Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ermitage

  • Thuillières (88) : l'ermitage de Chèvre-Roche

    L'ermitage de Chèvre-Roche sur son bloc de grès des Vosges [cl. ©H&PB].

    L’ermitage de Chèvre-Roche se situe en forêt de Thuillières (sud-ouest des Vosges, entre Vittel et Darney), proche du village en contrebas d'un virage en boucle sur la route menant à Darney, à peu de distance du 'château' des Tours Séchelles.

    Fondé au XIe siècle par deux frères ermites Engilbate et Winchard, originaires du monastère du Saint-Mont à Remiremont. Plusieurs ermites se succéderont en ces lieux.

    Dans la suite des temps, ce site aurait été, selon la tradition locale, le lieu de réunion des sorcières et sorciers...

    Ce site naturel et religieux est particulièrement surprenant. Un dé de roche - du grès des Vosges - abrupt de tous côtés dont l'accès est périlleux supporte les ruines d'une chapelle et d'un minuscule ermitage érigés au XIIe siècle.

    Non loin de là se trouve une cascade de plusieurs mètres de hauteur ainsi que les restes d'un second ermitage dit de Saint-Antoine, situé en aval de la cascade.

    Il est dommage que le site de Chèvre-Roche soit "mangé" par une plantation de sapins, empêchant une vue large et dégagée...

  • Les prochaines activités à l'ermitage Notre-Dame de Bermont

    L'association Notre-Dame de Bermont – Sainte Jehanne d'Arc propose les activités suivantes en août et septembre à l'ermitage de Bermont (commune de Greux, ouest vosgien) :

    ND Bermont_15.08.13 010.jpg

    Procession du 15 août 2013 à N.-D. de Bermont (archives ©H&PB].

     

    > 15 août : Assomption de la Très Sainte Vierge

    Vendredi 15 août : à 6h00, Salut au Très Saint Sacrement ; à 11h00, messe de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie, pour les chrétiens persécutés (rite extraordinaire de l'Eglise catholique) ; à 13h00, repas tire du sac ; à 15h00, procession en l’honneur de Notre Dame et consécration des familles au Coeur Immaculé de Marie.

     

    ND Bermont_bénédiction statue jeanne d'arc_29.09.13 052.jpg

    Statue de Jehanne d'Arc à Bermont (archives ©H&PB].

    > Samedi 27 et dimanche 28 septembre : 1ères Journées johanniques de Bermont

    Ces journées souhaitent être un temps de réflexion et d’échanges autour de Jehanne d’Arc, de son époque, de ses épreuves, de sa spiritualité. Il ne s’agit pas de réécrire une histoire de Jehanne ; de nombreux historiens sérieux l’ont déjà fait depuis longtemps. Il s’agit plutôt de mettre à la disposition d’un public « amoureux » de Jehanne, mais dérouté par de nombreuses thèses fantaisistes, une documentation simple et solide, fondée sur des sources authentiques.

    Samedi 27 septembre

    13h30 : accueil des participants salle Sainte Jehanne d’Arc à Bermont

    14h00 : « Sainte Jeanne d’Arc et saint Louis » par Marie-Paule Renaud, historienne, auteur de la Lettre d’information Présence de Jeanne d’Arc

    16h00 : « Le symbolisme du sacre de Charles VII » par Isabelle Brancourt, chercheur au CNRS

    18h00 : présentation de l’exposition temporaire Le village de Domremy en 1412

    19h00 : buffet (participation libre)

    Dimanche 28 septembre

    9h00 : « Jeanne trahie, l’Art trahi » par Boris Lejeune, écrivain et sculpteur

    11h00 : solennité de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, patronne secondaire de la France, messe pour la vocation chrétienne des nations (rite extraordinaire). Au cours de la messe seront bénies les statues de saint Martin et de saint Louis, sculptées par un bénédictin de l’abbaye Saint-Joseph de Clairval (Côte-d'Or)

    13h00 : buffet (participation libre)

    14h00 – 16h00 : visite guidée du village de Domremy, sur les pas de Jehanne, hors des sentiers touristiques classiques

     

    ‡ Afin de faciliter l’organisation de ces Journées ouvertes à tous, merci de s'inscrire avant le 31 août, en spécifiant, s’il y a lieu,votre présence au buffet (participation de 10 € par personne et par buffet).

