Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

grand couronné

  • Brin-sur-Seille (54) : journée patrimoniale et historique de la Seille autour de la Grande Guerre au Grand-Couronné de Nancy

  • Entre Seille et Grand Couronné de 1915 à 1918 : mondialisation et après-guerre

    Ce quatrième opus de Christian Lapointe livre les recherches de l'auteur sur les batailles qui marquèrent l'est de la Meurthe-et-Moselle au cours de la Grande Guerre. Il traite en particulier des déplacements des régiments d'infanterie qui, au prix de lourdes pertes, ont maintenu courageusement la ligne de front sur la frontière de la Seille entre 1915 et 1918. Ces unités furent sans cesse harcelées, continuellement bombardées, jour et nuit, mais les fantassins et les chasseurs ont combattu héroïquement face à un ennemi déterminé.

    L'ouvrage se concentre essentiellement sur les combats du secteur du Grand Couronné, à l'est de Nancy, et sur la région de la Seille. Ces zones ont été très peu étudiées par les historiens de la Première Guerre mondiale, leur attention ayant été surtout attirée, dès 1915, par la guerre de position entre Verdun et la Somme.

    Christian Lapointe s'attache fort judicieusement à rappeler la violence des combats qui opposèrent les deux armées dans la reconquête des différents points stratégiques, mais aussi dans les travaux de maintien des défenses sur un front considérablement détruit et évacué de ses populations civiles.

    De la bataille du Xon jusqu'à la reconstruction, avec une réflexion sur la mondialisation de cette Grande Guerre et les conséquences de l'après-conflit, la présente étude nous livre un vaste panorama de la situation vécue dans ces régions de l'est lorrain.

     

    ‡ Entre Seille et Grand Couronné de 1915 à 1918 : mondialisation et après-guerre, Christian Lapointe, Cercle d'histoire de Laneuvelotte, 2016, 273 p., ill., cartes (30 €).

  • Sur les lieux de la bataille du Grand Couronné

  • De Nancy au Camp des Romains - 1914

    En 1933, le médecin colonel Eugène Georges du 8e régiment d'artillerie de Nancy traduisait les mémoires du général allemand Ludwig von Gebsattel. Depuis 80 ans, ce tapuscrit est resté inédit malgré l'intérêt historique majeur pour la compréhension des batailles du Grand Couronné (ou bataille de Nancy) et du Saillant de Saint-Mihiel en 1914.

    Voilà enfin édité un outil important attendu par les historiens des batailles de Lorraine. La version allemande de ces évènements confirme l'âpreté des combats, l'acharnement pou remporter la victoire sur les forces françaises.

    La description précise des lieux, la présence des noms des combattants et leurs positions sur le terrain, leurs manœuvres bien préparées offrent au lecteur un autre éclairage des conflits en Lorraine au début de la Grande Guerre. Même si les Français sont cités comme étant l'ennemi dans les propos du général commandant le IIIe Corps d'armée bavarois, le lecteur est pris dans l'action et découvre que nous avons échappé de peu à un désastre le 11 septembre 1914, alors que les forces en présence prévoient chacune de leur côté la retraite... C'est la divine surprise qui fait attendre 24 heures au général de Castelnau et à ses généraux, alors que Nancy est bombardée par l'artillerie allemande, commençant leur retraite décidée par le commandement suprême.

    Une équipe d'historiens lorrains a remis le travail du médecin colonel Georges à l'honneur à l'occasion du Centenaire de la Première Guerre mondiale, en accompagnant la traduction avec des notes explicatives.

     

    ‡ De Nancy au Camps des Romains 1914, Baron Ludwig von Gebsattel, Christian Dumont et Jean-Claude L'Huillier (prés.), 2015, 259 p., ill., cartes (22 €).

  • "De Nancy au Camp des Romains 1914" par le général Ludwig von Gebsattel

    Baron Ludwig von Gebsattel, général commandant le 3ème corps d'armée bavarois en 1914.

    En 1933, le docteur Georges du 8ème régiment d'artillerie de Nancy traduisait les mémoires du général allemand von Gebsattel. Depuis 80 ans, ce tapuscrit est resté inédit malgré l'intérêt historique majeur pour la compréhension des batailles du Grand Couronné et du Saillant de Saint-Mihiel. Voilà enfin un outil important attendu par les historiens des batailles de Lorraine et par tous les amateurs d'histoire régionale !

