Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cathédrale

  • Festival d'orgue en juillet à la cathédrale de Nancy

  • Nancy : festival d'orgue été 2017 à la cathédrale

  • Une plaque en hommage à Pierre Cortellezzi, organiste de la cathédrale de Nancy

    Le père Lescanne accompagné de Mme Cortellezzi dévoile la plaque en hommage à Me Cortellezzi sur les grandes orgues de la cathédrale de Nancy [cl. ©H&PB].

    Samedi 13 mai 2017, une plaque en hommage à l'organiste Pierre Cortellezzi, apposée sur le grand orgue de la cathédrale Notre-Dame de l'Annonciation de Nancy, a été dévoilée par l'abbé Guy Lescanne, curé de la cathédrale, et Bernadette Cortellezzi, épouse du maître.

    Pierre Cortellezzi (1926-2015) fut organiste à l'église de Pont-Saint-Vincent avant d'être nommé titulaire des grandes orgues de la cathédrale de Nancy en 1950. Il le restera jusqu'à son décès survenu en 2015.

    En 1998, il a été nommé Chevalier de l’Ordre équestre de Saint-Grégoire-le-Grand. La même année, il est fait Chevalier des Arts & Lettres. En 2011, il est élevé au grade de Commandeur de l’Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand, insigne remis par Mgr Papin, évêque de Nancy et de Toul.

    Il était également titulaire de la médaille du Mérite diocésain et de la médaille de la Reconnaissance diocésaine. Il fut enfin distingué par la Ville de Nancy.

    La cérémonie de dévoilement de la plaque hommage a été suivie d'un concert d'orgue donné par Dominique Dantand, titulaire des orgues de Vézelise.

  • Nancy : la cathédrale Notre-Dame de l'Annonciation s'anime pour la Nuit des cathédrales

  • Toul (54) : bénédiction de l'orgue restauré de la cathédrale Saint-Etienne

    Baignée de lumière, la cathédrale Saint-Etienne a vécu dimanche 12 juin des moments de haute tenue spirituelle et artistique. En l’honneur de ses grandes orgues en majesté retrouvée.

    Au matin, une foule dense s’est rassemblée pour la messe de bénédiction. Tradition respectée avec une ferveur mêlée de curiosité. L'archevêque de Strasbourg, Mgr Grallet, l'évêque de Nancy et de Toul, Mgr Papin, l'évêque émérite de Belfort-Montbéliard, Mgr Schockert, et le curé de la paroisse ont concélébré la sainte messe à la fois solennelle et sobre. Les choristes étaient venus de toute la région.

    Patiemment, le grand orgue de Curt Schwenkedel (1963), restauré par le facteur d'orgues Yves Koenig attendit que résonne la prière « Eveille-toi, orgue, instrument sacré… » pour faire entendre le fruit de ses entrailles d’étain et de cuivre. A la tribune, l’émotion était aussi palpable. Pour Pascal Vigneron, l’organiste et technicien conseil de la Ville de Toul, c’était enfin le grand jour.

    Dans son homélie, Mgr Papin a rappelé que le concile Vatican II avait reconnu « la place toute spéciale de l’orgue pour élever les âmes vers Dieu », un instrument à part qui, avec ses milliers de tuyaux, « exprime la diversité de l'Eglise ».

  • Réédition de "La cathédrale de Verdun" de Michaël George

     
    Le livre consacré à La cathédrale de Verdun, des origines à nos jours, paru en novembre 2013 et rapidement épuisé, devrait prochainement être réédité (au cours de l'été 2015).
     
    Cet ouvrage a reçu le Prix "Auguste Prost" 2015 de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.
     
    Si vous êtes intéressés par cette réédition, merci de contacter rapidement l'auteur qui doit déterminer le nombre d'ouvrages à rééditer.
     
    ‡ Contact : michael.george@univ-lorraine.fr

  • La Nuit des Cathédrales le 10 mai

    cathédrale.jpg

  • La cathédrale de Saint-Dié-des-Vosges

    st dié.jpgSon architecture est loin de connaître la célébrité des cathédrales de l'Ile-de-France. En Lorraine même, la cathédrale de Saint-Dié passe bien après celles de Metz, Toul et Verdun... Et pourtant, la cathédrale du diocèse de Saint-Dié est à la fois antique et récente.

    Le splendide ouvrage, avec une riche iconographie, édité par Serge Domini, avec des préfaces de Mgr Jean-Paul Mathieu, évêque de Saint-Dié, de Jack Lang, ancien ministre de la Culture et vosgien de la plaine, et de Christian Pierret, ancien ministre et maire de la ville, initie le croyant, le lecteur, le curieux et l'amateur d'histoire et de patrimoine à l'histoire de ce monument sacré emblématique de la ville et de l'Eglise des Vosges.