    ‡ Pour tout renseignement sur ces Journées johanniques, contactez par courriel alain.olivier88@yahoo.fr

     

  • Frouard (54) : conférence sur les ermitages en Lorraine et l'ermitage Saint-Jean-Baptiste de Frouard

    ermitage conférence.jpg

     

    Dans le cadre de l’exposition historico-urbanistique « De l’ermitage à l’Ermitage », la mairie de Frouard propose

    une conférence sur « Les ermitages en Lorraine et l'ermitage Saint-Jean-Baptiste de Frouard »

    par Philippe Masson, de l’Université de Lorraine

    lundi 18 novembre de 18h45 à 19h45

    à l’Espace 89

    10-12 rue de Metz – 54390 Frouard

     

  • 20ème anniversaire de la restauration de l'ermitage de Bermont

     

    lorraine,vosges,domremy,greux,notre dame de bermont,ermitage,anniversaire

    Chapelle et ermitage Notre-Dame de Bermont [cliché ©Pays de Neufchâteau]


    L'association Notre-Dame de Bermont - Sainte Jehanne d'Arc fête le 20ème anniversaire de la restauration de l'ermitage les 8 et 9 décembre 2012 :

    - samedi 8 décembre : à 20h, messe en la chapelle N.-D. de Bermont

    - dimanche 9 décembre : à 11h, messe à l'intention des bienfaiteurs de l'oeuvre de restauration de la chapelle et de l'ermitage Notre-Dame de Bermont ; à 12h15, verre de l'amitié suivi du repas tiré des sacs ; à 14h15, présentation d'un diaporama retraçant 20 années d'activités de l'association ; 16h-16h30, prière de clôture du week-end d'anniversaire

     

    ‡ Contact : ermitage@nd-bermont.fr 

  • Greux (88) : Notre-Dame de Bermont à l'honneur

    bermont.jpg

    [Abeille de Neufchâteau]

  • La chapelle Notre-Dame de Bermont

    vosges,domremy,greux,ermitage,notre dame de bermont,jeanne d'arcEditée par l'association Notre-Dame de Bermont - Sainte Jeanne d'Arc qui oeuvre depuis 20 ans à la réhabilitation de l'ermitage cher à Jehanne, cette publication répond simplement mais concrètement aux questions habituellement posées par les visiteurs de passage à Bermont. Elle a surtout un grand mérite : celui d'éclairer certains aspects, peu connus voire ignorés du grand public, de l'enfance de Jehanne de Domremy, de sa piété et de son pays natal.

    "L'ombre de Jehanne est sur cette vallée comme un mystérieux clair de lune" écrivait le Lorrain Maurice Barrès, fidèle pèlerin de Notre-Dame de Bermont. Et il ajoutait : "C'est là qu'il faut aller si l'on veut avoir avec Jehanne le plus sûr trait d'union". La chapelle de Bermont était - et demeure - un lieu humble et paisible à l'écart du monde où sainte Jehanne d'Arc aimait venir en pèlerinage, pour se recueillir et prier la Sainte Vierge.

    Au temps de l'épreuve, les habitants de Greux et de Domremy, unis comme à l'époque de Jehanne, ne manquèrent pas, eux aussi, d'aller en pèlerinage à Bermont pour demander la protection de Notre-Dame. Il en fut ainsi en août 1944.

    Cette brochure permettra au lecteur curieux de mieux connaître le pays natal et la piété de Jehanne.

     

    ‡ La chapelle de Bermont. Témoin de la piété de Jehanne d'Arc, Association Notre-Dame de Bermont - Sainte Jehanne d'Arc et Alain Olivier, éditions Traditions Monastiques, 2012, 47 p., ill., cartes (7 €).

    ‡ Commande (ajouter 2,30 € pour frais de port) à adresser à : Association Notre-Dame de Bermont, 100 rue de la Praye, 88000 DIGNONVILLE.

  • Vic-sur-Seille : le mystère du Gallé fendu

    L'une des pièces majeures de l'exposition Gallé de Vic-sur-Seille (Moselle) a été découverte fendue, un matin par une jeune visiteuse.

    gallé.jpgCoup dur pour le musée Georges de la Tour à Vic-sur-Seille (Moselle). Ecrin de Emile Gallé, nature et symbolisme, influences du Japon, l'une des plus belles expositions de l'été (150 références), il présente désormais une pièce fêlée. Et pas n'importe laquelle puisqu'il s'agit d'une des deux urnes aux orchidées de la tsarine Fjodorowna. Cette anomalie bien visible a d'ailleurs été repérée un matin par une petite fille prise dans l'impressionnant flot de visiteurs. Déjà près de 30.000 personnes... L'exposition, qui a ouvert ses portes début mai, se finira à la fin du mois. Depuis le 22 juillet au matin, date officielle du constat, de nombreux visiteurs ont pu relever l'ampleur des dégâts dont l'origine reste une énigme.

