Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

habsbourg lorraine

  • François-Joseph

    A l'occasion du Centenaire de la mort de l'empereur d'Autriche François-Joseph, les éditions Perrin rééditent dans la collection Tempus l'ouvrage de l'historien Jean-Paul Bled considéré comme le meilleur spécialiste de la Mitteleuropa.

    Pour nous Lorrains, François-Joseph est le descendant direct du dernier duc héréditaire de Lorraine et de Bar, François III, devenu empereur par mariage avec Marie-Thérèse de Habsbourg, et fondateur de la dynastie des Habsbourg-Lorraine.

    Né en 1830 et mort en 1916, François-Joseph Ier monta sur le trône dans le fracas de la révolution de 1848. Dans sa vie de souverain, échecs politiques et revers militaires l'emportent sur les succès... Pourtant, il entre dans la légende dès son vivant. Les malheurs personnels qui le frappent n'y sont pas étrangers : exécution de son frère Maximilien au Mexique, suicide de son fils Rodolphe à Mayerling, assassinat de son épouse Sissi et de son neveu François-Ferdinand.

    A partir de l'analyse de soixante-huit ans de règne d'abord autoritaire puis plus libéral, l'auteur montre avec talent comment le destin de l'Europe est lié à celui de l'Autriche-Hongrie.

     

    ‡ François-Joseph, Jean-Paul Bled, éditions Perrin, coll. Tempus, 2016, 864 p. (12,50 €).

  • Joseph II de Habsbourg-Lorraine

    Joseph II (1741-1790), roi de Hongrie, d'Autriche et des Romains à vingt-trois ans en 1764, élu empereur d'Allemagne l'année suivante, visite ses Etats, puis l'Italie, la Prusse, la Russie et surtout Paris en 1777. En compagnie de sa sœur Marie-Antoinette, il découvre la cour la plus brillante de l'époque. C'est là qu'il définit les principes de son action politique : le despotisme éclairé.

    Durant son règne, il abolit le servage et met en chantier une réforme fiscale. Il promulgue un édit de tolérance, instaure le mariage civil, cantonne l'autorité du souverain pontife au dogme, sécularise la moitié des couvents et assure aux juifs une paix religieuse et sociale.

    Menacé par la Prusse et l'Empire ottoman, il tient son empire par la force de sa poigne et le conduit, jusqu'à sa mort en 1790, à être le seul concurrent – pacifique – de la France, laissant un héritage riche et contrasté.

    Une biographie magistrale du fils du dernier duc héréditaire de Lorraine et de Bar, François III et de Marie-Thérèse de Habsbourg.

     

    ‡ Joseph II, François Fejtö, éditions Perrin, coll. Tempus, 2016, 512 p. (11 €).

  • Louis XVI

    S'appuyant sur une documentation considérable, Jean-Christian Petitfils balaie les clichés ressassés sur Louis XVI et s'attache à restituer son vrai visage : celui d'un homme intelligent et cultivé, d'un roi scientifique, passionné par la marine et les grandes découvertes, qui, en politique étrangère, joua un rôle déterminant dans la victoire sur l'Angleterre et dans l'indépendance américaine. Loin d'être un conservateur crispé, en 1787 il voulut réformer en profondeur son royaume par une véritable Révolution royale.

    De ce monarque complexe et secret, aucun portrait psychologique n'avait été jusque-là brossé avec autant de sérénité, sans oublier ses faiblesses, ses excès de scrupules et son caractère dépressif.

    Mais ce nouveau Louis XVI va plus loin. Il offre un tableau passionnant de la France pendant les quinze années du règne précédant la Révolution et explique, grâce à une interprétation neuve, les mécanismes qui ont conduit à la destruction de l'Ancien Régime. Il permet de comprendre pourquoi Louis XVI, qui aurait pu être le meilleur roi possible pour la Révolution, a finalement été rejeté par elle.

    Pour nous Lorrains, il fut aussi l'époux de Marie-Antoinette de Habsbourg-Lorraine, fille de notre dernier duc héréditaire de Lorraine et de Bar, François-Etienne, devenu empereur du Saint-Empire par son mariage avec Marie-Thérèse de Habsbourg.

    Une édition de prestige pour une biographie de référence. Un véritable 'monument' dédié à celui qui fut l'un de nos meilleurs rois de France.

     

    ‡ Louis XVI, Jean-Christian Petitfils, éditions Perrin, 2015, 1116 p., ill. (35 €).

  • Naissance de l’archiduchesse Katarina de Habsbourg-Lorraine

    Dans notre monde de brutes et de fous, c'est avec plaisir que nous apprenons la naissance d'une petite Katarina chez l'archiduc Christophe de Habsbourg-Lorraine et l'archiduchesse Adélaïde, dont le mariage avait été célébré à Nancy le 29 décembre 2012.

    habsbourg1.jpgL’archiduc Christoph, fils de l’archiduc Carl Christian de Habsbourg-Lorraine et de la princesse Marie Astrid de Luxembourg et son épouse Adélaïde Drapé-Frische ont eu leur premier enfant le 22 décembre 2014 à Genève. La petite archiduchesse qui est le quatrième petit-enfant de Carl Christian et Marie Astrid de Habsbourg-Lorraine ainsi que le 7ème arrière-petit-enfant du grand-duc Jean de Luxembourg, a été prénommée Katarina, Marie-Christine, Fabiola.