    La version allemande de ces événements confirme l'âpreté des combats, l'acharnement pour remporter la victoire sur les forces françaises.

    La description précise des lieux, la présence des noms des combattants et leurs positions sur le terrain, leurs manœuvres bien préparées offrent au lecteur un autre éclairage des conflits en Lorraine. Même si nous sommes cités comme étant l'ennemi dans les propos du général commandant le 3ème corps bavarois, le lecteur sera pris dans l'action et découvrira peut-être que nous avons échappé de peu à un désastre le 11 septembre 1914, alors que les forces en présence prévoient chacune de leur côté la retraite. C'est la divine surprise qui fait attendre 24h00 au général de Castelnau et à ses généraux, alors que Nancy était bombardée par les forces allemandes commençant leur retraite décidée par le commandement suprême.

    Une équipe de passionnés, composée de Luc et Christian Dumont et Jean-Claude L'Huillier, a remis le travail du médecin-colonel Georges à l'honneur à l'occasion du centenaire de la Grande Guerre.

     

    ‡ Renseignements pour la souscription à cet ouvrage à l'adresse mail : lhuillierjc2@yahoo.fr 

  • Grand Couronné : sur les traces du capitaine Louis Le Jolis de Villiers

    laneuvelotte.jpg

    [ER]

  • Charles Boigegrain, le seul soldat de 14-18 de Saône Lorraine fusillé pour l'exemple

     

    fusillés pour l'exemple.jpgAlfred Charles Boigegrain est né le 23 mai 1881 à Monthureux-sur-Saône, et domicilié à Tignécourt au moment de la mobilisation générale. Il était le fils de Léon François Boigegrain, menuisier, et d'Anastasie Perrin.

    Soldat de 2e classe, il est incorporé à Neufchâteau au 279ème régiment d'infanterie qui stationne à l'époque à Nancy. Ce régiment, qui appartient à la 70ème Division d'infanterie (Division de Fer) et à la 140ème Brigade d'infanterie, est alors commandé par le lieutenant-colonel d'Hérouville.

    Il sera fusillé le 5 août 1914 près de la poudrerie de Neufchâteau, à une poignée de kilomètres de son domicile. Le document militaire donne, de façon lapidaire, le motif de son exécution : "le soldat Boigegrain a été tué par la sentinelle alors qu'il ne respectait pas les consignes". Charles Boigegrain sera donc fusillé avant le départ du régiment de Neufchâteau pour le front, qui eut lieu le 8 août. Le 12 août, le 279ème RI prend position sur la butte d'Amance, à l'est de Nancy, sur les hauteurs du Grand-Couronné, où il participera à l'offensive de la IIIème Armée du général de Castelnau.

     

    lorraine,vosges,monthureux sur saone,tignécourt,fusillé,14 18,279e ri,division de fer,grand couronné

     

    [source : site internet « Mémoire des hommes / les fusillés de la Première Guerre mondiale »]

     

  • Les Cahiers du Poilu spécial "Bataille du Grand Couronné"

    lapointe.jpg

    [ER]

  • Les Cahiers du Poilu : 14-18 vu du Grand Couronné

    lorraine,nancy,grande guerre,grand couronné,christian lapointe,laneuvelotteVoici une formule originale pour découvrir le long temps du premier conflit mondial. Christian Lapointe propose un cahier constitué de "fiches anecdotes" qui est, en quelque sorte, le complément pratique de son ouvrage paru fin 2013 sur Le Grand Couronné : les combats, la victoire.

    Ces fiches, organisées sous la forme d'un quotidien avec ses multiples rubriques, présentent, par petites touches, une vision globale du conflit entre le 3 août 1914 et le 11 novembre 1918. Il s'attache en particulier sur les événements qui ont marqué la Lorraine après la deuxième quinzaine de septembre 1914, tels que les attaques du Xon, du Bois le Prêtre, de Flirey et Limey, la Woëvre et Verdun, sans oublier les escarmouches et bombardements qui affectèrent la frontière d'alors, de la Seille à Blâmont jusqu'aux cols vosgiens. En parallèle, l'auteur s'attarde sur les conditions de vie des populations dans les environs de Nancy durant la Grande Guerre.

     

    ‡ Les Cahiers du Poilu : 14-18 vu du Grand Couronné, Christian Lapointe, éditions du Cercle d'histoire du Foyer rural de Laneuvelotte, 2014, 41 p., ill. (15 €).