     

    Le petit vase, toujours présenté dans une vitrine désormais éteinte, est fissuré sur les deux tiers de son col et sur une dizaine de centimètres. Un constat d'huissier a été dressé. Et le processus finalement assez classique dans ce type d'exposition suit son cours. Rien ne bouge... Les experts, dont celui de l'assurance, sont attendus. Comme il est d'usage, '' Toutes les mesures conservatoires ont été prises ''. Denis Schaming, directeur général adjoint du Conseil général de Moselle, explique : '' La pièce a été prêtée par le musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg. Nous les avons immédiatement avertis après l'incident. Pour l'instant, nous n'avons pas de réponse. A priori, cela n'a pas l'air de les affoler. Rien ne se passera sans la présence de la conservatrice russe ''.

    L'impression d'une pièce mal recollée

    vase gallé.jpgLes œuvres d'art voyagent et, souvent, elles s'abîment. En Moselle, on se souvient par exemple qu'une sculpture d'Ousmane Saw avait été renversée par un gamin un brin chahuteur. Gallé a d'ailleurs connu son lot de mésaventures. En octobre 2004, quatre pièces du Musée de l'Ecole de Nancy prêtées à la Fondation Neumann à Gingins (Suisse) avaient été dérobées. Plusieurs d'entre elles avaient été brisées (une en 33 morceaux) par des voleurs sans doute surpris lors de leur larcin.

     

    Là, la situation n'a rien de commun. Pas de bris, juste sur longue fêlure. L'amateur a l'impression d'être en face d'une pièce mal recollée dont une partie se superpose légèrement sur l'autre. '' On dirait qu'elle a explosé '', confie François Le Tacon, le commissaire de l'exposition. Denis Schaming se veut serein. '' L'exposition (NDLR : 600.000 euros de budget) a une assurance. L'urne peut être restaurée ''. Et elle le sera. Car il s'agit d'une des pièces majeures de la manifestation. Passionné de botanique et d'orchidées, Emile Gallé a présenté ces deux urnes double-couche aux orchidées tropicales à l'Exposition universelle de 1889. Ces petits vases roses et violets, dont les sommets sont sertis d'un anneau d'argent, ont été offerts par la ville de Paris aux tsars Nicolas II et à la tsarine Fjorodorowna en 1896 lors de leur visite en France destinée à sceller l'alliance franco-russe dirigée contre l'Allemagne. Depuis ils n'avaient pas revu la France, voyageant uniquement entre les différents musées de Saint-Pétersbourg. Leur présence en Lorraine a donc des allures d'événement. Qui plus est après l'apparition d'une fêlure.

    Plusieurs hypothèses

    Reste à trouver une explication. Car, pour l'instant, il n'y en a pas. A Vic-sur-Seille, comme ailleurs, les musées prennent un maximum de précaution. Denis Schaming poursuit : '' Depuis que la conservatrice de Saint-Pétersbourg l'a mise en place, nous n'avons pas touché la pièce. Et tous nos relevés le prouvent. Il n'y a pas eu de choc, aucune variation thermique importante. La vitrine est scellée ''. Alors, reste les hypothèses. Les deux urnes aux orchidées marient métal et verre. '' Deux matières qui n'ont jamais fait bon ménage. Elles n'ont pas le même coefficient de dilatation '', avance un spécialiste. '' Juste avant d'arriver chez nous, la pièce a été démontée, nettoyée, souligne Denis Schaming, peut-être que l'anneau de métal a été trop serré et qu'il a fendillé le verre. Après, il y a eu le voyage en avion avec des chocs, des variations de température ''.

     

    Pourtant, une seule de ces urnes vieilles de près de 120 ans a été endommagée. Le mystère du Gallé fendu demeure donc entier. Et la situation ne serait pas sans doute pour déplaire au fondateur de l'Ecole de Nancy qui a toujours su que la transparence du verre n'était qu'apparence.

     

    [d’après l’Est Républicain | 04.08.09]