    Les auteurs nous font découvrir pas à pas les origines de l'ensemble cathédrale avec la fondation de Notre-Dame de Galilée au XIIe siècle jusqu'à la construction de la cathédrale du diocèse fondé en 1777 sur le démembrement du vaste diocèse de Toul, en passant par les destructions multiples et surtout celles de 1944. Et sa résurrection qui s'est poursuivit jusqu'à ces dernières années avec la restauration des vitraux, du mobilier liturgique et des orgues.

    L'histoire de la cathédrale de Saint-Dié se confond avec celle de la ville. Un ouvrage bienvenu sur un monument vosgien méconnu et trop souvent relégué au second plan, victime de l'ombre projetée par les autres cathédrales lorraines, considérées comme plus prestigieuses architecturalement.

     

    ‡ La cathédrale de Saint-Dié-des-Vosges, Raphaël Tassin et Christian Pierret, Ville de Saint-Dié-des Vosges - Serge Domini éditeur, 2014, 128 p., ill. (35 €).

     

  • La cathédrale de Verdun, des origines à nos jours

    cathédrale verdun.jpgS'appuyant sur des sources nombreuses et parfois inédites, cet ouvrage propose une synthèse novatrice sur l'histoire et sur l'architecture de la cathédrale Notre-Dame de Verdun depuis ses origines jusqu'à nos jours. Richement illustré, il invite le lecteur à découvrir chaque recoin de cet édifice millénaire pour en comprendre les évolutions successives.

    Erigée à la fin du Xe siècle, la cathédrale actuelle compte en effet de nombreux styles architecturaux : roman, gothique, mais aussi baroque et classique. Ainsi, à proximité du célèbre baldaquin, réalisé au XVIIIe siècle inspiré de l'oeuvre du Bernin à Saint-Pierre de Rome, se  cachent les restes d'un splendide portail polychrome du XIIe siècle incrusté dans le mur d'une salle gothique datant du XIVe. Dans le grand choeur oriental, dont les voûtes furent construites à la fin du XIVe siècle, ce sont des vitraux réalisés par les ateliers Gruber, au lendemain de la Première Guerre mondiale qu'on peut admirer.

    C'est pour comprendre la juxtaposition de ces styles, le mobilier et les oeuvres qui les accompagnent, que l'auteur a voulu insister sur l'histoire du monument et de ceux qui en ont eu la charge pendant plusieurs siècles : les évêques mais aussi les chanoines et dignitaires de la cathédrale. Tous ont eu le soin de préserver l'héritage qui leur avait été confié, mais en l'adaptant parfois aux besoins liturgiques ou au goût de leur époque. C'est cette cathédrale, fruit d'une histoire humaine riche et ancienne, que nous connaissons aujourd'hui, que tente de décrypter Michaël George dans le cadre de ce très beau livre.

    Michaël George est doctorant en histoire médiévale et chargé d'enseignement à l'Université de Lorraine. Sa thèse porte sur le chapitre cathédral de Verdun à la fin du Moyen Âge.

     

    ‡ La cathédrale de Verdun. Des origines à nos jours, Michaël George, éditions PUN-Editions Universitaires de Lorraine, 2013, 289 p., ill. (25 €).

  • Nancy : des fleurs, des légumes... et une messe pour la Saint Fiacre

    Cette année encore, la confrérie de Saint-Fiacre de Nancy avait fait les choses en grand... et en beauté !

    Ncy_St-Fiacre_07.09.13 006.jpgCe samedi 7 septembre, la cathédrale Notre-Dame de l'Annonciation était décorée avec une profusion de compositions florales et une débauche de légumes et de fruits produits par les jardiniers, maraîchers et serres municipales de l'agglomération nancéienne. C'était la fête de saint Fiacre traditionnellement célébrée par la confrérie éponyme le samedi qui suit le 30 août.

    La messe de Saint Fiacre a été concélébrée par Mgr Papin, évêque de Nancy & de Toul, l'abbé Munier, vicaire général, et l'abbé Lescanne, curé de la cathédrale. Les confrères ont conduit en grande procession la statue de patron des jardiniers de sa chapelle latérale jusque devant le maître-autel. A l'issue de la messe, Mgr l'évêque a béni les brioches offertes par la confrérie qui ont été distribuées aux nombreux fidèles.

    Rappelons que la confrérie de Saint-Fiacre, dont le siège est à la cathédrale de Nancy, fonctionnait déjà en 1644 dans l'ancienne église Notre-Dame, en Ville-Vieille. La confrérie a conservé l'usage, apparu au XVIIIe siècle, "de faire bénir et offrir du pain à la messe le jour de saint Fiacre", de confier chaque année la statue du saint à un confrère différent, le trésorier se tient à l'intérieur de la chapelle pour recueillir les cotisations avant et après la messe et, enfin, la messe du dimanche soir est dite à l'intention des confrères défunts.

