Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

calvaire

  • Les Petits-Thons (88) : le calvaire restauré et béni

    Le calvaire situé à proximité de l'ancien couvent des Cordeliers des Petits-Thons, entre Monthureux-sur-Saône et Châtillon-sur-Saône, vient de faire l'objet d'une restauration de qualité.

    Edifié en 1546, il a fait l'objet d'une transformation au tournant des XVIIIe-XIXe siècles.

    Il a été béni récemment par le curé de la paroisse à l'issue de la messe dominicale.

  • Les Thons (88) : le calvaire de 1546 restauré et béni

  • Remoncourt (88) : le calvaire rétabli après avoir été vandalisé

    Voici une bonne nouvelle parmi le lot quotidien d'informations déprimantes : le 21 juillet dernier, la croix de mission érigée au centre de Remoncourt avait subi un acte de vandalisme inqualifiable. La municipalité de cette commune de 600 habitants, a fait remettre en place ce calvaire auquel tenaient tant ses habitants. Il convient de remercier le maire de Remoncourt, Bernard Tacquard, de cette noble et pieuse initiative.

    Vandalisée au début de l’été dernier, la croix de mission se dresse à nouveau fièrement au bord de rue principale du village. L’événement avait choqué les habitants lorsqu’ils avaient découvert, au petit matin du dimanche 6 juillet, leur calvaire gisant au sol, son Christ reposant face contre terre. Sa solide poutre centrale avait été sciée pendant la nuit. Simple et consternant acte de vandalisme, tentative de vol afin de monnayer le métal de la statue ou acte christianophobe ? L’enquête menée par la gendarmerie de Vittel n’a encore apporté aucun élément de réponse à ce jour.

    Réparé par une entreprise vitteloise, le Christ a été fixé sur une croix neuve réalisée par un menuisier de Rouvres-en-Xaintois. Aidé par les employés communaux, ce dernier a procédé à la remise en place du calvaire sur son socle initial.

    En l’absence de responsable identifié, la commune et son assurance supporteront le montant des réparations, soit 2 674 €. « L’ouvrage a été renforcé avec des fers plats pour éviter toute récidive », prévient le maire Bernard Tacquard, qui apporte une précision d’importance : « La statue n’est pas en bronze mais en fonte, elle ne vaut pas grand-chose au prix du métal ! Cependant, elle possède indéniablement une grande valeur spirituelle. »

    Pour mémoire, cette croix avait été érigée le 2 mars 1892, à l’occasion d’une mission catholique organisée dans la paroisse. Il s’agissait alors d’un rassemblement de fidèles sur plusieurs jours consacrés à la prière, à l'évangélisation et au partage des sacrements. En souvenir, une croix avait été érigée sur un terrain mis à disposition par la commune et réalisée aux seuls frais des habitants. Sa dernière restauration datait de 1996.

  • Vittel (88) : la Croix Blanche restaurée

  • Remoncourt (88) : le Christ est tombé sous les coups des christianophobes

    Ce dimanche 5 juillet, les habitants de Remoncourt, commune située entre Vittel et Mirecourt, ont découvert un bien triste spectacle. La croix de bois qui se dressait au bord de la rue principale gisait au sol, son Christ reposant face contre terre. Elle a été sciée au cours de la nuit du 4 au 5 juillet, « avant 2 h du matin selon un témoin qui a constaté les dégâts en rentrant chez lui », pouvait même préciser le maire, Bernard Tacquard. « Le ou les auteurs s’y sont repris à plusieurs fois, se désole l’édile, une empreinte de départ de sciage est visible un peu au-dessus de la coupe. Cela a été probablement fait avec une scie manuelle, les copeaux retrouvés sur place sont tout fins ».

    La solide poutre centrale, haute de plusieurs mètres, est de la taille d’une traverse de chemin de fer, « cela a dû prendre un peu de temps pour la faire tomber ». La brigade de proximité de la gendarmerie de Vittel s’est déplacée sur les lieux afin de procéder aux constations d’usage. Une plainte a été déposée par la municipalité dans la journée.

    Bernard Tacquard a dénoncé un acte qu’il juge consternant. « Je n’ose penser qu’il s’agit d’une attaque religieuse mais plutôt de vandalisme stupide. Il faut attendre d’éventuelles remontées d’événements semblables. L’atteinte à un symbole religieux, qui fait partie de la mémoire collective du village, a profondément choqué la population. D’autant que le cimetière a déjà été vandalisé il y quelque temps ». La croix devrait être rapidement remise en état, « et sera même renforcée avec des fers plats pour éviter une récidive ».

    La gendarmerie ont lancé un appel à témoin et invitent toute personne pouvant apporter des éléments dans le cadre de l’enquête en appelant le 03 29 08 15 17.

    [sources : Vosges Matin]

  • Remoncourt (88) : un acte de christianophobie inqualifiable

    A leur réveil ce matin, les Remoncourtois ont découvert avec consternation que la croix de bois portant le Christ, plantée quasiment en face de l'église au bord de la D 429 dans la traversée de ce village vosgien de 612 habitants (entre Vittel et Mirecourt), avait été sciée pendant la nuit.