    On notera l’hommage que l’archiduc Christoph et l’archiduchesse Adelaide ont souhaité rendre à la défunte reine de Belgique Fabiola.

    habsbourg2.jpgL’archiduchesse Katarina a été baptisée cinq jours après sa naissance à Genève. Sa marraine est l’archiduchesse Marie Christine, comtesse Rodolphe de Limburg-Stirum, sœur de l’archiduc Christoph et son parrain Galdric Drapé-Frische, frère de l’archiduchesse Adélaïde.

    Et vive notre archiduchesse, descendante de nos ducs de Lorraine !

    [clichés © 2014 Cour grand-ducale de Luxembourg]

     

     

     

  • Les Lorrains et les Habsbourg

    lorrains1.jpg

    La Lorraine et l'Empire furent intimement liés au cours de l'histoire notamment par relations matrimoniales qui se nouèrent entre les maisons de Lorraine et de Habsbourg ; le mariage entre François Etienne de Lorraine et Marie-Thérèse de Habsbourg furent même à l'origine de la dynastie des Habsbourg-Lorraine, dont le plus éminent représentant fut, sans aucun doute, SAIR Otto de Habsbourg-Lorraine, fils aîné de Charles Ier, dernier empereur d'Autriche.

    L'ouvrage proposé par le général Alain Petiot est une véritable somme, fruit de dix années de recherches, sur les relations entre ces deux maisons régnantes et, tout particulièrement sur les familles lorraines qui se mirent au service du Saint Empire sous l'autorité des Habsbourg.

    lorrains2.jpgPays d’entre-deux, la Lorraine a été de tous temps un lieu d’influence croisée et de rivalité entre royaume de France et Empire. Les Lorrains se trouvent tiraillés entre la France et l’Empire. Certains d’entre eux, à la suite de leurs princes, pour eux ou à cause d’eux, sont amenés à quitter leur patrie et à servir l’empereur, par fidélité, par nécessité ou par opportunité. Sur toutes les terres des Habsbourg, des Lorrains passent, vivent et meurent. Leurs descendants deviennent sujets de l’empereur puis citoyens des nouveaux États nés de la chute de la monarchie. Durant plus de quatre siècles, des plus illustres au plus modestes, ils laissent leur trace dans une histoire qui est celle de l’Europe. Ce fort dictionnaire (2 tomes) les évoque et faire revivre leur épopée, révélant une face cachée de l’histoire de la Lorraine et ravivant la mémoire magnifique d’une nation disparue.

    L’ouvrage outre les notices biographiques, présente les répertoires détaillés : des officiers lorrains des armées impériales, des colonels propriétaires de régiments lorrains, des chambellans lorrains de l’empereur, des dames lorraines de la Croix étoilée, des anoblissements et titres conférés à des Lorrains dans l’Empire.

    Ce livre vient fort utilement compléter les deux ouvrages précédent consacrés aux relations entre les Lorrains et l'Empire des Habsbourg.

    L’auteur, Alain Petiot, est né en 1943. Admis à Saint-Cyr en 1962, il est diplômé de la faculté des Lettres de Rennes et breveté de l’École supérieure de guerre. Officier de cavalerie, il est général (2e section) de l’armée de terre. Membre des sociétés savantes de Bar-le-Duc et de Nancy, membre de l’Académie de Stanislas, ancien chargé d’études au Comité d’histoire régionale de la Région Lorraine, il a déjà publié Au service des Habsbourg (2000) et Les Lorrains et l’Empire (2005).

     

    ‡ Les Lorrains et les Habsbourg, Alain Petiot, éditions Mémoire & Documents, 2014, 2 tomes, 737 p., ill. (39 €).

     

  • Marie-Antoinette

    marie antoinette.jpg

    Les éditions Perrin rééditent le best-seller du grand historien que fut André Castelot (1911-2004) consacré à la biographie de la reine Marie-Antoinette de Habsbourg-Lorraine.

    Avec la précision, la clarté, l'érudition et le style très vivant qui ont fait sa renommée, André Castelot entraîne son lecteur à la découverte de l'une des souveraines les plus fascinantes et controversées de l'histoire de France, une reine au destin tragique que seuls la verve et l'art du grand historien pouvaient à ce point magnifier. Et pour les Lorrains, Marie-Antoinette demeure la descendante emblématique de la Maison de Lorraine puisqu'elle fut la quinzième et dernière enfant de François-Etienne de Lorraine, devenu empereur du Saint-Empire, et de son épouse Marie-Thérèse de Habsbourg.

    Cette biographie, qui n'a pas pris une ride depuis 1962 date de sa première édition, est devenue un classique et une référence appuyée sur une immense masse d'archives, de mémoires et de correspondances souvent oubliés. Un ouvrage coloré et passionnant que tout Lorrain se doit de posséder bien en vue dans sa bibliothèque !

     

    ‡ Marie-Antoinette, André Castelot, éditions Perrin, 2014, 572 p., ill. (24,90 €).

