inhumée en l'église Saint-Jacques sous cette dalle noire.

    Le texte dévoilé est inscrit en lettres d'or sur cette dalle située à l'entrée de l'église, sous la tribune de l'orgue, et vient compléter la plaque offerte autrefois par Elisabeth Badinter.

    L'inscription revient sur la vie exceptionnelle de cette femme de sciences, la première à avoir traduit les Principa mathematica de Newton, en 1749.