Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

condamnation

  • Jeanne d'Arc, histoire et mythes

    jeanne d'arc.jpgTout a-t-il été dit sur Jeanne d'Arc ? On le pense souvent, même chez les historiens. Que resterait-il de neuf à dire sur un personnage qui a suscité tant d'études sérieuses et tant de théories farfelues ?

    Tirées d'un colloque international tenu à Orléans en mai 2012, à l'occasion du 600e anniversaire de la naissance de la Pucelle, les contributions réunies dans ce volume illustrent le profond renouvellement des recherches sur Jeanne d'Arc. En mettant à profit les acquis récents de l'historiographie de la justice, les médiévistes revisitent différents aspects du fascinant procès de condamnation de 1431 et mettent en évidence la figure de frère Jean Bréhal, le maître d'œuvre de la procédure d'annulation de 1456. Mais depuis longtemps, les études autour de Jeanne d'Arc ne sont plus le domaine réservé des historiens médiévistes. Les spécialistes des époques postérieures se penchent ainsi sur la postérité de Jeanne jusqu'à nos jours, dans l'histoire, la littérature, les arts et la politique, en France, en Europe et même au Japon.

    Tous les champs actuels de la recherche johannique se trouvent ainsi couverts. Décidément, la Pucelle d'Orléans - et notre "Bonne Lorraine" - n'a pas fini de susciter l'intérêt des historiens ! C'est cette passion sans cesse renouvelée que le volume espère faire partager aux lecteurs.

     

    ‡ Jeanne d'Arc : histoire et mythes, Jean-Patrice Boudet et Xavier Hélary (dir.), Presses Universitaires de Rennes, 2014, 290 p., ill. (20 €).

  • De l'hérétique à la sainte : les procès de Jeanne d'Arc revisités

    jeanne d'arc.jpgJeanne d'Arc est à la fois l'une des figures les mieux connues du Moyen Âge et l'une des plus énigmatiques. Elle a été l'objet de deux procès, de condamnation (1431) et de réhabilitation (1456). Ces procès d'Eglise étaient des procès politiques : à travers Jeanne, le premier cherchait à déconsidérer Charles VII et le second à lui restituer son honneur.

    Cet ouvrage a pour objet de présenter de façon abordable les résultats récents de la recherche : le contexte historique du procès - celui d'une occupation d'une bonne partie du royaume de France par les Anglais - ainsi que certains aspects juridiques (le premier procès dirigé par l'évêque de Beauvais, Pierre Cauchon, suit étroitement les règles de la procédure d'inquisition). D'autres aspects, linguistiques ou historiques, sont pour la première fois analysés. C'est ainsi que le latin, langue de la traduction officielle du premier procès, est étudiée, de même que le second procès est éclairé par l'analyse des mémoires relatifs au procès de condamnation produits par de savants clercs pour la procédure de révision. Est également étudiée la représentation des procès, qui a beaucoup évolué dans le temps, du XVIe au XXe siècle. Cette évolution est sensible aussi bien dans l'historiographie que dans la littérature, les arts plastiques, le cinéma ou la musique.

    Jeanne a été en effet considérée tour à tour comme une hérétique, une illuminée, ne sainte et une héroïne nationale, et son image peut se prêter à toutes les récupérations politiques.

     

    ‡ De l'hérétique à la sainte. Les procès de Jeanne d'Arc revisités, François Neveux (dir.), Presses universitaires de Caen, 2012, 343 p., ill. (25 €).