     

     

  • La pyramide de glace

    le floch.jpg

    "Lundi 23 février 1784. Il gelait à pierre fendre rue Montmartre. Nicolas essuya la buée sur la croisée."...

    A la terrible année 1783, marquée par les retombées d'un volcan islandais en éruption, succède en 1784 l'hiver du siècle.

    A Paris, le peuple élève des obélisques de neige et de glace en reconnaissance de la charité des souverains Louis XVI et Marie-Antoine de Habsbourg-Lorraine. Dans l'une d'elles, au dégel, apparaît le corps d'une femme dénudée qui ressemble étonnement à la reine Marie-Antoinette...

    Le commissaire Nicolas Le Floch se lance alors dans une enquête minutieuse. La victime participait à des soirées particulières organisées à Monceau par le duc de Chartres, futur duc d'Orléans.

    Derrière ce fait divers se dissimule un complot de cour visant à compromettre la famille royale. Jamais le commissaire Le Floch, entouré de ses proches et bénéficiant de la confiance de Louis XVI, n'aura mené une recherche aussi précise et documentée qui le conduira, après bien des périls, à un dénouement inattendu.

    Une revendeuse à la toilette, une devineresse qui dépouille ses pratiques, un ouvrier de la manufacture de porcelaine de Sèvres qui vole à Versailles, ainsi qu'un marchand porcelainier receleur sont les figures pittoresques de ce récit. Sans oublier la reine elle-même, la petite-fille François-Etienne de Lorraine devenu empereur d'Autriche...

    Une enquête haletante remarquablement en prise avec cette fin du XVIIIe siècle annonçant les soubresauts révolutionnaires à venir...

     

    ‡ La pyramide de glace. Les enquêtes de Nicolas Le Floch, Jean-François Parot, éditions JC Lattès, 2014, 350 p. (19 €).

  • Naissance annoncée chez les Habsbourg-Lorraine

    mariage-civil-de-l-archiduc-d-autriche-et-de-sa-fiancee-a-nancy-photo-alexandre-marchi.jpg

    Lors du mariage civil à Nancy de l'archiduc Christoph de Habsbourg-Lorraine et de l'archiduchesse Adélaïde [cliché ER].

     

    L’archiduc Christoph, fils de l’archiduc Carl Christian de Habsbourg-Lorraine et de la princesse Marie Astrid de Luxembourg, et son épouse l’archiduchesse Adélaïde attendent leur premier enfant pour la fin de l’année.

    Le couple s’est marié à Nancy le 29 décembre 2012. Le bébé sera aussi le 7ème arrière-petit-enfant du grand-duc Jean de Luxembourg.

    [remerciements à O.B. pour l'info']

  • Conférence sur Charles Ier de Habsbourg-Lorraine... en Bretagne

    habsburg.png

    ... Pour les Lorrains qui seraient en vacances en Bretagne !

  • Requiem pour un empire défunt

    autriche.jpgDans un style éblouissant, François Fejtö raconte et dissèque les causes de la disparition des empires centraux, l'Autriche-Hongrie, en 1918 ; disparition qui a entraîné l'Europe centrale dans la longue nuit des totalitarismes national-socialiste et communiste. Pour ce faire, le grand historien dresse une histoire à rebours des idées reçues de la double monarchie jusqu'en 1914 avant de s'attacher aux causes directes de la Première Guerre mondiale et au déroulement du conflit jusqu'à son terme. Conglomérat de peuples disparates, l'Empire austro-hongrois avait su bâtir un modèle original et fédérateur, garant de l'équilibre européen à l'image de son empereur emblématique, François-Joseph, dont la figure tutélaire fut loué par des écrivains comme Joseph Roth ou Stefan Zweig.

    Sa désagrégation résulte de la volonté déterminée des Alliés - en particulier de l'anticlérical Clemenceau -, sous l'influence néfaste des exilés laïcs et francs-maçons Masaryk et benès. Elle ouvra la boîte de Pandore des rivalités nationalistes au coeur des nouveaux états (Tchécoslovaquie et Yougoslavie notamment) édifiés par les vainqueurs sans tenir compte des aspirations des peuples qui étaient, dans leur grande majorité, favorable au maintien de la monarchie habsbourgeoise. A l'empire pacifique et arbitre succédaient des pays factices, minés par la question des nationalités que Wilson et Clemenceau avaient prétendu résoudre en mettant à bas l'Empire séculaire des Habsbourg-Lorraine.

    "Livre d'érudit, mais aussi essai combatif, puisque à l'encontre de la thèse la plus courante, François Fejtö récuse le terme de désagrégation, qui implique que l'empire est mort de maladie, et lui préfère le mot de destruction, qui implique que l'empire a été assassiné.", insiste le philosophe Alain Finkielkraut dans son exergue.

     

    ‡ Requiem pour un empire défunt, François Fejtö, éditions Perrin, coll. Tempus, 2014, 638 p. (11 €).

