Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Philippe Séguin, le remords de la droite

Pourquoi la personnalité et le destin inachevé de Philippe Séguin continuent-ils de fasciner, comme si sa disparition brutale en 2010 avait laissé un vide durable dans la vie politique nationale ? Le petit Français venu de Tunisie, orphelin de guerre, délaissa vite ses tous premiers engagements à gauche pour rallier le général de Gaulle.

Député des Vosges à 35 ans, maire hyperactif d'Epinal pendant 14 ans, ministre remuant des Affaires sociales sous la cohabitation Mitterrand-Chirac, président hors norme de l'Assemblée nationale, enfin candidat sacrifié à la mairie de Paris, son indépendance d'esprit et de comportement le laissa toujours en marge de son parti, le RPR, et de la politique traditionnelle, dont il réprouvait les compromis trop faciles. En 1992, conduisant la bataille contre le traité de Maastricht, il fut l'homme capable de dire non.

Aujourd'hui, il fait figure de visionnaire, qu'il s'agisse de l'Europe devenue purement économique et financière, des effets néfastes de la mondialisation, de la dégénérescence du gaullisme et du mouvement qui le portait, ou encore de l'absence d'un grand projet collectif conduit par un Etat fort. Le destin de cet homme tempétueux, exigeant, solitaire s'identifie à la crise de la démocratie française, dont il avait compris très tôt les ressorts profonds.

Même s'il eut peu de relations avec les hommes politiques vosgiens, il n'en demeure pas moins que Séguin marqua durablement le département et sa ville chef-lieu qu'il contribua grandement à moderniser.

 

‡ Philippe Séguin. Le remords de la droite, Arnaud Teyssier, éditions Perrin, 2017, 405 p. (24 €).

Écrire un commentaire

Optionnel