Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

la mothe

  • Les Cahiers de La Mothe n° 9/2017

    Le numéro annuel des Cahiers de La Mothe est paru.

    Depuis 9 numéros, cette publication constitue, année après année, un corpus d'études, de recherches généalogiques et de synthèses qui viennent enrichir l'historiographie de l'ancienne cité fortifiée du Bassigny lorrain.

    Au sommaire :

    - La "Pierre hardie" et la Croix de franchise de La Mothe
    - La colline et le fort de Fréhaut
    - Les souvenirs de La Mothe dans les collections du Musée lorrain
    - Frère Eustache, capucin et soldat de l'Empire
    - L'église d'Outremécourt : une évocation de la forteresse de La Mothe
    - Le pillage du grand étang de Bar par les soldats français en 1634
    - L'incendie de l'église de Saint-Ouen en 1642
    - L'environnement familial et la jeunesse du sculpteur Ignace Robert
    - L'essor d'une lignée de fondeurs du Bassigny : les Daudenet
    - Une famille de bouchers et de taverniers de La Mothe : les Bazard

     

    > Les Cahiers de La Mothe - n° 9/2017 sont en vente dans les bonnes librairies en Lorraine (54 et 88) au prix de 10 €.

    > Plus d'infos sur www.lamothe-bassigny.fr 

  • Les Cahiers de La Mothe n° 8 / 2016

    Poursuivant la publication des travaux de recherches sur la cité martyre lorraine, l'association Pour La Mothe vient de sortir le 8ème numéro des Cahiers de La Mothe.

    Au sommaire :

    - Le monument de La Mothe

    - Les du Boys dits Mable, fondeurs de cloches du Bassigny

    - La famille Dauvin (ou Dauvoin) à La Mothe

    - Le portrait de Nicolas du Boys de Riocour

    - Le retour à La Mothe de la croix reliquaire d'Antoine Sarazin

    - Les armoiries et les étendards de La Mothe

    - La maison seigneuriale de Vrécourt et son inventaire en 1663

    - La garnison de La Mothe au début du XVIIe siècle

    - Un témoignage de la volonté du duc de Lorraine Antoine de renforcer les fortifications de La Mothe (1543)

     

    ‡ Les Cahiers de La Mothe, n° 8, 2016, Association Pour La Mothe, 97 p., ill. (10 €).

  • Le retour de la croix reliquaire d'Antoine de Sarrazin à La Mothe

    Présentation d'une relique d’une forteresse lorraine le 30 avril 2016 à 15h00 en l'église d'Outremécourt (Haute-Marne, entre Neufchâteau et Lamarche) : le retour à La Mothe de la croix reliquaire d’Antoine de Sarrazin de Germainvilliers.

    Le Comité d’Histoire Régionale, le Musée lorrain et l’Association pour La Mothe vous proposent de découvrir une croix reliquaire ayant appartenu à Antoine de Sarrazin, un des défenseurs de La Mothe lors des sièges de la forteresse menés par l’armée du roi de France en 1634 et 1645.

    Des interventions de Pierre-Hippolyte Pénet, Conservateur au Palais des ducs de Lorraine - Musée lorrain, et de Jean Charles, Secrétaire de l’Association pour La Mothe, permettront d’évoquer la chute de cette place forte emblématique de la Lorraine ducale.

  • Retour de la croix-reliquaire d'Antoine Sarazin de Germainvilliers à La Mothe

  • La fête annuelle de la cité de La Mothe

    [L'Abeille]

  • Les Cahiers de La Mothe 2015 sont parus

    La revue annuelle des Cahiers de La Mothe publiée par l'association Pour La Mothe qui travaille à la renaissance de l'ancienne cité fortifiée située dans le Bassigny lorrain - mais aujourd'hui injustement rattachée au département de Haute-Marne - présente un riche sommaire qui contribue à une meilleure connaissance de l'histoire des Mothois et de cette cité martyre détruite par les Français à l'issue du dernier siège de 1645.