  • La Nouvelle revue lorraine n° 24 : fidélité à la famille ducale

    lorraine,la nouvelle revue lorraine,jean marie cuny,habsbourg lorraineAprès le dépôt des reliques du Bienheureux Charles de Habsbourg-Lorraine à la basilique Saint-Epvre de Nancy en décembre dernier, Jean-Marie Cuny nous livre dans l'édito' de la dernière livraison de La Nouvelle revue lorraine, une réflexion sur la fidélité des Lorrains à la famille ducale, celle-ci se prolongeant dans la dynastie des Habsbourg-Lorraine.

    Ce numéro hivernal nous offre, comme à son habitude, un sommaire éclectique :

    - Rêves d'artiste : Chantal Galiana, peintre nancéien

    - L'ancien trader est devenu maraîcher-arboriculteur

    - L'ermite de Prény

    - Quand la fille aînée de Louis XV guignait le duché de Lorraine

    - La Fabrique du Glorieux Saint-Hubert

    - Louis-Adélaïde de Bourbon-Condé

    - Les dentellières

    - Barrès inspiré

    - Prénom : Valéry

    - Le chasse-neige

    - Le repos du Poilu

    - le pavillon du jardin Grignan à Moulins-lès-Metz

    - Les portes monumentales dans les villages du sud de la Lorraine

    - Les reliques du Bienheureux Charles de Habsbourg-Lorraine à la basilique Saint-Epvre

    ... Et les traditionnelles rubriques : les info's en vrac, les livres, Entre nous...

     

    La Nouvelle revue lorraine est disponible sur abonnement (38 €, 6 numéros) en envoyant ses coordonnées postales et le règlement (à l'ordre de "SEP Helenus") à : La Nouvelle revue lorraine, Le Tremblois, 54280 LANEUVELOTTE.

  • Baptême de S.A.I.R. l’archiduchesse Maria-Stella de Habsbourg-Lorraine

    Bapteme_habsbourg.jpg

     

    Les membres de la famille grand-ducale du Luxembourg ont assisté le 14 décembre dernier au baptême de S.A.I.R. l’archiduchesse Maria-Stella de Habsbourg-Lorraine, née de 11 novembre 2013, fille de l’archiduc Imre d’Autriche et de son épouse Kathleen Walker, devenue par le mariage archiduchesse d’Autriche.

    L’archiduc Imre d’Autriche est le fils de la Princesse Marie-Astrid de Luxembourg et de l'archiduc Christian de Habsbourg-Lorraine, petit-fils du dernier empereur d'Autriche Charles Ier.

    Le baptême s’est déroulé en l’église de Fischbach, au Grand-Duché de Luxembourg.

    Sur la photo, de gauche à droite, de la 1ère à la 2ème rangée :

    S.A.R. le Prince Jean, S.A.R. le Grand-Duc Jean, LL.AA.RR. la Grande-Duchesse et le Grand-Duc, S.A.I.R. l’Archiduchesse Maria-Stella dans les bras de S.A.I.R. l’Archiduchesse Kathleen, S.A.I.R. l’Archiduc Imre, S.A.I.R. l’Archiduchesse Marie-Astrid, le Comte Léopold de Limbourg-Stirum, S.A.I.R. l’Archiduc Christian d’Autriche, S.A.I.R. l’Archiduchesse Yolande

    S.A.R. le Prince Sébastien, S.A.R. le Prince Paul-Louis, LL.AA.RR. la Grande-Duchesse Héritière et le Grand-Duc Héritier, S.A.I.R. l’Archiduchesse Gabriella, S.A.I.R. l’Archiduc Alexander, le Comte Constantin de Limbourg-Stirum dans les bras de S.A.I.R. l’Archiduchesse Marie-Christine, Comtesse de Limbourg-Stirum, le Comte Rodolphe de Limbourg-Stirum, S.A.I.R. l’Archiduc Christoph, S.A.I.R. l’Archiduchesse Adelaïde

    [cliché : ©Cour grand-ducale]

  • Le Bienheureux Charles de Lorraine-Habsbourg à Saint-Epvre

    habsbourg.jpg

    [ER]

  • Mariage de Christoph et Adélaïde de Habsbourg-Lorraine : la Lorraine renoue avec son histoire

    Le mariage de Christoph de Habsbourg-Lorraine, archiduc d’Autriche, avec Adélaïde a suscité l’intérêt bien au-delà des amateurs du gotha.

    adelaide-et-christoph-mariage-princier-a-st-epvre-nancy-photo-pierre-mathis.jpgQuelle formidable idée que d’avoir associé les Lorrains au mariage princier ! Vendredi, à l’occasion du mariage civil, aucune barrière place Stanislas, ce qui leur a permis de faire une haie d’honneur au jeune couple, à ses parents et au Grand-duc Henri de Luxembourg. Samedi, la basilique Saint-Epvre ouverte au public, venu nombreux assister au mariage religieux. Après la cérémonie, voir les invités slalomer au milieu des badauds place Stanislas a donné un air inattendu à ce rendez-vous du gotha européen.

