Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nancy - Page 4

  • L'Université à Nancy et en Lorraine : histoire, mémoire et perspectives

    Cet ouvrage permet au lecteur de suivre le fil continu de l'histoire de l'Université en Lorraine depuis sa création jusqu'à nos jours.

    La célébration du 150ème anniversaire de la restauration de la faculté de Droit en 1864 a été le facteur déclenchant de toutes les festivités qui se sont déroulées au cours de l'année 2014. Mais cette commémoration ne s'est pas enfermée dans le cadre étroit de l'histoire de la seule faculté de Droit : c'est la raison pour laquelle cet ouvrage aborde l'histoire de l'Université à Nancy et celle de toutes ses composantes.

    Ces actes du colloque tenu à Nancy en 2014 retracent les héritages et les mémoires liés à l'Université de Pont-à-Mousson. Le XIXe siècle sera marqué par la création de l'Ecole forestière ainsi que le rétablissement sous le Second Empire des facultés des Lettres, des Sciences et de Droit avec l'appui d'un certain nombre de personnalités locales. L'ouvrage aborde encore l'enseignement du premier doyen et éminent juriste de la faculté de Droit rétablies, François Philippe Jalabert, qui devient professeur de droit constitutionnel à Paris en 1879. Les impacts de la guerre de 1870 sont abordés avec ses conséquences : l'afflux de professeurs venus de Strasbourg et le rôle de la faculté des Sciences dans le processus de constitution d'universités régionales. Toute une galerie de portraits de professeurs est présentée ainsi que la vie des étudiants au début du XXe siècle sans oublier tous ceux qui sont morts pour la France durant le premier conflit mondial. L'architecture des facultés et l'intégration de l'Université dans la cité font également l'objet d'études spécifiques.

    Cet ouvrage est le fruit d'une collaboration d'universitaires lorrains, tant nancéiens que messins : ils ont tous eu le souci de répondre positivement en témoignant de leur attachement à l'Université et à la Lorraine.

     

    ‡ L'Université à Nancy et en Lorraine : histoire, mémoire et perspectives, Jean El Gammal, Eric Germain et François Lormant (dir.), PUN-EDULOR, 2015, 353 p., ill. (20 €).

  • Nancy à travers la carte postale ancienne

    « À l’aube du XXe siècle, Nancy manifeste un incontestable dynamisme industriel et commercial qui se conjugue à la créativité intellectuelle et artistique des élites lorraines. Ces sentiments se manifestent au cours de fêtes populaires, de compétitions sportives mais surtout lors de la grande Exposition internationale de 1909. » Ainsi s'exprime l'auteur à propos de l'incroyable développement de la cité ducale durant la Belle Epoque.

    Au fil de 300 cartes postales anciennes du début du XXe siècle, Christophe Belser fait revivre le Nancy entre les années 1890 et 1914, des mythiques grilles en fer forgé de la place Stanislas à l’émergence des quartiers orientaux et Art nouveau, comme Saurupt ou Boudonville. Une immersion dans le quotidien et les fêtes en 1900, alors que Nancy grandit et s’embellit. Ses habitants se prélassent aux thermes, profitent des premières courses à bicyclette et assistent avec joie à l’épopée du dirigeable "Le Nancy" !

    "Belle Epoque" et moments d'insouciance avant le drame de 1914...

     

    ‡ Nancy à travers la carte postale ancienne, Christophe Belser, HC éditions, 2015, 112 p., ill. (18,50 €).

  • Ouverture du Jubilé de la Miséricorde divine

    Ouverture de l'année de la Miséricorde divine par Mgr Jean-Louis Papin, primat de Lorraine et évêque de Nancy & de Toul, en l'église Saint-Sébastien de Nancy, ce mardi 8 décembre 2015 en la fête de l'Immaculée-Conception.

