Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

benoît xvi

  • Vatican : le pape émérite Benoît XVI a fêté ses 88 ans

     

    Le Pape émérite Benoît XVI fête ce jeudi 16 avril 2015 ses 88 ans. À cette occasion, le souverain pontife Sa Sainteté François a célébré sa messe matinale à l’intention de son prédécesseur. « Je voudrais rappeler qu’aujourd’hui, c’est l’anniversaire du Pape Benoît XVI » a déclaré le Saint-Père invitant « à prier pour lui, afin que le Seigneur le soutienne et lui apporte beaucoup de joies et de bonheur ». Plus de deux ans après sa renonciation, Benoît XVI mène une vie de prière au sein du monastère Mater Ecclesiae, situé au cœur des jardins du Vatican. En cette journée anniversaire, il a reçu de nombreux témoignages d’affection à travers les réseaux sociaux.

    L’ancien second secrétaire de Benoît XVI, Mgr Alfred Xuereb, interrogé par la presse italienne, souligne que l’affection envers le Pape émérite est « encore plus importante aujourd’hui ». « Il va bien, a-t-il déclaré, il est resté le même, toujours affectueux ». Il dégage « une grande sérénité », a ajouté Mgr Alfred Xuereb, interrogé sur la renonciation du Pape Benoît XVI, souhaitant que chacun « découvre le belle humanité de cet homme, le contraste entre d’un côté sa grande humilité et de l’autre son immense capacité intellectuelle, sa capacité de transmettre des pensées profondes ». 

    [source : L'Osservatore Romano]

  • Messe de l'Immaculée Conception et prière pour la vie

     

    Fête Immaculée Conception_2014 002.JPG

    Messe de l'Immaculée Conception le 8 décembre 2014 en l'église Marie-Immaculée de Nancy [cliché : H&PB].

     

    Prière pour la vie

    du pape Benoît XVI

    Seigneur Jésus,
    qui, fidèlement, visite et comble de ta Présence
    l’Eglise et l’histoire des hommes,
    Toi qui, dans l’admirable Sacrement de ton Corps et de ton Sang
    nous fais participer de la Vie divine
    et nous donnes un avant-goût de la joie de la Vie éternelle,
    nous t’adorons et nous te bénissons.
    Prosternés devant toi, la source de la vie, et qui l’aime,
    réellement présent et vivant au milieu de nous, nous te supplions :
    Réveille en nous le respect pour toute vie humaine naissante,
    rends-nous capables de discerner dans le fruit du sein maternel
    l’œuvre admirable du Créateur,
    dispose nos cœurs à l’accueil généreux de tout enfant
    qui vient à la vie.
    Bénis les familles,
    sanctifie l’union des époux,
    rends fécond leur amour.
    Accompagne de la lumière de ton Esprit
    les choix des assemblées législatives,
    pour que les peuples et les nations reconnaissent et respectent
    le caractère sacré de la vie, de toute vie humaine.
    Guide le travail des scientifiques et des médecins,
    afin que le progrès contribue au bien intégral de la personne
    et qu’aucun être ne soit supprimé ou ne souffre l’injustice.
    Donne une charité créative aux administrateurs et aux financiers,
    pour qu’ils sachent pressentir et promouvoir des moyens suffisants
    afin que les jeunes familles puissent s’ouvrir sereinement
    à la naissance de nouveaux enfants.
    Console les époux qui souffrent
    de l’impossibilité d’avoir des enfants
    et, dans ta bonté, pourvois!
    Eduque-nous tous à prendre soin des enfants orphelins ou abandonnés,
    afin qu’ils puissent faire l’expérience de la chaleur de ta charité,
    de la consolation de ton divin Cœur.
    Avec Marie, ta Mère, la grande croyante,
    dans le sein de laquelle tu as assumé notre nature humaine,
    nous attendons de toi, notre unique et vrai Bien et Sauveur,
    la force d’aimer et de servir la vie,
    dans l’attente de vivre toujours en toi,
    dans la Communion de la Trinité Bienheureuse.