    Nancy et la Lorraine ont ainsi renoué avec leur propre histoire, celle qui les unit à la dynastie Habsbourg-Lorraine. La mort d’Otto, en juillet 2011, qui s’était marié dans la cité ducale en 1951 et y avait célébré ses noces d’or un demi-siècle plus tard, n’a donc pas rompu les liens. L’archiduc Christian, neveu d’Otto et père du marié, reste très attaché à la Lorraine, fidèle en cela au conseil du dernier empereur d’Autriche Charles Ier à Otto, son fils : « Renoncez à tout s’il le faut, mais ne renoncez jamais à la Lorraine ».

    C’est lui qui a eu l’idée de Nancy ; l’efficace entregent du baron Bernard Guerrier de Dumast, chevalier de la Toison d’or, a fait le reste. La foule a su transformer cette union en une fête. L’intérêt des habitants est allé bien au-delà d’une simple curiosité. Comme s’ils se réappropriaient une histoire multiséculaire, à l’instar de ce qu’ils avaient fait lors des expositions Art nouveau en 1999. De bon augure à l’aube de l’année Renaissance, comme l’a rappelé le maire de la ville, André Rossinot, dans l’allocution prononcée lors du lunch, samedi en début d’après-midi. Et ce, même si façonnée par les ducs, puis par des industriels, la région traverse aujourd’hui une période difficile. Au cours de la messe, lors de la prière universelle une intention de prière a d’ailleurs été adressée à Dieu pour la Lorraine.

    Les mariés l’ont donc choisie. Leurs familles y sont liées, non seulement par des racines mais aussi par les engagements militaires et le sang versé. L’Europe aussi, dont le marié est un pur produit par ses parents, les maisons d’Autriche et de Luxembourg. Une Europe dont Otto, qui fut député à Bruxelles et Strasbourg, et dont la fille Walburga a contribué à l’été 1989 à l’ouverture de la frontière hongroise avec l’Autriche, « a inlassablement relayé le message ». Une Europe largement façonnée par nos rois et empereurs et par les mariages dynastiques. À sa façon, la Lorraine ducale y a participé et, située au centre du continent, y participe encore, avec ses voisins allemands, luxembourgeois et belges. Des pays auxquels sont liés les Habsbourg. Ces festivités réussies donneront peut-être des idées à d’autres membres de la famille. Pour la plus grande joie des Lorrains.

    [d’après l’Est Républicain, article de P. Perotto]

  • Nancy : Christoph et Adélaïde se sont dit "oui"

    Ncy_mariage Christoph Habsbourg_28.12.12 09.jpgL’archiduc d’Autriche Christoph de Habsbourg-Lorraine, descendant de Marie-Antoinette et de Sissi, et Adelaïde Drapé-Frisch se sont unis devant Dieu ce samedi à Nancy. La cérémonie a eu lieu ce matin à la basilique Saint-Epvre où des centaines de Nancéiens s'étaient regroupés pour assister à l'événement.

    Christoph de Habsbourg-Lorraine, 24 ans, est le petit-fils du neveu du dernier empereur d’Autriche, Charles Ier.  Son épouse, 22 ans,  est la fille d’un diplomate français.

    Plusieurs familles princières européennes, notamment du Luxembourg et du Lichtenstein, ont assisté à la cérémonie, dont le grand-duc Henri de Luxembourg, parrain du marié.

    Samedi matin, plusieurs milliers de personnes se sont massées devant la basilique Saint-Epvre, un édifice néo-gothique du XIXe siècle dont la famille Habsbourg-Lorraine fut l’un des principaux mécènes.

    La famille Habsbourg-Lorraine est liée de longue date avec la Lorraine et Nancy tout particulièrement où, en 1951, l’archiduc Otto de Habsbourg-Lorraine, avait fait bénir son mariage, et en 2001 avait célébré ses noces d'or.

    L'union de Christoph et Adélaïde a été bénite par Mgr Jean-Louis Papin, évêque de Nancy et de Toul, et la messe a été concélébrée par une vingtaine de prêtres.

    [d'après l'Est Républicain]

  • Nancy : Hommage aux ducs de Lorraine avant le mariage de Christoph de Habsbourg-Lorraine et d’Adélaïde

    Ncy_mariage Christoph Habsbourg_28.12.12 04.jpgUnion princière ce vendredi après-midi à 17h00 à Nancy avec le mariage civil de l'archiduc d'Autriche Christoph de Habsbourg-Lorraine et Adélaïde Drapé-Frisch. La foule des admirateurs a patienté une demi-heure avant de pouvoir acclamer les jeunes mariés qui sont apparus au balcon de l’hôtel de ville.

    Avant cette cérémonie à l'hôtel de ville, la future mariée de Son Altesse Impériale et Royale l'Archiduc Christoph d'Autriche, Mademoiselle Adélaïde Drapé-Frisch, a déposé en fin de matinée un bouquet de roses dans la nécropole des défunts de la famille de Lorraine sous la chapelle ducale des Cordeliers. Une cérémonie privée de prières en souvenir des défunts de la famille de Lorraine avait lieu dans la même chapelle des Cordeliers, en présence de son Altesse Impériale et Royale l'Archiduchesse Marie-Astrid d'Autriche, Son Altesse Impériale et Royale l'Archiduc Christian d'Autriche, au côté de Mgr Papin, évêque de Nancy et de Toul et du père Gonçalvès, de l’Oratoire.

