Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

graveur

  • La France vue du Grand Siècle - Dessins d'Israël Silvestre (1621-1691)

    Né en 1621 à Nancy, dans une famille d’artistes, recueilli après la peste à Paris par son oncle et parrain, le graveur Israël Henriet, également éditeur de Jacques Callot, Israël Silvestre est formé à la gravure dans le milieu de ce dernier.

    Très tôt, il se consacre à la représentation de paysages urbains. Ses premières « vues », pittoresques et de petit format, illustrent aussi bien Nancy que les villes traversées de Paris à Rome, où il effectue plusieurs voyages entre 1638 et le début des années 1650.

    Les œuvres de la maturité offrent, au contraire, de vastes panoramas, montrant la capitale, ses fêtes royales (carrousel de 1662 et bals au Louvre et à Fontainebleau) et ses transformations, mais aussi le profil des villes conquises par Louis XIV en Lorraine et dans les Ardennes. En 1665 et 1667, Silvestre se rend en effet dans l’Est de la France à la demande de Colbert pour relever les villes fortifiées - Toul, Metz, Jametz, Verdun, Charleville... - et réaliser des gravures de dimensions exceptionnelles qui clament la grandeur du règne de Louis XIV par l’image.

    Enfin, ses vues en série des beaux châteaux d’Île-de-France – Vaux-le-Vicomte, Meudon, Montmorency, Versailles – renouvellent le regard sur l’architecture et les jardins.

    Un ouvrage pour découvrir un ensemble exceptionnel de dessins d'Israël Silvestre, présenté pour la première fois ; car si ses gravures ont été largement diffusées, ses dessins demeurent méconnus.

    ‡ La France vue du Grand Siècle. Dessins d'Israël Silvestre (1621-1691), Bénédicte Gady et Juliette Trey, Louvre éditions - Lienart, 2018, 207 p., ill., 29 €.

  • Epinal (88) : exposition "Jean-Paul Marchal imagier" au Musée départemental

  • Dans l'atelier du graveur et imagier vosgien Jean-Paul Marchal

    Rencontre récente avec le maître graveur et imagier, Jean-Paul Marchal, dans son atelier sur les hauteurs d'Epinal.

    Notre artiste vosgien a toujours un projet de création d'avance : il travaille actuellement à une gravure sur bois représentant les différents lieux de culte d'Epinal (basilique Saint-Maurice, temple protestant, synagogue et mosquée) qui symbolisera la fraternité entre les religions et les croyants. Cette gravure sera présentée officiellement lors des Journées du Patrimoine de septembre prochain au musée de l'Imagerie.

    Le bonhomme prépare aussi une exposition d'oeuvres gravées anciennes revues et aménagées par le maître à la façon du célèbre graveur japonais Hokusai, pour lequel Jean-Paul Marchal voue une grande admiration.

    Son actualité, c'est aussi le versement de ses bois gravées aux archives départementales des Vosges (1867 au total !) : ceux-ci seront répertoriés, dûment décrits et numérisés afin de pouvoir être consultés par les chercheurs et le grand public.

    Un artiste de grand talent assurément. Et tellement attachant !

  • "La Lorraine de Jean-Paul Marchal" à châtel-sur-Moselle le 13 juillet

    Chatel-marchal.jpg

  • André Jacquemin, le catalogue raisonné de l'Oeuvre gravé

    jacquemin.jpgAndré Jacquemin a gravé, de 1920 à 1991, mille quatre cent huit estampes en taille-douce, usant comme procédé de l'eau-forte, de la pointe sèche et du burin. A ces oeuvres en feuille isolée s'ajoutent un millier de gravures d'illustrations de livres, cinq burins sur argent pour l'orfèvrerie Christofle, vingt-quatre monotypes et une quinzaine d'impressions sur plâtre.

    Le catalogue raisonné des estampes de l'artiste vosgien présente l'intégralité des gravures en feuille. Les notices sont illustrées. En annexe, une liste des quarante-sept livres illustrés par l'artiste de 1938 à 1989 est présentée. Suit un index de deux cents portraits gravés identifiés, de trois cents lieux précis et de plus de cent trente animaux. Puis une liste sélective de cent cinquante-deux expositions individuelles et de près d'une centaine d'expositions collectives complétée par divers Salons où le maître André Jacquemin exposait régulièrement. Une bibliographie clôture l'ouvrage.

    Nous avons là un ouvrage qui contribue à la connaissance et à la diffusion de l'oeuvre gravé de Jacquemin. Oeuvre impressionnant, alliant sensibilité, profondeur et puissance qui traduit aussi l'amour du maître pour son département natal : les Vosges.

    Un remarquable catalogue que tous les amoureux de l'oeuvre d'André Jacquemin auront à coeur de mettre en avant dans leur bibliothèque.

     

    >> André Jacquemin. L'Oeuvre gravé. Catalogue raisonné, Gisèle Lambert, Anne Monestier Jacquemin, Serge Domini éditeur & Conseil général des Vosges, 2010, 303 p., préface de Christian Poncelet, président du Conseil général des Vosges (39 €).

  • Renard-Pèlerin ou les Mémoires du graveur Jacques Callot

    renard pèlerin.jpgPaulette Choné aurait pu écrire la biographie de Jacques Callot, le célèbre graveur lorrain des XVIe-XVIIe siècles ; elle a préféré lui laisser le soin de se raconter lui-même. Elle l’imagine donc rédigeant ses Mémoires, seul, à la veille de mourir. Il s’adresse à l’aimée, sa confidente, et se souvient. Le récit du graveur, parfaitement maîtrisé et méthodique, habité par la succession des faits, s’emballe parfois au point que la chronologie s’emmêle – quand l’émotion le submerge, quand la main, acquise à une longue habitude, trace d’elle-même l’esprit des lettres sous la plume. L’écriture précise de Paulette Choné, tantôt acérée, tantôt déliée, possède assurément toutes les qualités de l’œuvre gravé de son modèle.

     

    Paulette Choné, née en Lorraine, est philosophe et spécialiste de l’histoire de l’art des XVIe etpaulette choné.jpg XVIIe siècles. Elle est professeur à l’Université de Bourgogne. Elle a consacré de nombreux ouvrages et articles à l’art et aux traditions en Lorraine et dirigé l’important catalogue publié à l’occasion de l'exposition internationale Jacques Callot de 1992. Elle est l’auteur de L’Atelier des nuits (1992) et a coordonné la publication de L’Âge d’or du nocturne (2001). Renard-Pèlerin est son premier récit.

     

    Le Bruit du temps est une nouvelle maison d'édition parisienne qui tire son nom d'un titre d'Ossip Mandelstam. Dirigé par Antoine Jaccottet, Le Bruit du temps publie des textes d’aujourd’hui tout autant que des « classiques oubliés », ou momentanément tombés dans l’oubli. Plus d’infos sur http://www.lebruitdutemps.fr/

     

     

    >> Renard-Pèlerin, Paulette Choné, Le Bruit du temps éditeur, 2009, 264 p. (22 €).