    On lira avec intérêt :


    - la visite de l'archiduc Otto de Habsbourg-Lorraine à La Mothe en 2001
    - les tableaux du troisième siège de La Mothe
    - le château de Vrécourt, quartier général des troupes françaises sous La Mothe
    - les moulins de La Mothe et ses meuniers : les Molard
    - le monument funéraire de Nicolas Dubois de Riocour et l'intervention de Jean-Baptiste Bouchardon dans le chœur de l'église de Damblain
    - l'anoblissement d'un marchand mothois : Nicolas Héraudel
    - les infos de l'association
    - l'index des matières, des personnages et des lieux mentionnés dans Les Cahiers de La Mothe, du n° 1 au n° 6

    > Les Cahiers de La Mothe sont disponibles par correspondance en adressant ses coordonnées postales et le règlement (13,30 € port compris) à l'ordre de "Association Pour La Mothe" à : M. Jean CHARLES, 3 rue Victor Hugo, 67204 ACHENHEIM

  • L'association "Pour La Mothe" dresse son bilan

  • Les Cahiers de La Mothe n° 6

    la mothe.jpgL'association Pour La Mothe poursuit son petit bonhomme de chemin en publiant son numéro annuel des Cahiers de La Mothe. Ceux-ci apportent une large contribution à la connaissance de l'histoire de la vieille cité fortifiée lorraine anéantie par les Français sur ordre de Richelieu après le dernier siège de 1645. Les chercheurs et historiens passionnés de l'association enrichissent l'historiographie de la ville à la suite des travaux de leurs grands prédécesseurs, l'abbé Liébault, l'abbé Salmon ou Pierre Marot.

    Dans ce nouvel opus pour l'année 2014, le lecteur y découvrira maints aspects de l'histoire de la cité martyre ainsi que celle de ses habitants. C'est ainsi que l'on fait connaissance avec Laurent de Cliquot, un mothois qui vend une "sauvegarde" aux habitants de Vézelise après son coup d'audace d'avril 1644. Les familles d'un seigneur des environs de La Mothe, les Sarazin de Germainvilliers, et celles des plus humbles de la cité du Bassigny lorrain nous sont présentées à l'occasion de la redécouverte d'un portrait de Jean Baptiste Sarazin (1635) et d'une liste d'habitants de La Mothe du XVe siècle. Enfin, reconstitution en 3D des bastions urbains Saint-Antoine  et de Vaudémont ainsi que les armes à feu stockées dans l'arsenal de la ville satisferont la curiosité de nombreux lecteurs.

     

    ‡ Les Cahiers de La Mothe, n° 6, 2014, 104 p., ill. (13,30 € port compris). Disponible auprès de Jean Charles, 3 rue Victor-Hugo, 67204 Achenheim.

  • "Les Cahiers de La Mothe - n° 6 / 2014" sont parus

    cahiers-la-mothe-6 01.jpg

    cahiers-la-mothe-6-2.jpg

  • Fête de La Mothe le 24 août 2014

    la mothe.jpg

    Le monument de La Mothe.

     

    La fête de l’ancienne cité fortifiée du Bassigny lorrain, organisée par l'association Pour La Mothe, aura lieu dimanche 24 août 2014 sur le site de l'ancienne citadelle détruite en 1645

    (entre Lamarche et Neufchâteau, ouest vosgien).

     

    Au programme :

    visites du site, animations et reconstitutions historiques, expositions généalogiques…

  • Les Cahiers de La Mothe n° 5 : le château de La Mothe en 3D

    lorraine,la mothe,association pour la mothe,jean charlesL'Association Pour La Mothe vient de publier le cinquième opus de ses Cahiers consacrés à l'histoire de la vieille cité fortifiée du sud-ouest lorrain, aujourd'hui rattachée administrativement au département de la Haute-Marne.

