Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

charles vii

  • Robert de Sarrebrück ou l'honneur d'un écorcheur

    robert.jpgLe parcours de Robert de Sarrebruck (1400-1462), seigneur de Commercy, offre à lire des pages méconnues de la guerre de Cent Ans. Au début du XVe siècle, ce grand baron lorrain, longtemps dénoncé comme un vulgaire brigand, anima aux marches du royaume de France, entre Champagne et Lorraine, un mouvement de résistance face aux forces anglo-bourguignonnes. Cette action aux frontières éclaire aussi d'un jour nouveau l'épopée de Jeanne d'Arc.

    Proche de Robert de Baudricourt, le sire de Commercy s'est toujours montré fidèle au parti orléanais, puis armagnac. Compagnon d'armes des grands capitaines français qui ont porté Charles VII jusqu'au trône, il accompagne aussi ceux que l'historiographie a dépeints sous les traits sanglants des Ecorcheurs. Mais le sire de Commercy, dans cette lorraine marquée par de forts particularismes politiques, n'hésitait pas à prendre les armes pour défendre ses intérêts personnels. Au terme de la guerre de Cent Ans et avec la réforme de l'armée royale, il dut, à l'instar d'autres grands féodaux, abdiquer ses prérogatives pour se soumettre à l'autorité du roi.

     

    ‡ Robert de Sarrebruck ou l'honneur d'un écorcheur (1400-1462), Valérie  Toureille, PUR, 2014, 272 p. (21 €).

  • Le roman de Jeanne d'Arc

    Le-roman-de-Jeanne-dArc-Philippe-de-Villiers.jpgQuand un Lorrain - Philippe de Villiers, le Vendéen, a des origines lorraines via la branche des Saintignon qui possédait de nombreux fiefs en Lorraine au temps des ducs de Lorraine - rend hommage à une Lorraine.

    Jeanne d'Arc demeure le plus pur chef-d'oeuvre que le génie allégorique ait jamais déposé en notre littérature. Dépouillée de toutes ses représentations, c'est une toute autre jeune fille simple, sincère et portée par la grâce de ses voix célestes que nous dépeint dans son roman, au plus près de la vérité historique, Philippe de Villiers.

    Il apporte des éléments inconnus ou peu connus ou travestis par de pseudo-historiens, des précisions extrêmement fines. Le mystère de Jeanne d'Arc est mis en lumière en faisant parler Jeanne à la première personne. Il réalise là un exploit délectable jamais tenté jusqu'alors. C'est redécouverte est littéralement bouleversante.

     

    ‡ Le roman de Jeanne d'Arc, Philippe de Villiers, éditions Albin Michel, 2014, 546 p. (22,50 €).

  • La belle histoire de Jeanne d'Arc

    jeanne d'arc.jpgJeune fille d'origine paysanne, Jeanne d'Arc, née en 1412 à Domremy, aux confins de la Lorraine et de la Champagne, est guidée par les voix célestes de saint Michel, de sainte Marguerite et de sainte Catherine qui lui confient la rude et périlleuse mission de bouter les Anglais hors du royaume des Lys.

    D'un caractère bien trempé, elle franchit tous les obstacles et parvient à rencontrer le Dauphin Charles à Chinon qui lui offrira son appui. De chevauchées en combats, elle portera l'armure et l'épée afin de conduire les troupes françaises à la victoire et réussira à faire sacrer Charles VII à Reims.

    Capturée par les Bourguignons à Compiègne, Jeanne est vendue à l'ennemi et, après un procès en hérésie mené par Pierre Cauchon, évêque de Beauvais, elle est condamnée au bûcher.

    Jeanne d'Arc est devenue un personnage célèbre dans le monde entier et sa mission au service de la France et de Dieu continue de fasciner nos contemporains.

    Ce bel album raconte la vie et l'épopée de notre jeune paysanne lorraine qui remit le roi Charles sur son trône et chassa l'envahisseur du royaume de France. Sa vie y est racontée à travers un texte dense découpé en courts chapitres. Les épisodes les plus marquants de l'épopée johannique sont mis en images par un illustrateur de talent au trait franc et clair.