    Quelques images de la messe de Saint Fiacre...

    Ncy_St-Fiacre_07.09.13 008.jpg

    La statue sortie de sa chapelle portée en procession vers le choeur.

    Ncy_St-Fiacre_07.09.13 011.jpg

    La statue de saint Fiacre portée par quatre confrères.

    Ncy_St-Fiacre_07.09.13 012.jpg

    Le clergé derrière la statue.

    Ncy_St-Fiacre_07.09.13 014.jpg

    Les offrandes et les brioches offertes par les confrères.

    Ncy_St-Fiacre_07.09.13 015.jpg

    Lors de l'homélie de Mgr l'évêque.

    Ncy_St-Fiacre_07.09.13 018.jpg

    Retour de la statue de Saint-Fiacre dans sa chapelle.

    [clichés H&PB]

  • La "Sixtine de la Seille" s'expose à Nancy

    sillegny.jpg

    L'association La Sixtine de la Seille présente "Les peintures murales de l'église Saint-Martin de Sillegny (57) à la cathédrale Notre-Dame de l'Annonciation de Nancy jusqu'au 31 août 2013. Ouvert au public du lundi au samedi de 9h à 19h et le dimanche de 10h45 à 20h.

  • Verdun : "Les Heures musicales" à la cathédrale Notre-Dame le 2 juin

    verdun.jpg

  • Les contes de la Mutte : nouvelles médiévales en pays messin

    mutte.jpgVoilà près d'un siècle que la Mutte, l'énorme bourdon de la cathédrale Saint-Etienne de Metz, n'a pas sonnée. Pourtant, sur les flancs de cette vieille dame d'airain, on peut lire les mots "Je suis là pour sonner justice au peuple messin".

    Est-ce pour prendre le relais de la cloche médiévale que chacun des contes présentés dans cet ouvrage s'achève sur une note de morale et parfois d'humour ? Peut-être...

    En vérité, c'est surtout pour rendre hommage à Metz, à son histoire et à son patrimoine médiéval exceptionnel que Les Contes de la Mutte ont été écrits. Sept contes, sept nouvelles inédites qui plongent le lecteur dans un Moyen Âge parfois violent, mais aussi mystique et joyeux, peuplé de clercs, de chevaliers, de jolies jouvencelles et de paysans rusés, à l'époque où Metz était la capitale d'une république prospère.

    Contes allégoriques et moraux, récits historiques emplis de poésie, Les Contes de la Mutte sont surtout une preuve que les vieilles pierres et les antiques parchemins peuvent parler. Pourvu seulement que l'on sache leur prêter l'oreille...

    L'auteur, Kévin Goeuriot, originaire du Jarnisy, est professeur d'histoire-géographie.

     

    ‡ Les Contes de la Mutte, Kévin Goeuriot, éditions des Paraiges, 2012, 145 p., ill. (15 €).

  • 28 février 2013 : messes d'action de grâce pour le pape Benoît XVI en Lorraine

    pape benoît XVI.jpg

    Sa Sainteté le pape Benoît XVI.

     

    Jeudi 28 février à 18h30 en l'église Notre-Dame  d'Epinal

    Mgr Jean-Paul Mathieu, évêque de Saint-Dié, célébrera une messe d’action de grâces pour le Pontificat de Benoit XVI et de prières pour le Conclave

     

    * * *

    Jeudi 28 février à 19h00

    Messe d'action de grâce

    célébrée par Mgr Jean-Louis Papin, évêque de Nancy & de Toul,

    en la cathédrale Notre-Dame de l'Annonciation de Nancy

    * * * 

    Jeudi 28 février à 18h30

    Messe votive en action de grâce pour le pontificat du pape Benoît XVI

    célébrée par l'abbé Husson en l'église Saint-Pierre de Nancy

    (rite extraordinaire, missel de 1962)

  • La cathédrale de Verdun des origines à nos jours

    verdun.jpg

    Vue des tours de la cathédrale de Verdun et du cloître.


    La cathédrale Notre-Dame de Verdun est le siège épiscopal du diocèse de Verdun, l'un des quatre diocèses historiques de Lorraine. Cette cathédrale est plus que millénaire, puisque sa structure actuelle date de l'an 990. L'édifice est classé monument historique depuis 1906.

    Les Presses universitaires de Lorraine (ex-Presses universitaires de Nancy) lancent une souscription pour l'acquisition de cet ouvrage qui paraîtra à l'été 2013.


