Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sncf

  • Cheminots victimes de la répression 1940-1945

    Nos contemporains doivent le savoir : peu de catégories socio-professionnelles en France ont eu à payer le prix fort au cours de la Seconde Guerre mondiale que celle des employés des chemins de fer. Des figures d'hommes et de femmes aux vies trop brèves, engagés ou non, frappés par l'iniquité et l'arbitraire de l'occupant et de ses collaborateurs nous sont rappelées dans ce mémorial.

    Ce volumineux ouvrage présente les cheminots victimes de la répression menée par les autorités allemandes et le régime de Vichy entre 1940 et 1945. Leur mort ne relève pas du hasard. Ces femmes et ces hommes - 2 672 précisément -, en majorité des résistants et des victimes des rafles de représailles, furent assassinés, fusillés, abattus, ils disparurent en prison, en déportation. Dont de nombreux cheminots du Grand Est. Ce mémorial de papier n'inclut pas les cheminots victimes des bombardements ou des mitraillages des installations ferroviaires, ni les cheminots militaires morts sous les drapeaux en 1939-1940. Outre les cheminots résistants fusillés ou morts en déportation, ce mémorial recense toutes les victimes cheminotes des combats de la Libération.

    Cette recherche scientifique d'envergure, conduite par un comité composé d'historiens, d'archivistes et d'acteurs du paysage associatif et mémoriel, a été souhaitée par la SNCF pour être un mémorial, hommage des vivants aux disparus, et pour servir la connaissance historique.

    Ce livre s'inscrit dans le travail de mémoire, de transparence, d'histoire et d'éducation, mené depuis plus de vingt ans par l'entreprise pour mieux connaître et comprendre ces années noires.

     

    ‡ Cheminots victimes de la répression 1940-1945, Thomas Fontaine (dir.), éditions Perrin/SNCF, 2017, 1764 p., ill. (25 €).

  • 130 ans de chemin de fer à Vittel : le Train des Eaux

    Le Cercle d'études de Vittel et de sa région propose une conférence

     

    Le 19 mai 2011 à L’Alhambra de Vittel

     

    130 ans de chemin de fer à Vittel : le Train des Eaux

     

    Présentée par M. Didier Leroy, collaborateur des éditions de La Vie du Rail

     

    vosges,vittel,gare,sncf,train des eaux,station thermaleLa vie des Vittellois a changé radicalement avec l’arrivée du chemin de fer en 1881. Le train a servi à tous à un moment de son existence ; la gare est un lieu mythique, fait d’arrivées et de départs, opérés grâce à la discipline des employés de la Compagnie de l’Est, incarnée par leur bel uniforme aux broderies de feuilles de chêne d’Amérique.

     

    Vittel, avec le développement du thermalisme, va amplement profiter des trains qui arrivent du Nord par Nancy et du Sud par Chalindrey, et surtout des liaisons directes de et pour Paris, avec le célèbre « Train des Eaux » et son wagon-restaurant de la Compagnie Internationale des Wagons-Lits. Vittel va se doter en 1927 d’une nouvelle gare hors du commun. Le développement des eaux minérales va accroître, dans les années cinquante, le trafic des marchandises.

     

    Didier Leroy fera revivre cette longue et riche histoire du chemin de fer à Vittel et dans ses environs. Spécialiste de l’histoire ferroviaire, il a déjà publié avec un Vittellois, Paul-Henri Bellot, plusieurs ouvrages sur le sujet.

     

    ‡ Conférence de M. Didier Leroy, jeudi 19 mai 2011 à 20h30 au Centre culturel de l’Alhambra de Vittel.

     

    ‡ Entrée libre et ouverte à tous.

     

    [Cliché : le Train des Eaux en 1955 avec voitures directes Mirecourt-Vittel-Contrexéville-Paris-Est, © E. Brulé/LVDR]