  • Le petit-fils du général de Castelnau en visite au Grand Couronné

    CASTELNAU_Laneuvelotte 2014-09-29.jpg

    [ER | courtoisie de Ch. Lapointe]

  • La bataille du Grand Couronné - Août et septembre 1914

    gd couronné.jpg

    Parce que ce fut l'une des premières de la Grande Guerre, la bataille du Grand Couronné - ou bataille de Nancy - est aussi celle que la "grande Histoire" a tendance à oublier.

    Pourtant, sur un front de 70 km, à l'est de Nancy, entre Pont-à-Mousson et Gerbéviller, c'est un carnage qui s'opéra dans l'apprentissage d'une nouvelle forme de guerre pour les deux ennemis en conflit : villages dévastés, civils massacrés ou pris en otage, soldats envoyés "au casse-pipe". Dans ce secteur de la Lorraine, le long d'une frontière subie depuis la défaite de 1870, c'est un condensé des horreurs qui vont durant quatre longues années entacher durablement la conscience de l'humanité.

    Le 12 septembre 1914, jour de la retraite allemande, le théâtre des opérations évolua vers d'autres horizons. Nancy était sauvée et la victoire du  Grand Couronné permit celle de la Marne. Les villages meurtris survécurent dans la résignation. L'armée française oublia de comptabiliser ses soldats tombés au champs d'honneur. Les tourments de la grande Histoire européenne étaient passés par là...

    Cet ouvrage complète fort utilement le livre de Christian Lapointe paru en septembre 2013, en abordant la bataille du Grand Couronné sous l'angle militaro-géographique et en s'attachant à présenter les différents acteurs de cette bataille.

     

    ‡ La bataille du Grand Couronné. Août et septembre 1914, Philippe Bruant, éditions Gérard Louis, 2014, 141 p., ill., cartes (22 €).

  • Nancy : conférence sur la bataille du Grand Couronné le 10 septembre

    nancy.jpg

    [ER]

  • Le général de Castelnau (1851-1944) : le soldat, l'homme, le chrétien

    castelnau.gifLe général Edouard de Curières de Castelnau est l'un des plus grands chefs français de la Première Guerre mondiale. Cet Aveyronnais commença sa carrière comme sous-lieutenant durant la guerre franco-prussienne de 1870 et l'acheva comme général commandant de groupe d'armées.

    Surnommé le "Sauveur de Nancy", il a effectivement battu l'armée allemande en Lorraine lors des batailles du Grand Couronné et de la Trouée de Charmes. Il dirigea ensuite la bataille de Champagne avant de devenir chef d'Etat major général de Joffre et numéro 2 de l'armée française.

    Fervent catholique, au point d'être surnommé par Clemenceau le "capucin botté", le général de Castelnau sera après la guerre député de l'Aveyron, membre de l'Institut et président de la Fédération nationale catholique, puissant et influent rassemblement de centaines de milliers d'hommes pendant l'entre-deux-guerres.

    Cet album biographique exceptionnel présente plus de 600 documents photographiques, iconographiques et d'archives commentés avec compétence par Patrick de Gmeline, historien militaire reconnu.

     

    ‡ Le général de Castelnau (1851-1944). Le soldat, l'homme, le chrétien, Patrick de Gmeline, 2014, éditions Charles Hérissey, 245 p., ill. (45 €).

  • La guerre à coups d'hommes

    renaud.jpgAprès avoir éprouvé la joie et la fierté de libérer quelques villages de la Lorraine annexée depuis 44 ans, la IIe armée avait cru prendre l'ascendant sur un adversaire qui feignait de battre en retraite pour mieux l'attirer vers un terrain qu'il avait choisi, repéré et diaboliquement fortifié...

    A l'occasion du Centenaire de la Première Guerre mondiale, Patrick-Charles Renaud nous fait revivre, grâce aux écrits souvent inédits laissés par des soldats français ayant combattu en Lorraine à cette époque, les premières semaines d'affrontement où, après avoir subi d'entrée une défaite, nos hommes se sont ressaisis pour engager une lutte âpre et coûteuse en vies humaines remportant à la clé une précieuse victoire. Leur plume, tour à tour trempée dans les larmes, le sang et l'acide de la colère, est chargée d'une émotion sans égale.