    ‡ Souscrivez dès maintenant à l'ouvrage "La cathédrale de Verdun des origines à nos jours" en imprimant (ou recopiant) le bon de souscription ici souscription Cathédrale de Verdun.pdf

  • Nancy : tentative d'incendie à la cathédrale

    Tentative d’incendie à la cathédrale Notre-Dame de l’Annonciation de Nancy samedi après-midi. Une plainte a été déposée.

    lorraine,nancy,cathédrale,incendie criminelLes fidèles l’ont appris lors de la messe dominicale : un ou des individus ont tenté de mettre le feu à la cathédrale samedi après-midi. Les dégâts sont limités et même invisibles pour celui qui n’y prête pas attention. La boiserie du chœur, au-dessus d’une console en marbre, est pourtant noircie sur une dizaine de centimètres.

    Dans la nef, devant l’une des grilles de Jean Lamour, au pied des porte-cierges, des papiers imprimés provenant du présentoir de l’entrée ont été brûlés. Le sol et la grille, noircis, ont depuis été nettoyés. « Il y avait une épaisse fumée dans toute la cathédrale », témoigne André Bauche délégué du curé de la cathédrale.

    Alerté par un fidèle qui se trouvait à l’intérieur de la cathédrale quand le sinistre s’est déclaré, il s’est aussitôt rendu sur les lieux. « A mon arrivée, les gens sur place avaient éteint le feu. C’est en faisant le tour de la cathédrale que je me suis rendu compte qu’il y avait un deuxième foyer, dans la nef. Un cierge était accolé contre la boiserie qui se consumait ».

    Qui est l’auteur de ce geste fou ? Doit-on le mettre en relation avec les tensions actuelles à propos du projet de "mariage pour tous" qui génère une véritable cathophobie et une haine de l'Eglise catholique chez les partisans du "mariage" homosexuel...

    La « maison de Dieu » est ouverte à tous, tous les jours, de 8h à 19h. L’établissement est dépourvu de vidéosurveillance. La sécurité est assurée par des âmes charitables. « Les bénévoles de la paroisse se relaient pour assurer une présence plus ou moins permanente », précise André Bauche. « Après la messe dimanche, les gens se disaient qu’il n’y a plus de respect, que l’on soit croyant ou pas ». Le délégué du curé  a déposé plainte pour tentative d'incendie criminel.

  • La cathédrale Notre-Dame de l'Annonciation de Nancy

    lorraine,nancy,cathédrale,notre dame de l'annonciation,jean louis papin,évêque,françoise boquillonLa cathédrale de Nancy n'a ni le prestige ni l'ancienneté des grandes cathédrales gothiques édifiées au Moyen Âge. Bâtie entre 1703 et 1742 dans le style néoclassique du XVIIIe siècle, elle présente une allure générale imposante, mais un peu froide. C'est à l'intérieur qu'elle offre toute l'harmonie souhaitée par Jules Hardouin Mansart et par Germain Boffrand, grâce à ses belles proportions et à un décor sculpté raffiné. De grands artistes lorrains y ont laissé leur empreinte: le ferronnier Jean Lamour, les peintres Claude Charles, Claude Jacquart, Jean Girardet, Jean-Baptiste Claudot...

    Après la Révolution, d'autres oeuvres ayant appartenu à des églises nancéiennes disparues l'ont encore enrichie : la Vierge de Césard Bagard sculptée en 1669 pour l'église des Carmes ou le trésor de saint Gauzelin provenant du chapitre Notre-Dame de Bouxières-aux-Dames.

    D'abord église primatiale puis cathédrale en 1777, elle est devenue le siège d'une des paroisses de Nancy en 1802, puis fut élevée au rang de basilique romaine en 1867.

    Son architecture, mais aussi son histoire, étroitement liée à celle de Nancy et de la Lorraine ducale, justifient l'intérêt que lui porte l'auteur tout au long de cet ouvrage agréablement illustré.

    Dans sa préface, Mgr Papin, évêque de Nancy et de Toul, rappelle, au final, que "la cathédrale ne peut pas se comprendre en dehors d'une relation du cultuel et du culturel ; aussi est-il nécessaire de donner aux jeunes générations la culture religieuse qui leur permettra d'apprécier comme il convient l'édifice qu'ils visitent." Juste rappel en ces temps que nous vivons qui connaissent une cruelle disparition de la culture religieuse. Et de la religion chrétienne surtout, élément fondateur de notre civilisation.

    François Boquillon est maître de conférence en histoire moderne à l'Université de Lorraine. Elle a consacré de nombreux articles à l'histoire urbaine et monumentale et à la vie religieuse de la Lorraine ducale.