    Ncy_mariage Christoph Habsbourg_28.12.12 01.jpgC'est une tradition. Quand un descendant des ducs de Lorraine se marie à Nancy, la future épouse dépose un bouquet dans la crypte de la chapelle des Cordeliers où reposent les corps. Ce vendredi matin, Adélaïde Drapé-Frisch, à l'élégance discrète dans son ensemble noir, a respecté l'usage. Accompagné de son fiancé et des deux familles, elle a prié et a posé un bouquet de roses blanches sur l'un des cercueils, tandis que son futur beau-père, Christian, neveu de Otto de Habsbourg, effectuait le même geste. Elle a ainsi suivi le chemin emprunté par Regina de Saxe-Meiningen, lorsqu'elle a épousé Otto en 1951. "C'était une très grande émotion et une grande joie de descendre dans cette crypte dans laquelle reposent tant de mes ancêtres", confie dans un parfait français l'archiduc Christian.

    [Est Républicain]

  • Nancy se prépare au mariage de Christoph de Habsbourg-Lorraine et d’Adélaïde

    Le mariage religieux de Christoph de Habsbourg-Lorraine, lointain descendant du dernier duc de Lorraine, et d'Adélaïde Drapé-Frisch aura lieu samedi 29 décembre en la basilique Saint-Epvre de Nancy.

    la-basilique-ou-sera-deroule-un-tapis-rouge.jpg« Les liens entre les Lorraine-Habsbourg et la basilique Saint-Epvre de Nancy, c’est une fidélité réciproque entre les princes et leur paroisse ». Geneviève Tresse, professeur d’histoire en retraite, est la mémoire de Saint-Epvre. Cette érudite en tient une sorte de chronique. Elle est incollable sur les rapports entre les Habsbourg et la basilique, à l’ombre de laquelle elle vit. Elle a gardé un souvenir intact du mariage d’Otto en 1951. « C’était très gai, il y avait des Hongrois en grand uniforme et des Tyroliens qui jouaient de la musique dans les rues ! ».

    La trace de la famille est inscrite un peu partout dans l’édifice où sera célébré le mariage religieux d’Adelaide Drapé-Frisch et de l’archiduc Christoph d’Autriche le 29 décembre. Pour la circonstance, on poussera les feux dans la vaste basilique qui est plutôt fraîche et un tapis rouge y sera déroulé. La famille accrochera des petits bouquets de fleurs aux chaises de l’église. Pour le reste, la famille reste très discrète sur les préparatifs. « C’est un mariage de famille organisé comme un mariage de famille. La mariée aura une robe blanche et sans doute un voile de famille ! » sourit le baron Bernard Guerrier de Dumas, voisin de la basilique et qui fut très proche d’Otto de Habsbourg.

    C’est en 1864 que les travaux de la basilique néogothique ont commencé. « Pour les financer, l’abbé Trouillet qu’on appelait « le mendiant des rois », ou « le roi des mendiants » est allé à quatre reprises à Vienne voir l’empereur François-Joseph qu’il considérait comme un de ses paroissiens. Il a donné 300.000 francs or de l’époque, soit 20 % du montant ! » rappelle Geneviève Tresse. L’habile curé a aussi sollicité l’impératrice Sissi. « A la naissance de Marie-Valérie, raconte Geneviève Tresse, le curé est allé voir Sissi, afin de lui offrir une robe de baptême pour le bébé en dentelle de Lunéville. Touchée, l’impératrice a décidé d’offrir l’autel de la Vierge en souvenir. En fait, l’histoire de cette famille est inscrite un peu partout dans l’église, jusqu’au parvis ».

    Une église où se pressera samedi 29 décembre à 11h00 la famille des deux jeunes mariés, leurs amis et les Nancéiens. Car c’est ainsi qu’ils entendent remercier Nancy et la Lorraine, la terre de leurs ancêtres, en les associant à leur bonheur.

    le-mariage-de-otto-de-habsbourg-et-de-regina-en-mai-1951-a-nancy.jpgUne tradition séculaire veut que, lorsqu’un Habsbourg revient en Lorraine, il fasse une étape à la Chapelle des Cordeliers, « sanctuaire de l’identité lorraine », selon l’expression de l’historien messin Jean François Thull. La famille a même le privilège d’aller dans la crypte, lieu très secret et très privé.

    Cette tradition sera respectée par la jeune Adelaïde qui en fin de matinée, du 28 décembre, juste avant la cérémonie de mariage, ira se recueillir dans la crypte et y déposer un bouquet. « C’est un temps de vénération et de prière sur la tombe des ancêtres de la famille. Ce jeune couple s’inscrit vraiment dans les pas de ses ancêtres, et pour les Lorrains, c’est très touchant », explique Denis Schaming. Avant elle, Marie-Antoinette qui n’était pas encore Reine de France, mais fille de la puissante impératrice Marie-Thérèse d’Autriche et de François III duc de Lorraine, est venue elle aussi déposer des fleurs aux Cordeliers. La jeune Autrichienne était sur la route qui la conduisait à Paris, vers son destin français.

    La belle et errante Sissi est également passée par Nancy. On sait même qu’elle est allée sur la Colline de Sion, autre lieu inspiré, cher au souvenir des Lorraine-Habsbourg.