    Fête Immaculée Conception_2014 006.JPG

    Fête Immaculée Conception_2014 010.JPG

    Fête Immaculée Conception_2014 014.JPG

    [H&PB]

  • "D'un pape à l'autre" : conférence à Nancy le 1er octobre 2013

    papes.jpg

  • Lettre encyclique "Lumen Fidei" du Pape François

    lumen fidei.jpgEcrite à quatre mains, Lumen Fidei - la lumière de la foi - est la première encyclique de Sa Sainteté le Pape François qui reprend à son compte le texte commencé par le pape émérite Benoît XVI et le complète.

    Ainsi se clôt la trilogie sur les trois vertus théologales - foi, espérance, charité - initiée par Deus caritas est et Spe Salvi. "En raison de son lien avec l'amour, la lumière de la foi se met au service concret de la justice, du droit et de la paix. La foi naît de la rencontre avec l'amour originaire de Dieu en qui apparaît le sens et la bonté de notre vie ; celle-ci est illuminé dans la mesure même où elle entre dans le dynamisme ouvert par cet amour. Celui qui croit, voit ; il voit avec une lumière qui illumine tout le parcours de la route, parce qu'elle nous vient du Christ ressuscité, étoile du matin qui ne se couche pas."

     

    ‡ Lettre encyclique Lumen Fidei, Pape François, Parole et Silence / éditions du Rocher, 2013, 83 p. (4,90 €).

  • "Jésus-Christ", par le R.P. Berthe

    jésus christ.jpgDepuis la publication du livre d'Ernest Renan en 1863 sur Jésus, qui a créé un scandale car il remettait en cause la véracité de beaucoup de récits de l'Evangile sans contester son existence, de nombreux auteurs et chercheurs se sont penchés sur ce personnage en soutenant différentes thèses. Dans son récent livre Jésus, l'historien Jean-Christian Petitfils a fait le point sur le Jésus historique en intégrant le dernier état des découvertes, notamment archéologiques.

    Le présent ouvrage a un tout autre but. Il ne fait aucune exégèse de la véracité des Evangiles. Le Révérend Père Berthe expose en revanche, dans une langue vivante et très imagée, les différents épisodes de la vie du Christ, ce qui en fait une biographie fascinante et, bien que publiée en 1922, elle conserve toute sa fraîcheur et son actualité pour notre monde d'aujourd'hui. On découvre ainsi certains détails de la vie de Jésus, même si on en connaît quelques bribes à la lecture des Evangiles.

    Voilà pourquoi ce livre, publié il y a presque un siècle, tiré à près d'un million d'exemplaires et qui a rencontré à l'époque un immense succès, est un complément indispensable pour les croyants - mais également pour les agnostiques ou les hommes en recherche de Dieu - de la connaissance souvent parcellaire qu'ils ont de cette personnalité hors du commun et qui est le fondateur, il y a 2000 ans, de la religion la plus importante de l'histoire de l'humanité.

    Et comme l'a encore écrit récemment Sa Sainteté le pape Benoît XVI : "c'est la vie du Christ qui nous interpelle". Alors, n'hésitons pas à redécouvrir - ou à découvrir ! - cette vie étonnant à plus d'un titre en cette Année de la Foi voulue par notre pape Benoît XVI, désormais émérite.

     

    ‡ Jésus-Christ, R.P. Berthe, éditions France-Empire, 2013, 491 p. (22 €).

  • Le blason de Sa Sainteté le Pape François

    blason pape françois.jpg

     

    Le site Internet du Saint-Siège vient de publier le blason officiel du Pape François.

    Le bouclier bleu est surmontée par les symboles de la dignité papale, les mêmes que celles de son prédécesseur Benoît XVI (mitre placée entre les clés croisées d'or et d'argent, liées par un cordon rouge). Au sommet, se dresse l'emblème de l'ordre d'origine du pape, la Compagnie de Jésus, un soleil radieux et flamboyant avec les lettres IHS, monogramme du Christ. La lettre H est surmontée d'une croix, à la pointe, les trois clous en noir.