    Au sommaire du numéro de 2013 :

    - La Mothe et la France entre 1634 et 1645, par Jean Charles

    - Une course des mothois aux environs de Bayon en 1644, par Régis Croué

    - Le machiavélisme de Richelieu, par Bernard Koch

    - Le château de La Mothe, par Jean Charles

    - Hector II de l'Espine de Saint-Ouen, défenseur de La Mothe en 1634 et 1644-45, par Antoine de Lavaulx

    - De La Mothe à La Marche : itinéraire et carrière monastique du trinitaire Ignace Dilloud (1632-1723), par Jean-François Michel

    - Un procès pour avortement en 1615, par Fabrice Fontaine

    ...Et les notes de lecture et chroniques mothoises 2012.

     

    ‡ Les Cahiers de La Mothe, n° 5, 2013 peuvent être commandés (13,25 € franco) à M. Jean CHARLES, 3 rue Victor-Hugo, 67204 ACHENHEIM.

  • Le chêne des Partisans en forêt de Saint-Ouen (88)

    la mothe.jpg

    [Vosges Matin]

  • La cité de La Mothe en fête

    la mothe1.jpg

    la mothe2.jpg

    [clichés G. Salvini | Cercle d'études locales de Contrexéville]

  • La cité de La Mothe en fête le 18 août 2013

    programme18-08-2013.jpg

    programme-matin-18-08-2013.jpg

    programme-apres-midi-18-08-2013.jpg

  • "Pour La Mothe": bilan et projets pour la vieille cité lorraine

    la mothe_0001.jpg

    [L'Abeille]

  • Le buis de La Mothe

    rameaux.jpg

    Bénédiction des buis.

     

    En cette veille des Rameaux, nous vous proposons une histoire de buis vécue dans notre vieille cité fortifiée de La Mothe, dans le Bassigny lorrain.

    Le buis de La Mothe_PL 1911.pdf

  • L'assaut de La Mothe en 1439 par les "écorcheurs"

    lorraine,la mothe,écorcheurs,roi rené

    Scène de pillage d'une cité fortifiée, XVe s.

     

    Revivez l'assaut donné à la cité lorraine de La Mothe en 1439 par le Bâtard de Bourbon et ses bandes d' "écorcheurs" à l'époque du Bon Roi René, duc de Lorraine et de Bar.

    Il s'agit d'un texte d'Alcide Marot, le chantre du Bassigny lorrain et de La Mothe, paru dans Le Pays Lorrain en 1911.

    L'assaut de La Mothe en 1439_PL 1911.pdf

  • La Mothe

    la mothe.jpg

    Vue de la cité fortifiée lorraine de La Mothe-en-Bassigny (XVIIe s.)

     

    Nous proposons à nos lecteurs une évocation de l'ancienne cité lorraine de La Mothe par André Hallays. Cet article est paru dans Le Pays Lorrain & Le Pays Messin de 1912.

    La Mothe.pdf

  • Les Cahiers de La Mothe n° 4 sont parus

    cahiers la mothe.jpgC'est devenu un rendez-vous attendu. Chaque été, à l'occasion de la fête de la cité de La Mothe, l'association éponyme sort ses Cahiers annuels.

    Faut-il pleurer sur les ruines de cette antique cité fortifiée lorraine ? Sûrement pas. Tous les historiens, archéologues, érudits, passionnés qui contribuent à ces Cahiers nous prouvent que La Mothe vit toujours ; elle vit à travers ses pierres enfouies sous la végétation et ses archives, mémoire de cette cité martyre conservée pieusement pour que son souvenir ne s'estompe point.

    Au sommaire de ce 4ème opus :

    - "Il faut raser La Mothe" : la génèse de la décision

    - Le dénombrement de Louis de Saint-Loup pour Outremécourt du 1er octobre 1574

    - La construction de la boucherie de La Mothe et l'organisation de la profession

    - Le bastion Saint-Nicolas

    - La Mothe en 3D

    - Autour du siège de 1645 : Les Lavaulx et leur alliance Montarby

    - Elégie sur la ruine de La Mothe

    - Un curieux procès à La Mothe en 1606 : les filles "débordées"

    Et la chronique mothoise 2011.