    C’est dans cette église des Cordeliers qu’avait été célébré en mai 1951 le fastueux mariage d’Otto et Régina. L'archiduchesse avait aussi déposé une corbeille de fleurs au pied de l’autel. La ville était décorée aux couleurs des drapeaux lorrains, français et autrichiens. Dans les rues, on jouait des valses. Le cortège nuptial comptait des chevaliers de la Toison d’or, vingt et un archiducs, dix-sept princes et princesses...

    Adelaïde et Christoph s’uniront à la basilique Saint-Epvre le 29 décembre devant Mgr Papin, évêque de Nancy et de Toul, primat de Lorraine. Sans doute plus simplement.

    [Est Républicain]

     
  • Mariage de l'archiduc Christoph de Habsbourg-Lorraine à Nancy les 28-29 décembre

    habsbourg.jpg

    [Vosges Matin]

  • Nancy - 20 octobre : Messe des Ducs à la chapelle des Cordeliers

     

    lorraine armoiries.jpg

     

    La messe à la mémoire de la famille des ducs de Lorraine et de Bar sera célébrée

    samedi 20 octobre 2012 à 15h00

    par le Père François Weber, de l'Oratoire Saint-Philippe Néri, curé de la basilique Saint-Epvre de Nancy, 

    en l'église des Cordeliers, à côté du palais ducal de Nancy, avec la participation de la chorale Choralliance

  • Marie-Thérèse de France, l'orpheline du Temple

    marie therese.gifMarie-Thérèse Charlotte de France (1778-1851), la fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, demeure un personnage mal connu. Souvent cité sous le surnom de "Madame Royale", voire de "Mousseline", le petit nom donné par sa mère Marie-Antoinette de Habsbourg-Lorraine, elle était plutôt, pour ses contemporains, "l'orpheline du Temple", le lieu d'emprisonnement de la famille royale après la chute de la monarchie en 1792.

    Marie-Thérèse est la seule de la famille à en sortir vivante, en 1795. Elle sort de cette épreuve meurtrie à jamais, mais auréolée d'une légitimité dynastique et politique hors norme pour une princesse française, exclue du trône par la loi salique. Elle devient, parce qu'elle a partagé les souffrances de ses parents considérés comme des martyrs par les légitimistes, une héroïne romanesque et un objet du culte pour l'ensemble des partisans de la royauté.

    De la même façon, son oncle Louis XVIII, qu'elle rejoint en exil et qui remonte sur le trône de France en 1814, fait d'elle le coeur de l'idéologie royale de la Restauration. Fille de France, dauphine de France par son mariage avec son cousin germain le duc d'Angoulème, elle défend tout au long de sa vie, avec intransigeance, ses conceptions d'une monarchie traditionnelle ancrée dans la chrétienté. Aux yeux des royalistes, elle en est arrivée à incarner, jusqu'à sa mort en Autriche en 1851, la royauté française à son crépuscule. Napoléon saluera en elle "le seul homme de la famille" et Chateaubriand dira d'elle qu'elle est "une des grandeurs de la France".

    Pour les Lorrains, Marie-Thérèse de France incarne aussi la descendance de la Maison de Habsbourg-Lorraine, puisque dans ses veines coule le sang du dernier duc héréditaire de Lorraine, François III, devenu l'empereur François Ier, père de Marie-Antoinette et grand-père de Marie-Thérèse. Et ne porte d'ailleurs t-elle pas les prénoms de sa grand-mère, Marie-Thérèse d'Autriche ?

    L'auteur, Hélène Becquet, ancienne élève de l'Ecole nationale des Chartes, est maître de conférence à l'IEP Sciences-Po Paris.

     

    ‡ Marie-Thérèse de France. L'orpheline du Temple, Hélène Becquet, éditions Perrin, 2012, 414 p. (24 €).

  • François-Ferdinand d'Autriche

    francois ferdinand.jpgSarajevo, 28 juin 1914. Alors que l'archiduc François-Ferdinand de Habsbourg-Lorraine, neveu de François-Joseph et héritier du trône d'Autriche-Hongrie, travers la ville, il est abattu à coup de pistolet ainsi que son épouse Sophie Chotek, duchesse de Hohenberg.

    L'Autriche, suspectant la Serbie voisine d'avoir commandité l'assassinat, lui pose un ultimatum qu'elle refuse. Par le jeu successif des alliances, la Première Guerre mondiale éclate un mois plus tard.

    Cette biographie remarquée met en lumière la personnalité méconnue de François-Ferdinand d'Autriche, prince réformateur en politique et iconoclaste dans sa vie privée, descendant des dernières ducs héréditaires de Lorraine. Derrière la vie de l'homme, elle dresse le tableau d'un empire au crépuscule, écartelé entre fédéralisme impossible et réaction mortifère.

    L'auteur, Jean-Louis Thiériot, avocat et historien, est un fin connaisseur de l'Autriche.

     

    ‡ François-Ferdinand d'Autriche, Jean-Louis Thiériot, éditions Perrin, collection Tempus, 2011, 537 p. (11 €).

