Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Toul la bourgeoise (1789-1848)

La période allant du début de la Révolution à la Monarchie de Juillet présente un intérêt majeur. En abolissant l'Ancien Régime, la Révolution bouleverse soudainement les données de la répartition de la propriété et, par voie de conséquence, celles de la société. Les biens d'Église sont complètement dispersés, mais comment et au profit de qui ?

La disparition de l'administration ecclésiale, comme facteur dirigeant et comme propriétaire, est ainsi primordiale. La non-remise en cause fondamentale de cet état de fait par les pouvoirs monarchiques qui se succèdent jusqu'à la Deuxième République consolide ce nouvel ordre social. La prise du pouvoir par la bourgeoisie demeure désormais pérenne.

Suite chronologique de Toul, la petite évêchoise, cet ouvrage est lui aussi le fruit d'un long et patient travail dans les archives. L'étude des plus fortunés, ceux qui ont laissé le plus de traces, est le moyen le plus commode d'approcher la réalité touloise. Peu à peu, par cette analyse, c'est la société touloise tout entière qui se révèle : ensemble de la population, hommes et femmes avec une vie quotidienne, une famille, des enfants, des croyances, des mentalités et des comportements.

Qu'en est-il, à l'échelle d'une petite ville éloignée de Paris, de cette recomposition des patrimoines qui touche tous les groupes sociaux ? Mais, au-delà des mutations, quelle est la part des permanences ? Malgré les éléments de nouveauté n'y a-t-il pas pour finir une certaine continuité dans cette ville de province que tout rattache à la terre ? La Révolution a-t-elle finalement beaucoup changé la société touloise ?

Une étude qui révèle au passionné d'histoire régionale une approche historique de la cité touloise jusqu'ici jamais abordée.

 

‡ Toul la bourgeoise (1789-1848), Jean-Paul Aubé, éditions des Paraiges, 2017, 255 p., ill. (18 €).

Écrire un commentaire

Optionnel