    Dessous, l'étoile et la fleur de nard. L'étoile, selon l'ancienne tradition héraldique, symbole de la Vierge Marie, Mère du Christ et de l'Eglise, tandis que la fleur de nard montre saint Joseph, patron de l'Eglise universelle. Dans la tradition iconographique hispanique, en fait, Saint-Joseph est représenté tenant une branche de nard pur. En plaçant ces images dans son bouclier, le Pape a voulu exprimer sa dévotion particulière à la Vierge Marie et à saint Joseph.

    La devise du pape est tirée des Homélies de saint Bède le Vénérable, prêtre, qui, commentant le récit évangélique de la vocation de saint Matthieu écrit : « Vidit ergo lesus publicanum et quia miserando atque eligendo vidit, ait illi Sequere me » (Jésus vit un collecteur d'impôts et, comme il le regardait avec miséricorde le choisit, puis lui dit : Suis-moi).

    Cette homélie est un hommage à la miséricorde de Dieu et est reproduite dans la Liturgie des Heures de la fête de saint Matthieu. Elle a une signification particulière dans la vie spirituelle du pape : en la fête de saint Matthieu, en 1953, le jeune Jorge Mario Bergoglio connu à l'âge de 17 ans, d'une manière très spéciale, la présence l'amour de Dieu dans sa vie. Suite à une confession, il se sentit touché par la miséricorde de Dieu, l'appelant à la vie religieuse, à l'instar de saint Ignace de Loyola. Une fois élu évêque, Mgr Bergoglio, en souvenir de l'événement qui a marqué le début de sa consécration totale à Dieu dans son église, a décidé de choisir comme devise et mode de vie, l'expression de saint Bède le Vénérable.

    [source : Le Salon Beige]

  • 31e pèlerinage de Notre-Dame de Chrétienté : 18, 19 et 20 mai 2013

    p1.jpg

    p2.jpg

     

    ‡ Plus d'info's sur le site de Notre-Dame Chrétienté : www.nd-chretiente.com 

  • "La Barrette de Saint-Pierre" de Nancy de mars 2013

    Benoit-XVI.jpg

    Sa Sainteté Benoît XVI, pape émérite.

     

    Dans le cadre de l'Année de la Foi, nous proposons à nos lecteurs de découvrir le bulletin paroissial de mars édité par la Communauté latine attachée à l'église Saint-Pierre de Nancy :

    La Barrette St-Pierre Nancy mars 2013.pdf

    On peut s'abonner par voie postale à La Barrette de Saint-Pierre des Latins en adressant une demande à abbefh@gmail.com 

     


    Vous pourrez également lire l'homélie donnée par l'abbé Husson lors de la messe d'action de grâce pour le pontificat de Benoît XVI, célébrée en l'église Saint-Pierre jeudi 28 février, à l'occasion du dernier jour du souverain pontificat du pape :

    Homélie messe action de grâce Pontificat Benoît XVI.pdf


    [plus d'info sur www.eglise-st-pierre-nancy.fr]


  • 28 février 2013 : messes d'action de grâce pour le pape Benoît XVI en Lorraine

    pape benoît XVI.jpg

    Sa Sainteté le pape Benoît XVI.

     

    Jeudi 28 février à 18h30 en l'église Notre-Dame  d'Epinal

    Mgr Jean-Paul Mathieu, évêque de Saint-Dié, célébrera une messe d’action de grâces pour le Pontificat de Benoit XVI et de prières pour le Conclave

     

    * * *

    Jeudi 28 février à 19h00

    Messe d'action de grâce

    célébrée par Mgr Jean-Louis Papin, évêque de Nancy & de Toul,

    en la cathédrale Notre-Dame de l'Annonciation de Nancy

    * * * 

    Jeudi 28 février à 18h30

    Messe votive en action de grâce pour le pontificat du pape Benoît XVI

    célébrée par l'abbé Husson en l'église Saint-Pierre de Nancy

    (rite extraordinaire, missel de 1962)

  • Le printemps du Vatican

    b16.jpgLa dignité du geste du pape Benoît XVI, son sens du respect de ses responsabilités sont historiques. Une rigueur germanique s’est imposée dans la gestion d’une gouvernance efficace. C’est un signe pour ses successeurs. Le monde moderne exige un pape actif et en pleine possession de tous ses moyens, une adaptation de la forme d’une mission qui n’implique en rien une modification du fond. Une leçon pour les politiques ou les religieux au pouvoir qui s’accrochent.