  • Centenaire du mariage de Charles de Habsbourg-Lorraine et Zita de Bourbon-Parme

    Zita.jpg

    Zita de Bourbon-Parme

     
    L'Association pour la béatification de l'impératrice Zita, épouse et mère,
    et la Ligue de la Prière pour la canonisation du Bienheureux Charles d'Autriche,

    vous invitent à participer à la journée du 22 octobre 2011

    à l'occasion du centième anniversaire de leur mariage le 21 octobre 1911
     

    bienheureux-charles-1er.jpg

    S.A.I. et R. Charles Ier de Habsbourg-Lorraine

     

    Consultez le programme ici : Programme 22 octobre 2011.pdf

  • 100ème anniversaire du mariage de Zita et Charles Ier de Habsbourg-Lorraine

    charles Ier et Zita de habsbourg lorraine.jpgEn 2011, nous fêtons le centième anniversaire du mariage de l’Impératrice Zita avec le Bienheureux Empereur Charles d’Autriche (21 octobre 1911 – 21 octobre 2011), l’Association pour la Béatification de l’Impératrice Zita, présidée par Jean Sévilliaconvie les personnes intéressées à une rencontre afin de mieux connaître la vie de Zita, dont le procès de béatification s’est ouvert en 2009 dans le diocèse du Mans. Le témoignage de l’Impératrice Zita possède une signification pour nos jours : c’est ce que l'association souhaite faire ressortir lors de cette journée rencontre du 5 mars 2011.

    Cette rencontre aura lieu en l'église Sainte-Elisabeth de Hongrie, à Paris. La sainte patronne de cette paroisse, Sainte Elisabeth de Hongrie (1207-1231), était une ancêtre de l’Impératrice Zita. Un temps sera consacré à une réflexion sur la famille d’aujourd’hui, au regard de la vie de l’Impératrice Zita et de son exemple.

    Le programme de cette journée 'RENCONTRE à SAINTE-ELISABETH DE HONGRIE' 195 rue du Temple 75003 PARIS

     Samedi 5 mars 2011

     16 h 00   Accueil à la Paroisse Sainte-Elisabeth de Hongrie

     16 h 15   Monsieur Jean Sévillia : L'Impératrice Zita, un destin chrétien

     16 h 45   Madame Elizabeth Montfort, Secrétaire générale de l’Association pour la Béatification de l’Impératrice Zita : L'Impératrice Zita et son attachement à la famille : quel témoignage pour la société du XXIe siècle ?

    17 h 15   Monsieur l'abbé Cyrille Debris, Postulateur de la cause de béatification de l’Impératrice Zita : L'exercice de la charité dans la vie de l'Impératrice Zita

    17 h 45   Dédicace de livres sur l’Impératrice Zita et l’Empereur Charles d’Autriche

    18 h 30   Sainte Messe                

    19 h 45   Collation amicale

    20 h 30   Concert de chants sacrés au profit des œuvres de l'Ordre de Malte par le Duo Canticel, Catherine Dagois et Edgar Teufel (orgue et contralto)

     

    >> Renseignements et contract : www.beatification-imperatrice-zita.org 

  • Le dernier empereur : Charles de Lorraine-Habsbourg

    dernier empereur.jpgVoici un bon ouvrage que tout lorrain amateur d'histoire régionale se doit de possèder... et de lire. Jean Sévillia nous brosse une remarquable biographie de Charles d'Autriche (ou de Habsbourg-Lorraine), dernier empereur d'Autriche-Hongrie, descendant direct du dernier duc héréditaire de Lorraine, François III. L'actuel achiduc Otto de Habsbourg-Lorraine, grand ami de la Lorraine, est son fils aîné.

     

    Vienne, 1916. L'empereur François-Joseph meurt après 68 ans de règne. Son successeur est son petit-neveu, Charles Ier. Agé de 29 ans, accédant au trône en pleine guerre, le nouveau souverain possède un programme : la paix, les réformes. Négociant en secret avec les Alliés, il fait l'impossible pour sortir son pays du conflit, mais ses efforts n'aboutissent pas. Proche du peuple, attentif aux questions sociales, il imprime un nouveau style à la monarchie des Habsbourg, mais sa volonté novatrice n'est pas toujours comprise.

     

    En 1918, la guerre est perdue pour les puissances centrales, la Double Monarchie se disloque et Charles Ier de Habsbourg-Lorraine doit quitter le pouvoir. Réfugié en Suisse, il tente par deux fois de retrouver sa couronne en Hongrie. Après cet échec, la famille impériale est reléguée à Madère. Sans ressources, elle y fait l'épreuve du dénuement. Cette page sombre, vécue chrétiennement, s'achève dans le drame : le 1er avril 1922, le dernier empereur meurt à l'âge de 34 ans. L'impératrice Zita, son épouse, attend alors son huitième enfant.

     

    En le béatifiant en 2004, le pape Jean-Paul II a voulu faire de Charles d'Autriche une figure spirituelle pour notre temps, offrant en modèle son amour de la paix et de la justice, et son humilité.

     

    >> Le dernier empereur, Charles d'Autriche 1887-1922, Jean Sévillia, éditions Perrin, 2009, 357 p. (21,80 €)