    Avec ces Cahiers, malgré les ruines, malgré l'oubli et la végétation envahissante, la vie de la vieille cité du Bassigny lorrain continue. Ces contributions permettent de mieux connaître - et faire connaître - l'histoire de La Mothe. Ce qui prouve que même les ruines peuvent renaître !

     

    ‡ Les Cahiers de La Mothe, n° 4, 2012, Association Pour La Mothe, 95 p. (10 €).

  • Fête de La Mothe dimanche 19 août 2012

    Programme-2012-La-Mothe-1.jpg

    Programme-2012-La-Mothe-2.jpg

  • Les Cahiers de La Mothe, numéro 3

    la mothe,bassigny,lorraine,association pour la motheDans cette troisième livraison des Cahiers de La Mothe, la revue de l'association Pour La Mothe qui s'est donnée pour objectif la sauvegarde et la valorisation du site de l'ancienne forteresse du Bassigny lorrain, le lecteur se replonge au fil des pages dans la riche histoire de la cité, malheureusement interrompue par la volonté destructrice des Français au XVIIe siècle.

    On y découvre tout d'abord les différents lieux-dits de l'ancien finage de La Mothe qui a si peu changé depuis 1388, les dénominations s'étant pérennisés au fil des siècles. On découvre encore les travaux des ingénieurs et maîtres-maçons qui ont contribué à l'érection des fortifications de la ville.

    Les destins d'une ancienne famille noble, les Lavaulx, et d'un soldat anobli, Jean de Suriauville, sont livrés à la curiosité des amoureux de l'histoire de la cité lorraine ; l'inventaire après décès de notre militaire permet d'illustrer son cadre de vie et les efforts qu'il a déployés pour tenir son rang.

    Les archives du chapitre collégial de La Mothe puis de Bourmont permettent enfin d'appréhender le rôle et la richesse acquis au cours des ans.

    Les Chroniques mothoises clôturent cette publication annuelle.

     

    ‡ Les Cahiers de La Mothe, n° 3, 2011, Association Pour La Mothe (10 €).

  • Fête de La Mothe le 21 août 2011

    Fête de La Mothe - Dimanche 21 août 2011

     

    la mothe 16 juil 09 27.jpg

    Le programme

    Une buvette sera à votre disposition toute la journée 

    * En matinée *

    - 10 H 00 et 10 H 30 : les étapes de la construction de la porte souterraine et sa restauration (chaque visite est limitée à 50 participants)

    Inscription préalable au 03 25 01 70 90 ou au stand de l'accueil le jour de la fête

    Contribution : 1 € au profit de la restauration

    - 11 H 00 : brève présentation de l'histoire de la ville, suivie de deux circuits de visite (au choix) :

    - le château, la grand-rue et la collégiale

    - le front sud de l'enceinte

    Contribution : 1 € au profit de la restauration des vestiges

    * Vers 13 h *

    Déjeuner Lorrain sous chapiteaux

    Réservation auprès de M. François Chapitel au 03 25 01 70 90 ou M. Pierre Amouriq au 03 25 01 72 01

    Possibilité aussi de réserver sur place au stand d'accueil.

    * L'après midi * 

    - La Troupe Les Lames d'en Temps en tenue médiévale, raviront grands et petits tout au long de l'après midi (www.lames-d-en-temps.fr)

    - Démonstration de plusieurs artisans (bois, pierre...)

    - Exposition de généalogie des descendants des habitants de La Mothe

    - Stand de l'Association pour La Mothe : vente de livres, affiches, revues (dont le dernier Bulletin de La Mothe n° 3)

    * En soirée * 

    - Barbecue et bal champêtre

    - Feux d'artifice

  • "Les racines du bien", premier roman historique du Vosgien Roger Poinsot

    lorraine,vosges,marey,roger poinsot,guerre de trente ans,la motheQuelle famille pourrait supporter, aujourd'hui, la misère et la famine qui ruinaient la Lorraine de nos aïeuls ? Cette époque, celle du XVIIe siècle, n'est pas si lointaine. Remontez votre propre passé de quelques « grand-pères » et vous retrouverez cet homme tenaillé par la faim, la peur du loup, celle du diable.