    Replaçant les batailles de Morhange, du Grand Couronné et de la trouée de Charmes dans leur contexte historique, l'auteur passe en revue tous les aspects de ces premiers combats, des charges à la baïonnettes parfois insensées et souvent meurtrières aux hésitations et à l'incompétence de certains chefs, et nous livre sans censure les réflexions pertinentes des participants, comme celle du caporal Lercher, originaire de Vittel, qui résume bien ce début de guerre : "Nous sommes dans une bataille. Dieu quelle boucherie !"

     

    ‡ La guerre à coups d'hommes. La bataille des frontières de l'Est - Lorraine, août-septembre 1914, Patrick-Charles Renaud, éditions Grancher, 2014, 427 p., ill. (25,90 €).

  • Eté 1914, Nancy et la Lorraine dans la guerre

    été 1914.jpgLe catalogue de l'exposition Eté 1914, Nancy et la Lorraine dans la guerre, présentée jusqu'au 21 septembre au Musée Lorrain de Nancy, développe les différents aspects abordés dans cette rétrospective.

    Les combats de l'été 1914, et notamment la bataille du Grand Couronné, à l'est de Nancy, mais aussi à Morhange ou la bataille de la trouée de Charmes, représentent un moment clé et méconnu du premier conflit mondial. Les mois d'août et septembre 14 marquent un basculement décisif : c'est à une guerre moderne d'un nouveau genre que doit s'adapter brutalement une société dont les systèmes de pensée restaient profondément ancrés dans la mémoire de la guerre de 1870 et l'annexion de l'Alsace-Moselle.

    Par le biais de témoignages, d'oeuvres d'art, d'objets d'époque et de cartes, l'ouvrage présente la manière dont militaires, civils et artistes ont perçu et ressenti le début de la guerre des deux côtés de la frontière.

    Ce catalogue, richement illustré, met en lumière et analyse clairement les différentes facettes, à la fois historique, artistique et sociétale, de cette séquence lorraine décisive pour l'évolution du conflit.

     

    ‡ Eté 1914. Nancy et la Lorraine dans la guerre, Lisa Laborie-Barrière (dir.), Musée Lorrain-Serge Domini éditeur, 2014, 287 p., ill., cartes (39 €).

  • La guerre à coups d'hommes : la bataille des frontières de l'Est - Lorraine 1914

    p-c_renaud.GIF

    P4 COUVERTURE.GIF

     

    ‡ Plus d'info sur l'ouvrage ici http://guerrelorraine1914.monsite-orange.fr/index.html

  • Colloque "Les batailles de Lorraine, août et septembre 1914" le 2 février à Nancy

    la-bataille-du-grand-couronne.gif

    batailles lorraine1.jpg

    batailles lorraine2.jpg

  • Amance en Lorraine : dix siècles d'histoire(s)

    amance.jpgAmance, charmant village perché sur sa butte à l'est de l'agglomération nancéienne, resserré autour de sa motte féodale, son église et son célèbre cèdre. Un point de vue à couper le souffle qui va de Metz au Donon.

    La tradition orale a relayé les travaux des érudits du XIXe siècle, et l'on affirme ici qu'Amance est une des plus anciennes villes de Lorraine, connu alors même que Nancy n'était encore que marécages... Les historiens et amoureux du village, sous l'égide de l'association des Amis du lavoir d'Amance, ont voulu aller au-delà de cette réputation ; ils ont rassemblé ce qui avait été écrit à propos de l'histoire d'Amance et ont effectué des recherches dans les fonds d'archives.

    A l'issue de ce travail collectif, quelques idées reçues ont été remises en cause par des découvertes et des témoignages d'anciens qui ont révélé des faits méconnus.

    Cette remarquable monographie invite le lecteur à partir à la découverte de la riche histoire du village d'Amance, des conflits ayant marqué la localité et ses habitants, la vie des vignerons et des mineurs de fer, des prévôts, bourgeois, ecclésiastiques, régents d'école et autres instituteurs jusqu'à la Seconde Guerre mondiale.

    Un copieux ouvrage richement illustré que nombre de communes lorraines pourraient envier aux Amançois !

     

    ‡ Amance en Lorraine. Dix siècles d'histoire(s), collectif, Les Amis du lavoir d'Amance, 2013, 303 p., ill., cartes (29,50 €).