    [cl. ©Diocèse de Nancy & de Toul]

  • Les Europa Scouts de Nancy au marché de Noël de Dieuze les 12-13 décembre 2015

  • Jubilé de la Miséricorde

    Sa Sainteté le pape François souhaite que ce Jubilé de la Miséricorde se déroule à Rome autant que dans les Églises locales.

    Pour la première fois, dans l’histoire des Jubilés, il y a possibilité d’ouvrir une Porte sainte, la Porte de la miséricorde, dans chacun des diocèses, dans la cathédrale ou dans une église de signification particulière, ou un sanctuaire important pour les pèlerins :

    > Pour le diocèse de Nancy & de Toul, l'église Saint-Sébastien à Nancy est retenue comme église jubilaire.

    > Pour le diocèse de Saint-Dié, la basilique Sainte-Jeanne d'Arc à Domremy est retenue comme église jubilaire.

    Tout au long de l'année, et chaque jour, le pèlerin sera accueilli dans cette église et invité à :

    • devenir plus solidaires de ceux qui ont besoin de réconfort
    • et/ou rencontrer un prêtre et recevoir le sacrement du pardon
  • Fête de l'Immaculée-Conception

    Eglise Marie-Immaculée, 33 avenue Général Leclerc à Nancy,

    mardi 8 décembre 2014, fête de l’Immaculée-Conception, patronne de l'église,

    messe chantée à 18h30 (rite extraordinaire de l'Eglise catholique) suivie du salut et d’un temps de prière pour la vie

  • Nancy : le Théâtre de la Passion embauche !

  • Histoire de la Grande Guerre racontée à la jeunesse de France

    Léon Mirman a été professeur agrégé des Sciences et député ; il s'est porté volontaire pour être préfet de Nancy, dernière ville française d'importance avant le front, alors que la ville, trop proche des combats, se trouvait désertée par les autorités. C'est dire s'il a vu la guerre de près ! Il a même été le premier représentant de l'État français à entrer dans Metz, enfin libérée du joug prussien en 1918.

    Lorsqu'il écrit cette Histoire de la Grande Guerre racontée à la jeunesse de France parue en 1925, son objectif est double : il écrit une oeuvre pédagogique d'une grande clarté et d'une grande précision historique, sachant que tous les documents concernant le conflit n'étaient pas encore accessibles à cette époque. Le plan de l'ouvrage est accompagné de nombreuses cartes et illustrés de portraits et photographies d'époque. Il écrit par ailleurs une oeuvre de mémoire, destinée aux plus jeunes, fervent partisan de la Société des Nations qui se mettait en place et qui avait pour but d'intaurer une paix durable entre les nations européennes. Il croyait aussi que cette paix passerait par la formation de la jeunesse.

    Nous voyons en 2015 dans ce document le reflet d'une époque et de sa mentalité : résolument patriotique, le document montre aussi une rancoeur toujours affichée envers le peuple allemand, seulement sept ans après la fin du conflit.

    Cet ouvrage réédité en fac-similé est un vrai relais entre notre époque de commémoration et la guerre vécue. Un bon ouvrage à mettre entre les mains de la jeune génération... mais que peuvent aussi relire avec grand profit les plus anciens !

     

    ‡ Histoire de la Grande Guerre racontée à la jeunesse de France, Léon Mirman, éditions du Triomphe, 2015, 310 p., ill., cartes (19,90 €).

  • Nancy : Rosaire pour la Vie le 28 novembre place d'Alliance

  • Une pétition contre le "musée de verre" à Nancy

  • Nancy : l'église Saint-Sébastien en soins intensifs

  • Ce n'est pas pour toujours

    1868. Éliette et Pierre coulent une enfance heureuse dans une Alsace rythmée par le dur labeur, les traditions et les rites ancestraux. Une passion pour l'instruction et le dessin les rapproche et leur destin commun semble une évidence. C'était compter sans la déclaration de guerre de 1870, puis de l'annexion de l'Alsace-Moselle par Bismarck, suivie des faits sanglants de la Commune.