     

    ‡ La cathédrale Notre-Dame de l'Annonciation de Nancy, Françoise Boquillon, éditions Gérard Louis, 2012, 132 p., ill. (35 €).

  • Nancy : ordination diaconale à la cathédrale

    Ce dimanche 9 septembre, Mgr Papin, évêque de Nancy & de Toul, a conféré l'ordination diaconale à Marc Haeussler en la cathédrale Notre-Dame de l'Annonciation de Nancy, devant une nef remplie de fidèles et en présence de nombreux prêtres, diacres et diacres permanents.

    Âgé de 39 ans, Marc Haeussler est originaire de Laître-sous-Amance, à quelques kilomètres à l'est de Nancy. Le nouveau diacre a travaillé longtemps au sein d'une communauté de L'Arche avant ses études au séminaire de Metz, puis à la Maison Sainte-Thérèse tenue par les Jésuites, en Belgique.

    Marc Haeussler a été ordonné diacre en vue du presbytérat.

    Quelques images de la cérémonie d'ordination diaconale...

    Ordi_diacre_haeussler_ncy_09.09.12 021.jpg

    Ordi_diacre_haeussler_ncy_09.09.12 022.jpg

    Ordi_diacre_haeussler_ncy_09.09.12 023.jpg

    Ordi_diacre_haeussler_ncy_09.09.12 025.jpg

    Ordi_diacre_haeussler_ncy_09.09.12 027.jpg

    Ordi_diacre_haeussler_ncy_09.09.12 031.jpg

    lorraine,nancy,cathédrale,ordination,diacre,marc haeussler,prêtre,évêque,jean louis papin,catholique,diocèse,toul

    [clichés © H&PB et © Diocèse de Nancy & de Toul]

     

    ‡ Plus de photos sur la page Facebook du diocèse de Nancy & de Toul : http://www.facebook.com/media/set/?set=a.428011563902278.85499.111044328932338&type=1

     

  • Nancy : les anges de la cathédrale s'offrent un toilettage

    cathedrale.jpg

    [Est Républicain]

  • Toul : Le livre d'orgue de Jean-Baptiste Nôtre

    toul.jpg

  • Pèlerinage à Toul : sur les traces de saint Léon IX

    La paroisse Saint-Pierre-des-Latins, attachée à l'église Saint-Pierre de Nancy, propose samedi 21 avril un pèlerinage à Toul dans les pas de saint Léon IX, évêque de Toul et pape au XIe siècle.

    cathedrale-st-etienne_toul.jpg

    Cathédrale Saint-Etienne vue du cloître.

     

    ‡ Plus d'info's ici : pélé Toul_21.03.12.pdf

  • Cathédrale de Nancy - 24 mars 2012 : Marie-Christine Barrault dit l'Annonciation

    annonciation1.jpg

    annonciation2.jpg

  • Pierre Cortellezzi, titulaire des orgues de la cathédrale de Nancy, fait Commandeur dans l’ordre de Saint Grégoire-Le-Grand

    En la cathédrale de Nancy, le 1er novembre, à l'issue de la messe de la fête de Tous les Saints, Mgr Jean-Louis Papin, évêque de Nancy et de Toul, a prononcé l'allocution suivante avant de remettre officiellement à Me Pierre Cortellezzi, au nom de Sa Sainteté le Pape Benoît XVI, la Grand-Croix de Commandeur dans l'ordre équestre de Saint Grégoire-le-Grand.

    "Très cher Maître,

    Le 28 novembre dernier, un concert spirituel remplissait notre cathédrale d’une foule de fidèles et d’amis venus vous manifester leur reconnaissance, leur estime et leur affection pour 60 années de service en tant que titulaire des grandes orgues. Ce fut une manifestation à la fois grandiose et familiale. Nous en gardons tous un souvenir ému.

    JUBILE_PC_072.jpgFaut-il rappeler qu’originaire d’une famille de musiciens, vous rendiez service, très jeune, à votre paroisse en tenant l’orgue de l’église de Pont-Saint-Vincent que votre grand-père avait lui-même tenu. Après de brillantes études musicales et l’obtention de plusieurs prix dès l’âge de 15 ans, vous êtes appelé en décembre 1950 par le chanoine Mansuy, doyen du chapitre, au clavier du grand orgue de la cathédrale dont vous deviendrez presque aussitôt le titulaire. Titulaire d’un instrument prestigieux de 65 jeux, construit en 1757 alors que cette église n’était pas encore une cathédrale mais une primatiale, remanié en 1886 par le célèbre Aristide CAVAILLE-COLL. Que pouvait espérer de mieux un jeune organiste de 24 ans ? Depuis, vous n’avez jamais cessé de prendre soin de cet instrument comme des parents prennent soin de leur enfant. Vous y avez mis beaucoup de vous-mêmes. Et c’est peu dire !

