Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bastion

  • Des éléments de fortification du XVIIe siècle mis au jour à Nancy

    Les archéologues de l’Inrap continuent leurs sondages sur le chantier du nouveau quartier Nancy Grand-Cœur, boulevard Joffre, à proximité de la gare.

    Ils ont mis au jour tout récemment les vestiges du bastion de Saurupt, construit au XVIIe siècle sous le duc Charles III puis détruit par ordre de Louis XIV lors de l'invasion française. « Le but de ce diagnostic archéologique est d’estimer l’état de conservation ...des fortifications », explique Jude Rémy, archéologue responsable de l’opération. « Nous sommes sur un ouvrage avancé et nous cherchons l’extrémité du bastion. Pour l’instant, nous avons trouvé l’escarpe du mur côté ville, avec le soubassement. Le mur a une épaisseur de 3 ou 4 mètres et a été miné à la poudre noire ». Les diagnostics archéologiques menés depuis plusieurs semaines sur le chantier poursuivent plusieurs objectifs : repositionner l’ouvrage sur les cadastres de la ville et donner des informations aux archéologues sur la façon dont ont été construites et démolies les fortifications. « Les sondages que nous effectuons nous permettent de redessiner très précisément sur un plan les fortifications qui existaient à l’époque de Charles III », souligne Jude Rémy. « On se rend compte aujourd’hui dans le détail que les murs ne sont pas construits comme ils apparaissent sur d’anciennes gravures ».

    Prochainement, les archéologues entameront un nouveau sondage, près de la caserne des pompiers, afin d’en savoir plus sur le profil des fossés.

    [source : ER]

  • Nancy : les armes de France sur le bastion Saint-Thiébaut

    Le projet d'aménagement du futur centre des congrès de Nancy sur le périmètre de l'ancien centre de tri postal se positionne à l'emplacement d'éléments du front bastionné des XVIe-XVIIe siècles protégeant le sud-ouest de la Vieille-Ville de Nancy, de constructions du XVIIIe siècle et de l'étang Saint-Jean. Depuis septembre 2010, l'Inrap intervient dans le cadre d'un suivi des travaux.

    bastion st thiebaut.jpgL'étang Saint-Jean, vaste pièce d'eau, attesté dès le XIIe siècle, a marqué la topographie du secteur jusqu'à son comblement lors de la construction de la ligne de chemin de fer en 1856. Les travaux s'étendent aussi sur l'emprise du bastion Saint-Thiébaut, élément fortifié faisant avant-corps sur l'enceinte construite à partir de la fin du XVIe siècle et qui défend les Ville-Vieille et Ville-Neuve de Nancy au cours du XVIIe siècle. La démolition des fortifications, imposée en 1698 par le traité de Ryswick, met un terme à la vocation militaire de cette zone, mais le tracé du bastion reste inscrit dans le parcellaire jusqu'au XXe siècle.

    La démilitarisation de l'enceinte en 1698 implique le comblement du fossé défensif. Il semble que des pans entiers des élévations du bastion ont été renversés afin de constituer un mur de barrage afin de condamner l'alimentation en eau provenant de l'étang Saint-Jean. Parmi ces éléments de remblais, une imposante partie de la pointe a basculé dans l'étang.

    Fouilles bastion st-thiébaut nancy 2011 008.jpgLe parement en briques de la pointe du bastion comporte une chaîne d'angle maçonné en pierre de taille dans laquelle a été inséré un blason sculpté. Composé d'un assemblage de bloc, il figure un globe décoré de trois fleurs de lys surmonté d'une couronne et flanqué de fûts de canons, étendards, trompe et hausse-col. Ce blason aux armes du roi de France marque probablement la prise de la ville par les Français en 1633, au début de la guerre de Trente Ans.

     

    Fouilles bastion st-thiébaut nancy 2011 002.jpg

    [clichés © H&PB]

  • Nancy : le bastion Saint-Thiébaut mis au jour

    nancy.jpg

    [L'Est Républicain]