    Mais qui parlera, par opposition aux hivers des dictateurs arabes, d’un printemps au Vatican ?

    Les médias n’ont vu que l’écume de l’évènement. Ils ont laissé entendre que le pape renonçait, finalement, face à des échecs, qu’il reconnaissait une crise entre l’Eglise et les croyants, crise qu’il était incapable de résoudre en raison de son âge et de son conservatisme, entendez de sa sclérose intellectuelle. D’ailleurs, ils ont déjà désigné le nouveau pape, dans de « petits » conclaves, un pape plus jeune et beaucoup plus progressiste et forcément de couleur. L’idéal serait en fait au bout du compte que le prochain pape ne soit pas catholique.

    On notera tout de même que c’est lors de la canonisation des 800 martyrs d’Otrante (massacrés par les Turcs lors du siège de leur ville en 1480 pour avoir refusé de se convertir à l’islam) que Benoît XVI a annoncé sa décision. L'importance du port de cette cité de la grande Grèce lui fit assumer le rôle de pont entre Orient et Occident, et Otrante devint un centre byzantin puis normand, angevin et aragonais. La cathédrale, construite entre 1080 et 1088 et modifiée par la suite, est le reflet de ces dominations successives. A Otrante, le 11 septembre 1227, mourut de malaria le landgrave de Thuringe, époux d'Élisabeth de Hongrie.

    Le 28 juillet 1480, une flotte turque de cent navires commandée par Kedük Ahmed Pacha se présenta devant Otrante. La ville fut prise d'assaut le 11 août : « Sur les 22 000 habitants, 12 000 furent impitoyablement massacrés : ceux dont on espérait une forte rançon, ou qui pouvaient se vendre avantageusement, furent réduits en esclavage (...) L'archevêque, les prêtres et le commandant d'Otrante furent sciés en deux ». Voilà l’humanisme musulman…

    Les Turcs détruisirent  le monastère de San Nicola di Casole un peu plus au sud. Dans ce monastère, les moines avaient constitué la plus vaste bibliothèque de l'époque en Occident et avaient institué la première forme de collège de l'histoire, qui accueillait des escholiers de toute l'Europe. Ce fut l'un de ces religieux, Pantaléon, qui composa dans la cathédrale, la plus grande mosaïque d'Europe. Trois mois plus tard, Otrante fut réoccupée par les Aragonais.

    Les médias ne savent rien de l’histoire, mais la papauté, elle, n’oublie rien, ni les souffrances, ni les revers, ni les reconquêtes. Rien n’est jamais définitif pour celui qui connaît son passé et ne renonce pas à maîtriser son futur. Pour les catholiques, Benoit XVI a rempli sa tâche puis se retire pour la gloire de son Eglise, renonçant au pouvoir. Un exemple. Et c’est pourquoi Benoit XVI est grand. Et c'est pourquoi aussi l'Eglise catholique est étonnament moderne.

    [source : Metamag]

  • Mgr Mathieu et la renonciation de Benoît XVI

    benoit 16.jpg

    Deo gratias !

    En apprenant la renonciation de Sa Sainteté Benoît XVI au souverain pontificat, Mgr Jean-Paul Mathieu, évêque de Saint-Dié, n’a pu cacher une sincère émotion. Il a notamment déclaré :

    mgr mathieu-benoit XVI.jpg« (…) J’étais devant lui il y a deux mois lors d’une visite Ad Limina. Il était en toute possession de ses moyens intellectuels, mais il était visiblement épuisé. Il marchait à très petits pas et sa voix était presque inaudible. Je tire mon chapeau à cet homme qui a su prendre une décision certainement difficile.