    Un album à offrir à nos jeunes lecteurs. Mais les plus grands sont aussi autorisés à le lire !

    L'auteur, Nicole Lazzarini, est passionnée par les arts et traditions populaires. Elle a publié de nombreux ouvrages sur le patrimoine architectural, gastronomique ou folklorique des régions. Elle partage sa vie entre Lorraine et Provence.

    L'illustrateur, Jean-Noël Rochut, travaille pour les plus grandes maisons d'édition. Il a illustré récemment l'Histoire illustrée de la Lorraine publiée aux éditions Ouest-France.


    ‡ La belle histoire de Jeanne d'Arc, Nicole Lazzarini et Jean-Noël Rochut, éditions Ouest-France, 2013, 64 p., ill. (12,50 €).

  • De l'hérétique à la sainte : les procès de Jeanne d'Arc revisités

    jeanne d'arc.jpgJeanne d'Arc est à la fois l'une des figures les mieux connues du Moyen Âge et l'une des plus énigmatiques. Elle a été l'objet de deux procès, de condamnation (1431) et de réhabilitation (1456). Ces procès d'Eglise étaient des procès politiques : à travers Jeanne, le premier cherchait à déconsidérer Charles VII et le second à lui restituer son honneur.

    Cet ouvrage a pour objet de présenter de façon abordable les résultats récents de la recherche : le contexte historique du procès - celui d'une occupation d'une bonne partie du royaume de France par les Anglais - ainsi que certains aspects juridiques (le premier procès dirigé par l'évêque de Beauvais, Pierre Cauchon, suit étroitement les règles de la procédure d'inquisition). D'autres aspects, linguistiques ou historiques, sont pour la première fois analysés. C'est ainsi que le latin, langue de la traduction officielle du premier procès, est étudiée, de même que le second procès est éclairé par l'analyse des mémoires relatifs au procès de condamnation produits par de savants clercs pour la procédure de révision. Est également étudiée la représentation des procès, qui a beaucoup évolué dans le temps, du XVIe au XXe siècle. Cette évolution est sensible aussi bien dans l'historiographie que dans la littérature, les arts plastiques, le cinéma ou la musique.

    Jeanne a été en effet considérée tour à tour comme une hérétique, une illuminée, ne sainte et une héroïne nationale, et son image peut se prêter à toutes les récupérations politiques.

     

    ‡ De l'hérétique à la sainte. Les procès de Jeanne d'Arc revisités, François Neveux (dir.), Presses universitaires de Caen, 2012, 343 p., ill. (25 €).

  • Jeanne d'Arc, la chanson et la geste

    jeanne d'arc.jpgJeanne la Pucelle, "Jeanne sans portrait, sans sépulture" selon André Malraux, Jeanne le plus grand soldat de France, en pleine guerre de Cent Ans...

    Par un grand jour d'été dans le jardin familial à Domremy, à treize ans, Jeanne est foudroyée par le "mystère", ses voix, l'ange... A dix-sept ans, elle obtient à Vaucouleurs un habit d'homme, un cheval, une petite troupe et serend ainsi à Chinon... Elle reconnaît le Dauphin. Ebranlé, convaincu, il lui fournit une armée, une armure, cet étendard qu'elle adore. C'est la victoire. A dix-huit ans, Jeanne est au fait de son triomphe et veux achever sa "mission".

    Puis c'est la disgrâce, les trahisons. L'échec devant Paris. Condamnée au bûcher pour hérésie, Jeanne est brûlée vive. Son dernier cri est "Jésus !". Elle avait dix-neuf ans.

    1456 : le roi demande le procès en réhabilitation de Jeanne. La "Nation France" est née. En 1920, l'Eglise l'a canonisée faisant de Jeanne d'Arc la seconde patronne de la France.

    Hortense Dufour signe avec cet ouvrage une biographie époustouflante où s'entrecroisent toutes les fougues, le sacré, le profane, la douceur et la férocité des jours. Elle est allée aux sources originelles - c'est-à-dire celles issues des procès de condamnation et de réhabilitation - pour nous faire partager la geste de Jeanne.