    Afin d'éviter à Pierre de porter l'uniforme prussien, sa mère décide de suivre son employeur qui s'est installé en Lorraine française, à Nancy. Libérée des troupes allemandes en 1873, cette ville va connaître un formidable essor grâce à l'arrivée de nombreux industriels, artistes et ouvriers alsaciens-lorrains. Dans cette belle époque bouillonnante de progrès, Pierre saura-t-il trouver sa place dans le mouvement de l'École de Nancy naissant ? En terre allemande, de l'autre côté des Vosges, Éliette osera-t-elle s'affirmer sous l'autorité prussienne ?

    Malgré cette déchirure et cet exil contraint, la providence fera à nouveau croiser les chemins des deux jeunes gens, de manière insolite.

     

    ‡ Ce n'est pas pour toujours, Angèle Bientz-Potin, éditions du Quotidien, 2015, 304 p. (20 €).

  • Emile Gallé et le Club de l'Art social

  • Témoignage d'un prêtre lorrain en Haïti : conférence de l'abbé David Fontaine à Nancy le 24 novembre

  • Le Choeur d'hommes de Nancy au couvent des Dominicains le 15 novembre

  • L'Ecole de Nancy face aux questions politiques et sociales de son temps

    Si l'Art nouveau est bien un symbole de la Belle Epoque, c'est à rebours du mythe décrivant des artistes en quête de formes voluptueuses dans un âge d'or crépusculaire. En effet, la Belle Epoque est une période plus troublée que ne le laisse supposer sa légende.

    Né dans le contexte lorrain de l'après-Sedan, le mouvement Art nouveau nancéien a une propension à se mobiliser sur les nombreuses questions politiques et sociales d'alors - l'annexion de l'Alsace-Moselle, l'affaire Dreyfus, l'anticléricalisme, les revendications ouvrières -, attisé en cela par les personnalités exceptionnelles de ses deux présidents, Emile Gallé puis Victor Prouvé, républicains fervents qui investissent le champ politique.

    Cet ouvrage, à travers les chefs-d'oeuvre de Gallé, Prouvé, Daum et bien d'autres, permet de découvrir un aspect passionnant et méconnu de l'Art nouveau et de ses implications dans la politique et la société en Lorraine et en France.

     

    ‡ L'Ecole de Nancy face aux questions politiques et sociales de son temps, collectif, Somogy éditions d'art, 2015, 224 p., ill. (29 €).

     

  • Nany : messe à la mémoire de la famille ducale de Lorraine célébrée à la chapelle des Cordeliers

    La messe à la mémoire des ducs, duchesses, princes et princesses de la Maison de Lorraine et de Bar a été célébrée par le RP Bruno Houplon, de l'Oratoire Saint-Philippe Néri, samedi 17 octobre en la chapelle des Cordeliers de Nancy, nécropole nationale de la Maison de Lorraine et de Bar.

    La messe votive de la Bienheureuse Marguerite de Lorraine a été dite par le célébrant. Il y a associé le Bienheureux Charles de Habsbourg-Lorraine, descendant de notre dernier duc héréditaire François III.

    Et vive la Lorraine ! Vive nos ducs !

  • Correspondance de Valentin Jamerey-Duval, bibliothécaire des ducs de Lorraine

    Le tome I de la Correspondance de Valentin Jamerey-Duval (1722-1745) a permis au lecteur de découvrir le parcours singulier de ce fils de pauvres paysans de Champagne, ancien serviteur d’ermites lorrains, devenu bibliothécaire des ducs de Lorraine Léopold et François-Etienne, puis de l’empereur François Ier - ex-duc de Lorraine François-Etienne - au palais Pitti à Florence.