    On a maintes fois évoqué votre carrière d’enseignant d’orgue et de clavecin au conservatoire de musique de Nancy, vos fonctions comme directeur adjoint de cette grande maison qu’est le Conservatoire National de Région ainsi que votre engagement pour la restauration des orgues non-classées Mais aussi votre carrière de compositeur, d’interprète et de concertiste de renommée nationale et internationale. En tant qu’évêque, je soulignerai votre remarquable fidélité et votre disponibilité non moins remarquable dans le service liturgique tant pour les célébrations diocésaines que pour le service ordinaire de la paroisse. Vous savez vous adapter et soutenir la prière de l’assemblée. Nous vous en sommes tous infiniment reconnaissants et nous souhaitons pouvoir bénéficier de votre art le plus longtemps possible maintenant que vous êtes secondé par Johann VEXO, jeune organiste titulaire de l’orgue de chœur de Notre-Dame de Paris et professeur d’orgue au Conservatoire National de Région d’Angers. C’est lui qui se trouve en ce moment-même au clavier, vous permettant ainsi de nous rejoindre.

    jubile_pc_071.jpgDe très nombreuses distinctions vous ont déjà été décernées. Depuis les médailles d’Argent, de Vermeil et d’Or de la ville de Nancy, la médaille d’or du district, le titre de citoyen d’honneur de la ville de Wörstadt en Rhénanie, l’élévation par Madame TRAUTMANN, ministre de la Culture, au rang de chevalier des Arts et des Lettres… et j’en passe. Au plan ecclésial, ce furent la médaille du Mérite diocésain, puis celle de la Reconnaissance diocésaine et enfin, en 1998, l’élévation par le pape Jean-Paul II au rang de chevalier dans l’Ordre équestre de Saint Grégoire le Grand.

    Au cours de la messe dominicale du dimanche 28 novembre 2010 qui marquait vos 60 années au grand orgue, André BAUCHE vous disait : « Nous nous sommes posés la question de savoir quelle distinction et quel honneur pouvaient encore vous êtes attribués. Nous n’avons pas trouvé de réponse officielle ». Le regretté Père BOICHOT à qui je demandais ce que nous pouvions faire pour vous manifester notre reconnaissance me fit cette réponse : « Je ne sais pas. Il a tout eu ! ». En cherchant bien, je me suis rendu compte que vous n’aviez pas tout eu. Une idée m’est venue, un peu audacieuse, tellement sa réalisation est exceptionnelle. L’audace a payé, mais surtout les raisons avancées qui ont convaincu le Saint-Père de vous élever au rang de commandeur dans l’Ordre de Saint Grégoire le Grand.

    jubile_pc_070.jpgCher Maître, c’est une distinction exceptionnelle, rarement accordée. Et c’est pour moi un grand honneur et une grande joie de vous la remettre au nom du pape. La nouvelle m’a été transmise par la Nonciature Apostolique le 20 février dernier. Avec le Père BOICHOT, nous avions envisagé de laisser passer le Carême et de vous la remettre aux alentours de Pâques. Hélas, la dégradation de la santé de votre curé nous a conduits à attendre des jours meilleurs en espérant une amélioration. Ce ne fut pas le cas. Je suis certain qu’il est de tout cœur avec nous et qu’il partage notre joie, tout particulièrement en ce jour où nous célébrons la communion des saints."

    + Jean-Louis Papin, évêque


     

    [source : http://paroissenotredamedebonnenouvelle.cef.fr/spip.php?article262]

  • Nancy : installation du nouveau curé de la cathédrale

    nancy,cathédrale,abbé,curé,guy lescanne,jean louis coinsmann,michel oger,paroisse notre dame de bonne nouvelleDimanche 11 septembre, lors de la Sainte Messe, l'abbé Munier, vicaire général du diocèse de Nancy & de Toul, a installé officiellement le nouveau curé de la cathédrale Notre-Dame de l'Annonciation de Nancy. Il s'agit de l'abbé Guy LESCANNE, curé de la paroisse Notre-Dame de Bonne Nouvelle.

    L'abbé Jean-Louis COINSMANN, prêtre de la dernière ordination, est nommé prêtre coopérateur sur la paroisse et référent pour les établissements scolaires Saint-Dominique et Charles de Foucauld. l'abbé Michel OGER, prêtre en retraite sera également présent à leurs côtés.

    Nous leur souhaitons un fructueux ministère auprès des catholiques du centre ville.

    A l'occasion de l'installation du nouveau pasteur, nous aurons une pensée pour l'ancien curé de la cathédrale récemment décédé, l'abbé Daniel Boichot.