    Je suis très ému aussi, car c’est lui qui m’avait appelé à l’épiscopat. Benoît XVI a été un pape qui a beaucoup travaillé à la réconciliation de la foi et de la raison, à la réconciliation avec nos frères traditionalistes.

    Il savait se placer devant les grandes questions du monde d’aujourd’hui. Il portait une grande attention à la dignité de l’homme, au droit au travail pour tous, à l’évolution de la société… J’engage à relire ses discours. Remarquable de foi, il savait conduire les choses à l’essentiel. Il est un peu tôt pour en parler, mais j’attends du prochain souverain pontife qu’il soit un vrai pape, comme l’ont été ses prédécesseurs ! Bien sûr, un nouveau pontificat doit faire face à des idées neuves et prendre en compte l’extrême diversité de l’Église dans le monde. Ce n’est pas la couleur de peau qui compte… »

    [source : Riposte catholique]

  • L'enfance de Jésus

    enfance jesus.jpgLe pape Benoît XVI nous propose le troisième opus sur Jésus. Sans être pour autant le troisième tome de cette "saga". Il s'en explique.

    Lors de la présentation de l'ouvrage à la presse, le Saint-Père précisa : "Ce livre se veut une porte d'entrée à mes deux précédents ouvrages consacrés à la figure et au message de Jésus de Nazareth. J'ai cherché à interpréter, en dialoguant avec des exégètes d'hier et d'aujourd'hui, ce que Matthieu et Luc racontent, aud ébut de leurs évangiles, sur l'enfance de Jésus.

    "Une interprétation juste, selon moi, requiert deux étapes. D'abord, il faut se demander ce qu'on voulu dire, à leur époque, les auteurs de ces textes -c'est la composante historique de l'exégèse. Mais il ne faut pas laisser le texte dans le passé. La seconde question doit être : 'Ce qui est dit est-il vrai ? Cela me regarde-t-il ? Et si cela me regarde, de quelle façon ?'

    "Je suis bien conscient que toute interprétation reste en deçà de la grandeur du texte biblique. J'espère que ce petit livre, malgré ses limites, pourra aider de nombreuses personnes dans leur chemin vers et avec Jésus."

     

    ‡ L'enfance de Jésus, Joseph Ratzinger / Benoît XVI, éditions Flammarion, 2012, 186 p. (15 €).

  • Les voix de la foi

    foi,église,catholicisme,christianisme,théologie,catéchisme,françois huguenin,benoît xviIllustrer et expliquer l'histoire du catholicisme par le choix d'un certain nombre de textes (202 précisément), cela semblera a priori une gageure ! Et pourtant, ce fort livre de François Huguenin nous montre que le défit pouvait être victorieusement relevé. En effet, les textes retenus, de deux à cinq pages, allant des origines du christianisme à l'époque actuelle, aident à comprendre le catholicisme dans les trois thématiques visées par l'auteur : l'intelligence de la foi ou le "développement du dogme", le rapport au monde et aux autres, la relation intime à Dieu, c'est-à-dire la mystique. La sélection, forcément discutable, nous semble en réalité particulièrement pertinente, car elle éclaire réellement l'histoire de l'Eglise sur des périodes charnières ou des points parfois controversés. L'auteur donne une priorité aux grandes figures du catholicisme, tout particulièrement en théologie et en spiritualité, et la lecture de tous ces grands noms impressionne et montre combien le christianisme tient une place centrale dans l'histoire de l'intelligence humaine et de la culture, combien foi et raison se conjuguent et non ne s'opposent, ce qui donne à cet ouvrage finalement une dimension apologétique originale.