    Le tome II nous offre de poursuivre la découverte d'une nouvelle étape dans sa vie entre 1746 et 1760. En 1746, Jamerey-Duval poursuit la rédaction de ses Mémoires et sa correspondance avec son ami, Frère Zozime, ermite lorrain, et avec son mécène, le baron Pfütschner, à Vienne. En 1748, il est invité à rejoindre l'époux de Marie-Thérèse de Hasbourg, François Ier, à Vienne, afin d’y diriger son cabinet impérial des monnaies. Intermède heureux, en 1752, il entreprend un long voyage qui le conduit à Bruxelles et à Paris, où il revoit Mme de Graffigny, amie connue à Lunéville ; il se rend également à Arthonnay, son village champenois natal, où il retrouve ses sœurs et, enfin, en Lorraine, où il suit, auprès des ses amis religieux, la reconstruction d’un ermitage et redécouvre la générosité du roi Stanislas, nouveau duc nominal de Lorraine.

    Depuis Vienne, Jamerey-Duval continue à faire montre de ses qualités de cœur à travers sa correspondance. Il prodigue conseils et aide aux humbles ermites en faisant reconstruire pour eux trois ermitages, à sa famille et à son ancien patron berger. Sa générosité sans faille et ses Mémoires plaisent tant à Jean-Jacques Rousseau que le philosophe expose dans son cabinet de travail les vignettes illustrant la vie de Duval...

    En attendant le IIIe et dernier tome auquel travaille assidûment André Courbet.

    L'auteur, André Courbet, a consacré de nombreux travaux à l’histoire régionale de la Lorraine et propose une annotation minutieuse de la riche correspondance de Valentin Jamerey-Duval.

     

    ‡ Correspondance de Valentin Jamerey-Duval, bibliothécaire des ducs de Lorraine (1746-1760) - Tome 2, André Courbet (prés.), éditions Honoré Champion, 2015, 1096 p., ill. (250 €).

  • Nancy : messe des ducs de Lorraine et de Bar le 17 octobre 2015

    La messe à la mémoire de la famille des ducs de Lorraine et de Bar sera célébrée par le RP Bruno Houplon, de l'Oratoire Saint-Philippe Néri, en l'église des Cordeliers de Nancy, samedi 17 octobre 2015 à 11h00.

  • Bibliothèque diocésaine de Nancy : vente de livres les 24-25 octobre 2015

  • Nancy : lifting pour la Villa Majorelle

    [ER]

  • Des éléments de fortification du XVIIe siècle mis au jour à Nancy

    Les archéologues de l’Inrap continuent leurs sondages sur le chantier du nouveau quartier Nancy Grand-Cœur, boulevard Joffre, à proximité de la gare.

    Ils ont mis au jour tout récemment les vestiges du bastion de Saurupt, construit au XVIIe siècle sous le duc Charles III puis détruit par ordre de Louis XIV lors de l'invasion française. « Le but de ce diagnostic archéologique est d’estimer l’état de conservation ...des fortifications », explique Jude Rémy, archéologue responsable de l’opération. « Nous sommes sur un ouvrage avancé et nous cherchons l’extrémité du bastion. Pour l’instant, nous avons trouvé l’escarpe du mur côté ville, avec le soubassement. Le mur a une épaisseur de 3 ou 4 mètres et a été miné à la poudre noire ». Les diagnostics archéologiques menés depuis plusieurs semaines sur le chantier poursuivent plusieurs objectifs : repositionner l’ouvrage sur les cadastres de la ville et donner des informations aux archéologues sur la façon dont ont été construites et démolies les fortifications. « Les sondages que nous effectuons nous permettent de redessiner très précisément sur un plan les fortifications qui existaient à l’époque de Charles III », souligne Jude Rémy. « On se rend compte aujourd’hui dans le détail que les murs ne sont pas construits comme ils apparaissent sur d’anciennes gravures ».

    Prochainement, les archéologues entameront un nouveau sondage, près de la caserne des pompiers, afin d’en savoir plus sur le profil des fossés.