     

    ‡ Jeanne d'Arc, la chanson et la geste, Hortense Dufour, éditions Flammarion, 2012, 704 p., ill. (24,90 €).

  • La vraie mission de sainte Jehanne d'Arc

    lorraine,domremy,jeanne d'arc,charles VII,sacre,mission,divine,christ,royaume de franceOn croit tout savoir sur sainte Jehanne d'Arc. Et si on n'avait pas compris la raison fondamentale de sa mission ? Louis-Hubert et Marie-Christine Remy proposent un essai sur un événement johannique qui fixe sa véritable mission auprès du Dauphin, mission d'essence surnaturelle, répondant aux injonctions de ses voix célestes : faire sacrer roi de France le futur Charles VII.

    Dans cette approche historico-spirituelle, les auteurs développent la théorie de la "triple donation" par laquelle Jehanne, investit de sa mission divine, se fait attribuer mystiquement le royaume de France par le futur roi puis, Jehanne reine de France l'espace d'un instant, dédie le royaume des lys au Christ avant de le réatribuer au Dauphin. Cela s'est passé à Saint-Benoît-sur-Loire le 21 juin 1429. Un document, retrouvé par les auteurs dans les archives secrètes du Vatican, en apporte la preuve.

    Ainsi, le « roi de Bourges », comme on le surnomme par dérision, voit sa légitimité renforcer grâce à l'intervention de Jehanne d'Arc, une jeune fille venue des marches de Lorraine...

    Cet ouvrage, original et surprenant à bien des égards par ses éclairages, veut avant tout réhabiliter la mission divine de Jehanne ; explication soigneusement ignorée - voire écartée - par l'historiographie laïciste moderne. En tout cas, il ne ressemble à aucun autre livre - et ils furent pléthores ! - publié durant cette année du 6ème centenaire de Jehanne "la Bonne Lorraine".

     

    ‡ La vraie mission de sainte Jehanne d'Arc, Louis-Hubert et Marie-Christine Remy, éditions ACRF, 2012, 395 p., ill. (20 €).

  • Jeanne d'Arc en vérité

    jeanne d'arc.jpg2012 marque le six centième anniversaire de la naissance de Jeanne d'Arc. Figure emblématique du Moyen Âge, la Pucelle a autant marqué ses contemporains que nourri les fantasmes de l'histoire de France. La profusion d'ouvrages, passionnés ou polémiques, qui lui ont été consacrés témoigne de l'engouement pour cette figure providentielle. Véritable mythe national et objet des suppositions les plus saugrenues, Jeanne d'Arc a connu les légendes dorés ou noires - tour à tour réprouvée, adorée, accaparée par une multitude de sensibilités.

    Dans cet ouvrage, Gerd Krumeich replace Jeanne d'Arc dans son époque et avec ses contemporains, en proie aux croyances de son temps. A l'appui des meilleures sources et des recherches récentes, l'auteur nous livre, du point de vue allemand, une biographie impartiale, intime et vivante, et restitue admirablement le destin trépidant de notre Jeannette, de sa naissance à Domremy en 1412 à son exécution à Rouen en 1431.

    Pour ceux qui ne connaîtrait pas bien la vie et l'oeuvre de "Jehanne la bonne Lorraine", voici un ouvrage synthétique et clair, qui interroge sur les mentalités de l'époque, tout en replaçant l'histoire de notre héroïne et sainte nationale dans l'histoire des mentalités.

     

    ‡ Jeanne d'Arc en vérité, Gerd Krumeich, éditions Tallandier, 2012, 256 p., ill. (17,90 €).

  • Jeanne d'Arc, du siège d'Orléans à la bataille de Patay

    jeanne d'arc.jpgAnnée 1428, la guerre entre l'Angleterre et la France fait rage depuis près de cent ans. Par le traité de Troyes en 1420, la couronne de France appartient officiellement à la dynastie des Lancastre. Un prince de 6 ans à peine, le petit Henri VI, s'intitule "par la grâce de Dieu roi de France et d'Angleterre." Les Anglais et leurs alliés Bourguignons dominent les territoires s'étendant au nord de la Loire, mais ne maîtrisent en rien les contrées situées au-delà du grand fleuve. Depuis Bourges règne Charles VII, héritier des Valois, revendiquant également pour son compte le trône des lys. Il est entouré de ses partisans, les fameux Armagnacs. Les deux camps se livrent une lutte acharnée. La France a deux rois. C'est un de trop !