    L'intérêt de ce livre ne tient pas qu'aux textes produits. Ces derniers sont éclairés par d'excellentes présentations et mises en perspectives de l'auteur, qui s'appuie systématiquement sur le Catéchisme de l'Eglise catholique pour les questions doctrinales, et qui propose pour chaque thème une bibliographie pour aller plus loin. Et, d'une façon plus approfondie, les quatre grandes parties chronologiques sont introduites par de substantielles études abordant les problèmes spécifiques à chaque période. La dernière est peut-être la plus difficile à expliquer, tant l'Eglise semble avoir changé sur maints sujets. François Huguenin se place ici dans la perspective de "l'herméneutique de la continuité" chère à Benoît XVI : "Le catholicisme a donc témoigné, en un siècle, de sa capacité à intégrer l'anthropologie moderne de la liberté tout en résistant au relativisme et à l'absolutisation de la liberté individuelle, en continuant à proclamer qu'il existe une vérité".

    [présentation du livre par Christophe Geffroy, in La Nef, n° 236, avril 2012]

    L'auteur, François Huguenin, est notamment l'auteur de La République xénophobe, du Conservatisme impossible et de L'Action française, une histoire intellectuelle.

     

    ‡ Les voix de la foi. Vingt siècles de catholicisme par les textes, François Huguenin, éditions Perrin, 825 p. (29 €).

  • La Liturgie de l'Esprit

    eglise,liturgie,marc aillet,évêque,bayonne,benoit XVI,rite extraordinaire,rite ordinaire,pie V,jean XVIII,paul VI,latin,messeVoilà une brochure d'une lecture limpide sur un sujet qui peut, lui, paraître plus... mystérieux. L'évêque de Bayonne explique en quelques pages un thème qui tient à coeur au pape Benoît XVI : la nécessité pour les chrétiens catholiques de renouer avec le sens sacré de la liturgie de la messe.

    L'importance de la liturgie et du culte dans la vie chrétienne est depuis longtemps au coeur de l'enseignement du pape Benoît XVI. Mgr Marc Aillet se fait ici l'écho de cette volonté. Il dégage un certain nombre de lignes de force qui permettront de retrouver l'authentique esprit de la liturgie en assumant la vénérable tradition multiséculaire de l'Eglise. Pour lui, l'ancien missel, publié par Jean XVIII en 1962 (messe en latin), et celui de Paul VI de 1969 (messe en langue vernaculaire) se complètent et doivent s'enrichirent mutuellement afin, surtout, de permettre la célébration de liturgies dignes.

    Un petit ouvrage clair et accessible d'un évêque qui réaffirme la place unique et centrale de la messe dans la vie de l'Eglise et des croyants.

    Mgr Aillet est évêque de Bayonne, Lescar et Oloron (Pyrénées atlantiques). Docteur en théologie, il est issu de la Communauté Saint-Martin. Il fut aumônier de lycée, curé de paroisse et vicaire général du diocèse de Fréjus-Toulon.

     

    ‡ La Liturgie de l'Esprit, Mgr Marc Aillet, éditions Artège, 2012, 62 p. (6,90 €).

  • Mon frère, le Pape

    eglise,catholique,vatican,pape,benoit XVI,georg ratzinger,joseph ratzinger,éditions bayardLes éditions Bayard publient le livre événement du Père Georg Ratzinger, frère de Sa Sainteté le Pape Benoît XVI, à l'occasion du soixantième anniversaire de l'ordination des deux frères et du voyage du Saint Père en Allemagne en septembre dernier. Il s'agit d'une longue conversation fouillée, réalisée par l'historien et journaliste allemand Michael Hesemann, et traduite en français.

    Dans cet ouvrage, Georg Ratzinger confie de nombreux secrets de famille portant sur l'enfance et la formation des deux frères. Notamment sur leur engagement dans l'armée allemande pendant la seconde guerre mondiale et l'opposition de Joseph Ratzinger et de sa famillle à l'idéologie nationale-socialiste.

    Il révèle des détails concernant la vocation du futur pape, ses passions, ses nombreuses interrogations sur les charges successives qui lui ont été confiées au sein de l'Eglise.

    Ce témoignage majeur et émouvant de celui qui connaît le mieux le Pape Benoit XVI est accompagné de nombreuses photos inédites extraites de l'album familial des Ratzinger.

    Georg Ratzinger, prêtre et chef de choeur, est le frère aîné du Pape Benoît XVI. Il a dirigé pendant plus de 30 ans le célèbre choeur de la cathédrale de Ratisbonne.