    Il s'agit là d'un acte extrêmement grave de christianophobie encore jamais perpétré dans ces villages de tradition catholique.

    La guerre semble vraiment déclaré à l'Eglise et au christianisme en France : on se croirait revenu aux heures les plus sombres de la funeste révolution française...

    Une cérémonie de réparation s'avère indispensable afin de montrer que l'Eglise n'accepte pas qu'on s'attaque impunément aux symboles de la foi.

  • Vendredi saint : office de la Croix et de la Passion

    Office de la Passion, église Marie-Immaculée, Nancy [cliché : archives 2014 - ©H&PB]

     

    Ecce lignum Crucis, in quo salus mundi pependit.

    Veníte, adoremus.

     

    Voici le bois de la Croix sur lequel le salut du monde a été suspendu.

    Venez, adorons-le.

  • Madonne-et-Lamerey (88) : réhabilitation du calvaire de 1676

    calvaire.jpg

    [Vosges Matin]

  • Vendredi Saint : Passion et mort de N.-S. Jésus-Christ

    Mthx_mise au tombeau 003.jpg

    Mise au tombeau (bois, école rhénane, XVe s.), église de Monthureux-sur-Saône (Vosges) [cliché ©H&PB]

     

    Deus, qui peccáti véteris hereditáriam mortem, in qua posteritátis genus omne succésserat, Christi tui, Dómini nostri, passióne solvísti : da, ut, confórmes eídem facti ; sicut imáginem terréni, natúrae necessitáte portávimus, ita imáginem caeléstis, grátiae sanctificatióne portémus. Per eúndem Christum Dóminum nostrum. 

    [prière de l’office du Vendredi Saint] 


    O Dieu, vous avez détruit par la passion de votre Christ, notre Seigneur, la mort que nous valait de père en fils le péché originel, et par où passaient toutes les générations : accordez-nous de nous identifier à votre Fils ; et de même que notre origine terrestre nous avait fatalement marqués de l’empreinte de la terre, de même votre grâce céleste nous marquera de son action sanctifiante.


     

    vendredi saint,calvaire,jesus christ,tombeau,croix

    Piéta, XVIe s., basilique Saint-Epvre, Nancy [cliché ©H&PB]

     

    vendredi saint,calvaire,jesus christ,tombeau,croix

    vendredi saint,calvaire,jesus christ,tombeau,croix

    vendredi saint,calvaire,jesus christ,tombeau,croix

    Vendredi Saint : Chemin de Croix, paroisse Saint-Epvre, Nancy

    [clichés ©H&PB]


  • Vendredi Saint

    christ barroux.jpg

    Christ en croix (reproduction du Christ roman de l'abbaye bénédictine du Barroux, Vaucluse).

     

    Ecce lignum Crucis, in quo salus mundi pependit.

    Veníte, adoremus.

     

    Voici le bois de la Croix sur lequel le salut du monde a été suspendu.

    Venez, adorons-le.

    [Adoration de la Croix, office du Vendredi Saint]

  • Le Christ est tombé à Velaine-sous-Amance

    Le calvaire du Christ continue à Velaine-sous-Amance, village de l'est nancéien, dans le canton de Seichamps.

    croix velaine sous amance1.jpgVenant de Laneuvelotte, à l'entrée de la commune de Velaine, une croix de mission, érigée par les paroissiens au XIXe siècle, est enserrée dans une haute haie. Déjà, elle mériterait d'être mieux valorisée et aménagée dans son environnement... Mais l'indifférence ne s'arrête pas là. Depuis plusieurs mois, le fût de la croix gît à même le sol, au bord de la route.

    Et personne pour s'émouvoir de cette situation. Personne pour intervenir. Personne pour susciter une restauration de la croix. La municipalité ne semble pas concernée par la protection du patrimoine villageois. Etonnant. Alors que, partout en Lorraine, communes urbaines et rurales engagent des travaux de réhabilitation et de restauration du petit patrimoine villageois (lavoirs, fontaines, fours, chapelles, calvaires, croix...). Apparemment, à Velaine-sous-Amance, les édiles municipaux ne semblent pas être informés de toutes ces actions.

    Et pourtant, il suffirait de peu de chose pour remettre en place la colonne de la croix : un peu de volonté, quelques bonnes volontés... et un peu de ciment !

  • Bientôt un calvaire dans le jardin de Saint-Maur ?

    eef89d0c9657e8e08880e36fef1aaeee.jpgLes Amis de Saint-Maur réfléchissent à l'érection d'un calvaire au centre du jardin monastique aménagé à côté de l'abbatiale Saint-Maur. Des éléments d'un ancien monument funéraire pourraient servir à la réalisation de la croix centrale.

    Des bancs de pierre devraient également être installés.

    D'ores et déjà, les amoureux de l'abbaye Saint-Maur et du patrimoine de la Saône Lorraine peuvent souscrire à la réalisation de ce projet en adressant leur don à :

    ASSOCIATION DES AMIS DE SAINT-MAUR

    18 RUE DES CAILLOUX

    88410 BLEURVILLE

    Prochainement plus d'informations sur ce projet 2008.