Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sources

  • "Sources, étangs et moulins en Saône lorraine" : une expo' à découvrir au musée de Hennezel

    Une exposition qui rend hommage à la nature et aux travaux multiséculaires des hommes.

    Cette exposition est un panorama hydraulique ayant pour cadre la forêt de Darney et la vallée de la Saône de Vioménil à Châtillon-sur-Saône. C’est également un recensement des principaux moulins qui jalonnent son cours et ses affluents, les forges et aciéries ayant été laissées de côté par le fait que les salles du musée les évoquent largement. C’est enfin une voix parmi tous les appels qui s’adressent aux agences de l’eau et qui s’élèvent contre des directives de double origine, nationales et européennes, et qui voudraient éliminer moulins et dérivations, comme inutiles et contraires à l’idéologie écologique. Avons-nous, une fois de plus, perdu le sens des choses et le bon sens que les aménageurs d’autrefois nous ont laissé et appris ?

    L’ombre de deux disparus, Raymond George, le colonel de Claudon ,et Marcel Jeanvoine, le meunier de Viviers-le-Gras, naguère membres fidèles de l'association Saône lorraine, et passionnés par la nature et les traces que l’homme y a laissé, notamment par la construction de moulins, plane sur ces vitrines, ces photos et ces commentaires.

    De nombreux prêteurs, particuliers et associations, contribuent par ailleurs à la réalisation de cette exposition.

     

    ‡ Une exposition à découvrir, en plus des collections permanentes du MUSEE du VERRE, du FER et du BOIS d’HENNEZEL. Ouvert de Pâques au 15 octobre, tous les après-midi de 14h30 à 18h00.

    ‡ Visites guidées sur RDV au O3.29.07.00.80 ou 03.29.09.34.22.

  • Que reste-t-il de la Grande Guerre dans les Vosges ?

    Un colloque réunira 32 spécialistes de la Grande Guerre en septembre à Epinal, au Centre des congrès. L'occasion def aire un état des lieux des études sur le sujet.

    « Depuis la mort de Lazare Ponticelli, le dernier poilu, la Grande guerre est passé du domaine de la mémoire à celui de l'histoire. » Philippe Nivet, de l'université de Picardie, résume ainsi le regard qu'il porte sur cette période. On commémore cette année le 90ème anniversaire de l'armistice de la guerre 1914-1918. Le colloque scientifique, qui aura lieu du 4 au 6 septembre au Centre des Congrès d'Epinal, s'inscrit donc dans l'actualité. L'objectif sera de dresser un bilan de ce qui a été fait et de ce qu'il reste à faire en terme de recherche sur cette période.

    Maurice Floquet en 1916 (1894-2006).jpgIl s'agira aussi de faire l'état des lieux des sources dont dispose le département. Une grande enquête a d'ailleurs été menée dans 400 communes vosgiennes pour établir ce qu'il leur restait de cette époque.

    « On a beaucoup travaillé sur Verdun mais les Vosges aussi ont été fortement touchées par la guerre », constate Philippe Nivet. Or c'est un des rares territoires de guerre en montagne. « Et ce terrain de combat original mériterait d'être mieux étudié », poursuit-il. Il y a donc de nouveaux axes de recherche à définir et à creuser.

    Magali Delavenne, conservatrice du Patrimoine au Conseil général, est spécialiste de cette période et elle a inauguré en juin une exposition sur le lien entre Jeanne d'Arc et la Première Guerre mondiale. « C'est un projet original, voire paradoxal », explique-t-elle. « On associe difficilement les deux thèmes ». Et pourtant. Symbole national, modèle militaire et icône religieuse, ce personnage est omniprésent pendant et après la guerre. « C'est une démarche de dépoussiérage », annonce Jean-Claude Fombaron, président de la société philomatique des Vosges. « On s'en tient trop souvent à l'aspect militaire des choses, aux commémorations. L'histoire ne se résume pas à cela. »

    • L'exposition « Une sainte des tranchées : Jeanne d'Arc pendant la Grande Guerre » est ouverte jusqu'au 30 septembre au centre Visages de Jehanne à Domrémy-la-Pucelle.

    [d’après L'Est Républicain - 22.07.2008]