     

    ‡ Georg Ratzinger, Mon frère, le Pape, entretien avec Michael Hesemann , éditions Bayard, 2011, 320 p., ill. (19,90 €).

  • "Nos coups de coeur" : une nouvelle rubrique de votre blog préféré

    Dans cette rubrique, nous vous présenterons ponctuellement des ouvrages (ou toute autre activité ou opinion) qui sortent du cadre purement vosgien et lorrain. Pour inaugurer cette nouvelle rubrique, nous vous proposons un livre d'entretien avec le Père Michel Viot, paru aux éditions de L'Homme Nouveau.

    luther,benoit XVI,protestant,catholique,église,michel viot,franc-maçonnerie,grande loge de france,grande loge nationale française,robert boulin,messe,vatican IIDans cet ouvrage, l'abbé Viot raconte son itinéraire hors du commun : militant socialiste, ordonné pasteur luthérien en mai 1968, les émeutes estudiantines le conduisent à rompre avec l'idéologie de gauche. Il devient pasteur puis évêque luthérien en région parisienne. Entré en franc-maçonnerie à la Grande Loge de France, il accède aux différents grades jusqu'à celui de vénérable et de grand officier, membre des instances dirigeante de l'obédience. C'est là qu'il rencontre Robert Boulin, ministre de Valéry Giscard d'Estaing, et dirige son initiation maçonnique avant de nouer une amitié qui durera jusqu'à la mort tragique du ministre. En 1987, Michel Viot quitte la GLDF pour la Grande loge nationale française, plus conforme à ses options chrétiennes.

    Le Père Viot fait le choix réfléchi de quitter en 2000 la franc-maçonnerie et intègre l'Eglise catholique en 2001. Personnalité atypique, il a côtoyé les grands de l'Eglise comme ceux de l'Etat. Son livre explique son cheminement, dévoile des aspects méconnus de l'affaire Boulin, aborde la question de la laïcité et de l'islam en France, propose un regard original sur le monde carcéral, l'oecuménisme, le débat liturgique sur la messe d'avant et d'après le concile Vatican II, ou les accusations contre Pie XII et Benoît XVI.

    luther,benoit XVI,protestant,catholique,église,michel viot,franc-maçonnerie,grande loge de france,grande loge nationale française,robert boulin,messe,vatican IIEn homme libre, le Père Michel Viot a décidé de parler en témoin irrécusable, sans crainte de bousculer les idées reçues.

    Né en 1944, l'abbé Viot est aujourd'hui curé de paroisse et aumônier de prison dans le diocèse de Blois.

     

    ‡ De Luther à Benoît XVI, Père Michel Viot, éditions de L'Homme Nouveau, 2011, 247 p. (19 €).

  • Jésus de Nazareth, par Benoît XVI

    jesus de nazareth.jpgEn ce temps de Carême, nous faisons une petite exception à notre recension habituelle d'ouvrages lorrains en présentant le dernier ouvrage du pape Benoît XVI : Jésus de Nazareth.

    Le Souverain Pontife renoue, avec cet ouvrage, avec un genre littéraire où il est à l'aise : le grand exposé sur la foi. Dans ce cadre, il se détache de l'actualité et son propos gagne en liberté. Avec une sorte de force paisible et équilibrée, le Saint-Père ouvre donc à nouveau le dossier "Jésus". Mais pour autant, cette tranquillité de ton n'entame pas la gravité et l'importance du sujet. Il ne s'agit en effet rien de moins que du coeur du christianisme, les derniers moments du Messie, sa Passion, sa mort et sa résurrection. Les question-clé de la foi.

    Ce livre de théologie biblique se laisse découvrir à travers des chapitres accessibles à tous qui ouvrent autant la réflexion que la méditation. En ce sens, le livre répond tout à fait aux attentes d'un lecteur moderne qui n'est pas féru de science théologique mais veut en savoir d'avantage.

