Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nancy : la porte Desilles, nouveau monument aux morts de la ville

C’est une entrée de ville. C’est aussi et surtout un espace de mémoire. L’ensemble constitué par le mémorial Désilles, la place du Luxembourg et l’esplanade du Souvenir-Français se métamorphosera pour 2018. Sondages archéologiques en cours.

La moitié du parking qui fait face à la porte Désilles a été neutralisé. Derrière la palissade qui masque la vue aux automobilistes arrivant au bout du cours Léopold, les engins de chantier ont, notamment, creusé un grand trou.
Pour atteindre 2 m 50 sous le niveau du sol. Les archéologues de l’INRAP (Archéologie préventive) n’ont, pour l’instant, rien trouvé. Les fouilles reprendront dans quelques jours, plus profondément, quand les parois auront été consolidées par des blindages. Et deux autres « sondages » du même type sont prévus sur le site.

Les archéologues cherchent à vérifier l’existence d’un ancien bastion, dit du Danemark, arasé et remblayé après le rattachement de la Lorraine à la France. « Ces sondages ont pour but de permettre à l’INRAP d’affiner nos connaissances archéologiques et historiques de la ville », explique le maire Laurent Hénart. Elles précèdent une opération de plus grande ampleur qui consiste à réaménager tout l’espace de la place du Luxembourg, de l’esplanade du Souvenir-Français et de la Portes Désilles. Le projet en est au stade de la réflexion avec un « comité scientifique, l’État, l’armée, les anciens combattants… ». Les riverains « seront bien sûr associés à la démarche ».

Car s’il s’agit ici d’une entrée de ville, au bout de la rue de Metz, il s’agit aussi et surtout de configurer un espace de mémoire d’importance, dans la perspective de l’anniversaire du 11-Novembre en 2018.

Avec la loi de février 2012, l’inscription du nom des « Morts pour la France » sur le monument aux morts ou une stèle dans l’environnement immédiat est obligatoire (1).

Or, historiquement, le Mémorial Désilles est l’un des premiers, sinon le premier monument aux morts de France.

Cet arc de triomphe était en effet initialement prévu pour rendre hommage aux Nancéiens tombés pour l’indépendance de l’Amérique et plus précisément à la bataille de Yorktown, en Virginie. Huit noms y figurent. Difficile d’y ajouter aujourd’hui tous les morts pour la France.

« Le projet d’ensemble, qui comprendra la création d’une œuvre contemporaine, doit permettre de marquer la porte comme un monument aux morts qui a été consacré comme tel dans la pratique et de faire figurer ces noms sur le site mémoriel sous une forme à définir », précise Laurent Hénart. Le maire ajoute : « L’idée n’est pas de dire qu’il n’y a qu’un seul lieu de mémoire à Nancy qui remplace tous les autres. Il s’agit de le souligner dans un parcours d’ensemble ».

Les sondages archéologiques (43.000 €) seront achevés en mars. Une restauration de la porte débutera en septembre pour un montant de l’ordre de 700.000 € avec une participation de l’État de 35 %. Pas du luxe pour ce monument qui a subi les outrages du temps, qui est altéré par le sel et souffre d’infiltrations d’eau comme en témoigne la végétation en partie supérieure.

Dans le même temps, les études vont se poursuivre pour définir un projet sur l’ensemble de l’espace, allant de la place du Luxembourg jusqu’à la rue Baron-Louis. Conseil citoyen et riverains seront consultés au printemps.

L’objectif est de finaliser un plan pour la fin du premier semestre, sachant que la ville s’est attaché le concours d’un architecte du patrimoine, Camille André. Le cahier des charges pour la création artistique est en passe d’être ficelé.

« Les places de stationnement seront sans doute redistribuées, mais leur nombre sera inchangé. » Il paraît assez probable que l’axe de circulation qui passe devant la porte soit décalé vers les arbres pour libérer un véritable espace de commémoration, délimiter au mieux l’esplanade.

« Les comptages montrent que le trafic y est très limité, des alternatives sont possibles. » Autres contraintes à prendre en compte : la foire de printemps, le trafic des bus, les possibilités de giration des poids lourds…

Le budget voirie (éclairage, sol, espaces verts…) pourrait être de l’ordre de 1,5 à 2 M€. L’œuvre d’art fera l’objet d’une commande publique (de l’ordre de 300.000 € avec prise en charge par l’État pouvant atteindre 50 %).

Pendant les travaux, les cérémonies patriotiques seront délocalisées sur l’hémicycle Charles-de-Gaulle, place de la Carrière.

 

(1) Le site http://memorial.nancy.fr s’attache à répertorier les Nancéiens morts pour la France.

Écrire un commentaire

Optionnel