    [source : ER]

  • 1864-2014 : 150 ans de tradition et de rayonnement de la Faculté de Droit de Nancy

    Fondée en 1582 dans le cadre du Collège de Droit de Pont-à-Mousson, la Faculté de Droit de Nancy est transférée dans la cité ducale en 1768 après le rattachement de la Lorraine à la France. Son histoire a bien failli s'arrêter en 1803, lorsqu'est créée à Strasbourg l'Ecole spéciale chargée d'enseigner le droit aux étudiants de l'Est de la France... Il faudra attendre un décret impérial de 1864 pour que la Faculté de Droit de Nancy retrouve sa pleine et entière existence.

    Ce livre album retrace l'histoire de cette vénérable institution nancéienne qui a formé des générations de juristes. C'est également un catalogue original qui propose de revisiter l'exposition qui a marqué le 150ème anniversaire de sa renaissance, en nous faisant revivre ses vicissitudes, ses traditions et ses évolutions qui lui confèrent une réputation justifiée.

     

    ‡ 1864-2014 : 150 ans de tradition et de rayonnement de la Faculté de Droit de Nancy, François Lormant et Philippe Pillot, PUN-EUL, 2015, 220 p., ill. (20 €).

  • Nancy commémore le bicentenaire du Congrès de Vienne (1815-2015) le 30 septembre

    >> Le colloque sur le bicentenaire du Congrès de Vienne a lieu mercredi 30 septembre 2015 dans le Grand Salon de l'Hôtel de Ville de Nancy.

  • Nancy : 150e anniversaire du Couronnement de Notre-Dame de Bonsecours

  • Rentrée des Europa-Scouts nancéiens à Laneuvelotte le 2 octobre 2015

  • Nancy : en hommage aux hommes du 26e RI

    Une cérémonie commémorative et une conférence organisées à l’initiative des membres de la Légion d’honneur.

    En hommage au sacrifice des combattants du 26e régiment d’infanterie et de la 11e division qui livrèrent les combats héroïques (dits du « Grand Couronné ») les 25 et 26 août 1914, la section 54 de la société des membres de la Légion d’honneur, présidée par le colonel Daniel Bitsch, organise une cérémonie commémorative d’envergure le vendredi 25 septembre à partir de 16h30 à la nécropole militaire de Friscati – Mouton Noir à Vitrimont.

    « Les hommes du 26e RI ont contribué à mettre les forces allemandes en échec. Celles-ci voulaient s’emparer de Nancy », explique le colonel Bitsch. « Elles avaient même projeté de défiler en septembre dans les rues de la cité et de remettre les clés de la ville à l’épouse de Guillaume II sur la place Stanislas. Les combattants français ont sauvé la ville, mais ont payé un lourd tribut. La bataille du Couronné a fait 40.000 morts ».

    Cette cérémonie d’envergure qui aura lieu en présence de nombreuses autorités civiles et militaires se déroulera en plusieurs étapes. Tout d’abord une évocation historique du président du comité d’entraide des membres de la Légion d’Honneur des combats du Grand Léomont, un dépôt de gerbes, la sonnerie aux morts, la minute de silence, le refrain de la Marseillaise et le traditionnel vin d’honneur.

    Le lendemain, samedi 26, une autre évocation des soldats du 26e RI donnera lieu à une conférence à partir de 10h00 dans les grands salons de l’Hôtel de Ville de Nancy. Président du Groupe Blandan et de l’amicale des anciens du 26e RI, le colonel Pierre Geoffroy évoquera le souvenir de ce régiment aujourd’hui dissous, installé au cœur de la ville depuis 1873, et plus particulièrement son action héroïque au cours de la Grande Guerre.

    Rappelons que le colonel Pierre Geoffroy est l’auteur d’un livre historique sur le 26e RI, « Qui s’y frotte s’y pique », lequel lui a valu, au moment de sa sortie, d’être distingué par l’Académie Stanislas.

     

    ‡ Cérémonie commémorative vendredi 25 septembre à partir de 16h30 à la nécropole militaire de Friscati. Conférence du colonel Pierre Geoffroy samedi 26 septembre à partir de 10h00 dans les grands salons de l’hôtel de ville de Nancy.