    [cliché ©paroisse N.-D. de Bonne Nouvelle]

     

  • Nancy : saint Fiacre fêté le 3 septembre

    TRADITION. - Le patron des jardiniers et maraîchers sera honoré par sa confrérie le 3 septembre en la cathédrale de Nancy.

    st fiacre.jpg

    [Est Républicain]

  • Nancy : installation du nouveau curé de la cathédrale

    lorraine,nancy,cathédrale,curé,guy lescanne,jean louis coinsmann,prêtre,coopérateurDimanche 11 septembre 2011, le nouveau curé de la cathédrale Notre-Dame de l'Annonciation, l'abbé Guy Lescanne, et l'abbé Jean-Louis Coinsmann, prêtre coopérateur à la paroisse Notre-Dame de Bonne Nouvelle, seront installés lors de la messe de 11h15 par l'abbé Jean-Michaël Munier, vicaire général.

     

    lorraine,nancy,cathédrale,curé,guy lescanne,jean louis coinsmann,prêtre,coopérateurLa messe d'installation des prêtres sera suivie du verre de l'amitié puis du repas paroissial servi dans la cour du lycée Saint-Dominique, à côté de la cathédrale (prix du repas : 10 €, réservation avant le 5 septembre au presbytère 6 rue des chanoines à Nancy).

     

     

     

    ‡ Installation des abbés Guy Lescanne et Jean-Louis Coinsmann, dimanche 11 septembre 2011 à 11h15 à la cathédrale de Nancy.

  • Nancy : installation de l'abbé Doidy à Notre-Dame de Lourdes

    nancy,cathédrale,notre dame de lourdes,abbé,dominique doidyL’abbé Dominique Doidy, prêtre attaché à la cathédrale de Nancy, sera installé dimanche 4 septembre à 10h30 dans ses fonctions de curé de la paroisse Notre-Dame de Lourdes à Nancy au cours de la messe présidée par l’abbé Jean-Michaël Munier, vicaire général.

     

    La messe sera suivie d'un apéritif offert par la paroisse.

     

    On peut apporter son pique-nique pour le déjeuner.

     

  • Vers la renaissance de la cathédrale de Toul

    Du haut de la tour de la cathédrale Saint-Etienne, le panorama s’étend sur la vallée de la Moselle avec, à l’horizon, les côtes de Toul. Au sud, les faubourgs, qui s’étendent au-delà des fortifications du tout début du XVIIIe  siècle que l’on doit à Vauban, se dérobent derrière les rideaux d’arbres.

     

    toul cathédrale.jpgÀ l’ouest, on devine à leur alignement strict la nature militaire des bâtiments qui longent la voie ferrée, en attente d’une nouvelle affectation après le départ de l’armée. Le Mont Saint-Michel, haut de 394 mètres, préservé par les constructions jusqu’à mi-hauteur, domine la ville. 

     

    Une légende locale raconte qu’il doit son nom à l’évêque saint Gérard, soucieux de mettre fin aux pratiques de sorcellerie exercées sur ce haut lieu. Le diable en prit ombrage, et un soir de Vendredi saint, muni d’une immense pelle et d’une hotte, il entreprit de le raser. Mais l’archange veillait et lui fit peur. Dans sa fuite, le diable trébucha, le contenu de sa hotte se répandit. C’est ainsi que vit le jour la côte Barine voisine, haute de 368 mètres.

     

    Plus au nord, dans la zone industrielle de la croix de Metz, des grues s’activent sur le chantier d’une centrale à gaz Poweo, insuffisant pour donner du travail aux 900 personnes, souvent peu qualifiées, qui ont perdu leur emploi après la fermeture de l’usine de pneumatiques Kleber, en 2009.

     

    Vu de haut, l’agencement médiéval de la ville se laisse deviner, au moins dans la partie qui a été épargnée par les terribles bombardements de 1940, qui ont aussi fortement endommagé la cathédrale. Celle-ci a longtemps été négligée.

     

    « Au début des années 1980, la toiture provisoire de 1940 est toujours en place. De fait de sa dégradation, la ville a dû interdire l’accès au bâtiment pour ne pas mettre en danger les visiteurs, raconte Alde Harmand, adjoint au maire et délégué au patrimoine. La prise de conscience de l’urgence de la situation s’est faite progressivement, et Le Pélican, une toute jeune association, qui tient son nom de la plus haute statue de la cathédrale, y a fortement contribué. L’État s’est alors engagé financièrement pour refaire la toiture. » 

     

    cathedrale-st-etienne_toul.jpgCette phase s’est achevée en 1995 par la pose du campanile dit de la « Boule d’or » à la croisée des transepts. Mais par manque d’entretien courant, l’édifice ne peut encore être ouvert au public.