    Durant l'été 1428, Bedford, régent d'Henri VI, décide d'en finir avec celui qu'il considère comme un usurpateur. Une puissante armée anglaise débarque à Calais, file vers la Loire et impose le blocus d'Orléans. Pour Charles VII, la perte de cette ville signifierait à coup sûr la chute de ses états. Il décide donc de la défendre coûte que coûte. D'octobre 1428 à mai 1429, les combats font rage autour de la cité ligérienne. La situation des assiégés paraît désespérée, jusqu'à l'arrivée d'une jeune paysanne venue de Lorraine et prénommée Jeanne.

    La Pucelle d'Orléans entre dans la légende. Dans son sillage, les Français retrouvent le goût de la victoire et volent de succès en succès, jusqu'à la bataille décisive de Patay.

    Cet ouvrage clair, vivant, sympathiquement illustré, propose de revivre ces heures de grande aventure.

     

    >> Du siège d'Orléans à la bataille de Patay, 1428-1429. Jeanne d'Arc sur le chemin de la victoire, Stéphane William Gondoin, Histoire & Collections éditions, 66 p., ill., cartes (15,50 €).

  • A Vaucouleurs le 22 février, fête du 580ème anniversaire du départ de Jehanne d’Arc

    La cité meusienne de Vaucouleurs se prépare à fêter le 580ème anniversaire du départ de Jehanne d’Arc par la Porte de France en 1429. Les festivités auront lieu le dimanche 22 février.

     

    >> Le programme :

     

    > Dès 9 h 30 :

    Accueil des villageois de Domremy

    Ouverture du marché médiéval

    Ouverture du salon des auteurs

    Ouverture de la bourse aux objets johanniques

    Ouverture du Musée

    Exposition "Jehanne, une Sainte des Tranchées"

    Début des animations médiévales (nombreuses troupes)

     

    > 10 h 00 : messe célébrée en l’église paroissiale par Mgr Maupu, évêque de Verdun

     

    > 11 h 00 : cérémonie officielle devant la statue équestre de Jehanne

     

    > 14 h 00 :

    Pièce de théâtre à l'Espace Lyautey

    Contes à la crypte

    Concert de la chorale à la chapelle castrale

    Concert de flûtes à bec à l'église Saint-Laurent

     

    > Vers 16 h 00 : reconstitution historique du Départ de Jehanne

     

     

    30e pèlerinage domremy-vaucouleurs 18.05.08 017.jpg
    La Porte de France et la chapelle castrale à Vaucouleurs

     

     

    >> Rappel historique :

     

    statue jeanne d'arc vaucouleurs.jpgLa ville commandée par le capitaine Robert de Baudricourt, abritait une garnison fidèle à Charles VII, mais très isolée entre les domaines du duc de Bourgogne, vassal du roi d'Angleterre, et ceux du duc de Lorraine, vassal de l'empereur d'Allemagne. Jehanne y vint, sans doute en janvier 1429, pour demander une escorte pour se rendre auprès du roi. Éconduite par le capitaine, elle tenta de gagner la France par ses propres moyens, accompagnée de son oncle Durant Laxart. Sur le chemin de Chinon, elle s'arrêta à l'ermitage de Saint-Nicolas de Sepfonds et rebroussa chemin. Emmenée jusqu'à Toul par Bertrand de Novellompont, elle y rencontra le duc de Lorraine Charles II auquel elle demanda en vain la compagnie de son gendre René d'Anjou.

     

    De retour à Vaucouleurs, elle obtint de Baudricourt une escorte pour la mener devant Charles VII. Elle prit son départ aux environs du 15 février. Le voyage dura 11 jours, passant par Saint-Urbain, Auxerre, Gien et Sainte-Catherine-de-Fierbois.