  • La bataille du Grand-Couronné expliquée aux curieux

    Le Cercle d'histoire du Foyer rural de Laneuvelotte organisait les 8-9 et 10 novembre 2013 à Seichamps (54) des journées dédiées à la Grande Guerre autour de Nancy et spécialement autour de la bataille du Grand-Couronné.

    Expositions, ventes et dédicaces d'ouvrages, causeries ont émaillé ces journées remarquablement organisées par les animateurs du Cercle d'histoire de Laneuvelotte.

    Quelques images...

    lorraine,laneuvelotte,grande guerre,grand couronné,jean marie cuny,cercle d'histoire,foyer rural,jean claude lhuillier

     Le concert de la chorale du Choeur d'hommes de Nancy.

    lorraine,laneuvelotte,grande guerre,grand couronné,jean marie cuny,cercle d'histoire,foyer rural,jean claude lhuillier

    Les routiers Europa Scouts de Nancy interprètent des chants patriotiques

    [rappelons ici que les scouts jouèrent un rôle important - mais peu connu - durant la Grande Guerre en assurant notamment la transmission d'ordres entre différentes unités engagées dans les combats]

    Bleurville_11.11.2013 004.jpg

    Bleurville_11.11.2013 013.jpg

    Bleurville_11.11.2013 010.jpg

    Bleurville_11.11.2013 012.jpg

    Bleurville_11.11.2013 007.jpg

    Bleurville_11.11.2013 008.jpg

    Bleurville_11.11.2013 009.jpg

    Bleurville_11.11.2013 006.jpg

    Bleurville_11.11.2013 001.jpg

    Jean-Marie Cuny lors de sa causerie sur le repos du Poilu.

    lorraine,laneuvelotte,grande guerre,grand couronné,jean marie cuny,cercle d'histoire,foyer rural,jean claude lhuillier

    Christian Lapointe dédicace à tour de bras son ouvrage sur la bataille du Grand-Couronné.

    lorraine,laneuvelotte,grande guerre,grand couronné,jean marie cuny,cercle d'histoire,foyer rural,jean claude lhuillier

    [clichés ©H&PB]

  • Les Journées du Grand-Couronné avec le Cercle d'histoire de Laneuvelotte

    laneuvelotte.jpg

    [ER]

  • "Les Journées du Grand-Couronné" à Seichamps les 8-9-10 novembre 2013

    gc1.jpg

    gc2.jpg

  • Commémoration de la bataille du Grand Couronné

    laneuvelotte.jpg

  • Seichamps (54) : Journées "Grand-Couronné" les 8-9-10 novembre 2013

    grand couronné.jpg

  • La bataille du Grand Couronné avec le Cercle d'histoire de Laneuvelotte (54)

    laneuvelotte.jpg

  • Le Grand Couronné : les combats - La victoire

    lorraine,grand couronné,bataille,grande guerre,1914,christian lapointe,cercle d'histoire,laneuvelotteLa Grande Guerre a débuté en Lorraine en août-septembre 1914 sur un front allant de la butte Sainte-Geneviève à Pont-à-Mousson jusqu'au Léaumont à Lunéville et la Trouée de Charmes. Les combats acharnés qui se sont déroulés sur cette ligne de front ont protégé Nancy et permis la victoire de la Marne. Il faut le souligner.

    Et pourtant le Grand Couronné est une victoire oubliée.

    L'ouvrage de Christian Lapointe est particulièrement bienvenu pour rappeler les faits, évoquer la violence des combats et rétablir la chronologie des événements enrichie de nombreuses cartes et de reproductions de cartes postales et clichés de l'époque.

    Originaire d'un village du Grand Couronné, l'auteur est un collaborateur régulier de La Nouvelle revue lorraine. Passionné par l'histoire de la Lorraine, il partage, avec ce premier ouvrage sur la bataille du Grand Couronné, le fruit de ses recherches.

     

    ‡ Le Grand Couronné, les combats, la victoire, Christian Lapointe, éditions Cercle d'Histoire du Foyer rural de Laneuvelotte, 2013, 199 p., ill., cartes (25 €).

  • Le projet "Poilus de Laneuvelotte" labellisé pour le Centenaire de la Première Guerre mondiale

    poilu-du-grand-couronne.jpg

    Le Poilu du Grand Couronné.


    Le directeur général de la mission Centenaire de la Grande Guerre a informé les responsables du Cercle d'histoire de Laneuvelotte que leur projet Poilus à Laneuvelotte, déjà retenu par le Comité départemental du Centenaire en préfecture de Meurthe-et-Moselle, a été accepté pour la labellisation nationale par le comité de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, après avis de son conseil scientifique.