     

    Le changement de municipalité, en 2002, donne une nouvelle impulsion au chantier de la cathédrale. Plus d’une tonne de gravats, de branchages et de fientes qui nuisaient à la bonne évacuation des eaux de pluie et contribuaient aux infiltrations, est éliminée. Les ouvertures dans les vitraux sont obstruées pour empêcher les pigeons d’entrer dans le bâtiment.

     

    « L’équipe précédente a porté ses efforts sur la réfection et la mise en valeur des remparts. Mais le trésor de Toul, ce qui fait venir les touristes, c’est la cathédrale. Chaque année, ce sont 200 000 à 300 000 visiteurs qui passent ici », explique Nicole Feidt, maire de Toul. Depuis son bureau situé au premier étage de l’hôtel de ville, rebâti dans les années 1970 sur le modèle de l’ancien palais épiscopal du XVIIIe siècle incendié en décembre 1939, et qui donne sur le flanc nord de la cathédrale, elle peut suivre les travaux d’assainissement en cours pour enrayer toute infiltration, condition nécessaire avant de pouvoir achever la restauration des plafonds des nefs latérales. 

     

    Celles-ci sont encore recouvertes de filets pour éviter que les chutes d’enduits ne blessent les visiteurs. « La commune consacre plus de 300000 € chaque année à la cathédrale, précise encore Mme le Maire. C’est un des rares leviers économiques sur lesquels la municipalité peut jouer. Et comme Toul n’est pas une ville lumière, il faut travailler à la rendre attirante, à en faire un passage obligé. »

     

    toul.jpgL’effort touristique de la ville se manifeste également par l’entretien du circuit piétonnier des remparts, par les travaux de réfection en cours du cloître Saint-Gengoult, par l’embauche très récente d’une jeune conservatrice pour le Musée d’art et d’histoire, après des décennies de bénévolat. Ce musée est installé dans l’ancienne Maison-Dieu du XIIIe siècle, intégrée à un ensemble classique. Il en subsiste une très belle salle lapidaire, l’ancienne salle des malades. Les collections du musée retracent pour l’essentiel l’histoire de Toul et de sa région, depuis la préhistoire. Parmi les 28 salles, il faut s’arrêter quelques instants devant les magnifiques tapisseries du XVIe  siècle tissées dans les ateliers des provinces du Nord, de Flandres, du Brabant, de l’Artois. 

     

    Les scènes bibliques semblent indiquer qu’elles viennent des édifices religieux toulois. Cédées comme biens nationaux, elles semblent avoir échappé à la dispersion et sont longtemps restées entreposées dans un grenier, échappant à tout inventaire. Providentiellement épargnées et négligées pendant deux siècles, elles ont été nettoyées et restaurées pour être exposées.

     

    On y découvre aussi une salle consacrée aux icônes, pour l’essentiel « des icônes domestiques de petite taille que les Russes accrochent au meilleur endroit de la maison, ce qu’ils appellent le “bel angle” et qu’ils décorent de tissus et de lampes, mais aussi un ménologue, c’est-à-dire un ensemble de 12 icônes formant un calendrier liturgique », explique Vincent Lamarque, en stage au musée après avoir rédigé son mémoire de mastère en histoire sur cette collection. 

     

    lorraine,toul,cathédraleMichel Hachet, 89 ans, l’œil toujours vif, qui a assuré bénévolement pendant plusieurs décennies le service de la conservation, tout en exerçant le métier de vétérinaire, « comme président du cercle d’étude locale depuis 1947, un record ! », en raconte l’origine : « Mon frère Pierre avait monté une école d’icônes. À un moment, il a eu parmi ses élèves un douanier, qui a évoqué les saisies d’icônes auxquelles procédaient les douanes, après la chute du mur propice à tous les trafics. Quand elles ne peuvent être restituées à leur propriétaire, elles sont soit revendues soit remises à des collections publiques. Sachant cela, nous avons manifesté notre intérêt et obtenu qu’elles soient déposées ici. » 

     

    À l’évidence heureux d’avoir contribué à l’enrichissement des collections grâce à son entregent, le docteur Hachet, comme tout le monde l’appelle ici, continue de se battre pour sa ville et son musée où il occupe encore un bureau rarement vide. « Toul est une ville qui a une histoire passionnante, conclut-il, et elle mérite d’être mise en valeur pour être mieux connue. »

      

    [source : La Croix | 08.07.2011]

     

    ‡ Pour prolonger cet article, consultez l’histoire architecturale de la cathédrale touloise ici : http://www.la-croix.com/Religion/Approfondir/Spiritualite/Cathedrale-de-Toul-un-plan-germanique-et-une-construction-gothique-_NG_-2011-07-08-687483