  • Nancy : histoire du monument commémoratif de la mort de Charles le Téméraire

    Cette croix monumentale, installée désormais dans le cloître de l’ancien couvent des Cordeliers, témoigne d’un événement parmi les plus illustres de l’histoire ducale lorraine : la bataille de Nancy qui opposa Lorrains et Bourguignons en 1477.

    Le duc de Bourgogne Charles le Téméraire est à cette époque l’un des plus puissants seigneurs d’Occident. Ses prétentions débordantes inquiètent les plus grands, du royaume de France  jusqu’au Saint Empire. Il ambitionne, notamment, la création d’un grand royaume réunissant ses possessions, depuis la  Bourgogne au sud jusqu’aux Flandres au nord. La prise de la Lorraine en 1475, le lui permet en partie. Encouragé par le roi de France, lui aussi menacé, le duc de Lorraine René II va chercher auprès des Suisses, le soutien indispensable à la reconquête de son duché. Rejoints par les Alsaciens, ils partent à l’assaut de l’envahisseur bourguignon et emportent la victoire finale le 5 janvier 1477 à Nancy. Le duché de Lorraine entre alors dans une ère d’indépendance.

    Le corps du Téméraire, retrouvé cinq jours plus tard gisant à une extrémité de l’étang Saint-Jean, est traité par son rival avec les égards dus à un prince chrétien. Peu de temps après la bataille, René II fait lever, en signe de piété et de triomphe, une croix de Lorraine à l’endroit même de son trépas. La croix à double traverse, avait été amenée d’Anjou par son grand-père René Ier. Elle était devenue le symbole de ses troupes. Au lendemain de la bataille de Nancy, elle est adoptée comme emblème de la maison ducale.

    Malgré la présence continue d’un monument depuis le XVe siècle, les différentes reprises empêchent la connaissance certaine de sa forme initiale et de l’inscription primitive. Ce monument à la colonne corinthienne néoclassique serait le quatrième, construit modestement grâce à une subvention lancée en 1821 au bord de l’étang Saint-Jean. Déplacé une première fois suite aux travaux d’urbanisme, il subsistera un temps sur la nouvelle Place de la Croix de Bourgogne construite sur l’étang désormais asséché, avant d’être finalement déposé au musée et remplacé par le monument actuel de Victor Prouvé achevé en 1933.

  • Nancy inaugure la porte Saint-Georges restaurée

    « Nous sommes réunis pour mettre à l’honneur une vieille dame dont le début de la construction a débuté en 1604 ». Françoise Hervé, adjointe nancéienne au patrimoine, dans la salle habituellement occupée par le Cercle du travail, lançait l’inauguration de la porte Saint-Georges restaurée.

    L’élue a rappelé l’histoire de ce monument qui, « sans un comité de soutien lancé par Emile Gallé rejoint par Victor Hugo, a bien failli être démolie pour laisser passer le tramway hippomobile ». Françoise Hervé a aussi souligné que ce « remarquable édifice » portait le nom du « patron de toute la chevalerie chrétienne occidentale vénéré tout particulièrement par les ducs de Lorraine ; Nancy possédant une ancienne collégiale – aujourd'hui disparue -, une rue, une église, une école dédiées au saint chevalier ».

    Puis, Armand Chapuis, président du Cercle du travail, a exprimé sa satisfaction avant de céder la parole au directeur territorial d’ErdF, à Mathieu Klein, président du Conseil départemental, à André Rossinot, président du Grand Nancy, et, pour clore le tout, à Laurent Hénart, maire de Nancy. Tous les partenaires de l’opération de restauration dont le coût s’élève à 1.489.882 € TTC, ont salué le travail accompli sous l’égide de Pierre-Yves Caillault, architecte en chef des Monuments historiques.