    Dans cette période, celle de la guerre de Trente Ans, Roger Poinsot a voulu se placer dans la peau de l'un d'entre eux, Hyacinthe, le grand-père à nous tous.

    Suivez ce jeune homme dans son parcours vers le petit village du duché de Lorraine, à la frontière du royaume de France : Marey. Il prend la décision de partir de cette belle cité fortifiée de La Mothe, en pleine destruction. C'est le début des rencontres avec les brigands, les villages rasés et surtout l'obscurantisme.

    Pensez qu'en 1645, manger ce qui pousse sous terre, c'est manger le diable... Hyacinthe, ce grand-père qui pourrait être le vôtre, l'a fait.

    L'auteur, Roger Poinsot, est professeur en génie mécanique à la retraite. Passionné d'histoire, il sillonne la région, prospecte et effectue ses premières fouilles avec le Cercle d'études locales de Contrexéville. Plongé dans les archives des Vosges depuis 2004, il s'imprègne du quotidien des Lorrains des XVIIe et XVIIIe siècles dont il aime dépeindre la vie simple. Son premier roman en est une illustration. En même temps, depuis 2002, il expose sa peinture fondée sur le passé de la paysannerie ; il obtient, en 2010, le 1er prix du public de la commune vosgienne de Circourt-sur-Mouzon.

    Les racines du bien, roman de 190 pages, est illustré de dessins et tableaux peints par l'auteur. L'ouvrage est publié par les Editions des Lutins.

     

    ‡ Souscription pour Les racines du bien ouverte jusqu'au 18 septembre 2011. Pour commander l'ouvrage, imprimez ou recopiez le bon de souscription ici : souscription_les racines du bien.pdf

  • Meuse ou Barrois ?

    Initialement et sans l’intervention de Verdun, le département de la Meuse devait s’appeler le Barrois. La première matérialisation du territoire a été fabriquée en 1790 à partir d’une carte de France réalisée par la famille Cassini.

     

    meuse.jpgSes dimensions sont plutôt imposantes : 116,5 cm x 152 cm. Conservée sous surface vitrée à une température de 18° et un taux d’humidité de 50 %. Un peu jaunie mais « en assez bon état », la première carte du département de la Meuse (qui aurait dû s’appeler le Barrois sans l’intervention énergique de Verdun qui ne se reconnaissait pas dans la dénomination !) remonte au début de l’année 1790, date à laquelle l’Assemblée nationale décide de créer 83 départements divisés en districts, en cantons et en municipalités. Ce bien précieux a été offert par un habitant à la municipalité de Bar-le-Duc à une date inconnue.

     

    « Elle est à l’échelle 1/86 400, ce qui correspond à 10.000 toises. Elle trouve son origine dans des morceaux de la carte de France réalisée, à la demande de Louis XV, par la famille Cassini à partir de 1756 jusqu’au début de la Révolution », explique Jean-Baptiste Legoff, des Archives départementales de la Meuse. En y regardant le plus près, le contour du département est en papier, lequel est collé sur une toile, d’où cet effet de relief. « On peut y lire des traces d’appellation de l’Ancien Régime comme le Clermontois (ancienne appartenance de la famille Condé), la Champagne et la Lorraine », poursuit le spécialiste.

     

    Visuellement, le relief n’est pas très bien représenté sur cette carte qui se rapproche davantage du dessin. Seules les routes principales y figurent, comme le détail des 8 districts et des 79 chefs-lieux de canton qui la composent.

     

    L’orthographe y est aussi imprécise, l’indication des départements de « la Mozelle » et de « la Meurte » en témoigne.