    Au final, Benoît XVI ne cède pas dans cet ouvrage à une démonstration de foi expansive ou affective. Il se montre plus proche de la paix bénédictine que du débordement charismatique. Il n'hésite pas parfois pourtant à partager sa vision méditative. Ainsi, de cette belle méditation sur le visage de Jésus crucifié, qui renvoie à toutes les victimes, tous les souffrants de ce monde. Ou dans la finale de l'ouvrage qui ouvre sur une invitation à l'espérance spirituelle. Ce qui manque sûrement le plus au monde actuel.

     

    >> Jésus de Nazareth. De l'entrée à Jérusalem à la Résurrection, Benoît XVI, éditions du Rocher, 2011, 352 p. (22 €).

  • Veillée pour la Vie à Saint-Pierre de Nancy

    Ce samedi 27 novembre, la communauté catholique de rite tridentin de l'église Saint-Pierre de Nancy a participé nombreuse à la Veillée pour la Vie demandée par le pape Benoît XVI, présidée par l'abbé Husson, vicaire à la paroisse Saint-Pierre - N.-D. de Bon-Secours.

    Après la procession mariale au cours de laquelle les litanies de la Sainte Vierge ont été chantées, un chapelet a été récité puis, après la prière pour Saint-Père, la veillée s'est conclue par le Salut au Saint-Sacrement.

     

    Veillée vie St-Pierre_27.11.10 006.jpg

    Salut au Saint-Sacrement

     

    Rorate caeli desuper, et nubes pluant justum.

    Cieux, versez votre rosée, et que les nués fassent pleuvoir le Juste.

    [Introït de la messe du premier dimanche de l'Avent]

  • Veillée pour la Vie : samedi 27 novembre en l'église Saint-Pierre de Nancy

    L'église Saint-Pierre de Nancy, avenue de Strasbourg, accueille

    samedi 27 novembre à partir de 18h00

    une veillée pour la Vie demandée à l'Eglise universelle par le pape Benoît XVI

     

    veillée vie.gif


    - procession mariale
    - exposition du Saint Sacrement et chapelet médité

     

    >> Pour en savoir plus : http://www.eglise-st-pierre-nancy.fr

  • Une religieuse lorraine reconnue martyre par le Vatican

    Le pape Benoît XVI a autorisé le 1er juillet la publication du décret reconnaissant le martyre de Marguerite Rutan, sœur de la Charité, première supérieure de l’hôpital de Dax, guillotinée le 9 avril 1794.

    soeur de la charité.jpgMarguerite Rutan naquit à Metz le 23 avril 1736. Sa famille, nombreuse (15 enfants), était fort modeste. Entrée chez les Filles de la Charité, elle fut envoyée à Dax avec cinq autres sœurs, sur la demande de l’évêque, pour diriger l’hôpital qu’il construisait dans sa ville. Après la suppression des ordres religieux, les sœurs de Saint-Vincent-de-Paul changèrent leur nom en celui de Dames de la Charité et continuèrent avec le même dévouement le service des pauvres.

    Le 3 octobre 1793, les religieuses eurent à choisir : prêter serment à la Constitution ou être expulsées ? Toutes refusèrent de jurer. Les services qu’elles rendaient aux pauvres et aux malades de la ville étaient tels qu’on n’osa pas tout d’abord demander leur renvoi. La Terreur cependant s’était installée à Dax : la maison des Capucins et celle des Carmes avaient été transformées en prison. A la fin de l’année, Sœur Marguerite fut accusée d’avoir « par son incivisme, cherché à corrompre et à ralentir l’esprit révolutionnaire et républicain des militaires en traitement à l’hôpital » et fut envoyée à la maison de réclusion des Carmes.

    Le 8 avril, la commission extraordinaire fit comparaître la religieuse, ainsi que le père Jean Eutrope de Lannelongue, curé de Gaube et prêtre réfractaire. Tous deux furent guillotinés le lendemain. Marguerite chanta le Magnificat dans sa marche vers l’échafaud, repoussa le bourreau en disant « Aucun homme ne m’a jamais touchée », puis ôta elle même son mouchoir de tête et ses fichus de cou avant de subir le martyr.