    Le chantier de restauration de la porte, inscrit dans le projet « Nancy Renaissance », a commencé en février 2013. Il a permis de mettre en valeur des remparts côté Est, avec le déplacement du transformateur électrique repositionné dans l’emprise de la porte Saint-Georges, avec le concours du concessionnaire ErDF. Cela a permis d’offrir une nouvelle visibilité des remparts de la ville au-devant de l’édifice et l’ouverture d’une ruelle entre l’avenue du XXe Corps et la rue Saint-Georges.

    Le chantier a également permis de restaurer les deux façades et la voûte en briques, d’aménager la cour d’accès au Cercle du travail au 1 rue Drouin, de mettre à jour les vestiges d’un mur ancien et de les intégrer au nouvel escalier d’accès aux locaux de l’association. Par ailleurs, un ascenseur a été installé pour les personnes à mobilité réduite et la terrasse intermédiaire du monument a été aménagée en un petit théâtre de plein air. Un aménagement réalisé avec l’intervention de personnes du chantier d’insertion du Grand Sauvoy.

    Le public est invité à découvrir ce week-end la porte Saint-Georges restaurée et ses aménagements, ainsi que deux expositions temporaires installées place du Colonel-Driant jusqu’au 31 décembre : « Le sauvetage de la Porte Saint-Georges » et « L’aventure du chantier ».

     

    > Samedi 19 septembre : portes ouvertes de 10 h à 19 h, et à 16 h, rétrospective 1900 avec une chorale par Gilles Provin.

    > Dimanche 20 septembre : portes ouvertes de 10 h à 19 h avec présentation des activités du Cercle du travail, visite commentée de la porte à 14 h 30, et conférence sur l’étude archéologique, l’histoire et la rénovation de la porte par Pierre-Yves Caillault et Rémy Jude.

    [source : d'après ER]

  • Nancy : les archéologues de l’Inrap ont mis au jour un pan de mur de l'ancienne fortification

    Les archéologues de l’Inrap ont mis au jour un pan de mur de l'ancienne fortification de la cité ducale sur le chantier Nancy Grand Coeur, boulevard Joffre.

    Ce n’est pas vraiment une découverte… Mais plutôt une confirmation ! Un sondage archéologique réalisé sur le chantier du nouveau quartier Nancy Grand-Coeur, boulevard Joffre, a permis aux archéologues de l’Institut national de recherches archéologiques préventives de mettre au jour un mur de l’ancienne enceinte bastionnée construite au début du XVIIe siècle sous l’impulsion de Charles III. L’énorme trou creusé sur le parking Joffre a été rebouché hier. Il avait été réalisé par un engin de chantier afin de permettre aux spécialistes d’effectuer des relevés et d’enrichir leurs connaissances sur le positionnement précis du rempart.

    « Les diagnostics sont faits en amont du chantier en lien avec l’aménageur », explique Marie Zanon, représentant la Solorem à qui la maîtrise d’œuvre du chantier Nancy Grand-Cœur a été confiée. « Cela n’entraîne pas de retard pour le chantier car, comme tous les gros aménageurs, la Solorem a intégré les sondages et fouilles archéologiques préventives dans son calendrier. Nous savons bien que nous sommes sur l’emprise des anciens bastions de la ville… »

    Alors que les entreprises termineront la pose du réseau de chauffage urbain, les archéologues réaliseront un nouveau sondage sur le chantier situé en face du building Joffre.

    En 2011, des fouilles préventives effectuées sur le chantier du Centre Prouvé avaient déjà permis de mettre au jour la partie inférieure de ce qui fut le bastion Saint-Thiébaut, le long des voies SNCF. Une découverte qui a donné l’occasion à l’Inrap d’en savoir plus sur les techniques de construction de l’époque.

    On se souvient aussi qu’en 2008, les sondages archéologiques réalisés en préalable à la requalification du site de l’ancienne imprimerie Berger-Levrault avaient mis en évidence des vestiges de la citadelle, le bastion Le Marquis, ainsi que l’ancien cimetière dit des Trois-Maisons créé au XVIIIe siècle.

    [source ER]