    Le projet porté par le Cercle d'histoire de Laneuvelotte fait désormais partie du programme officiel du Centenaire qui sera officiellement dévoilé par le Président de la République, lors d’une conférence de lancement du cycle du Centenaire de la Grande Guerre, quelques jours avant le 11 novembre 2013.

    Félicitations aux chercheurs, historiens, érudits et amoureux de l'histoire de la Lorraine du Cercle d'histoire de Laneuvelotte !
  • Nancy se prépare à commémorer le centenaire de la Grande Guerre

    guerre 14_0002.jpg

  • Le Poilu du Grand Couronné n° 5

    poilu.JPG

    ‡ Feuillet édité par le Cercle d'histoire de Laneuvelotte (54). Disponible sur demande (1 €) auprès de adiaquin@yahoo.fr 

  • Nancy : baptême de la promotion "Général de Castelnau"

    prise-d-armes-des-eleves-officiers-de-l-ecole-speciale-militaire-de-saint-cyr-sur-la-place-stanislas-de-nancy.jpgCe samedi 13 avril, la ville de Nancy accueillait la 74ème promotion d’élèves officiers de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr, la « promotion sous-lieutenant et général de Castelnau ». Une prise d’armes a eu lieu dans le cadre prestigieux de la place Stanislas en présence des autorités civiles et militaires.


    Les élèves officiers saint-cyriens sont en visite en Lorraine sur les traces et lieux de combats de leurs deux parrains, dont l’un est considéré comme le « sauveur de Nancy ». Le général d’armée Edouard de Castelnau (1851-1944) a, en effet, organisé la défense de Nancy au cours de la Première Guerre Mondiale et remporté la Bataille du Grand-Couronné (31 août – 11 septembre 1914), ce qui lui a valu le surnom de « sauveur de Nancy » et le titre de grand officier de la Légion d’Honneur.

    Attribuer le nom du général de Castelnau à une promotion de Saint-Cyr, c'est honorer officiellement ce grand militaire et ce grand catholique qui servit la patrie et, pour les Lorrains, qui sauva Nancy et prépara la victoire de la Marne.

    st cyr1.jpg

    [clichés ER]

  • "Notes de campagne 1914-1916" par Jean Duclos, sous-lieutenant au 153e RI

    lorraine,jean duclos,grande guerre,bataille de nancy,grand couronné,morhange,champagne,artois,allemagne,153e riLes notes de campagne de Jean Duclos furent rédigées en 1917 pendant les loisirs auxquels le contraignait sa situation de grand blessé interné en Suisse, après sept mois de captivité en Allemagne où il fut, selon ce qu'il en rapporte, correctement soigné. Elles décrivent en détail et dans un style impeccable, l'expérience d'un jeune homme de "bonne famille" qu'a priori, sauf un vibrant amour de la Patrie, rien ne prédisposait à se jeter corps et âme dans une guerre épouvantable.

    Loin de renvoyer le lecteur à un système de valeurs périmé, le texte de Jean Duclos est l'illustration de qualités d'autant plus recommandables que la société post-moderne d'aujourd'hui tend à leur faire écran. Que ce soit en Lorraine lors de la bataille de Morhange ou au Grand-Couronné, ou en Picardie (1914) où il fut une première fois blessé, en Artois ou en Champagne où il fut à nouveau blessé (1915) ou encore durant les épreuves de la captivité (1916) qui s'ensuivit, ce passionnant récit est celui d'un tout jeune officier de troupe engagé avec un parfait oubli de soi et un esprit de sacrifice absolu dans l'exercice d'un devoir qu'il estimait sans limite au sein d'une fraternité d'armes pudique et chaleureuse.

    Jean Duclos est né en 1891 à Rouen. Affecté en avril 1914 comme sous-lieutenant au 153e régiment d'infanterie au cours de son service militaire, il prit part aux batailles de cette unité en 1914 et 1915. Resté dans l'armée d'active après l'Armistice, il fut tué au Maroc en 1925.

     

    ‡ Jean Duclos, sous-lieutenant au 153e RI. Notes de campagne 1914-1916, Louis-Jean Duclos (présenté par), éditions L'Harmattan, 2012, 225 p., ill. (23 €).