     

    la mothe.jpgPour définir le territoire meusien, le comité de division territoriale a d’abord dû délimiter la Lorraine par rapport à la Champagne. Des luttes d’influences se sont alors engagées auprès des députés en vue d’aboutir à un découpage que l’on connaît peu ou prou aujourd’hui. Un premier projet instituait un département du Barrois réunissant Bar-le-Duc, Toul et Neufchâteau, tandis qu’un autre était pressenti autour de Verdun, Montmédy, Étain et le Clermontois. « Verdun, en étant rattaché à Metz, aurait perdu son évêché. Sa forte volonté de le conserver a abouti à une troisième solution qui a finalement été retenue en regroupant Barrois, Verdunois et Clermontois. Bar-le-Duc a également tout fait pour s’étendre vers l’Ouest afin de ne pas être trop excentrée dans le département. Le député Gossin aurait aussi voulu intégrer Saint-Dizier à la Meuse. Et si le Bassigny barrois a été cédé à la Haute-Marne (dont l'ancienne cité fortifiée de La Mothe), des conquêtes ont eu lieu sur la Champagne comme Mandres, Bure, Hévilliers et Luméville », détaille l’archiviste.

     

    Bar-le-Duc_Place_Saint-Pierre.jpgAfin d’équilibrer les pouvoirs, les trois grandes villes du département de la Meuse ont fini par s’arranger : Verdun gardait son évêché, Saint-Mihiel accueillait le tribunal criminel et Bar-le-Duc devenait capitale administrative. « Il est vrai que la volonté du gouvernement était de placer chaque chef-lieu de département au centre du territoire. Ce n’est pas une règle en regardant le cas de Bar-le-Duc qui ne constitue toutefois pas une exception. »

     

    Et puis arrive la Constitution du 5 fructidor an III (22 août 1795) qui prévoit la suppression des districts. Ses administrations ont souvent été des soutiens de la Terreur. À partir de 1800, sous le Consulat, Verdun conteste sans discontinuer la position de Bar-le-Duc comme siège du département. Plusieurs mémoires sont rédigés à ce dessein dans une grande offensive restée vaine. Sous Napoléon Ier, le nombre de cantons est fortement réduit et la Meuse passe de 8 districts à 4 arrondissements. Celui de Montmédy est à son tour supprimé en 1926 pour des raisons budgétaires. Il en reste alors trois que l’on retrouve sur la carte actuelle de la Meuse. Plus de deux siècles plus tard, l’évolution du territoire meusien est considérable.

     

    [d'après L’Est Républicain | 14.07.11]

  • Parution du n° 2 des Cahiers de La Mothe

    Le deuxième opus des Cahiers de La Mothe est paru à l'occasion de la fête annuelle de la cité du Bassigny lorrain.

    cahiers la mothe n° 2.jpgDestiné à soutenir les actions en faveur de la réhabilitation du site de l'ancienne forteresse lorraine de La Mothe, ces Cahiers proposent de solides et intéressants articles.

    La mémoire de La Mothe est évoquée par Fabrice Fontaine. Jean Charles tente de percer le mystère du Chêne des Partisans et propose également de nouveaux documents iconographiques sur La Mothe ainsi qu'un article sur la porte de Soulaucourt, élément défensif de la cité de La Mothe. Il aborde par ailleurs les célèbres coutumes du Bassigny si indispensables à tout chercheur qui veut pénètrer les arcanes du droit du Barrois mouvant... et non mouvant. Bernadette Bruyand présente la maison Du Boys à La Mothe et Jean-François Michel brosse le portrait d'Antoine de Choiseul d'Iche, gouverneur et défenseur de La Mothe. Enfin, Antoine de Lavaulx rappelle le souvenir de son ancêtre Jean de Lavaulx, lieutenant du capitaine de La Mothe.

    Un beau sommaire qui devrait plaire à tous ceux qui sont attachés à la cité martyre de La Mothe, symbole éternel de la résistance lorraine face à la France.

     

    >> Les Cahiers de La Mothe, numéro 2, 2010 (10 €), en vente dans toutes les bonnes librairies lorraines et champenoises ou à commander (13 € franco de port) par courriel à jeancharles@evc.net